Nandy

Nandy
Nandy
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Melun
Canton Saint-Fargeau-Ponthierry
Intercommunalité Communauté d'agglomération Grand Paris Sud Seine-Essonne-Sénart
Maire
Mandat
René Réthoré
2014-2020
Code postal 77176
Code commune 77326
Démographie
Gentilé Nandéens
Population
municipale
5 976 hab. (2016 en augmentation de 2,14 % par rapport à 2011)
Densité 698 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 34′ 52″ nord, 2° 33′ 51″ est
Altitude Min. 37 m
Max. 87 m
Superficie 8,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Nandy

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Nandy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nandy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nandy
Liens
Site web nandy.fr

Nandy est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Nandéen(ne)s.

Géographie

Localisation

Nandy est située à 10 km au nord-ouest de Melun.

Lieux-dits et écarts

Pavillon Royal.

Hydrographie

Quatre étangs, celui de la Sablonnière, du Balory, de l`école des Bois et de la Place de la Moisson, sont situés autour et dans la ville.

Géologie et relief

Plus de 82 % du territoire est composé de forêts, de bois et d'espaces verts. Au sud-ouest, derrière la forêt de Rougeau qui occupe toute la partie ouest, la commune s'étend jusqu'à la Seine sur 2,6 km.

Voies de communication et transports

Voies routières

Les routes départementales D 346 (qui va jusqu'à Melun au sud et à Corbeil-Essonnes au nord en passant par la forêt de Rougeau) et la D 50 (qui va jusqu'au centre commercial Carré Sénart) sont ses deux routes principales. La D 50 permet également de joindre la sortie 10 de l'A5, et le centre de Sénart.

Transports en commun

La commune est desservie par la gare de Savigny-le-Temple - Nandy de la branche Melun (D2) de la ligne D du RER, située sur la commune voisine de Savigny-le-Temple.

Nandy est desservie par des lignes du réseau de bus Sénart Bus :

  • la ligne 34, qui relie la gare de Savigny-le-Temple - Nandy à la Z.A.E. de Nandy ;
  • la ligne 37, qui relie la gare de Savigny-le-Temple - Nandy au quartier de la Sablonnière à Nandy ;
  • la ligne FA#, qui relie le quartier de Plessis-le-Roi à Savigny au collège de Voisenon en passant par la gare de Savigny-le-Temple et Nandy ;
  • la ligne FA Lycée (service scolaire), qui relie la gare de Savigny-le-Temple - Nandy au lycée Sonia-Delaunay de Cesson-Vert-Saint-Denis. Elle marque un arrêt à la gare de Cesson.

Urbanisme

La ville est divisée en quatre quartiers : le Balory, Villemur, les Bois et la Forêt.

Toponymie

Le nom apparaît la première fois en 1234 sous la forme Nanziacos, puis Nandi en 1392[3]. Pour Dauzat et Rostaing (op. cit.), « le d fait difficulté ». Le nom pourrait être construit sur le nom de personne gaulois Nantios (nom attesté) avec le suffixe locatif d'origine gauloise -aco et signifierait "le domaine de Nantios"[4], ce qui correspondrait à une série toponymique assez fréquente en France (c.f. Nancy, Nançay, par exemple). Une formation sur un nom comme Nandius expliquerait le d, mais Nandius n'est pas un nom de personne attesté.

Histoire

Le 14 décembre 1789, l'Assemblée nationale décrète la constitution des municipalités. Le 22 décembre 1789, la commune de Nandy se trouve rattachée au canton de Vert-Saint-Denis relevant du district de Melun, lui-même partie intégrante du département de la Brie et du Gâtinais.

Le 4 mai 1790, le département prend le nom de Seine-et-Marne. En 1791, le chef-lieu de canton passe à Boissise-la-Bertrand.

En 1799, Nandy est rattaché à l'arrondissement de Melun. En 1800, Nandy fait partie du canton de Melun-Nord.

Enfin, le 28 octobre 1975, Nandy est rattaché au nouveau canton de Savigny-le-Temple.

Adhésion en 1973 à l'Établissement public d'aménagement de la Ville Nouvelle de Sénart.

Politique et administration

Tendances politiques et résultats

Liste des maires

Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1793 Pierre Radingant    
1793 1794 Louis Audinot    
1794 1799 Léonard Thomas    
1799 1803 Emmanuel Duclos    
1803 1824 Lucien Julien de Perthuis    
1824 1831 Lucien Edmond de Perthuis    
octobre 1831 octobre 1840 Augustin Thomas    
octobre 1840 janvier 1852 Louis Joseph Lefebvre    
janvier 1852 mai 1856 Roland Philippe Roger    
mai 1856 août 1865 Louis Danger    
août 1865 mai 1871 Charles Colin    
mai 1871 octobre 1876 Ovide Frédéric Breger    
octobre 1876 janvier 1881 Eugène Thierry Heurton    
janvier 1881 mai 1887 Joseph Désiré Couste    
mai 1887 mai 1896 François Eugène Lefebvre    
mai 1896 septembre 1896 Jean Florand    
septembre 1896 juillet 1898 Antoine Charpagne    
juillet 1898 octobre 1906 Emile Daguet    
octobre 1906 octobre 1919 Pierre Revol    
octobre 1919 mai 1925 Achille Zenard    
mai 1925 septembre 1929 Henri Tocanne    
septembre 1929 juin 1930 Joseph Martel    
juin 1930 mai 1935 Gustave Mazure    
mai 1935 février 1944 Adonis Heurton    
février 1944 novembre 1956 Raimond Danger    
novembre 1956 janvier 1976 Robert Cousin    
janvier 1976 mars 1977 Daniel Dreyfous-Ducas    
mars 1977 mars 1983 Goulven Huon de Kermadec    
mars 1983 avril 1998
(décès)
Michel Rougé PS  
avril 1998 En cours René Réthoré[6] PS Inspecteur général de la Ville de Paris
3e vice-président de la CA de Sénart (? → 2016)
9e vice-président de Grand Paris Sud (2016 → )

Politique environnementale

Jumelages

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2016, la commune comptait 5 976 habitants[Note 1], en augmentation de 2,14 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
250358327340391393420442438
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
461472470401395400352355334
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
348377308286339386357362406
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
3973493271 5485 4296 1595 9355 9035 888
2016 - - - - - - - -
5 976--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement

  • Groupe scolaire du Balory, rue des Pêcheurs.
  • Groupe scolaire de Villemur, avenue de Villemur.
  • Groupe scolaire des Bois, rue des 18-Sous.
  • Collège Robert-Buron, rue des 18-Sous.

Sports

Le stade Michel-Rougé accueille le club de football de Nandy, aux couleurs jaunes et bleues, qui fut créé le 31 mai 1992. Il est aussi équipé de terrains de tennis, dont plusieurs sont couverts.

Le gymnase de l'Espace Montand, peu éloigné du stade, dans le quartier des Bois, accueille les élèves du collège Robert-Buron, du groupe scolaire des Bois, et de nombreuses associations sportives. Il possède un mur d'escalade, des tribunes et trois vestiaires.

La Maison des arts et de la danse, elle aussi située dans le quartier des Bois, est occupée par l'École de danse, le Billard Club Nandéen.

Le gymnase du Balory est situé sur la rue des Pêcheurs.

Manifestations culturelles et festivités

Culture locale et patrimoine

Église de Nandy.
Château de Nandy.

Lieux et monuments

  • Église Saint Léger, édifiée au XIIIe siècle, inscrite au titre des monuments historiques en 1926.
  • Le château de Nandy, reconstruit au XVIIe siècle par Louis de L'Hospital, classé au titre des monuments historiques en 1968.
  • Allée du Pavillon-Royal (parc aménagé ouvert au public).
  • Forêt régionale de Rougeau.

Patrimoine culturel

Nandy et le cinéma

Le château de Nandy a servi aux tournages de plusieurs films dont Le Bourgeois gentilhomme (un téléfilm datant de 1968 dans lequel le château campe celui de Monsieur Jourdain), Le Gendarme en balade (le château où Ludovic Cruchot passe le début de sa retraite forcée), La situation est grave… mais pas désespérée de Jacques Besnard, Arsène Lupin de Jean-Paul Salomé, Les Aristos de Charlotte de Turckheim, Le retour du Héros de Laurent Tirard mais aussi plusieurs films de Marc Dorcel.

Personnalités liées à la commune

  • Maurice Dorléac (1901- 1979) et Renée Simonot (1911- ), y ont acheté une maison en 1950 et y venaient pour leurs vacances accompagnés de leurs filles.
  • Catherine Deneuve (1943- ), fille des précédents, y est venue enfant avec ses parents et en parle dans ses mémoires.
  • Axel Reymond (1994- ), nageur, champion d'Europe du 25 km en eau libre à Berlin en 2014, y résida.
  • Geoffrey Kondogbia (1993- ), joueur international de football, y passa son enfance.

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Seine (----0010) »
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 du Couleuvrain (F4495200) »
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989, page 489.
  4. Xavier Delamarre, Noms de lieux celtiques de l'Europe ancienne, éditions Errance, , 383 p. (ISBN 978-2-87772-483-8), page 203.
  5. sur www.francegenweb.org
  6. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en mars 2017).
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.