Nautilus (mollusque)

Les nautiles sont des céphalopodes tétrabranchiaux marins.

Description et caractéristiques

Leurs nombreux tentacules (environ 90) ne comportent pas de ventouses. Leur coquille est développée et enroulée vers l'avant, en forme de spirale. L'intérieur est cloisonné en différentes loges. Le corps du nautile occupe la dernière loge, qui est la plus grande. Un siphon traverse les cloisons. Les loges que n'occupe pas l'animal contiennent un mélange de gaz et de liquide. Ces animaux possèdent 4 branchies (2 à droite et 2 à gauche). Ils se déplacent par réaction en projetant de l'eau via un entonnoir. Ils peuvent également ramper lorsqu'ils se trouvent sur un sol solide.

Leurs yeux sont constitués de simples « chambres noires » ouvertes par une pupille étroite. Chaque œil est équipé de deux tentacules ophtalmiques.

Ces animaux font partie d'un groupe panchronique depuis l'Ordovicien.

Espèces du genre Nautilus

Schématique en coupe longitudinale d'une Nautilus pompilius femelle. S = Siphon, Coe = Coelum, ST = Estomac, L = Foie, Hae = Hemocele, PV = Proventricule, DM = Mantle Dorsale, CG = Ganglion Cérébral, CF = Pli Crescental, Ho = Cagoule, Mm = Muscle Mantibular, UJ = mâchoire supérieure, LJ = mâchoire inférieure, T = Tongue, P' et P = Processus prélinguales, R = Radula, ILL = Lobe Infra-Labial, CS = Gaine Céphalique, FV =Soupape Entonnoir, F=Entonnoir, PG = Commissure Pédale, C = Cartilage, PG = Ganglion Pleuro-viscérale, VC = Vena Cava, VM = Mantle Ventrale, G = Branchies, NG = Glande Nidamentaire (femelles seulement), PP = Papille Préanal, PO = Pore Péricardique, RO = Pore Rénale, Per G = Glande Péricardique, I = Intestin, H = Cœur, PVL = Division Péricardique de Coelum, OV = Ovaires.

Selon World Register of Marine Species (7 avril 2014)[1] :

  • Nautilus acicula de Wulfen, 1791
  • Nautilus belauensis Saunders, 1981
  • Nautilus bicarinatus Montagu, 1808
  • Nautilus carinatulus Walker & Jacob, 1798
  • Nautilus dissimilis Turton, 1819
  • Nautilus entrochus Schroeder, 1803
  • Nautilus fascia Linnaeus, 1758
  • Nautilus gizensis Forsskål in Niebuhr, 1775
  • Nautilus granum Linnaeus, 1758
  • Nautilus helicites Gmelin, 1791
  • Nautilus inaequalis Gmelin, 1791
  • Nautilus laevigatulus Walker & Jacob, 1798
  • Nautilus littoreus de Wulfen, 1791
  • Nautilus macromphalus G.B. Sowerby II, 1849
  • Nautilus major Forsskål in Niebuhr, 1775
  • Nautilus marisrubri Schroeter, 1803
  • Nautilus navicularis de Wulfen, 1791
  • Nautilus obliquus Linnaeus, 1758
  • Nautilus planci de Wulfen, 1791
  • Nautilus pompilius Linnaeus, 1758
  • Nautilus rectus Montagu, 1803
  • Nautilus repertus Iredale, 1944
  • Nautilus rotatus Maton & Rackett, 1807
  • Nautilus rugosus Linnaeus, 1767
  • Nautilus sceptrum Schroeder, 1803
  • Nautilus scrobiculatus
  • Nautilus stenomphalus G.B. Sowerby II, 1849
  • Nautilus striatulus Schroeder, 1803
  • Nautilus umbilicatus Linnaeus, 1758

Les nautiles et les Hommes

Les nautiles en art

Exemple d'un gobelet néerlandais, de 1630.
Nature morte avec un gobelet de nautile.

Dès le XVIe siècle, des coquilles de nautiles du Pacifique occidental ont été très prisés par les collectionneurs et, en conséquence, ils sont souvent très richement montés. Souvent, la couche externe de la coquille sera dépouillée afin de révéler la surface nacrée située dessous. Les meilleurs artisans les transforment en objets d'art[2].

Dans leur état naturel ou travaillés par des orfèvres, des coquilles de nautiles se retrouvèrent ainsi souvent dans les « cabinets de curiosités » qui contenaient les collections des riches intellectuels du siècle des Lumières. Des tasses en nautile ont été particulièrement populaires en Allemagne et aux Pays-Bas, d'où ils sont passés progressivement à la mode en Angleterre[3].

Philatélie

Ce coquillage figure sur une émission de la poste aérienne de la Nouvelle-Calédonie de 1962 (valeur faciale : 20 F).

En littérature

Le sous-marin du Capitaine Nemo dans le roman 20 000 lieues sous les mers de Jules Verne s'appelle le Nautilus, en référence à cet animal.

Images radiographiques

Références taxinomiques

Notes et références

  1. World Register of Marine Species, consulté le 7 avril 2014
  2. (en) Royal Collection Trust (pour la Reine Elisabeth II), « Nautilus cup », royalcollection.org.uk, (consulté le 9 janvier 2014)
  3. (en) « Nautilus cup Partridge, Affabel », sur vam.ac.uk, Victoria and Albert Museum, (consulté le 19 janvier 2014).
  4. Le Scanner