Opérations aériennes de la coalition internationale en Syrie

Opérations aériennes de la coalition internationale en Syrie
Description de cette image, également commentée ci-après

Des F/A-18 Hornet américains décollent de l'USS George HW Bush pour mener des frappes contre l'EI en Syrie le 23 septembre 2014.

Informations générales
Date - en cours
(2 ans, 11 mois et 26 jours)
Lieu Syrie
Issue En cours
Belligérants
Seal of Combined Joint Task Force – Operation Inherent Resolve.svg Coalition :
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la France France
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite
Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Drapeau du Canada Canada
Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau du Danemark Danemark
Drapeau du Maroc Maroc
Drapeau de la Jordanie Jordanie
Drapeau de Bahreïn Bahreïn
Drapeau du Qatar Qatar
Drapeau de la Turquie Turquie
Drapeau de l'État islamique État islamique
Flag of the Al-Nusra Front.svg Front al-Nosra (2014-2016)
Flag of Jabhat Fatah al-Sham.svg Front Fatah al-Cham (2016-2017)
Flag of Hayat Tahrir al-Sham.svg Hayat Tahrir al-Cham (depuis 2017)
Flag of Jihad.svg Khorassan
Flag of Jund al-Aqsa.svg Jound al-Aqsa
Flag of the Turkistan Islamic Party in Syria.svg Parti islamique du Turkestan
Forces en présence
Drapeau des États-Unis
1 porte-avion
USS George H. W. Bush
(22 septembre - 16 octobre 2014)
USS Carl Vinson
(16 octobre 2014 - mars 2015)
USS Theodore Roosevelt
(mars - ~ décembre 2015)
USS Harry S. Truman
(depuis ~ décembre 2015)
plusieurs destroyer et croiseurs
avions F-22 Raptor
avions F/A-18 Hornet
avions F-16 Fighting Falcon
avions F-15 Eagle
avions B-1 Lancer
drones MQ-1 Predator
drones MQ-9 Reaper

Drapeau de la France
1 porte-avions
Charles de Gaulle[1]
24 avions Rafale[1]
8 avions Super-Étendard[1]
3 avions Mirage 2000D[1]
3 avions Mirage 2000N[1]
1 avion Atlantique 2[2]

Drapeau de l'Arabie saoudite
4 avions F-15S Eagle
4 avions Tornado
4 avions Typhoon
1 avion E-3 Sentry
1 avion KE-3
1 avion Beechcraft 200[3]

Drapeau des Émirats arabes unis
6 avions F-16 Fighting Falcon
6 avions Mirage 2000[3]

Drapeau du Canada Canada
6 avions CF-18 Hornet
2 avions CP-140 Aurora
1 avion CC-150 Polaris[3]

Drapeau du Maroc
6 avions F-16C/D Fighting Falcon[3]

Drapeau de la Jordanie
4 avions F-16 Fighting Falcon
1 avion C-130 Hercules[3]

Drapeau de Bahreïn
4 avions F-16 Fighting Falcon[3]

Drapeau du Qatar
2 avions Mirage 2000
1 avion C-130 Hercules[3]

Drapeau des Pays-Bas
10 avions F-16 Fighting Falcon
Drapeau de l'État islamique
20 000 à 50 000 hommes
3 avions MiG-21 ou MiG-23
Flag of the Al-Nusra Front.svg Flag of Jabhat Fatah al-Sham.svg
10 000 à 20 000 hommes
Pertes
Drapeau de la Jordanie
1 avion F-16 détruit[9]
1 pilote capturé (exécuté)[10]
Drapeau de l'État islamique
6 649 morts au moins[11]
Flag of the Al-Nusra Front.svg Flag of Jabhat Fatah al-Sham.svg Flag of the Turkistan Islamic Party in Syria.svg
298 morts au moins[11]

(selon l'OSDH, du 22 septembre 2014 au 22 juillet 2017)
Civils :
484 morts[4],[5]
(selon la Coalition, en Syrie et en Irak, du 22 septembre 2014 au 1er juin 2017)

1 961 morts au moins[6]
(selon l'OSDH, du 22 septembre 2014 au 22 juillet 2017)

945 morts au moins[7]
(selon le RSDH, du 22 septembre 2014 au 1er mars 2017)

2 537 à 3 912 morts[8]
(selon Airwars, du 23 septembre 2014 au 8 août 2017)

Guerre civile syrienne

Les opérations aériennes de la coalition internationale en Syrie interviennent depuis le lors de la guerre civile syrienne.

Contexte et préparations

À l'été 2014, les victoires et les massacres de l'État islamique en Irak et en Syrie poussent la communauté internationale à intervenir et une quarantaine de pays planifient la création d'une nouvelle coalition pour affronter l'État islamique[12]. Le 26 août 2014, les États-Unis lancent des surveillances aériennes par drones en Syrie, afin de collecter de plus amples informations sur les cibles à frapper[13],[14]. Cependant le 28 août, le président américain Barack Obama avoue « Nous n'avons pas de stratégie, pour le moment »[15].

Déroulement

Lancement des frappes

Missiles BGM-109 Tomahawk tirés depuis le USS Philippine Sea et le USS Arleigh Burke contre des cibles de l'EI en Syrie, 23 septembre 2014.

La nuit du 22 au 23 septembre 2014, l'aviation américaine soutenue par l'Arabie saoudite, la Jordanie et les Émirats arabes unis, intervient pour la première fois en Syrie en bombardant une vingtaine de sites, principalement dans le gouvernorat de Raqqa mais aussi ceux d'Hassaké et de Deir ez-Zor. Les frappes détruisent des camps et des dépôts de munitions[16].

Les Américains engagent des avions de chasse F-15E Strike Eagle, F-16 Falcon et F-22 Raptor et de drones venus de bases aériennes dans la région, de F/A-18 Hornet du USS George H. W. Bush (CVN-77) et de bombardiers stratégiques Rockwell B-1 Lancer venus du territoire américain tandis que le USS Arleigh Burke (DDG-51) et le USS Philippine Sea (CG-58) lancent 47 missiles BGM-109 Tomahawk[17],[18]. Les saoudiens engagent 4 F-15 Strike Eagle, les jordaniens, les émiriens et les bahreïnis des F-16 et les qataris des Mirage 2000.

Selon l'OSDH, 70 à 150 djihadistes de l'EI sont tués dans ces frappes et 200 à 300 sont blessés[19].

Le Front al-Nosra et le groupe Khorasan, une unité d'Al-Qaïda, sont également visés dans les gouvernorats d'Alep et d'Idleb. Selon l'OSDH, 50 djihadistes et 8 civils sont tués[20]/ Les Américains déclarent que Mohsin Al-Fadhli, le chef de Khorasan, aurait été tué[21]. Une dizaine d'homme de ce mouvement sont tués par les missiles Tomahawk lors des premières frappes, dont Abou Youssef al-Turki, considéré comme l'un des meilleurs snipers au monde[22].

Poursuite des opérations en 2014

Photographie avant/après d'un centre de commandement de l'EI après une frappe d'un F-22 le 23 septembre 2014.

La nuit du 23 au 24 septembre, aux environs de minuit, l'aviation américaine bombarde les positions djihadistes à près de 35 kilomètres à l'ouest et au sud de Kobané[23],[21]. Ces frappes viennent en aide aux forces kurdes des YPG qui affrontent alors les djihadistes lors de la deuxième bataille de Kobane.

Le soir du 24 septembre, l'aviation des États-Unis, de l'Arabie saoudite et des Émirats arabes unis ciblent 12 raffineries dans le Gouvernorat de Deir ez-Zor. Selon le Pentagone, ces installations produisent 300 et 500 barils de pétrole par jour et apportent environ 2 millions de dollars par jour à l'EI. Selon l'OSDH, les frappes aériennes tuent au moins 14 djihadistes dans le gouvernorat de Deir ez-Zor et cinq civils, dont un enfant, dans le gouvernorat d'Hassaké[24],[25],[26],[27]. La nuit du 25 au 26, de nouveaux raids sont effectués contre des installations pétrolières, ainsi qu'un centre de commandement de l'EI à Al-Mayadine, dans le gouvernorat d'Hassaké[28].

Appontage d'un F/A-18 Hornet sur le porte-avion USS Carl Vinson, le .

Le 27, la coalition frappe contre sept cibles à Minbej dans le gouvernorat de Homs, à Raqqa, où 31 explosions sont entendues, et près de Kobané, toujours théâtre d'affrontements entre les Kurdes et l'EI[29],[30]. Au moins 23 djihadistes sont tués dans les gouvernorats d'Alep et Raqqa selon l'OSDH[31]. Le 28, quatre raffineries et le centre de commandement et de contrôle de l'EI sont bombardés par la coalition qui détruit également un char d'assaut près de Deir ez-Zor[32]. Le 28, la coalition bombarde une usine à gaz près de Deir ez-Zor et une autre frappe a lieu à Manbidj[33]. La nuit du 29 au 30, la coalition effectue deux frappes sur les forces de l'EI qui assiègent Kobané, et bombarde également Tall Abyad et deux localités du gouvernorat de Deir ez-Zor[34].

La nuit du 3 au 4 octobre, la coalition effectue des frappes près de Kobané et contre des installations de l'EI et des raffineries de pétrole près de Shadadi, dans le gouvernorat d'Hassaké, tuant 35 djihadistes selon l'OSDH[35].

Article détaillé : Deuxième bataille de Kobané.

À partir d'octobre, les forces aériennes de la coalition concentrent une grande partie de leurs frappes pour soutenir les troupes kurdes assiégées à Kobané. Les Américains et leurs alliés y mènent environ 75% de leurs bombardement en Syrie, cette intervention sauve les défenseurs et leur permet de reprendre progressivement le contrôle de la ville[36]. Selon l'armée américaine, la coalition mène au total 705 frappes sur Kobané du 23 septembre 2014 au 26 janvier 2015[37],[38]. 2 000 bombes sont larguées et 1 700 touchent leur cibles[39]. Dans un entretien publié le 20 novembre le général américain John R. Allen estime que les frappes aériennes à Kobané ont fait plus de 600 morts dans les rangs des djihadistes[40].

Armement d'un F/A-18 Hornet sur le porte-avion USS Carl Vinson, le .

Le 6 novembre, selon l'OSDH, pour la première fois les forces aériennes de la coalition frappent Ahrar al-Sham, une brigade du Front islamique. Ce bombardement a lieu contre un QG, près de Bab al-Hawa[41]. Cependant pour le chercheur Romain Caillet, les frappes visaient plutôt le groupe Khorassan, qui opérait « sous la couverture » d'Ahrar al-Sham[42],[43].

Le 29 novembre, l'aviation américaine effectue un raid massif en menant au moins 30 frappes à Kobané et au nord de Raqqa, notamment contre l'ancienne base de la division 17. Selon l'OSDH, au moins 18 djihadistes sont tués au nord de Raqqa et 50 autres à Kobané, tant dans les bombardements que dans les combats contre les YPG[44],[45],[46].

Le 24 décembre, la coalition perd son premier appareil au combat, un avion jordanien est détruit près de Raqqa et son pilote est capturé[9],[47]. L'État islamique affirme avoir abattu l'appareil, mais selon l'armée jordanienne, le United States Central Command et des témoignages recueillis par l'OSDH, il se serait plutôt écrasé à cause d'une panne technique[48]. Le 2 janvier, une opération américaine pour tenter de délivrer le pilote échoue à Raqqa, les hélicoptères des commandos sont pris sous les tirs des djihadistes et contraints de battre en retraite[49]. Le 3 février 2015, l'État islamique annonce que le pilote jordanien a été exécuté en étant brûlé vif dans une cage[10],[50]. En représailles, la Jordanie exécute le lendemain deux djihadistes par pendaison : l'Irakienne Sajida al-Rishawi, impliquée dans les attentats du 9 décembre 2005 à Amman et dont l'État islamique avait réclamé la libération, et Ziad Karbouli, membre d'al-Qaïda[51]. Cependant, le 5 février, elle libère Abou Mohammed al Maqdissi, le principal idéologue d'al-Qaïda[52]. Le même jour, l'aviation jordanienne mène une série de frappes contre des camps d'entraînement et des dépôts d'armes de l'EI en engageant des « dizaines d’avions de chasse »[53].

Opérations en 2015

Le porte-avions français Charles-de-Gaulle à gauche, la frégate britannique HMS Kent au centre et le porte-avions américain USS Carl Vinson, le dans le golfe Persique.

Au cours de l'année 2015, la coalition intervient en soutien des Kurdes des YPG lors de la bataille de Tall Hamis[54], la bataille de Tall Tamer[55], la bataille de Tall Abyad[56], la bataille d'Aïn Issa[57], la bataille de Sarrine[58], la bataille d'al-Hol[59] et l'offensive de Tichrine[60]. Elle appuie également les rebelles lors de combats contre l'État islamique dans la région d'Azaz, lors de la bataille de Suran[61],[62] et la bataille de Marea[63]. Les Américains bombardent également le Front al-Nosra en appui aux combattants de la Division 30 lors du combat de Malkiyé[64].

Le 6 février, l'État islamique déclare qu'une otage américaine, Kayla Mueller, a été tuée par une frappe de la coalition[65]. Le 10, les États-Unis confirment sa mort mais nient qu'elle ait été tuée par un bombardement[66].

Le 16 mars, les États-Unis larguent pour la première fois en Syrie des milliers de tracts de propagande, près de Raqqa[67].

Après un vote au Parlement le 30 mars[68], le Canada intervient à son tour en Syrie et mène sa première frappe aérienne le 8 avril[69]. Cependant, d'avril à juillet, l'aviation canadienne n'effectue au total que trois frappes[70].

Le 1er mai, le bilan d'un raid aérien de la coalition est particulièrement lourd pour les civils. Selon l'OSDH, 62 civils sont tués, dont au moins 19 femmes et 31 enfants après un bombardement à Ber Mahli (ou Birmahle), au nord-est d'Alep. Le 3 mai, les États-Unis affirment n'avoir aucune indication sur la mort de civils et déclarent au contraire avoir neutralisé plus de 50 combattants djihadistes, ajoutant que les Kurdes des YPG leur avaient certifié qu'il n'y avait pas de civils dans le village. Mais selon l'OSDH, les renseignements des Kurdes étaient erronés, tandis que le porte-parole des YPG nie une quelconque responsabilité et déclare qu'il n'y avait eu aucune coordination avec les Américains dans ce secteur[71],[72],[73],[74],[75].

Le 4 juillet, la coalition effectue un raid massif à Raqqa en menant 16 frappes aériennes. Elles visent des bâtiments et des redoutes et ont pour but de réduire « la liberté de mouvement » de l'État islamique. Selon l'OSDH, les bombardements font au moins 22 morts, dont seize djihadistes et six civils[76],[77].

Le , trois jours après l'attentat de Suruç, des affrontements entre l'armée turque et l'État islamique éclatent pour la première fois sur la frontière près de la ville de Kilis. Un soldat turc et quelques djihadistes sont tués. Le même jour, la Turquie autorise les États-Unis à utiliser la base aérienne d'Incirlik pour bombarder l'État islamique. La nuit suivante, trois ou quatre chasseurs F-16 frappent des positions de l'EI en Syrie, dans le village de Havar, et font au moins neuf morts dans les rangs djihadistes selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH)[78],[79],[80],[81],[82]. Le 24, la police turque lance une vaste opération antiterroriste dans 13 provinces du pays, au total 590 personnes liées à l'État islamique, au PKK et au DHKP-C sont arrêtées en trois jours[83],[84],[85]. La nuit du 24 au 25, l'aviation turque poursuit ses frappes contre l'EI dans les environs de Jerablus, mais elle mène également des raids au Kurdistan irakien et relance le Conflit kurde en Turquie[86],[87],[86],[88]. Le 25 juillet, les HPG, branche militaire du PKK, déclarent que « Les conditions de maintien du cessez-le-feu ont été rompues »[85],[89].

À partir de mi-août, les pays du Golfe cessent leur opérations aériennes en Syrie et concentrent tous leurs moyens au Yémen, théâtre également d'une guerre civile[90].

Le , l'Australie annonce avoir mené ses premières frappes aériennes en Syrie[91].

Le , la France annonce avoir mené ses premières frappes aériennes en Syrie[92],[93]. Les frappes du 27 septembre sont menées par 6 avions qui détruisent un camp d'entraînement de l'EI à Boukamal, dans le gouvernorat de Deir ez-Zor[94]. 30 djihadistes sont tués dans ce raid selon l'OSDH, dont 12 enfants soldats[95],[96]. Le 9 octobre, deux Rafale frappent un camp d'entraînement à Raqqa, faisant 16 morts parmi les djihadistes selon l'OSDH[97],[98]. Trois autres frappes sont encore menées du 8 au 10 novembre[99],[100],[101]. Puis, le 15 novembre, en représailles aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, 10 chasseurs français effectuent des bombardements massifs en larguant 20 bombes sur un poste de commandement et un camp d'entraînement situés dans la zone de Raqqa[102]. Douze djihadistes sont tués dans ce raid[103]. Le 23 novembre, la France engage le porte-avions Charles de Gaulle[1],[104].

Le , le Royaume-Uni mène ses premières frappes aériennes en Syrie[105].

Le 6 décembre, selon l'OSDH, une position de l'armée syrienne est touchée pour la première fois par des bombes de la coalition, les frappes ont lieu à deux kilomètres du village d'Ayache, à l'ouest de Deir ez-Zor, quatre soldats sont tués et 13 blessés. Le régime syrien confirme la frappe et condamne « l'agression flagrante des forces de la coalition ». Mais le colonel Steve Warren, porte-parole de la coalition, conteste ces déclarations et affirme qu'aucune frappe n'a été menée à moins de 55 kilomètres de Deir ez-Zor[106].

Opérations en 2016

Décollage d'un F/A-18 Hornet sur le porte-avions américain USS Harry S. Truman, le .

Au cours de l'année 2016, la coalition intervient en soutien des Forces démocratiques syriennes lors de la bataille d'Al-Chaddadeh[107], l'offensive de Raqqa de mai 2016[108], la bataille de Manbij[109] et l'offensive de Raqqa de novembre 2016[110].

Le 29 janvier 2016, le ministère de la Défense des Pays-Bas annonce que les forces aériennes nationales seront prochainement engagées en Syrie après que 10 avions F-16 ont été envoyés en Irak en 2014[111]. Le Parlement approuve cette décision le 10 février, par 122 votes contre 22[112]. Le Canada cesse ses frappes aériennes en Irak et en Syrie le [113]. L'Arabie saoudite participe à nouveau aux frappes aériennes en Syrie à partir de février 2016[114]. Le Danemark mène ses premières frappes aériennes en Syrie le 5 août 2016[115].

Le 19 juillet 2016, la coalition mène des frappes aériennes lors de la bataille de Manbij qui causent les plus lourdes pertes civiles en une journée en Syrie depuis le début de son intervention[116]. À 3 heures du matin la coalition mène 18 frappes sur le village d'd'Al-Toukhar, faisant selon l'OSDH au moins 56 morts parmi les civils, dont 11 enfants[117],[116],[118]. Pour Amnesty International ces frappes tuent 73 civils, dont 27 enfants[119]. Ahmad Mohamad, un Syrien originaire de Manbij travaillant pour un centre de documentation sur les droits de l’homme, déclare au journal français Libération que l'attaque a fait au moins 85 morts[118]. La CNFOR dénonce la mort de 125 civils et appelle la coalition internationale à cesser ses frappes aériennes[120]. L'agence Amaq donne quant à elle un bilan de 160 morts[116]. Hassan Al-Nifi, membre du conseil révolutionnaire de Manbij, proche de l'Armée syrienne libre et en exil à Gaziantep déclare que, selon ses contacts restés sur place, le bilan est encore plus lourd : « Quand les membres de la défense civile sont intervenus mardi matin, ils ont récupéré 85 cadavres dans les décombres, principalement des femmes et des enfants. Mais lorsqu'ils ont pu faire venir leur matériel de déblaiement, beaucoup d’autres corps sont apparus. Nous sommes à plus de 200 morts et le décompte n’est pas terminé »[116].

Le 17 septembre, au cours de la bataille de Deir ez-Zor la coalition bombarde par erreur des positions de l'armée syrienne. Selon le ministère russe de la défense, 62 soldats syriens sont tués et une centaine blessés par quatre frappes effectuées par deux F-16 et deux A-10. L'OSDH donne de son côté un bilan d'au moins 90 morts en citant une source militaire. La coalition affirme dans un communiqué qu'elle « pensait » frapper des positions de l'État islamique. Le 19 septembre, le Royaume-Uni et l'Australie reconnaissent leur participation dans les frappes de Deir ez-Zor. Le ministère russe des affaires étrangères déclare quant à lui que cette bavure est « entre la négligence criminelle et la complicité directe avec les terroristes de Daech ». De son côté, Bachar el-Assad accuse les États-Unis d'avoir intentionnellement visé ses soldats[121] [122],[123],[124],[125],[126],[127],[128],[129]. Le 29 novembre, le Pentagone reconnaît sa responsabilité dans le bombardement et précise que les appareils qui avaient participé à ce raid étaient américains, britanniques, danois et australiens[130].

Plusieurs chefs d'al-Qaïda sont tués au cours de l'année par les frappes américaines : Abou Firas al-Souri, le porte-parole du Front al-Nosra, tué à Kafar Jales, près d'Idleb, le 3 avril 2016[131],[132] ; Abou Omar Saraqeb, chef militaire du Front Fatah al-Cham, tué lors d'une réunion à Kafr Naha, dans le gouvernorat d'Alep[133] et Ahmed Salama dit Abou Faraj l'Égyptien[134].

Lors de l'Opération Bouclier de l'Euphrate, lancée en août 2016, la coalition soutient initialement les rebelles et l'armée turque[135]. Cependant elle condamne ensuite les combats entre ces derniers et les Forces démocratiques syriennes. Le 29 août, Brett McGurk, envoyé spécial des États-Unis auprès de la coalition, déclare que les affrontements entre les forces turco-rebelles et les FDS « dans des secteurs où l'EI n'est pas présent » sont « inacceptables et source d'une profonde inquiétude »[136]. Le 16 novembre 2016, le colonel américain John Dorrian, porte-parole militaire de la coalition, annonce que la coalition n'appuie plus les forces rebelles soutenues par les Turcs et que les soldats des forces spéciales américaines qui avaient été déployés à leurs côtés ont été retirés[137].

Opérations en 2017

En janvier 2017, les Américains intensifient leurs frappes contre le Front Fatah al-Cham dans le gouvernorat d'Idleb : le 1er janvier, Abou Khattab Al-Kahtani, ancien membre d'AQPA, est tué avec un commandant syrien du Front Fatah Al-Cham et un chef du Parti islamique du Turkestan ; le 3 janvier, le quartier général du Front Fatah al-Cham à Sarmada est bombardé et une vingtaine de combattants sont tués ; le 6 janvier, Younes Shoeyb — aussi appelé Abou Al-Hassane Taftanaz — est tué à son tour à Taftanaz[138].

Le 19 janvier, l'aviation américaine mène un raid aérien contre un camp du Front Fatah al-Cham à Jabal el-Cheikh Sleimane, à l'ouest du gouvernorat d'Alep. Selon les déclarations anonymes à l'agence Reuters d'un membre du département américain de la Défense, un B-52 largue 14 bombes, faisant une centaine de morts parmi les djihadistes. L'OSDH donne de son côté un bilan de 40 morts au moins[139],[140]. De son côté le chercheur, Charles Lister indique que des sources locales font état de 50 à 60 morts, dont trois hommes du Harakat Nour al-Din al-Zenki[141]. Le 21 janvier, le Pentagone affime que plus de 150 djihadistes d'al-Qaïda ont été tués en Syrie depuis le début de l'année[142].

Fin février, le numéro deux d'al-Qaïda, Abdoullah Mouhab Radjab Abdoulrahman, dit Abou Kheir Al-Masri, est tué par un tir de drone américain dans la région d'Idleb[143],[144],[145].

Le 16 mars, d'autres chefs d'al-Qaïda sont ciblés par l'aviation américaine à Al-Jineh, dans le gouvernorat d'Alep, mais les frappes aériennes touchent une mosquée et tuent plusieurs dizaines de civils. L'OSDH recense au moins 49 morts et la Défense civile syrienne, 57[146],[147],[148],[149],[150],[151].

Selon Airwwars et l'OSDH, le nombre de civils tués par les frappes de la coalition augmente sensiblement après l'arrivée au pouvoir de Donald Trump[152],[153]. Ainsi selon l'OSDH, au moins 33 civils sont tués le 21 mars par une frappe de la coalition sur une école servant de centre pour les déplacés au sud d'al-Mansoura, près de Raqqa[154]. À Mayadin, les frappes de la coalition tuent au moins 37 civils le 25 mai et 80 autres le 26 mai, dont 33 enfants, la plupart des victimes étant des membres de familles de combattants de l'État islamique[155],[156],[157]. Encore à Mayadin, les 25 et 26 juin, les États-Unis frappent une prison de l'EI, tuant au moins 57 personnes — dont 42 civils emprisonnés et 15 djihadistes, gardes et détenus — d'après l'OSDH[158]. Selon l'OSDH, au moins 472 civils sont tués par la coalition entre le 23 mai et le 23 juin 2017, soit le bilan le plus lourd en une période de un mois depuis le début des frappes aériennes en 2014[4]. Selon Airwars et The Daily Beast, les frappes de la coalition tant en Syrie qu'en Irak ont fait au moins 2 300 morts parmi les populations civiles sous le mandat de Barack Obama — soit 80 morts par mois en moyenne — tandis que les frappes menées lors des six premiers mois du mandat de Donald Trump ont fait au moins 2 200 morts — soit en moyenne 360 civils tués par mois — mais cette augmentation pourrait être également en partie due au fait que les alliés des Américains livrent alors des batailles particulièrement difficiles à Mossoul et Raqqa[159].

Le 26 mai, selon le Pentagone, trois dirigeants de l'EI sont morts en Syrie lors de bombardements de la coalition au cours des deux derniers mois. Moustapha Gunes, un agent de l'EI en Turquie et Abou Assim al Djazeri, un gestionnaire de nationalité algérienne de l'EI sont morts à Mayadin. Le troisième, Abou Khattab al Raoui, un chef militaire de l'EI, est touché à Al-Qaïm, ville du nord-ouest de l'Irak située à la frontière syrienne[160]

Raids au sol des forces spéciales

Le premier raid américain en Syrie a lieu le près de Raqqa pour tenter de délivrer l'otage James Foley, mais l'opération est un échec. Les otages ne se trouvent pas dans le camp visé, et les Américains se retirent après avoir tué huit djihadistes[161].

Article détaillé : Raid d'al-Amr.

La nuit du 15 au 16 mai 2015, à al-Amr, un champ pétrolier au sud-est de Deir ez-Zor, les forces spéciales américaines mènent pour la deuxième fois un raid en Syrie. La principale cible, le Tunisien Abbou Sayyaf, émir du gaz et du pétrole de l'État islamique est tué, alors que l'objectif de la mission était semble-t-il de le capturer vivant. Son épouse, Oum Sayyaf, est capturée et une jeune femme yézidie, vraisemblablement maintenue en esclavage par le couple, est délivrée. Au total, une douzaine de djihadistes sont neutralisés par deux commandos d'une douzaine d'hommes chacun. Pour l'OSDH l'opération a fait 32 morts en prenant en compte les frappes aériennes, dont l'adjoint d'Abou Omar al-Chichani et trois autres chefs. Les Américains ne déplorent quant à eux ni tué ni blessé[162],[163],[164],[165],[166],[167],[168].

Le 25 mars 2016, Abou Alaa al-Afari, présenté par les États-Unis comme le numéro 2 de l'État islamique, est tué par un raid des forces spéciales américaines, qui interceptent son véhicule en Syrie[169].

Le 8 janvier 2017, les Américains mènent un nouveau raid avec six hélicoptères, dont quatre Apache, dans le village d'al-Koubar, près de Deir ez-Zor. Selon l'OSDH 25 djihadistes sont tués, dont 14 visés par la force spéciale alors qu'ils se trouvaient dans des véhicules et 11 autres dans une attaque contre une station d'épuration[170],[171].

Réactions

Réaction du gouvernement syrien

Le gouvernement syrien n'a pas demandé ni approuvé les frappes aériennes bien qu'il lutte contre l'EI. L'armée d'Assad possède des missiles anti-aériens sophistiqués, principalement près de la capitale Damas et la frontière avec Israël mais pas dans les zones sous contrôle de l'EI[172]. La Syrie déclare avoir été informée la veille par les États-Unis du lancement de frappes aériennes[172]. Une déclaration le 23 septembre de Jen Psaki, porte-parole du département d'État des États-Unis, affirme que les États-Unis n'ont pas demandé la permission au régime syrien et n'ont pas coordonné leurs actions avec le gouvernement syrien ou notifié préalablement l'armée syrienne, ni donné une indication de calendrier sur des cibles spécifiques, mais qu'ils ont avisé le représentant de la Syrie à l'ONU, ce que les Syriens ont confirmé[173]. Le directeur du Pentagone pour les opérations indique que les radars militaires syriens sont restés « passifs » pendant les frappes aériennes, sans chercher à contrer les avions américains[174].

Réactions internationales

Au niveau international, la Russie et l'Iran, proches alliés de la Syrie se sont opposés à des frappes américaines en Syrie sans le consentement du gouvernement légitime en place[175], position rejointe par l'Équateur[176].

Réactions des rebelles syriens

L'Armée syrienne libre (ASL) apporte son soutien aux frappes aériennes. En revanche, elles sont condamnées par l'Armée des moudjahidines et le Mouvement Hazm, pourtant considérés comme modérés et soutenus par les États-Unis. D'après les déclarations à Reuters d'officiers de l'ASL, les frappes aériennes sont mal acceptées par les populations en raison des pertes civiles infligées et du fait que la coalition ne s'attaque pas au régime syrien de Bachar el-Assad, entraînant des accusations de complicité vis-à-vis de ce dernier[177].

Opinion de la population syrienne

En juillet 2015, un sondage commandé par la BBC est mené en Syrie par l'institut international ORB. Il porte sur un échantillon de 1 365 personnes, dont 674 en zone contrôlée par le gouvernement syrien, 430 en zone contrôlée par les rebelles, 170 en zone contrôlée par l’État islamique et 90 en zone contrôlée par les Kurdes. Les résultats sont cependant à prendre avec précaution, les sondés ayant pu orienter leurs réponses par craintes de représailles. À la question : « Soutenez-vous les frappes aériennes de la coalition internationale en Syrie? » les réponses sont[178],[179] :

  • En zone contrôlée par le gouvernement syrien : 29 % « Oui, tout à fait », 25 % « Plutôt oui », 22 % « Plutôt non », 20 % « Non, pas du tout », 4 % « Ne sais pas » ;
  • En zone contrôlée par les rebelles : 23 % « Oui, tout à fait », 22 % « Plutôt oui », 29 % « Plutôt non », 24 % « Non, pas du tout », 2 % « Ne sais pas » ;
  • En zone contrôlée par l'État islamique : 3 % « Oui, tout à fait », 3 % « Plutôt oui », 45 % « Plutôt non », 47 % « Non, pas du tout », 2 % « Ne sais pas » ;
  • En zone contrôlée par les Kurdes : 52 % « Oui, tout à fait », 34 % « Plutôt oui », 8 % « Plutôt non », 2 % « Non, pas du tout », 4 % « Ne sais pas » ;
  • Ensemble de la Syrie : 26 % « Oui, tout à fait », 22 % « Plutôt oui », 26 % « Plutôt non », 23 % « Non, pas du tout », 3% « Ne sais pas ».

Les pertes

Le 26 septembre, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) déclare que les frappes aériennes effectuées par la coalition depuis le 22 septembre ont tué 84 djihadistes de l'État islamique et 57 du Front al-Nosra, ainsi que 13 civils[180].

Dans un entretien publié le 20 novembre 2014, le général américain John R. Allen estime que les frappes aériennes à Kobané ont fait plus de 600 morts dans les rangs des djihadistes[40]. Le 23 janvier, le Pentagone annonce que la coalition a mené 2 000 frappes aériennes en Irak et en Syrie, dont plus de 1 600 par des avions ou drones américains. Les militaires américains estiment alors que environ 6 000 combattants de l'EI ont été tués, mais ce chiffre n'est pas confirmé officiellement par le Pentagone[181].

Du au , la coalition arabo-occidentale mène 4 787 frappes aériennes en Syrie et 9 514 en Irak[182]. Le , le général Sean MacFarland, commandant de la coalition, prétend que 45 000 hommes de l'État islamique ont été tués dans ces deux pays par les bombardements de la coalition en deux ans d'opérations[183]. Un bilan probablement très exagéré[184].

Le 23 juillet 2017, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) affirme avoir recensé au moins 9 274 morts depuis le 22 septembre 2014, dont 6 649 hommes de l'État islamique, 298 du Front al-Nosra, du Front Fatah al-Cham, du Parti islamique du Turkestan et d'autres groupes proches d'al-Qaïda, 10 de Jaysh al-Sunnah, 140 soldats et miliciens du régime syrien et 1 961 civils, dont 336 femmes et 441 enfants. L'OSDH précise cependant qu'il ne s'agit que des pertes recensées et que le bilan réel est certainement plus élevé[6].

Selon le Réseau syrien des droits de l'homme, du au , les bombardements aériens de la coalition ont tué au moins 945 civils, dont 109 femmes et 356 enfants[7],[218].

Le , Airwars, un collectif de journalistes d’investigation, publie un rapport dans lequel il affirme que 291 à 354 civils ont été tués par les frappes aériennes de la coalition en Syrie entre le et le [219],[220]. De son côté la coalition ne reconnaît officiellement à cette date que deux tués parmi les civils[219]. Au , le bilan des victimes civiles de la coalition, est estimé par Airwars entre 364 et 498[221]. À la date du , il est estimé entre 1 009 et 1 466[8].

Les États-Unis ne reconnaissent quant à eux que 41 morts et 28 blessés parmi les civils, tant en Syrie qu'en Irak, à la date du 22 avril 2016[222]. À la date du , la coalition ne reconnaît que 484 « victimes collatérales », tant en Syrie qu'en Irak, depuis le début des frappes aériennes[4],[5].

Notes et références

  1. a, b, c, d, e et f La France a réalisé 12% des frappes non-américaines contre l'EI (Pentagone), AFP, 18 novembre 2015.
  2. Chammal : Point de situation au 10 septembre, Ministère de la Défense, 21 septembre 2015.
  3. a, b, c, d, e, f et g Media 24 : 6 F-16 marocains participent aux frappes contre Daech
  4. a, b et c Syrie: 472 civils tués par les raids de la coalition depuis un mois, AFP, 23 juin 2017.
  5. a et b La coalition antidjihadiste reconnaît avoir tué "involontairement" 352 civils depuis 2014, AFP, 1er mai 2017.
  6. a, b et c Airstrikes of the International Coalition in its 34th month kill more than 200 civilians raising the civilian’s death toll to more than 2000, OSDH, 23 juillet 2017.
  7. a et b sn4hr.org
  8. a et b Airwars, Civilian and ‘friendly fire’ casualties?
  9. a et b AFP : Syrie: l'EI affirme avoir capturé le pilote jordanien d'un avion abattu
  10. a et b : Huffington Post : L'État islamique affirme avoir brûlé vif le pilote jordanien Maaz al-Kassasbeh retenu en otage depuis décembre
  11. a, b et c In a frightening escalation and increase… the International Coalition kills about 500 civilians in a month, OSDH, 23 juin 2017.
  12. RFI : Conférence de Paris: un plan d’action contre le groupe jihadiste EI
  13. http://online.wsj.com/articles/u-s-military-prepares-for-surveillance-flights-over-syria-1409005925
  14. « http://abcnews.go.com/Politics/wireStory/ap-source-obama-backs-surveillance-syria-25122308 »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 25 septembre 2014)
  15. Romain Rosso et Jean-Michel Demetz, Etat islamique: comment chasser le "calife"?, L'Express, 18 septembre 2014.
  16. RFI : Syrie: frappes de la coalition contre le groupe EI
  17. (en) United States Central Command, « Air Force fighters, bombers conduct strikes against ISIL targets in Syria », sur USAF, (consulté le 25 septembre 2014).
  18. AFP : La coalition anti-jihadistes frappe en Syrie pour la première fois
  19. OSDH, 23 septembre 2014.
  20. Reuters : Premiers raids de la coalition contre l'EI en Syrie
  21. a et b Le Monde : Nouvelles frappes aériennes contre les djihadistes en Syrie et en Irak
  22. Libération : «Je pourrais commettre un attentat en France», par Luc Mathieu.
  23. AFP : Syrie: la coalition frappe des positions jihadistes près d'Aïn al-Arab
  24. AFP : Syrie: la coalition anti-jihadistes étend ses frappes
  25. Le Monde avec AFP et Reuters : La coalition s'attaque aux raffineries de l'État islamique en Syrie
  26. OSDH : Der-Ezor province
  27. Le Nouvel Observateur : SYRIE. Les États-Unis frappent 12 raffineries de l'État islamique
  28. Le Monde avec AFP et Reuters : Nouveaux raids sur les raffineries tenues par l'État islamique en Syrie
  29. Le Point : Syrie : premières frappes de la coalition dans la province de Homs
  30. AFP : Nouvelles frappes aériennes contre l'État islamique
  31. OSDH : Final death toll for Saturday 27/09/2014, approximately 181 people killed in Syria.
  32. Le Point et AFP : Syrie : quatre nouvelles raffineries de l'EI détruites
  33. Reuters : Frappes américaines en Syrie, combats à la frontière turque
  34. AFP : Syrie: la coalition frappe les jihadistes près de la frontière turque
  35. AFP : Syrie: 35 jihadistes tués par des frappes de la coalition dans le nord
  36. Le Parisien : Syrie : les forces kurdes ont repris Kobané face à Daech
  37. Le Monde avec AFP et Reuters : Les forces kurdes ont repris le contrôle de 90 % de Kobané
  38. Libération : Kobané entièrement libéré par les Kurdes, par Luc Mathieu.
  39. AFP : Syrie: au-dessus de Kobané, le déluge de feu des bombardiers américains
  40. a et b AFP : Syrie : les jihadistes se sont "empalés" sur Kobané et ne vaincront pas (général Allen)
  41. OSDH : Coalition warplanes strike Jabhat al-Nusra and Ahrar al-Sham HQs
  42. Romain Caillet : les raids US semblent avoir visé une nouvelle fois le groupe Khorasan (#AQ), opérant près d'#Idlib sous la couverture des Ahrar ash-Sham., twitter
  43. Le Monde.fr avec AFP, AP et Reuters : Les groupes djihadistes Al-Nosra et Khorasan bombardés en Syrie
  44. Arcinfo : Syrie: au moins 50 djihadistes de l'État islamique tués en 24 heures à Kobané
  45. OSDH : U.S. and allied warplanes carry out 30 strikes on IS positions in al- Raqqa
  46. OSDH : 154 قضوا أمس، بينهم 102 مقاتلاً، 70 على الأقل منهم من تنظيم “الدولة الإسلامية”.
  47. Wassim Nasr, twitter
  48. AFP : Syrie: l'avion jordanien victime d'une "panne technique" (militants et ONG)
  49. I24news avec AFP : Syrie: une opération pour libérer le pilote jordanien de l'EI échoue à Raqqa
  50. libération : Le pilote otage de l’EI brûlé vif dans une cage, par Jean-Pierre Perrin.
  51. Le Figaro : La Jordanie exécute deux djihadistes après le meurtre de son pilote
  52. Le Figaro avec AFP : La Jordanie libère un prédicateur d'al-Qaida
  53. Libération avec AFP : La Jordanie a frappé des positions de l'État islamique après la mort de son pilote
  54. Offensive sur Tel Hamis pour les combattants kurdes de Syrie, RFI, 23 février 2015.
  55. Syrie: la coalition frappe l'EI après le rapt de 220 Assyriens, AFP, 26 février 2015.
  56. L’Etat islamique perd la ville stratégique de Tal Abyad en Syrie, Le Monde avec AFP et Reuters, 16 juin 2016.
  57. Syrie : les Kurdes chassent l'Etat islamique d'une base clé au nord de Rakka, Le Monde avec AFP, 23 juin 2015.
  58. Syrie : les Kurdes coupent une route vitale pour l'EI dans le nord, Le Point avec AFP, 27 juillet 2015.
  59. États-Unis : les forces spéciales "très bientôt" en Syrie, Le Point avec AFP, 22 novembre 2015.
  60. L'EI recule face à une coalition arabo-kurde dans le nord de la Syrie, AFP, 24 décembre 2015.
  61. AFP : En Syrie, la coalition frappe Daech au profit des rebelles et d'Al-Qaïda
  62. [vidéo] France 24 : SYRIE - L'armée américaine est-elle en train d’aider al-Qaïda contre l’État islamique ?
  63. Luc Mathieu, L'Etat islamique à l'offensive dans le Nord syrien, Libération, 27 août 2015.
  64. Les rebelles syriens soutenus par les américains sous le feu d'Al-Qaïda, AFP, 1er août 2015.
  65. Le Figaro : Syrie: une otage tuée lors d'un raid, selon l'EI
  66. Le Figaro : Les États-Unis sous le choc de la mort d'une otage
  67. Le Figaro : Les États-Unis larguent des tracts anti-Daech dans le ciel de Syrie, par Simon Blin.
  68. Le Monde : Le Canada va participer aux attaques contre l'État islamique en Syrie
  69. La Presse Canadienne : Première frappe aérienne canadienne contre le groupe État islamique en Syrie
  70. Murray Brewster, Les CF-18 canadiens frappent encore très peu de cibles en Syrie, La Presse Canadienne, 9 juillet 2015.
  71. a et b OSDH : U.S led coalition airstrikes on Syria kill more than 2500 in the past 8 months
  72. Reuters : Un raid de la coalition américaine en Syrie aurait tué 52 civils
  73. OSDH : 65 killed and missing in a massacre by the U.S led coalition aircrafts
  74. AFP : Syrie: appels à une "enquête sérieuse" sur un raid américain meurtrier
  75. Romain Caillet, twitter
  76. La coalition frappe l’Etat islamique à Rakka, Le Monde avec AFP, 5 juillet 2015
  77. Syrie: 22 morts dont 6 civils dans les frappes de la coalition anti-EI à Raqa, AFP', 5 juillet 2015.
  78. Jérôme Bastion, La Turquie met un pied dans la guerre contre le groupe Etat islamique, RFI, 23 juillet 2015.
  79. Jérôme Bastion, La Turquie bombarde les positions du groupe EI en Syrie, RFI, 24 juillet 2015.
  80. Turquie : au moins neuf morts dans les bombardements contre l'Etat islamique, AFP, 24 juillet 2015.
  81. Marie Jégo, Les frappes turques en Syrie, tournant dans la guerre contre l’EI, Le Monde, 24 juillet 2015.
  82. Eugénie Bastié, Nicolas Hénin : «La tolérance turque envers Daech n'était plus tenable», Le Figaro, 24 juillet 2015.
  83. Turquie: 251 arrestations dans l’opération contre l’EI et les rebelles kurdes, AFP, 24 juillet 2015.
  84. Turquie: nouvelle vague d'arrestations de militants de l'EI et du PKK, AFP, 25 juillet 2015.
  85. a et b L’offensive turque en Irak brise le cessez-le-feu avec les rebelles kurdes, Le Monde avec AFP et Reuters, 25 juillet 2015.
  86. a et b Jérôme Bastion, La Turquie attaque sur deux fronts: le PKK en Irak et EI en Syrie, RFI, 25 juillet 2015.
  87. La Turquie frappe sept objectifs du PKK dans le nord de l'Irak, ATS, 25 juillet 2015.
  88. Céclie de Sèze, Turquie : vers la fin du cessez-le-feu avec le PKK, RTL, 25 juillet 2015.
  89. La Turquie continue à frapper l’EI et s’attaque au PKK en Irak, AFP, 25 juillet 2015.
  90. Nathalie Guibert, Les limites de l’engagement militaire français en Syrie, Le Monde, 15 septembre 2015.
  91. Syrie : l'Australie effectue sa première frappe aérienne contre l'EI, Le Point avec APF, 16 septembre 2015.
  92. http://www.francetvinfo.fr/monde/revolte-en-syrie/la-france-a-mene-ses-premieres-frappes-en-syrie-contre-le-groupe-etat-islamique_1102025.html
  93. Nathalie Guibert, La France a mené ses premières frappes en Syrie, Le Monde, 27 septembre 2015.
  94. « France - Syrie : les premières frappes françaises ont visé un camp jihadiste "occupé et actif" » (consulté le 29 septembre 2015)
  95. Raid français en Syrie: le gouvernement réfute le bilan de l'OSDH, RFI, 30 septembre 2015.
  96. More than 50 deaths and wound including “Caliphate cubs” in airstrikes by warplanes thought to be French on a camp in the countryside of Deir Ezzor, OSDH, 30 septembre 2015.
  97. « Syrie: la France a frappé l'EI pour la deuxième fois cette nuit », sur Le Figaro (consulté le 9 octobre 2015)
  98. Les rebelles déboussolés par les frappes russes, l'EI à la lisière d'Alep, OLJ avec AFP, 9 septembre 2015.
  99. Syrie : la France frappe un centre pétrolier de l'EI, Le Point avec AFP, 9 novembre 2015.
  100. Syrie: nouvelles frappes françaises contre des sites d’hydrocarbures du groupe EI, AFP, 10 novembre 2015.
  101. Nouveau raid de l’armée française contre le groupe EI en Syrie, RFI, 10 novembre 2015.
  102. Syrie: bombardement français massif sur le fief de l'EI à Raqa, AFP, 15 novembre 2015.
  103. Benjamin Barthe, A Rakka, l’Etat islamique « se sert des civils comme boucliers humains », Le Monde, 24 novembre 2015.
  104. La France frappe des objectifs du groupe EI en Irak et en Syrie, RFI, 24 novembre 2015.
  105. Christophe Dansette, Londres lance ses premières frappes contre l'EI en Syrie,France 24 avec AFP et Reuters, 3 décembre 2015.
  106. Syrie : la coalition dément avoir tué 4 soldats dans un bombardement, Le Point avec AFP, 7 décembre 2015.
  107. Syrie: les forces kurdes s'emparent d'un bastion de l'EI dans le nord-est, AFP, 19 février 2016.
  108. Syrie: la coalition antijihadistes appelle la population à fuir Raqa, AFP, 20 mai 2016.
  109. Les boucliers humains de l'État islamique vont compliquer l'offensive contre Raqqa, AFP, 25 mai 2016.
  110. Après Mossoul, l'offensive est lancée contre l'EI à Raqa, AFP, 6 novembre 2016.
  111. Les Pays-Bas participeront aux frappes en Syrie, Le Figaro, consulté le 29 janvier 2016.
  112. Pays-Bas : le Parlement dit oui aux frappes en Syrie, Courrier International, consulté le 12 février 2016.
  113. Le Canada cesse ses frappes contre l’EI en Syrie et en Irak, Le Monde avec AFP, 8 février 2016.
  114. L'Arabie saoudite a renouvelé sa participation aux frappes anti-EI, Belga, 16 février 2016.
  115. Premiers bombardements danois sur l'EI en Syrie, ATS, 5 août 2016.
  116. a, b, c et d Allan Kaval et Benjamin Barthe, En Syrie, la coalition anti-EI tue plusieurs dizaines de civils, Le Monde, 20 juillet 2016.
  117. Syrie: 56 civils tués dans des raids, Le Figaro avec AFP, 19 juillet 2016.
  118. a et b Aude Massiot, La coalition internationale aurait tué au moins 85 civils dans un village syrien, Libération, 20 juillet 2016.
  119. Frappes des Etats-Unis en Syrie : des victimes civiles, Amnesty International, 26 octobre 2016.
  120. Syrie : l'opposition demande la fin des raids de la coalition anti-Daech, Le Parisien, 20 juillet 2016.
  121. Sputnik, « Moscou: la bavure US en Syrie «à la limite de la complicité avec Daech» », sur fr.sputniknews.com (consulté le 21 septembre 2016)
  122. Russes et Syriens accusent la coalition internationale d’avoir frappé l’armée syrienne, Le Monde, 17 septembre 2016.
  123. Syrie: la coalition internationale croit frapper l'EI, des dizaines de soldats syriens tués, AFP, 17 septembre 2016.
  124. Syrie: la coalition internationale frappe par erreur une position du régime, RFI, 18 septembre 2016.
  125. Lina Kennouche, Maintenir l’EI à Deir ez-Zor pour une victoire à Mossoul, OLJ, 19 septembre 2016.
  126. Le Royaume-Uni a participé aux frappes contre l'armée syrienne, Le Figaro avec Reuters, 19 septembre 2016.
  127. Raid américain en Syrie: une "agression flagrante", accuse Assad, AFP, 19 septembre 2016.
  128. Valerie Dekimpe, Comment la coalition américaine peut-elle se tromper de cible en Syrie?, Slate, 19 septembre 2016.
  129. Assad accuse Washington d'avoir visé "intentionnellement" ses positions en Syrie, France 24 avec AFP, 22 septembre 2016.
  130. La coalition anti-EI reconnaît un bombardement par erreur de forces du régime syrien, AFP, 29 novembre 2016.
  131. Syrie : le porte-parole du Front Al-Nosra, branche d’Al-Qaida, tué dans un bombardement, Le Monde avec AFP, 3 avril 2016.
  132. U.S. behind strike that killed Nusra Front's Abu Firas: officials, Reuters, 4 avril 2016.
  133. Syrie : le commandant militaire de l'ex-Front al-Nosra tué dans un raid aérien près d'Alep, France 24 avec Reuters, 9 septembre 2016.
  134. « Syrie : l'ex-branche d'el-Qaëda confirme la mort d'un de ses responsables dans un raid », (consulté le 3 octobre 2016)
  135. Syrie: les États-Unis soutiennent l'opération anti-EI de la Turquie, AFP, 24 août 2016.
  136. Renforts déployés à Manbij, dans le nord de la Syrie, Reuters, 29 août 2016.
  137. Syrie: la coalition ne soutient pas les forces turques à al-Bab (militaire américain), AFP, 16 novembre 2016.
  138. Madjid Zerrouky, Washington frappe Al-Qaida en Syrie, Le Monde, 9 janvier 2017.
  139. Syrie: une centaine de membres d'Al Qaïda tués par l'armée américaine, Le Figaro avec Reuters, 20 janvier 2017.
  140. Syrie: plus de 40 jihadistes tués dans des frappes dans la province d'Alep, AFP, 20 janvier 2017.
  141. Charles Lister, 3 Harakat Nour al-Din al-Zinki fighters were killed in the strike, conducted by a U.S. B-52 bomber. Locals reported 50-60 killed., twitter, 21 janvier 2017.
  142. Syrie: 100 combattants d'Al-Qaïda tués par un bombardement américain, AFP, 21 janvier 2017.
  143. Syrie : le numéro deux d'Al-Qaïda serait mort dans un bombardement, Le Point avec AFP, 28 février 2017.
  144. Le numéro deux d'al-Qaida tué en Syrie, Le Figaro avec Reuters, 1er mars 2017.
  145. Al-Qaida confirme la mort d’un de ses chefs en Syrie, Le Monde avec AFP, 2 mars 2017.
  146. Flou après un raid aérien ayant touché une mosquée du nord de la Syrie, Le Monde avec AFP, 17 mars 2017.
  147. Christian Triebert, CONFIRMED: US Responsible for Aleppo Mosque Bombing Bellingcat, 16 mars 2017.
  148. Massacre of al-Jinah village which killed 49 persons raises the number of killed civilians since the start of strikes by international coalition in Syria to about 1000, OSDH, 17 mars 2017.
  149. Syrie: Washington dément avoir frappé une mosquée, photo à l'appui, AFP, 17 mars 2017.
  150. Hala Kodmani, Comme une bavure de l'aviation américaine près d'Alep : 50 morts, Libération, 17 mars 2017.
  151. Benjamin Barthe, Washington justifie son raid sanglant dans le nord de la Syrie, Le Monde, 18 mars 2017.
  152. Trump n'a pas provoqué une hausse des victimes civiles en Irak et Syrie, selon le Pentagone, AFP, 24 mai 2017.
  153. Nombre record de civils tués par la coalition internationale en un mois, OLJ, 24 mai 2017.
  154. Maya Gebeily et Maher Al Mounes, Syrie: 40 civils tués dans des raids attribués à la coalition, AFP, 22 mars 2017.
  155. Syrie : des frappes de la coalition tuent 35 civils, selon l’OSDH, France 24 avec AFP, 26 mai 2017.
  156. Des frappes de la coalition contre Daech tuent plus de 100 civils en Syrie, Challenges.fr avec AFP, 26 mai 2017.
  157. At least 106 persons including 42 children of the “Islamic State” fighters’ families were killed by International Coalition’s warplanes in the largest massacre against the organization’s families in Syria, OSDH, 26 mai 2017.
  158. Raid de la coalition contre une prison de l'EI en Syrie, 57 morts, OLJ avec AFP, 27 juin 2017.
  159. Samuel Oakford, Trump’s Air War Has Already Killed More Than 2,000 Civilians, The Daily Beast, 17 juillet 2017.
  160. Trois dirigeants de l'EI tués en Syrie et en Irak, selon le Pentagone, Reuters, 26 mai 2017.
  161. Medyan Dairieh, Mon voyage au cœur de l'État islamique, Vice news, 3 juillet 2015.
  162. Libération : Les Etats-Unis ont fait une démonstration de force en lançant un raid ciblé contre le «financier» de l’EI., par Frédéric Autran.
  163. AFP : Syrie: 32 jihadistes de l'EI, dont 4 chefs, tués dans l'opération américaine (ONG)
  164. OSDH : U.S led coalition operation kills Abo Omar al-Shishani assistant
  165. Le Figaro avec AFP, AP et Reuters : Les forces spéciales américaines tuent un haut responsable de l'EI en Syrie
  166. David Thomson, twitter.
  167. US Departement of Defense : Carter: Special Operations Troops Conduct Raid in Syria
  168. Elsa Maudet, Oum Sayyaf, femme d'influence dans les coulisses de l'Etat islamique, Libération, 7 juillet 2015
  169. Un dirigeant de l’EI tué par les Etats-Unis, BBC, 25 mars 2016.
  170. Syrie: Assad exclut une trêve des combats à Wadi Barada, AFP, 9 janvier 2017.
  171. La coalition anti-jihadiste a mené une opération commando contre l’EI près de Deir ez-Zor, Opex360.com, 9 janvier 2017.
  172. a et b « U.S. airstrikes on Islamic State targets in Syria start », USA Today,‎ (lire en ligne)
  173. « US: Syria Won't, Can't Stop Militant Safe Havens », Voice of America,‎ (lire en ligne)
  174. Rebecca Collard et Murphy, Brian, « Syria informed in advance of U.S.-led airstrikes against Islamic State », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  175. (en) Isis air strikes: Obama's plan condemned by Syria, Russia and Iran, The Guardian, 12 septembre 2014
  176. (es) Cancillería ecuatoriana califica como 'inaceptable' la ofensiva contra Siria ElComercio.com, 25 septembre 2014
  177. Reuters : En Syrie, les frappes contre l'EI posent problème aux modérés
  178. Un sondage qui décoiffe : l’avis des Syriens, Politis, 20 octobre 2015.
  179. Sondage. Ce que pensent les Syriens…, Les Crises.fr, 20 octobre 2015.
  180. AFP : Près de 130 djihadistes étrangers tués par la coalition en Syrie
  181. Le Monde avec AFP : L'État islamique n'a perdu que très peu de terrain en Irak
  182. Deux ans de frappes de la coalition antidjihadistes: les chiffres (infographie), T.M. et AFP, 8 août 2016.
  183. 45.000 combattants de l'Etat islamique tués ces deux dernières années, AFP, 10 août 2016.
  184. Jean-Pierre Filiu, Comment l’Amérique d’Obama ment sur la menace jihadiste, Un si Proche orient, 19 août 2016.
  185. AFP : Syrie: l'EI aux portes d'une ville kurde stratégique
  186. OSDH : 553 killed since the beginning of coalition air strikes on Syria
  187. Reuters : Les frappes de la coalition ont fait 865 morts en Syrie (ONG)
  188. OSDH : 900 including women and children, killed in 60 days of coalition air strikes
  189. Le Monde avec AFP : Un millier de djihadistes tués par les bombardements en Syrie
  190. OSDH : U.S led coalition air strikes kill more than 1400 around Syria in 4 months
  191. OSDH : More than 1600 people killed by US led coalition airstrikes over 5 months
  192. OSDH : About 2000 including women and children, killed and wounded in 6 months of coalition air strikes
  193. Le Point avec AFP : Syrie : les frappes anti-EI ont fait 2 000 morts
  194. OSDH : More than 2000 people killed by US led coalition’s airstrikes over 7 months
  195. OSDH : About 3000 people, including 162 civilians, killed in US- coalition airstrikes on areas in Syria
  196. US- led coalition airstrikes kill 3216 people, including 173 Syrian civilinas, in the past 10 months, OSDH, 23 juillet2015.
  197. More than 200 Syrian civilians, half of them children and women, killed in US led coalition airstrikes in the last 11 months, OSDH, 23 août 2015.
  198. After a year of US-led coalition airstrikes, “Islamic State” loses about 15 square kilometers out of its-held areas in Syria, OSDH, 23 septembre 2015.
  199. About 3700 people killed over 13 months since the beginning of US-led coalition airstrikes on Syria, OSDH, 23 septembre 2015.
  200. Syrie: les raids russes ont fait 600 morts en un mois, AFP, 29 octobre 2015.
  201. 300 civilian victims among more than 4100 people killed by US-led coalition warplanes during 15 months of their airstrikes, OSDH, 23 décembre 2015.
  202. About 4500 people including 366 civilians were killed over 17 months since the beginning of US-led coalition airstrikes on Syria, OSDH, 23 février 2016.
  203. Syrie: plus de 1.700 civils tués dans les raids russes selon l'OSDH, AFP, 2 mars 2016.
  204. About 4700 people including 380 civilians were killed over 18 months since the beginning of US-led coalition airstrikes on Syria, OSDH, 23 mars 2016.
  205. 391 civilians and about 4200 members from the “Islamic state” are among the almost 4800 killed by the International Coalition’s warplanes during 19 months of airstrikes on Syria, OSDH, 25 avril 2016.
  206. About 4900 killed by the International Coalition’s warplanes including 417 civilian citizens during 20 months of operations in Syria, OSDH, 24 mai 2016.
  207. About 4900 killed by the International Coalition’s warplanes including 417 civilian citizens during 20 months of operations in Syria, OSDH, 24 mai 2016.
  208. 466 civilians including 200 children and women between 5415 killed by coalition airstrikes, OSDH, 23 juin 2016.
  209. About 600 civilian casualties including more than 250 children and women among about 6000 killed by coalition airstrikes in 22 months of bombing, OSDH, 23 juillet 2016.
  210. The International Coalition completes its second year of intervention in Syria, killing more than 6200 persons, including 611 Syrian civilians, OSDH, 23 septembre 2016.
  211. About 6300 persons were killed by the warplanes of the International Coalition in 25 months of bombing in Syria, OSDH, 23 octobre 2016.
  212. About 6500 persons were killed by the warplanes of the International Coalition in 26 months of bombing in Syria, OSDH, 23 novembre 2016.
  213. 28 months of bombing by the international coalition kills more than 6900 persons in Syria, including 820 Syrian civilians, OSDH, 23 janvier 2017.
  214. About 880 including 340 children and citizen women among more than 7000 were killed by the warplanes of the International Coalition in 29 months of bombing in Syria, OSDH, 23 février 2017.
  215. 220 civilian casualties in the 30th month of airstrikes by Coalition in Syria raise the civilian death toll to about 1100 since their targeting for the Syrian territory, OSDH, 23 mars 2017.
  216. 1260 civilian casualties out of 7631 persons killed by Coalition’s warplanes in Syria since September 2014, OSDH, 23 avril 2017.
  217. 225 civilian casualties killed by Coalition’s warplanes, the highest death toll since their airstrikes in Syria, OSDH, 23 mai 2017.
  218. The Six Main Parties that Kill Civilians in Syria and the Death Toll Percentage Distribution among them, Syrian Network for Human Rights, 15 novembre 2016.
  219. a et b Étienne Combier, Plus de 400 civils tués dans les frappes des occidentaux en Syrie et en Irak, Les Echos, 3 août 2015.
  220. Cause For Concern, Airwars, 3 août 2015.
  221. Frappes contre l’Etat islamique : le délicat bilan des victimes civiles, L'Obs, 2 décembre 2015.
  222. Les Etats-Unis admettent avoir tué 20 civils en Irak et en Syrie, AFP, 22 avril 2016.

Liens externes