Office français d'information

L’Office français d’information (OFI) était l’agence de presse contrôlée par le gouvernement de Vichy pendant l'occupation allemande.

Il a été créé le après la nationalisation, par l’État français, de la branche information de l’agence Havas[1]. Basé d'abord en zone libreVichy pour la direction et à Clermont-Ferrand pour la rédaction), l’OFI sera rapatrié à Paris, place de la Bourse, à partir de 1942.

L’OFI collabore étroitement avec l’Agence française d'information de presse (AFIP), créée par les autorités d'occupation, avec les fonds de la Propaganda Staffel, était le relai de la Deutsches Nachrichtenbüro[2]. Elle était localisée dans les anciens bureaux d’Havas, et qui se distingue surtout par son activité de propagande.

Une partie des journalistes de l’agence Havas, opposés à la collaboration, ont créé de leur côté, à Londres, l’Agence française de presse en août 1940, puis en Afrique du Nord l’Agence France-Afrique en 1942. La Résistance intérieure française constitue quant à elle une agence clandestine, l’Agence d’information et de documentation (AID).

La suppression de l’OFI est décidée par la loi du . Lors de l’insurrection parisienne du , des journalistes résistants, dont Gilles Martinet, s’emparent des bureaux de l’OFI et proclament la création de l’Agence française de presse, qui devient l’agence France-Presse le .

Notes et références

  1. Maurice Mandon, Une plume contre Vichy: Jean Rochon (1903-1944) et le journal La Montagne sous l'occupation (1940-1944), Presses Univ Blaise Pascal, (ISBN 9782877410748, lire en ligne)
  2. « Agence française d'information de presse », sur BNF

Voir aussi

Bibliographie

  • Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral, Histoire générale de la presse française, tome III et IV, Paris, PUF, 1972.
  • Xavier Baron - Le monde en direct, de Charles-Louis Havas à l'AFP, deux siècles d'histoire - La découverte, 2014 (ISBN 978-2-7071-7430-7)

Articles connexes