Passirio

le Passirio
(Passer)
La chaussée de Méran
La chaussée de Méran
Caractéristiques
Longueur 42,6 km
Bassin 427 km2
Bassin collecteur Adige
Débit moyen 5,7 m3/s [1]
Régime nival
Cours
Source Col du Rombo
· Localisation Haut-Adige
· Altitude 2 491 m
· Coordonnées 46° 54′ 19″ N, 11° 05′ 51″ E
Confluence Adige
· Localisation près de Merano
· Coordonnées 46° 39′ 48″ N, 11° 08′ 38″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Rio Sopranes
Pays traversés Drapeau de l'Italie Italie
région naturelle Val Passiria
Régions traversées Trentin-Haut-Adige
Principales localités San Leonardo in Passiria

Sources : de.wiki

Le torrent du Passirio (Passer en allemand) prend sa source au col du Rombo (à la frontière austro-italienne) dans le Haut-Adige et, après avoir traversé la Vallée du Passirio, se jette dans l'Adige à Merano.

La principale localité sur son cours est le bourg de San Leonardo in Passiria.

La ville de Merano possède une importante halte de canoë à la confluence de ce torrent avec le fleuve Adige. Plusieurs sections de ce fleuve sont navigables avec un canoë adéquat.

Toponyme

Le Passirio est mentionné dans les sources historiques dès les années 770 comme Amnis Passires[2],[3], puis plus tard comme Fluvius Pezzerair, Passeran, Perran et enfin Passer.

Histoire

Depuis le XIVe siècle ce fleuve était navigué pour le transport du bois, qu'on mettait en fagots à hauteur de l'actuel centre de soins de Merano. Le Passirio a toujours été tristement célèbre pour ses crues dévastatrices, qui sont à l'origine des débordements du lac de Kummersee, au fond du val Passiria. Ce lac s'est formé en 1401, après un énorme glissement de terrain. La première inondation est survenue dès 1419, et ce fut la plus grande et la plus désastreuse pour la ville de Merano : elle balaya l’église du Saint-Esprit et l’hôpital attenant, n'entraînant pas moins de 400 morts.

Il y eut bien d'autres inondations par la suite : 1503, 1512, 1572, 1721, 1772 et 1773. Enfin en 1774, son cours fut endigué. À plusieurs reprises, le torrent en crue a dispersé ponts et murailles, y compris le pont de bois qui se trouvait à l'emplacement du pont romain de Merano.

La turcie du Passirio à Merano

Cette chaussée a été construite à cause des multiples dévastations historiques, la dernière en date de 1817, qui avait sérieusement mis en péril la ville de Merano : les autorités décidèrent pour lors d'élargir et de renforcer les remparts du centre-ville. Au fil des années, la partie supérieure de cette muraille est devenue une chaussée menant du Pont de la Poste au Pont du Théâtre.

La descente du Passirio en canoë

On peut descendre le torrent en slalom (canoë-kayak) sur deux sections : une troisième section, plus en amont, qui partait de Moso, était la plus difficile et constituait à elle seule un véritable défi pour les plus expérimentés ; mais par suite de la construction d'une centrale hydroélectrique elle n'est provisoirement plus accessible, la rivière étant dérivée par une conduite forcée. La section intermédiaire et la dernière section sont accessibles aux licenciés de catégorie IV, la section urbaine est assez facile, même s'il ne faut pas en sous-estimer la difficulté[4].

Image panoramique
Panorama sur le Passirio dans les environs de Merano
Voir le fichier

Notes et références

  1. Provincia Autonoma di Bolzano - Alto Adige - Ufficio Idrografico - Dati meteo
  2. D'après Eduard Widmoser, Südtirol A-Z, vol. 4, , p. 73.
  3. D'après Université Karl-Marx de Leipzig. Section de Linguistique Théor. et Appl, Namenkundliche Informationen, chap. 69-72, p. 188.
  4. Coordonnées à Moso

Annexes

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Article connexe

Liens externes