Patrick Pécherot

Patrick Pécherot
Description de cette image, également commentée ci-après
Patrick Pécherot au salon du livre Radio France, 26 novembre 2011
Naissance (64 ans)
Courbevoie, Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Patrick Pécherot est un journaliste, écrivain et scénariste de bande dessinée français né le à Courbevoie (France).

Biographie

Patrick Pécherot a exercé plusieurs métiers dans le secteur de la protection sociale[réf. nécessaire]. Un temps proche des milieux libertaires et pacifistes[1], il s'engage syndicalement à la CFDT. Il fut rédacteur en chef de l'hebdomadaire Syndicalisme Hebdo. Il anime ensuite le supplément fédéral de CFDT Magazine[2].

La plupart de ses romans se situent dans le genre du roman noir[3].

Son premier roman Tiuraï est publié à la Série noire en 1996. Il s'agit d'une enquête du journaliste Thomas Mecker en Polynésie française sur les essais de Mururoa. Ce polar est un hommage à l'écrivain Jean Meckert, décédé un an plus tôt, qui avait également situé son roman La Vierge et le Taureau (1971) dans le même espace géographique et dénoncé les expériences nucléaires françaises. Terminus nuit (1999) est la seconde enquête de Thomas Mecker sur une bavure policière à Paris sur fond de grève des cheminots et d'attentats islamistes[4].

Les Brouillards de la butte (Grand prix de littérature policière en 2002), Belleville Barcelone (2003) et Boulevard des branques (2005) forment une trilogie qui invente la jeunesse de Nestor Burma[5], le célèbre détective de Léo Malet, dans le Paris de l'entre-deux-guerres, de 1926 à 1941[6].

Soleil noir (2007) conte le braquage d'un fourgon blindé par quatre marginaux et Tranchecaille (2008) revient sur un conseil de guerre durant la Première Guerre mondiale.

En dehors du roman noir, Patrick Pécherot a écrit des romans jeunesse, des nouvelles, un essai ainsi que trois scénarios de bande dessinée pour Jeff Pourquié.

Œuvres

Romans jeunesse

  • Le Voyage de Phil, Syros jeunesse, 2005
  • L'Affaire Jules Bathias, Syros jeunesse, 2007

Romans

Romans policiers

  • Tiuraï, Série noire, 1996 et Folio policier, 2005
  • Terminus nuit, Série noire, 1999
  • Les Brouillards de la butte, Série noire, 2001 et Folio policier, 2006
  • Belleville Barcelone, Série noire, 2003 et Folio policier, 2007
  • Boulevard des Branques, Série noire, 2005 et Folio policier, 2008
  • Soleil noir, Série noire, 2007 et Folio policier, 2009
  • Tranchecaille, Série noire, 2008 et Folio policier, 2010
  • Dernier été, histoire illustrée par Joe G. Pinelli, collection les petits polars du monde, Le Monde / SNCF, 2013
  • La saga des brouillards, trilogie parisienne, Folio policier, Série XL, Gallimard, 2014 (reprend Les brouillards de la Butte, Belleville-Barcelone et Boulevard des Branques en un seul tome)
  • Une plaie ouverte, Série noire, 2015
  • Hével[7], Série noire, 2018

Scénarios de bande dessinée

  • Des méduses plein la tête de Jeff Pourquié, Casterman, 2000
  • Ciao Pékin de Jeff Pourquié, Casterman, 2001
  • Vague à l'âme de Jeff Pourquié, collection Un Monde, Casterman, 2003

Nouvelles

  • L'Initié dans Collectif, Villefranche, ville noire, Édition Zulma, 1997.
  • Povcloche dans Jean-Bernard Pouy (dir.), Les sept familles du polar, Éditions La Baleine, 2000.
  • Série B dans Le Monde

Recueil de nouvelles

  • Dernier Été, SCUP (2018)

Essai

  • Petit éloge des coins de rue, Folio 2€, Gallimard, 2012

Articles

  • Noir comme l'espoir ou l'engagement lucide du polar, dans Sophie Béroud - Tania Régin (dir.), Le roman social. Littérature, histoire et mouvement ouvrier, Éditions de l'Atelier / Éditions ouvrières, 2002.
  • Le polar, miroir du social, Sciences Humaines, no 134, janvier 2003.

Notes et références

  1. Gérard Meudal, « Le blues énergique de Patrick Pécherot », Le Monde, 18 août 2002.
  2. Interview pour le site internet Mon polar.
  3. Jérôme Leroy, « Hével », le sale air du Djebel, causeur.fr, 15 juillet 2018
  4. Terminus nuit a été décrié par une partie de la critique à cause, notamment, des opinions politiques de l'auteur. À propos des grèves de 1995 qui ont inspiré l'atmosphère de ce roman, il écrivait : «  Elles m'ont d'autant moins laissé indifférent que je ne partageais pas leurs motivations. Je persiste à penser qu'elles étaient à côté de la plaque. On les a confondues avec le malaise qu'elles reflétaient, mais sur le fond, elles étaient plus corporatistes qu'autre chose. Elles auront au moins permis de poser une question : tout mouvement populaire est-il par essence progressiste ? En tout cas, merci aux grévistes. Paris paralysé avait quelque chose de fantastique. Un décor parfait. » (Revue l'Ours polar, 1996)
  5. Que serions-nous sans ces héros populaires ?, Télérama, 30 juin 2006
  6. Pécherot écrit a ce propos : « J’ai donc lu la série lorsqu’elle est reparue dans les années 1970, et j’ai trouvé dans Burma un des derniers héros populaires et un certain nombre de réminiscences d’un univers dont je me sentais proche, en piéton de Paris… On y trouvait aussi la trace des surréalistes. Et j’ai eu envie de jouer avec le personnage de Burma.» (entretien avec E. Borgers en février 2006 sur le site Polar Noir)
  7. « Patrick Pécherot : "L’Histoire oublie souvent les individus et massifie les récits, j’aime visiter ses coulisses pour comprendre à l’échelle humaine ces événements" », France Culture,‎ (lire en ligne)

Annexes

Liens externes