Offensive de Donetsk

Offensive de Donetsk
Description de cette image, également commentée ci-après

Situation dans l'oblast de Donetsk (villes contrôlées par les belligérants) le 6 juillet, peu de temps avant le déclenchement de l'offensive.

Informations générales
Date 21 juillet - mi-
Lieu Donetsk et ses alentours, Ukraine
Issue Cessez-le-feu
Belligérants
Drapeau de l'Ukraine Ukraine Flag of the Donetsk Republic (Organisation).svg République populaire de Donetsk
Commandants
Drapeau de l'Ukraine Petro Porochenko Flag of the Donetsk Republic (Organisation).svg Igor Strelkov
Flag of the Donetsk Republic (Organisation).svg Vladimir Kononov

Guerre du Donbass

Batailles

Euromaïdan (21 novembre 2013 au 22 février)

Révolution de février (18-23 février)

Crise de Crimée (26 février au 28 mars)

Guerre du Donbass (depuis le 6 avril 2014)
Siège de Sloviansk (12 avril au 5 juillet) · 1re bataille Aéroport de Donetsk (26-27 mai) · Attaque du Vol 17 Malaysia Airlines (17 juillet) · Offensive de Donetsk (21 juillet à mi-août) · 1ers combats de Marioupol (août-septembre) · Siège d'Ilovaïsk (10 août - 2 septembre) · Prise aéroport Donetsk (28 sept. au 21 janvier 2015) · 2es combats de Marioupol (janvier 2015) · Bataille de Debaltseve

L'offensive de Donetsk est un épisode de la guerre du Donbass. Lancée par l'armée ukrainienne, avec le renfort de brigades de volontaires[1], cette campagne sanglante avait débuté le [2] avec pour but de rétablir l'autorité de l'État central sur la capitale de l'État sécessionniste autoproclamé dans la région, sous le nom de République populaire de Donetsk.

Contexte

Le 15 avril 2014, le président par intérim ukrainien Tourtchinov déclare que l'opération anti-terroriste contre les séparatistes pro-russes a débuté à Donetsk[3]. Plus tôt, des manifestants et des insurgés pro-russes avaient pris le contrôle de nombreux bâtiments publics, de villes et territoires de la région. Dans la ville de Donetsk elle-même, ainsi que dans d'autres villes du Donbass, de nombreux bâtiments du gouvernement étaient tombés sous le contrôle séparatiste. Après leur victoire à Sloviansk le 5 juillet, les troupes ukrainiennes progressent vers Donetsk pour atteindre les portes de la ville le 12 juillet[4]. Le même jour, 70 000 habitants fuient la ville[5].

À la suite du drame du vol 17 Malaysia Airlines le 17 juillet (que l'armée ukrainienne et les séparatistes s'accusent mutuellement d'avoir abattu) le président ukrainien Porochenko avait ordonné à l'armée d'interrompre toute opération dans un rayon de 40 km autour du site du crash pour que les experts et membres de l'OSCE puissent mener à bien leur enquête, mais Donetsk est située en dehors de ce périmètre[6].

Chronologie

Les autorités ukrainiennes ont demandé aux habitants d'éviter de sortir de chez eux[7]. Le 21 juillet, Donetsk est secouée par des explosions, de la fumée s'élevant de la ville et des tirs d'armes lourdes ont été entendus, au moins quatre chars et véhicules blindés ukrainiens tentant de pénétrer dans la ville[6]. Les combats se concentrent dans les districts du nord-ouest Kirovski, Leninski ainsi que Kouïbychevski, et aussi près de la gare centrale et de l'aéroport, ce qui conduit les riverains à se réfugier dans des abris ou à fuir la ville[8],[9]. L'approvisionnement en eau de la ville a été coupé pendant les combats, de nombreux quartiers ont été privés d'électricité et tous les services de chemin de fer et de bus ont été arrêtés. Les rues se sont vidées et les insurgés ont érigé des barricades à travers la ville pour contrôler le trafic[10],[11],[12]. Au moins un char T-64 est détruit et trois soldats ukrainiens sont tués par une roquette anti-char tirée par les insurgés aux abords (nord) de Donetsk[13]. Selon Alexandre Borodaï, Premier ministre autoproclamé de la République populaire de Donetsk, l'armée a « commencé à avancer sur tous les fronts » et indique qu'elle a déployé des avions de combat et tiré des missiles à l'aide de ses BM-21 Grad dans la périphérie de la ville, tout en annonçant vouloir rechercher la reprise de pourparlers de cessez-le-feu[14].

Le 22 juillet, la Rada vote une mobilisation partielle des réservistes pour une période de 45 jours alors que le secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense ukrainien Andreï Paroubiï a déclaré que 40 000 soldats russes et une quantité importante d'équipement militaire étaient à nouveau massés sur la frontière russo-ukrainienne[15]. La gare de Donetsk a pu être rouverte mais la situation est toujours tendue, les combats ayant lieu dans les villages de la banlieue de Donetsk (mais également à proximité de l'aéroport), tout comme celle de Lougansk[15]. Sievierodonetsk, à 75 km au nord-ouest de Lougansk et à 116 km au nord-est de Donetsk, est reprise par les forces ukrainiennes.

Le 23 juillet, les forces gouvernementales ukrainiennes percent le blocus des insurgés autour de l'aéroport de Donetsk puis progressent dans le coin nord-ouest de la ville. Par la suite, les insurgés se sont retirés de nombreux villages de la périphérie de la ville, y compris Karlovka, Netailove, Pervomaiske, et la zone autour de l'aéroport de Donetsk[16]. Le commandant Igor Strelkov dit avoir opéré ce repli tactique pour renforcer le centre-ville de Donetsk, et aussi pour éviter d'être encerclé par les forces gouvernementales. Il a également déclaré qu'il ne s'attend pas à une incursion des forces ukrainiennes dans le centre-ville de Donetsk[16]. Pendant ce temps, les combats ont continué dans le raïon de Chakhtarsk à la frontière avec la Russie. Lors des combats, deux avions de combat Soukhoi Su-25 ukrainiens qui avaient fourni un appui aérien aux forces terrestres près de Dmitrovka ont été abattus par les insurgés[17].

Le 24 juillet, selon une enquête de l'ONG Human Rights Watch qui doit être rendue publique le 25, l'armée ukrainienne est accusée d'avoir tué au moins seize civils à Donetsk, constatant que des quartiers de la ville, abritant des tireurs pro-russes, avaient été frappés par des BM-21 Grad, arme totalement imprécise donc incapable de cibler des objectifs uniquement militaires.Un usage répété de ces armes constituerait une violation des lois internationales et humanitaires[18]. Selon La Voix de la Russie, au moins seize immeubles de la ville ont été endommagés par des tirs d'obus ukrainiens[19]. Dans la même journée, les combats font rage autour de Horlivka[20], cible de frappes aériennes et d'artillerie, la population fuyant la ville. Un pont de cette ville a aussi été détruit, peut-être par les insurgés[20]. En dépit de ces progrès par les forces armées, la frontière avec la Russie n'a pas toujours pas été sécurisée. Le poste-frontière Izvaryne dans l'oblast de Louhansk, contrôlé par l'armée du Sud-Est, a été signalé être le principal point d'armes et de renforts en provenance de Russie[20]. Le même jour, la ville de Lyssytchansk, située à 90 km au nord-ouest de Lougansk, après avoir été le théâtre de violents combats, est reprise par l'armée ukrainienne[21],[22],[23]. Le 25 juillet, l'ambassadeur des États-Unis à Kiev annonce que son pays débloque 33 millions de dollars en aide à l'armée ukrainienne « pour le contrôle de ses frontières »[24]. Des combats commencent dans la zone résidentielle périphérique de Donetsk en fin d'après-midi. Le 27 juillet, entre vingt et trente civils sont tués à Horlivka[25]. Le 28, les insurgés ont reconnu avoir perdu le contrôle d'une partie de la zone du crash du MH17, face à la progression des forces ukrainiennes qui ont annoncé être entrées dans plusieurs villes à proximité[26] (dont Chakhtarsk, Debaltseve, Torez, Loutouhyne et les hauteurs stratégiques de Savur-Mohyla). Le 29, des tirs d'artillerie ont été entendus dans le centre de Donetsk (districts nord-ouest de Kirovski et de Leninski), tuant au moins une personne[27]. Le 30 juillet, les forces ukrainiennes reprennent le contrôle de la ville stratégique d'Avdiivka située près de l'aéroport, à 17 kilomètres au nord de Donetsk[28]. Les opérations militaires sont suspendues le 31 juillet[29]. Le but est de permettre aux experts internationaux d'examiner le site du crash du vol 17 Malaysia Airlines, qui est situé dans le raïon de Chakhtarsk, où les combats les plus violents ont eu lieu les jours précédents. Les experts ont été escortés sur le site par les forces armées ukrainiennes. Pendant ce temps, des pourparlers entre séparatistes, la Russie, l'Ukraine et l'OSCE ont eu lieu à Minsk[29].

Le 1er août, au moins dix soldats ukrainiens d'une unité de parachutistes sont tués près de la ville de Chakhtarsk, dans le secteur où le vol MH17 de la Malaysia Airlines a été abattu, dans une attaque au mortier menée par les rebelles pro-russes[30].

Le 4 août, après d'intenses combats, l'armée régulière reprend la ville de Yassynouvata et appelle les civils à fuir les zones contrôlées par les séparatistes pro-russes qui « pillent la population locale, procèdent à des enlèvements, s'emparent de bâtiments et de véhicules privés » selon un porte-parole militaire ukrainien. À Donetsk, l'état-major ukrainien a demandé aux séparatistes de respecter des cessez-le-feu autour de certaines artères pour permettre le départ des civils[31]. Six civils ont été tués et treize autres blessés en l'espace de 24 heures[32],[33]. Selon la Voix de la Russie, l'armée ukrainienne concentre des BM-27 Uragan autour de la ville[34].

Le 5 août, les combats se poursuivent dans un quartier à l'ouest de Donetsk (district de Petrovski), les habitants faisant état de fortes explosions et d'échanges de tirs[35]. Donetsk subit une première frappe aérienne qui n'a pas fait de victimes parmi les civils[36]. Dans la même journée, Marïnka, située à 24 kilomètres à l'ouest de Donetsk, est également reprise par les forces ukrainiennes.

Après une série de défaites militaires, Igor Strelkov déclare que « perdre cette guerre sur le territoire que le président Vladimir Poutine a personnellement nommé Nouvelle-Russie menacerait le pouvoir du Kremlin et, personnellement, le pouvoir du président[37]. » L'armée ukrainienne affirme avoir repris (au 3 août) le contrôle des trois-quarts du territoire qui avait été occupé par les séparatistes[38].

Contre-offensive

À partir de la mi-août 2014, la contre-attaque des insurgés est lancée avec l'ouverture d'un nouveau front en direction de la mer d'Azov et de Marioupol qui est encerclée à la fin du mois et atteinte par les rebelles le 4 septembre 2014. L'étau se desserre autour Donetsk et l'armée ukrainienne et ses bataillons de volontaires sont en recul, évacuant plusieurs localités[39].

À la fin du mois d'août, de façon anecdotique, il est rapporté dans la presse que des Français sont partis combattre aux côtés des rebelles[40] de même que dans le camp des loyalistes.

Le 5 septembre 2014, les représentants de la république populaire de Donetsk, de la république populaire de Lougansk et le gouvernement de Kiev signent à Minsk un protocole d'accord pour un cessez-le-feu, à partir du jour-même à 18 heures[41]. La conférence qui réunit ces trois parties[42], en présence de Mikhaïl Zourabov ambassadeur de la Russie en Ukraine, est dirigée par Heidi Tagliavini[43], diplomate suisse mandatée par l'OSCE pour accompagner le groupe de contact entre les autorités russe et ukrainienne. Malgré le cessez-le-feu, des combats perdurent sur le site de l'aéroport de Donetsk (dernière position tenue par l'armée ukrainienne dans la région).

Affaire du vol 17 de Malaysia Airlines

Article détaillé : Vol 17 Malaysia Airlines.

Le un Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines assurant la liaison entre l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol et l'aéroport international de Kuala Lumpur, avec 298 personnes à son bord, dont 192 Néerlandais, s'est écrasé dans la zone de conflit, près du village de Grabove, aux environs de la ville de Chakhtarsk. Les belligérants s'accusent mutuellement de l'avoir abattu, mais les États-Unis, par la voix du secrétaire du Département d'État John Kerry, déclarent immédiatement qu'un missile anti-aérien a été tiré par les pro-russes et qu'ils disposent de preuves[44] ; le président américain Barack Obama ajoute que « les États-Unis offriront tout leur soutien pour aider à déterminer ce qui s'est passé et pourquoi »[45]. De son côté, la Russie demande que soit faite une enquête internationale indépendante, procédure qui est engagée le 21 juillet par l'ONU. D'après le directeur du Service de sécurité d'Ukraine, il pourrait s'agir d'une opération sous fausse bannière qui a été mal exécutée[46]. Selon un expert roumain de l'aviation militaire, le Boeing aurait été abattu par un MiG-29 de l'armée ukrainienne, ce qui viendrait démentir la thèse, fortement appuyée par les occidentaux, d'un missile sol-air tiré par les rebelles[47]. Le ministère de la défense russe, dans une déclaration officielle, signale que des systèmes anti-aériens ukrainiens étaient déployés dans la zone du crash, capables d'abattre des cibles à n'importe quelle altitude jusqu'à 30 km de distance, et confirme d'autre part formellement la non-implication des forces armées de la Fédération de Russie dans cette affaire[48].

Article connexe

Notes et références

  1. Abandoned Donbas Battalion fights on
  2. « L’armée ukrainienne lance l’offensive à Donetsk », sur http://www.lesechos.fr/, Les Échos,
  3. (en) « Ukraine says Donetsk 'anti-terror operation' under way », sur BBC News,
  4. Emmanuel Grynszpan, « Ukraine : la guerre aux portes de Donetsk », sur Le Figaro,
  5. (fr) Ukraine : des milliers d'habitants fuient Donetsk, Le Point, 12 juillet 2014
  6. a et b Crash du MH17 : combats à Donetsk, où les experts doivent enquêter, RFI, 21 juillet 2014
  7. « Ukraine : « La prise de Donetsk est l'étape-clé pour le pouvoir de Kiev » », sur 20minutes, .
  8. « Northwest Donetsk rocked by explosions as residents hide in bomb shelters », Interfax-Ukraine News Agency,‎ (lire en ligne)
  9. « Dutch experts examine bodies », BBC News,‎ (lire en ligne)
  10. « Donetsk railway station, bus station not working due to clashes - separatists », Kyiv Post,‎ (lire en ligne)
  11. « Water supplies to Donetsk stopped », Interfax-Ukraine News Agency,‎ (lire en ligne)
  12. « Civilians killed as Ukrainian forces tighten noose on rebels in Donetsk », Kyiv Post,‎ (lire en ligne)
  13. « Ukraine : combats fratricides aux abords de Donetsk », sur Le Parisien, .
  14. (en) « Ukraine Army Hits Rebels With Advance ‘Across All Fronts’ », sur Bloomberg, .
  15. a et b « Ukraine : l'étau de l'armée se resserre autour de Donetsk et Lougansk », sur rfi.fr, .
  16. a et b « Ukraine rebels withdraw from Donetsk outskirts », Deccan Herald,‎ (lire en ligne)
  17. « Militants shot down two Su-25 Ukrainian attack aircraft with air defense missile system – ATO press center », Interfax-Ukraine News Agency,‎ (lire en ligne)
  18. « En Ukraine, l'armée accusée d'avoir tué des civils à Donetsk », sur Le Monde, .
  19. « 11 immeubles endommagés à Donetsk par des tirs d'obus », sur La Voix de la Russie, .
  20. a, b et c « Ukraine Advances After Heavy Fighting », Kyiv Post,‎ (lire en ligne)
  21. « Ukraine : les miliciens ont quitté Lissitchansk », sur La Voix de la Russie, .
  22. « Ukraine : La ville de Lyssytchansk reprise aux séparatistes », sur 20 minutes, .
  23. « Ukrainian troops enter Lysychansk », Kyiv Post,‎ (lire en ligne)
  24. (ru) ITAR-TASS, interview de l'ambassadeur américain, 25 juillet 2014
  25. « Fierce fighting in Ukraine prevents Dutch forces reaching MH17 crash site », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)
  26. « Ukraine : les prorusses perdent du terrain », sur lefigaro.fr, .
  27. « Ukraine : tirs d'artillerie à Donetsk », sur lefigaro.fr, .
  28. (en) Ukraine conflict: Army claims strategic town in Donetsk, BBC News, 30 juin 2014
  29. a et b « Ukraine MH17: Forensic scientists reach jet crash site », BBC News,‎ (lire en ligne)
  30. « Au moins 10 soldats ukrainiens morts dans des combats », sur Euronews, .
  31. « Ukraine : l'armée appelle les civils à fuir », sur Le Figaro, .
  32. « Six civils tués dans des combats à Donetsk en Ukraine », sur RTS.ch, .
  33. « 6 civils tués à Donetsk, les bombardements s'intensifient », sur Le Nouvel Observateur, .
  34. « L’armée ukrainienne concentre des systèmes Ouragan près de Donetsk », sur La Voix de la Russie, .
  35. « Ukraine : intenses combats et tirs à Donetsk », sur lefigaro.fr, .
  36. « Ukraine : première frappe aérienne à Donetsk », sur lefigaro.fr, 6 aopût 2014.
  37. (en) Putin’s Number One Gunman in Ukraine Warns Him of Possible Defeat, The Daily Beast, 25 juillet 2014
  38. (en) Ukrainian Army Steps Up Attacks on Rebel-Held Donetsk, The New York Times], 3 août 2014
  39. RIA Novosti, les rebelles installés dans les faubourgs de Vostotchny et le quartier de Lievy Bereg (Rive Gauche) à Marioupol, 5 septembre 2014
  40. http://www.bbc.com/news/world-europe-28978699
  41. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/09/05/97001-20140905FILWWW00192-ukraine-un-cessez-le-feu-conclus-entre-kiev-et-les-separatistes.php
  42. (ru) Aleksandr Botoukhov, « Участники контактной группы по Украине покидают Минск после достигнутого соглашения о перемирии », 1tv.ru,‎ (lire en ligne)
    Traduction française du titre de l'article : « Le groupe de contact ukrainien quitte Minsk après l'accord de cessez-le-feu »
    .
  43. Michel Guillaume, « Heidi Tagliavini, le retour de la grande dame de la diplomatie helvétique », hebdo.ch,‎ (lire en ligne).
  44. « Crash MH17 »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), sur TV5 Monde, (consulté le 14 août 2014)
  45. « Un avion de ligne malaisien s'écrase en Ukraine, abattu par un missile », sur http://www.bfmtv.com/, (consulté le 14 août 2014)
  46. (en) « Ukraine Says Rebels Mistook Doomed Flight MH17 for Aeroflot Plane », sur The Moscow Times, (consulté le 14 août 2014)
  47. « Boeing-777 was downed by Ukrainian MiG-29, Romanian expert says », sur http://pravda.ru/, (consulté le 14 août 2014)
  48. http://english.pravda.ru/russia/kremlin/18-07-2014/128078-russian_defense_ministry_boeing-0/