Paul Veyne

Paul Veyne
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Paul-Marie Veyne
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Distinctions
Œuvres principales

Paul-Marie Veyne, né le 13 juin 1930 à Aix-en-Provence, est un historien français.

Spécialiste de la Rome antique, ancien élève de l'École normale supérieure, membre de l'École française de Rome (1955-1957), il est professeur honoraire du Collège de France.

Biographie

Jeunesse et formation

Paul Veyne est issu d'un milieu modeste : des grands-parents agriculteurs, un père employé de banque puis courtier en vins[1]. Affecté d’une malformation congénitale dite Leontiasis ossea  qui lui relève en bosse la joue gauche[2], il est le premier de sa famille à obtenir son baccalauréat[3]. Il indique avoir été fasciné dès son enfance par les antiquités, notamment par la découverte à 8 ans d’une pointe d’amphore romaine gisant dans la terre près de Cavaillon[3]. Dans le premier entretien de son ouvrage Sexe et pouvoir à Rome, Paul Veyne distingue leur « religion sans Église », sa fascination pour l'art antique — qu'il rapproche de l'art italien et oppose à l'« art germanique » — et l'« absence de susceptibilité identitaire » comme des éléments expliquant son intérêt pour le monde gréco-romain[4].

Après une hypokhâgne au lycée Henri-IV à Paris, puis une khâgne au lycée Thiers de Marseille, Paul Veyne devint élève à l'École normale supérieure (1951-1955) et à l’École pratique des hautes études (1951-1954 et 1957-1962)[3],[5].

Après avoir réussi au concours de l'agrégation de grammaire (1955), il devient élève de l’École française de Rome. Il se lie d'amitié avec Georges Ville, un autre normalien parti lui aussi à Rome[6].

Après avoir publié un texte contre l'usage de la torture par les troupes françaises dans les guerres coloniales, il est pisté par la police[7]. Parallèlement, et sans grande conviction, il adhère au PCF, et le quitte, après l'insurrection de Budapest en 1956[8]. Il affirme n'avoir pas été capable de sortir un seul mot durant toutes les réunions de ses cinq années de participation, expliquant : « Je me trouvais en présence d'une secte, je ne comprenais pas de quoi il s'agissait, à quoi ça servait, ce qu'il fallait dire[8]... ». S'il confesse son admiration pour la base, il reconnait ne pas avoir été militant[9].

Carrière universitaire

Après avoir commencé sa carrière à la Sorbonne comme assistant, sa carrière universitaire se déroule à Aix-en-Provence à partir de 1961, où il finit professeur[5]. En 1975, il entre au Collège de France grâce à l'appui de Raymond Aron (alors abandonné par son ancien dauphin Pierre Bourdieu) qui veut voir en ce normalien celui qui s'occupera de ses travaux après sa mort. Mais Paul Veyne oublie de citer son nom lors de sa leçon inaugurale, ce qu'Aron ne lui pardonne pas. « Pour Aron, ce fut un choc terrible, le signe de mon ingratitude. Et à partir de ce jour, il se mit à me persécuter après m'avoir fait élire[10]... ». Il y reste en activité de 1975 à 1998, titulaire de la chaire d'Histoire de Rome[5].

En , il fait partie des 34 signataires de la déclaration rédigée par Léon Poliakov et Pierre Vidal-Naquet pour démonter la rhétorique négationniste de Robert Faurisson[11].

Travaux

Paul Veyne continue de publier des ouvrages où, pour une nouvelle écriture de l'histoire, il mêle l'érudition aux bons mots, les valeurs nietzschéennes (notamment à travers ses études des jeux du cirque) à une approche de l'objet puisée chez Michel Foucault[12]. Il revendique également l'influence des sociologues Max Weber et Georg Simmel, de l'historien Henri-Irénée Marrou et des travaux du jeune Aron sur la « philosophie critique de l'histoire »[13].

Il mène également une réflexion sur l'émergence et la victoire du christianisme dans l'Empire romain, problématique qui fait l'objet de son livre en 2007 Quand notre monde est devenu chrétien (312-394)[14].

Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Essai sur l'imagination constituante est son ouvrage le plus connu du grand public[15].

Parallèlement, il a publié une étude de référence sur l'œuvre et la personne de René Char[16], fruit d'une passion attentive de plus de quarante ans : René Char en ses poèmes (Gallimard, 1990), ainsi qu'un essai sur Michel Foucault (Albin-Michel, 2008)[17]. Il publie également un livre sur la peinture italienne qu'il considère comme inventive, inattendue, et qu’à chaque demi-siècle elle nous surprend par une nouveauté qui est un coup de génie[18].

En décembre 2015, il publie une réflexion sur l'histoire de Palmyre et de sa destruction récente par Daech[19],[20].

Pensée

Pour Veyne la notion de l'événement historique se trouve redéfinie à mille lieues de l'histoire-bataille et en rupture affichée avec tout déterminisme moniste[21]. Le problème à poser est donc celui du passage des événements vécus aux objets abstraits formalisés dans un système[22].

Chez Veyne, il y a toujours dans l’opération historiographique un paradoxe incontournable : l’histoire fait voir les disparus. Les hommes du passé y restent comme l’absent du récit ou du roman d’histoire[23]. Faute d’une présence et de la voix, tous ces disparus sont perçus comme l’autre, « le fantasme de l’historiographie »[24]. L’écriture poétique est partie prenante de la pratique disciplinaire, car elle permet le déplacement du passé-absent à une représentation-présent[25].

Dissertant sur le rôle de l’histoire dans la formation générale de l'homme cultivé, aussi bien que de son utilité spécifique, il considère que le principal mérite de cette science, c'est d'être un instrument de culture intellectuelle, d'habituer l'esprit à la méthode critique, de soumettre au raisonnement ce qui se dit et ce qui s'écrit[26].

Il considère également la religion comme l'un des composantes d’une civilisation, et non sa matrice. Par là se trouvait entériné le concept de culture tel que l’a introduit l’anthropologie. Ce n’est pas avec la culture mais avec des cultures que la religion entretient nécessairement un rapport qui selon les cas sera plus ou moins positif[27].

Dans son livre Le Pain et le cirque. Sociologie historique d'un pluralisme politique, Paul Veyne écrivait que l’évergétisme antique n’était ni un don pour l’obtention des magistratures, ni une redistribution des richesses destinée à acheter la « paix sociale »[28]. Les évergètes ne donnaient pas pour obtenir un pouvoir qu’ils avaient déjà par leur fortune, et cherchaient en fait à affirmer leur supériorité sociale en inscrivant leurs diverses largesses dans la « mémoire civique » de leur cité[29]. Un autre point important de la démonstration de Paul Veyne est qu’ils donnaient aux citoyens, et non aux pauvres[30]. Le pauvre était absorbé et masqué par le citoyen, même si un nombre considérable de citoyens étaient pauvres eux aussi. L’évergétisme n’avait rien à voir avec la charité chrétienne, car la finalité du donateur dans le christianisme était l’obtention du paradis, alors que l’évergète cherchait à atteindre par ses dons un but autrement plus concret[31].

Vie privée

Dans le dernier chapitre de son ouvrage Et dans l'éternité je ne m'ennuierai pas, Paul Veyne fait le récit de sa vie beaucoup plus intime[32],[33]. Il évoque notamment le suicide de son fils, le décès de celui de sa seconde épouse Estelle ou encore le pacte passé avec celle-ci pour officialiser et régir le ménage à trois qu’ils formeront avec la meilleure amie d'Estelle, Françoise[34],[35].

Appréciations

« Un peu plus tard, j'ai eu la plus grande expérience intellectuelle de ma vie en lisant le livre éblouissant de Paul Veyne, Le pain et le cirque »

— Jon Elster[36].

« Il y a deux grandes espèces de sceptiques : ceux qui ne croient à rien par paresse, par fatigue, par mollesse, esprits aussi « distingués » que totalement désintéressés de tout. Et ceux qui ne croient que ce qu’ils ont compris, éprouvé, prouvé et vérifié. Veyne appartient bien sûr à la seconde race, la bonne. »

— Claude Roy[37].

« P. Veyne m’a constamment aidé au cours de ces années. Il sait ce que c’est que rechercher, en véritable historien, le vrai ; mais il connaît aussi le labyrinthe dans lequel on entre dès qu’on veut faire l’histoire des jeux du vrai et du faux ; il est de ceux, assez rares aujourd’hui, qui acceptent d’affronter le danger que porte avec elle, pour toute pensée, la question de l’histoire de la vérité. Son influence sur ces pages serait difficile à circonscrire. »

— Michel Foucault, à propos des modifications introduites entre 1976 et 1984 dans la série de recherches sur l'Histoire de la sexualité[38].

Décorations

Distinctions et récompenses

Publications

Ouvrages

Couverture du Musée imaginaire de Paul Veyne : Zeus et Io, par Le Corrège
  • Comment on écrit l'histoire : essai d'épistémologie, Paris, Éditions du Seuil, « L'Univers historique », 1970 ; rééd. augmentée de « Foucault révolutionne l'histoire », 1978. (ISBN 2-02-002668-6) ; rééd. abrégée suivie de « Foucault révolutionne l'histoire » dans la collection « Points-histoire », 1979. (ISBN 2-02-005283-0) ; « Points-histoire », 1996[46]. (ISBN 2-02-028778-1)
  • Le Pain et le cirque. Sociologie historique d'un pluralisme politique, Paris, Éditions du Seuil, « L'Univers historique », 1976. (ISBN 2-02-004507-9) ; rééd. dans la collection « Points-histoire », 1995[47]. (ISBN 2-02-025463-8)
  • L'Inventaire des différences. Leçon inaugurale au Collège de France, Paris, Éditions du Seuil, 1976[48]. (ISBN 2-02-004508-7)
  • L'Élégie érotique romaine. L'amour, la poésie et l'Occident, Paris, Éditions du Seuil, « Pierre vives », 1983. (ISBN 2-02-006555-X) ; rééd. dans la collection « Points-histoire », 2003. (ISBN 2-02-062171-1)
  • Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Essai sur l'imagination constituante, Paris, Éditions du Seuil, « Des travaux », 1983. (ISBN 2-02-006367-0) ; rééd. dans la collection « Points-histoire », 1992. (ISBN 2-02-015953-8)
  • René Char en ses poèmes, Paris, Gallimard, « NRF essais », 1990. (ISBN 2-07-071974-X) ; rééd. dans la collection « Tel », 1995. (ISBN 2-07-074102-8)
  • La Société romaine, Paris, Éditions du Seuil, « Des travaux », 1991. (ISBN 2-02-012987-6) ; rééd. augmentée d'un texte liminaire dans la collection « Points-histoire », 2001. (ISBN 2-02-052360-4)
  • Le Quotidien et l'intéressant. Entretiens avec Catherine Darbo-Peschanski, Paris, Les Belles Lettres, 1995[49]. (ISBN 2-251-44048-8) ; rééd. Paris, Hachette, Pluriel, 1997. (ISBN 2-01-278817-3) ; 2006. (ISBN 2-01-279326-6)
  • Sexe et pouvoir à Rome, préface de Lucien Jerphagnon, Paris, Tallandier, 2005. Recueil d'articles précédemment publ. dans la revue L'Histoire (1978-2004). (ISBN 2-84734-244-3) ; rééd. dans la collection « Points-histoire », 2007. (ISBN 978-2-7578-0420-9)
  • L'Empire gréco-romain, Paris, Éditions du Seuil, « Des travaux », 2005[50] (Recueil d'articles augmentés et remaniés). précédemment publiés dans diverses revues (2000-2004). (ISBN 2-02-057798-4) ; rééd. Paris, Éditions France loisirs, 2006. (ISBN 2-7441-9610-X)
  • avec Laurent Greilsamer, René Char, Paris, Ministère des affaires étrangères, Culturesfrance, « Auteurs », 2007. (ISBN 978-2-35312-019-2)
  • Quand notre monde est devenu chrétien (312-394), Paris, Albin Michel, « Idées », 2007 (ISBN 978-2-226-17609-7). rééd. Paris, Le Livre de Poche, 2010[51].
  • Sénèque. Une introduction, préface de Lucien Jerphagnon, suivi de la lettre 70 des Lettres à Lucilius, Paris, Tallandier, « Texto », 2007. (ISBN 978-2-84734-424-0)
  • Michel Foucault. Sa pensée, sa personne, Paris, Albin Michel, Sciences humaines, 2008. (ISBN 2226179143) rééd. Paris, Le Livre de Poche, 2010.
  • Mon musée imaginaire, ou les chefs-d'œuvre de la peinture italienne, Paris, Albin Michel, Beaux livres, 2010[52]. (ISBN 9782226181879)
  • Et dans l'éternité je ne m'ennuierai pas, Paris, Albin Michel, 2014[53]. (ISBN 978-2-22625-688-1) rééd. Paris, Le Livre de Poche, 2016.
  • Palmyre. L'irremplaçable trésor, Paris, Albin Michel, 2015 (ISBN 9-782226-315113) rééd. dans la collection « Points-histoire », 2015[54].
  • La Villa des Mystères à Pompéi, Paris, Gallimard, coll. « Art et Artistes », 2016. (ISBN 9782070177592)

Éditions et travaux en collaboration

  • avec Roger Errera, Georges Ville (1929-1967). In memoriam, Aix-en-Provence, P. Veyne, 1972.
  • Sur l'individu, Paris, Le Seuil, 1985.
  • Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée ; vol. I, sous la direction de Paul Veyne: De l’Empire romain à l’an mil, Paris, Éditions du Seuil, « L’Univers historique », 1988.
  • « Foucault et le dépassement (ou achèvement) du nihilisme », in coll., Michel Foucault philosophe : rencontre internationale (Paris, 9-11 janvier 1988) ; Paris, Éditions du Seuil, « Des travaux », 1989, p. 399-402.
  • « Humanitas : les Romains et les autres » ; in Andrea Giardina (dir.), L'uomo romano, Bari, Laterza, 1989 ; - trad. fr., L’Homme romain, Paris, Éditions du Seuil, « L’Univers historique », 1992, p. 421-459.
  • Sénèque, Œuvres choisies: Entretiens. Lettres à Lucilius, édition établie (avant-propos, préface, bibliographie, chronologie, introductions, notes) et traduction revue par Paul Veyne, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1993 (ISBN 2-221-07127-1) ; rééd. 1998 (ISBN 2-221-07127-1).
  • avec Marie-Claude Char, René Char, La Sorgue et autres poèmes, textes intégraux ; texte établi d'après l'édition définitive et les éditions originales, édition, avant-propos et notes établis par Marie-Claude Char et Paul Veyne, Paris, Hachette, « Classiques Hachette. Poésie XXe siècle », 1994. (1- Texte (ISBN 2-01-020531-6) ; 2- Dossier du professeur (ISBN 2-01-020532-4))
  • avec François Lissarrague et Françoise Frontisi-Ducroux, Les Mystères du gynécée, Paris, Gallimard, « Le temps des images », 1998[55]. (ISBN 2-07-074738-7)
  • Religion et politique (Les Rendez-vous de l'Histoire, Blois 2005), Paris, Pleins Feux, 2005.
  • avec Louis Marin, Propagande expression roi, image idole oracle : Visibilité et lisibilité des images du pouvoir, Paris, Éditions Arkhê, 2011. (ISBN 978-2918682127)

Préfaces

  • à Machiavel, Le Prince, (Il Principe) suivi d'extraits des Œuvres politiques (Opere politiche) et d'un choix des Lettres familières (Lettere familiari), traduit de l'italien par Gohory, Toussaint Guiraudet et Edmond Barincou, Paris, Gallimard, « Folio », 1980. (ISBN 2-07-037173-5) ; rééd. 1988. ; rééd. « Folio Classique », 2007. (ISBN 978-2-07-034483-3)
  • à Peter Brown, Genèse de l'Antiquité tardive, (The Making of late Antiquity), traduit de l'anglais par Aline Rousselle, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des histoires », 1983. (ISBN 2-07-070026-7) ; rééd. Paris, Le Grand livre du mois, 1999. (ISBN 2-7028-3795-6)
  • à Sénèque, De la tranquillité de l'âme, (De Tranquillitate animi) traduit du latin par Colette Lazam, Marseille, Rivages, « Petite bibliothèque Rivages », 1988. (ISBN 2-86930-151-0) ; rééd. 1993. (ISBN 2-86930-474-9)
  • à Elisabeth Couturier, Ernest Pignon-Ernest. Propos recueillis par Elisabeth Couturier, Paris, Herscher, 1990. (ISBN 2-7335-0160-7) : rééd. 2003. (ISBN 2-7335-0362-6)
  • à La prière. Les « Hymnes d'Orphée », (« Hymnes orphiques ») traduits et présentés par Pascal Charvet, Paris, Éditions Nil, « Le cabinet de curiosités », 1995. (ISBN 2-84111-026-5)
  • à Peter Green, D'Alexandre à Actium. Du partage de l'Empire au triomphe de Rome, (Alexander to Actium. The Historical Evolution of the Hellenistic Age) traduit de l'anglais par Odile Demange, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1997. (ISBN 2-221-08471-3)
  • à Gérard Degeorge, Palmyre. Métropole caravanière, Paris, Éditions Imprimerie nationale, 2001. (ISBN 2-7433-0408-1)
  • à Paul Zanker, Un art pour le plaisir des sens. Le monde figuré de Dionysos et d'Aphrodite dans l'art hellénistique, (Eine Kunst für die Sinne. Zur Bilderwelt des Dionysos und der Aphrodite) traduit de l'allemand par Cécile Michaud, Paris, G. Monfort, « Imago mundi », 2001. (ISBN 2-85226-495-1)
  • à Lucien Jerphagnon, Julien, dit l'Apostat :Histoire naturelle d'une famille sous le Bas-Empire, Paris, Tallandier, 2008 (ISBN 978-2-84734-516-2) 
  • à Pierre Grimal et Claude Fouquet, Julien, la mort du monde antique, Paris, L'Harmattan, 2009. (ISBN 978-2-296-08075-1) 
  • à Georges Ville, La gladiature en Occident des origines à la mort de Domitien, Rome, École française de Rome, 2014. (ISBN 978-2728310739)
  • à Joël Thomas, Mythanalyse de la Rome antique, Paris, Les Belles Lettres, 2015. (ISBN 978-2251385709)

Traductions

  • Christian Meier, La Politique et la grâce. Anthropologie politique de la beauté grecque, (Politik und Anmut), traduit de l'allemand par Paul Veyne, Paris, Éditions du Seuil, « Des Travaux », 1987. (ISBN 2-02-009768-0)
  • Virgile, L'Énéide, Paris, Albin Michel/Les Belles Lettres, 2016. (ISBN 978-2226209108)[56]

Notes et références

  1. Comme il le raconte dans son autobiographie Et dans l'éternité je ne m'ennuierai pas (Albin Michel, 2014), chapitres 1 et 2.
  2. « Quand Paul Veyne se porte un intérêt désintéressé », sur larepubliquedeslivres.com, .
  3. a, b et c Paul Veyne, Sexe et pouvoir à Rome, Points histoire (2007) (ISBN 978-2757804209), p. 19
  4. Paul Veyne, Sexe et pouvoir à Rome, Points histoire (2007) (ISBN 978-2757804209), pp. 17-18
  5. a, b et c « Paul-Marie Veyne », sur college-de-france.fr
  6. Sarah Rey, « Le curieux Monsieur Veyne », sur laviedesidees.fr,
  7. Eric Loret, « L'âge des rembobinages », sur liberation.fr,
  8. a et b Paul Veyne, Sexe et pouvoir à Rome, Points histoire (2007}, p. 25
  9. « Paul Veyne: quand un spécialiste de l'antiquité devient l'historien de sa vie », La Croix,‎ (lire en ligne)
  10. Entretien avec Paul Veyne, Lire, décembre 2005 / janvier 2006.
  11. Valérie Igounet, Histoire du négationnisme en France, Paris, Le Seuil, coll. « La Librairie du XXe siècle », , 691 p. (ISBN 2-02-035492-6), p. 237.
  12. « Paul Veyne: "Le plaisir désintéressé de rêver à des choses différentes" », sur la-croix.com,
  13. « Entretien avec Paul Veyne », sur antiquitebnf.hypotheses.org,
  14. Monique Bile, « Paul Veyne, "Quand notre monde est devenu chrétien (312-394)" », Questions de communication, vol. 13,‎ , p. 366-370 (lire en ligne)
  15. François Flahault, Nathalie Heinich et Jean-Marie Schaeffer, « Entretien avec Paul Veyne », L'Homme, vol. 175-176,‎ , p. 233-249 (lire en ligne)
  16. Commentaire de Jean Roudaut, professeur d'université qui a écrit la préface des Œuvres complètes de Char dans la Bibliothèque de la Pléiade : « Il ne sera plus possible de se risquer à commenter un seul poème de René Char sans se référer à ce qui est dit dans ce livre [René Char en ses poèmes]. » in Le Magazine littéraire consacré à René Char, n°340, février 1996.
  17. Marie-Christine Granjon, « Paul Veyne, "Foucault, sa pensée, sa personne" », Critique internationale, vol. 45,‎ , p. 165-172 (lire en ligne)
  18. Jean Pierrard, « Le "Musée imaginaire" de l'historien Paul Veyne », sur lepoint.fr,
  19. — compte rendu critique dans la Revue des Études anciennes, 118, 2016, n°1, p. 371-375 par Annie Sartre-Fauriat : « […] Veyne a fait ce qu'aucun historien ne doit faire : écrire sous le coup de l'émotion. […] Plus graves en effet sont les erreurs historiques, les contradictions d'un chapitre à l'autre, les anachronismes, les renvois fautifs à quelques ouvrages que Veyne n'a probablement pas lus, car il leur fait dire le contraire de ce qu'ils ont défendu. ».
  20. Jean-Pierre Perrin, « Paul Veyne, pour le meilleur et pour Palmyre », sur liberation.fr,
  21. Julie Clarini, « Paul Veyne et Ivan Jablonka : "L’histoire peut s’écrire pleinement" », sur lemonde.fr,
  22. Michel de Certeau, « Une épistémologie de transition : Paul Veyne », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 27, no 6,‎ , p. 1317-1327 (lire en ligne)
  23. Pierre Michel Grenon, « Paul Veyne et Guy Dhoquois : "Science" historique et projets d’historiens », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 28, no 2,‎ , p. 259-269 (lire en ligne)
  24. Claude Dubar, « Veyne Paul, "Comment on écrit l'histoire. Essai d'épistémologie" », Revue française de sociologie, vol. 14, no 4,‎ , p. 550-555 (lire en ligne)
  25. Mathieu Devinat, « Réflexion sur l’apport de l’ouvrage. Comment on écrit l’histoire sur la formation à la recherche en droit », Les Cahiers de droit, vol. 52, nos 3-4,‎ , p. 659-670 (lire en ligne)
  26. François Hartog, « Paul Veyne naturaliste : l'histoire est un herbier », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 33, no 2,‎ , p. 326-330 (lire en ligne)
  27. Virginie Larousse, « Paul Veyne : La question des origines chrétiennes de la France est un faux débat », sur lemondedesreligions.fr,
  28. Ilana Friedrich Silber, « Entre Marcel Mauss et Paul Veyne : Pour une sociologie historique comparée du don », Sociologie et sociétés, vol. 36,‎ , p. 189–205 (lire en ligne)
  29. Yann Rivière, « 1976: Paul Veyne met au jour la logique des bienfaits », sur ehess.fr
  30. Jean Andreau (historien), Alain Schnapp, Pauline Schmitt-Pantel, « Paul Veyne et l'évergétisme », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 33, no 2,‎ , p. 307-325 (lire en ligne)
  31. Paul Veyne, « Panem et circenses : l'évergétisme devant les sciences humaines », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 24, no 3,‎ , p. 785-825 (lire en ligne)
  32. « Paul Veyne : quand un spécialiste de l'antiquité devient l'historien de sa vie », sur lepoint.fr,
  33. David Doucet, « Paul Veyne : "Quelle a été ma vie?" », sur lesinrocks.com,
  34. Philippe Simon, « Les mille vies de Paul Veyne », sur letemps.ch, .
  35. Christophe Ono-dit-Biot, « L'amour, la mort, les dieux... : la leçon de Paul Veyne », sur lepoint.fr,
  36. J. Elster (1940-…), Le laboureur et ses enfants : deux essais sur les limites de la rationalité, « Introduction », “La rationalité et les intellectuels français” ; Les Éditions de Minuit, « Propositions », 1986, p. 14.
  37. C. Roy (1915-1997), Chemins croisés (1994-1995), « 1995 : Automne », “Paul Veyne et René Char au passage”, Paris, mercredi 6 septembre 1995 ; Gallimard, « NRF », 1997, p. 235.
  38. M. Foucault (1926-1984), Histoire de la sexualité, t. II : L’Usage des plaisirs (1984), « Introduction », 1 : “Modifications” ; Gallimard, « Tel », no 279, 1997, p. 15.
  39. « Décret du 27 mars 2016 portant promotion dans l'ordre de la Légion d'honneur », sur legiondhonneur, (consulté le 27 mars 2016)
  40. « Nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres septembre 2016 », sur culture.gouv.fr
  41. a et b « Paul Veyne », sur academie-francaise.fr
  42. Communiqué de presse du Sénat, 2 juin 2007
  43. « Palmarès du prix Roger Caillois », sur lalettredulibraire.com
  44. « Le Prix Femina de l'essai décerné à Paul Veyne », sur lefigaro.fr,
  45. « Paul Veyne consacré par la BnF », sur lefigaro.fr,
  46. Raymond Aron, « Comment l'historien écrit l'épistémologie : à propos du livre de Paul Veyne », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 26, no 2,‎ , p. 1319-1354 (lire en ligne)
  47. André Reix, « Paul Veyne, "Le pain et le cirque. Sociologie historique d'un pluralisme politique" », Revue Philosophique de Louvain, vol. 29,‎ , p. 133-135 (lire en ligne)
  48. Charles Delvoye, « Paul Veyne, "L'inventaire des différences" », L'Antiquité Classique, vol. 46, no 1,‎ , p. 328-329 (lire en ligne)
  49. Albert Piette, « Veyne (Paul). "Le Quotidien et l'intéressant. Entretiens avec Catherine Darbo-Peschanski" », Archives de Sciences Sociales des Religions, vol. 96,‎ , p. 173 (lire en ligne)
  50. Patrick Le Roux, « L’Empire gréco-romain de Paul Veyne ou le retour à l’histoire des civilisations », Revue historique, vol. 645,‎ , p. 85-97 (lire en ligne)
  51. Daniel Vidal, « Paul Veyne. Quand notre monde est devenu chrétien (312-394) », Archives de sciences sociales des religions, vol. 142,‎ (lire en ligne)
  52. Arnaud Devillard, « Mon musée imaginaire, le livre d'art à la sauce numérique », sur sciencesetavenir.fr,
  53. « La traversée du siècle de Paul Veyne », sur lexpress.fr,
  54. Jean-Baptiste Bing, « Veyne P., "Palmyre. L’irremplaçable trésor" », Revue de livres,‎ (lire en ligne)
  55. Sandra Boehringer, « Paul Veyne, François Lissarrague et Françoise Frontisi-Ducroux, "Les Mystères du gynécée, Paris, Gallimard, coll. « Le temps des images" », Clio, vol. 9,‎ (lire en ligne)
  56. Laurent Larcher, « "L’Enéide" selon Veyne », sur la-croix.com,

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Catherine Darbo-Peschanski, « Veyne (Paul) », dans Jacques Julliard et Michel Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels français : les personnes, les lieux, les moments, Paris, Le Seuil, (ISBN 978-2-02-099205-3), p. 1402-1404.
  • Alexandre Escudier, « Veyne (Paul) », dans Sylvie Mesure et Patrick Savidan (dir.), Le dictionnaire des sciences humaines, Paris, Puf, , p. 1210-1211.
  • Patrick Le Roux, « Paul Veyne », dans Les historiens, Paris, Armand Colin, , p. 301-315.

Liens externes

  • Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • CiNii • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale de la Diète • Bibliothèque nationale d’Espagne • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque universitaire de Pologne • Bibliothèque nationale de Catalogne • WorldCat
  • Ressources relatives à la recherche : Canal-U • Collège de France • Isidore • Persée
  • "Entretien avec Paul Veyne", 28 septembre 2017, Carnet de recherches Hypothèses "L'Antiquité à la BnF"