Papyrus d'Artémidore

Un fragment du papyrus


Le papyrus d'Artémidore aurait été retrouvé au début des années 1990 dans un amas de vieux papyrus recyclés, à la fin du Ier siècle, pour fabriquer un masque funéraire en papier mâché. Admise à l'origine, son authenticité fait actuellement débat.

Papyrus d'Artémidore

Sommaire

Contenu

De cet amas proviendraient la cinquantaine de fragments constituant le papyrus d'Artémidore. Haut de 32,5 cm et long de 2,55 m, celui-ci se compose en fait de deux morceaux, entre lesquels manque une feuille. Le recto se compose d'un texte de géographie, qu'on a attribué à Artémidore d'Éphèse, un géographe grec ayant vécu entre le IIe siècle et le Ier siècle av. J.-C. et dont l'œuvre ne nous est plus connue que par des citations d'auteurs antiques[1].

Le texte en question se compose d'une introduction et du début d'une description de la péninsule Ibérique. Le papyrus présente la particularité de comporter une carte géographique. Cette carte, inachevée, représente peut-être la Bétique, c'est-à-dire la partie sud-ouest de l'Espagne. On a supposé que le dessinateur ne l'avait pas achevée, parce qu'il s'était rendu compte qu'il ne copiait pas la carte correspondant au texte. Cela se serait passé à la fin du Ier siècle av. J.-C. Le papyrus n'aurait cependant pas été mis au rebut. On trouve en effet représentés au verso une quarantaine d'animaux, réels ou fantastiques. Ces dessins auraient permis à des clients désireux de faire réaliser une fresque ou une mosaïque de choisir un modèle. La vie du papyrus ne s'est pourtant pas arrêtée là : dans les espaces du recto restés libres, là où devaient figurer les cartes non réalisées, figurent deux têtes humaines, ainsi que d'autres éléments d'anatomie, interprétés comme des exercices par ceux qui ont étudié les premiers le document.

D’après la date des autres documents retrouvés dans l'amas, le papyrus d'Artémidore aurait finalement été recyclé en vieux papier vers la fin du Ier siècle. D’abord propriété d'un collectionneur allemand, le papyrus a été acheté en 2004 pour la somme de 2 millions 750 000 euros par la Fondazione per l'Arte de la Compagnia di San Paolo de Turin et exposé au Palazzo Bricherasio jusqu'en mai 2006. Il a été ensuite confié pour analyse à l'Institut de papyrologie de l'Université de Milan. Après avoir fait l'objet, en 2008, d'une exposition au Musée égyptien de Berlin, il est conservé, depuis octobre 2014, au Musée des antiquités de Turin.

Controverse

Depuis 2006, l’authenticité de ce rouleau est au cœur d'une vaste controverse, un nombre de plus en plus élevé de savants estimant qu'on a affaire en réalité à un faux[2]. Selon Luciano Canfora, le papyrus serait l'œuvre de Konstantinos Simonides, un faussaire grec bien connu et actif dans le courant du XIXe siècle. Toutefois un certain nombre d'arguments ont été avancés en faveur de l'authenticité, le papyrus contenant des informations apparemment inconnues à l'époque de Simonides et découvertes depuis, ce qui a amené divers auteurs à juger peu vraisemblable la thèse du faux[3]. Canfora a répondu à ces objections. Il a ainsi montré que Simonides avait pu avoir accès à des informations qu'on croyait inédites de son temps[4] et a fourni ce que l'on considère désormais comme des preuves tout à fait plausibles du travail du faussaire. Au terme d'une bilan bibliographique publié en 2011, Federico Condello concluait que la plupart des arguments contre l'authenticité étaient restés sans réponse, et le débat reste ouvert.

Notes

  1. Artémidore d'Éphèse avait voyagé dans tout le bassin de la Méditerranée, notamment en Égypte et en Espagne, et rédigé un traité de géographie en onze livres ; ce dernier est considéré comme le plus ancien du monde occidental.
  2. Voir Luciano Canfora, 2007 et 2008.
  3. (en) G. B. D'Alessio, « On the "Artemidorus" Papyrus », ZPE, 171, 2009, p. 27-45
  4. (it) L. Canfora, « Simonidis conosceva direttamente, ricopiava e metteva a frutto le epigrafi di Priene (a proposito del sampi in P. Artemid. col V.) », Quaderni di storia, 73, juin 2011, p. 199-209

Bibliographie

  • Claudio Gallazzi, Le Papyrus d'Artémidore d'Éphèse, dans L'Archéologue, avril 2006-mai 2006, N° 83, p. 32-39.
  • (en) Luciano Canfora, The true history of the so-called Artemidorus Papyrus, Bari, Edizioni di Pagina, 2007.
  • (it) Luciano Canfora, Il papiro di Artemidoro, avec des contributions de Luciano Bossina, Livia Capponi, Giuseppe Carlucci, Vanna Maraglino, Stefano Micunco, Rosa Otranto, Claudio Schiano, et avec le texte du nouveau papyrus, Roma, Laterza, 2008.
  • (it) C. Gallazzi, B. Kramer, S. Settis, Il papiro di Artemidoro, con la collaborazione di G. Adornato, A.C. Cassio, A. Soldati, Milano, LED Edizioni, 2008.
  • Luciano Canfora, Luciano Bossina, Wie kann das ein Artemidor-Papyrus sein? Ma come fa a essere un papiro di Artemidoro?, Bari, Edizioni di Pagina, 2008.
  • Artemidorus Ephesius. P. Artemid. sive Artemidorus personatus, curante Luciano Canfora, Bari, Edizioni di Pagina, 2009.
  • (it) Luciano Canfora, La vera storia del papiro di Artemidoro, Catania, Editoriale Stilos, 2010.
  • (it) Luciano Canfora, Il viaggio di Artemidoro : vita e avventure di un grande esploratore dell'antichità, Milano, Rizzoli, 2010.
  • (it) Luciano Canfora, La meravigliosa storia del falso Artemidoro, Palermo, Sellerio, 2011.
  • (it) Federico Condello, 'Artemidoro' 2006-2011: l'ultima vita in breve, dans Quaderni di storia 74, luglio-dicembre 2011, p. 161-256.