Olympiade d'échecs de 1939

L'Olympiade d'échecs de 1939 est une compétition mondiale par équipes et par pays organisée par la FIDE. Les pays s'affrontent sur 4 échiquiers.

Cette 8e Olympiade s'est déroulée du 24 août au 19 septembre 1939 à Buenos Aires, en Argentine.

Les points ne sont pas attribués au regard des résultats des matches inter-nations, mais en fonction des résultats individuels sur chaque échiquier (un point par partie gagnée, un demi-point pour une nulle, zéro point pour une défaite).

Tournoi masculin

Contexte

Cette olympiade réunit 27 nations.

C'est la première olympiade organisée hors d'Europe. Elle se déroule également dans un climat de guerre. Les États-Unis, vainqueur des 4 dernières compétitions, sont absents, de même que la Hongrie et la Yougoslavie. L'Autriche, annexée sur ordre d'Hitler, n'est bien sûr pas représentée : deux joueurs autrichiens, Eliskases et Becker, sont intégrés dans l'équipe germanique. La Tchécoslovaquie envoie une équipe sous la dénomination de Protectorat de Bohême-Moravie.

La défection volontaire ou non de certains pays européens est compensée quantitativement par la participation de 10 pays latino-américains, dont Cuba, permettant ainsi à Capablanca de participer à une olympiade.

En raison du nombre de concurrents, un tour préliminaire avec quatre groupes est organisé. Les 4 premiers de chaque groupe participent au tournoi final toutes rondes.

Résultats

Classement final
1er Drapeau de l'Allemagne Allemagne 36
2e Drapeau de la Pologne Pologne 35,5
3e Drapeau de l'Estonie Estonie 33,5
4e Drapeau de la Suède Suède 33
5e Drapeau de l'Argentine Argentine 32,5

La France se classe 10e avec 24,5 points. L'Angleterre, 3e du groupe I, se retire après les éliminatoires.

Participants individuels

Beaucoup de joueurs, notamment d'origine juive, ne sont pas enclins à retourner en Europe alors que la guerre a éclaté et prennent la décision de rester en Argentine. C'est le cas de tous les joueurs allemands, mais aussi des Polonais Najdorf et Frydman, du Suédois Stahlberg, des Tchèques Pelikan et Skalicka, et quelques autres.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie