Noureddine Pacha

(Redirigé depuis Nur-Ur Din Pacha)

Noureddine Pacha
Noureddine Pacha
Miralay Noureddine Bey.

Surnom Sakallı Nurettin ( « le barbu »)
Naissance 1873
Bursa
Décès
Istanbul
Origine Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottoman
Allégeance Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottoman
Drapeau de la Turquie Turquie
Grade Général
Années de service 1893-1925
Conflits Guerre greco-turque (1897)
Guerre italo-turque
Première Guerre mondiale
Guerre d'indépendance turque
Distinctions Ordre de Medjidié
Ordre d'Osman

Médaille d'or de Liakat
Ordre de la Légion d'honneur

Autres fonctions député
gouverneur

Noureddine Pacha (en turc : Nurettin Paşa, Nureddin İbrahim Paşa ou encore Nureddin İbrahim Konyar), surnommé Sakallı Nurettin ( « le barbu ») est un général ottoman, puis turc, et homme politique, né en 1873 et décédé en 1932, qui combattit durant la Première Guerre mondiale et participa à la création de la République de Turquie. Pacha est un titre de fonction.

Carrière militaire sous l'Empire ottoman

Noureddine Pacha est né à Bursa dans la Région de Marmara de l'Empire ottoman. Son père était le maréchal ottoman (Müşir) İbrahim Pacha. Il a embrassé la carrière militaire en faisant l'académie militaire ottomane (Mekteb-i Füsûn-u Harbiyye-i Şâhâne) de Pangalti en 1890, il en sort pour servir dans le 40e bataillon d'infanterie de la 5earmée comme lieutenant (Mülâzım-ı Sani). Il est fin lettré et parle le français, l'arabe et le russe.

Capitaine, il sert comme aide de camp du commandant en chef Edhem Pacha puis devient en 1898 celui du sultan Abdülhamid II . Il passe les années 1901 à 1903 sur la frontière bulgare et combat les troubles en Macédoine.

En 1913, il est intégré au Corps modèle (numune kıtası) formé par la mission militaire allemande dirigée par Otto Liman von Sanders, destiné à promouvoir la réforme de l'armée ottomane.

Première Guerre mondiale

En avril 1914, il se trouve en Irak en tant que commandant de la 4e division (Dördüncü Fırka) sous les ordres de Süleyman Askerî Bey , chef de la zone d'armée d'Irak. Ce dernier se suicide le 14 avril 1915 après la défaite de Shaiba  contre les Britanniques. Nourredine Bey devient alors commandant de l'armée sur le théâtre irakien, le 20 avril, et gouverneur de Bassora, poste qu'il occupe lors de l'entrée de l'Empire ottoman dans la Première Guerre mondiale. En novembre 1915, il arrête l'avance de la 6e division de Poona  anglo-indienne commandée par Charles Townshend, qui remontait le Tigre depuis son embouchure, à la bataille de Ctésiphon. Cette victoire lui permet d'encercler les troupes anglo-indiennes lors du siège de Kut en décembre 1915. Le maréchal allemand Colmar von der Goltz arrive à Bagdad le 6 décembre 1915 avec la mission de réorganiser l'armée de Mésopotamie, rebaptisée armée d'Irak (Irak Ordusu). Le 20 janvier 1916, le ministre de la guerre, Enver Pacha, mute Noureddine au commandement du IXe corps avec le commandement provisoire de la 3e armée.

Il devient ensuite chef de la zone de commandement de Muğla et Antalya (Muğla ve Antalya Havalisi Komutanlığı) en octobre 1916, chef nominal du XXIe corps qui devait être basé à Mirliva, il devient gouverneur adjoint du vilayet d'Aidin le 25 octobre 1918 et est promu au grade de Mirliva.

Campagne de Mésopotamie, juillet-novembre 2015.

Guerre d'indépendance turque

Au lendemain de la capitulation ottomane du 30 octobre 1918, il cumule les fonctions de commandant du XVIIe corps basé à Izmir et de gouverneur du vilayet d'Aidin. Le 30 décembre, il devient commandant du XXVe corps basé à Istanbul. Le 2 février 1919, il retourne comme gouverneur du vilayet d'Aidin et commandant de la même zone pour réprimer la révolte d'Urla. Il crée un Comité de défense des droits ottomans à Smyrne/Izmir qui regroupe des commerçants, des politiciens... et s'oppose en cela aux intérêts des Alliés (Grecs, Français et Anglais) dans la région.

Pendant la guerre d'indépendance turque, il rejoint le mouvement nationaliste et prend le commandement de l'Armée centrale (Merkez Ordusu) en Anatolie en juin 1920. Il fait expulser des missionnaires américains et emprisonner des chrétiens pour trahison. Le 17 juin 1921, avec 3 000 cavaliers et des irréguliers, il réprime le soulèvement des Koçgiri. Cette répression le fait rappeler à Ankara le 3 novembre.

Noureddine Pacha (à g.) avec Mustafa Kemal (au centre), 17 janvier 1923.

Une crise apparaissant au commandement de la 1re armée, Ali Ihsan étant renvoyé, ni Ali Fuat ni Refet  ne souhaitant en prendre le commandement Nourredine est nommé commandant le 29 juin 1922 et Férik le 31 août.

Carrière politique sous la république

En juin 1923, la Première Armée étant dissoute, il se retrouve sans commandement. Devenu membre du Conseil militaire suprême en mars 1924, il se présente à l'élection de la Grande assemblée nationale de Turquie à Bursa où il est élu comme indépendant.

Homme pieux, faisant ses cinq prières par jour, très attaché aux traditions islamiques, il s'oppose à plusieurs innovations d'Atatürk telles que le port du chapeau[1]. Il meurt le 18 février 1932.

Après le coup d'état du 12 septembre 1980, la société historique turque le choisit pour être transféré au cimetière d'État  comme étant l'un des cinquante plus proches d'Atatürk. Il était présenté comme général quatre étoiles, le quatrième après Atatürk, İsmet İnönü et Fevzi Çakmak. Le transfert de son corps est reporté par suite d'une levée de boucliers dans la société.

Notes et références

  1. Paul Gentizon, Mustapha Kemal ou L'Orient en marche, Bosard, 1929, p.132 [1]

Lien externe