Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement

Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement
Description de cette image, également commentée ci-après
Les États-Unis en orange et l'Union européenne en vert.
Type de traité Accord de libre-échange
Parties Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l’Union européenne Union européenne

Le partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (PTCI ; TTIP en anglais), également connu sous le nom de traité de libre-échange transatlantique (TAFTA en anglais), est un accord commercial en cours de négociation entre l'Union européenne et les États-Unis prévoyant la création d'une zone de libre-échange transatlantique souvent appelée grand marché transatlantique[i 1].

Si le projet aboutissait, il instituerait la zone de libre-échange la plus importante de l'Histoire, couvrant 45,5 % du PIB mondial[1]. Ses défenseurs affirment que l'accord conduirait à une croissance économique pour les deux parties tandis que les critiques soutiennent notamment qu'il augmenterait le pouvoir des entreprises face aux États et compliquerait la régulation des marchés.

Ce traité est négocié concomitamment à une vingtaine d’autres négociations commerciales[2], dans le cadre de la politique commerciale de l'Union européenne.

Historique

Les années 1990

En 1990, soit un an après la chute du mur de Berlin, les États-Unis et l'Union européenne signent ensemble la première résolution transatlantique[i 2]. Les contractants s'engagent en particulier à « promouvoir les principes de l'économie de marché, rejeter le protectionnisme, renforcer et ouvrir davantage [les économies nationales] à un système de commerce multilatéral ». Après ces accords de principe, le sommet Union européenne – États-Unis de lance la construction institutionnelle de relations transatlantiques, avec l'adoption d'une déclaration d'engagement politique, du Nouvel Agenda transatlantique (NAT) et d'un programme d'action commun approfondi. Le marché transatlantique sera ensuite régulièrement évoqué dans la deuxième moitié des années 1990, dans le cadre de résolutions transatlantiques.

Négocié secrètement entre 1995 et 1997 par les vingt-neuf États membres de l’OCDE, l’accord multilatéral sur l'investissement (AMI) est la première tentative d'établissement d'un grand marché transatlantique. Tout comme l'actuel projet de TTIP, le texte négocié inclut un mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États. Divulguée in extremis, la copie soulève une vague de protestations populaires, ainsi que l'opposition du gouvernement français contraignant ses promoteurs à l'abandonner[3].

Les années 2000

En 2003, le couple franco-allemand refuse de participer à la guerre d'Irak, occasionnant un ralentissement dans les relations transatlantiques. Le climat s'améliore deux ans plus tard, comme en témoigne la visite à Bruxelles du président des États-Unis George W. Bush, en [4].

Depuis, des négociations pour la mise en place d'un marché transatlantique se tiennent lors des sommets États-UnisUnion européenne, environ une fois par an, entre le président des États-Unis (Barack Obama), le secrétaire d'État des États-Unis (John Kerry), le président du Conseil européen (Herman Van Rompuy), le président de la Commission européenne (José Manuel Durão Barroso puis Jean-Claude Juncker), ainsi que le Haut Représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité (Catherine Ashton puis Federica Mogherini). Chaque sommet entre les États-Unis et l'UE fait le point sur l'ensemble des travaux effectués lors de l'année écoulée, fixe l'orientation, crée de nouvelles instances et avalise les décisions stratégiques, en signant décisions et accords permettant de développer le marché transatlantique. Le sommet de Washington, D.C. le , crée le Conseil économique transatlantique, un organe permanent travaillant sur les aspects législatifs liés au commerce, aux investissements, et à la production[5].

Depuis 2006, le Parlement européen adopte régulièrement des résolutions invitant à la création effective d'un marché transatlantique :

Résolution no  Date Intitulé Résultat
2006-0238 Accord de partenariat transatlantique UE/États-Unis Adoptée
2006-0239 Relations économiques transatlantiques: UE-États-Unis Adoptée
2007-0155 Relations transatlantiques Adoptée
2008-0192 Conseil économique transatlantique Adoptée
2008-0256 Sommet UE/États-Unis Adoptée
2009-0193 L'état des relations transatlantiques à la suite des élections aux États-Unis Adoptée
2010-0396 Prochain sommet UE-États-Unis et Conseil économique transatlantique Adoptée
2011-0510 Sommet UE/États-Unis du 28 novembre 2011 Adoptée
2012-0388 Relations commerciales et économiques avec les États-Unis Adoptée
2013-0227 Négociations en vue d'un accord en matière de commerce et d'investissement entre l'Union européenne et les États-Unis Adoptée
2013-0280 Partenariat transatlantique élargi Adoptée


Dans ces résolutions, il reconnaît des caractéristiques convergentes entre l'Europe et les États-Unis, notamment concernant le volume de leurs PIB respectifs, leur modèle d'économie de marché et leur stratégie commune en matière de politique étrangère. Ainsi, le Parlement européen d'une part et le Congrès des États-Unis d'autre part, invitent à la création planifiée pour 2015 — après les élections européennes — d'un grand marché transatlantique permettant la liberté de circulation des biens, services et capitaux.

En , les révélations d'Edward Snowden sur l'espionnage américain sur ses partenaires européens tendent à nouveau les relations entre les deux parties. Certains députés, parmi lesquels Jean-Luc Mélenchon[6] et Isabelle Durant[7], et certains commissaires européens demandent le gel des négociations[8]. Cependant, ces protestations n'entravent pas le processus engagé.

Cycles de négociations

Les négociations relatives à la politique commerciale de l'Union européenne relèvent de la compétence exclusive de la Commission européenne, qui peut négocier des accords de politique commerciale sur la base de mandats qui lui sont confiés par les États membres. Le pendant américain est le Bureau du représentant américain au commerce.

Le , la Commission européenne publie un projet de mandat de négociation pour un « Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement »[i 3]. Le le conseil des ministres du commerce des États membres de l'Union adopte ce projet[i 4]. Le mandat est porté à la connaissance des parlements nationaux et du public un an plus tard, le 9 octobre 2014. La France a obtenu l'exclusion du champ de l'accord des services audiovisuels au nom de l'exception culturelle[9].

S'ouvre alors le premier cycle de négociations commerciales entre le représentant américain au commerce Michael Froman et le négociateur en chef du TTIP pour l'Union européenne, Ignacio Garcia Bercero à Washington, D.C. le [10]. Les négociations se poursuivent alternativement aux États-Unis et en Europe :

Cycle no  Date Lieu
1 8 au Washington, D.C.
2 11 au Bruxelles
3 16 au Washington, D.C.
4[i 5] 10 au Bruxelles
5[11],[i 6] 19 au Washington, D.C.
6[12],[13] 14 au Bruxelles
7[14],[15] 29 septembre au Washington, D.C.
8[16],[i 7] 2 au Bruxelles
9[17] 20 au New York
10[18] 13 au Bruxelles
11 19 au Miami
12[19] 22 au Bruxelles
13[20] 25 au New York
14[21] 11 au Bruxelles
15 3 au New York

Ratification

Ratification européenne

Du côté européen, le traité devra être ratifié par le Parlement européen. Si et seulement si l'accord négocié est qualifié de « mixte », c'est-à-dire comportant des dispositions autres que spécifiquement commerciales, il devra également être ratifié par les parlements nationaux[i 8],[22]. Lors du débat à l'Assemblée nationale française sur le TTIP le , devant l'avertissement de certains députés s’inquiétant que l'accord puisse ne pas être qualifié de « mixte », Fleur Pellerin, alors secrétaire d'État chargée du Commerce extérieur a indiqué « Ce caractère mixte a été une condition de l’adoption de ce mandat, et il n’y a aucun doute sur le fait que cet accord est mixte. Par conséquent, le Parlement européen et les parlements nationaux seront conduits à se prononcer sur ce traité si les négociations aboutissent. »[i 9]. Le ministre allemand de l'Économie, Sigmar Gabriel, considère que l'accord ne pourra pas voir le jour « sans légitimation démocratique du Parlement européen et des Parlements nationaux [...]. Quiconque exclut d'emblée les Parlements nationaux risque de faire croitre encore plus l'opposition »[23]. Dans tous les cas les parlementaires, nationaux et européens, devront adopter ou rejeter l'accord en bloc, sans possibilité de l'amender[réf. nécessaire].

En France, la constitution prévoit en son article 53 que les traités commerciaux ne peuvent être ratifiés « qu'en vertu d'une loi ». Toutefois, la ratification par la France du traité de Lisbonne transfère la signature de traités de commerce à la compétence exclusive de l'Union européenne, et le Parlement français n'a plus à être consulté de façon obligatoire lors de la signature de tels traités par l'UE, sauf si ces traités comportent d'autres dispositions que commerciales et sont qualifiés de « mixtes »[i 10]. Il en est de même dans le cas de l'Allemagne[24] et des autres pays de l'UE.

La ratification du TTIP ne devrait vraisemblablement pas faire l'objet d'un référendum dans la majorité des États européens[22], mais les Pays-Bas pourraient en organiser un en vertu de la loi néerlandaise sur l'initiative populaire, qui avait déjà conduit à une consultation sur l'accord d'association de l'Union avec l'Ukraine, en 2016.

Comme d'autres partis de gauche radicale, SYRIZA en Grèce a indiqué son hostilité au TTIP. Arrivé au pouvoir lors des élections de janvier 2015, le gouvernement Tsípras I a confirmé qu'il opposerait son droit de veto pour empêcher la signature du TTIP par le Conseil de l'Union européenne[25].

Le , la commission du commerce international du Parlement européen approuve par 28 voix pour et 13 contre une résolution soutenant les négociations[26]. Après un report d'un mois, le Parlement se prononce en séance plénière en faveur de cette résolution par 436 pour, 241 contre (dont les socialiste français et belges) et 32 abstentions le . Alors que de nombreux membres du groupe socialiste exigeaient que la résolution marque son opposition aux mécanismes d'arbitrage international, un amendement proposant non pas d'« exclure », mais de « remplacer le mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États (ISDS) par un nouveau système qui permette de résoudre les différends entre États et investisseurs » obtient 447 voix, mais l'eurodéputé allemand de Die Linke (GUE) Helmut Scholz déplore ce compromis : « Nous ne pouvons nous satisfaire de propositions qui remplacent les mécanismes actuels de l'ISDS, qui sont mauvais, par un ISDS « amélioré ». C'est le principe même de l'ISDS qui doit être abandonné, puisque ce principe revient à donner davantage de pouvoirs aux entreprises qu'aux citoyens »[27].

Ratification américaine

Du côté américain, le traité devra être ratifié par le Congrès des États-Unis. Si l'aile gauche du Parti démocrate, certaines organisations écologistes, syndicales et de défense des consommateurs s'opposent aux négociations en cours sur le TTIP, les républicains, majoritaires au Congrès, y sont en revanche favorables[28],[29]. L'ancien président des États-Unis, Barack Obama, bien que démocrate, était favorable au TTIP, au contraire d'Hillary Clinton, qui s'y est dite défavorable lors de la campagne présidentielle de 2016. Donald Trump, le nouveau président des États-Unis, s'est également prononcé contre le traité.

Contenu

Tant que se poursuivent les négociations, le contenu final de l'accord ne peut être que supposé. En effet, la consultation et la diffusion de ses versions consolidées sont limitées par d'importantes règles de confidentialité[30]. Néanmoins, compte tenu des éléments déjà connus ainsi que des traités similaires déjà négociés, il apparaît que le texte de l'accord visera non seulement à abolir la majorité des droits de douane entre les deux zones mais aussi à abaisser les « barrières non tarifaires ». Le 9 octobre 2014, le Conseil de l'Union européenne publie le mandat du partenariat transatlantique, le projet d’accord commercial négocié entre l’Europe et les États-Unis depuis juillet 2013.

Abolition des droits de douane

Les États-Unis et l'Union européenne bénéficient déjà d'une intégration économique avancée, avec des droits de douane relativement faibles. Les deux blocs maintiennent cependant des droits de douane significatifs dans certains secteurs, notamment l'agro-alimentaire, le textile, l'habillement et la chaussure, ainsi que dans le secteur des véhicules de transport terrestre autres que les trains – tracteurs, voitures, cycles et camions – dans le cas du marché européen[i 11],[31].

Harmonisation des normes

Les accords transatlantiques devraient induire « une harmonisation progressive des règlementations et de la reconnaissance mutuelle des règles et normes en vigueur »[i 12], les pays signataires devant s'engager à une « mise en conformité de leurs lois, de leurs règlements et de leurs procédures » avec les dispositions du traité[3].

Ouverture des marchés publics

L'Union européenne souhaite l'ouverture des marchés publics américains aux entreprises des États membres.

Règlement des différends investisseurs-États

Le mandat de négociation stipule que « l'accord devrait viser à inclure un mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États efficace et moderne, assurant la transparence, l'indépendance des arbitres et la prévisibilité de l'accord, y compris à travers la possibilité d'interprétation contraignante de l'accord par les parties ». Un tel recours à l'arbitrage est présent dans de nombreux traités de libre-échange et a pour objectif d'accorder plus de pouvoir aux entreprises face aux États, en permettant à une firme d'attaquer un État devant un tribunal arbitral international : le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi), un organe dépendant de la Banque mondiale basé à Washington. Un arbitre est nommé par l'entreprise, un par l'État et le troisième par la secrétaire générale de la Cour[32].

Le , la Commission européenne annonce une consultation publique relative au mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États (RDIE; ISDS en anglais)[i 13] qui s'est tenue du 27 mars au [i 14] et suspend les négociations sur ce mécanisme dans l'attente des conclusions de cette consultation[33],[34],[i 15]. Une présentation générale des réponses a été publiée le [i 16], indiquant notamment que 150 000 personnes ont répondu à cette consultation[i 17]. La commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström admet que « la consultation publique montre bien que les Européens sont très sceptiques quant à l'instrument de règlement des différends entre investisseurs et États »[35].

Enjeux et critiques

Le TTIP pourrait avoir des conséquences économiques et politiques importantes. Il fait l'objet de vives critiques, relatives tant au processus de négociation, qu'au contenu de l'accord lui-même.

Opacité des négociations

Le manque de transparence du processus et le caractère asymétrique des informations sont dénoncés par de nombreux acteurs[36] comme une atteinte à la démocratie[37],[23].

En effet, les citoyens n'ont aucun accès ni aux documents préparatoires, ni aux comptes rendus des négociations ; même les parlementaires n'en connaissent pas le détail[38],[39]. Onze pays de l'UE s'opposent à la diffusion du mandat[39], qui a toutefois fait l'objet de fuites[40]. Pour répondre à cette critique, la Commission européenne a fourni quelques éléments d'informations sur les négociations en cours, sur son site[i 18]. Le Commissaire européen au Commerce, Karel De Gucht, conteste cette idée d'un secret entourant les négociations[41].

En octobre 2015, le président du Parlement allemand, Norbert Lammert menace de dire non au traité transatlantique, à la suite du refus de l'ambassade américaine de Berlin de laisser une délégation de parlementaires allemands consulter les documents des négociations. Il déclare qu'« il est hors de question que le Bundestag ratifie un contrat commercial entre l’Union européenne et les États-Unis, pour lequel il n’aura pu accompagner ou influencer les options »[42],[43].

Le 2 mai 2016, Greenpeace diffuse 248 pages du projet de traité TTIP[44],[45].

Actions de la médiatrice européenne

En , la médiatrice européenne Emily O'Reilly a présenté « une première série de suggestions à la Commission ». Le mandat de négociation est rendu public le . Cette déclassification, annoncée par le Conseil de l'Union européenne, qui représente les États, « constitue une mesure importante pour assurer la transparence des négociations avec les États-Unis », selon Carlo Calenda, vice-ministre italien du développement économique, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE[réf. souhaitée]. En 2014, lors de son enquête, la médiatrice européenne a aussi organisé une concertation publique[46] « pour aider à rendre les négociations plus transparentes et accessibles ». Après avoir entendu les préoccupations exprimées par le Parlement européen et par la société civile, la Commission a proposé, en novembre 2014, plusieurs mesures de transparence.

Le , en tenant compte des réponses faites par la Commission européenne à 5 propositions[47], la médiatrice européenne a publié un avis[48] qui conteste à la Commission le droit de refuser de rendre publics les documents consolidés de négociation sous prétexte du fait qu'il s'agit d'un accord international. La médiatrice rappelle que « le traité sur l'Union européenne prévoit que les décisions soient prises aussi ouvertement que possible et le plus près possible des citoyens. En outre, pour promouvoir la bonne gouvernance et assurer la participation de la société civile, les institutions, organes et organismes de l'Union doivent faire leur travail aussi ouvertement que possible ». La médiatrice invite donc la Commission à respecter le droit européen (qu'elle qualifie de « droit fondamental »[49]) en matière d’accès du public aux informations concernant très directement les Européens (notamment traduit par le règlement 1049/2001). Elle a invité la commission à une « plus grande divulgation proactive des documents du TTIP, et à un renforcement de la transparence des réunions du TTIP », tout en admettant que certaines informations puissent temporairement être confidentielles, mais en précisant que « toute politique de non-divulgation doit être dûment justifiée » et le moment de la diffusion précisé. Le seul fait que la transparence sur un document pourrait déplaire aux autorités américaines ne saurait être une justification à la non-divulgation de ce document[50].

En , la médiatrice a félicité la Commission pour ses engagements annonçant une publication prochaine de documents du TTIP, et pour avoir dit continuer « à chercher à persuader les États-Unis de la nécessité d'une plus grande transparence dans ces négociations commerciales ». La médiatrice a aussi félicité « le Parlement européen et les groupes de la société civile qui ont aussi poussé à plus de transparence », en précisant que « La responsabilité démocratique est maintenant du côté des représentants élus qui doivent examiner les négociations au nom de leurs électeurs, pour s'engager au côté des citoyens européens et décider de l'avenir du TTIP ». Dans le même communiqué, la médiatrice affirme cependant que « Plus peut encore être fait à propos de la transparence du lobbying »; en janvier 2015, la médiatrice avait appelé la Commission à « une plus grande transparence concernant les réunions que les fonctionnaires de la Commission avaient sur le TTIP avec les organisations professionnelles, les groupes de pression ou des ONG ».

La Commission a expliqué dans sa réponse[51] que, « pour des raisons de “proportionnalité” »[51], elle ne voulait publier « ni les ordres du jours, ni les comptes rendus de ces réunions ». La requête par la médiatrice d’« étendre les obligations de transparence aux niveaux de directeur, Chef d'unité et de négociateur »[51] a elle aussi été rejetée, notamment pour des raisons de protection des données personnelles (Cf. « Règlement sur la protection des données » (Règlement (CE) no 45/2001, JO L 8, 12.1.2001 et jurisprudence européenne[52]). La Commission a soutenu en réponse qu'elle ne pouvait publier les noms des participants aux réunions sans leur consentement[51]. Le 23 mars 2015, la médiatrice a répondu que « la protection des données personnelles ne doit pas être utilisée comme un obstacle automatique à l'examen par le public des activités de lobbying dans le cadre du TTIP. Il est possible de tenir compte de la protection des données en informant les participants quand ils sont invités aux réunions de l'intention de divulguer leurs noms. Ceci devrait être fait dans l'intérêt public »[53].

Le 5 octobre 2015, la médiatrice européenne a conclu que la Commission n'avait pas été assez transparente à propos de ses contacts avec l'industrie du tabac[54]. La médiatrice avait été saisie par l'ONG Corporate Europe Observatory, qui souhaitait accéder au contenu des discussions avec cette industrie, mais avait seulement reçu des documents dans lesquels toutes les informations pertinentes avaient été masquées[55], une pratique non conforme aux recommandations de la Convention-cadre de l'OMS pour la lutte antitabac[56].

Croissance escomptée

Comme tout traité commercial, le TTIP est théoriquement susceptible de présenter des avantages pour chacune des parties participantes à la négociation du fait de la facilitation des échanges économiques. En effet, dans la lignée de la pensée économique ricardienne, étendre les possibilités d'échange est source de richesse. Une étude de 2010 des économistes Fredrik Erixon et Matthias Bauer, pour un laboratoire d'idées, le Centre européen d’économie politique internationale (European Centre for International Political Economy, ECIPE), estime que « l'effet statique » sur le PIB de l'élimination des droits de douane (effets à court terme sur l'amélioration de l'allocation des ressources) serait de +0,01 % pour l'Union européenne et de +0,15 % pour les États-Unis ; et que son « effet dynamique » (effets à long terme sur l'accumulation du capital, l'augmentation de l'investissement et de la productivité) serait de +0,32 à +0,47 % pour l'Union européenne (46 à 69 milliards de dollars) et de +0,99 à +1,33 % pour les États-Unis (135 à 181 milliards de dollars)[57]. Une étude plus récente[i 19], commandée par la Commission européenne et citée dans son analyse d'impact d'[i 20], estime que les effets sur le PIB associés à la suppression des barrières douanières seraient de +0,10 % pour l'Union européenne et de +0,04 % pour les États-Unis. Une fois les mesures relatives aux barrières non tarifaires prises en compte, le gain de PIB pour l'Union européenne s'établirait entre +0,27 et +0,48 %, et entre +0,21 et +0,39 % pour les États-Unis. Une étude de Jeronim Capaldo, chercheur à l’Institut sur le développement global et sur l’environnement (Global Development And Environment Institute, GDAE) de l'université Tufts, indique au contraire que le traité entraînerait « des pertes nettes en termes d’export, …des pertes nettes en termes de PIB, …une baisse des salaires, …des destructions d’emplois, …une diminution de la part des salaires dans le partage de la valeur ajoutée, …une baisse des recettes fiscales, [et] une instabilité financière accrue »[58]. Cet avis est partagé par l'économiste Jacques Sapir, qui considère que les modèles utilisés par les institutions internationales surestiment « dans des proportions importantes » les aspects positifs de ces accords et prédit a contrario « une forte hausse du chômage dans l’Union européenne »[59].

Certains auteurs mettent en avant qu'un tel accord nécessiterait un travail d'anticipation afin de préparer la transition professionnelle des salariés des secteurs qui cesseront d'être compétitifs[60]. L'économiste Thomas Porcher a mis en doute que le traité transatlantique profite à l'emploi en Europe[61].

Recours à l'arbitrage

Compte tenu des procédures prévues de recours à l'arbitrage (auquel la Commission européenne « n'entend pas renoncer [...] mais promet de tout mettre en œuvre pour éviter des abus »)[23],[62] et de la prééminence attendue du traité sur les lois nationales en vigueur (dont les lois pénales), des craintes ont été exprimées que l'accord conduise, comme dans le cas d'ACTA, à une perte de souveraineté des États[63].

Ce mécanisme d'arbitrage offre la possibilité aux entreprises de poursuivre des États sur la base du traité. Lori Wallach , activiste et experte des questions de commerce international, souligne le risque d'utilisation de ce mécanisme par des entreprises estimant que la politique d'un État entrave leur activité commerciale, y compris s'il s'agit d'une politique de santé publique ou de protection de l'environnement[3]. Des mécanismes de règlement des différends entre investisseurs et États ont notamment été utilisés par l'industrie du tabac pour freiner ou empêcher l'adoption de lois de protection contre le tabagisme. Philip Morris International a notamment engagé une procédure contre l'Uruguay (affaire Philip Morris v. Uruguay) au nom d'un accord entre la Suisse et l'Uruguay et une autre contre l'Australie à propos de l'adoption du paquet de cigarettes neutre au nom d'un accord entre Hong Kong et l'Australie[3].

Un tel mécanisme pourrait donc in fine réduire le pouvoir politique des citoyens au profit des entreprises en empêchant les États d'édicter des lois défavorables aux intérêts des grandes entreprises. La Directrice Générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Margaret Chan, a exprimé ses inquiétudes à propos des effets potentiellement néfastes sur la santé publique des accords régionaux de libre-échange tels que le TTIP[64].

Abaissement des normes

L'opacité des négociations fait craindre une harmonisation vers le bas des normes sociales, sanitaires et environnementales existantes, ainsi que des règlements affectant le commerce. Les textes en discussion contiennent des mesures visant à l'harmonisation des réglementations affectant le commerce. Les négociations pourraient affecter notamment les règles relatives à l'alimentation, la santé publique, la vie privée et à certaines conventions collectives dans les secteurs susceptibles d'être ouverts à la concurrence. De fait, de nombreux secteurs seraient touchés par cet accord et les normes et réglementations remises en cause comprendraient (liste non exhaustive) les normes sanitaires pour l'alimentation et la sécurité, la protection de l'environnement, le contrôle de l'impact carbone, la protection des données numériques personnelles, la réglementation de la finance et l'accès des entreprises étrangères aux marchés publics[3],[i 21].

Le fondateur de Foodwatch a estimé que le traité transatlantique, du fait qu'il supprimera des obstacles pour les grandes entreprises, portera inévitablement atteinte au droit de la consommation, en plus d'encourager certaines pratiques abusives[65].

L'adoption de normes plus restrictives par la suite, pour répondre aux préoccupations de la société civile ou à de nouveaux enjeux, pourrait être freinée par l'existence d'un accord si l'une des parties s'oppose à cette modification.

Santé

Des tentatives de suppression des réglementations en matière de santé publique sont confirmées par les discours des associations patronales. Ainsi l'Association nationale des confiseurs américaine explique que « L’industrie américaine voudrait que le TTIP avance sur cette question en supprimant la labellisation OGM et les normes de traçabilité » et le National Pork Producers Council affirme que « [l]es producteurs de porc américains n’accepteront pas d’autre résultat que la levée de l’interdiction européenne de la ractopamine », alors que cet additif bêta-agoniste est interdit dans 160 pays dont ceux de l'Union européenne, la Russie et la Chine[66].

Règles d'extraterritorialité

Le principe d'extraterritorialité, selon lequel un État peut imposer l'application de ses propres lois sur un pays étranger, fait l'objet d'oppositions, au moins en France, en raison des risques d'application à sens unique, sachant « que les entreprises américaines échappent le plus souvent à la loi européenne, y compris la loi fiscale »[39].

Réactions et positions publiques

Partis et responsables politiques

Au niveau européen

Au Parlement européen, le Parti populaire européen, le Parti socialiste européen, l'Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe, les Conservateurs et réformistes européens, ainsi que les partis qui les composent, approuvent les négociations, en émettant des réserves dans le cas du parti socialiste européen[38],[67]. Le Parti vert européen et le groupe Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique ainsi que les partis qui les composent sont opposés au traité[38],[67].

Herman Van Rompuy, président du Conseil européen, se réjouit de la perspective économique que promet le marché transatlantique[68].

En octobre 2014, Jean Arthuis, député et président de la commission des budgets du Parlement européen, a dénoncé l'opacité et l'asymétrie des négociations entre l'UE et les États-Unis à propos du TTIP[69].

En Allemagne

Angela Merkel, la chancelière allemande, a indiqué en 2007 qu'elle trouvait l'idée « fascinante » et favorisant « l'intérêt commun »[70]. De manière générale, les chefs de gouvernements – par l’intermédiaire des ministres de commerce extérieur – ont mandaté la Commission européenne pour la négociation du TTIP, ce qui constitue un accord au principe de la négociation. Depuis début 2014, le Président de la République française François Hollande est un actif partisan d'une négociation rapide du traité[71].

En France

Manifestation contre le CETA le 15 octobre 2016 dénonçant la mainmise des multinationales sur le pouvoir politique

Jean-Luc Mélenchon s'est publiquement opposé à plusieurs reprises au marché transatlantique, notamment sur son blog[72]. Au cours de la campagne électorale des élections européennes de 2009, la coalition du Front de gauche a indiqué son hostilité au projet[73]. En 2013, en France, lors d'une interview télévisée, Jean-Luc Mélenchon indique à Jean-Jacques Bourdin : « Vous êtes le premier journaliste, je demande qu'on note ça, qui aborde sur un plateau de télévision le grand marché transatlantique »[74]. Les deux hommes avaient cependant déjà abordé la question le sur le même plateau[75].

Le , lors de son audition au Sénat français, Dominique Strauss-Kahn a indiqué à propos des négociations en cours « c'est un piège considérable pour les Européens, je crois que les Français ont bien fait de vouloir se battre sur le problème de l'identité culturelle, mais c'est un tout petit aspect du problème. [...] Nous sommes dans une situation extrêmement difficile »[76].

Le , le Front national a publié un appel contre le TTIP sur son site Internet[77].

Le député français Nicolas Dupont-Aignan est très opposé à ce traité[78] ; il s'est exprimé à l'Assemblée nationale en mai 2014 à ce sujet[79]. Certains cadres de son mouvement Debout la France ont écrit des tribunes à ce sujet[80],[81]. Il réclame en mai 2015 un référendum à ce sujet [82] lors d'une conférence de presse à Paris aux côtés de ses alliés européens Paul Nuttall, Mischaël Modrikamen et Joram Van Klaveren (député néerlandais, membre du parti « Voor Nederland »).

Début 2014, François Hollande appelle à accélérer les négociations afin d'éviter « une accumulation de peurs, de menaces, de crispations »[83]. Il montre pour la première fois une inflexion sur le sujet en avril 2016 en demandant aux États-Unis « transparence » et « réciprocité », ainsi que des garanties pour les agriculteurs et l’accès aux marchés publics américains[83]. En juin 2016, quelques jours après le référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne (Brexit), le Premier ministre français Manuel Valls se prononce contre le traité transatlantique[84].

Par la voix du secrétaire d’État français au commerce Mathias Fekl, puis de François Hollande, l'exécutif français demande l'arrêt des négociations le 30 août 2016[85],[86],[87],[86],[83]. Mathias Fekl précise qu'un « coup d’arrêt net, clair et définitif » doit permettre de « reprendre des discussions sur de bonnes bases »[88]. En réaction, douze ministres européens du Commerce, notamment de l'Espagne, de l'Italie et du Royaume-Uni, écrivent à la commissaire européenne chargée du dossier, Cecilia Malmström, pour défendre le processus[89]. Lors du sommet de Bratislava, la France échoue à former une majorité pour interrompre les négociations, dont une vingtaine de pays de l'UE souhaite la poursuite[90]. D'après Maxime Vaudano, journaliste au Monde, « la France et l’Autriche seraient favorables à la rédaction d’un nouveau mandat de négociation pour le Tafta, avec un nouveau nom, davantage de transparence et « des objectifs plus clairs », comme par exemple sur la question climatique »[90].

Au Royaume-Uni

Les députés du Sinn Féin sont aussi opposés au traité[91].

En Belgique

En décembre 2015, l'eurodéputé belge Marc Tarabella demande l'arrêt des négociations après avoir consulté un rapport du département de l'Agriculture des États-Unis[92] qui estime que l'agriculture américaine bénéficierait beaucoup plus d'un accord que l'agriculture européenne. Le rapport estime en revanche que les gains globaux en termes de produit intérieur brut sont supérieurs pour l'Union européenne, ce qui conduit Marc Tarabella à redouter que l'agriculture européenne soit sacrifiée au profit des intérêts économiques des autres secteurs d'activité en Europe[93].

Aux États-Unis

Hillary Clinton ainsi que Donald Trump, le candidat élu à l'élection présidentielle américaine de 2016, affichent leur hostilité au projet[94].

Suisse

La Suisse ne fait pas partie des négociations, elle en est uniquement spectatrice. Le Conseil fédéral s'est fixé comme objectif de développer une stratégie pour suivre les négociations sur quatre ans, tout en préservant la législation alimentaire suisse. Elle est cependant consciente que si cet accord venait à aboutir la Suisse serait hautement pénalisée et elle cherche donc d’autres possibilités d'accords afin d'atténuer les effets sur l'économie helvétique.

D'un point de vue purement économique, les échanges commerciaux de la Suisse avec les pays membres du TTIP représentent 73 %[95] du commerce extérieur de la Suisse, de sorte que certaines fondations, telles que Avenir Suisse, pensent qu'il faudrait trouver d'autres accords, tels qu'un ALE bilatéral avec les États-Unis, s'il n'est pas possible de se joindre aux négociations du TTIP.

Dialogues transatlantiques

Les dialogues transatlantiques sont constitués de représentants de la société civile et visent à créer des lieux d'échanges, de réflexions, mais aussi de proposition pour les institutions politiques, jouant ainsi le rôle de lobby. Le plus puissant d'entre eux est le dialogue économique transatlantique (TABD), crée en 1995, qui est une coalition de dirigeants d'entreprises, principalement de multinationales, favorable au TTIP, des deux côtés de l'océan[96]. On trouve aussi :

Initiative citoyenne européenne

Étude de la Commission Justice et Paix sur les nouvelles mobilisations citoyennes.

Le , à la suite d'une pétition ayant obtenu plus d'un million de voix, comme les textes l'exigent, une initiative citoyenne européenne a été lancée par le Collectif Stop TAFTA, réunissant 230 mouvements citoyens de 21 pays. La Commission européenne l'a toutefois rejetée le 11 septembre de la même année[97],[98].

En 2016, la Commission Justice et Paix diffuse une étude analysant le processus de mobilisation citoyenne en Belgique, évoquant « une émulation contagieuse »[99] au sein de la population.

Logo de l'initiative citoyenne européenne contre le projet.

Collectivités territoriales

De nombreuses collectivités territoriales françaises — régions, département et communes — ont manifesté leurs craintes par rapport aux négociations du TTIP.

En , deux régions françaises ont voté pour l'arrêt des négociations du TTIP : l'Île-de-France et la Provence-Alpes-Côte d'Azur[100]. Ces régions sont rejointes par la Picardie et le Limousin en [101], puis par le Nord-Pas-de-Calais et les Pays de la Loire en [102].

Certaines communes françaises, dont Besançon, Briançon, Cherbourg-Octeville, Dunkerque ou Grenoble, ont demandé l'arrêt des négociations ou se sont déclarées « Zone hors TAFTA/TTIP »[103]. Plusieurs communes belges, dont Bruxelles, Liège ou Charleroi[104] ont approuvé en conseil communal des motions[105] pour marquer leur opposition au projet de traité.

Le préambule de ces motions, semblable d'une commune à l'autre, fait apparaitre la crainte que les communes ne puissent plus prendre certaines décisions concernant par exemple le choix des fournisseurs pour les cantines scolaires ou l'abandon des pesticides pour l'entretien des espaces verts communaux, car le TTIP comporterait selon ce préambule des clauses stipulant la privatisation obligatoire de ces services[105]. Les motions « communes sans TTIP » expriment également des craintes relatives aux éléments de portée nationale inclus dans le projet de traité, notamment le mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États et le risque d'affaiblissement des normes.

Syndicats et ONG

Les organisations patronales soutiennent l'initiative et ont lancé la plateforme « Business alliance for TTIP » dès pour soutenir l'initiative[38].

Parmi les opposants, on trouve notamment de nombreux syndicats et ONG, comme ATTAC[38] ou La Quadrature du Net[106].

Manifestations

Manifestation contre le TTIP à Londres le

Le , près de 250 personnes – dont trois parlementaires belges : Anne Herscovici, Alain Maron et Ahmed Mouhssin – ont été interpellées par la police de Bruxelles lors d'une manifestation pacifique organisée pour « dénoncer les conséquences potentiellement délétères du traité transatlantique » alors que se tenait l'European Business Summit[107].

TTIP leaks

Le , Greenpeace publie 248 documents confidentiels provenant des négociations sur le TTIP[108],[109]. Ces documents font état des demandes américaines de réduction des exigences européennes en matière d'environnement et de santé publique. Greenpeace Pays-Bas dit avoir publié ces documents « afin de fournir la transparence nécessaire et de déclencher un débat public sur le traité »[110]. À la suite de cette publication, des négociateurs européens et américains ont dénoncé des « interprétations trompeuses » de la part de l'ONG[111]. Pour Greenpeace, « Ce traité mettrait les intérêts des grandes entreprises au centre du processus de décision politique et législatif au détriment des enjeux environnementaux ou de santé publique »[111].

La Commissaire européenne au commerce (Cecilia Malmström) a réagi en estimant que la presse avait fait des commentaires « alarmistes » basés sur des révélations tronquées (la « fuite » présentée par Greenpeace ne livrant que 13 chapitres sur 24), à l'origine selon elle d'« une tempête dans un verre d'eau »[111]. Pour Marie Viennot[112], les trois chapitres (70 pages, en anglais, concernant l'agriculture, les mesures phytosanitaires et la « coopération réglementaire ») publiés par l'ONG sont néanmoins cruciaux pour les questions de santé environnementale. Le principe de précaution (pourtant au cœur de plusieurs traités européens) n'y apparait nulle part, et le projet propose de « ne pas créer de barrières non nécessaires » au commerce. L'Europe propose quand même dans certains chapitres (chapitre sur les mesures phytosanitaires) de faciliter les échanges en préservant le droit de chaque partie à protéger les humains, les animaux, les plantes et la santé sur son territoire, et en respectant la décision de chacune des parties pour l'évaluation de ces risques. Au chapitre concernant la coopération réglementaire, le projet d'accord prévoit de permettre à chaque partie de prendre des mesures légitimes pour protéger la santé, l'environnement, le consommateur, etc.

Sources

Références institutionnelles

  1. « À propos du TTIP », sur Site officiel de la commission européenne, Commission européenne,
  2. (en) « Transatlantic Declaration on EC-US Relations » [PDF], sur SEAE, Service européen pour l'action extérieure,
  3. (en) « European Commission Fires Starting Gun for EU-US Trade Talks », sur Site officiel du Commissaire européen au commerce, Bruxelles, Commissaire européen au commerce,
  4. « Le Conseil donne son feu vert pour entamer les discussions avec les États-Unis en vue de la conclusion d'un accord de libre-échange », sur Conseil de l'Union Européenne,
  5. (en) « EU-US trade talks – fourth round to start in Brussels on Monday 10 March », sur site de la Commission européenne,
  6. (en) « EU-US trade talks – 5th round to start in the US on 19 May », sur site de la Commission européenne, .
  7. (en) « Stakeholders event of the 8th Round Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP) Negotiations », sur site de la Commission européenne, .
  8. Débat parlementaire sur le « Projet d’accord de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis » le , rappel au règlement de Marc Dolez
  9. Débat parlementaire sur le « Projet d’accord de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis » le , réponse du gouvernement
  10. « Rôle du parlement français dans la ratification du traité transatlantique - Question écrite n° 12514 de Mme Joëlle Garriaud-Maylam - 14e législature », sur le site senat.fr,
  11. http://ec.europa.eu/trade/policy/in-focus/ttip/questions-and-answers/ Question-réponses de la commission européenne
  12. Communiqué de presse du Parlement européen
  13. (en) Commission to consult European public on provisions in EU-US trade deal on investment and investor-state dispute settlement
  14. (en) Online public consultation on investment protection and investor-to-state dispute settlement (ISDS) in the Transatlantic Trade and Investment Partnership Agreement (TTIP)
  15. (en) « State of Play of TTIP negotiations ahead of the 6th round of the negotiations » [PDF], sur site de la Commission Européenne
  16. « Questions et réponses sur les résultats de la consultation publique », sur site de la Commission européenne,
  17. (en) « Report presented today: Consultation on investment protection in EU-US trade talks », Commission européenne, (consulté le 16 janvier 2015)
  18. « Le Parrtenariat Transatlantique de commerce et d'investissement », sur Site officiel de la commission européenne, Commission européenne,
  19. (en) « Reducing Transatlantic Barriers to Trade and Investment » [PDF], sur Europa,
  20. « Analyse d'impact : Proposition de la Commission concernant l'ouverture de négociations sur un partenariat transatlantique de commerce et d'investissement entre l'Union européenne et les États-Unis d'Amérique » [PDF], sur Europa
  21. Rapport de ECORYS Nederland BC, « Non-Tariff Measures in EU-USTrade and Investment – An Economic Analysis - Final Report » [PDF], sur site de la Commission européenne,

Autres références

  1. (en) « Données Banque Mondiale 2012 » (consulté le 11 juillet 2014)
  2. « Ces accords que négocie l’Europe et dont on ne parle jamais », sur Le Monde, .
  3. a, b, c, d et e Lori Wallach, « Le traité transatlantique, un typhon qui menace les Européens : Sécurité alimentaire, droit social, écologie... », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  4. « Bush tend la main aux Européens », sur Radio France internationale,
  5. « Sommet UE/États-Unis : Création d’un Conseil économique transatlantique », sur Radio France internationale,
  6. « Espionnage: Mélenchon veut l'arrêt des négociations commerciales UE-USA », sur Le parisien,
  7. « Espionnage de l'UE par les USA - Les négociations commerciales doivent être interrompues si avéré », sur RTL.be,
  8. « Indignation européenne sur les soupçons d'espionnage américain », sur Le Nouvel Observateur,
  9. « Paris impose l’exception culturelle à Bruxelles », sur Le Monde,
  10. « Libre-échange : les négociations débutent entre l'UE et les États-Unis », sur Le Point,
  11. « Lancement du 5e cycle de négociation entre les USA et l’UE », sur lafranceagricole.fr, .
  12. « Traité transatlantique : nouvelle réunion à Bruxelles », sur Les Échos, .
  13. « Traité transatlantique: 6e round de discussions », sur Le Figaro, .
  14. « Ouverture du 7ème round de négociations sur le TTIP aux États-Unis », sur Euronews, .
  15. « Le traité de libre-échange transatlantique TTIP s'enlise », sur Le Monde, .
  16. « Semaine décisive pour le traité transatlantique », sur Lemonde.fr,
  17. (en) « 9th Round Transatlantic Trade and Investment Partnership Negotiations ».
  18. (en) « Report of the tenth round of negotiations for the Transatlantic Trade and Investment Partnership ».
  19. (en) « The Twelfth Round of Negotiations for the Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP) Public Report – March 2016 », (consulté le 26 avril 2016).
  20. « Policy - Countries and regions - Countries - United States », sur trade.ec.europa.eu (consulté le 26 avril 2016).
  21. « TTIP: l'UE et les USA parlent de progrès mais beaucoup reste à faire », sur lexpansion.lexpress.fr, .
  22. a et b « Tafta: petits arrangements entre amis ? », sur Slate.fr,
  23. a, b et c « Le partenariat transatlantique s'invite dans les européennes », sur Le Point,
  24. (de) « TTIP Antwort auf_kleine Anfrage an Bundesregierung » [PDF],
  25. « Le gouvernement de Syriza veut faire sombrer le TTIP », sur Euractiv.fr,
  26. Une commission du Parlement européen approuve le Traité transatlantique, Reporterre.org, 30 mai 2015.
  27. Ludovic Lamant, « Le parlement européen s'accorde sur le traité transatlantique », mediapart.fr, (consulté le 9 juillet 2015)
  28. « Iran, Irak, Israël : quelle politique étrangère sous un Congrès républicain ? », sur France 24,
  29. « Obama confronté aux résistances du Congrès »,
  30. « Pourquoi la « fuite » du Tafta réclamée par WikiLeaks est peu probable », (consulté le 13 aout 2015)
  31. (en) « Trade News - L'accord TAFTA au bénéfice des PME », sur International Trade News
  32. Maxime Vaudano, « Le traité TAFTA va-t-il délocaliser notre justice à Washington ? », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  33. (en) « Germany plans to block ISDS clause in transatlantic trade deal », sur Out-Law.com,
  34. (en) « Transatlantic trade talks hit German snag », sur Financial Time,
  35. « L'opinion publique vent debout contre la clause d'arbitrage du TTIP », euractiv.fr, (consulté le 16 janvier 2015)
  36. Médiateur européen (2014) Opinion of the European Commission in the European Ombudsman's own-initiative inquiry OI/10/2014/RA concerning transparency and public participation in relation to the Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP) negotiations , comprenant une liste des parties prenantes ayant répondu à la consultation, avec leur réponse.
  37. Barbara Spinelli, « Europe : la démocratie malade », sur La Repubblica, traduit en français dans Courrier international,
  38. a, b, c, d et e « Faut-il avoir peur du grand méchant marché transatlantique ? », sur Le Nouvel Observateur,
  39. a, b et c « Fleur Pellerin demande des comptes rendus publics des négociations sur le TTIP », sur Euractiv,
  40. « Mandat de négociation de la Commission européenne » (consulté le 19 septembre 2014)
  41. (en) « You're wrong, George Monbiot – there is nothing secret about this EU trade deal », sur The Guardian
  42. (de) Lammert droht mit Ablehnung von TTIP, zeit.de, 28 octobre 2015
  43. (de) Freihandelsabkommen: Lammert droht mit Nein zu TTIP, spiegel.de, 28 octobre 2015
  44. https://www.ttip-leaks.org/
  45. http://www.huffingtonpost.fr/2016/05/02/greenpeace-tafta-ttip-bruxelles-commerce-negociation_n_9820248.html
  46. Rapport de la consultation publique : Report on the European Ombudsman's public consultation in relation to the transparency of the Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP) negotiations
  47. Opinion of the European Commission in the European Ombudsman's own-initiative inquiry OI/10/2014/RA concerning transparency and public participation in relation to the Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP) negotiations
  48. Decision of the European Ombudsman closing her own-initiative inquiry OI/10/2014/RA concerning the European Commission, Cas OI/10/2014/RA ; ouvert le 29 juillet 2014 - avis rendu le 6 janvier 2015. Voir aussi, en français, le Communiqué de presse no 6/2015 du 23 mars 2015.
  49. voir proposition 22 du médiateur européen
  50. « (...) In this context, the mere fact of US displeasure that a document would be released, is not sufficient to activate the exception in relation to undermining the public interest as regards international relations ». in Proposition 21 du médiateur européen
  51. a, b, c et d (en) Réponse et commentaires de la Commission aux recommandations de la médiatrice européenne (non traduit): Comments of the Commission in reply to further suggestions from the European Ombudsman in her closing decision - Ref. OI/10/2014/RA
  52. Arrêt de la Cour du 20 mai 2003 dans les affaires jointes C-465/00, C-138/01 et C-139/01, Demandes de décision préjudicielle entre Österreichischer Rundfunk e.a., paragraphe 73.
  53. Le médiateur européen : La Médiatrice félicite la Commission pour les progrès en matière de transparence dans les négociations du TTIP (avec lien vers le communiqué de presse : La Médiatrice félicite la Commission pour les progrès en matière de transparence dans les négociations du TTIP , avec nombreux liens)
  54. « Ombudsman: European Commission not transparent enough about tobacco lobbying », (consulté le 5 novembre 2015)
  55. « Contacts with the tobacco industry re EU trade negotiations », (consulté le 5 novembre 2015)
  56. « Les relations de Bruxelles avec les cigarettiers contraires aux règles de l'ONU », (consulté le 5 novembre 2015)
  57. (en) « A TRANSATLANTIC ZERO AGREEMENT: Estimating the Gains from Transatlantic Free Trade in Goods », sur http://www.ecipe.org,
  58. Jeronim Capaldo, « Le partenariat transatlantique de commerce et d’investissement : Désintégration européenne, Chômage et Instabilité » [PDF], GDAE Working Paper, Tufts, .
  59. Les effets catastrophiques du traité transatlantique, Jacques Sapir, marianne.net, 6 avril 2015
  60. John Sutton, « Mondialisation, une perspective européenne » [PDF], Fondation Jean-Jaurès
  61. « Traité transatlantique UE-USA: « Tafta ne répond pas aux problèmes actuels de l'Europe » », sur 20 minutes, FR,
  62. Cette possibilité d'un recours à l'arbitrage entre sociétés commerciales et États « fait actuellement l’objet d’une consultation publique de la part de la Commission européenne jusqu’au 6 juillet date à laquelle celle-ci rendra un rapport » selon une information donnée à l'Assemblée nationale française, et rapportée par Les Échos Traité transatlantique : l’Assemblée nationale contre la suspension des négociations, 22 mai 2014
  63. « Accord transatlantique: il n'y a pas que l'exception culturelle ! », sur Médiapart,
  64. (en) « Smoke and mirrors in trade disputes will harm public health », sur eastasiaforum.org,
  65. « Le traité transatlantique n’est pas qu’une affaire de clignotants », sur Libération,
  66. (en) « National Pork Producers Council Comments on the “Transatlantic Trade and Investment Partnership” » [PDF],
  67. a et b (en) National Foreign Trade Council, « The European Union and TTIP: How does it work? » [PDF],
  68. (en) « Great prospect: #EU #US Transatlantic Trade & Investment Partnership will boost our economies & create jobs », sur le compte twitter de Herman Van Rompuy,
  69. « Traité transatlantique : comment l'Europe continue à négocier à l'abri des regards », sur Le Figaro, 15 octobtre 2014
  70. (en) « Trans-Atlantic Free Trade? Merkel for EU Agreement with US », sur Der Spiegel,
  71. « Hollande et Obama veulent accélérer l'accord de libre-échange », sur BFM Business,
  72. Catégorie « Grand Marché Transatlantique », sur le blog officiel de Jean-Luc Mélenchon
  73. Vidéo de campagne du parti de gauche datée du
  74. « Interview de Jean-Luc Mélenchon sur BFMTV » [vidéo], sur Dailymotion,
  75. « Extrait d'interview de de Jean-Luc Mélenchon - Le futur grand marché transatlantique » [vidéo], sur YouTube,
  76. « Audition de Dominique Strauss-Kahn sur le rôle des banques dans l'évasion fiscale » [vidéo], sur Youtube,
  77. « Marine Le Pen lance un appel solennel aux Français contre le Traité transatlantique », sur site officiel du Front national,
  78. « Dupont-Aignan : le Traité Transatlantique est antidémocratique », sur Le Figaro (consulté le 18 mai 2015)
  79. « TAFTA : Dupont-Aignan dénonce "le double jeu permanent" de la classe politique », (consulté le 18 mai 2015)
  80. « Une première commune drômoise dit NON au Traité Transatlantique ! » (consulté le 18 mai 2015)
  81. « Traité transatlantique » (consulté le 18 mai 2015)
  82. « Dix ans après la victoire du « Non », Nicolas Dupont-Aignan exige un référendum sur le TAFTA ! » (consulté le 28 mai 2015)
  83. a, b et c Amélie Poinssot, « Hollande demande l’arrêt des discussions sur le TAFTA », sur Mediapart, (consulté le 30 août 2016).
  84. « Après le Brexit, Valls se prononce contre le traité transatlantique », france24.com, 26 juin 2016.
  85. « Matthias Fekl : « La France demande l’arrêt des négociations du Tafta » », sur lemonde.fr, (consulté le 30 août 2016).
  86. a et b « Traité transatlantique: la France dit stop », sur Echo.be (consulté le 30 août 2016)
  87. « Matthias Fekl : « La France demande l’arrêt des négociations du Tafta » », sur lemonde.fr, (consulté le 30 août 2016).
  88. « Paris souhaite l’arrêt des négociations sur le TTIP », sur EurActiv, (consulté le 6 septembre 2016).
  89. Isabelle Marchais, « TTIP: la France impuissante à arrêter les négociations », sur L'Opinion.fr, (consulté le 21 septembre 2016).
  90. a et b Maxime Vaudano, « Durement frappé, le Tafta n’est pas (encore) mort », sur transatlantique.blog.lemonde.fr, (consulté le 26 septembre 2016).
  91. (en) « Concern at transatlantic trade agreement »,
  92. « Agriculture in the Transatlantic Trade and Investment Partnership: Tariffs, Tariff-Rate Quotas, and Non-Tariff Measures », (consulté le 2 janvier 2016)
  93. Un rapport américain sur le TTIP est "sans appel": "Les Européens n’ont pas grand-chose à gagner"
  94. Marc Vignaud, « Tafta : le traité de libre-échange Europe-États-Unis expliqué aux nuls », sur lepoint.fr, (consulté le 29 août 2016).
  95. « Pour une Suisse ouverte aux échanges commerciaux », sur Avenir Suisse,
  96. (en) « Historique et mission », sur le site officiel du TABD
  97. « La Commission européenne rejette la demande d’ICE contre TAFTA et CETA », Collectif Stop TAFTA
  98. « Demande d'enregistrement refusée — Intitulé: STOP TTIP », Communauté européenne,
  99. Valery Witsel, « Quelles perspectives pour les nouvelles luttes citoyennes ? », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  100. « Marché transatlantique : la grogne des élus », sur Politis.fr,
  101. « Pour une région Picardie “hors TAFTA”, ou “hors partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP)” » [PDF]
  102. « TAFTA La région Pays de la Loire se déclare hors traité de libre-échange », sur L'Humanité,
  103. « Les zones déclarées hors TAFTA », sur Collectif national unitaire stop TAFTA
  104. « TTIP : Ecolo au cœur du combat contre le traité transatlantique », sur http://www.ecolo.be (consulté le 7 avril 2015)
  105. a et b « Motion concernant le projet de Partenariat transatlantique sur le Commerce et l'Investissement entre l'Union européenne et les États-Unis d’Amérique (TTIP) et ses conséquences sur les entités locales », (consulté le 8 avril 2015)
  106. « Rubrique TAFTA », sur site de la Quadrature du Net
  107. « Après l'arrestation de ses députés, Écolo exige la fin des dérapages policiers », sur La Libre Belgique,
  108. TTIP-leaks sur le site web de Greenpeace
  109. Greenpeace révèle le contenu des négociations sur le TAFTA (France-Culture, journal de 12h30)
  110. Tribune de Genève, lundi 2 mai 2016
  111. a, b et c Émission radiophonique Le billet économique (France-Culture) 2016-05-03 : http://www.franceculture.fr/emissions/le-billet-economique/ttip-leaks-une-tempete-dans-un-verre-d-eau TTIP Leaks : une tempête dans un verre d'eau ? ]
  112. Marie Viennot est journaliste au service économie de la rédaction de France Culture

Bibliographie

  • Édouard Balladur, Pour une Union occidentale entre l’Europe et les États-Unis, Paris, Fayard, , 119 p. (ISBN 978-2-213-63421-0)
  • Alain de Benoist, Le Traité transatlantique et autres menaces, Paris, Éditions Pierre-Guillaume de Roux, (ISBN 9782363711113)
  • Ricardo Cherenti et Bruno Poncelet, Le Grand marché transatlantique : Les multinationales contre la démocratie, Éditeur Bruno Leprince, (ISBN 978-2916333823)
  • Patrick Le Hyaric, Dracula contre les peuples. Qu'est-ce que le marché transatlantique ?, Édition de l'Humanité
  • Lori Wallach, « Le traité transatlantique, un typhon qui menace les Européens : Sécurité alimentaire, droit social, écologie... », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  • « Dossier : Grand marché transatlantique », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  • Thomas Porcher et Frédéric Farah, TAFTA : l'accord du plus fort, Max Milo, Paris, octobre 2014

Compléments

Articles connexes

Liens externes