Parc zoologique de Montpellier

Parc zoologique de Montpellier

Image illustrative de l'article Parc zoologique de Montpellier
Image illustrative de l'article Parc zoologique de Montpellier
Entrée du parc zoologique.

Date d'ouverture 1964
Situation Montpellier, Hérault, Occitanie, France
Superficie 80 hectares (dont 10 hectares pour la réserve du Lez)
Latitude
Longitude
43° 38′ 22″ nord, 3° 52′ 25″ est
Nombre d'animaux environ 750[1]
Nombre d'espèces 141 revendiquées
Accréditations EAZA
Site web http://zoo.montpellier.fr/

Géolocalisation sur la carte : Montpellier

(Voir situation sur carte : Montpellier)
Parc zoologique de Montpellier

Géolocalisation sur la carte : Hérault

(Voir situation sur carte : Hérault)
Parc zoologique de Montpellier

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Parc zoologique de Montpellier

Le parc zoologique de Montpellier, aussi connu sous les noms de parc du Lunaret, parc zoologique de Lunaret ou encore parc Darwin, est un parc zoologique français situé en région Occitanie, au nord de la ville de Montpellier, dans le quartier Hôpitaux-Facultés au sein du sous-quartier Aiguelongue. Fondé en 1964, il présente aujourd'hui environ 750 animaux de 141 espèces sur une superficie de 80 hectares. Il comporte notamment une ferme pédagogique, une réserve naturelle et une serre amazonienne. Propriété de la ville de Montpellier, qui le finance entièrement, il est co-dirigé par Luc Gomel et David Gomis (vétérinaire et directeur technique).

Membre permanent de l'Association européenne des zoos et aquariums depuis 1997, il s'engage dans la conservation ex situ en participant à des programmes européens pour les espèces menacées (EEP).

La gratuité de l'entrée de la plus grande partie du parc contribue à en faire l'un des dix parcs zoologiques les plus fréquentés de France, avec plus de 500 000 visiteurs annuels. Il fait partie des cinq zoos les plus vastes de France[Note 1].

Historique

Le parc zoologique est construit sur la partie haute du domaine de La Valette, un très ancien domaine passé entre de nombreuses mains depuis le seigneur de La Valette au XIIe siècle, jusqu'à Henri de Lunaret, qui achète le domaine en 1906 pour faire un placement. Celui-ci meurt en 1919 sans héritier et dans son testament, il donne La Valette à la ville de Montpellier tout en laissant l'usufruit à sa sœur Madame Busson de Lavèvre. Le legs est assorti d'une condition : créer sur La Valette un orphelinat ou bien donner au domaine une autre affectation pourvu qu'il s'agisse d'une œuvre de bienfaisance[2].

Le directeur de l’École d'Agriculture de l'époque, Gabriel Buchet, est fortement intéressé par le domaine de La Valette, qu'il pense idéal pour servir de champ d'expérience. Madame de Lavèvre accepte de lui louer son domaine. La ville de Montpellier, en la personne du maire Jean Zuccarelli, donne son accord et un bail emphytéotique est conclu le 1er mars 1939 avec le directeur de l’École qui reçoit le domaine. Sur la partie acquise par l’École se trouvent aujourd'hui les nombreux laboratoires de recherche du centre Agropolis[2].

Il laisse à la Ville la partie haute et boisée du domaine qui devient en 1964 le Parc Zoologique du Lunaret, avec Marcel Gallet pour directeur, après que François Doumenge, alors adjoint à l'urbanisme au Maire de Montpellier François Delmas, a proposé d'y construire un tel équipement[3].

En 2012, le vétérinaire David Gomis quitte la direction du Jardin zoologique de Lyon pour prendre la direction technique du zoo de Montpellier, après avoir été mis en cause médiatiquement dans la gestion de l'affaire de suspicion de tuberculose sur les éléphantes d'Asie Baby et Népal[4].

En 2016, la Ville décide de moderniser le zoo en investissant 30 millions d'euros dans un plan de rénovation s'étendant de 2016 à 2021[3]. Actuellement municipal, il sera amené à devenir un équipement de Montpellier Méditerranée Métropole.

Installations et faune hébergée

Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.   (juin 2016).

500 animaux représentant 90 espèces sont répartis sur une cinquantaine d'enclos répartis sur 11 km de chemins de garrigue et de forêt méditerranéenne.

Animaux présents (liste non exhaustive) :

Le zoo s'oriente sur la sauvegarde des espèces les plus menacées et participe aux Programmes Européens d'Élevage (EEP) dont l'objectif final est la réintroduction des espèces dans leur milieu naturel.

Biozone Afrique

Biozone Amérique du Sud

Biozone Océanie

Biozone Eurasie

Biozone Afrique du nord

Biozone Madagascar

Serre amazonienne

Inaugurée le 30 juin 2007, cette serre couvre une surface de 2 600 m². Contrairement aux autres parties du parc, son entrée est payante.

La visite se fait au long d'un sentier présentant les différents écosystèmes de la forêt amazonienne. La température et l'hygrométrie sont totalement gérées par informatique.

De nombreux animaux sont présentés comme le fourmilier géant, l'oncille, le singe hurleur, le caïman à lunette, le paresseux, ainsi que de nombreux reptiles (serpents...), poissons (piranha...) et oiseaux (agami trompette, toucan...).

Ferme pédagogique

Créée en 1982, cette ferme pédagogique est réservée au enfants (scolaires, centre de loisir) et présente des animaux de la ferme.

Réserve

La réserve occupe 20 hectares, délimitées par des falaises et le Lez. Autrefois la zone comportait des moulins au fil du Lez.

Fréquentation

En 2014, le parc zoologique a été fréquenté par 579 084 visiteurs et la serre amazonienne par 141 776 visiteurs[5].

Notes et références

Notes

  1. Les cinq zoos les plus vastes de France sont la Réserve africaine de Sigean (300 ha), le Parc zoologique de Thoiry (150 ha), le Parc animalier de Sainte-Croix (120 ha), la Réserve zoologique de la Haute-Touche (100 ha) et le Parc zoologique de Montpellier (80 ha)

Références

Lien externe