Pierre-Simon d'Alsace de Hénin-Liétard

Pierre-Simon d'Alsace de Hénin-Liétard
Naissance
Neufchâteau (Vosges)
Décès
Frebécourt
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Armée du prince.svg Armée des Princes
Drapeau de l'Empire français Empire français
Arme Cavalerie
Grade Colonel
Conflits Guerres révolutionnaires
Distinctions Légion d'honneur
(Chevalier)
Autres fonctions Chambellan de Napoléon Ier
Pair des Cent-Jours
Famille Maison de Hénin-Liétard

Pierre-Simon d'Alsace de Hénin-Liétard (né le à Neufchâteau (Vosges) - mort le au château de Bourlémont à Frebécourt[1]), est un militaire français des XVIIIe et XIXe siècles.

Biographie

Fils du marquis Jean-François-Joseph d'Alsace de Hénin-Liétard, chambellan de l'empereur Joseph II, est né à Neufchâteau (Vosges), en 1772, d'une famille noble, ancienne et illustre. Il appartenait à une branche collatérale de la grande famille Hénin-Liétard, princes de Chimay, dont l'origine remonte à Thierry d'Alsace, comte de Flandre.

il est présenté de minorité, le , à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem[2] mais ne fera jamais ses caravanes et ne prononcera jamais ses vœux de frère-chevalier de l'Ordre ce qui lui permettra de se marier en 1804.

Il entra de bonne heure dans la carrière militaire, et était, à la Révolution française, capitaine de cavalerie au régiment Royal-Normandie[3]. En 1791, il émigra pour se ranger sous les drapeaux de Condé. Il devint colonel dans le corps des « hommes d'armes à cheval » qui fut licencié au siège de Maastricht en 1793.

Rentré en France après 1801, il fut nommé comte de l'Empire (), légionnaire de la Légion d'honneur, et chambellan de Napoléon Ier. Napoléon se plaisait alors à combler de faveurs les émigrés rentrés.

Satisfait des services du comte Liétard d'Alsace, il ne l'oublia point à son retour de l'Île d'Elbe, et lui conféra () la dignité de pair.

Il ne fit partie que de la Chambre des pairs dite « des Cent-Jours », où il ne joua d'ailleurs aucun rôle important.

Le prince d'Hénin, capitaine des gardes du comte d'Artois, qui fut mis à mort pendant le règne de la terreur, avait institué son proche parent, M. Liétard d'Alsace-Hénin, son légataire universel, par un testament daté du . Une contestation judiciaire s'éleva pour l'exécution de ce testament entre le légataire et Riquet de Caraman. Ces derniers, réclamant la loi qui abolît les substitutions, obtinrent gain de cause pour les immeubles de la succession. Une circonstance assez remarquable de ce procès, fut que le testament olographe du prince d'Hénin, confie à la célèbre actrice Mlle Raucourt, fut retrouvé dans un peloton de fil, où elle l'avait caché pendant tout le cours de la Révolution.

Famille

Il épouse en 1804, Charlotte-Louise-Henriette de Croismare (née le 23 octobre 1786 à Croismare - morte le 1er mai 1841 à Paris). Ils ont eu 3 enfants:

  • Charles-Louis-Albert (21 mai 1805 - ✝5 avril 1860), postérité
  • Gérard-Louis (1814 - ✝1826)
  • Henriette, postérité

Titres

Décorations

Armoiries

Figure Blasonnement
Blason Antonin Claude Dominique Just de Noailles (1777-1846).svg Armes du comte d'Alsace et de l'Empire

De gueules à la bande d'or, au franc-quartier des comtes officiers de la maison de l'empereur[4], brochant au 9° de l'écu[6].

Notes et références

  1. Albert Ronsin, Les Vosgiens célèbres : dictionnaire biographique illustré, G. Louis, , 394 p. (ISBN 9782907016094, lire en ligne)
  2. Nicolas Viton de Saint-Allais, L'Ordre de Malte, ses grands maîtres et ses chevaliers, Paris, Delaunay, (lire en ligne), p. 245
  3. Nicolas Viton de Saint-Allais, Nobiliaire universel de France : ou Recueil général des généalogies historiques des maisons nobles de ce royaume, vol. 5 (lire en ligne)
  4. a et b PLEADE (C.H.A.N. : Centre historique des Archives nationales (France)).
  5. Pierre Simon d'Alsace de Hénin-Liétard sur roglo.eu

Bibliographie

Annexes

Articles connexes

Liens externes