Peine de mort en Utah

Article principal : Peine de mort aux États-Unis.

La peine capitale est une peine qui peut être imposée pour meurtre aggravé.

Map of USA UT.svg

Méthodes d'exécution

Dès 1852, l'Utah laissait le choix aux condamnés entre la pendaison, la décapitation et le peloton d'exécution, mais la plupart d'entre eux optaient pour la troisième méthode[1]; la seconde ne fut jamais utilisée et fut supprimée vers la fin du XIXe siècle.

L'injection létale remplaça la pendaison comme méthode alternative à la fusillade en 1980.

Le , le gouverneur Gary Herbert signa une loi autorisant l'usage d'un peloton d'exécution dans les cas où il serait impossible pour les autorités de se procurer les produits nécessaires à l'injection létale[2].

Particularités locales

L'État s'est distingué pour avoir mis fin à un moratoire de dix ans sur les exécutions aux États-Unis en fusillant le célèbre Gary Gilmore en 1977, qui avait milité pour sa propre exécution. L’Utah est également le seul État à avoir utilisé le peloton d’exécution depuis le rétablissement de la peine de mort et le seul à pouvoir l’utiliser à l'avenir en vertu du choix de 3 des 8 condamnés à mort toujours incarcérés. Sur les six personnes que l’Utah a exécutées, seules deux n’étaient pas volontaires. Il s’agit de Dale Pierre Selby et William Andrews qui avaient, dans le cadre d’un cambriolage, séquestré, violé et torturé cinq personnes dans un magasin en 1974 ; une affaire toujours considérée comme l'une des pires jamais connues dans l’État. Elle est aujourd'hui enseignée dans les annales du FBI. Selby (nom qu’il a changé pour protéger sa famille) tua trois des victimes après qu'Andrews fut parti, mais la gravité des faits, d’autant que les deux survivants finirent grièvement handicapés et traumatisés, firent que même Andrews fut exécuté en vertu de la loi qui autorise la peine de mort pour felony murder.

La peine de mort est prononcée par le jury et l'ordre d'exécution signé par le juge. Le gouverneur siège dans le comité qui peut accorder une éventuelle commutation. Le peloton d'exécution se compose de cinq policiers volontaires.

Exécutions depuis le rétablissement

Criminel Date Méthode Victimes
Gary Gilmore 17 janvier 1977 peloton d'exécution Ben Bushnell et Max David Jensen
Dale Pierre Selby 28 août 1987 injection létale Stanley Walker, Michelle Ansley et Carol Naisbitt
Arthur Gary Bishop 10 juin 1988 injection létale Danny Davis, Alonzo Daniels et trois autres jeunes garçons
William Andrews 30 juillet 1992 injection létale Stanley Walker, Michelle Ansley et Carol Naisbitt
John Albert Taylor 27 janvier 1996 peloton d'exécution Charla Nicole King
Joseph Mitchell Parsons 15 octobre 1999 injection létale Richard Ernest
Ronnie Lee Gardner 18 juin 2010 peloton d'exécution Melvyn John Otterstrom et Michael J. Burdell

Références

  1. Death by firing squad
  2. (en) Steve Almasy et Dana Ford, « Utah to allow firing squads for executions », sur CNN, (consulté le 24 mai 2015)

Liens externes