Nijni Novgorod

Nijni Novgorod
Нижний Новгород
Blason de Nijni Novgorod
Héraldique
Drapeau de Nijni Novgorod
Drapeau
Nijni Novgorod
De haut en bas, de gauche à droite : cathédrale Saint-Alexandre-Nevski, foire de Nijni Novgorod, tour Dmitrovskaïa du Kremlin, banque d'État sur la rue Bolchaïa Pokrovskaïa, grand escalier de Tchkalov, place de Minine et Pojarski
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Volga-Viatka
District fédéral Volga
Sujet fédéral Drapeau de l'oblast de Nijni Novogorod Oblast de Nijni Novgorod
Maire Vladimir Panov
Code postal 603000 — 603167
Code OKATO 22 401
Indicatif (+7) 831
Démographie
Gentilé Nijégorodien / Nijégorodienne
Population 1 284 164 hab. (2017)
Densité 2 756 hab./km2
Géographie
Coordonnées 56° 18′ 40,32″ nord, 43° 55′ 50,88″ est
Altitude 200 m
Superficie 46 600 ha = 466,0 km2
Fuseau horaire UTC+03:00 (MSK)
Heure de Moscou
Divers
Fondation 1221
Statut Ville depuis 1221
Ancien(s) nom(s) Gorki (1932-1991)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Russie

Voir sur la carte administrative de Russie
City locator 14.svg
Nijni Novgorod

Géolocalisation sur la carte : Oblast de Nijni Novgorod

Voir sur la carte administrative de l'Oblast de Nijni Novgorod
City locator 14.svg
Nijni Novgorod

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

Voir la carte administrative de Russie européenne
City locator 14.svg
Nijni Novgorod

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

Voir la carte topographique de Russie européenne
City locator 14.svg
Nijni Novgorod
Liens
Site web adm.nnov.ru
Sources
Liste des villes de Russie

Nijni Novgorod (en russe : Нижний Новгород) ou Nijni-Novgorod est une des principales villes de Russie. Elle est située dans la partie orientale de la Russie européenne au confluent de la Volga et de l'Oka, à environ 400 km à l'est de la capitale du pays Moscou. Sa population s'élève à 1 266 871 habitants en 2016, ce qui en fait la cinquième agglomération de Russie. La ville est la capitale de l'oblast de Nijni Novgorod, du district fédéral de la Volga et le centre économique de la région économique de Volga-Viatka.

Nijni Novgorod est fondée en par le prince Iouri II de Vladimir. En Kouzma Minine et le prince Dmitri Pojarski organisent une grande armée pour libérer Moscou des Polonais. En , Nijni Novgorod est le plus grand centre commercial de l'Empire russe. En 1896 s'y déroule l'exposition russe de l'industrie et du commerce. Durant la période soviétique, la ville devient un important centre industriel. Elle est rebaptisée Gorki. On y construit l'usine d'automobiles de Gorki. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Gorki devient le plus grand fournisseur d'équipements militaires pour le front. Pour cette raison, la Luftwaffe bombarde constamment la ville. La majorité des bombes allemandes explosent sur le territoire de l'usine d'automobiles. La plupart des sites de l'usine de production sont détruits mais les habitants la reconstruisent l'usine en une centaine de jours. Après la guerre, Nijni Novgorod devient une « ville fermée » à cause de ses usines d'armement. En 1985, la première ligne du métro est inaugurée. Après la dislocation de l'Union soviétique, en 1990, la ville reprend son nom Nijni Novgorod.

Nijni Novgorod est aujourd'hui un centre politique, économique, scientifique et culturel important de la Russie. Elle le plus grand carrefour routier et ferroviaire du district fédéral de la Volga et l'un des principaux centres du tourisme fluvial en Russie. Dans le centre-ville, il y a des universités, des églises, des musées et des théâtres. Le Kremlin est le principal monument de la ville.

Géographie

Kanavinski pont à travers l'Oka et la cathédrale Saint-Alexandre-Nevski

Nijni Novgorod se trouve au confluent de deux grands fleuves de la Russie européenne la Volga et son affluent l'Oka. La ville s'est entièrement construite sur la rive droite de la Volga plus élevée et à l'abri des inondations car plus élevée contrairement à la rive gauche. La ville s'étend sur les deux rives de l'Oka opposant une ville haute et une ville basse. La partie historique édifiée à l'époque médiévale est située sur la rive droite de ce fleuve au niveau du confluent. La première construction, un ouvrage défensif retranché, le Kremlin, a été édifié sur un plateau situé exactement au confluent des deux fleuves qui fournissaient des défenses naturelles contre les attaques du khanat de Kazan. Après la conquête de Kazan, les limites de la ville se sont étendues au-delà du Kremlin. Les premiers bâtiments d'un faubourg industrieux ont commencé à apparaître sur la colline de St. Elias puis sur la rive opposée de l'Oka où foire a été construite. Dans le passé, cette partie était appelée le village de Kounavino (maintenant c'est l'arrondissement de Kanavinski). La ville s'est développée en contrebas du plateau sur les trois terrasses alluviales accumulées par le passé par les deux fleuves : alors que leur lit se trouve à une altitude de 70 mères, une première terrasse constituée de sables fins argileux se trouve à 76 mètres, la deuxième terrasse composée de sables quartzeux est à 80 mètres et la plus étendue est à 80 mètres et la troisième située au nord-ouest de la ville et formant des petites éminence culmine à 85 mètres[1]. Au XIXe siècle a eu lieu l'exposition panrusse, qui a donné lieu au développement de la zone de la foire et qui a été construite par de nouveaux bâtiments pour de nouveaux projets de ville. Au XXe siècle, les villages de Kunavino et Sormovo sont incorporés dans la ville. La ville a commencé à s'étendre le long des deux rives de l'Oka. Cette expansion forme son aspect actuel et divise la ville en deux parties: la ville haute (sur les montagnes) et la ville basse (sur la rive opposée de l'Oka).

Nijni Novgorod est située à 405 km à l'est de la capitale du pays Moscou et à 330 km au nord-ouest de Kazan[2].

Climat

Le climat à Nijni Novgorod est continental comme dans la majeure partie de la Russie centrale. L’hiver est nettement plus froid que dans la partie occidentale de l'Europe qui bénéficie de l'effet modérateur de l'océan Atlantique. La neige recouvre le sol en moyenne 152 jours par an. Le manteau neigeux atteint en moyenne une épaisseur de 44 cm en février (hauteur maximum : 113 cm). L'été est chaud et pluvieux.

  • Température record la plus froide: −41,4 °C (décembre 1978)
  • Température record la plus chaude: 38,3 °C (juillet 2010)
  • Nombre moyen de jours avec de la neige dans l'année: 127
  • Nombre moyen de jours de pluie dans l'année: 133
  • Nombre moyen de jours avec de l'orage dans l'année: 27
  • Nombre moyen de jours avec tempête de neige dans l'année: 20
Relevé météorologique de Nijni Novgorod
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −13 −12,2 −6,3 2,3 7,6 12,5 14,1 11,9 6,8 1,2 −5,8 −10,3 0,7
Température moyenne (°C) −10 −8,9 −3 5,7 12,6 17,2 18,7 16,3 10,6 3,9 −3,3 −7,5 4,4
Température maximale moyenne (°C) −6,6 −5,7 0,7 10,5 17,4 22,5 23,4 21,2 14,8 6,9 −1,1 −4,6 8,3
Précipitations (mm) 43 36 30 39 51 69 78 74 62 63 56 52 653
Source : Le climat à Nijni Novgorod (en °C et mm, moyennes mensuelles) Pogoda.ru.net


Histoire

De 1221 à 1408

Nijni Novgorod dans la première moitié du XVIIe siècle

La ville de Nijni Novgorod est fondée en 1221 au confluent de la Volga avec son affluent l'Oka par le grand-duc Iouri Vsevolodovitch de la principauté de Vladimir-Souzdal pour assurer la défense des frontières russes contre les Mordves, Maris et Tatars.

La destruction des principales villes de la Russie kiévienne qui fait suite à l'invasion mongole (1223) épargne Nijni Novgorod car ce n'est encore qu'une agglomération de petite taille. Ce sursis permit à la ville de devenir l'un des grands centres de la vie politique russe sous le joug tatar.

Vers 1350, le grand duc Dimitri III transfère à Nijni Novgorod la capitale de la puissante principauté de Vladimir-Souzdal avec l'intention d'en faire une rivale de Moscou. Il fait construire une citadelle en pierre et plusieurs églises. À sa demande, la plus ancienne chronique de l'histoire russe appelée Chronique de Laurentius est écrite par le moine Laurentius en 1377. La principauté occupe alors un territoire très étendu : à l'est, les frontières de la principauté sont délimitées par la Soura (affluent de la Volga) et au sud-est et au sud par la Piana (affluent de la Soura) et la Serioja (affluent de la Tiocha) ; à l'ouest, le territoire s'étend jusqu'aux rives de l'Oka et aux affluents de la Kliazma, incluant ainsi les villes de Souzdal et Chouïa. La forteresse de Kourmich, fondée en 1372 était au cœur des fortifications bordant l'est du territoire. Tout au long des frontières sont édifiées de petites forteresses situées sur des îles, dans lesquelles vivaient des frontaliers. Des ruines de ces forteresses ont été découvertes le long de la rivière Piana dans les raïons Boutourlinski et Sergatchski.

En 1377, des hordes tatares et mongoles prennent Nijni Novgorod. Au cours de la bataille sur les rives de la rivière Piana, les troupes russes subissent de lourdes pertes face au fils du chef de la horde, Arapchi. Dimitri III se réfugie dans la ville de Souzdal tandis que les Nijnégorodiens fuient vers les villes voisines. Nijni Novgorod est incendiée.

Pendant la période du joug tatar, Vassili Ier unit en 1392 la principauté de Nijni Novgorod à la principauté plus puissante de Moscou. Par la suite, Vassili III, le successeur du prince de Moscou Dimitri Donskoï, rachète à la Horde d'or une partie des terres de la principauté nijnégorodienne.

De 1408 à 1917

Proclamation de Kouzma Minine, peinture de Konstantin Makovsky, 1896

Après avoir été détruite en 1408 par le chef tatar Edigueï, la ville est reconstruite et devient un point d'appui dans la guerre contre les Tatars de Kazan. Le Kremlin de Nijni Novgorod, énorme forteresse en briques rouges, est construit entre 1508 et 1511 : il s'agit d'une des plus anciennes et plus importantes forteresses préservées en Russie. Le Kremlin résistera aux sièges tatars de 1508 et 1531.

En 1612, c'est Kouzma Minine, un marchand de Nijni Novgorod, à la tête de la milice nationale, qui chasse les troupes polonaises de Moscou mettant fin à la période des troubles et permettant à la dynastie des Romanov de s'installer sur le trône de Russie. Au cours du siècle qui suit, la ville devient un centre commercial prospère dans lequel s'installe la famille Stroganov, la plus riche des maisons marchandes russes. Un style architectural et pictural (icône) spécifique, connu sous l'appellation de style Stroganov, se développe à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle.

La foire de Saint-Macaire, le 25 juillet du calendrier julien, qui se déroulait dans les semaines qui suivaient chaque année au monastère de Saint-Macaire, jusqu'à son incendie en 1816, est déplacée l'année suivante dans le village de Grivka, sur la berge de l'Oka à l'opposé de Nijni. Elle prend alors le nom de Nijni Novgorod et devient nijégorodienne. Grâce à celle-ci, qui atteint bientôt une renommée mondiale, la ville ainsi que les villages avoisinants connaissent un développement économique rapide. Au XIXe siècle, on disait : Saint-Pétersbourg est la tête de la Russie, Moscou son cœur et Nijni Novgorod son porte-monnaie.

Les quartiers de la foire devient un grand centre d'échanges, et de nombreuses industries s'y installeront par la suite. Le premier réseau d'approvisionnement en eau est créé dans la ville en 1847. Un important centre industriel est construit dans les environs de Nijni Novgorod, à Sormovo en 1849. Plus tard, il sera plus connu sous le nom d'« usine de Sormovo », et pendant la période soviétique sous le nom de Krasnoïé Sormovo (Sormovo rouge). À partir de 1850, l'usine produit des bateaux, et jusqu'à la révolution de 1917 diversifie ses activités notamment avec la production de wagons, de locomotives, de tramways et de diverses autres machines. Grâce à son usine, Sormovo devint rapidement un grand centre industriel.

L'écrivain français Alexandre Dumas fait escale en 1858 à Nijni Novgorod au cours de son voyage en Russie, qu'il décrira dans son livre De Paris à Astrakhan. La ville est également visitée par le poète français Théophile Gautier. Astolphe de Custine en fait une description assez détaillée dans son livre La Russie en 1839, lettre 33, et Jules Verne dans Michel Strogoff (1876).

La construction de la ligne de chemin de fer Moscou - Nijni Novgorod est achevée en 1862 ; elle est prolongée en 1895 jusqu'à Sormovo.

La ville accueille l'exposition russe de l'industrie et du commerce  en 1896. À l'occasion de cet événement, la première ligne de tramway de la ville est construite. C'est le second tramway construit dans tout l'empire russe. Le premier radio-récepteur au monde y est également présenté par l'ingénieur Popov, ainsi que d'autres avancées technologiques. Les constructions innovatrices et exquises de Vladimir Choukhov honorent toujours beaucoup de villes à travers l'ancien Empire russe. Choukhov conçoit huit pavillons d'exposition recouverts d'un treillis de coquilles (application de technique de couvertures pré-tendues, sous forme de structures de coquille mince) pour la foire de Nijni Novgorod de 1896, couvrant une superficie de 27 000 km2 et comportant une tour hyperboloïde.

Image panoramique
Vue de Nijni Novgorod en 1911.
Voir le fichier

De 1917 à 1991

Après la révolution russe d'octobre 1917, le pouvoir soviétique s'installe dans la ville dès l'automne 1917. En 1919, les agglomérations de Kounavino et de Sormovo reçoivent le statut de ville. Kounanivo prend peu après le nom de "Kananivo". Mais en 1929 les deux villes sont dissoutes et leur territoire est fusionné dans le grand Nijni Novgorod, qui forme aujourd'hui l'arrondissement (raïon) administratif de Nijni Novgorod. L'ancien découpage administratif du pays en gouvernements est aboli. Le gouvernement de Nijni Novgorod disparaît et est remplacée par le « kraï de Nijni Novgorod » (Nijégorodski kraï), dont Nijni Novgorod devient la capitale.

En 1932, Nijni Novgorod est rebaptisée Gorki, du nom de l'écrivain soviétique Maxime Gorki qui y était né. Le territoire éponyme est rebaptisé de la même manière. Les années 1930 sont une période d'intense développement de l'industrie : en 1932, l'Usine d'automobiles de Gorki (nom commercial Gaz, pour Gorkovski Avtomobilny Zavod) commence sa production ainsi que le constructeur d'avions Sokol. Devenue un important centre de production d'armements, l'agglomération est alors fermée aux étrangers et le resta jusqu'en 1991.

Le kraï de Gorki (Gorkovski kraï) est restructuré en 1933. Gorki devient le centre d'une région portant son nom (Gorkovskaïa oblast). Le premier pont permanent entre les deux rives du fleuve Oka est construit réunissant les principaux quartiers de la ville jusqu'alors séparée en deux par ce fleuve. Le premier pont ferroviaire est également construit sur la Volga. Celui-ci permet désormais la liaison de la ville avec l'Oural et la Sibérie.

Les bombardements de Gorki

Article principal : Bombardements de Gorki.
Place de Minine et Pojarski : les soldats de la 322e division d'infanterie montent au front en novembre 1941.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la ville devient le plus grand centre de production d'armement du pays. On y construit des tanks, des avions, ainsi que les fameuses roquettes katioucha. L'aviation allemande bombarde 47 fois la ville durant la guerre pour détruire les usines d'armements. De 1941 à 1943, la Luftwaffe a bombardé la ville, d'où elle a été fortement endommagée. Plusieurs milliers de personnes sont mortes et de nombreux blessés sont restés handicapés.

Le raid aérien le plus destructeur a eu lieu en 1943. Pendant plusieurs jours de bombardement, l'usine automobile de Gorki a été complètement détruite. De nombreuses institutions sociales et étatiques ont été gravement endommagées. Il y avait des tentatives pour percer et détruire le Kremlin. L'attaque aérienne du 4 au 5 juin 1943 était inattendue tant pour les citoyens de Gorki que pour les pilotes allemands. Dans la matinée du 4 juin, les Allemands ont étudié les cartes de Gorki. Des plans de vol et des tactiques de bombardement ont été développés. Initialement, les officiers de la Wehrmacht pensaient que Moscou serait la cible, mais plus tard il est devenu clair que l'attaque était sur le plus grand centre industriel. Les premiers avions allemands ont largué plusieurs bombes aériennes brillantes au-dessus de Gorki. Afin de désorienter la défense aérienne soviétique et de ne pas laisser savoir quel est l'objet principal du bombardement, les bombes ont éclairé à la fois 4 les arrondissements: Avtozavodski, Leninski, Stalinski et Kaganovitchski. En outre, le soi-disant "lustre" sur le pont Okski (maintenant Kanavinski) a été abandonné.

Les bombardements de Gorki est devenu l'attentat le plus destructeur à l'arrière de l'Union soviétique pendant toute la guerre. Malgré cela, la ville n'a jamais reçu le titre de « Ville héros » ou « Ville de la gloire militaire ».

Après la guerre

Le 4 août 1959, la ville est devenue fermée en raison du fait qu'il y avait de nombreuses entreprises de défense secrète sur son territoire.

Des années 1960 à 1980, la ville se développe considérablement comme toutes les villes soviétiques avec la construction des nouveaux quartiers populaires constitués d'immenses barres d'immeubles. Le métro de Gorki est inauguré en 1985.

À l'époque soviétique, le réseau de transport et l'infrastructure de la ville ont été créés sans prendre en compte une gestion compétente. Cela a servi de base aux problèmes de transport et d'infrastructure modernes. Des ville-dortoirs surpeuplées ont été construites dans la Ville basse, près des usines où travaillaient les citoyens. Ensuite, il n'y avait pas besoin de mouvement quotidien de la population vers d'autres arrondissements de la ville ou vers l'autre rive de l'Oka. La Ville basse de Gorki des années 1950 représentait plusieurs usines, entourées de communes urbaine et de quartiers. Il y avait des lots vacants entre eux. Les quartiers étaient interconnectés par plusieurs routes. Le transport n'a presque pas connecté les quartiers entre eux et s'est déplacé dans un quartier. Le réseau de transport entre les arrondissements était presque absent. Au tournant des XIXe et XXIe siècles, les lacunes d'un tel système se manifestent: un nombre important de la population des micro-districts de la Ville basse commence à travailler et à étudier dans la Ville haute et vice versa. Ce système de transport urbain fonctionne jusqu'à présent, sans prendre en compte les réalités urbaines modernes et l'augmentation du trafic.

Le physicien nucléaire Andreï Sakharov, un des dissidents russes les plus connus, est assigné à résidence dans la ville entre 1980 et 1986 pour s'être élevé contre l'entrée des troupes soviétiques en Afghanistan.

Période contemporaine

La confluence de la Volga et de l'Oka (la Strélka).

En 1991, après la dislocation de l'Union soviétique, la ville reprend son nom initial : Nijni Novgorod.

De 1991 à 1997, Boris Nemtsov fut le premier gouverneur de l'oblast de Nijni Novgorod. Le 24 mars 2007, Nijni Novgorod fut l'une des trois villes, avec Moscou et Saint-Pétersbourg, où la manifestation du mouvement d'opposition à Vladimir Poutine (nommé une marche du désaccord) devait avoir lieu mais ne fut pas autorisée. Le centre-ville fut bloqué par les forces de l'ordre, certains participants furent interpellés avant de rejoindre le lieu prévu pour la manifestation. Une petite manifestation eut néanmoins lieu avant d'être réprimée par les miliciens.

Le centre d'affaires de la ville est formé dans sa partie historique. Cependant, il y a des rues trop étroites et des bâtiments historiques bas. Au début des années 2000, le centre de la ville a commencé à être construit avec des immeubles résidentiels et de bureaux à plusieurs étages. Les incendies de vieux bâtiments en bois sont également un problème du centre-ville.

À la fin du XXe siècle, les technologies de l'information ont commencé à se développer dans la ville, de nombreuses entreprises commerciales ont été ouvertes dans le domaine de la fourniture de services de communication mobile, l'Internet et le développement de logiciels. Nijni Novgorod est devenu l'un des plus grands centres informatiques russes, maintenant ce statut pendant plusieurs années. Au cours de l'expansion de la sphère de l'information, le technoparc Ankoudinovka a été établi dans la ville.

Depuis Septembre 2011, en travaillant activement pour résoudre le problème des centres de transport dans le centre de Nijni Novgorod: les approches des ponts sont en expansion et en amélioration. En raison des embouteillages sur le pont de Borski, en février 2012, un télécabine a été construit. Elle a connecté Nijni Novgorod et Bor ensemble. Son trafic quotidien est d'environ 5000 personnes. En 2013, la première ligne de la ligne de réseau express régional a été lancée, qui est une alternative à la ligne de métro du l'arrondissement de Sormovski et à la gare de Nijni Novgorod.

Etymologie

Littéralement, Nijni signifie « bas » et Novgorod, la « nouvelle ville », mais historiquement, l'ensemble des deux mots pourrait être traduit comme « la nouvelle ville sur les terres de la basse Volga », puisqu'à l'époque de sa fondation, elle était la dernière ville russe aux abords du fleuve. La ville a porté le nom de Gorki (en russe : Горький) de 1932 à 1991 d'après l'écrivain Maxime Gorki mais ce nom est toujours en usage dans les gares russes).

Un gentilé pour un résident de Nijni Novgorod est "нижегородец" (nijégorodets) pour homme ou "нижегородка" (nijégorodka) pour femme, rendu en français comme Nijégorodien et Nijégorodienne. Et jamais - Novgorodien (gentilé pour un Novgorod), car il est considéré comme irrespectueux envers les citoyens.

Population

La population de l'agglomération de Nijni Novgorod est estimée à 1 710 000 habitants en 2007, ce qui en fait la troisième agglomération de Russie. Voir également Liste des agglomérations européennes. Comme dans beaucoup de villes russes, la situation démographique de Nijni Novgorod s'est dégradée au cours des années 1990 à la suite du changement de régime pour des raisons économiques. Le taux de natalité a légèrement diminué, passant de 10,7 pour mille en 1990 à 8,8 pour mille en 2005 alors que le taux de mortalité passait de 11,4 à 17,5 pour mille. Le solde naturel s'est fortement dégradé, passant de –0,7 pour mille en 1990 à –8,7 pour mille en 2005. Recensements (*) ou estimations de la population[3]

Évolution démographique
1811 1840 1856 1863 1897 1914 1923 1926 1931
14 40031 90035 80041 50090 000111 600135 400222 000350 300
1939 1956 1959 1962 1967 1970 1973 1979 1982
644 000876 000941 0001 025 0001 120 0001 170 1331 238 0001 344 4741 373 000
1986 1989 1992 1996 1998 2000 2001 2002 2003
1 409 0001 438 1331 440 6001 385 9001 367 7001 357 0001 346 7001 311 2521 311 300
2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
1 305 1001 289 5001 283 6001 278 3001 274 7001 280 3551 250 6191 250 6001 254 592
2013 2014 2015 2016 2017 - - - -
1 259 9211 263 8731 267 7601 266 8711 284 164----


Religion

Les habitants sont principalement de religion orthodoxe. Il existe quelques mosquées, une paroisse catholique et une synagogue dans la ville.

Administration

Carte des districts de Nijni Novgorod.

La ville comprend deux sous-ensembles : la ville haute située sur la rive droite de l'Oka qui comprend le centre historique et est découpée en trois districts et la ville basse située sur la rive gauche de l'Oka qui comprend cinq districts.

Numéro District Superficie
km2
Nbre
Habitants
Description
1 Nijni Novgorod 67 131 186 (2009) Centre historique
2 Priokski 23 94 360 (2017)
3 Soviétique 31 148 066 (2017)
4 Kanavinski 47,54 157 017 (2017)
5 Avtozavodski 94 299 790 (2017)
6 Leninski 27 141 391 (2017)
7 Moscou 27 123 442 (2017)
8 Sormovski > 100 166 414 (2017)

Transports

La station Leninskaïa du métro de Nijni Novgorod (ligne 1).

La ville est un important carrefour du point de vue du transport fluvial, des chemins de fer et des routes. La ville est traversée par l'autoroute de la Volga.

Le principal système de transport en commun est le métro de Nijni Novgorod qui comprend deux lignes d'une longueur totale de 21,3 km (juin 2018) et qui comporte 15 stations. La gare de Nijni Novgorod-Moscou, principale gare de la ville est importante sur le Transsibérien. La télécabine de Nijni-Novgorod, téléphérique passant au-dessus de la Volga et reliant Nijni Novgorod à Bor a été ouvert en 2012. Le 24 juin 2013 a été lancée la première ligne du Réseau express régional (RER)[4]. Elle a relie l'arrondissement de Sormovski et la gare de Nijni Novgorod. Cela en fait une alternative à la ligne de métro à Sormovo. A un correspondance à la station de métro Moskovskaïa. Une deuxième ligne a été ouverte, qui reliant les deux rives de l'Oka, a été ouverte par la suite. Des trains l'empruntent depuis la gare de Nijni Novgorod jusqu'à la gare de Myza (l'arrondissement de Priokski). Cependant, cela ne fonctionne que pendant l'été en raison de la demande accrue pour les voyages de banlieue.

L'aéroport international de Nijni Novgorod est l'unique aéroport de la ville et le principal de l'oblast, il est situé dans l'arrondissement d'Avtozavodsky, à 14 km au sud-ouest du centre-ville. Il est relié à la ville par le bus n°11, puis le métro. La ligne de chemin de fer Nijni Novgorod - Arzamas passe non loin de l'aéroport, mais n'est pas directement relié. Une gare est à l'étude[5].

Économie et industrie

Nijni-Novgorod est un grand centre de l'industrie automobile avec le constructeur GAZ qui est le principal acteur économique de la ville. Les activités de constructions de machines, métallurgiques et d'industrie légère (fabrication de bateaux, radios) jouent également un rôle important. Elle est également connue comme un des principaux centres russes du complexe militaro-industriel russe dont en particulier le constructeur d'avions MiG. Le troisième pôle d'emplois industriels est l'énergie, avec l'exploitation des produits dérivés du pétrole et du charbon, le raffinage et la production d'électricité. En 2016 Vladimir Poutine a inauguré une nouvelle usine de production de PVC qui est une coentreprise entre l'entreprise belge Solvay et la société russe Sibur.

Culture

Façade du théâtre dramatique de Nijni Novgorod, construit en 1896.

Deux académies sont présentes à Nijni Novgorod : le théâtre académique d'opéra et de ballet Pouchkine, ainsi qu'un théâtre de marionnettes. Sont présents également des théâtres comiques, dramatiques, le principal étant le théâtre dramatique Gorki, des musées, des salles d'expositions, ainsi qu'une Alliance française.

La ville est classée par l'UNESCO parmi les cent villes faisant partie du patrimoine mondial de l'humanité (Valeur culturelle et artistique).

Universités

Patrimoine architectural

Architecture civile

Bolchaïa Pokrovskaïa, la rue principale commerçante de Nijni Novgorod

Les principaux monuments de Nijni Novgorod sont :

  • Le Kremlin, ensemble architectural principal de la ville. Sa construction date du XVIe siècle (1515), son enceinte fait 2 km de circonférence et comporte treize tours. Elle a été plusieurs fois assiégée par le khanat de Kazan, mais personne ne pouvait s'en emparer. Maintenant, c'est le principal foyer culturel et politique du district de la Volga. Les autorités régionales et municipales sont situées ici, ainsi que l'administration du représentant autorisé du président de la Fédération de Russie. Plusieurs musées et monuments se trouvent à l'intérieur du kremlin. On peut également y voir la flamme du soldat inconnu de la Seconde Guerre mondiale et d'anciens chars utilisés pendant la guerre. Le kremlin abrite une cathédrale du XIIIe siècle.
  • La foire. Autrefois, une des foires les plus importantes d'Europe et vitrine commerciale de l'Empire russe. Aujourd'hui les anciens pavillons centraux de la foire abritent une exposition permanente multimédia intitulée La Russie est mon histoire.
  • Le théâtre dramatique
  • Le grand escalier de Tchkalov
  • La gare de Nijni Novgorod
  • La rue Bolchaïa Pokrovskaïa, rue du centre-ville. Avant la Révolution, elle était considérée comme une rue élégante en raison du fait que les membres de la noblesse locale et des politiciens les plus respectés y habitaient. Maintenant, la rue est un ensemble de maisons anciennes du XIXe siècle.
  • La rue Rojdestvenskaïa, avec l'église de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge.
  • Le monument de Minine et Pojarski
  • Entre Nijni Novgorod et Dzerjinsk, ville satellite de Nijni Novgorod, se trouve une tour hyperbolique de 128 mètres de hauteur. Cette tour métallique fut construite en 1929 par le savant et ingénieur russe Choukhov. C'est une des deux dernières tours multi-étages en Russie, la seconde se trouvant à Moscou.

Édifices religieux

  • La cathédrale Saint-Alexandre-Nevski. La cathédrale est située sur l'ancien territoire de la foire de Nijni Novgorod. C'est l'un des symboles non officiels de la ville, avec la tour Dmitrovskaïa du Kremlin, l'escalier Tchkalov et la foire.
  • L'église de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge est une église orthodoxe russe, située rue Rojdestvenskaïa (rue de la Nativité). Elle a été construite en 1696-1719 sur les fonds du marchand Grigori Stroganov. C'est l'un des meilleurs exemples du style Stroganov, elle a le statut de monument d'architecture d'importance fédérale.
  • La cathédrale de la Transfiguration. La cathédrale est située sur le territoire de la foire de Nijni Novgorod. On l'appelle aussi la « cathédrale de l'Ancienne Foire » parce qu'elle a été construite plus tôt que la cathédrale Saint-Alexandre-Nevski sur la flèche (la Strelka).
  • Le monastère de l'Annonciation. Le plus ancien monastère de Nijni Novgorod, fondé au début du XIIIe siècle. Situé dans l'arrondissement de Nijegorodski, sur la rive droite de l'Oka près de sa confluence dans la Volga.
  • L'église Saint-Jean. L'une des plus anciennes églises orthodoxes de la ville, mentionnée au XVe siècle. L'église en pierre a été consacrée en 1683 et de nouveau le 4 novembre 2005. Au temps des troubles (en 1612), c'est depuis le porche de cette église que Kouzma Minine a exhorté les citoyens de Nijni Novgorod à libérer Moscou de l'intervention polonaise.
  • L'église de l'Ascension. Elle est située dans la rue Ilinskaïa (Saint-Élie). L'église en pierre a été construite sur les fonds des paroissiens et des bienfaiteurs au début du XVIIIe siècle. L'église a été fermée à la fin des années 1920, le bâtiment servait d'entrepôt et de logement. Jusqu'en 2004, il y avait un entrepôt de bibliothèque. En 2003, l'église a été rendue à l'Église orthodoxe russe.
  • L'église Saint-Élie. Construite en mémoire de la libération de Nijni Novgorod des attaques des Tatars et des Nogaïs en 1505. Cette église a donné le nom à l'une des rues historiques de la ville - la rue Ilinskaïa.
  • La grande mosquée. Il s'agit de la mosquée principale de Nijni Novgorod. La mosquée a été ouverte en 1915 et est située sur le quai de Kazan.
  • L'église du Tout-Miséricordieux-Sauveur. Cette église orthodoxe a été construite en mémoire du sauvetage de la famille de l'empereur Alexandre III, le 17 octobre 1888 lors d'un accident de train sur la ligne de chemin de fer Koursk-Kharkov. L'empereur Alexandre III avait en sa possession une copie de l'ancienne icône miraculeuse du Sauveur de Vologda.

Sports

Équipements sportifs

Dans le centre de la ville tout près du confluent de deux grandes rivières l’Oka et la Volga (Strelka), le stade de classe internationale NIJNI NOVGOROD est situé. Cette arène accueillera six matchs de la Coupe du Monde de football 2018. Après ce tournoi, le stade deviendra un complexe multifonctionnel.

Équipes

Événements sportifs

Nijni Novgorod est une des villes russes qui accueille la Coupe du monde de 2018. À cet égard, la ville subit de sérieux changements. Surtout, la flèche (la Strelka) est en train de se transformer. À ce stade, la construction d'un nouveau stade est en cours, a été enlevé l'ancien port fluvial de la cargaison, un nouveau parc sera créé et un nouveau remblai est en cours de construction. De nouvelles routes, des centres de transport et un nouveau pont sont en cours de construction ici. En outre, les routes sont réparées dans toute la ville. Le centre historique est également transformé. Il y a une restauration à grande échelle des vieilles rues et des bâtiments, de nouveaux musées ouvrent, des hôtels sont construits et des parcs sont en cours de reconstruction. En 2016, le contournement sud de la ville a été ouvert (le même que la MKAD). En 2017, le plus grand projet a été construit - le deuxième pont de Borski et de nouveaux échangeurs de transport à l'entrée d'autres villes.

Personnalités

Divers

Un fait curieux - depuis la parution du livre d’Alexandre Griboïedov L'Ennui de l'esprit (Горе от ума), en 1831, il existe une expression tirée de cette pièce de théâtre : « mélange des langues française et nijégorodienne » (смешенье языков: французского с нижегородским), appliquée à quelqu'un qui parle mal une langue étrangère mais se croit très fort.

Jumelages

Galerie

La Ville Haute (rive droite de l'Oka)
La Ville Basse (rive gauche de l'Oka)
Le banlieue

Références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes