Paul Barras

Paul Barras
Paul Barras.jpg
Paul Barras portant son costume d'apparat de Directeur.
Fonctions
Directeur
Directoire
-
Député de la Convention nationale
Alpes-de-Haute-Provence
-
Titre de noblesse
Vicomte
Biographie
Naissance

Fox-Amphoux (Provence)
Décès
(à 73 ans)
Paris
Sépulture
Nom de naissance
Paul François Jean Nicolas de Barras
Activités
Autres informations
Partis politiques
Grade militaire
Père-Lachaise - Division 28 - Barras 01.jpg
Tombe de Barras au Père-Lachaise.

Paul de Barras, dit le vicomte de Barras, puis Paul Barras, né le à Fox-Amphoux et mort le à Paris, est un noble français, homme politique révolutionnaire, général de la Révolution et de l’Empire. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise.

Député à la Convention nationale pendant la Révolution française, il vote la mort de Louis XVI. Il apparaît comme l’un des hommes-clés de la transition vers le Directoire, dont il devient l'un des principaux Directeurs à partir du 31 octobre 1795, et jusqu'au coup d'État du 18 Brumaire an VIII.

Carrière militaire

Né dans une famille de vieille noblesse provençale, cousin de Jacques-Melchior de Barras de Saint-Laurent, vice-amiral qui s'est distingué dans la Guerre d'indépendance américaine, Paul de Barras est le fils d'un capitaine d'infanterie, il entre dans l’armée à l’âge de seize ans en 1771, sert aux colonies (Isle de France) et prend part à des actions militaires aux Indes sous Bellecombe et le bailly de Suffren. Il concourt en Inde à la défense de Pondichéry contre les Anglais en 1778, et il est fait prisonnier.

Une fois libéré il rentre en France en 1780, sur le Sartine qui s'échoue à l'entrée du port de Marseille[1],[Note 1]. Lors de son 2e engagement, il se trouve à bord de l'Actif de l'escadre de Suffren. Il rentre définitivement en France en 1783 à bord de la Julie bien-aimée. En 1786, il met fin à sa carrière en donnant sa démission au maréchal de Castries, ministre de la Marine, sous prétexte de maladie[2]. Il se retire avec le grade de lieutenant, sa promotion ayant été refusée, et vient à Paris où il fréquente, en particulier, la cantatrice Sophie Arnould.

Sous la Convention, nommé représentant en mission, il est chargé de réprimer l'insurrection fédéraliste à Marseille, puis à Toulon. Après la soumission de la ville de Marseille, il organise le siège de Toulon et la reprise de la ville, qui sera réalisée le . Il est promu général de brigade le .

La Révolution française

C’est par hasard qu’il assiste à la prise de la Bastille le 14 juillet 1789. Jusqu’alors, le vicomte de Barras n’a pas d’idées politiques bien arrêtées. Il rencontre Mirabeau chez Sophie Arnould. Peut-être est-ce cette rencontre qui l’incite à adhérer à la franc-maçonnerie, puis au club des jacobins et à se lancer dans la politique comme républicain. Candidat à la Législative, il est élu délégué du Var, parmi 554 autres délégués. Il n’est pas élu député, mais membre de la Haute-Cour d'Orléans. Celle-ci devant être dissoute, il rentre à Paris et est nommé commissaire près de l’armée d'Italie.

Par contrat signé en date du , Barras épouse une femme de son pays, Marie-Pélagie Templier, née le à Cotignac dans une famille roturière[3]. La dot doit s’élever initialement à 70 000 livres, mais Marie-Pélagie « n’apporte que son trousseau » puisqu’une clause prescrit le versement de la somme uniquement à la mort de son oncle Louis Moustiers. « Monarchiste et pieuse », l’épouse de Barras demeure une grande partie de sa vie à Fox-Amphoux, ne rejoignant Paul à Paris que peu de temps avant sa mort[4].

La Convention

Élu député suppléant du Var à la Convention en 1792, il siège avec les Montagnards et vote la mort du roi Louis XVI. Après la mort de ce dernier, la Convention, attaquée de toutes parts, nomme des représentants délégués dans les provinces et aux armées. Il part en mission dans les Basses et les Hautes-Alpes, puis une nouvelle fois à l'armée d’Italie. Face à l'insurrection qui se forme à Toulon, puis à Marseille, il fait preuve d'initiative et de courage et, persuadé de la trahison du général Brunet, il le fait arrêter au milieu de son armée. C'est là qu'il reçoit l'ordre de reprendre Toulon qui, insurgée sous l'action du parti royaliste, a ouvert le port aux flottes ennemies, britannique et espagnole, et livré une partie de la flotte aux Britanniques.

Craignant un débordement des ennemis, Barras confie à un jeune capitaine d’artillerie, nommé Napoléon Bonaparte, la défense des côtes de Provence. « Bonaparte, écrit Barras dans ses mémoires, faisait preuve alors de beaucoup d’activisme, et n’hésitait pas à se dire ultra-montagnard ». Barras lui accorde sa bienveillance et sa protection, mais ne lui attribue qu’un rôle secondaire dans la prise de Toulon. « Le meneur de la prise est le général Dugommier ».

Pourtant, après le siège de Toulon, Bonaparte est nommé général de brigade, avec ordre de se joindre à l'armée d'Italie. Il charge et couvre Fréron qui exerce une répression sanglante sur la population toulonnaise (fusillade de masse, fosses communes sur le champ de Mars à l'entrée de la ville, débaptisée et appelée Port-la-Montagne)

Il rappelle Bonaparte plus tard, le , lors de l'insurrection royaliste qui menace la Convention.

La Terreur

Paul Barras.

De retour à Paris, il est acclamé à la Convention. Par contre, l’accueil du Comité de salut public est glacial. Éloigné de Paris depuis un certain temps, il est surpris de voir la Terreur atteindre un tel paroxysme. Bientôt on l’accuse. Il est dénoncé pour avoir destitué le Tribunal révolutionnaire de Marseille. Ulcéré, il se bat et obtient gain de cause à la Convention et au club des Jacobins. Quelque temps plus tard, c’est en vain qu’il se rend avec Danton et Laignelot (Danton a été accusé de pillage lors d’une mission en Belgique) chez Robespierre. Le 31 mars 1794, Danton est arrêté.

La nuit du 9 au 10 thermidor an II, gravure coloriée de Jean-Joseph-François Tassaert d'après Fulchran-Jean Harriet, musée Carnavalet, vers 1796.

Certains mémoires et écrits postérieurs au 9 Thermidor[5] présentent Barras comme un anti-robespierriste résolu, avant même la chute de l'Incorruptible. Toutefois, de telles sources se révèlent tardives et douteuses[6]. Par la suite, l'historiographie évoque parfois Barras comme un opposant mû par la crainte de voir Robespierre lui reprocher ses malversations et excès terroristes présumés[7]. Or, d'après l'un des fragments autographes intégrés à ses Mémoires apocryphes, Barras affirme que lui et l'Incorruptible se considéraient comme des soutiens mutuels face à une « majorité factieuse des comités ». Du reste, le rappel à Paris du représentant en mission semble avoir été principalement décidé par deux autres membres du Comité de salut public, Billaud-Varenne et Collot d'Herbois[8].

Le 9 Thermidor an II, durant la séance houleuse qui précipite la chute de Robespierre à la Convention nationale, Barras — peut-être surpris par l'événement — n'adopte pas immédiatement une ligne de conduite[9]. Robespierre et ses partisans sont arrêtés, puis libérés par les troupes de la Commune de Paris. Lors d'une séance vespérale tenue à la Convention, des collègues députés pressent Barras de commander les soldats de la Garde nationale demeurés fidèles à l’assemblée. Son nom est vraisemblablement lancé en considération de son expérience militaire, et non d’un quelconque positionnement politique à l'encontre des robespierristes. Le député du Var commence par refuser, puis accepte la nomination de général en chef devant l’insistance de la Convention. Contrairement aux allégations ultérieures de Germaine de Staël[10], Barras ne semble pas agir, ce soir-là, par souci « idéaliste » de mettre fin à la Terreur.

Commandant de la force armée de Paris, il s’empare de la personne de Robespierre.

Le Directoire

Paul Barras en costume de directeur.
Gravure coloriée de Pierre Alexandre Tardieu d'après un portrait par Hilaire Ledru.
Les directeurs (Barras au centre).

Un peu plus tard, il est nommé membre du Comité de sûreté générale (décembre 1794), puis président de la Convention thermidorienne (février 1795). Il est chargé de défendre la Convention contre les insurgés. Son rôle dans la journée du 13 Vendémiaire an IV (5 octobre 1795) est capital. Secondé par le général Bonaparte, il disperse l’insurrection par la mitraille. Il est élu au Directoire dès sa création le 31 octobre 1795. Il joue un rôle-clé sans discontinuer pendant 4 ans, incarnant une gauche thermidorienne, mais ferme face aux menées royalistes. Il forme avec Reubell et La Réveillère une sorte de triumvirat. Pour assurer leur puissance, ces trois directeurs organisent le coup d'État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797) et proscrivent deux de leurs collègues, Barthélemy et Lazare Carnot, le Président du Conseil des Anciens André-Daniel Laffon de Ladebat, ainsi qu’un grand nombre de membres des deux Conseils, accusés de tendances royalistes, comme les députés Jean-Charles Pichegru, Willot ou encore Viénot-Vaublanc. Il participe aussi au coup d'État du 22 floréal an VI (11 mai 1798) invalidant l’élection de 106 députés jacobins. Peut-être a-t-il entamé en 1799 une négociation avec les Bourbons en vue d’une restauration de Louis XVIII[11], mais il est devancé par le coup d'État du 18 Brumaire (9 novembre 1799).

Opportuniste, Barras charge à deux reprises en 1796 et 1797, son ami, le prospère entrepreneur Christophe Potter, d’une négociation secrète auprès de l'Angleterre visant à rétablir la monarchie française en échange d’une forte somme (15 millions de francs). À cet effet, Potter rencontre le ministre anglais, James Harris (1er comte de Malmesbury), qui ne prend pas sa proposition au sérieux. Ce lord et le comte Vincent-Marie de Vaublanc, parent par alliance de Potter, ont attesté tous deux de ce fait, dans leurs mémoires[12].

Le 18 Brumaire, l’exil, la fin de vie

À son retour d’Égypte, Bonaparte s'allie avec Sieyès pour renverser le Directoire. Au matin du 18 Brumaire, Barras démissionne du Directoire apportant ainsi « un concours inestimable à la réussite du coup d’État[13]. » D’abord relégué dans son domaine de Grosbois, il est contraint à l’exil à Bruxelles. Il revient ensuite en Provence, avant un nouvel exil à Rome en 1810.

Sous la Restauration, il est autorisé, bien que régicide, à rentrer après la chute de l’Empire car c’est l’un des rares régicides à n’avoir pas adhéré à l’Acte additionnel aux constitutions de l’Empire, pendant les Cent-Jours.

Mort accablé d’infirmités, oublié, dans le quartier de Chaillot, il est inhumé dans la 28e division du cimetière du Père Lachaise à Paris.

Vie privée, hommages et légendes

Caricature anglaise de James Gillray (vers 1805) dépeignant Mme Tallien et Joséphine de Beauharnais dansant nues devant Barras durant l’hiver 1797, tandis que le général Bonaparte observe la scène.

Avec sa vie accidentée et sa personnalité provençale haute en couleurs, le personnage de Paul Barras se prête aux anecdotes et aux légendes.

Considéré comme homosexuel par certains auteurs[14],[15],[16],[17], Barras était connu dans les salons parisiens pour aimer s’entourer de femmes belles et spirituelles. C’est lui qui facilite le mariage, dont il sera le témoin, entre Joséphine de Beauharnais et Napoléon Bonaparte. Il est en particulier le grand ami de Thérésa Cabarrus, surnommée « Notre-Dame de Thermidor » parce qu’elle a poussé son amant d’alors, le conventionnel Tallien, à renverser Robespierre. Elle lui tient lieu d’épouse et recevait pour lui, si bien qu’on la surnomme cette fois « la reine du Directoire ».

Barras vécut un temps à Suresnes, où il recevait des amis comme Talleyrand. Ce dernier a par la suite raconté la tristesse de son ami, qui venait d'apprendre la noyade d'un de ses mignons à la suite d'un bain le long de l'île de la Jatte[18].

Pendant la période révolutionnaire, un certain nombre de communes ont changé de nom. La commune de Saint-Maximin ayant ainsi pris le nom de Marathon, celle de Saint-Raphaël, voisine, a décidé de s’appeler « Barrathon », en arguant que si leurs voisins rendaient hommage à Marat (Marat-thon), eux rendaient hommage à Barras (Barras-thon).

Le personnage de Paul Barras est évoqué dans l’opérette la Fille de madame Angot dont l’action se situe pendant le Directoire et dont un des personnages est Mademoiselle Lange, sa favorite. Barras est également l'un des personnages principaux de la pièce de Victorien Sardou : Paméla, marchande de frivolité (1898).

Le Directoire et son gouvernement sont une période mal aimée de l’histoire de la Révolution ; certains historiens estiment même que la Révolution s’est achevée le 10 thermidor an II. Paul Barras pâtit du même discrédit, entretenu par la mythologie napoléonienne. Pourtant, comme le soulignent notamment les historiens Jean Tulard et Georges Lefebvre, de nombreuses réformes attribuées au Consulat et à l’Empire ont été préparées et élaborées par le Directoire.

Publications

  • Paul Barras, Mémoires de Barras, membre du Directoire : Ancien régime-Révolution, vol. I, Paris, Hachette, 1895-1896, 464 p. (lire en ligne)
  • Paul Barras, Mémoires de Barras, membre du Directoire : Le Directoire jusqu'au 18 Fructidor, vol. II, Paris, Hachette, 1895-1896, 562 p. (lire en ligne)
  • Paul Barras, Mémoires de Barras, membre du Directoire : Le Directoire du 18 Fructidor au 18 Brumaire, vol. III, Paris, Hachette, 1895-1896, 567 p. (lire en ligne)
  • Paul Barras, Mémoires de Barras, membre du Directoire : Consulat – Empire – Restauration, vol. IV, Paris, Hachette, 1895-1896, 588 p. (lire en ligne)
  • Mémoires (édition présentée et annotée par Jean-Pierre Thomas). Paris, Mercure de France, coll. « Le Temps retrouvé », 2005. 395 pages. (ISBN 2-7152-2513-X). Compte rendu de cette édition par Michel Biard dans les Annales historiques de la Révolution française, no 343, 2006, p. 247-249. Précédentes éditions, sous une forme parfois plus complète, en un ou plusieurs volumes, en 1895-1896, 1946, 1969 et, sous forme de microfiches, en 1995.
  • Autre édition des Mémoires. Clermont-Ferrand : Paléo, coll. « Sources de l’histoire de France : la Révolution française », 2004. 2 volumes :
    • Pondichéry-Toulon : 1769-1793 [Mémoires, tome 1]. 226 p., 21 cm. (ISBN 2-84909-106-5).
    • Thermidor : 1793-1795 [Mémoires, tome 2]. 204 p., 21 cm. (ISBN 2-84909-107-3).

Notes et références

Notes

  1. D'après ses mémoires, c'est Georges-René Pléville Le Pelley, commandant du port et de la marine de Marseille, qui dégage le port en treuillant la frégate à quai :
    « mai 1780 : Dès que notre vaisseau fut réparé, nous quittâmes Cadix et prîmes la direction de Marseille. Nous échouâmes à l'entrée du port par la maladresse d’un remplaçant du capitaine Dallés, tué sous le cap Saint-Vincent. M. de Pléville, commandant du port et de la marine, plein d'activité, quoiqu'il eût une jambe de bois, parvient par des manœuvres qui lui étaient familières, à remorquer notre vaisseau sur le quai. (in Mémoires de Barras, membre du Directoire : Ancien régime-Révolution, p. 24-25) »

Références

  1. Sardine.
  2. [1]demission.
  3. Son père Jean est tanneur.
  4. Le Bozec 2016, p. 58-61.
  5. Mémoires apocryphes de Barras, mémoires du comte d'Allonville, Souvenirs de Lombard de Langres…
  6. Monteagle 1977, p. 379-380.
  7. Monteagle 1977, p. 377.
  8. Monteagle 1977, p. 378.
  9. Monteagle 1977, p. 380.
  10. Monteagle 1977, p. 380-381.
  11. Jean-Baptiste Capefigue, Histoire de la Restauration et des causes qui ont amené la chute de la branche aînée des Bourbons, Paris, Wouters, Raspoet et Cie, , 255 p. (lire en ligne), p. 61.
  12. Valfré Patrice, Christopher Potter, le potier révolutionnaire, et ses manufactures de Paris, Chantilly, Montereau, Bagneaux sur Loing, 2012, p. 143-145.
  13. Patrice Gueniffey, Bonaparte, Paris, Gallimard, , 860 p. (ISBN 978-2-07-076914-8), p. 478.
  14. Pierre Branda, Joséphine de Beauharnais, Paris, edi8, , 489 p. (ISBN 978-2-26206-541-6, lire en ligne), p. 83.
  15. Marie-Laure Susini, Éloge de la corruption, Paris, Fayard, , 288 p. (ISBN 978-2-21364-792-0, lire en ligne), p. 68.
  16. Georges Valensin, Le Lit de Joséphine : vie sexuelle de Napoléon et Joséphine, Paris, La Table ronde, , 216 p., 20 cm (OCLC 175460, lire en ligne), p. 28.
  17. Michel Larivière, Homosexuels et bisexuels célèbres : le dictionnaire, Paris, Delétraz, , 393 p. (ISBN 978-2-91111-019-1, OCLC 863276869, lire en ligne), p. 60.
  18. Jean Prasteau, Voyage insolite dans la banlieue de Paris, Librairie académique Perrin, 1985, p. 114.

Annexes

Sources

Les papiers personnels de Paul Barras sont conservés aux Archives nationales sous la cote 171AP[1].

Bibliographie

Le directeur Barras. Lithographie de François-Séraphin Delpech d'après un portrait par Nicolas-Eustache Maurin, 1826.
  • Christine Le Bozec, Barras, Paris, Perrin, , 400 p. (ISBN 978-2-26204-709-2, présentation en ligne).
  • Henry Monteagle, Barras avant le Directoire (1775-1795), thèse sous la direction d'Albert Soboul, 1974, présentation en ligne (nécrologie de Henry Monteagle).
  • Henry Monteagle, « Barras au Neuf thermidor », Annales historiques de la Révolution française, no 229,‎ , p. 377-384 (lire en ligne).
  • Henry Monteagle, « La première rencontre de Barras et de Bonaparte », Revue de l'Institut Napoléon, no 69,‎ , p. 141-145.
  • Michel Biard, « Contrainte ou liberté économique ? Les représentants du peuple en mission et le ravitaillement de Paris en l'an III », Annales historiques de la Révolution française, no 329,‎ , p. 35-53 (lire en ligne).
  • Alfred Marquiset, Quand Barras était roi, Paris, Émile-Paul, , 251 p. (présentation en ligne, lire en ligne).
  • Henri d’Alméras, Barras et son temps : scènes et portraits, Paris, Albin Michel, (lire en ligne), p. 388.
  • Jean Bréhat, De Thermidor au Consulat : Barras, ou les Jeux corrupteurs de la politique et de l’amour, Paris, Baudinière, , 320 p. (lire en ligne).
  • Jacques Vivent, Barras : le « Roi » de la République (1755-1829), Paris, Hachette, , 250 p. (lire en ligne).
  • Jean Savant, Tel fut Barras : l’homme qui « inventa » Bonaparte, Paris, Fasquelle, , 421 p. (lire en ligne).
  • Jean Paul Garnier, Barras : le roi du Directoire, Paris, Perrin, , 413 p. (lire en ligne).
  • Éric Le Nabour, Barras : le vicomte rouge, Paris, Jean-Claude Lattès, , 335 p. (lire en ligne).
  • Pierre Temin, Barras, chef d’État oublié : ou, Le procès du vicomte à l’ail contre l’histoire, Genève, Rousseau, , 188 p. (ISBN 978-2-88415-013-2, OCLC 613202835, lire en ligne).
  • Philippe de Ladebat, Seuls les morts ne reviennent jamais : les pionniers de la guillotine sèche en Guyane française sous le Directoire, Nantes, Amalthée, , 411 p., 21 cm (ISBN 978-2-35027-894-0, OCLC 233792275, lire en ligne), p. 27 et al.
  • André-Daniel Laffon de Ladebat, Journal de déportation et discours politiques, EDILIVRE, Paris, 2009.
  • Patrice Valfré, Christopher Potter, le potier révolutionnaire, et ses manufactures de Paris, Chantilly, Montereau, Éditions Miss-Teapot, 2012.

Articles connexes

Liens externes

  • Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Archives nationales (France) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale d’Espagne • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque nationale d’Israël • Bibliothèque nationale de Catalogne • Bibliothèque nationale d’Irlande • WorldCat
  1. Archives nationales.