Pandémie de Covid-19 en Papouasie-Nouvelle-Guinée

Pandémie de Covid-19 en Papouasie-Nouvelle-Guinée

Pandémie de maladie à coronavirus de 2020 en Papouasie-Nouvelle-Guinée
Localisation Drapeau de la Papouasie-Nouvelle-Guinée Papouasie-Nouvelle-Guinée
Coordonnées 6° 18′ sud, 147° 00′ est
Date Depuis le (12 jours)
Bilan
Cas confirmés 1 (au 21 mars 2020)
Morts 0 (au )

La pandémie de maladie à coronavirus de 2019-2020 atteint la Papouasie-Nouvelle-Guinée en mars 2020. En date du 21 mars, l'archipel compte un malade recensé.

Premières mesures

Durant le courant du mois de janvier 2020, le gouvernement annonce des vérifications sur les passagers en provenance de Chine continentale, mais cette annonce est peu suivie d'effet. Le 28 janvier, le ministre de l'Immigration Westly Nukundj annonce que la Papouasie-Nouvelle-Guinée refoulera désormais tout arrivant dont le port d'origine se trouve en Asie. Dans le même temps, la Papouasie-Nouvelle-Guinée ferme jusqu'à nouvel ordre sa frontière terrestre avec l'Indonésie. Le ministère de la Santé fait valoir que des mesures drastiques sont nécessaires car le pays, pauvre et sous-développé, est mal équipé pour faire face à une pandémie[1].

Le 19 mars, le pays suit l'exemple de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande et interdit l'accès à son territoire national à toute personne qui n'est ni citoyenne, ni résidente permanente, à compter du 21 mars, faisant exception pour les médecins et conseillers étrangers pouvant aider le pays à lutter contre le virus[2].

Premier malade recensé, et nouvelles mesures

Cas de COVID-19 recensés en Papouasie-Nouvelle-Guinée
    décès   cas graves   autres cas   
Date
Nombre de cas*
0

Le 20 mars, le Premier ministre James Marape annonce le premier cas de malade confirmé dans le pays. Il s'agit d'un Italien de 45 ans, arrivé en Papouasie-Nouvelle-Guinée depuis l'Espagne et placé en quarantaine à son arrivée puis testé positif au virus durant son confinement à Lae. Le Premier ministre indique que les autorités suivent l'état de santé de dix personnes qui ont été en contact avec le patient. Il encourage les écoles et les églises dans le pays à fermer pour éviter les rassemblements[3].

Références