Nicolas Rousselet

Nicolas Rousselet
Naissance (53 ans)
Neuilly-sur-Seine
Nationalité Drapeau de la France française
Profession
Homme d’affaires

Nicolas Rousselet est un homme d’affaires français, président-directeur général du Groupe Rousselet (ex Groupe G7) depuis 2001.

Biographie

Nicolas Rousselet est le fils d'André Rousselet, propriétaire du groupe Rousselet (ex Groupe G7) et le frère du producteur Philippe Rousselet. Il fréquente le lycée Carnot et sort diplômé en 1990 de l’École des hautes études commerciales de Paris. Il rejoint le groupe familial G7 à mi-temps en 1989 et travaille avec Jean-Jacques Augier, président-directeur-général des taxis G7, de 1987 à 2000[2].

On lui confie d'abord une filiale du groupe spécialisée dans le prêt-à-porter pour hommes. En 1991, Nicolas Rousselet devient responsable des opérations de croissance externe, il identifie ADA, une entreprise de location de voitures en pleine expansion que le groupe G7 rachète en 1994. Il participe à la constitution d’un pôle de transport routier de messagerie en 1992, incluant la société Pignat, et qui sera revendu en 1994. Il œuvre également à l’introduction en bourse d’ADA en 1994. Après la cession de la branche maritime (les remorqueurs Abeilles) au groupe Bourbon, et le rachat de la société d’archivage papier Novarchive en 1996, Jean-Jacques Augier quitte la direction du groupe. Nicolas Rousselet est alors nommé DG du groupe G7[3]. En 1996, il crée la société de self stockage Homebox[4].

En 2000, il prend la présidence et la direction générale de ADA alors en difficulté[3]. La réussite du redressement de ADA se fait quelques années plus tard, sous la direction de Christophe Plonevez, ancien DG des Taxis Bleus. L'activité redevient profitable en 2008, et affiche un chiffre d'affaires de 104 millions d'euros en 2010[5].

Après une période de forte croissance organique de l'activité radio taxi, un rééquilibrage a lieu avec le développement progressif du pôle des services liés au stockage (self-stockage, archivage). Depuis 2014, le Groupe de logistique MGF ne fait plus partie du Groupe Rousselet. La majeure partie de l’activité a été reprise par Norbert Dentressangle (devenu XPO Logistics) en juin 2014[6].

En 2012, Nicolas Rousselet annonce le lancement de Wecab, l'offre de partage de taxis du groupe G7[7].

Nicolas Rousselet est membre du club Le Siècle[8].

En 2016, il perd le procès intenté à Nicolas Colin, pour un article de ce dernier qui ne partageait pas sa définition de l'innovation[9].

En 2016 il publie un ouvrage intitulé Humaniser l'économie de partage[10].

Conflit taxis/VTC

Nicolas Rousselet prend position publiquement dans le conflit entre taxis et VTC (véhicule de tourisme avec chauffeur) contre les propositions de la commission pilotée par Jacques Attali[11]. Le magazine Challenges rappelle pour sa part que « la mainmise, par un seul groupe, sur la majorité des taxis d’une grande capitale est un cas unique au monde »[12].

Nicolas Rousselet, défend sa position de quasi monopole de la radio taxi (avec près de 10.000 taxis affiliés soit à la G7 soit aux Taxis Bleus sur 17 700 licences à Paris)[2],[13]. Déjà en 2010 il était monté au créneau pour le maintien du monopole des taxis parisiens à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle[14].

À la rentrée 2017, le groupe Rousselet prévoit une fusion entre G7 et les taxis bleus sous la marque G7, passant de 8000 à 9000 véhicules, afin de réévaluer le niveau de service et faire face à la concurrence des VTC.

Autres mandats

  • Président de l’Union nationale des industries du taxi (Unit)[2]
  • Membre du comité exécutif du Medef[12]
  • Conseiller municipal de Mortefontaine (sans étiquette)[7]

Ouvrage

  • Humaniser l'économie du partage, éditions Débats publics, 2016.

Notes et références

  1. a b et c Dominique Nora, « Derrière la grogne des taxis, le système Rousselet », sur Nouvelobs.com, (consulté le 12 juillet 2016)
  2. a et b « Carnet : Nicolas Rousselet », sur Lesechos.fr, (consulté le 13 juillet 2016)
  3. Sandra Cazenave, « Le patron des taxis G7 en excursion au pays d’Uber », sur Frenchmorning.com, (consulté le 13 juillet 2016)
  4. Domitille Arrivet, « Ada », sur Lepoint.fr, (consulté le 13 juillet 2016)
  5. « LOGISTIQUE > Norbert Dentressangle va avaler la moitié des actifs de MGF », sur www.wk-transport-logistique.fr (consulté le 7 décembre 2016)
  6. a et b Marie Nicot, « Le patron qui partage son taxi », sur Lejdd.fr, (consulté le 13 juillet 2016)
  7. Nicolas Rousselet (G7) contre Nicolas Colin (The Family) : la bataille des deux France entrepreneuriales, latribune.fr, 18 avril 2014
  8. « Les fossoyeurs de l’innovation – Welcome to The Family », Welcome to The Family,‎ (lire en ligne, consulté le 28 septembre 2017)
  9. Bertille Bayart, « Nicolas Rousselet: «Exigeons des barbares qu'ils se civilisent» », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 8 novembre 2016)
  10. Julien Dupont-Calbo, « On a parmi les meilleurs taxis du monde ! », sur Lemonde.fr,
  11. a et b Airy Routier, « Pourquoi il est quasi impossible de toucher aux taxis en France », sur Challenges.fr, (consulté le 13 juillet 2016)
  12. « Taxis parisiens - La préfecture de Police », sur www.prefecturedepolice.interieur.gouv.fr (consulté le 7 décembre 2016)
  13. Charles Gautier, « Taxis parisiens : le monopole à Roissy remis en cause », sur Lefigaro.fr, (consulté le 13 juillet 2016)

Voir aussi

Lien externe