Pierre Bolotte

Pierre Bolotte
Fonction
Préfet
Guadeloupe
-
Albert Bonhomme ()
Jean Deleplanque ()
Biographie
Naissance
Décès
(à 86 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction

Pierre Jacques Bolotte, né le à Neuilly-sur-Seine (département de la Seine à l’époque, département des Hauts-de-Seine depuis 1968), mort en mai 2008, est un haut fonctionnaire français[1].

Ayant passé une partie importante de sa carrière dans les colonies, il est en poste en Guadeloupe au moment des émeutes de mai 1967 : la répression qu'il dirige fait vraisemblablement plusieurs dizaines de morts. Premier préfet de Seine-Saint-Denis, il y expérimente les BAC qui seront généralisées à toute la France plusieurs décennies plus tard.

Jeunesse et vie privée

Pierre Bolotte est né le 26 octobre 1921 à Neuilly-sur-Seine[2]. Il est le fils du médecin général Marcel Bolotte et de son épouse Suzanne Fraisse[1]. Il fréquente des établissements parisiens (collège Stanislas, lycée Louis-le-Grand)[1]. Après des études de lettres (licence d'histoire, DES de philosophie), il est diplômé de l’École libre des sciences politiques[2],[1]. Le 19 décembre 1944, il épouse Anne-Marie Guion avec laquelle ils ont deux enfants[1].

Carrière administrative

Il devient chef adjoint du cabinet (CAC) du préfet du Morbihan Roger Constant le [3] (donc sous le régime de Vichy) et, à la Libération, il poursuit sa carrière dans le corps préfectoral[4], et devient directeur du cabinet du ministre de l'Information Pierre-Henri Teitgen, puis de J. Schuller, commissaire de la République à Poitiers[2] en janvier 1945[1]. En août de la même année, il est nommé à Baden-Baden chef de cabinet d’Émile Laffon, administrateur de la zone d'occupation française en Allemagne[2],[1].

Il est appelé ensuite dans divers cabinets ministériels : ministère de la Reconstruction, de la Marine et celui du président du Conseil[2].

En 1950, il est envoyé en Indochine, dans le cabinet civil du maréchal de Lattre de Tassigny[2]. Il fait ensuite un passage à Pointe-à-Pitre au secrétariat général du département de la Guadeloupe (1951-1952), puis rentre en métropole comme directeur adjoint de plusieurs ministères[1].

Il retourne en Indochine en 1953, cette fois au cabinet de Marc Jacquet, ministre des Relations avec les États associés[2].

En 1954, avec le grade de sous-préfet de 1re classe[1], il est nommé chef de cabinet auprès du préfet chargé des relations de l’État français avec le Conseil de l'Europe, à Strasbourg[2].

En 1955, il est nommé sous-préfet de Miliana (à Miliana)[2],[1], chef d'état-major mixte[1] puis directeur de cabinet du préfet d'Alger[2],[1]. Il atteint le grade de sous-préfet hors-classe en 1956[1]. Entre 1958 et 1962, il est secrétaire général à la préfecture de Saint-Denis de la Réunion[2],[1] après un passage au ministère de la France d'Outre-mer[1]. Il franchit les grades : sous-préfet hors-classe spéciale (1961), puis hors-cadre (1962)[1].

De 1962 à 1965, il travaille au ministère de l'Intérieur, au cabinet du préfet J. Aubert, directeur de cabinet du ministre[2].

En 1965, il est nommé préfet de la Guadeloupe[2] puis passe préfet hors-cadre[1]. En poste à la Guadeloupe, il dirige la répression des manifestations des 26 et 27 mai 1967 en ordonnant l'ouverture du feu[5] sur les manifestants de la place de la Victoire[6]. La répression dure trois jours où toute personne de couleur sortant dans la rue peut se faire tirer dessus par les forces de l'ordre[6]. Les bilans vont de 7 morts (bilans officiels)[5] jusqu'à plus de 80 morts[7] (87 selon le secrétaire d’État aux DOM-TOM Georges Lemoine, en 1985, utilisant des sources administratives, dont les Renseignements généraux (RG))[6]. Trente gendarmes sont blessés[8].

En 1967, il est nommé secrétaire général à la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST), où il reste deux ans, avant de devenir en 1969, le premier préfet du département de Seine-Saint-Denis, nouvellement créé[2]. Il y forme la première brigade anti-criminalité (BAC) à Saint-Denis en 1971[7].

Il est promu au grade d'officier dans l'ordre national du Mérite[9].

En 1974, il est nommé directeur général des collectivités locales au ministère de l'Intérieur. En 1977, il est nommé préfet de la région de Haute-Normandie[2] et de la Seine-Maritime[1].

En 1982, il est nommé conseiller maître à la Cour des comptes[2] puis prend sa retraite de la fonction publique en 1986[1].

Carrière politique

En 1983, il est élu conseiller municipal, puis adjoint au maire du 16e arrondissement de Paris, jusqu'en 2001 où il décide de prendre sa retraite[2].

Il a exercé la présidence de l'Association pour la connaissance et la mise en valeur du patrimoine[2].

Décorations

Commandeur de la Légion d’honneur[10], et de l’ordre national du Mérite, Croix de guerre 1939-1945, commandeur de l'ordre des Palmes académiques[1].

Décès

Il est inhumé le 27 mai 2008[10].

Références

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s et t Biographie de Pierre Bolotte, Who’s Who in France en ligne, page consultée le 15 février 2017.
  2. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r Centre d'histoire de Sciences Po, Pierre Bolotte, notice biographique, consulté le 15 février 2017.
  3. René Bargeton, Dictionnaire biographique des préfets (septembre 1870-mai 1982), Archives nationales, , 555 p. (ISBN 2-86000-232-4), « Bolotte (Pierre Jacques) », p. 99-100.
  4. Jean-Marc Le Page, Les services secrets en Indochine, Nouveau Monde éditions, 528 p. (ISBN 9782369420248, lire en ligne)
  5. a et b Béatrice Gurrey, « Quarante ans de silence et toujours pas de bilan authentifié », Le Monde, 26 mai 2009, consulté le 15 février 2017.
  6. a b et c François-Xavier Gomez, « « Mé 67 », la mémoire d'un massacre en Guadeloupe », Libération, 7 mai 2015.
  7. a et b Warda Mohamed, « Affaire Théo » : les violences et sévices sexuels perpétrés par des policiers sont-ils exceptionnels ?, Bastamag, 14 février 2017, consulté le 15 février 2017.
  8. Oana Panaïté, Reading Communities: A Dialogical Approach to French and Francophone, Cambridge Scholars Publishing, , 210 p. (ISBN 9781443898560, lire en ligne), p. 52
  9. Marchés tropicaux et méditerranéens, vol. 23, (lire en ligne), p. 316
  10. a et b Fred Réno, Jean-Claude William et Fabienne Alvarez, Mobilisations sociales aux Antilles: les évènements de 2009 dans tous leurs sens, KARTHALA Editions, , 370 p. (ISBN 9782811106508, lire en ligne), p. 346

Annexes

Bibliographie

  • Nouveau dictionnaire national des contemporains, t. 5, (notice BnF no FRBNF35251767)
  • René Bargeton, Dictionnaire biographique des préfets (septembre 1870-mai 1982), Archives nationales, , 555 p. (ISBN 2-86000-232-4), « Bolotte (Pierre Jacques) », p. 99-100.

Liens externes