Navire à effet de surface

Le SES-100B dans la baie de St. Andrews en 1975

Un navire à effet de surface (NES) est un navire à portance fonctionnant en utilisant la couche d'air entre le navire et la surface de l'eau. La création de cette couche nécessite une certaine vitesse qui doit être atteinte à la surface de l'eau. Ce navire nécessite des propriétés hydrodynamiques pour « décoller » et des propriétés aérodynamiques ensuite.

Portance

A la surface de l'eau, la portance est archimédienne (une partie de la coque est immergée) et aérostatique (soufflante et coussin d'air ou effet de sol[1]) ensuite[2]. La portance générée par le coussin d'air peut atteindre environ 80 à 90 % du poids total.

La réduction de traînée hydrodynamique des coques permet d'atteindre des vitesses élevées (40 à 100 nœuds en volant jusqu'à 6 m au dessus de l'eau[2]). Lorsque la vitesse est faible ou lorsque la soufflante n'est pas activée, le navire flotte sur l'eau grâce à sa coque immergée comme un navire classique.

Avantages

L'avantage des NES sur les aéroglisseurs vient de l'immersion minimale mais suffisante des coques qui autorise une propulsion maritime immergée classique (le plus souvent à l'aide d'hydrojets, plus rarement à hélices), leur permettant un accès normal aux installations portuaires, alors que les aéroglisseurs nécessitent des rampes d'accès spécifiques, interdites au public à cause du souffle des hélices aériennes.

Notes et références

  1. Si la forme de la coque du navire ressemble à celle d'une aile d'avion et si la mer n'est pas trop agitée.
  2. a et b Vidéo - AirFish 8 : mi-avion, mi-bateau, sur aeronewstv.com du 4 mars 2018, consulté le 25 août 2018

Annexes

Articles connexes

Liens externes