Petite Ceinture du 16e

Petite Ceinture du 16e
image illustrative de l’article Petite Ceinture du 16e
La promenade de la Petite Ceinture du 16e arrondissement, dans sa partie boisée.
Géographie
Pays France
Commune Paris
Quartier 16e arrondissement
Histoire
Création 2007
Accès et transport
Métro (M)(9) Ranelagh
(M)(9) La Muette
(M)(10) Porte d'Auteuil
Bus (BUS) RATP PC1 22 32 52
Localisation
Coordonnées 48° 51′ 25″ nord, 2° 16′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Petite Ceinture du 16e

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Petite Ceinture du 16e

La Petite Ceinture du 16e est un espace vert dans le 16e arrondissement de Paris, en France. s'étendant sur l'emprise de l'ancienne ligne d'Auteuil ouverte en 1854 à l'initiative des frères Pereire intégrée en 1867 dans la ligne de Petite Ceinture,

Caractéristiques

Pont de la rue Raffet franchissant la Petite Ceinture du 16e arrondissement en contrebas.

La Petite Ceinture du 16e reprend une partie du tracé de l'ancienne ligne de Petite Ceinture, désaffectée. Il s'agit d'un parc linéaire de 1,2 km de long, totalisant 2,3 ha[1], dans le sud-ouest du 16e arrondissement de Paris, longeant le boulevard de Beauséjour. Il relie le jardin du Ranelagh au nord à la Porte d'Auteuil au sud.

La promenade comprend trois accès :

Le parcours ne contient aucun élément ferroviaire, tous les rails ayant été supprimés. Le terrain a été laissé à l'état naturel, une fois débroussaillé lors de la réalisation d'un cheminement piétonnier.

Vues du jardin à ses différentes entrées

Histoire

Article détaillé : Ligne d'Auteuil.

La ligne d'Auteuil longue de 8 km fut ouverte en 1854 par les frères Pereire pour assurer un service rapide et commode de transport des voyageurs de la gare Saint-Lazare aux communes des Batignolles, de Passy et d'Auteuil annexées par la capitale peu après en 1860, en voie d'urbanisation à cette époque. La ligne fut ensuite intégrée en 1867 dans la petite ceinture, longue de 32 km construite autour de Paris durant la seconde moitié du XIXe siècle, afin de relier les gares parisiennes entre elles. Cependant, le trafic marchandises de cette partie de la petite ceinture resta très limité, le transit entre les gares parisiennes étant pour l'essentiel assuré par les parties nord, est et sud de la ligne. La desserte-voyageurs circulaire de la petite ceinture est fermée en 1934 mais celle de la ligne d'Auteuil est maintenue de Pont Cardinet à la Porte d'Auteuil. La démolition du viaduc d'Auteuil en 1962, interrompt la continuité du tracé circulaire de la petite ceinture. La partie de la ligne entre les stations de La Muette et Pereire-Levallois est ensuite intégrée dans la branche nord-ouest du RER C en 1985 ce qui entraine la fermeture de la ligne d'Auteuil et l'abandon du court tronçon au sud de l'ancienne station de la Muette jusqu'à l'ancienne gare d'Auteuil sur lequel la voie est déferrée en 1993.

La friche ferroviaire

Depuis l'arrêt de l'activité ferroviaire, la diminution de I'entretien et de la pression humaine a généré une évolution naturelle du milieu. La végétation herbacée de friche (mélilot, chélidoine, graminées, bouillon-blanc, orties...) a colonisé le talus et le ballast, accompagnée d'arbustes pionniers : buddleias, érables, baguenaucliers, sureaux, etc. L'évolution naturelle a créé une succession de formations végétales : la prairie, la lisière et un boisement. Ces strates offrent des paysages de clarières herbeuses, lumineuses, qui progressivement se referment pour devenir de véritables voûtes arborées très ombragées.

Aujourd'hui, les lianes (clématite, lierre, chèvre-feuille, houblon) ainsi que les ronces s'étendent et forment d'épais fourrés très favorables à la reproduction de la faune sauvage. Les graines des ligneux (érables, robiniers, ailantes) se disséminent rapidement et démarrent à l'ombre des lisières.

Une gestion écologique adaptée

Les jardiniers travaillent sur les différents milieux naturels, ouvrent des clairières, favorisent les boisements et leurs ambiances de sous-bois, débroussaillent, évitent la propagation des plantes invasives et cherchent à créer une mosaïque de milieux qui s'interpénètrent et offrent une grande valeur écologique à travers des paysages variés. Cette action permet de « bloquer » les dynamiques naturelles. En guidant et en contraignant la friche, de nouvelles espèces s'implantent, tout en respectant les cycles biologiques. Des naturalistes épaulent les jardiniers, réalisent des inventaires périodiques et assurent un suivi de la biodiversité.

Le sentier nature

Grâce à ce travail et à I'intervention de I'association Espaces qui a entretenu cette portion de la petite Ceinture entre 1997 et 2004 dans le cadre de chantiers d'insertion, le site est devenu un lieu de refuge pour la biodiversité sauvage et un corridor écologique permettant la circulation des espèces.

Annexes

Voir aussi

Références

Liens externes