Pôle d'un corps céleste

(Redirigé depuis Pôle géographique)
Le pôle antarctique

Un pôle géographique est, en géographie, un point, l'un des deux points de la surface où passe l'axe de rotation d'un astre, par exemple la Terre[1].

Un astre possède donc deux pôles géographiques, situés à 90° de son équateur, de part et d'autre de celui-ci. Si l'astre est sphérique, les deux pôles sont situés à égale distance de l'équateur.

Pôle géographique

L'UAI définit le pôle nord géographique d'une planète ou d'un objet du système solaire comme le pôle planétaire qui, par rapport au plan invariable du système solaire, se trouve dans le même hémisphère céleste que le pôle nord de la Terre[2]. Cette définition signifie que le sens de rotation d'un objet peut être négatif (rotation rétrograde). En d'autres termes, il tourne dans le sens horaire avec vue du pôle nord au-dessus, plutôt que le sens anti-horaire "normale" en prenant le pôle nord de la Terre comme référence. Vénus tourne dans le sens contraire des autres planètes, Uranus a été renversé sur le côté et tourne presque perpendiculairement au reste du système solaire. L'écliptique est à moins de 3° du plan invariable sur cinq millions d'années, mais il est maintenant incliné de 23,44° sur l'équateur céleste de la Terre utilisé pour les coordonnées de pôles. Cette grande valeur signifie que l'inclinaison d'un pôle par rapport à équateur céleste de la Terre pourrait être négative même si le pôle nord de la planète (comme Uranus) est au nord du plan invariable.

Planètes naines, comètes

En 2009, l'UAI définit la règle de la main droite pour les planètes mineures, leurs satellites et les comètes. Pour éviter la confusion entre « nord » et « sud », les pôles sont appelés « positif » et « négatif ».

Pôles magnétiques

Les pôles magnétiques sont définis d'une manière analogue à ceux de la Terre: ce sont les endroits où les lignes de champ magnétique sont verticales; leur direction détermine si les pôles est Nord ou Sud, quelle que soit la distance des pôles géographiques.

Satellites synchrones

Dans le cas de satellites synchrones, 4 pôles peuvent être définis; ce sont : le pôle proche, lointain, tête et queue. Prenons l'exemple de Io, une des lunes de Jupiter, qui tourne de façon synchrone, de sorte que son orientation par rapport à Jupiter reste constante. Seul un point de sa surface reste immobile face à Jupiter qui est au zénith, c'est le pôle proche, aussi appelé point sub-jovien ou point pro-jovien[réf. nécessaire]. À l'antipode de ce point est le pôle lointain, où Jupiter se trouve au nadir; il est aussi appelé le point anti-jovien. À cause de la libration, les pôles situés dans l'axe ne sont pas immobiles et là on parle de pôles moyens parce que l'orbite de Io est légèrement excentrique et la gravité des autres lunes la perturbe régulièrement.

Terre

Dans le cas de la Terre :

En cartographie, les pôles peuvent servir de point de référence pour les mesures.

Notes et références

  • Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article intitulé « Pôles d'un objet astronomique » (voir la liste des auteurs).
  1. Pôle, sur le site linternaute.com
  2. Report of the IAU Working Group on cartographic coordinates and rotational elements: 2009
  3. La composition de la Terre étant hétérogène, le pôle Nord magnétique ne correspond que vaguement avec le pôle Nord géographique et n’est pas stable dans le temps.

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe