Ouragan Allen

Ouragan Allen
Passage de l'ouragan dans le canal du Yucatán alors que ses vents soutenus étaient de 305 km/h le 7 août.
Passage de l'ouragan dans le canal du Yucatán alors que ses vents soutenus étaient de 305 km/h le .

Apparition
Dissipation

Catégorie maximale Ouragan catégorie 5
Pression minimale 899 hPa
Vent maximal
(soutenu sur 1 min.)
305 km/h

Dommages confirmés 1,240 milliard $US (1980)
Morts confirmés 269
Blessés confirmés

Zones touchées Petites Antilles, Porto Rico, Haïti, Jamaïque, îles Caïman, péninsule du Yucatán, nord du Mexique, sud du Texas

Trajectoire du Cap Vert au Texas.
Trajectoire du Cap Vert au Texas.
Échelle de Saffir-Simpson
D T 1 2 3 4 5
Saison cyclonique 1980 dans l'océan Atlantique nord 

L’ouragan Allen fut un ouragan capverdien extrêmement puissant qui avait frappé les Caraïbes, l'est et le nord du Mexique, puis le sud du Texas. Il fut la première tempête tropicale ainsi nommée, puis le premier ouragan et enfin le plus puissant cyclone tropical de la saison 1980 de l'Atlantique nord. Il est l'un des ouragans les plus violents dans les annales ; il fut l'un des rares à avoir atteint la catégorie 5 sur l'échelle de Saffir-Simpson à trois reprises durant sa vie et celui qui était resté le plus longtemps dans le bassin Atlantique. Allen est aussi l'ouragan le plus violent de ce bassin en considération de la vitesse du vent moyen, soit 305 km/h. Jusqu'à l'avènement de l'ouragan Patricia dans le Pacifique nord-est en 2015, cet ouragan engendra les vents moyens les plus élevés de tout l'hémisphère occidental.

Tout au long de son existence, Allen s'était déplacé à travers l'océan Atlantique tropical, la mer des Caraïbes et le golfe du Mexique sur une trajectoire constante ouest-nord-ouest avant d'entrer sur le continent près de la frontière entre les États-Unis et le Mexique. À son apex, il passa près de Haïti, causant des centaines de morts et des dégâts considérables. Après avoir traversé le golfe du Mexique, Allen tout en faiblissant en entrant sur la côte sud-est du Texas, engendra des vents violents, une importante onde de tempête et de fortes pluies. Au total, Allen a tué 290 personnes et fait un peu plus de 1,24 milliard $US de dommages (de 1980), principalement aux États-Unis et en Haïti. Le passage d’Allen a aussi terminé la vague de chaleur de l'été 1980 dans des endroits comme Dallas et Fort Worth, au Texas, qui avaient enregistré 69 jours consécutifs de maxima quotidiens de 38 °C ou plus.

En raison de son impact, le nom Allen a été retiré de la liste des noms de cyclones tropicaux de l'Atlantique en 1981 et le nom a été remplacé par Andrew. Ce dernier a ensuite été retiré après le très dévastateur ouragan Andrew de la saison 1992.

Évolution météorologique

Allen provint d'une onde tropicale sortant de la côte africaine le 30 juillet. Le système s'était développé tout en se déplaçant vers l'ouest, devenant une dépression tropicale le 1er août[1]. Toutefois, le National Hurricane Centre (NHC) n'avait commencé à émettre des bulletins que 24 heures plus tard, alors que son centre était à 2 100 km à l'est des îles du Vent[2]. Tôt le 2 août, la dépression était devenu la première tempête tropicale de la saison[1]. Le NHC avait noté que les conditions semblaient favorables à une intensification mais qu'une dépression coupée au nord de Porto Rico aurait pu créer un fort cisaillement des vents d'ouest dans lequel Allen se serait retrouvé dans les 72 heures[3]. Allen avait gardé une vitesse de déplacement vers l'ouest entre 27 et 37 km/h et le 3 août, le NHC a noté que le cisaillement était plus faible que prévu au-dessus de sa trajectoire à la suite d'un affaiblissement de la dépression coupée[1],[4].

Allen à son apex.

À 16 heures UTC le 3 août, le National Hurricane Center rehaussa Allen au niveau d'ouragan à la suite d'une reconnaissance aérienne de l'US Air Force qui a identifié des vents de 155 km/h (une post-analyse des données a montré qu’Allen était déjà un ouragan dès 00 heures UTC)[5]. Peu de temps après, il se développa rapidement pour devenir un ouragan majeur (catégorie 3 ou plus) à 00 heures UTC le 4 août à 60 km au nord-ouest de Bridgetown (Barbade). Six heures plus tard, Allen était passé à seulement 13 km au sud de Sainte-Lucie[1].

Bien que le National Hurricane Center eût considéré que les conditions étaient favorables à un renforcement lent, l'ouragan continua à s'intensifier rapidement pour atteindre la catégorie 4 seulement deux heures plus tard[1],[6]. Un peu plus tard, le NHC fit savoir que la pression centrale du système était de 946 hPa et qu'elle baisserait de façon significative au cours des 24 heures suivantes[7]. Peu avant 00 heures UTC le 5 août, la pression minimale avait déjà diminué atteignant 924 hPa ce qui était l'équivalent de l’ouragan David de la saison précédente[8].

Durant la journée du 5 août, Allen avait atteint la catégorie 5 au sud de Porto Rico. C'était l'ouragan ayant atteint cette catégorie le plus tôt en saison dans l'Atlantique nord, selon les données historiques, avant l'ouragan Emily de 2005[1]. Sa pression centrale était de 911 hPa, la plus basse enregistrée dans la mer des Caraïbes orientales, ce qui donne une chute de 35 hPa en moins de 10 heures.

L'œil du cyclone passa entre Hispaniola et la Jamaïque en tant qu'ouragan de catégorie 4. Après un fléchissement en raison du frottement avec les montagnes d'Haïti et de la Jamaïque, Allen était redevenu un ouragan de catégorie 5 pendant plus d'un jour. Il passa ensuite entre les îles de Cayman Brac et Little Cayman causant des dégâts relativement limités avec des vents de 217 km/h. La tempête passa ensuite entre Cuba et la péninsule du Yucatán, atteignant sa pression minimale de 899 hPa dans le canal du Yucatán. Pendant sa trajectoire à travers la mer des Caraïbes et le golfe du Mexique, son centre n'avait jamais touché terre, nonobstant son passage à proximité de plusieurs îles[9].

Allen était ensuite temporairement redevenu un ouragan de catégorie 4 en raison de la friction avec la côte du Mexique, mais se redéveloppa en ouragan de catégorie 5 pour une troisième fois au-dessus les eaux du golfe du Mexique, maintenant cette intensité pendant près d'une journée entière. Sa pression centrale avait atteint 909 hPa, la plus basse jamais enregistrée dans l'ouest du golfe du Mexique. Peu de temps avant de toucher la côte au nord de Brownsville (Texas), une masse d'air sec dans l'ouest du golfe du Mexique avait affaibli la tempête à la catégorie 3 avec des vents maximums moyens de 185 km/h. Allen devint un cyclone extratropical le 11 août[9].

Préparatifs

Le NHC et les services météorologiques des pays concernés avaient émis de nombreux bulletins précédant l'arrivée de l'ouragan[10],[11] :

Lors de l'approche d’Allen vers la mer des Caraïbes, des avertissements de coup de vent et une veille d'ouragan avaient été émis pour les îles d'Antigua, de la Barbade, Sainte-Lucie, Saint-Vincent, la Dominique, la Grenade, la Martinique et la Guadeloupe le 3 août. Ces messages avaient été réévalués en alertes d'ouragans par la suite. Les bulletins avaient étendus ces veilles et alertes vers la République dominicaine et la péninsule sud-ouest d'Haïti à partir de 11 heures le 4 août, puis vers la Jamaïque tôt le 5 août. Les îles Caïmans avaient été alertées durant l'après-midi du 5 août.

Avec l'entrée d’Allen dans le golfe du Mexique, des alertes d'ouragan avaient été diffusées pour la péninsule du Yucatán l'après-midi du 6 août, puis étendues à la côte nord-est du Mexique le matin du 8 août. Des alertes de tempête tropicale furent temporairement émises pour les Keys de Floride le 6 août au soir, mais furent retirées tôt le 8 à la suite de l'éloignement du cyclone de cette région. Finalement, le Texas avait été alerté l'après-midi du 8 août.

Impact

Morts et dommages
Pays Morts Dommages
(millions $US)
Source
Barbade - 6 [12]
Îles Cayman - - [13]
Cuba 3 - [14]
États-Unis 6 300 [15],[16]
Grenade - 5,3 [14]
Guadeloupe 1 Inconnu [13]
Haïti 220 400 [12],[15]
Jamaïque 8 100 [12]
Martinique - 68 [14]
Mexique - - [15]
République Dominicaine 7 47 [14]
Sainte-Lucie 6 235 [12]
Saint-Vincent et Grenadines - 16,3 [14]
En mer 17 60 [15]
Total 269 1 237,6

Allen a tué au moins 269 personnes et fait pour plus de 1 milliards $US de 1980 en dommages. Haïti avait le plus souffert avec 220 morts et 400 millions en dommages, des valeurs disproportionnées avec les pays environnants probablement dues aux problèmes d'organisation des mesures d'urgence et à la qualité des infrastructures.

Antilles

À la Barbade, environ 500 maisons avaient été endommagées ou détruites mais aucun décès n'a été signalé[17]. Sainte-Lucie avait subi des dommages catastrophiques alors que l'ouragan avait atteint la catégorie 3. Des vents moyens de 170 km/h et une pression au niveau de la mer aussi basse que 967 hPa avaient été signalés à Hewanorra et 18 personnes ont perdu la vie à la suite du passage de la tempête. Un mort a été attribué à Allen en Guadeloupe[13]. À la Martinique, les dommages furent généralisés avec le centre de la tempête passant seulement à 80 km au sud de l'île et que des vagues de 6 mètres eurent déferlé sur la côte de l'île[18].

Dans le centre des Caraïbes, Cayman Brac fut frappé par des vents de plus de 185 km/h qui causèrent des dommages matériels considérables. Huit décès sont attribuables à Allen en Jamaïque et les dégâts furent très importants le long de la côte nord-est, où l'ouragan était passé très proche de l'île causant une onde de tempête de 12 mètres. Au large, un récif de corail à Discover Bay fut dévasté par l'action des vagues et la taille moyenne des poissons Demoiselles a diminué à la suite de mortalités qui s'en suivirent[19],[20]. Trois décès ont été attribués à Allen à Cuba[15].

Des dommages importants furent rapportés à Haïti en raison de vents violents et des inondations. Environ 60 % de la récolte de café de la nation avait été détruite. En tout, 220 personnes ont été tuées et 835 000 ont été laissées sans abri. Dans la capitale de Port-au-Prince, 41 décès furent causés par des toits de tôle soufflés par le vent, devenant des projectiles, et environ 1 200 personnes avaient été laissées sans-abri par les inondations[21] .

Mexique

Accumulations de pluie avec Allen sur le Texas et le nord-est du Mexique (1 pouce = 25,4 mm)

Allen frôla la péninsule du Yucatán puis le nord-est du Mexique. Ce dernier subit de fortes pluies avec des accumulations allant jusqu'à 180 mm par endroits[22]. Les dommages furent peu importants car la tempête a frappé des zones faiblement peuplées[15].

Texas

Allen avait déversé entre 250 et 510 mm de pluie sur le sud du Texas, mettant fin à la sécheresse estivale de 1980[23]. L'onde de tempête est montée jusqu'à 3,7 m à Port Mansfield mais avait pu être plus élevée ailleurs le long de la côte. La rafale de vent maximale de 208 km/h a également été mesurée au même endroit. Allen a causé sept décès au Texas et 17 en Louisiane (le plus grand nombre dans l'écrasement d'un hélicoptère évacuant les travailleurs d'une plate-forme de forage en mer).

Des vents de force de tempête tropicale avaient été enregistrés à Corpus Christi, Texas. Ils soufflèrent le revêtement de gravier des toits plats à travers toute la ville ce qui avait brisé un grand nombre de fenêtres de l'édifice de 18 étages de la Guarantee Bank et de l'Hôpital Spohn de 12 étages[24]. Allen provoqua plusieurs tornades au Texas. L'une d'elles causa des pertes de 100 millions $US quand elle eut frappé la capitale Austin, la plus coûteuse tornade associée avec un cyclone tropical dans les annales.

Malgré tout, les dégâts furent assez limités (300 millions $US) aux États-Unis parce que l'ouragan avait soudainement diminué d'intensité avant de toucher la côte et que la marée et les vents les plus forts avaient frappé une partie peu peuplée de la côte texane[15],[25].

Statistiques et records

Ouragans atlantiques les plus intenses
Mesurés par la pression centrale[26]
Rang Ouragan Saison Pression (hPa)
1 Wilma 2005 882
2 Gilbert 1988 888
3 Ouragan de la Fête du travail  1935 892
4 Rita 2005 895
5 Allen 1980 899
6 Katrina 2005 902

Allen reste la tempête la plus intense jamais enregistrée en août dans l'Atlantique. Lorsqu’Allen a atteint la catégorie 5 le 5 août, il était devenu le cyclone le plus actif de cette catégorie dans le bassin atlantique. Ce record tint jusqu'au 16 juillet 2005 quand l'ouragan Emily l'a dépassé. Il est également l'un des trois seuls ouragans de l'Atlantique nord à atteindre la catégorie 5 sur l'échelle de Saffir-Simpson à trois occasions distinctes de son existence, les autres étant l'ouragan Ivan et l'ouragan Isabel.

Allen était l'ouragan ayant passé le plus de temps à la catégorie, soit trois jours, jusqu’à une réanalyse des données sur l'ouragan de Cuba de 1932 qui l'a devancé de 3 heures[9]. Cinq typhons dans le Pacifique ont passé plus de temps à la catégorie 5, y compris Karen et Nancy dans les années 1960[27].

En 1980, Allen avait enregistré la seconde plus basse pression centrale (899 hPa) des annales, la plus basse depuis 1935, pour un ouragan dans le bassin de l'Atlantique nord. Il a depuis a été repoussé au cinquième rang. Ses vents de 305 km/h demeurent en 2015 les plus violents de la même région[26].

En raison de son impact, le nom Allen a été retiré de la liste des noms de cyclones tropicaux de l'Atlantique en 1981 par le comité des cyclones tropicaux de l'Organisation météorologique mondiale, remplacé par Andrew[28].

Notes et références

  1. a, b, c, d, e et f (en) National Hurricane Center, « Hurricane Allen Tropical Cyclone Report Page 2 », National Oceanic and Atmospheric Administration, (consulté le 2 novembre 2015).
  2. (en) Gilbert Clark, « Tropical Depression Advisory Number 1 », National Hurricane Center, (consulté le 2 novembre 2015).
  3. (en) « Discussion for Tropical Storm Allen, 11 p.m. EDT », National Hurricane Center, (consulté le 2 novembre 2015).
  4. (en) Paul Hebert, « Discussion for Tropical Storm Allen, 11 a.m. EDT », National Hurricane Center, (consulté le 2 novembre 2015).
  5. (en) Neil Frank, « Discussion for Hurricane Allen, 2:30 p.m. EDT, 3 août 1980 », National Hurricane Center, (consulté le 2 novembre 2015).
  6. (en) Gilbert Clark, « Discussion for Hurricane Allen, 11 p.m. EDT, 3 août 1980 », National Hurricane Center, (consulté le 2 novembre 2015).
  7. (en) Neil Frank, « Discussion for Hurricane Allen, 11 a.m. EDT, 4 août 1980 », National Hurricane Center, (consulté le 2 novembre 2015).
  8. (en) Miles Lawrence, « Discussion for Hurricane Allen, 5 p.m. EDT, 4 août 1980 », National Hurricane Center, (consulté le 2 novembre 2015).
  9. a, b et c (en) National Hurricane Center, « Atlantic hurricane best track (HURDAT version 2) », Hurricane Research Division, NOAA, (consulté le 3 novembre 2015).
  10. (en) National Hurricane Center, « Hurricane Allen Tropical Cyclone Report Page 3 », NOAA, (consulté en 3 novembre 2015, 2010).
  11. (en) National Hurricane Center, « Hurricane Allen Tropical Cyclone Report Page 4 », NOAA, (consulté en 3 novembre 2015, 2010)
  12. a, b, c et d (en) Miles B Lawrence et Joseph M Pelissier, « Atlantic Hurricane Season of 1980 », Monthly Weather Review, American Meteorological Society, vol. 109, no 7,‎ , p. 1567–1582 (DOI /10.1175/1520-0493(1981)109%3C1567:AHSO%3E2.0.CO;2, Bibcode 1981MWRv..109.1567L, lire en ligne [PDF]).
  13. a, b et c (en) National Hurricane Center, « Hurricane Allen Tropical Cyclone Report Page 5 », NOAA (consulté le 4 novembre 2015).
  14. a, b, c, d et e (en) Centre for Research on the Epidemiology of Disasters, « EM-DAT: The OFDA/CRED International Disaster Database », Université catholique de Louvain. (consulté le 4 novembre 2015).
  15. a, b, c, d, e, f et g (en) National Hurricane Center, « Hurricane Allen Tropical Cyclone Report Page 6 », NOAA (consulté le 4 novembre 2015).
  16. (en) Paul J. Hebert et Glenn Taylor, « The Deadliest, Costliest, and Most Intense United States Hurricanes of This Century (and Other Frequently Requested Hurricane Facts) », NOAA Technical Memorandum NWS TPC-18, NOAA,‎ , p. 5 (lire en ligne [PDF]).
  17. (en) Miles B. Lawrence et Pellisier, « Atlantic Hurricane Season of 1980 », Monthly Weather Review, American Meteorological Society, vol. 109, no 7,‎ , p. 1572 (DOI 10.1175/1520-0493(1981)109<1567:AHSO>2.0.CO;2, Bibcode 1981MWRv..109.1567L, lire en ligne [PDF]).
  18. (en) K. Bosser, F. Levoy, J. C. Flageollet, O. Monfort et H. Rousset, « Trade Wind Intensification and Hurricanes on a Caribbean Beach, Martinique Island: A Comparison of their Morphological Effects From Field Experiments and Numerical Simulations », Journal of Coastal Research, Coastal Education & Research Foundation, Inc., vol. 16, no 3,‎ , p. 877–899 (JSTOR 4300098, résumé).
  19. (en) Richard B. Aronson, Kenneth P. Sebens et Ebersole, « Hurricane Hugo's Impact on Salt River Submarine Canyon, St. Croix, U.S. Virgin Islands » [PDF], Atlantic Oceanographic and Meteorological Laboratory, (consulté le 4 novembre 2015).
  20. (en) Robert K. Turpin et Bortone, « Pre - and post-hurricane assessment of artificial reefs: evidence for potential use as refugia in a fishery management strategy », ICES Journal of Marine Science, vol. 59,‎ , S75 (DOI 10.1006/jmsc.2002.1191, lire en ligne [PDF]).
  21. (en) Jim Williams, « Port au prince, Haiti's history with tropical systems », sur Hurricanecity.com, (consulté le 4 novembre 2015).
  22. (en) David M. Roth, « Storm Total Rainfall From Hurricane Allen (1980) », Weather Prediction Center, (consulté le 3 novembre 2015).
  23. (en) David M. Roth, « Hurricane Allen », Weather Prediction Center, (consulté le 3 novembre 2015).
  24. (en) Joseph E. Minor, P.E. William, L. Beason et Timothy P. Marshall, « Effects of Hurricane Allen on Buildings and Coastal Construction », Fourth National Conference on Wind Engineering Research,‎ (lire en ligne [PDF]).
  25. (en) Associated Press, « Allen Floods Texas, Fizzles Over Mexico », Pittsburgh Post-Gazette,‎ (lire en ligne).
  26. a et b (en) Département du Commerce des États-Unis, Hurricane Katrina Service Assessment, NOAA, (lire en ligne), p. 6.
  27. Neal Dorst (National Hurricane Center), « Quels ouragans sont restés catégorie 5 le plus longtemps ? », Météo-France, (consulté le 4 novembre 2015)
  28. (en) National Hurricane Center, « Retired Hurricane Names Since 1954 », NOAA, (consulté le 4 novembre 2015)

Liens externes

  • (en) National Hurricane Center, « Preliminary report on Hurricane Allen », National Weather Service.
  • (en) David A. Brooks, « The Wake of Hurricane Allen in the Western Gulf of Mexico », Journal of Physical Oceanography, vol. 13, no 1,‎ (ISSN 1520-0485, DOI /10.1175/1520-0485(1983)013%3C0117:TWOHAI%3E2.0.CO;2, lire en ligne [PDF]).
  • (en) Joseph E. Minor, William L. Beason et Timothy P. Marshall, « Effects of Hurricane Allen on Buildings and Coastal Construction », Fourth National Conference on Wind Engineering Research, Seattle, WA,‎ (lire en ligne [PDF]).
  • (en) National Weather Service, Pertinent Meteorological Data for Hurricane Allen of 1980, vol. 35, Silver Spring, Md, NOAA, coll. « NOAA Technical Report », (lire en ligne [PDF]).