Offensive Siauliai

Offensive Šiauliai
Informations générales
Date 5 juillet - 29 août 1944
Lieu Biélorussie,Pologne
Casus belli Opération Bagration
Issue Echec partiel de l'Armée rouge
Belligérants
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand Drapeau de l'URSS Union soviétique
Commandants
Georg-Hans Reinhardt
(IIIe Panzer Armee)
Paul Laux (XVIe armée )
Hovhannes Bagramyan
(1er Front balte)

Seconde guerre mondiale

L'offensive Šiauliai (russe : Шяуляйская наступательная) était une opération des forces soviétiques du 1er Front de la Baltique, commandé par le Général Hovhannes Bagramyan, qui se déroula du 5 au 29 août 1944, pendant la 2e Guerre mondiale. C'était le 3e phase de l'Opération stratégique en Biélorussie (connue aussi comme l'Opération Bagration) et qui jeta les troupes allemandes hors d'une grande partie de la Lituanie. L'objectif tactique principal était la ville de Šiauliai (russe : Шяуля́й, Šiauliai  ; allemand : Schaulen).


Rôle dans l'offensive

La STAVKA fixe un nouvel objectif : la Baltique. L'offensive Siauliai (Chiaouliai) est un des objectifs secondaires assignés au 1er Front balte, dans la course vers l'ouest et le nord-ouest

Forces en présence

Wehrmacht

Armée rouge

  • 1er Front balte (Général Hovhannes Bagramyan)
    • 2e armée de la Garde (Général-Lieutenant Porfirii Chanchibadze)
    • VIe armée de la Garde (Général-Lieutenant Ivan Chistyakov)
    • 39e armée de la Garde (Général-Lieutenant I.I. Ludnikov)
    • 43e armée (Général-Lieutenant Afanasii Beloborodov)
    • 51e armée (Général-Lieutenant Yakov Kreizer)

Offensive

Phase initiale

En juillet 1944, le 2e phase de l'opération soviétique s'est achevée avec un grand succès. Le Groupe d'armées Centre allemand était en lambeaux et l'aile nord de l'assaut soviétique menaçait de piéger le Groupe d'armées Nord en Lettonie et en Estonie[1]. Les forces du front (la 6e Armée de la Garde soviétique et 43e armée soviétique) qui participent à l'Opération offensive stratégique soviétique, avançaient sur la ligne de la rivière Duna, à l'ouest de Voropaevo et du lac Naratch(lac Naroch) depuis le 4 juillet, avec pour mission de commencer à avancer en direction de Švenčionys, Kaunas et pour partie des forces vers Panevėžys et Šiauliai. Était également inclus dans la composition de ce Front la 39e Armée soviétique, laquelle était concentrée sur l'aile gauche du Front le 10 juillet 1944. Le Front était aussi renforcé par la 2e Gardes et la 51e Armée de la réserve de la Stavka, l'arrivée de ces forcées était prévue pour le seconde moitié de juillet. L'offensive commença le 5 juillet avec un assaut des forces de dux corps de fusiliers de la 6e Gardes et de trois corps de fusiliers de la 43e Armée, soutenus par un corps réduit de blindés (1er corps blindé soviétique).

Faisant face, les troupes allemandes de deux corps qui étaient positionnés sur les ailes adjacentes des Groupes d'armées Nord et Centre. Les panzer de Hyazinth Graf Strachwitz (Der Panzer graf) avaient été envoyés de la capitale de la Lettonie, Riga. Dans une bataille défensive féroce, ils avaient stoppé, fin juillet 1944, l'avance du 1er Front balte de Hovhannes Bagramyan. Strachwitz revenait au service actif et faisait fonction de commandant d'une brigade d'artillerie du groupe d'armées. L'unité Strachwitz's Panzerverband fut brisée fin juillet. Le matin du 10 juillet, la 39e Armée soviétique fut introduite dans la bataille, conduisant l'assaut sur Kaunas. Le 12 juillet, le front de l'offensive de trois armées avait progressé de 00 km, les troupes adverses du Groupe d'armées Nord offrant une résistance faible. Au début d'août, les Soviétiques étaient prêts à tenter de couper le Groupe d'armées Centre du Groupe d'armées Nord.

Transfert de Kaunas sur Siauliai

Comme résultat du développement de l'offensive, la STAVKA modifia la direction de l'attaque principale du 1er front Balte de Kaunas vers Šiauliai. La 39e armée, ainsi que le secteur de son attaque, fut transférée au 3e Front biélorusse le 14 juillet (voir l'opération de l'Offensive Kaunas). En échange, le 1er Front balte reçu le 3e corps mécanisé de la Garde.

Pour le développement de l'offensive sur l'axe de Šiauliai, le 2e armee de la Gardes et la 51e armée furent jétés dans la bataille le 14 juillet. Vers le 22 juillet, les troupes libérèrent Panevėžys - un important centre de communication du Groupe d'armées Nord. Le 27 juillet, le 3e Gardes mécanisés, en coopération avec les unités d'armes combinées de la 51e Armée soviétique, libéraient Šiauliai, qui avait été tenue pas une force réduite dirigée par Hellmuth Mäder. Les troupes de l'aile droite du front, en interaction avec les forces du 2e Front balte libérèrent Daugavpils.

Pressant l'attaque principale, les forces du front, le 30 juillet, submergèrent les points forts et les carrefours de Biržai et Bauska. Le 31 juillet Jelgava est atteint. Les détachements mobiles du Front entrent à Tukums et atteignent la côte du Golfe de Riga, coupant les communications terrestres du Groupe d'armées Nord allemand.

Contre-attaque allemande

À la fin de juillet et au début août, les forces de Bagramyan repoussèrent les contre-attaques dans la région de Biržai (4 divisions d'infanterie et quelque 100 chars et canons d'assaut selon les estimations soviétiques) et Raseiniai (une division d'infanterie et une de blindés). Strachwitz était piégé hors de la poche au nord de la Lituanie. Le Panzerverband von Strachwitz fut reformé à ce moment avec des éléments de la 101e Brigade Panzer de l'as des blindés allemands, l'Oberst Meinrad von Lauchert et la nouveau-née SS-Panzerbrigade Gross commandée par le SS-Sturmbannführer Gross. Dans la poche piège, les panzer restants (StuGs) de Hermann von Salza ainsi que les derniers (Jägde Tigers) furent formés en un autre Kampfgruppe pour attaquer depuis l'intérieur du piège.

Le 19 août, l'assaut qui avait été dénommé Unternehmen Doppelkopf (Opération Doppelkopf) fut lancé. Il fut précédé par un bombardement des canons de 203 mm du croiseur Prinz Eugen (Kriegsmarine), qui détruisit 48 T-34 rassemblés dans un square à Tukums. Le 20 août les forces allemandes, par une contre-attaque dans les régions à l'ouest de Tukums et Sloki. Pendant cette action défensive, les forces terrestres furent appuyées par la 3e armée de l'air soviétique. Le 20 août les forces allemandes, par des contre-attaques dans la région à l'ouest de Tukums et Sloki, avec le soutien de la marine de guerre allemande, purent pousser les troupes soviétiques loin de la côte dans le secteur sud et rétablir les communications maritimes de leurs formations autour de Riga. Strachwitz et les restes de la XIe Division SS Nodland se rejoignirent le 21 juillet et rétablirent le contact entre les Groupes d'armées.

Épilogue

La 101e Panzer Brigade allemande était maintenant affectée à l'Armee-Abteilung Narwa, renforçant la résistance des défenses blindées. Le désastre avait été annoncé, l'avertissement était clair. Le Groupe d'armées du Nord était extrêmement vulnérable à une coupure. Le 1er Front balte reprit son offesive en automne, détruisant finalement une partie de la 3e armée blindée allemande et coupant les connexions avec les Groupes d'Armées Nord et centre, dans l'offensive Memel (ou bataille de Memel ?).

Voir aussi

Composantes de l'Opération Bagration :

Notes et références

  1. Ces deux pays forment un cul de sac, depuis le nord de la Lituanie jusqu'à la frontière Russe (Léningrad) en passant par la Courlande et l'Estonie.

Sources

Bibliographie

  • Hinze, R. Ostfrontdrama 1944, Motorbuchverlag Stuttgart, 1998
  • Fight for the Soviet Baltic in the Great Patriotic War 1941-1945, Riga, 1967

Liens externes