Nicolas Baldo

Nicolas Baldo
Lens - Paris-Arras Tour, étape 1, 23 mai 2014, départ (B012).JPG
Nicolas Baldo lors du départ de la première étape du Paris-Arras Tour 2014 à Lens.
Informations
Naissance
(35 ans)
Issoire
Nationalité
Équipe actuelle
Équipes amateurs
2002-2004VC de Mauriac
2005-2006Le Cheylard Formation Cyclisme
2007VC Lyon-Vaulx-en-Velin
2008Super Sport 35-ACNC
Équipes professionnelles

Nicolas Baldo, né le à Issoire, est un coureur cycliste français, membre de l'équipe continentale Saint Michel-Auber 93.

Biographie

Débuts cyclistes et carrière chez les amateurs

Natif d'Issoire, Nicolas Baldo commence le cyclisme à l'âge de 14 ans au VC Cournon d'Auvergne. Après quelques années en Auvergne, il s'installe au Cheylard et court pendant quelques années dans le club de cette commune située dans le département de l'Ardèche [1].

Avec cette équipe, il signe quelques performances intéressantes en 2005. Il s'adjuge notamment le Prix du comité des fêtes à Largnac[2], celui de la fête de Paulhaguet[3], se succède à lui-même au palmarès de la montée de Berzet[4] et gagne des épreuves cyclosportives comme l'Antonin Magne, la Pierre Chany dans les gorges de l'Allier (devant Sébastien Fournet-Fayard) pour la deuxième année consécutive[5] et la Raphaël Géminiani[6],[7]. Il se classe également second du Cabri Tour (derrière Fabrice Jeandesboz)[8] et du Grand Prix de Cormoz[9], troisième du Circuit des Trois Provinces, cinquième de la douzième édition du Printemps d'Armorique[10] et du Tour du Haut-Anjou. En fin de saison, il se fait remarquer grâce à ses talents de rouleur qui lui permettent de monter sur la troisième marche du podium lors du Chrono des Herbiers-Vendée espoirs.

En 2006, il s'adjuge l'Antonin Magne pour la seconde fois de sa carrière[7] et une autre cyclosportive l'Étape Sanfloraine[11]. Il gagne églement la deuxième étape du Tour des Pays de Savoie ainsi que le classement général du Circuit des Trois Provinces où il s'offre le luxe de devancer les futurs coureurs professionnels Yoann Offredo, Guillaume Le Floch et Anthony Roux[12]. Au second semestre, il termine également deuxième du Grand Prix d'Automne une course organisée par l'UA La Rochefoucauld[13], dixième du Chrono champenois et dix-septième du Grand Prix de Plouay amateurs.

L'année suivante, Nicolas Baldo change de club et s'engage avec le VC Lyon-Vaulx-en-Velin. Avec l'équipe de la banlieue lyonnaise il se classe troisième du prologue et sixième de la troisième étape du Tour d'Alsace (une course inscrite pour la première fois au calendrier de l’UCI Europe Tour)[14],[15] ce qui constitue probablement ses meilleurs résultats de la saison. Il obtient par ailleurs plusieurs accessits et termine par exemple, troisième des Boucles de Tronçais[16], vingt-quatrième de la Polymultipliée lyonnaise ou vingt-neuvième du championnat de France contre-la-montre.

En 2008, il rejoint la formation bretonne Super Sport 35-ACNC où il court avec Anthony Delaplace et le multiple champion de Bretagne de cyclo-cross Florian Le Corre. Sous ses nouvelles couleurs, il gagne une étape du Tour Nivernais Morvan et une du Cabri Tour (un contre-la-montre). Il remporte aussi le classement général de cette course devant Fabrice Jeandesboz. Toujours présent sur certaines épreuves cyclosportives, il s'adjuge la Pierre Chany en Auvergne pour la troisième fois de sa carrière[5]. Il se classe également troisième du Circuit des Bruyères à Ballots[17], quatrième du championnat de Bretagne et dixième de la Ronde Mayennaise.

Carrière professionnelle

2009 : les débuts avec Continental Differdange

Nicolas Baldo devient professionnel en 2009 dans l'équipe luxembourgeoise Continental Differdange. Pour ses premiers pas à ce niveau, il obtient quelques places d'honneur sur des courses à étapes au mois d'avril. Il se classe tout d'abord quatrième de l'étape contre-la montre de la Boucle de l'Artois puis huitième du Circuit des Ardennes international à trente-sept secondes du vainqueur Dimitri Champion quelques jours plus tard. Il remporte sa première victoire professionnelle en mai lors de la quatrième étape du Tour du Frioul-Vénétie julienne où il devance de quelques mètres les jeunes espoirs du cyclisme mondial Peter Sagan et John Degenkolb[18]. En juin, il termine quatorzième de la Ronde de l'Oise. Ses qualités de rouleur lui permettent également de glaner quelques accessits au second semestre. Il s'adjuge ainsi la dixième place du Duo normand avec Sébastien Harbonnier, la seizième du Chrono champenois et la dix-neuvième du Chrono des Nations-Les Herbiers-Vendée en fin de saison. Toujours attiré par les épreuves cyclosportives il gagne l'Antonin Magne pour la troisième fois au mois de juillet[7].

2010 - 2013 : professionnel en Suisse avec Atlas Personal

Il rejoint la formation suisse Atlas Personal-BMC en 2010. Pour ses premiers pas sous ses nouvelles couleurs, il dispute plusieurs courses du calendrier de l'UCI Europe Tour en début d'année. Il participe notamment aux Boucles du Sud Ardèche-Souvenir Francis Delpech, au Grand Prix de Lillers-Souvenir Bruno Comini et à Paris-Troyes. Le 21 mars, il obtient son premier résultat probant lors de la Roue Tourangelle où il se classe deuxième au sprint derrière son compatriote Yann Guyot[19]. Une semaine plus tard, il s'adjuge le Grand Prix Crevoisier aux Genevez, une épreuve du calendrier national helvétique. Comme l'année précédente, il décroche quelques belles places d'honneur sur des courses à étapes en avril et en mai. Au mois d'avril, il brille au Circuit des Ardennes international où il termine sixième, cinquième puis troisième (contre-la-montre) des trois premières étapes de cette course. Retardé lors de la dernière étape, il parvient tout de même à finir sixième du classement général et remporte le classement par points de l'épreuve. Il gagne le quarante-cinquième Grand Prix de Lancy devant Pirmin Lang et Joël Frey une semaine plus tard. En mai, ses talents de rouleur lui permettent de s'octroyer la troisième place de l'étape contre-la-montre du Tour de Bretagne derrière Martijn Keizer et Johan Le Bon. Il est également cinquième de la dernière étape qui relie les communes d'Iffendic et Dinan. Le même mois, il monte sur la seconde marche du classement général final du Rhône-Alpes Isère Tour, une performance qui permet à la formation Atlas Personal-BMC de s'adjuger le classement par équipes de cette course. Il multiplie les accessits au second semestre et se classe notamment onzième de la Ronde pévéloise en juillet, quatorzième du Tour du Doubs, dixième du Chrono champenois et quinzième du Tour du Gévaudan en septembre. Il termine cent quatre-vingt-treizième du classement de UCI Europe Tour et coureur le mieux classé de son équipe en fin de saison.

Au premier semestre 2011, il termine deuxième du Grand Prix de Lancy derrière son coéquipier Laurent Beuret et permet à son équipe de réaliser un joli doublé au classement final de cette course[20].

En 2012, trois ans après sa dernière victoire sur l'UCI Europe Tour, Nicolas Baldo remporte la sixième étape de l'An Post Rás ainsi que le classement général final de l'épreuve. Il gagne aussi la cyclosportive "Les Copains" au début du mois de juillet[21].

En 2013, il gagne la première étape du Rhône-Alpes Isère Tour, la soixante-huitième édition de la course Paris-Mantes-en-Yvelines et la Jean-François Bernard[22]. Il termine également cinquième du Tour de Berne[23].

2014 - 2015 : l'expérience autrichienne chez Voralberg

À la suite de la disparition de l'équipe Atlas Personal-BMC, Nicolas Baldo s'engage avec la formation autrichienne Voralberg en 2014. Au printemps il gagne le Tour du Burgenland devant Daniel Auer et Martin Weiss. Il devient à cette occasion le premier coureur français à inscrire son nom au palmarès de cette course. En juillet, il remporte le classement de la montagne du Czech Cycling Tour et finit second de l'épreuve après avoir terminé troisième de deux étapes. Deux mois plus tard, il s'adjuge la quatrième place et le prix de la combativité du Tour du Jura[24],[25].

Toujours membre de l'équipe continentale Voralberg en 2015, il remporte une nouvelle fois la course Paris-Mantes-en-Yvelines. Il s'adjuge également plusieurs places d'honneur au cours de cette saison et se classe notamment huitième du Grand Prix des Marbriers et troisième de la dernière étape du Rhône-Alpes Isère Tour.

2016 : une aventure avortée avec l'équipe Roth

En fin de saison, il est recruté par l'équipe continentale professionnelle suisse Roth. Il s'agit, à plus de trente ans, de sa première expérience à ce niveau[26],[27]. Lors de sa dernière course de la saison, il prend la vingt-cinquième place du Chrono des Nations.

2017 - 2019 : le retour en France avec HP BTP-Auber 93 puis Saint Michel-Auber 93

Pour la saison 2017, il rejoint, à trente-deux ans, sa première équipe professionnelle française, HP BTP-Auber 93[28],[29]. Lors de sa dernière course de la saison, il prend la dix-septième place du Chrono des Nations.

Auteur d'une longue échappée lors de la première étape du Tour du Limousin-Nouvelle-Aquitaine 2019, il s'empare du maillot de meilleur grimpeur et de celui de coureur le plus combatif de cette course[30]. Il cède ses deux tuniques à son coéquipier Morne van Niekerk le lendemain.

Vie privée

En sus de sa carrière de coureur cycliste professionnel, Nicolas Baldo est également copropriétaire de la société de transports NGR Solutions et ingénieur agronome[31].

Palmarès

Classements mondiaux

Année 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
UCI Europe Tour 818e[32] 193e[33] 660e[34] 247e[35] 124e[36] 249e[37] 1688e[38] 287e[39] 600e[40]

Notes et références

  1. « Nicolas Baldo », sur directvelo.com (consulté le 23 aout 2019)
  2. , sur veloquercy.over-blog.com, (consulté le 23 aout 2019)
  3. , sur veloquercy.over-blog.com, (consulté le 25 aout 2019)
  4. , sur veloquercy.over-blog.com, (consulté le 24 aout 2019)
  5. a et b , sur veloquercy.over-blog.com, (consulté le 23 aout 2019)
  6. Patrick François, « La Pierre Chany dans les Gorges de l’Allier », sur cyclosport.info, (consulté le 23 aout 2019)
  7. a b et c « Compte-rendu de l'Antonin Magne », sur velo101.com, (consulté le 23 aout 2019)
  8. « Vainqueurs des courses Bretonnes 2005 », sur cyclisme-sport.fr, (consulté le 23 aout 2019)
  9. , sur veloquercy.over-blog.com, (consulté le 25 aout 2019)
  10. « 12 e Printemps d'Armorique, à Saint-Brieux André impose sa pointe de vitesse », sur letelegramme.fr, (consulté le 23 aout 2019)
  11. , sur veloquercy.over-blog.com, (consulté le 25 aout 2019)
  12. « Dernières brèves des Elites 2 et Espoirs », sur velo101.com, (consulté le 23 aout 2019)
  13. , sur veloquercy.over-blog.com, (consulté le 25 aout 2019)
  14. (en)« Tour Alsace 2007 (2.2) », sur cyclingfever.com, (consulté le 23 aout 2019)
  15. (en)« Tour Alsace 2007 (2.2) », sur cyclingfever.com, (consulté le 23 aout 2019)
  16. , sur veloquercy.over-blog.com, (consulté le 25 aout 2019)
  17. , sur veloquercy.over-blog.com, (consulté le 25 aout 2019)
  18. (en)« 2009»47th Giro della Regione Friuli Venezia Giulia (2.2) Stage 4 » Brugera› Ormelle (165.3k) », sur procyclingstats.com, (consulté le 23 aout 2019)
  19. « On n'arrête plus Yann Guyot! », sur letelegramme.fr, (consulté le 28 aout 2019)
  20. « Victoire jurassienne au Grand Prix de Lancy », sur rfj.ch, (consulté le 8 septembre 2019)
  21. , sur veloquercy.over-blog.com, (consulté le 25 aout 2019)
  22. , sur veloquercy.over-blog.com, (consulté le 25 aout 2019)
  23. , sur veloquercy.over-blog.com, (consulté le 25 aout 2019)
  24. Frédéric Gachet, « Tour du Jura Suisse : Classement », sur directvelo.com, (consulté le 13 septembre 2014)
  25. « Palmarès 2014 31e Tour du Jura - UCI Europe Tour 1.2 », sur tourdujura.ch, (consulté le 23 aout 2019)
  26. Jérémy Blais, « Deux nouvelles recrues dont un Français pour Roth-Skoda », sur cyclingpro.net, (consulté le 19 octobre 2015)
  27. « Le journal des transferts », sur velo101.com, (consulté le 19 septembre 2015)
  28. Dominique Turgis, « Nicolas Baldo revient en France », sur directvelo.com, (consulté le 3 janvier 2017)
  29. « Nicolas Baldo : « Un retour aux sources » », sur lamontagne.fr, (consulté le 23 aout 2019)
  30. Cédric Congourdeau, « Tour du Limousin - Et. 1 : Classements », sur directvelo.com, (consulté le 23 aout 2019)
  31. Laurent Pruneta, « Chef d'entreprise, ingénieur et... coureur pro », sur leparisien.fr, (consulté le 23 aout 2019)
  32. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2009 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  33. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  34. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2011 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  35. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2012 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  36. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2013 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  37. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2014 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  38. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2015 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  39. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  40. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2017 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 29 octobre 2017)

Liens externes