Pierre Castex (officier)

Pierre Castex
Pierre Castex (officier)

Naissance
Lectoure (Gers)
Décès (à 45 ans)
Austerlitz (Empire d'Autriche)
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Arme Infanterie
Grade Colonel
Années de service 1776-1805
Conflits Guerres de la révolution et napoléonienne
Distinctions Chevalier de la Légion d'honneur

Pierre Castex, né le à Lectoure (Gers), mort le à la bataille d'Austerlitz (Empire d'Autriche), est un militaire français de la Révolution et de l’Empire.

États de service

Il entre en service le 4 juin 1776, au 50e régiment d'infanterie[1]. Il passe caporal le 4 juin 1781, puis sergent le 22 juin 1782.

Pierre Castex est nommé sous-lieutenant le 1er juillet 1792, et adjudant-major le 21 septembre 1793. Il fait les guerres de l'an IV à l'armée d'Italie, et il reçoit au combat de Governolo  le 18 septembre 1796, un coup de feu au genou gauche. Il devient chef de bataillon le 1er nivôse an V ( 21 décembre 1796) à la 51e demi-brigade d'infanterie de ligne, et il fait la campagne de l'an VIII en Hollande, celle de l'an IX à l'armée du Rhin et rentre en France après la paix de Lunéville.

Il est fait chevalier de la Légion d'honneur le 14 juin 1804, et il est promu colonel au 13e régiment d'infanterie légère le 19 août 1804. En l'an XII et en l'an XIII il sert à l'armée des côtes de l'Océan. Sous les ordres des généraux Marie François Auguste de Caffarelli du Falga et Georges Henri Eppler[2], il participe à la célèbre bataille d'Austerlitz, à la tête du 1er bataillon de son régiment, et il reçoit une balle au front qui l'étend inanimé. Le 13e léger laisse au champ d'honneur son malheureux colonel.

Distinctions et mémoire

Une plaque à la mémoire de Pierre Castex et de ses hommes, rédigée en tchèque et en français, est apposée dans le clocher de l’église de Blažovice en République tchèque[3]. La rue Castex, ouverte en 1805, se situe à Paris[4], pas trop loin du pont d'Austerlitz.

Notes et références

Sources

  • A. Lievyns, Jean Maurice Verdot, Pierre Bégat, Fastes de la Légion-d'honneur, biographie de tous les décorés accompagnée de l'histoire législative et réglementaire de l'ordre, Tome 4, Bureau de l’administration, , 607 p. (lire en ligne), p. 55.
  • Biographie nouvelle des contemporains: dictionnaire historique et ..., 1789-1815, volume 15, p. 372
  • lieutenant-colonel Bernard, Historique du 13e régiment d'infanterie légère devenu 88e régiment d'infanterie, Archives de Vincennes, .