Parti démocratique des peuples

Parti démocratique des peuples
(tr) Halkların Demokratik Partisi
(ku) Partiya Demokratîk a Gelan
Image illustrative de l'article Parti démocratique des peuples
Logotype officiel.
Présentation
Co-présidents généraux Selahattin Demirtaş
Serpil Kemalbay
Fondation [1]
Siège Adakale Sok. 23/3 Kızılay Çankaya, Ankara, Turquie
Porte parole Bu daha başlangıç
Slogan Bu daha başlangıç
(ce n'est que le début)
Positionnement Gauche[2]
Idéologie Socialisme démocratique[3],
Populisme de gauche[4]
Droits des Kurdes[3],[2],
Droits LGBT[2]
Écologie politique[2]
Féminisme[2]
Affiliation européenne Parti socialiste européen (associé)
Affiliation internationale Internationale socialiste
(parti consultatif)[5]
Adhérents 11 942 (le 16 décembre 2014)[1]
Couleurs Violet et vert
Site web hdp.org.tr
Représentation
Députés
54 / 550

Le Parti démocratique des peuples (en turc : Halkların Demokratik Partisi (HDP), en kurde : Partiya Demokratîk a Gelan) est un parti politique turc[6],[7],[8] représenté à la Grande Assemblée nationale de Turquie. Situé politiquement à gauche[7],[9] et issu du mouvement politique kurde[6],[7],[8] il se veut représenter la société turque dans sa diversité[10],[8] et rester dans la continuité du mouvement protestataire de 2013 (manifestations du parc Gezi)[7]. Attaché à l'écologie politique, il défend par ailleurs les droits des Kurdes, des femmes et des LGBT. Le HDP est parfois aussi qualifié de « SYRIZA turc »[9].

Histoire

Fondation

Le parti est une coalition de plusieurs formations politiques (33 associations et groupes) et de sept partis politiques[11]. Lors du congrès de fondation tenu le , les partis constituants sont les suivants :

  • Le Parti de la paix et de la démocratie (Barış ve Demokrasi Partisi) ;
  • Le Parti ouvrier socialiste révolutionnaire  (Devrimci Sosyalist İşçi Partisi) ;
  • Le Parti socialiste des opprimés (Ezilenlerin Sosyalist Partisi) ;
  • Le Parti de la démocratie socialiste (Sosyalist Demokrasi Partisi) ;
  • Le Parti de la refondation socialiste (Sosyalist Yeniden Kuruluş Partisi) ;
  • Le Parti de l'avenir de gauche et des verts  (Yeşiller ve Sol Gelecek Partisi) ;
  • Le Parti du travail (Emek Partisi).

Le Parti de la paix et de la démocratie (Barış ve Demokrasi Partisi, BDP) est renommé Parti démocratique des régions (Demokratik Bölgeler Partisi, DBP). Ce dernier soutient le HDP lors des élections nationales mais maintient des élus et des candidats aux élections à l'échelle régionale.

Élections municipales de 2014

Lors des élections municipales de 2014, le HDP recueille près de 920 000 suffrages, soit près de 2 %. Neuf conseillers municipaux et un conseiller de province sont élus.

Élections législatives de juin 2015

Enjeux de l'élection

Pour qu'une formation politique soit représentée à la Grande Assemblée nationale de Turquie, elle doit récolter plus de 10 % des suffrages exprimés. La présence du HDP au parlement turc est donc un des principaux enjeux de l'élection. Si elle a lieu, elle entraverait très probablement la réforme constitutionnelle défendue par l'AKP visant à établir les institutions d'un régime présidentiel[10],[12],[8], la majorité requise pour amender la Constitution turque étant des deux tiers[8].

Soutiens internationaux

  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : Die Linke[13] et Les Verts qui éditent des tracts en trois langues (allemand, turc et kurde)[14].
  • Drapeau de la France France : Le parti français Europe Écologie Les Verts apporte son soutien au HDP, dont une des formations fondatrices est le parti écologique turc Parti de gauche et des verts de l'avenir (Yeşiller ve Sol Gelecek Partisi)[15]. Le Parti de gauche apporte son soutien au HDP qu'il considère être en Turquie la « seule force politique en mesure de briser l’hégémonie politique du parti AKP, du président Recep Tayyip Erdoğan et de son gouvernement »[16]. Le PCF apporte son soutien au HDP considérant que « le HDP constituerait une victoire et un immense espoir de paix pour les peuples de Turquie et du Moyen-Orient »[17].
  • Drapeau de la Grèce Grèce : SYRIZA[18].

Entrée au parlement

Le HDP réalise en juin 2015 des scores très importants dans les provinces à population partiellement ou majoritairement kurdophone.

Le HDP dépasse le seuil de 10 % et obtient 80 sièges avec près de 13 % des suffrages exprimés[19], il fait donc partie des quatre formations politiques qui constituent la 25e législature. Des manifestations de joie ont lieu dans des villes à population kurde, notamment à Diyarbakır[19].

Élections législatives de novembre 2015

Attaques et pressions

Le , dès le début de la campagne électorale des élections législatives de juin 2015, le bureau politique du HDP indique avoir fait l'objet de 60 attaques[20],[12]. Le lors de la campagne électorale pour les élections législatives, des inconnus ouvrent le feu depuis une voiture sur le siège du parti à Ankara, il n'y a pas de victimes[21]. Le , deux bombes explosent près des locaux du parti situés à Mersin et Adana, six personnes sont blessés[12]. Le , un chauffeur de bus du HDP est tué dans la province de Bingöl[22].

Le , deux explosions à Diyarbakır font deux morts et plus de 130 blessés dont 25 sont hospitalisés « dans un état jugé très sérieux »[23],[24],[25]. Elles ont lieu peu avant un discours de Selahattin Demirtaş dans une ville au peuplement majoritairement kurdophone. Le premier ministre Ahmet Davutoğlu ne fait aucun commentaire et le ministre de l'énergie Taner Yıldız évoque dans un premier temps un « court-circuit dans un transformateur » comme raison de l'explosion[23],[26], puis indique que les explosions ont eu lieu à l'extérieur du transformateur[25]. Des échauffourées ont lieu entre de jeunes militants kurdes et la police[25], qui a répliqué avec des canons à eau et le rassemblement du HDP est annulé dans la foulée[26]. Selahattin Demirtaş déclare : « Nos amis doivent être très prudents et ne pas céder à la provocation » et « Ils (nos adversaires) veulent créer la panique et le chaos (...), la paix l'emportera »[25]. À cette date, Demirtaş considère que le HDP et ses militants ont fait l'objet de près de 70 attaques[24],[23].

Le deux explosions retentissent à Ankara lors d'un meeting du HDP. Le bilan s'élève à 102 morts ce qui en fait l'attentat le plus meurtrier de Turquie. L’attaque n'a pas été revendiquée[27].

En mai 2016, la Grande Assemblée vote un amendement de la Constitution proposé par l'AKP majoritaire, visant à supprimer l'immunité parlementaire des députés poursuivis pour délit (article 83). Le texte, très controversé car vu comme visant la liberté d'expression de l'opposition (138 des 550 députés sont passibles de poursuites, dont 50 des 59 élus du HDP) est promulgué par le président Erdogan le 7 juin 2016[28].

Le 4 novembre 2016, les coprésidents du HDP, Selahattin Demirtaş et Figen Yüksekdağ, ont été arrêtés avec neuf autres députés (Sırrı Süreyya Önder, Leyla Birlik, Ferhat Encü, Ziya Pir, Nursel Aydoğan, İdris Baluken, Gülser Yıldırım, Abdullah Zeydan et Selma Irmak) du parti pour des liens supposés avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Quatre autres députés du même parti sont recherchés. Par ailleurs, le siège du HDP à Ankara a été perquisitionné par la police. Ces arrestations ont été critiquées par l'Union européenne notamment. Après le message sur Twitter de Selahattin Demirtaş qui prévenait de son arrestation, les réseaux sociaux ont été bloqués par les autorités. Le matin même, une bombe a explosé devant un bâtiment de la police à Diyarbakır, ville majoritairement kurde, et qui a fait au moins neuf morts, dont deux policiers, et une centaine de blessés[29],[30]. Le , le HDP annonce que ses députés ne siégeront plus à la Grande Assemblée nationale de Turquie pour protester contre l'emprisonnement de plusieurs cadres et députés de leur parti dont Selahattin Demirtaş et Figen Yüksekdağ. Le parti profitera de cette période pour envisager leur avenir en consultant la population[31].

Outre les députés, des centaines de cadres du parti ont été arrêtés et près des trois quarts des maires élus de cette formation ont été suspendus, voire interpellés, et des administrateurs nommés à leur place[32].

Programme

Le HDP défend des valeurs de « travail, d'égalité, de liberté, de paix et de justice », en opposition aux « forces racistes, nationalistes, militaristes, sexistes, conservatrices et mercantiles ». Il reconnaît la place de tout groupe ou individu quelles que soient sa « langue, sa religion, sa couleur, sa race ou sa différence sexuelle », en particulier des « travailleurs, des ouvriers, des paysans, des petits commerçants, des retraités, des femmes, des jeunes, des intellectuels, des artistes, des personnes LGBT, des handicapés, des opprimés et des exploités » « de quelques nation, langue, ethnicité qu'ils fussent » dans un monde « équitable, libre, humain et juste »[33],[34].

Le parti s'oppose à toute intervention de la Turquie, dans le cadre de l'OTAN et d'un soutien aux États-Unis, en faveur du régime syrien, en Irak ou dans toute autre région. Il soutient une « résolution démocratique, libérale, laïque et pluraliste » de la guerre civile syrienne[35].

Résultats électoraux

Élections législatives

Année Voix  % Rang Sièges Gouvernement
juin 2015 5 847 134 12,96 4e
80 / 550
Davutoğlu II
novembre 2015 5 148 085 10,76 4e
59 / 550
Opposition

Élections présidentielles

Année Candidat 1er tour 2d tour
Voix  % Rang Voix  % Rang
2014 Selahattin Demirtaş 3 958 510 9,76 3e

Notes et références

  1. a et b (tr) « Türkiye Cumhuriyeti Yargıtay Cumhuriyet Başsavcılığı », sur yargitaycb.gov.tr (consulté le 4 juin 2015).
  2. a, b, c, d et e (en) « Turkey election: Kurds, women, gays put faith in upstart party », bbc.com, 1er juin 2015.
  3. a et b (en) Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe », sur parties-and-elections.eu (consulté le 31 août 2015).
  4. (en) Ömer Tekdemir, « Is a socialist EU possible via left-wing populist parties such as Syriza, Podemos and the HDP? », openDemocracy, .
  5. (en) « Socialist International - Consultative parties », sur www.socialistinternational.org (consulté le 22 mars 2016).
  6. a et b Anne Andlauer, « Législatives en Turquie: opération séduction pour le parti HDP », sur rfi.fr, (consulté le 4 juin 2015).
  7. a, b, c et d Samim Akgönül, « Turquie : alliance entre la gauche et les Kurdes pour les élections de 2014 ? », sur orientxxi.info, (consulté le 4 juin 2015).
  8. a, b, c, d et e (de) Norbert Weber, « Türkei vor der Parlamentswahl: Wackelt Erdogans Thron? », sur deutschlandfunk.de, (consulté le 5 juin 2015).
  9. a et b Pierre Magnan, « Turquie : HDP, le Syriza turc, pourrait créer la surprise aux législatives », sur geopolis.francetvinfo.fr, (consulté le 5 juin 2015).
  10. a et b Cafer Solgun, « Le parti pro-kurde va-t-il créer la surprise aux législatives turques ? », sur zamanfrance.fr, (consulté le 4 juin 2015).
  11. (tr) Tülay Sükün, « Marmaris'in tek kadın adayı Emil Eker: "Kentin ihtiyaçlarına halk karar vermeli" », sur yesillervesolgelecek.org (consulté le 4 juin 2015).
  12. a, b et c « Deux explosions dans les bureaux du HDP à Mersin et Adana »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), sur lepetitjournal.com, (consulté le 4 juin 2015).
  13. (de) « Unterstützung der HDP », sur die-linke.de, (consulté le 5 juin 2015).
  14. (de) « Für Freiheit, Gerechtigkeit, Nachhaltigkeit und Frieden », sur gruene.de, (consulté le 8 juin 2015).
  15. « EELV soutient les Verts de Turquie et appelle à voter pour le HDP », sur eelv.fr, (consulté le 4 juin 2015).
  16. « le Parti de Gauche soutient les candidat-e-s du HDP », sur lepartidegauche.fr, (consulté le 4 juin 2015).
  17. « Législatives turques : le PCF apporte son soutien aux candidats du HDP et à Selahattin Demirtas » (consulté le 6 juin 2015).
  18. (tr) « Syriza kararını verdi, HDP’ye desteğe geliyor », sur haberturk.com, (consulté le 5 juin 2015).
  19. a et b AFP, « Turquie: scènes de liesse après le bon score du parti kurde », sur afp.com, (consulté le 8 juin 2015).
  20. (tr) « DHKP-C'den 'HDP'ye saldırı' açıklaması », sur cumhuriyet.com.tr, (consulté le 4 juin 2015).
  21. « Turquie : le siège de la principale formation kurde victime de tirs », sur lemonde.fr, (consulté le 4 juin 2015).
  22. « Un chauffeur de l'opposition assassiné en Turquie », sur 7sur7.be, (consulté le 4 juin 2015).
  23. a, b et c (de) « Tote durch Explosion », sur deutschlandfunk.de, (consulté le 5 juin 2015).
  24. a et b (de) « Türkei-WahlTote und Verletzte bei Explosionen vor Parlamentswahl », sur zeit.de, (consulté le 5 juin 2015).
  25. a, b, c et d AFP, « Turquie: explosions mortelles à un meeting du parti kurde à la veille des élections », sur afp.com, (consulté le 8 juin 2015).
  26. a et b (en) Seyhmus Cakan, « Two dead, 100 hurt in blasts at Kurdish rally in Turkey », sur euronews.com, (consulté le 5 juin 2015).
  27. « Trois jours de deuil national en Turquie après l’attentat le plus meurtrier de son histoire », sur lemonde.fr, .
  28. ome, « Le président turc lève l'immunité parlementaire », sur Le Figaro, (ISSN 0182-5852, consulté le 7 août 2016).
  29. « Turquie : Ankara lance un coup de filet contre le principal parti prokurde », sur lemonde.fr, (consulté le 4 novembre 2016).
  30. « Turquie: explosion à Diyarbakir après l'arrestation des cadres dirigeants du HDP », sur rfi.fr, (consulté le 4 novembre 2016).
  31. Marie Jégo, « En Turquie, le parti prokurde décide de ne plus siéger au Parlement », sur lemonde.fr, (consulté le 11 novembre 2016).
  32. « «Le pouvoir mène une campagne contre le HDP» », Gauchebdo,‎ (lire en ligne).
  33. (tr) « Hakların demokratik Partisi programı », sur hdp.org.tr (consulté le 5 juin 2015) : « Bugünün dünyasında, toplumların ırkçı, milliyetçi, militer, cinsiyetçi, muhafazakar ve piyasacı güçlere teslim olmasına karşı durmak, bu güçlere karşı geniş bir toplumsal desteğe dayanarak mücadele etmek büyük önem taşıyor. İnsanın insana kulluk etmediği, baskının ve sömürünün olmadığı, savaşların yaşanmadığı, ezen ve ezilen ilişkisinin son bulduğu; tüm insanlığın dil, din, renk, ırk, cinsiyet farkı olmaksızın, yaşamın her alanında eşit, özgür, insanca ve adil yaşadığı bir dünya bugün de bir özlem olarak varlığını sürdürüyor. İnsanlık tarihinde sağlanan gelişim ve elde edilen kazanımlar da bu özlemin boş bir hayal olmadığını gösteriyor. ».
  34. (tr) « Hakların demokratik Partisi programı », sur hdp.org.tr (consulté le 5 juin 2015) : « Partimiz, tüm demokratik muhalefet güçlerinin mücadele alanlarını, ortak mücadele alanı olarak görür ve buradan güç alır. Ezilenlerin ve sömürülenlerin; işçilerin, emekçilerin, yoksulların, farklı ulus, dil, kültür ve inançlardan tüm halkların, göçmenlerin, mültecilerin, kadınların, köylülerin, gençlerin, emeklilerin, engellilerin, LGBT bireylerin, küçük esnafın, dışlanan ve yok sayılan bütün halkların ve inanç topluluklarının, yaşam alanları tahrip edilenlerin buluştuğu ortak mücadele partisidir. ».
  35. (tr) « Hakların demokratik Partisi programı », sur hdp.org.tr (consulté le 5 juin 2015) : « Partimiz, Türkiye'nin ABD ve NATO desteğinde Suriye, Irak ve diğer bölge ülkelerine rejim ihracı girişimlerinin ve müdahalelerinin karşısında yer alır. Partimiz, Suriye iç savaşının demokratik, özgürlükçü, laik ve çoğulcu bir yeni Suriye'nin kuruluşuyla sonuçlanması ve Suriye’deki tüm farklı halkların ve inançların kendi kaderlerini belirlemesi ve eşitliğinin sağlanması için gösterilen çabaları destekler; bu iç savaş sırasında Rojava (Batı) Kürdistanı'ndaki halk meclislerine dayanan özsavunma ve özyönetim deneyimlerini savaştan çıkış ve demokratik halk egemenliği için değerli girişimler olarak değerlendirir; Rojava'da gelişen devrimin, demokratik ve eşitlikçi ortamın bölge ülkeleri ve halkları açısından demokratik bir model olduğunu ve her tür saldırıya karşı savunulmasını bir enternasyonalist dayanışma sorumluluğu olarak kabul eder. ».

Liens externes

  • (tr) Site officiel
  • (tr) Statuts officiels du HDP