Ordre de l'Empire britannique

Ordre de l'Empire britannique
Ordre de l'Empire britannique
Plaque grand-croix (GBE).
Décernée par le Royaume-Uni
Type Ordre honorifique
Éligibilité Militaires et civils
Citoyens britanniques et étrangers
Décerné pour Mérite
Statut Toujours décernée
Chiffres
Date de création 1917
Importance

Ruban de la médaille
Ruban civil

L'ordre de l'Empire britannique (en anglais : Most Excellent Order of the British Empire) est un ordre de chevalerie du système honorifique britannique, établi en 1917 par le roi George V.

La devise chevaleresque est For God and the Empire (« Pour Dieu et l'Empire »). L'ordre compte 100 000 membres vivants partout dans le monde, y compris du Commonwealth, tous grades confondus. Il a son siège à la cathédrale Saint-Paul de Londres où se trouve, dans la crypte, une chapelle qui lui est dédiée.

Composition

Le monarque britannique est souverain de l'ordre et nomme tous les autres membres de l'ordre (par convention, sur avis des gouvernements du Royaume-Uni et de certains pays du Commonwealth). Le second de l'ordre est le grand maître, qui est, depuis 1953, le prince Philip, duc d'Édimbourg.

L'ordre comporte deux divisions et cinq classes.

Divisions

Divisions de l'ordre et leurs rubans
Civile Militaire
1917–1935
UK OBE 1917 civil BAR.svg
UK OBE 1917 military BAR.svg
Depuis 1936
Order of the British Empire (Civil) Ribbon.svg
Order of the British Empire (Military) Ribbon.svg

Grades

Les cinq grades sont, par ordre décroissant de préséance (titre abrégé entre parenthèses) :

  • 1re classe : chevalier / dame grand-croix de l'Empire britannique (Knight / Dame Grand Cross of the British Empire) (GBE) ;
  • 2e classe : chevalier / dame commandeur de l'Empire britannique (Knight / Dame Commander of the British Empire) (KBE/DBE) ;
  • 3e classe : commandeur de l'Empire britannique (Commander of the British Empire) (CBE) ;
  • 4e classe : officier de l'Empire britannique (Officer of the British Empire) (OBE) ;
  • 5e classe : membre de l'Empire britannique (Member of the British Empire) (MBE).
L'avers et revers d'insigne MBE.

Les deux premières classes peuvent faire précéder leur prénom du titre de sir ou dame. Les épouses des chevaliers des deux premières classes peuvent également prétendre au titre de dame.

Insignes

Le manteau

Le manteau (ou mante) de l'ordre, porté par les seuls membres de la 1re classe, est une cape de satin rosé doublé de soie gris perle et brodé du coté gauche de la plaque de l'ordre (il était auparavant en satin jaune doublé de soie bleu).

Le collier

Le collier de l'ordre, porté également par les seuls membres de la 1re classe, est une chaîne d'argent constituée de douze maillons portant alternativement les armes royales et le monogramme GRI (Georgius Rex Imperator (la) : « George roi et empereur »).

Le collier n'est porté que pour certaines occasions, désignées par le souverain et appelée collar days. Il est restitué à l'ordre au décès de son titulaire.

La plaque

La plaque, portée par les membres des 1re et 2e classes, est une étoile à huit branches, centrée d'un médaillon figurant les profils couronnés de George V et de la reine, Mary de Teck et cerclé de rouge avec la devise de l'ordre en lettres d'or. Elle était auparavant centrée d'une figure de Britannia.

La croix

La croix de l'ordre est en argent, à quatre branches égales fleurissantes. Elle est centrée d'un médaillon figurant les profils couronnés de George V et de la reine Mary de Teck et entouré de la devise de l'ordre. Au revers, le monogramme impérial et royal de George V : GRI (Georgius Rex Imperator). La croix est sommée de la couronne impériale fermée. Le ruban est rosé, bordé de gris perle (auparavant violet uni), avec une bande centrale pour la division militaire. Le port et l'aspect varient selon la classe :

  • 1re classe : émaillée bleu clair pour les branches de la croix et cramoisi pour l'anneau central. Elle est portée en ceinture ou à une écharpe passant de l'épaule droite à la hanche gauche ;
  • 2e et 3e classes (hommes) : émaillée bleu clair pour les branches de la croix et cramoisi pour l'anneau central. Elle est portée à un ruban en cravate ;
  • 2e et 3e classes (femmes) : émaillée bleu clair pour les branches de la croix et cramoisi pour l'anneau central. Elle est portée à un nœud de ruban à l'épaule gauche ;
  • 4e classe (hommes) : en or (ou vermeil), non émaillée. Elle est portée à un ruban sur la poitrine gauche ;
  • 4e classe (femmes) : en or (ou vermeil), non émaillée. Elle est portée à un nœud de ruban à l'épaule gauche ;
  • 5e classe (hommes) : en argent, non émaillée. Elle est portée à un ruban sur la poitrine gauche ;
  • 5e classe (femmes) : en argent, non émaillée. Elle est portée à un nœud de ruban à l'épaule gauche.

La médaille

La médaille de l'Empire britannique est médaillon circulaire en argent. Sur l'avers est une image de Britannia entourée de la devise "For Meritorious Service". Au revers se trouve le monogramme impérial et royal de George V, avec les mots "Instituted by King George V". Le nom du destinataire est gravé sur le rebord. Cette médaille, surnommée "le Gong", existe également en miniature.

De 1993 à 2012, elle n'est plus attribuée au Royaume-Uni, mais continue de l'être dans certains pays du Commonwealth. Elle est rétablie aux Îles britanniques en 2012 pour récompenser le travail et l'engagement de personnes ordinaires auprès de la communauté[1].

Récipiendaires

Conditions de réception

Seuls les sujets de l'Empire britannique (Royaume-Uni et Commonwealth) peuvent être membres de l'ordre. L'Ordre est, par ailleurs, limité dans le nombre de ses membres à :

  • 1e classe : 300 pour les chevaliers / dames grand-croix ;
  • 2e classe : 845 pour les chevaliers / dames commandeurs ;
  • 3e classe : 8 960 pour les commandeurs ;
  • 4e et 5e classe : sans limite de nombre, mais seuls 858 Officiers et 1 464 Membres peuvent être nommés chaque année.

Ainsi, les rares étrangers élevés dans cet ordre ne le sont qu'à titre honoraire et ne peuvent se prévaloir du titre de sir/dame — à moins qu'ils ne deviennent sujets britanniques (tels sir Yehudi Menuhin et sir John Paul Getty Jr). Les membres honoraires ne sont pas pris en compte dans les quotas des classes et des nominations.

Réception pour acte de bravoure

Initialement destiné à reconnaître le mérite, les premières classes de l'ordre ont, durant la Seconde guerre Mondiale, beaucoup été décernées pour des actes de bravoure (civile ou militaire) qui ne justifiaient pas la Croix de Georges. Ainsi, à partir du 14 janvier 1958, les nominations à ce titre dans l'ordre sont désignées pour la bravoure et les insignes sont adjoints de deux feuilles de chêne argenté croisées sur le ruban. Les promotions dans l'ordre restent indépendantes des nomination pour la bravoure.

En 1974, les nominations à l'ordre de l'Empire britannique pour bravoure sont remplacées par la Médaille de la bravoure de la Reine.

Récipiendaires célèbres

Blason des Cornwall-Legh, barons Grey de Codnor.

Liste non exhaustive. Pour une liste complète des articles existants, voir Catégorie:Ordre de l'Empire britannique.

Une liste alternative : le refus des honneurs

Le 20 janvier 2012, à la demande de la BBC qui invoque le droit à la liberté de l'information[2], le gouvernement britannique fait paraître une liste de 277 personnalités qui refusèrent le titre de chevalier, dame, commandeur ou officier, entre 1951 et 1999, et qui sont morts depuis[3]. Parmi elles se trouvent C. S. Lewis (en 1952), Graham Greene (en 1956), Aldous Huxley (en 1959), Evelyn Waugh (en 1959), Trevor Howard (en 1982), Roald Dahl (en 1986), Francis Bacon (en 1960), Sean O’Casey (en 1963), Lucian Freud (en 1977), etc. Le peintre Laurence Stephen Lowry refuse à cinq reprises, entre 1955 et 1976, les honneurs qui lui sont faits.

En 2003, l'historien et journaliste anglais Patrick French, a refusé d'être nommé membre de l'OBE, afin de « conserver son indépendance en tant qu'écrivain ». French a aussi déclaré : « Il est ridicule qu'une distinction accordée au XXIe siècle comporte le mot "Empire" ! »[4],[5].

À cette liste il convient d'ajouter ceux qui acceptèrent dans un premier temps les honneurs, pour les refuser par la suite, en raison d'un fait historique ou autre. Ainsi John Lennon renvoie-t-il sa médaille en 1969 qu'il avait obtenu quatre ans plus tôt, accompagnée d'une lettre manifestant son opposition à l'implication britannique dans l'affaire du Nigeria-Biafra (Guerre du Biafra), ainsi qu'au soutien apporté par le Royaume-Uni aux États-Unis dans la guerre du Viêt Nam[6].

Notes et références

  1. (en) "Birthday Honours: 'Working class' British Empire Medal revived", BBC News, 16 juin 2012
  2. Carol Coulter, « O'Casey declined CBE offer in 1963, British records reveal », in The Irish Times, 27 janvier 2012.
  3. http://www.cabinetoffice.gov.uk/sites/default/files/resources/document2012-01-24-075439.pdf
  4. BBC news, Soutik Biswas, British historian Patrick French turned down the offer of an OBE to "guard his independence as a writer"., octobre 2003
  5. Jean-Claude Perrier, « L'Inde se penche sur son Naipaul », Le Figaro, 19 juin 2008.
  6. Sarah Lyall, « In Britain, a Partial List of Those Who Declined to Be Called 'Sir' », New York Times, 27 janvier 2012, [lire en ligne].

Annexes

Article connexe

Liens externes