Musique improvisée

On désigne sous le terme de musique improvisée ou improvisation libre une pratique musicale héritées du free jazz, des musiques électroacoustiques et concrètes, des recherches formelles de la musique contemporaine, nourrie des musiques du monde de diverses provenances et inspirée par de nombreux autres courants musicaux et artistiques tels que la musique bruitiste, le free rock ou rock expérimental, la musique spectrale, le mouvement Fluxus, les compositeurs comme John Cage, La Monte Young, Iannis Xenakis, etc.

Née aux alentours des années 1960 et continuant de se développer et de se transformer, les musiques improvisées explorent de très larges champs sonores en utilisant l'improvisation comme technique principale et de multiples matériaux musicaux ou sonores, le plus souvent abstraits. Cette pratique est aussi appelée composition spontanée, improvisation non-idiomatique[1] ou, souvent dans les pays de l'Europe de l'est, musique intuitive.

Règles et absence de règles

Contrairement à l'improvisation codifiée, idiomatique, des autres courants musicaux tels que le jazz, le flamenco, les musiques tziganes, indiennes (d'Inde) ou orientales, le blues… la musique improvisée se veut libre de toutes règles et contraintes, ou en tout cas cherche à s'en libérer sans toutefois vouloir en créer de nouvelles, elle se veut aussi libérée de toute hiérarchie, dégagée de toute prise de pouvoir, d'autorité entre les participants ; seules importent les interactions, par le sonore, entre les improvisateurs, le lieu de la performance et les auditeurs.

Cette liberté relative permet à des artistes de tous horizons de pouvoir créer ensemble lors de rencontres impromptues. En effet il n'est pas rare d'assister à des rencontres entre - par ex. - un musicien ayant un cursus purement classique (conservatoire, musique contemporaine, musique baroque...), un musicien autodidacte venant du rock ou de la techno, un jazzman et quelquefois un ou plusieurs danseurs voire des plasticiens, poètes (sonore ou non) et/ou des performeurs de tous types et toutes disciplines.

C'est une musique de recherche, d'expérimentations et de questionnements sur plusieurs points :

Au-delà de l'aspect strictement musical, les aspects humains, sociaux, politiques et philosophiques occupent une grande place[2] dans la pratique de cet art.

Historique

Même si son origine remonte probablement, et par essence, aux toutes premières pratiques musicales de l'humanité, ses débuts contemporains en Occident sont généralement considérés apparaître vers le début des années 1960 autour de quatre scènes principales :

Notes et références

  1. Selon Derek Bailey dans son livre L'improvisation: Sa nature et sa pratique dans la musique
  2. Pierre Saint-Germier, « Les règles de l’impro », La Vie des idées , 18 février 2016. (ISSN 2105-3030). URL : http://www.laviedesidees.fr/Les-regles-de-l-impro.html

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • L'improvisation: Sa nature et sa pratique dans la musique - Derek Bailey, 1999 Ed. Outre-Mesure, Paris (ISBN 2907891170)
  • L'improvisation musicale - Denis Levaillant, 1996 Ed. Actes-Sud, Arles
  • L'improvisation entre création et interprétation - Pierre Sauvanet, Acte du colloque « L'imaginaire musicale entre création et interprétation » (la Sorbonne - septembre 2004) sous la direction de Mara Lacchè. 2006 Ed. L'Harmattan, pp. 163–176. (ISBN 2-296-00128-9)
  • Abécédaire (incomplet) à l'usage des improvisateurs - Lê Quan Ninh, 2003
  • L'improvisation musicale : enjeux et contrainte sociale - Antoine Pétard, 2010 Ed. L'Harmattan, Paris
  • Introduction à un solfège de l'audible - Alain Savouret, 2010 Ed. Symétrie, Lyon (ISBN 978-2-914373-73-9)
  • Étude sur l'improvisation musicale, le témoin de l'instant - Mathias Rousselot, 2012 Ed. L'Harmattan, Paris

Articles publiés

  • La dimension humaine de l'improvisation - Nicole Coppey dans Revue musicale suisse n°11 novembre 2003