Pauline Lafont

Pauline Lafont
Nom de naissance Pauline Aïda Simone Medveczky
Naissance
à Nîmes, Gard, France
Nationalité France Française
Décès (à 25 ans)
à Gabriac, Lozère, France
Profession Actrice

Pauline Lafont, née Pauline Medveczky le à Nîmes et morte le à Gabriac, est une actrice française.

Biographie

Pauline Lafont est la fille cadette de la comédienne Bernadette Lafont et du sculpteur hongrois Diourka Medveczky[1].

Elle pose à moitié nue dès l'âge de 16 ans dans le numéro 191 du magazine Lui (décembre 1979) en compagnie de sa mère et de sa sœur Élisabeth Lafont[2]. D'après le magazine Lui en 1983, ses mensurations sont 95-55-93 à cette date.

En 1984, elle joue dans un nombre de films dont L'amour braque d'Andrzej Zulawski, Poulet au vinaigre de Claude Chabrol ou encore Le pactole de Jean-Pierre Mocky[2].

Elle tient son rôle le plus important au cinéma dans le film L'Été en pente douce de Gérard Krawczyk en 1987[3].

Décès accidentel

Elle meurt accidentellement en août 1988 au cours d'une randonnée solitaire, après avoir chuté d'un pic haut d'une dizaine de mètres au lieu-dit « l'Adrech », situé dans la commune de Gabriac dans les Cévennes[4]. Elle passait alors des vacances avec son frère aîné dans la maison familiale de La Serre du Pomaret, ancienne magnanerie et demeure familiale de Bernadette Lafont, dans la commune de Saint-André-de-Valborgne. Alors qu'elle est partie seule le 11 août pour une randonnée pédestre, sa famille a pensé qu'elle reviendrait pour le festival de Suisse où elle devait recevoir un prix[5]. Sa mère Bernadette Lafont donne l'alerte en fin d'après-midi. Pendant deux jours, 20 gendarmes, un hélicoptère et 40 pompiers battent la campagne. Son corps, presque réduit à l'état de squelette, est retrouvé par un agriculteur, au fond du ravin au lieu-dit l'Adrech, le , soit plus de trois mois après sa disparition et malgré de nombreuses recherches effectuées par son frère, l'armée et la police, qui entend une centaine de personnes après une plainte contre X déposée par le frère de Pauline le 16 août pour « arrestation arbitraire et séquestration ». Elle est alors identifiée par sa bague et sa denture. L'autopsie a démontré qu'elle a fait une chute de 10 mètres et est morte sur le coup[6].

Entre le moment de sa disparition et la découverte de son corps, de nombreuses rumeurs ont circulé (retraite en couvent, fugue en Chine, entrée dans une secte, suicide consécutif à une dépression à la suite d'une rupture amoureuse et d'une cure d'amaigrissement) et des témoins ont affirmé l'avoir vue[7]. Mi-novembre 1988, Guillaume Durand affirmera même en direct lors du journal de 20 h de la chaîne La Cinq qu'il a « des assurances selon lesquelles Pauline Lafont est vivante », après avoir reçu des informations d'un interlocuteur anonyme selon lesquelles « Pauline désirait prendre du recul [et qu']elle sortira[it] de sa cachette dans quelques semaines »[8], déclaration pour laquelle il s'excusera à plusieurs reprises auprès de sa mère Bernadette Lafont[9].

Filmographie

Au cinéma

Télévision

Théâtre

Discographie

  • M'oublie pas - 1986 - Auteurs compositeurs : Elli Medeiros / Jacno - L.J. Records
  • Privée d'épices - 1988

Remarques

  1. (en) Anita Gates, « Bernadette Lafont, 74, Actress and Muse », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  2. a et b « Le destin tragique de Pauline Lafont », Premiere.fr,‎ (lire en ligne)
  3. « L'Été en pente douce de Gérard Krawczyk - (1987) - Film - Comédie dramatique - Critique - Télérama.fr » (consulté le 25 septembre 2017)
  4. Le soir, dépêche Associated Press, 22/12/1988
  5. Sabrina Champenois, « Bernadette Lafont, sans vague à l’âme », sur Libération.fr,
  6. Sabine Cayrol, « Novembre 1988. Pauline Lafont, l'espoir perdu de Bernadette », Paris Match, no 2053,‎ (lire en ligne)
  7. « Il y a 25 ans, l’affaire Pauline Lafont », sur Le Dauphiné,
  8. Les médias, une éthique, une transgression, Jérôme Bourdon, Réseaux n° 78 CNET, 1996, p.
  9. Aude Dassonville, « Durand purge le passé », Libération, (consulté le 26 juillet 2013)

Liens externes

  • Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • WorldCat