Noé (Haute-Garonne)

Noé
Noé (Haute-Garonne)
Vue générale.
Blason de Noé
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Muret
Canton Auterive
Intercommunalité Communauté de communes du Volvestre
Maire
Mandat
Jean-Paul Feuillerac
2014-2020
Code postal 31410
Code commune 31399
Démographie
Gentilé Noémiens, Noémiennes
Population
municipale
2 911 hab. (2015 en augmentation de 10,81 % par rapport à 2010)
Densité 302 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 21′ 17″ nord, 1° 16′ 32″ est
Altitude Min. 175 m
Max. 280 m
Superficie 9,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Noé

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Noé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Noé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Noé
Liens
Site web http://www.mairie-noe.fr/

Noé est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Noémiens.

Géographie

Commune située dans le Volvestre à 16 km au sud de Muret et à 25 km au sud de Toulouse sur la Garonne. Elle est la ville-centre d'une unité urbaine dans la couronne périurbaine de l'aire urbaine de Toulouse, en pays du Sud Toulousain.

Communes limitrophes

Noé est limitrophe de six autres communes.

Carte de la commune de Noé et de ses proches communes.

Hydrographie

La commune est traversée par la Garonne et le Ruisseau du Rabé affluent de la Louge.

Géologie et relief

La commune de Noé est établie sur la première terrasse de la Garonne dans sa partie rive gauche et sa rive droite est surplombée par un talus abrupt qui entaille profondément la molasse de l’ère tertiaire.

La superficie de la commune est de 965 hectares ; son altitude varie de 175 à 280 mètres[2].

Voies de communication et transports

  • Par la route : A 64, accès par les sorties : Sortie 28, Sortie 29, Sortie 30.
Article détaillé : routes de la Haute-Garonne.

Toponymie

L'origine du nom de Noé reste à déterminer mais elle a sûrement un lien avec la famille des seigneurs de Noé liée aux comtes de Toulouse.

[réf. nécessaire]

Histoire

Antiquité et Moyen Åge

Des populations de culture celtique et ibérique, les Volques, ont occupé quelques siècles avant J-C à l'âge du fer, les bords de la Garonne à Noé vers la terminaison du chemin de Barthe (Lieu de l'ancienne déchetterie). Toutefois rien sur place ne permet de l’identifier.

L'actuelle commune de Noé est située sur la voie romaine qui reliait Tolosa à Lugdunum Convenarum (actuel village de Saint-Bertrand-de-Comminges) aux pieds des Pyrénées.

En 721, les Omeyyades venus de la péninsule ibérique saccagent le village et ses cultures[3].

À partir du Moyen Âge jusqu'à sa disparition en 1790 pendant la Révolution française, Noé faisait partie du diocèse de Rieux.

Seconde Guerre mondiale

En 1937, le ministère de la guerre décide de créer sur un terrain de 14 hectares au nord de Noé, un cantonnement à la frontière avec le village Le Fauga, celui-ci est relié par la gare de Longages. Il a pour but de rassembler les réfugiés espagnols qui fuient la guerre d'Espagne. Durant la Seconde Guerre mondiale ce cantonnement se transforme en véritable camp de concentration. Entre 1942 et 1944, le camp de Noé représente l'un des deux camps de la vallée de la Garonne, avec le camp du Récébédou, où les Juifs sont déportés vers le camp de transit de Drancy en région parisienne puis vers la Pologne dans les centres de mise à mort d'Auschwitz-Birkenau et Majdanek-Lublin[4]. En mai 1944 les Allemands décident de vider le camp des hommes encore valides, on compte alors 306 personnes encore sur place, essentiellement des femmes, des mutilés de la guerre et des malades.

Article détaillé : Camp de Noé.

Le camp est délivré par les maquisards le [5].

Article détaillé : Maquis de Rieumes.
Photographie d'une partie du cimetière de Noé consacrée aux tombes de Juifs morts au camp de Noé durant la Seconde Guerre mondiale.

Le cimetière communal possède un carré juif, on y compte environ 200 tombes d'anciens internés. À ce titre et en mémoire, une œuvre d'art a été érigée à l'entrée en mémoire aux morts.

Un lieu d'histoire qui s'est perdu dans les mémoires.

Toutefois, et contrairement au village du Vernet (Ariège), où fut situé un camp de concentration similaire, nulle indication ne permet de matérialiser l'emplacement dudit camp et donc aucune plaque commémorative pas plus qu'un espace sanctuarisé ne sont là pour en rappeler le souvenir.

Une partie d'un quartier de Noé (appelé aujourd'hui quartier Sainte-Marie) correspond à peu près à son ancien emplacement. S'y trouvent actuellement des maisons pour la plupart construites après la Seconde Guerre mondiale, une école maternelle et primaire, un terrain de football, un jardin de jeu pour les enfants, une médiathèque, un groupe médial et un petit parking qui étaient il y a quelques années deux terrains de tennis.

Peu de gens, hormis certains historiens (comme Éric Malo) ayant travaillé sur le camp de Noé, des personnes âgées et vraiment originaires de la commune, savent qu'à Noé (sur l'emplacement d'un quartier voulu neuf après guerre, il fallait faire table rase du passé à l'heure de la reconstruction du pays) furent détenus dans des conditions épouvantables des femmes et des hommes lors du dernier conflit mondial du fait de la politique du régime de Vichy, et que des Juifs y furent détenus et envoyés à l'extermination en Pologne (dans les centres de mise à mort d'Auschwitz-Birkenau et de Majdanek-Lublin) dans le cadre de la Solution finale orchestrée par l'Allemagne nazie[6].

Seul le cimetière de la commune garde une trace de ce passé tragique.

Rappelons ici ces mots du Cardinal Saliège, archevêque de Toulouse, envoyés aux curés du diocèse pour qu'ils soient lus devant les fidèles lors de la messe du dimanche 23 août 1942 :

« Dans notre Diocèse, des scènes d’épouvante ont eu lieu dans les camps de Noé et de Récébédou. Les Juifs sont des hommes, les Juives sont des femmes. Les étrangers sont des hommes, les étrangères sont des femmes. Tout n’est pas permis contre eux, contre ces hommes, contre ces femmes, contre ces pères et mères de famille. Ils sont nos frères comme tant d’autres. Un chrétien ne peut l’oublier[7]. »

Héraldique

Blason de Noé Blason Losangé d’or et de gueules[8]
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration

Administration municipale

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 2 500 habitants et 3 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de vingt trois[9],[10].

Rattachements administratifs et électoraux

Commune faisant partie de la septième circonscription de la Haute-Garonne, de la communauté de communes du Volvestre et du canton d'Auterive (avant le redécoupage départemental de 2014, Noé faisait partie de l'ex-canton de Carbonne) et avant le 1er janvier 2017 elle faisait partie de la communauté de communes de Garonne Louge.

Tendances politiques et résultats

Liste des maires

Jean-Baptiste Doumeng, maire de Noé, en 1974.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1959 1977 Jean-Baptiste Doumeng PCF homme d'affaires - conseiller général du canton de Carbonne (1970-1976)
mars 1977 en cours Jean-Paul Feuillerac DVD[11] Ingénieur
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2015, la commune comptait 2 911 habitants[Note 1], en augmentation de 10,81 % par rapport à 2010 (Haute-Garonne : +7,35 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
596631742736838894875920947
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9911 001951866827862857763693
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6846346296216196105691 517746
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
8351 0341 2721 5431 9752 0662 3352 6032 863
2015 - - - - - - - -
2 911--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[16] 1975[16] 1982[16] 1990[16] 1999[16] 2006[17] 2009[18] 2013[19]
Rang de la commune dans le département 62 71 83 74 77 79 78 75
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie

Commerces en 2016 : un bureau de tabac, une poste, 2 boulangeries, 2 coiffeurs , une auto école, une pharmacie un dentiste un docteur et kinésithérapeute, 2 agences immobilières, une épargne et également un Super U ainsi qu'une pizzeria.

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Personnalités liées à la commune

Vie pratique

Enseignement

Noé fait partie de l'académie de Toulouse.

Collège Nelson Mandela en construction (fin 2012)

Sur la commune, il existe une école maternelle et une école primaire, le tout étant complété par la bibliothèque municipale. Jusqu'en 2013 le collège était celui de la commune voisine de Carbonne, mais depuis la rentrée 2013 Noé a son propre collège, le collège Nelson Mandela.

Une médiathèque est également présente entre les 2 écoles primaires et maternelles.

Culture

Diverses associations dont une école de musique et de danse et de dessin.

Activités sportives

Associations sportives : tennis, le football, la pétanque, basket-ball.

Équipements sportifs

Une piscine, 2 terrains de tennis extérieurs, le stade de football Jean Rougé, un gymnase et une salle de tennis couverte : la salle Faugères qui comprend également un terrain de pétanque.

Écologie et recyclage

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes du Volvestre[22].

Une déchèterie est gérée par la communauté de communes[23] est présente sur la commune de Carbonne en limite de Peyssies, ainsi que sur la commune ou il existe une déchèterie pour déchets verts chemin Peyrefil.

Pour approfondir

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

  • Site de la mairie
  • Noé sur le site de l'Institut géographique national

Notes et références

Références

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. AD31/ Monographie communale de 1885.
  4. « Carte des convois de déportation vers la Pologne », sur memorialdelashoah.org (consulté le 7 janvier 2018)
  5. .http://www.musee-resistance31.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=202&Itemid=263
  6. « Itinéraires des convois de déportations vers la Pologne », sur memorialdelashoah.org (consulté le 7 janvier 2018)
  7. L'honneur d'un cardinal
  8. La Dépêche
  9. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  10. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031399.html.
  11. https://www.lemonde.fr/languedoc-roussillon-midi-pyrenees/haute-garonne,31/noe,31399/elections/
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  16. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  17. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  18. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  19. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  20. Notice no PA00094409, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Borne », notice no PA00094379, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 1 décembre 2011.
  22. http://www.cc-volvestre.fr/L-organisation-des-collectes.html
  23. http://www.cc-volvestre.fr/Les-dechetteries.html

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.