Nieuport 17

Nieuport 17
Vue de l'avion.
Vue de l'avion.

Constructeur Drapeau : France Nieuport
Rôle chasseur biplan monoplace
Premier vol
Mise en service
Équipage
1
Motorisation
Moteur Le Rhône 9J
Nombre 1
Type 9-cylindres en étoile rotatif, refroidi par air
Puissance unitaire 110 ch (80,9 kW)
Dimensions
vue en plan de l’avion
Envergure 8,20 m
Longueur 5,96 m
Hauteur 2,44 m
Surface alaire 14,75 m2
Masses
À vide 374 kg
Avec armement 560 kg
Performances
Vitesse maximale 170 km/h
Plafond 5 300 m
Vitesse ascensionnelle 292 m/min
Rayon d'action 250 km
Armement
Interne Une mitrailleuse Vickers ou Lewis de 7,7 mm

Le Nieuport 17 était un avion de chasse biplan français de la Première Guerre mondiale. Il fut développé par Gustave Delage (société Nieuport) et mis en service en mars 1916.

Historique

Autochrome couleur d'un chasseur Nieuport 17 dans l'Aisne, en 1917.

Le Nieuport 17 était dérivé du Nieuport 11, équipé d'un moteur plus puissant, d'ailes plus grandes et d'une structure plus soignée. Les premiers appareils furent dotés d'un moteur de 110 ch (82 kW), plus tard d'un moteur de 130 ch (97 kW).

L'avion était très maniable, avait une bonne vitesse ascensionnelle, mais ses ailes inférieures avaient tendance à se briser en piqué prolongé, malgré leur renforcement[1].

Il apparut sur le front en mars 1916, et en compagnie du « Bébé » Nieuport (qu'il remplaça bientôt sur les chaînes de production), il participa à la fin du « fléau Fokker ».

Charles Nungesser peignit son insigne personnel pour la première fois sur ce type d'avion. Il fut aussi adopté par la plupart des armées de l'Entente, et fut utilisé par plusieurs as, dont le Canadien Billy Bishop, qui reçut la Victoria Cross alors qu’il pilotait un Nieuport 17. Environ quatre mille exemplaires furent construits de à .

Les Allemands, impressionnés par les performances du chasseur français, en réalisèrent une copie très fidèle : le Siemens-Schuckert D.I  qui fut construit à 94 exemplaires.

Liste des as volant sur Nieuport 17

Performances

Références

  1. « Nieuport 17 », sur aviationsmilitaires.net.
  2. Stéphanie Meyniel, « Le 7 août 1919 dans le ciel : L’aviateur Godefroy passe sous la voûte de l’Arc de Triomphe », 7 août 2014, sur air-journal.fr.