Philippe Vardon

Philippe Vardon
Fonction
Conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur 2015-2021 ()
Alpes-Maritimes
depuis le
Biographie
Naissance
(38 ans)
Nice
Nom de naissance
Philippe Vardon-Reybaud
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique

Philippe Vardon, né le à Nice, est un homme politique français.

Il fait ses débuts comme responsable du Bloc identitaire et de son antenne niçoise Nissa Rebela. Passé au Front national, devenu Rassemblement national, il est conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur depuis 2016 et membre du bureau national du parti depuis 2018.

Biographie

Philippe Vardon-Reybaud est né le à Nice[1]. Il est titulaire d'un diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) en science politique[2],[3].

Il est fondateur de Nissa Rebela[4]. Il est présent dans les médias pour parler des identitaires[5],[6].

Localement, il s'oppose à de nombreuses reprises aux positions du maire de Nice Christian Estrosi, notamment sur la question du financement des mosquées[7],[8]. En 2008, la liste qu'il conduit lors des élections municipales obtient, au premier tour, 3,03 % des suffrages exprimés[9].

En 2012, il est convoqué devant le tribunal de police de Nice pour répondre du chef de violence contre un responsable du Front national de la jeunesse[10]. Selon lui, c'était un « stupide accrochage dans le cadre des élections cantonales »[10],[11].

En 2013, il quitte le Bloc identitaire, qu'il a cofondé en 2003 — notamment avec Fabrice Robert — après la dissolution d'Unité radicale[12],[13], et décide d'adhérer au Rassemblement bleu Marine[4], mais Marine Le Pen ne souhaite pas qu'il obtienne sa carte, Philippe Vardon annonce qu'il n'encaissera pas le chèque de remboursement[14]. Selon Gilbert Collard, « c'est par erreur que Philippe Vardon a reçu une carte du Rassemblement Bleu Marine. Le bureau du RBM n'a pas validé la demande d'adhésion de Philippe Vardon »[15]. La présidente du FN accepte finalement mais « du bout des lèvres » l'adhésion de Philippe Vardon[16].

Il recueille 4,4 % des suffrages aux municipales de 2014[17] sous ses propres couleurs[18].

Adepte de la théorie du grand remplacement, il est l'auteur du livre L’imam Estrosi, demain à Nice 20 mosquées ?[19]. Il prône aussi la remigration[20].

Lors des élections régionales de 2015, il est élu conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur sur la liste de Marion Maréchal dans les Alpes-Maritimes en 5e position[21]. Il adhère au FN après avoir été élu[22]. L'historien Stéphane François estime alors que son parcours et son engagement radical peuvent « nuire à la stratégie de respectabilité de Marine Le Pen », ajoutant qu'il « cherche à se caser, il a clairement évolué. Il a abandonné la violence et, en privé, il fait le constat que le militantisme violent ne mène à rien »[13].

En 2016, il est condamné à six mois de prison pour sa participation à une bagarre en 2014 à Fréjus puis annonce qu'il va faire appel[23]. Sur son compte Twitter, il écrit : « J'avoue être sonné par ce jugement aberrant qui fait écho à l'injustice vécue par tant de victimes. Je fais bien entendu appel ! »[23].

Il est conseiller en communication de Nicolas Bay au Parlement européen[24]. D'après Mediapart, il inspire les notes hebdomadaires rédigées par le secrétariat général du FN en direction de ses militants — ce que l'intéressé et Nicolas Bay démentent[24].

Responsable du parti frontiste pour la première circonscription des Alpes-Maritimes[25] , il est membre de l'équipe de campagne de Marine Le Pen (cellule « idées et images », dirigée par Sébastien Chenu et Philippe Olivier)[26]. Libération relève alors qu'il « semble désormais apprécié par Marine Le Pen, qui en a fait un membre important de son équipe de campagne »[27].

Le 15 mars 2017, C8 diffuse un reportage dans lequel Benoît Loeuillet (conseiller régional FN) tient des propos révisionnistes. Philippe Vardon y apparaît également, et considère « inquiétant que tous les mecs qui [lui] serrent la main, [soient] noirs ». Benoît Loeuillet est suspendu par le parti d'extrême droite, aucune sanction n'est envisagée contre Philippe Vardon. Gilbert Collard réagit en déclarant qu'une enquête interne sera ouverte sur la section de Nice « mais, je vous en prie, sur la base de deux ou trois types qui disent des conneries, répréhensibles, dégueulasses, ne faites pas une vision générale. »[28],[29]. Michel Thooris (ancien conseiller police de Marine Le Pen, membre du comité central du FN et président de l'Union des patriotes français juifs) considère que Philippe Vardon est la « tête pensante » d'un réseau idéologique nuisant « gravement à la candidature de Marine Le Pen à la présidence de la République ». Selon lui, les « réseaux Vardon/Loeuillet infiltrés au Front national sont parfaitement connus et identifiés », et il estime qu'il serait incompréhensible que le parti « ne coupe pas définitivement la branche pourrie des réseaux Vardon »[30].

Le 17 mars, lors de la séance du conseil régional de PACA, Christian Estrosi met en cause Marion Maréchal pour ses « accommodements » avec certains de ses proches, dont Philippe Vardon : « Les saluts nazis de M. Vardon, Mme [Marion Maréchal], vous vous en accommodez ! Les chants xénophobes de M. Vardon, Mme Le Pen, vous vous en accommodez ! Les distributions de soupes au porc de M. Vardon, vous vous en accommodez, a lancé Christian Estrosi. La vérité Mme Le Pen, c'est que vous n'êtes pas républicaine. M. Vardon, c'est un héritier de Goebbels. M. Vardon a tout appris de lui et vous avec lui[29]. » Philippe Vardon annonce, sur ses comptes Twitter et Facebook, qu'il a l'intention de porter plainte contre les propos de Christian Estrosi[31].

Le 4 mai 2017, il remporte, devant le tribunal correctionnel de Nice, un procès en diffamation en obtenant la condamnation de Patricia Balme et du directeur de la publication d'iTélé — un « prétendu salut nazi » avait été évoqué par l'experte en communication politique au cours d'un débat télévisé[32].

Le 15 mai 2017, Nice-Matin annonce la candidature de Philippe Vardon dans la troisième circonscription des Alpes-Maritimes, face à l'élu sortant Rudy Salles[33]. De la conférence de presse organisée par le candidat le 18 mai, le même quotidien retient, comme axes de sa campagne, les phrases : « Il faut une vraie opposition dans le pays. Une opposition patriotique, la plus ferme et la plus déterminée possible. Une opposition au nom de la sécurité, de l'identité, de la prospérité. Il faut rétablir l'ordre, éradiquer la menace islamiste »[34].

Le , en réunissant 21,25 % des suffrages exprimés, il est qualifié pour le second tour des législatives, face à Cédric Roussel (REM) crédité de 31,91 % des voix. Au second tour, le 18 juin, il obtient 39,16 % et Cédric Roussel l'emporte avec 60,84 %[35].

En septembre 2017, il devient vice-président du groupe FN au conseil régional de PACA[36]. Au sein du FN, il est dans le même temps nommé au bureau départemental des Alpes-maritimes, comme responsable du bassin niçois. BFM TV relève alors qu'il « incarne l'ascension du mouvement [identitaire] au sein du parti »[37]. En mars 2018, à l'occasion du XVIe congrès du FN, il est élu au conseil national du parti (en 61e position) et intègre également le bureau national[38]. Il est directeur adjoint de campagne du Rassemblement national pour les élections européennes de 2019 chargé de la direction de la communication[39], et figure en 33e position sur la liste du parti[40].

Le 24 juin 2019, Philippe Vardon annonce qu'il sera le candidat RN à la mairie de Nice lors des élections municipales de 2020[41],[42].

Vie privée

Il est l'époux de Loriane Schoch, collaboratrice parlementaire de Marie-Christine Arnautu[43].

Ouvrages

  • Éléments pour une contre-culture identitaire, Nice, IDées, , 304 p. (ISBN 978-2-9531445-6-7).
  • L'Imam Estrosi : demain à Nice, 20 mosquées ?, Nice, IDées, , 126 p. (ISBN 979-10-92148-07-7).
  • Militants : 14 histoires qui sentent la colle et le gaz lacrymo., Nice, IDées, , 131 p. (ISBN 979-10-92148-05-3).

Notes et références

  1. « Législatives sur la Côte d’Azur : Connaître les candidats… », Nice Premium, 7 juin 2007.
  2. https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-nos-vies-connectees/20101125.RUE9422/show-de-police-contre-un-squat-de-demandeurs-d-asile-a-nice.html
  3. http://www.minute-hebdo.fr/tout-minute/societe/563-entretien-avec-philippe-vardon-la-violence-des-ultras-est-une-pratique-tres-codifiee
  4. a et b « Un ex du Bloc identitaire rejoint Marine Le Pen "comme des centaines de personnes" », sur lexpress.fr, (consulté le 14 mars 2017).
  5. entretien avec Caroline Fourest
  6. Philippe Vardon invité de l'émission Hondelatte
  7. Le HuffPost avec AFP, « Christian Estrosi : des militants anti-islam perturbent une séance de dédicace du maire de Nice » [vidéo], sur huffingtonpost.fr,
  8. Le figaro : Nice: des identitaires font annuler un bail
  9. « Les résultats au premier tour », sur lefigaro.fr
  10. a et b « Violence contre un militant du FN : comparution jeudi à Nice de Philippe Vardon », sur 20minutes.fr, (consulté le 14 mars 2017).
  11. A. G. et AFP, « Le chef de file d'extrême droite Philippe Vardon convoqué pour violence », sur bfmtv.com, (consulté le 14 mars 2017).
  12. Charlie Vandekerkhove, « Élections régionales en PACA : qui est Philippe Vardon, l'identitaire que Marion Maréchal Le Pen veut sur sa liste ? », sur rtl.fr, (consulté le 14 mars 2017).
  13. a et b Marin Turchi, « Philippe Vardon, l'embarrassant aiguillon du FN en Paca », Mediapart,
  14. « L'ancien leader du bloc identitaire Philippe Vardon reçoit un chèque de remboursement de son adhésion au Rassemblement bleu marine », sur europe1.fr, (consulté le 14 mars 2017).
  15. Geoffroy Clavel, « Pas d'Identitaire au FN: l'adhésion de Philippe Vardon refusée par le Rassemblement Bleu Marine », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 14 mars 2017).
  16. Béatrice Houchard, « Imbroglio autour de l'adhésion de Philippe Vardon au Rassemblement bleu marine », sur lopinion.fr, (consulté le 14 mars 2017).
  17. « Philippe Vardon, la sulfureuse recrue de Marion Maréchal-Le Pen », sur lejdd.fr, (consulté le 14 mars 2017).
  18. Thomas Baïetto, « Bloc identitaire, soupe au cochon et chant néo-nazi : Philippe Vardon, le "gros bras" du FN aux portes du conseil régional de Paca », sur francetvinfo.fr, (consulté le 14 mars 2017).
  19. Estelle Gross, « Qui est Philippe Vardon, futur allié de Marion Maréchal-Le Pen ? », sur nouvelobs.com, (consulté le 14 mars 2017).
  20. https://www.nouvelobs.com/politique/20150710.OBS2460/qui-est-philippe-vardon-futur-allie-de-marion-marechal-le-pen.html.
  21. Dominique Albertini, « Philippe Vardon, rassemblement brun Marion », sur liberation.fr, (consulté le 14 mars 2017).
  22. Marine Turchi, « Les cercles d’influence de Marine Le Pen », sur Mediapart, (consulté le 30 mai 2017).
  23. a et b Caroline Piquet et AFP, « Philippe Vardon, élu FN et ex-leader identitaire, condamné à 6 mois de prison », sur lexpress.fr, (consulté le 14 mars 2017).
  24. a et b Marine Turchi, « Législatives: les consignes internes du FN à ses candidats », sur Mediapart, (consulté le 30 mai 2017).
  25. « L’identitaire Philippe Vardon est (enfin) adhérent du Front national », sur droites-extremes.blog.lemonde.fr,
  26. Marie-Christine Tabet, « Le Front national joue la carte identitaire », sur lejdd.fr,
  27. Dominique Albertini, « Au FN, remous à venir dans la pétaudière niçoise », sur oeilsurlefront.liberation.fr, (consulté le 23 octobre 2017).
  28. C.L. avec l'AFP, « Le patron du FN à Nice, Benoît Loeuillet, suspendu pour des propos négationnistes », sur france3-regions,
  29. a et b Le parisien avec AFP, « Estrosi qualifie le FN Philippe Vardon d’ «héritier de Goebbels» » [vidéo], sur leparisien.fr,
  30. Sylvain Chazot, « Négationnisme au FN : le président de l'Union des patriotes français juifs met en cause l'ex-identitaire Philippe Vardon », sur lelab.europe1,
  31. Philippe Vardon, « Philippe Vardon dépose - à nouveau - plainte contre Christian Estrosi », sur facebook.com, 17 m&rs 2017
  32. Grégory Leclerc, « Philippe Vardon et salut nazi dans une vidéo : la justice a tranché », sur nicematin.com,
  33. « Législatives: Philippe Vardon candidat face à Rudy Salles », sur nicematin.com,
  34. « Législatives 2017 : les 5 punchlines à retenir de l'entrée en campagne de Philippe Vardon (FN) », sur nicematin.com,
  35. « Alpes-Maritimes (06) - 3ème circonscription », sur interieur.gouv.fr (consulté le 19 juin 2017)
  36. Marc de Boni et Emmanuel Galiero, « Au FN, la revanche des identitaires », sur lefigaro.fr, (consulté le 23 octobre 2017).
  37. « Philippot dénonce la place accordée aux identitaires au sein du FN », sur bfmtv.com, (consulté le 23 octobre 2017).
  38. « Marie-Christine Arnautu et Philippe Vardon ont été élus pour siéger au Conseil national du FN », sur nicematin.com, (consulté le 15 mars 2018).
  39. Charles Sapin, « Européennes : le RN se dote d'une équipe de campagne resserrée », sur lefigaro.fr, (consulté le 3 juin 2019).
  40. « Élections européennes : la liste des candidats du Rassemblement national », sur ouest-france.fr, (consulté le 3 juin 2019).
  41. « L’ex-leader identitaire Philippe Vardon candidat du RN pour les municipales à Nice », ,‎ (lire en ligne, consulté le 24 juin 2019)
  42. « Municipales : l'identitaire Philippe Vardon investi par le Rassemblement national à Nice - Œil sur le front », sur oeilsurlefront.liberation.fr (consulté le 24 juin 2019)
  43. http://blog.projetarcadie.com/content/qui-fait-quoi-chez-les-assistants-parlementaires-au-parlement-europeen.

Annexes

Bibliographie

  • « Philippe Vardon », dans Christian Bouchet (préf. Roland Gaucher), Les Nouveaux Nationalistes, Paris, Déterna, coll. « Politiquement incorrect », (ISBN 2-913044-39-5, notice BnF no FRBNF38842253), p. 295-316.
  • « Philippe Vardon, deuxième Identitaire », dans Michel Henry, La Nièce : le phénomène Marion Maréchal-Le Pen, Paris, Le Seuil, 2017, p. 149-163.

Liens externes

  • Notices d'autorité :
    • Fichier d’autorité international virtuel
    • International Standard Name Identifier
    • Bibliothèque nationale de France (données)
    • Système universitaire de documentation
    • Bibliothèque du Congrès
    • WorldCat