Ousainou Darboe

Ousainou Darboe

Ousainou Darboe
Illustration.
Ousainou Darboe en 2018.
Fonctions
Vice-président de la République de Gambie
En fonction depuis le
(4 mois et 22 jours)
Président Adama Barrow
Prédécesseur Fatoumata Tambajang
Ministre gambien des Affaires étrangères

(1 an, 4 mois et 28 jours)
Président Adama Barrow
Prédécesseur Neneh MacDouall-Gaye
Successeur Mamadou Tangara
Chef du Parti démocratique unifié
En fonction depuis
(22 ans et 3 mois)
Prédécesseur Premier titulaire
Biographie
Nom de naissance Ousainou Darboe
Date de naissance (70 ans)
Lieu de naissance Dobo (Gambie)
Nationalité gambienne
Parti politique Parti démocratique unifié
Diplômé de Université de Lagos
Université d'Ottawa
Profession Avocat

Ousainou Darboe
Vice-présidents de la République de Gambie

Ousainou Darboe (né le 8 août 1948 à Dobo est un homme politique et avocat, défenseur des droits de l'homme gambien. Il est le chef du plus grand parti de l'opposition de son pays, le Parti démocratique unifié (UDP).

Il est vice-président de la République depuis 2018.


Biographie

Darboe se présenta à l'élection présidentielle pour la première fois en septembre 1996. Il se présenta en tant que candidat de son parti, l'UDP, alors nouvellement créé, et se trouva en deuxième place, derrière Yahya Jammeh (qui accéda au pouvoir par un coup d'État le 23 juillet 1994) de l'Alliance patriotique pour la réorientation et la construction (APRC). Il remporta 35,84 % des suffrages et Jammeh 55,77 %. Le résultat du scrutin fut déclaré douteux par les médias nationaux et internationaux.

Sa deuxième tentative d'atteindre la présidence vint en octobre 2001. Il se présenta en tant que chef d'une coalition de trois partis : l'UDP, le Parti progressiste du peuple (People's Progressive Party, ou PPP) et le Parti du peuple gambien (Gambian People's Party, GPP). Des cinq candidats à la présidence, il fut deuxième (avec 32,59 % des suffrages), suivant le vainqueur, Jammeh. À différence de l'autre élection, la plupart des observateurs trouvèrent le déroulement et le résultat du vote corrects.

En 2005, l'UDP s'allia avec quatre autres partis de l'opposition pour former l'Alliance nationale pour la démocratie et le développement (National Alliance for Democracy and Development, NADD), afin de préparer l'élection présidentielle de fin 2006 et les législatives du début 2007. Toutefois, l'alliance se désintégra après les retraits de l'UDP et le Parti pour la réconciliation nationale (National Reconciliation Party, NRP).

Lors de la présidentielle du 22 septembre 2006, l'UDP de Darboe avait formé une autre coalition avec le NRP et le Parti gambien pour la démocratie et le progrès (Gambia Party for Democracy and Progress, GPDP), sous le nom de Alliance for Regime Change. Jammeh remporta le scrutin avec 67,33 % du vote, suivi de Darboe avec 26,69 %. Un troisième candidat représentant les partis restants de l'ancienne alliance, Halifa Sallah, obtint 5,98 % des votes. Darboe rejeta le résultat de l'élection, déclarant qu'elle n'était ni libre ni juste et qu'il y eut de l'intimidation des électeurs[1].

En , il est arrêté lors d'une manifestation non autorisée par le régime et condamné à trois ans de prison ferme[2].

Le , trois jours après la victoire du candidat de l'opposition à l'élection présidentielle Adama Barrow, un tribunal accorde à Ousainou Darboe et 18 coprévenus la liberté sous caution en attendant leur jugement en appel[2]. Libéré, il devient le 1 février 2017, ministre des Affaires étrangères dans le premier gouvernement d’Adama Barrow, associant des figures historiques de la lutte contre Yahya Jammeh, comme Mai Fatty, Amadou Sanneh, ou encore Isatou Touray[3].

Notes

  1. (en) Gambian Opposition Claims Fraud, BBC News, le 25 septembre 2006
  2. a et b « En Gambie, le chef de l’opposition a été libéré », sur Le Monde, (consulté le 5 décembre 2016)
  3. « Gambie : des figures historiques de la lutte contre Yahya Jammeh dans le gouvernement d’Adama Barrow », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)