Philip Roth

Philip Roth
Description de cette image, également commentée ci-après
Philip Roth en 1973
photographié par Nancy Crampton.
Nom de naissance Philip Milton Roth[1]
Naissance
Newark, New Jersey, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 85 ans)
New York, État de New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain

Œuvres principales

Philip Roth, né le à Newark dans le New Jersey et mort le [2] à New York[1], est un écrivain américain.

Biographie

Jeunesse et formation

Petit-fils d'immigrés juifs originaires de Galicie arrivés aux États-Unis au tournant du XXe siècle, fils d'un agent d'assurances chez Metropolitan Life Insurance Company, le jeune Philip a une enfance heureuse à Weequahic , quartier de la petite classe moyenne juive de Newark, qui sera la scène principale d'un grand nombre de ses livres. Après des études à l'université Rutgers de Newark, à l'université Bucknell en Pennsylvanie, puis à l'université de Chicago, il enseigne les lettres à l'université de Chicago, puis l'écriture à l'université de l'Iowa jusqu'au début des années 1960[3], lorsqu'il s'établit à New York pour se consacrer à l'écriture. Longtemps après, il reprend ses activités d'enseignant de manière intermittente, en littérature comparée, à Princeton et à l'université de Pennsylvanie, jusqu'en 1992[3].

Débuts littéraires

Les influences les plus fortes sur l'écriture de Philip Roth sont les réalistes du XIXe siècle, particulièrement Henry James et Gustave Flaubert, les grands romanciers juifs-américains de la génération précédente, Saul Bellow et Bernard Malamud, ainsi que les humoristes du circuit des cabarets de New York et des hôtels de Catskill, berceau de l'humour Borscht Belt, où Henny Youngman, Lenny Bruce et autres Woody Allen firent leurs débuts.

Roth publie avec succès un premier recueil de nouvelles, Goodbye, Columbus, en 1959. Dix ans plus tard, il obtient une célébrité phénoménale avec la publication de Portnoy et son complexe, roman comique en forme de monologue d'un jeune avocat juif traumatisé par une mère à l'amour étouffant sur le divan de son psychanalyste. Satires vives et crues des mœurs de la petite bourgeoisie juive-américaine, ces deux livres suscitent la controverse au sein de la communauté juive, et valent à l'auteur d'être considéré comme l'« enfant terrible » du roman juif-américain jusqu'aux années 1990. Roth reviendra avec humour sur les attaques de ses plus virulents détracteurs dans son autobiographie Les Faits, et dans les premiers romans du « cycle Zuckerman », L'Écrivain des ombres, Zuckerman délivré et La Leçon d'anatomie, qui transposent ses débuts d'écrivain par le biais de son double fictionnel de prédilection, Nathan Zuckerman, auteur du scandaleux Carnovsky, qui n'est pas sans faire penser à Portnoy et son complexe.

Années 1970

Au début des années 1970, Roth s'essaie successivement à la satire politique (dans Tricard Dixon et ses copains), à la parodie kafkaïenne (dans Le Sein) et à la fable postmoderniste (dans Le Grand Roman américain), avant de revenir à un registre intimiste, avec Ma vie d'homme (1974), et à l'alliage ambigu d'autobiographie et de fantaisie romanesque qui faisait toute la réussite de Portnoy et son complexe et qui, dans Operation Shylock (1993), puis dans Le Complot contre l'Amérique (2004), l'imposera comme le maître de l'autofiction contemporaine.

Se prenant de passion pour Franz Kafka, il se rend régulièrement à Prague où il se lie aux dissidents et romanciers tchèques, parmi lesquels Milan Kundera et Ivan Klíma, ce qui lui vaut d'être interdit de séjour en Tchécoslovaquie en 1975. L'épisode inspirera l'intrigue de L'Orgie de Prague (1985), et Roth contribuera néanmoins à faire découvrir ces écrivains ainsi que d'autres romanciers d'Europe de l'Est, tel que Bruno Schulz, dans le monde anglophone en tant que directeur de collection pour les éditions Penguin.

Années 1980 et 1990

Jusqu'au milieu des années 1980, Roth partage sa vie entre les États-Unis et Londres, avec sa compagne, l'actrice britannique Claire Bloom (en couple à partir de 1975, ils divorcent en 1994[4]). Il livre les sentiments mêlés que lui inspire la société anglaise dans La Contrevie (1986) et Tromperie, et rédige deux livres autobiographiques, Les Faits, et Patrimoine (1991) qui conte la dernière année de la vie de son père, Herman.

Ayant renoué avec le succès critique et commercial grâce à son livre Le Théâtre de Sabbath (1995), portrait crépusculaire, cocasse et bouleversant d'un vieux marionnettiste nihiliste et lubrique, Roth entame l'une des périodes les plus prolifiques de son œuvre, et lui donne, depuis Pastorale américaine (1997), une inflexion historique, pour se pencher sur quelques-uns des grands moments de crise de la gauche américaine au XXe siècle et l'histoire de l'acculturation des Juifs originaires d'Europe de l'Est aux États-Unis.

Dernières années

En septembre 2012, il annonce, dans une interview du Point, qu'il arrête l'écriture et que Némésis sera son dernier roman[5]. Il le confirme en octobre 2012, lors d'un entretien avec Nelly Kaprièlian pour Les Inrockuptibles [6],[7].

Il meurt le 22 mai 2018, dans un hôpital de New York, à la suite d'une insuffisance cardiaque[8].

Analyse de l'œuvre

Comme celle de Thomas Wolfe, lecture qui le marqua quand il était adolescent[9], l'œuvre de Philip Roth forme une vaste fresque à la lisière de la fiction et de l'autobiographie, qui traite dans une prose aux qualités uniques d'ironie et de clairvoyance des thèmes aussi puissants que les tumultes de la sexualité et de la psychologie masculines, le poids de l'Histoire et de l'héritage, la hantise de la désagrégation du corps et de la mort, et la place du judaïsme et de la littérature dans la civilisation occidentale.

Notoriété et reconnaissance critique

Philip Roth accède à la reconnaissance internationale avec le recueil de nouvelles Goodbye, Columbus, qui remporte le National Book Award en 1960, et grâce à son best-seller Portnoy et son complexe (Portnoy's Complaint), paru en 1969. Son œuvre est notamment dédiée à son personnage et alter ego Nathan Zuckerman , dont le cycle débute avec L'Écrivain des ombres (Ghost Writer, 1979) et s'achève avec Exit le fantôme en 2007. Les romans de Zuckerman comptent neuf volumes, notamment les trois romans universellement célébrés de la « trilogie américaine » : Pastorale américaine (American Pastoral, 1997) qui remporte le prix Pulitzer ; J'ai épousé un communiste (I Married a Communist, 1998) ; et La Tache (The Human Stain, 2000), couronné du PEN/Faulkner Award. Auteur de vingt-huit romans, Philip Roth a également été acclamé pour Opération Shylock (Operation Shylock, 1993) et Le Complot contre l'Amérique (The Plot Against America, 2004).

Cité, en 2003, par le célèbre critique Harold Bloom parmi les quatre principaux auteurs américains vivants, avec Cormac McCarthy, Don DeLillo et Thomas Pynchon[10], il est avec ces deux derniers l'un des principaux représentants du courant postmoderne[11], mais son œuvre variée ne s'y résume pas. Adoptant un style satirique aussi bien que plus sérieux, mêlant souvent à ses romans des aspects autobiographiques, parfois même de façon avouée comme dans Tromperie (Deception, 1990) et Opération Shylock, Philip Roth est célébré comme l'un des grands auteurs juifs américains avec Saul Bellow et Bernard Malamud[11], identité qui nourrit souvent ses intrigues sur un ton humoristique (Portnoy et son complexe), et dans lequel évoluent le plus souvent ses personnages (à commencer par Nathan Zuckerman).

La réflexion de Roth sur l'identité américaine, notamment à travers l'histoire des années 1940 à 1960, nourrit ses œuvres les plus récentes (Pastorale américaine, Le Complot contre l'Amérique). Philip Roth a souvent été cité parmi les favoris du prix Nobel de littérature, mais ne l'a pas reçu de son vivant, fait qualifié d'anomalie par diverses autorités comme le New York Times[12], James Ellroy ou encore Toni Morrison, dernier lauréat américain[13].

Philip Roth est enfin l'un des rares auteurs américains vivant à voir son œuvre faire l'objet d'une édition par la Library of America , ce qui n'est arrivé que deux fois par le passé, avec Eudora Welty et Saul Bellow. La publication des neuf volumes s'est achevée à l'occasion du quatre-vingtième anniversaire de l'écrivain, en 2013[14],[15].

Polémique avec Wikipédia

En septembre 2012, Philip Roth écrit une lettre ouverte à Wikipédia (anglophone) après qu'il lui a été refusé d'ajouter, à la notice le concernant, des informations extraites d'une tribune qu'il publiait dans The New Yorker, mais pour lesquelles il n'existait pas d'autre source publiée[16]. Cette tribune constituant une source pour ses dires, ces derniers ont été reportés dans l'article à parution[17].

Prix

Distinctions et décorations

Œuvres

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Œuvre de Philip Roth.

Gallimard est l'éditeur de Philip Roth en France.

  • Romans et nouvelles (1959-1977), trad. de l'anglais (États-Unis) par Georges Magnane, Henri Robillot et Céline Zins et révisé par Brigitte Félix, Aurélie Guillain, Paule Lévy et Ada Savin. Édition de Brigitte Félix, Aurélie Guillain, Paule Lévy et Ada Savin. Préface de Philippe Jaworski, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2017, 1280 p.

Cycle Nathan Zuckerman

Première apparition de Nathan Zuckerman dans My Life as a Man, 1974, trad. Georges Magnane, Ma vie d'homme, 1976.

  • L'Écrivain des ombres, 1981 ((en) The Ghost Writer, 1979), trad. Henri Robillot
    Réédité sous le titre L'Écrivain fantôme dans Zuckerman enchaîné en 1987
  • Zuckerman délivré, 1982 ((en) Zuckerman Unbound, 1981), trad. Henri Robillot
  • La Leçon d'anatomie, 1985 ((en) The Anatomy Lesson, 1983), trad. Jean-Pierre Carasso
  • L'Orgie de Prague, 1987 ((en) The Prague Orgy, 1985), trad. Henri Robillot et Jean-Pierre Carasso
    Publié dans Zuckerman enchaîné en 1987

Les quatre romans ci-dessus sont réunis dans Zuckerman Bound (Zuckerman enchaîné), trilogie et épilogue.

Cycle David Kepesh

Cycle Nemesis

Romans indépendants

Recueil de nouvelles

Mémoires et essais

  • Du côté de Portnoy et autres essais, 1978 ((en) Reading Myself and Others, 1975), trad. Michel et Philippe Jaworski
  • Les Faits : Autobiographie d'un romancier, 1990 ((en) The Facts: a Novelist's Autobiography, 1988), trad. Michel Waldberg
  • Patrimoine : Une histoire vraie, 1992 ((en) Patrimony: a True Story, 1991), trad. Mirèse Akar et Maurice Rambaud
  • Parlons travail, 2004 ((en) Shop Talk: a Writer and His Colleagues and Their Work, 2001), trad. Josée Kamoun

Notes et références

  1. a et b (en) « Philip Roth, Towering Novelist Who Explored Lust, Jewish Life and America, Dies at 85 », sur The New York Times, (consulté le 22 mai 2018)
  2. « Philip Roth, un géant de la littérature américaine, est mort à 85 ans », sur Europe 1 (consulté le 23 mai 2018)
  3. a et b « 8 choses à savoir sur le célèbre écrivain Philip Roth », Le journal de Montréal,‎ (lire en ligne)
  4. Josyane Savigneau, « Roth, le trombone et moi », Vanity Fair n°53, décembre 2017, pages 128-135.
  5. Michel Schneider, « Philip Roth : « Pour un écrivain, seul compte l'impact qu'il a de son vivant » », Le Point,‎ (lire en ligne)
  6. Nelly Kaprièlian, « Philip Roth : "Némésis sera mon dernier livre" », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne).
  7. « Philip Roth : "Je ne veux plus être esclave des exigences de la littérature" » dans Le Monde du 14 février 2012.
  8. « L'écrivain américain Philip Roth est mort », Libération.fr,‎ (lire en ligne).
  9. 15 livres dont Philip Roth disait qu'ils avaient marqué sa vie par Clément Solym dans le magazine en ligne ActuaLitté du 23 mai 2018.
  10. (en) Harold Bloom,« Dumbing down American readers », The Boston Globe, 24 septembre 2003.
  11. a et b (en) Elaine B. Safer, « The double, comic irony, and postmodernism in Philip Roth's 'Operation Shylock' », MELUS, vol. 21, 1996.
  12. (en) Charles McGrath, « Lost in Translation? A Swede’s Snub of U.S. Lit », The New York Times, 4 octobre 2008.
  13. « Philip Roth aurait dû recevoir le Nobel depuis longtemps », bibliobs.com, 22 octobre 2008.
  14. (en) « Roth and Library of America », AP, 22 mars 2004.
  15. (en) Présentation des neuf volumes sur loa.org.
  16. (en) Tribune de The New Yorker du 7 septembre 2011.
  17. Actualitté du 11 septembre 2012.
  18. Voir sur lexpress.fr.
  19. (en) Site eitb.com.
  20. (en) « Philip Roth receives 'Literary Service' award », sur guardian.co.uk, (consulté le 2 mai 2013).
  21. (en) National Medal of Arts, sur www-news.uchicago.edu.
  22. (en) The New York Times, lundi 30 septembre 2013, p. C4. « Congratulations Philip Roth on being named Commander of the Legion of Honor by the Republic of France », Vintage, Houghton Mifflin Harcourt.

Annexes

Bibliographie

  • Rémi Astruc, Le Renouveau du grotesque dans le roman du XXe siècle, Paris, Classiques-Garnier, 2010
  • Patrick Badonnel, Daniel Royot et Derek Parker Royal, Philip Roth, American Pastoral, Paris, Atlande, 2011 (ISBN 978-2350301693)
  • (en) Philip Roth, les ruses de la fiction, André Bleikasten, Paris, Belin, coll. « Voix américaines », 2001 lire un compte-rendu
  • (en) Alan Cooper, Philip Roth and the Jews, SUNY Series in Modern Jewish Literature and Culture, 1996 (ISBN 0-7914-2910-5)
  • (de) Till Kinzel, Die Tragödie und Komödie des amerikanischen Lebens. Eine Studie zu Zuckermans Amerika in Philip Roths Amerika-Trilogie, Heidelberg, Winter, (American Studies, 137), 2006 (ISBN 3-8253-5223-4)
  • (en) Hermione Lee, Philip Roth, Methuen, 1982. Rééd. Routledge Revivals, 2010 (ISBN 9780415562416)
  • (en)S. Milowitz, Philip Roth Considered: The Concentrationary Universe of the American Writer, 2000 (ISBN 0-8153-3957-7)
  • (en) Norman Podhoretz, « The Adventures of Philip Roth », Commentary, octobre 1998 ; repris sous le titre « Philip Roth, Then and Now » dans The Norman Podhoretz Reader, 2004, p. 327-348
  • (en) Derek Parker Royal, Philip Roth: New Perspectives on an American Author, 2005 (ISBN 0-275-98363-3)
  • (en) Elaine B. Safer, Mocking the Age: The Later Novels of Philip Roth, SUNY Series in Modern Jewish Literature and Culture, 2006 (ISBN 0-7914-6709-0)
  • Steven Sampson, Corpus Rothi, Paris, Éditions Léo Scheer, coll. « Variations »
    • I. Une lecture de Philip Roth, 2011 (ISBN 978-2756103235)
    • II. Le Philip Roth tardif, de Pastorale américaine à Némésis, 2012
  • (en) George J. Searles éd., Conversations with Philip Roth, 1992 (ISBN 978-0-87805-558-6)
  • (en) Debra B. Shostak, Philip Roth-Countertexts, Counterlives, 2004 (ISBN 1-57003-542-3)
  • (de) Wiebke-Maria Wöltje, My finger on the pulse of the nation. Intellektuelle Protagonisten im Romanwerk Philip Roths, WVT (Mosaic, 26), Trèves, 2006 (ISBN 3-88476-827-1)
  • (en) Ross Posnock, « Philip Roth's Rude Truth: The Art of Immaturity », Princeton University Press, 2006 (ISBN 978-0-691-13843-5)
  • Entretien avec Philip Roth, Le Magazine littéraire (en ligne), n° 512, octobre 2011
  • Roth délivré : Un écrivain et son œuvre, Claudia Roth Pierpont , trad. Juliette Bourdin, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Hors série Littérature », 2016 (ISBN 978-2070145539)

Filmographie

  • Philip Roth de Claude Vajda et Denis Bisson, n° 161 de la collection Un siècle d'écrivains (diffusé le 29 avril 1998)

Liens externes