Penthée

Penthée mis en pièces par Ino et Agavé, couvercle de lékanis, v. 450-425 av. J.-C., musée du Louvre
Scène centrale de la « mosaïque de Penthée », œuvre romaine, Nîmes

Dans la mythologie grecque, Penthée (en grec ancien Πενθεύς / Pentheús, de πένθος / pénthos, « la douleur, le chagrin »), fils d’Échion (l’un des Spartes), et d’Agavé (fille de Cadmos), est roi de Thèbes. Successeur de Cadmos sur le trône de Thèbes, il s’oppose à l’introduction du culte dionysiaque dans son royaume. Alors qu’il est caché dans un arbre du mont Cithéron pour épier la bacchanale, il est découvert et mis en pièces par les ménades, à la tête desquelles figure sa propre mère et ses deux tantes, Ino et Autonoé. C’est le sujet de la tragédie d’Euripide, les Bacchantes.

Selon Pausanias, les Corinthiens guidés par l’oracle de Delphes vénèrent des images taillées dans le bois de l’arbre où s’est caché Penthée.

Selon une scholie aux Phéniciennes d’Euripide, Penthée avait un fils nommé Oclasos. Ce fils serait le père de Ménécée, lui-même père de Créon et de Jocaste (ce qui les rapprocherait de la famille royale de Thèbes).

Interprétation

Étienne Coche de La Ferté après d'autres auteurs avance que la légende de Penthée « souffrant » se fonde sur un ancien sacrifique dans lequel Penthée figurait Dionysos. Ainsi, celui qui apparaît comme l'adversaire du dieu en est sa victime rituelle[1]

Sources

Bibliographie

  • Étienne Coche de La Ferté, Penthée et Dionysos: nouvel essai d'interprétation des "Bacchantes" d'Euripide, Librairie Droz, 1980

Références

  1. Étienne Coche de La Ferté, Penthée et Dionysos: nouvel essai d'interprétation des "Bacchantes" d'Euripide, Librairie Droz, 1980, p.115 et suiv.

Voir aussi