Nicolas Grollier de Servière

Nicolas Grollier de Servière
Grollier's Reading Wheel.jpg

Nicolas Grollier de Servière par Gaspard Grollier de Servière dans Recueil d'ouvrages curieux de mathématique et de mécanique, ou description du cabinet de Monsieur Grollier de Servière en 1719.

Biographie
Naissance
Décès
Activité

Nicolas Grollier de Servières, né en à Lyon en France et mort en au même lieu, est un ingénieur français et inventeur de « machines fantastiques ».

Le contenu de son cabinet de curiosités fut publié en 1719 par son petit-fils, Gaspard II Grollier de Servières.

Biographie

Nicolas Grollier de Servières, cousin de Jean Grolier de Servières, trésorier de France, ambassadeur de François 1er à la Cour de Rome[1] et célèbre bibliophile, est né à Lyon, le quatrième fils d'Antoine Grollier de Servières[2] (1545-1606), secrétaire du roi, receveur général des finances du Dauphiné et célèbre pour sa fidélité à Henri IV[3] et de Marie Camus.

Lieutenant-colonel du Régiment d'Aiguebonne, il a suivi une carrière militaire qui l'a emmené en Flandre, en Allemagne, en Italie et à Constantinople. En tant qu'ingénieur, il s'est spécialisé pendant quarante ans de guerres et de sièges[4] dans le déploiement d'engins de sièges ou de ponts mobiles. Après s'être retiré chez lui à Lyon, il a construit une série de modèles fantastiques en tournant du bois et de l'ivoire comme une version améliorée de la Roue à livres d'Agostino Ramelli.

Dans un cabinet de curiosités, qu'il a ouvert au public une fois par semaine et qui est devenu assez célèbre pour attirer des politiciens, des savants, des artisans et d'autres inventeurs, il présentait des modèles de pompes à eau et des vis d'Archimède, des engins de siège, des dessins de ponts flottants et des horloges réglementées par des boules parcourant des plans inclinés ou le long de pistes en spirale, des machines pour tracer le paysage et convertir les images du plan en perspective, des odomètres avec les engrenages réducteurs, des fauteuils roulants. Même Louis XIV a visité le cabinet de curiosités de Nicolas Grollier de Servières.

Après sa mort en 1689, son fils Gaspard (1646-1716) et son petit-fils Gaspard II (1676-1745), neveu du précédent, ont continué à montrer le contenu du cabinet et ont publié un livre cataloguant les curiosités: Recueil d'Ouvrages Curieux de Mathématique et de Mécanique, ou Description du Cabinet de Monsieur Grollier de Servière[5]. Gaspard II a également suivi une carrière militaire et était membre de l'Académie de Lyon[6].

Lorsque Pierre le Grand vient à Paris en 1717, il tint à rencontrer le père Sébastien Truchet, inventeur français dans le domaine des mathématiques, de l'hydraulique, du graphisme et de la typographie qui fut formé dans le cabinet de Nicolas Grollier de Servières. Un exemplaire du Recueil d'Ouvrages Curieux de Mathématique et de Mécanique figure dans les collections de Pierre le Grand.

Le botaniste et voyageur-naturaliste français Charles Plumier, qui visita le cabinet après la mort de Nicolas Grollier de Servieres, a écrit le premier livre sur le tournage sur bois[7].

Un modèle de mât de battage que Nicolas Grollier de Servières avait construit a été offert en 1754 à Stephen Demainbray , scientifique et astronome anglais dont le père a quitté la France suite à la révocation de l'Edit de Nantes, et est maintenant conservé dans la collection George III au Science Museum de Londres.

Galerie

Toutes les pages présentées sont issues du Recueil d'ouvrages curieux de mathématique et de mécanique, ou description du cabinet de Monsieur Grollier de Servière.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Cadran ovale

Il ne figure cependant pas de gravure du cadran ovale de Grollier de Servières dans le Recueil comme il en est précisé page 16[8],[9] :

« L'horloge quatorzième, dont il est inutile de donner la planche, a son cadran en ovale au lieu de l’avoir parfaitement rond comme les autres, et son aiguille s’allonge et se raccourcit et suit toujours exactement les différents diamètres de l’ovale en marquant les heures. Il y a au-dessous de ce cadran et dans le milieu de son piédestal une niche de laquelle on voit sortir en saillie des figures qui marquent les différents jours de la semaine. Les figures sortent successivement les unes après les autres de l’intérieur du piédestal et leur changement se fait régulièrement tous les jours à minuit au moyen des ressorts de l’horloge. »

Notes et références

  1. généalogie de la famille Grolier puis GrollierClaude Bréghot du Lut et Antoine Péricaud, Biographie lyonnaise : catalogue des lyonnais dignes de mémoire, Lyon, Société Littéraire de Lyon, (lire en ligne)
  2. Roger Le Roux de Lincy, baron Portalis, 1907. Researches Concerning Jean Grolier: His Life and His Library pp25ff.
  3. généalogie de la famille Grolier puis Grollier : Henri de Jouvencel, L'assemblée de la noblesse de la sénéchaussée de Lyon en 1789 : avec étude historique et généalogique, Lyon, L. Brun, (lire en ligne)
  4. Louis Moréri, Supplément au grand dictionnaire historique généalogique, géographique, &c. de M. Louis Moréri, : pour servir à la dernière édition de l'an 1732. & aux précédentes, t. M-Z, Volume 2, Paris, Eugène Fasquelle, (lire en ligne)
  5. Gaspard Grollier de Servières, Recueil d'ouvrages curieux de mathématique et de mécanique, ou Description du cabinet de M. Grollier de Servière : avec des figures en taille-douce, par M. Grollier de Servière, Lyon, D. Forey, (lire en ligne)
  6. généalogie de la famille Grolier puis GrollierHenri de Jouvencel, L'assemblée de la noblesse de la sénéchaussée de Lyon en 1789 : avec étude historique et généalogique, Lyon, L. Brun, (lire en ligne)
  7. R.P. Charles Plumier, L'Art de tourner ou de faire en perfection toutes sortes d'ouvrages au tour... ouvrage très curieux et très nécessaires à ceux qui s'exercent au tour : composé en français et en latin en faveur des étrangers, Paris, Charles-Antoine Jombert, (lire en ligne)
  8. Une thèse de Doctorat d’histoire de l’Université de Lyon au titre de l’école doctorale de la Faculté d’Histoire de Lyon mentionne ce cadran ovale : Charles-Henri Eyraud, Horloges astronomiques au tournant du XVIIIe siècle : de l’à-peu-près à la précision, Lyon, Université Lumière-Lyon-II, (lire en ligne)
  9. la page 16 de : Gaspard Grollier de Servières, Recueil d'ouvrages curieux de mathématique et de mécanique, ou Description du cabinet de M. Grollier de Servière : avec des figures en taille-douce, par M. Grollier de Servière, Lyon, D. Forey, (lire en ligne)

Bibliographie

  • Gaspard Grollier de Servière, Recueil d'ouvrages curieux de mathématique et de mécanique, ou Description du cabinet de M. Grollier de Servière : avec des figures en taille-douce, par M. Grollier de Servière, Lyon, D. Forey, (lire en ligne).