Occupe-toi d'Amélie (film, 1949)

Occupe-toi d'Amélie
Réalisation Claude Autant-Lara
Scénario Jean Aurenche
Pierre Bost
Acteurs principaux
Sociétés de production Lux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 95 minutes
Sortie 1949

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Occupe-toi d'Amélie est un film français réalisé par Claude Autant-Lara, sorti en 1949, adapté de la pièce éponyme de Georges Feydeau.

Synopsis

Étienne entretient la ravissante Amélie d'Avranches. Son ami Marcel Courbois ne pourra toucher son héritage que lorsqu'il sera marié. Un faux mariage est organisé. Marcel épouse Amélie, mais Étienne s'arrange pour que le mariage ait vraiment lieu.

Fiche technique

Distribution

Autour du film

  • Sorti le 16 décembre 1949, Occupe-toi d’Amélie ne connut pas de reprise en salles avant le 28 janvier 2009. N’ayant guère apprécié le film de Claude Autant-Lara et estimant qu’il avait pris trop de libertés dans l’adaptation de l’œuvre de Georges Feydeau, les héritiers de ce dernier s’opposèrent à d’éventuelles exploitations du film. Pourtant, tout comme l’avait fait Feydeau avec sa pièce, le cinéaste réalisa une brillante satire de la bourgeoisie menée tambour battant par une pléiade d’acteurs de talent sur un rythme de frénésie vaudevillesque.
    Occupe-toi d’Amélie figure parmi les meilleurs films de la grande période d’Autant-Lara qui commence pendant l’occupation avec ce qu’il considère comme son premier vrai film[2], Le Mariage de Chiffon (1942). Il enchaîne avec Lettres d'amour et surtout Douce, considéré par beaucoup comme son chef-d’œuvre[3]. Ces trois films sont interprétés par Odette Joyeux qu’il retrouve une nouvelle fois pour Sylvie et le Fantôme puis c’est Le Diable au corps un grand succès commercial qui suscita, comme en son temps le roman de Raymond Radiguet dont il est tiré, un scandale dans toute la France[3].
    Dans tous ses films, Claude Autant-Lara prend l’habitude de s’entourer des mêmes scénaristes et techniciens qui font partie des meilleurs du cinéma français de l’époque[2]. Ainsi, pour Occupe-toi d’Amélie il reforme pour la troisième fois le duo de scénaristes Pierre Bost et Jean Aurenche, des représentants de cette « qualité française » qui va être tant décriée par les cinéastes de la Nouvelle Vague et qui va dominer sur la production de cette période, le compositeur René Cloërec, le décorateur Max Douy, sa femme et collaboratrice Ghislaine Auboin tour à tour assistante, scénariste, dialoguiste, le directeur de la photographie André Bac[4]… toute une équipe qui fera la plupart des films d’Autant-Lara[2]. Cette période créatrice se poursuivra avec, entre autres, L'Auberge rouge, Le Rouge et le Noir, La Traversée de Paris
  • Danielle Darrieux, pour qui le début des années d’après guerre ont été difficiles, soulignera ce film comme celui de sa résurrection[5]. Elle retrouvera Claude Autant-Lara pour trois films : Le Bon Dieu sans confession (1953), Le Rouge et le Noir (1954), Vive Henri IV, vive l'amour (1961).
  • Les décors[2] de Max Douy ont obtenu un prix au Festival de Cannes en 1949.
  • Le film a totalisé 2 130 300 entrées[6].

Autres adaptations

Critique

  • « Georges Feydeau n’était déjà pas indulgent. Autant-Lara et ses scénaristes (Aurenche et Bost) le sont encore moins. Plus de frontières entre les personnages sur scène, les acteurs en coulisses et le spectateur dans la vie. Conséquence : nous sommes tous des pantins… Le film annonce La Rose pourpre du Caire, de Woody Allen, avec du vitriol en guise de tendresse. »[7]
  • « Le film était invisible depuis des années – depuis sa sortie, en fait – pour de sombres histoires de droits. Occupe-toi d’Amélie ressort, enfin, et c’est un enchantement. Une merveille. Claude Autant-Lara est mort en vieux réactionnaire, on le sait, mais quel talent il avait quand il alignait, coup sur coup, Douce (1943), Le Diable au corps (1947) et, en 1948, ce vaudeville écrit par Feydeau (pas facile de l’adapter au cinéma, celui-là : beaucoup s’y sont cassés les dents), dont il fait, avec l’aide de ses complices habituels – les scénaristes Aurenche et Bost – un héraut anar. Le trio infernal fait tout pour exaspérer les bourgeois, qu’ils imaginent d’ailleurs se révolter : trente ans avant La Rose pourpre du Caire, de Woody Allen, Autant-Lara filme avec jubilation des spectateurs qui montent sur scène et se fondent dans le spectacle, en quelque sorte, afin que ne soit pas profanée l’institution sacrée du mariage…
    Dans ce film cinglé, quasi surréaliste, tout se mêle et s’emmêle : les coulisses et le plateau, le théâtre et le cinéma, les acteurs et les personnages. Entre deux répliques, Danielle Darrieux, gouailleuse et tendre, conduit les visiteurs de sa loge à la leur. Et tandis que les techniciens s’affairent à installer le décor, Jean Desailly (qui a des accents à la Christian Clavier, par moments) prend le temps de s’ébouriffer les cheveux, avant de se glisser dans l’hystérie exigée par le rôle. De la distanciation, oui, déjà, mais sans le sérieux qui va généralement avec…
    Avec son rythme sans défaut et ses interprètes déchaînés (Carette, notamment, en vieille baderne complaisante…), Occupe-toi d’Amélie risque d’être la grande comédie française 2009… » Pierre Murat[8]
  • « Occupe-toi d'Amélie est sans doute le chef-d’œuvre d'Autant-Lara. Le scénario, dans un mouvement d'une folle jeunesse, bouscule les conventions dramatiques, piétine avec une invention joyeuse et ludique les frontières séparant le théâtre et le cinéma, la vie et le spectacle, le rêve et la réalité. » Bertrand Tavernier
  • « Après la réussite éclatante du Diable au corps, le cinéaste a besoin de changer de registre et il va signer en 49 la meilleure, la plus originale adaptation de Feydeau jamais portée à l’écran avec Occupe toi d’Amélie où, loin de nier la théâtralité de l’entreprise, il la sublime et fait preuve d’une maestria étourdissante, en utilisant toutes les possibilités du cinéma. Ce divertissement subtil et caustique joue sur la frontière, plus fluctuante qu’il n’y paraît, entre réalité et fiction. Le film passe de la salle à la scène, de la scène aux coulisses, des coulisses à la vraie vie, sur un rythme étourdissant, avec quiproquos et critique sociale en prime. C’est le théâtre dans le théâtre, le film dans le film. Un modèle du genre. Parions, sans grand risques, que François Truffaut, cinéphile intégral, s’est souvenu d’Occupe toi d’Amélie en tournant Le Dernier Métro.
    Autant-Lara dira souvent d’Occupe toi d’Amélie qui est son film préféré, celui pour lequel il éprouve la plus grande tendresse. Peut-être que le souvenir de son enfance passée dans les coulisses de la Comédie-Française à admirer sa mère, n’est pas étranger à ce choix … Après cette réussite, le cinéaste ne s’attaquera plus jamais à une adaptation théâtrale, sans doute par crainte de ne pas être à la hauteur de ce coup de maître. » Francis Girod[10]

Notes et références

  1. a, b, c et d Le Cinéma Grande histoire illustrée du 7e art. Volume 3. Éditions Atlas
  2. a et b Dictionnaire du cinéma - les films - Jacques Lourcelles - Éditions Robert Laffont – 1992 – (ISBN 2-221-09112-4)
  3. Un directeur de la photographie qui ne fera « que » trois films avec Autant-Lara
  4. Danielle Darrieux, avec le concours de Jean-Pierre Ferrière, RAMSAY CINEMA, Paris, 1995, (ISBN 2-84114-113-6)
  5. toutlecine.com
  6. Cent ans de cinéma - Télérama hors série
  7. Pierre Murat - Télérama no 3081 – 28 janvier 2009
  8. Discours de M. Francis Girod prononcé lors de sa réception sous la Coupole en hommage à Claude Autant-Lara

Liens externes