Panzergrenadier

Panzergrenadiers allemands en 2010.

Le terme Panzergrenadier Écouter, désigne à partir de 1942, l'infanterie spéciale des forces armées allemandes (Heer, Waffen-SS, et Luftwaffe) chargée d'accompagner les chars de combat.
De nos jours, le terme est toujours employé au sein de la Bundeswehr allemande, mais aussi dans la Bundesheer autrichienne et l'Armée suisse, pour désigner l'infanterie mécanisée d'élite des bataillon de chars.

Wehrmacht (1935-1946)

Organisation IIIe Reich

La Panzerwaffe avec ses Panzerdivisionen a été le fer de lance de l'armée allemande qui lui a permis de remporter de nombreuses victoires dans les premiers mois du conflit mondial, rapides et décisives, ce qui fut dénommé le Blitzkrieg. La PzDiv était composée d'un régiment blindé (à l'origine de deux régiments), mais aussi d'infanterie, d'artillerie et de diverses troupes (transmissions, génie), plus des services, qui assurèrent une efficience inter-arme.

Seconde Guerre mondiale

Création

Article connexe : Grenadiers de chars.
Un Sturmgeschütz III et un half track de type SdKfz 251

Auparavant, les régiments chargés de ce rôle au sein des panzerdivisions, étaient appelés Schützen Régiments.

La décision d'Adolf Hitler de renommer[1]'[2] tous les régiments d'infanterie, en régiment de grenadiers, pour rendre hommage au roi prussien Frédéric II, entraîna le renommage des « régiments de Schützen » et des « régiments d'infanterie motorisée » en régiments de « panzergrenadiers » ((en allemand : Panzergrenadier-Regimenten)). À la suite de cette évolution, les anciennes divisions d'infanterie motorisée (Infanterie Division (mot)) devinrent, elles, des divisions de Panzergrenadiers (Panzergrenadier-Division ou PzGrD en abrégé), gagnant au passage un soutien blindé sous la forme d'un bataillon de chars.

Du fait d'un manque chronique de chars, dans la plupart des Panzergrenadier-Divisionen, le bataillon de chars fut remplacé par un bataillon de canons d'assaut de type Sturmgeschütz III ou IV.

En 1944, une Panzerdivision comprenait normalement un régiment de chars à deux bataillons (un de chars Panther et un de chars Panzer IV) plus un bataillon de canons d'assaut et un bataillon de chasseur de chars ainsi que deux régiments de Panzergrenadiers à deux bataillons chacun.

Équipement et armement durant la Seconde Guerre mondiale

Véhicule semi-chenillé SdKfz 251 utilisé par les PanzerGrenadiers

Pour remplir leur mission, les Panzergrenadiers bénéficiaient de moyens de transport organiques.

Une partie d'entre eux combattaient à bord de semi-chenillés comme le SdKfz 250 ou le SdKfz 251, il était essentiellement destiné à équiper les Panzerdivisions et les unités de (Panzergrenadieren-Panzergrenadiers) et partageait de nombreux éléments mécaniques avec le SdKfz 7. Leurs unités prenant le qualificatif de gepanzert (littéralement cuirassés), et d'autres faute de moyens devaient se contenter de camions, et étaient qualifiés de motorisiert (motorisés).

Sur les 226 bataillons de Panzergrenadiers affectés à la Heer, Waffen-SS ou Luftwaffe en 1943, seuls 26, soit un peu plus de 10 %, étaient équipés de véhicules semi-chenillés.

Ils étaient souvent armés de façon nettement plus puissante que l'infanterie conventionnelle, équipés de nombreuses mitrailleuses MG34 ou MG42, et d'une dotation supérieure en pistolets-mitrailleurs de type MP40.

Vers la fin de la guerre, ils furent parmi les premières unités à recevoir des fusils d'assaut Sturmgewehr 44.

Au niveau de leur uniforme, ils se distinguaient par le passepoil de leurs pattes d'épaule de couleur vert pré[3], qu'ils avaient repris aux troupes motocyclistes, à ne pas confondre avec le vert clair des chasseurs de montagne.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les Panzergrenadier division

Sonderkraftfahrzeug 250

Sd kfz 250 de la Panzergrenadierdivision Großdeutschland en mission d'observation à Okhtyrka en Ukraine
Des panzergrenadiers dans la région d'Aachen en 1944.
Union soviétique Sud / Ukraine. Karl Lorenz, Commandant de la division Panzergrenadier "Grande Allemagne" décernant l'Insigne spécial de l'Insigne de destruction de blindés à un soldat de la div., devant le char soviétique T-34. (mai 1944).
Dans la Heer (Wehrmacht) 

Ces divisions de panzergrenadiers, furent formées par la transformation des divisions motorisées correspondantes.

Dans la Luftwaffe 
Dans les Waffen SS 

À noter que toutes les divisions blindées (Panzerdivisionen) de la Waffen SS reçurent initialement l'appellation de Panzergrenadier-Division lors de leur transformation (1re, 2e, 3e et 5e division blindées) ou de leur formation initiale (9e, 10e et 12e division blindées) et ne prirent l'appellation de Panzerdivision qu'en octobre 1943.

Ainsi, par exemple, les 1re Panzerdivision SS Leibstandarte Adolf Hitler, 2e Panzerdivision SS Das Reich et 3e Panzerdivision SS Totenkopf, qui étaient en 1942 des divisions d'infanterie motorisées furent retirées du front de l'Est dans le courant de l'année et transformées en Panzergrenadierdivisionen, dotées d'un bataillon de char. Mais elles reçurent une deuxième bataillon de char ainsi qu'une compagnie lourde de chars Tigres au cours de cette transformation et, lors qu'elles retournèrent au front en février 1943 pour être engagées dans la Troisième bataille de Kharkov au sein du SS-Panzerkorps, elles étaient en fait des divisions blindées, même si elles conservèrent l'appellation de Panzergrenadierdivisionen pendant la majeure partie de l'année, y compris durant la bataille de Koursk.

Ce fut également le cas de la 5e Panzerdivision SS Wiking transformée de division d'infanterie motorisées en Panzergrenadier-Division en 1942 puis redésignée Panzer-Division en octobre 1943 ou des 9e Panzerdivision SS Hohenstaufen, 10e Panzerdivision SS Frundsberg, 12e Panzerdivision SS Hitlerjugend, formées en 1943 comme Panzergrenadierdivisionen puis redésignées Panzerdivisionen fin 1943.

Durant l'après-guerre et la guerre froide, L'Allemagne, l'Autriche et la Suisse dotèrent leurs armées d'unités de Panzergrenadiers.

Au XXIe siècle

Heer (Bundeswehr)

Insigne de béret Panzergrenadier. Troupe de la Bundeswehr. Fond: couleur du béret.
Véhicule de combat d'infanterie Marder 1A3 tirant un missile Milan en 2004. Remplacé par le Puma (blindé) en 2015.
Budget de la défense 2019

En 2019, (Wehrbeauftragter des deutschen Bundestages) le budget de la défense avoisine les 43,2 milliards d'euros. La part du budget de la défense dans le budget fédéral en 2019 est de 12,1%. Des mesures d'investissement sont prévues pour environ 9,9 milliards d'euros[5]'[6]'[7].

À la suite de la réorganisation de la Heer à partir de 2002, le nombre de bataillons de Panzergrenadier a été réduit.
Une brigade blindée de la Eingreifkräfte (forces d'intervention) comprendra un bataillon de Panzergrenadier, tandis que les Brigades mécanisées de la Stabilisierungskräfte (forces de stabilisation) comprendra deux bataillons Panzergrenadier.

Un bataillon Panzergrenadier type est constituée d'un état-major, de trois compagnies de combat, et d'une compagnie d'entraînement. À partir de la réorganisation de 2002, l'armée allemande a huit bataillons actifs de Panzergrenadier en service :

  • Bataillons de Eingreifkräfte (forces d'intervention):
  • Bataillons de Stabilisierungskräfte (forces de stabilisation) :
    • Internes Verbandsabzeichen Panzergrenadierbataillon 112, (Regen), Panzerbrigade 12 
    • Internes Verbandsabzeichen Panzergrenadierbataillon 122, (Oberviechtach), Panzerbrigade 12[9]
    • Internes Verbandsabzeichen Panzergrenadierbataillon 391, (Bad Salzungen), Panzergrenadierbrigade 37
    • Internes Verbandsabzeichen Panzergrenadierbataillon 371, (Marienberg), Panzergrenadierbrigade 37
    • Internes Verbandsabzeichen Panzergrenadierbataillon 401, (Hagenow), Panzergrenadierbrigade 41
    • Internes Verbandsabzeichen Panzergrenadierbataillon 411, (Viereck), Panzergrenadierbrigade 41
  • De plus, en 2008, deux bataillons de Panzergrenadier inactifs seront reformés:
    • Internes Verbandsabzeichen Panzergrenadierbataillon 908, (Viereck), Panzergrenadierbrigade 41, avec comme unité de logistique et de maintenance : Panzergrenadierbataillon 411
    • Panzergrenadierbataillon 909, (Marienberg), Panzergrenadierbrigade 37, avec comme unité de logistique et de maintenance : Panzergrenadierbataillon 371
Matériels

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autriche

Le blason au-dessus de l'entrée de l'Académie militaire thérésienne à Wiener Neustadt, en Autriche.

La Bundesheer (Österreichisches Bundesheer) comporte deux bataillons de Panzergrenadiers.

La 4e brigade de panzer grenadier forme la brigade lourde de l'armée fédérale. Dans la fédération, les forces mécanisées de l'armée fédérale sont résumées. L'association de la brigade est destinée aux opérations robustes à la maison et à l'étranger et est cruciale pour la préservation de la capacité dans la défense militaire conventionnelle.

Siegward Schier, nouveau commandant de la 4e brigade Panzer Grenadier, le , la cérémonie de passation du commandement du colonel de l'état-major général Stefan Fuchs au brigadier-capitaine Siegward Schier a eu lieu à la base aérienne de Vogler à Hörsching, près du District de Linz-Land[15].

4e Brigade Panzer Grenadier[16]
  • Panzer Grenadier Bataillon 13[17]
  • Panzer Grenadier Bataillon 35[18]

Suisse

Article détaillé : Grenadiers de chars.
Grenadiers de l'armée suisse devant un Mowag Piranha.

Les grenadiers de chars sont des unités militaires d'infanterie blindée mécanisée incorporées dans des troupes blindées ; ce corps est l'infanterie d'élite des troupes blindées de l'armée suisse. Leur formation comprend une instruction adaptée à leur fonction au sein des troupes blindées en plus de leur formation d'infanterie.

Les missions qui leur sont attribuées comprennent l'exploration armée, la défense des blindés, le nettoyage de poches de résistance, la fixation ou cassure d'un front, l'infiltration/exfiltration et les combats urbains. Un accent particulier lors de l'entraînement est mis sur la lutte antichar, le combat de localité et le combat à mains nues et avec armes tranchantes.

La brigade mécanisée 11 (renommée en janvier 2018 / ex-brigade Panzer 11)

Avec les chars de combat Leopard 2, les grenadiers de chars sont les troupes offensives des troupes blindée de l'armée suisse. Il s'agit de formations de choc et d'attaque ayant pour but de percer le front ennemi.

Chars de grenadier 2000 du Mechanisierte Brigade 11  janvier 2018.

Ils opèrent en tête des formations mécanisées aussi bien sur un terrain découvert qu'en milieu urbain afin de faciliter le passage des troupes blindées. Équipés de lance-roquettes Panzerfaust 3, les grenadiers de chars peuvent détruire les unités blindées ennemies. Les autres armes sont le SIG-550, le lance-grenades additionnel (LGA), les TIFLU (tireur au fusil d'assaut à lunette), et les LMG 05 (FN Minimi). Comme l'indique leur nom, les grenadiers de chars se déplacent à l'intérieur de véhicule de combat d'infanterie. Il s'agit, depuis les années 2000, du Combat Vehicle 90 (CV9030), appelé localement char gren 2000 ou Spz 2000, qui donne une bonne mobilité tactique en zone confinée et permet un déploiement rapide des grenadiers directement à l'emplacement de la mission.

La version grenadier de ce véhicule transporte 11 hommes (1 conducteur, 1 pointeur-tireur, 1 commandant de char et 8 grenadiers embarqués). Les trois premières fonctions sont accomplies par des militaires formés au maniement du Char gren 2000, les "équipages" ou "besatze" , tandis que les 8 militaires débarqués sont des unités d'infanterie d'élite, les "combats" ou encore "débarqués". Cette séparation dans les fonctions s'effectuent déjà lors du recrutement et les deux unités ne travaillent ensemble qu'à partir de la fin de leur école de recrue et essentiellement durant les cours de répétition.

Récompenses

1939/1945
Croix de fer de 1re classe 1939 dans la version de 1957[19].
Article connexe : Croix de fer.

Parmi les unités de ses différentes PzGrD, nombres d'individus reçurent pour bravoure et fait-d'arme ses décorations.

De nos jours

La croix d'honneur de la Bundeswehr pour bravoure est la première récompense de valorisation explicite de l' histoire des forces armées allemandes. Elle a été créée le .

Croix d’honneur des forces armées allemandes.

Croix d'honneur de la Bundeswehr pour bravoure .

[...]

Notes et références

  1. Au printemps 1941, la Wehrmacht est contrainte d'aider l'armée italienne en difficulté en Yougoslavie et en Grèce. Un mois plus tard, elle se retourne contre son alliée de 1939 en entrant à fin juin 1941 en Union soviétique : c'est l'opération Barbarossa.
  2. Le 11 juillet 1943 les Schützen-Régiment changent de noms pour Panzer-Grenadier-Régiment
  3. Les panzergrenadiers constituaient l'élite des troupes d'infanterie, et bénéficiaient à ce titre d'un uniforme légèrement différent. Les casquettes d'officier sont ainsi dotées d'un liseré vert foncé, qui permet des les distinguer de celles du reste de l'armée.
  4. 39-45 (magazine). HISTORICA n°71 MAI-JUIN 1940 LES PANZERS T2. (juil-aout-sept) 2012.
  5. Les quatre domaines du budget de la défense 2019.
  6. Bundestag adoptant les lois fédérales et les révisions de la Loi fondamentale. Il ratifie également les traités et adopte le budget fédéral.
  7. Bundeswehr, la possibilité pour la commission parlementaire en matière de défense (Verteidigungsaussschuss) de se constituer elle-même en commission d'enquête parlementaire, le travail de contrôle du commissaire parlementaire aux forces armées (Wehrbeauftragter des deutschen Bundestages), les dispositions particulières concernant l'armée dans le droit du budget.
  8. La Panzerlehrbrigade 9, qui appartient à la 1re Panzerdivision, dirige sept bataillons et est basée dans les États de Basse-Saxe et de Rhénanie du Nord-Westphalie.
  9. Site Brigade 12.
  10. En allemand GTK Boxer, pour Gepanzertes Transportkraftfahrzeug (Véhicule blindé de transport).
  11. Équivalent français Véhicule blindé de combat d'infanterie.
  12. Wagon de transport blindé (GTK) Boxer.
  13. Blindé martre.
  14. Puma fantassin blindé
  15. Bundesheer / Kommandoübergabe 4ème brigade Panzergrenadier.
  16. Site de la Brigade.
  17. Site du Bataillon 13.
  18. Site du Bataillon 35.
  19. Ordensgesetz , ("droit des titres, des ordres et des distinctions honorifiques"), souvent abrégé en Ordensgesetz (" droit des ordres "), est une loi fédérale allemande précisant les procédures de traitement des décorations civiles et militaires. La loi est entrée en vigueur le 26 juillet 1957.

Bibliographie

  • Dimitri (auteur) Guy Sajer, Le Soldat oublié, Robert Laffont, coll. « Hors collection », , 548 p. (ISBN 978-2221037393) : Témoignage des deux années passées par l'auteur, alors adolescent, sur le front de l'Est pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • Josef Charita François de Lannoy, Panzertruppen, Les Troupes Blindées Allemandes, German Armored Troops 1935 - 1945 Guerre 1939 / 1945, Éditions Heimdal Bayeux, , 272 p. (ASIN B015E79Q58)
  • (de) Helmuth Spaeter, Die Einsätze der Panzergrenadier-Division Groádeutschland, Nebel Verlag, , 175 p. (ISBN 978-3895550898)
  • Jorge Rosado et Chris Bishop, Les divisions blindées de la Wehrmacht 1939-45 : Le guide d'identification des blindés, Editions de Lodi, , 192 p. (ISBN 978-2846902878)
  • (en) Chris Bishop, Panzergrenadier Divisions, 1939/45: The Essential Vehicle Identification Guide, Amber Books Ltd, , 192 p. (ISBN 978-1905704293)
  • (de) Rolf Michaelis, Die Panzergrenadier-Divisionen der Waffen-SS, Dörfler Verlag GmbH, , 210 p. (ISBN 978-3895556906)
  • (en) Nigel Thomas et Johnny Shumate, World War II German Motorized Infantry & Panzergrenadiers, Osprey Publishing, coll. « Elite », , 64 p. (ISBN 978-1472819437)
  • (en) Dr Matthew Hughes et Chris Mann, Fighting Techniques of a Panzergrenadier 1941-1945, Amber Books Ltd, coll. « Fighting Techniques », , 96 p. (ISBN 978-1782745990)

Articles connexes

Liens externes