Nicole Weil-Salon

Nicolle Weil (17 août 1915, Lisieux, 23 novembre 1943, Auschwitz) est une assistante sociale, travaillant pour l'Oeuvre de secours aux enfants (OSE), membre du Réseau Garel (Lyon, 1942-1944), qui à Marseille réussit à évacuer une centaine d'enfants du Camp des Milles en août 1942. Elle travaille ensuite à Megève avec son mari Jacques Salon. Ils réussissent à sauver 200 jeunes et leur famille. Elle est déportée à Auschwitz par le Convoi No. 62, en date du 20 novembre 1943 et est assassinée à son arrivée à Auschwitz.

Biographie

Nicolle Weil est née le 17 août 1915 à Lisieux (Calvados, Normandie)[1],[2],[3], dans une famille juive de quatre enfants, originaire de l'Alsace.

La famille émigre au Brésil. Le père est rappelé sous les drapeaux au début de la Première Guerre mondiale. La famille rentre en France et s'installe à Paris.

Nicolle Weil étudie au lycée Molière (Paris), où elle passe son baccalauréat[4],[5].

Assistante sociale

Nicolle Weil obtient un diplôme d’assistante sociale à Paris, à l’École des Surintendantes d’usines du boulevard Saint-Germain.

Au début de la Seconde Guerre mondiale , Nicolle travaille dans les centres sociaux de la rue de la Durance, à Picpus, dans le 12e[4].

Résistance

Arrestation et déportation

Sa dernière adresse est au 38 rue Verdi à Nice (Alpes-Maritimes)[6].

Nicolle Weil-Salon est arrêtée, à Nice[7], le 24 octobre 1943[8].

Elle est déportée du Camp de Drancy vers Auschwitz par le Convoi No. 62, en date du 20 novembre 1943[6] et est assassinée à son arrivée à Auschwitz.

Le Voyage de Fanny

L'histoire et la vie de Nicolle Weil-Salon et celle de Lotte Schwartz inspire le film de Lola Doillon, Le Voyage de Fanny 2016, pour le personnage de Madame Forman, joué par Cécile de France[9],[10],[11]

Bibliographie

Notes et références

Articles connexes