Mouvement des Gilets jaunes (France)

Mouvement des Gilets jaunes en France
Description de cette image, également commentée ci-après
Manifestants devant l'hôtel de ville de Belfort ().
Informations
Date Depuis le
(3 mois et 4 jours)
Caractéristiques
Organisateurs Mouvement peu structuré
Participants Pic à 287 710 personnes le (selon le ministère de l'Intérieur)
Revendications Changement de politique fiscale, amélioration du niveau de vie des classes populaires et moyennes, référendum d'initiative citoyenne, démission d'Emmanuel Macron
Types de manifestations Port de gilet de haute visibilité, manifestations non déclarées, manifestations déclarées, blocages d'axes routiers, opérations péages gratuits
Répression
Arrestations 8 400 interpellations
1 800 condamnations
(au 14/02/2019)
Bilan humain
Morts 11[a]
Blessés ~ 1 850 chez les manifestants
~ 1 050 chez les forces de l’ordre
(au 20/12/2018)

Le mouvement des Gilets jaunes est apparu en France en et s'est étendu dans de moindres proportions à d’autres pays. Ce mouvement social spontané trouve son origine dans la diffusion sur les réseaux sociaux d’appels à manifester.

La mobilisation a pour motivation de départ le rejet de l'augmentation de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE). Elle s'élargit rapidement à d’autres revendications fiscales et sociales (hausse du pouvoir d'achat des classes moyennes et populaires, maintien des services publics, taxation du kérosène et des fiouls maritimes, rétablissement de l'impôt de solidarité sur la fortune…), ainsi que politiques (amélioration de la démocratie représentative, notamment par le référendum d'initiative citoyenne, démission du président Emmanuel Macron…).

À partir du , le mouvement s'organise autour de blocages de routes et ronds-points et de manifestations nationales chaque samedi. Les protestations trouvent un fort écho dans les zones rurales et périurbaines, et s’étendent aussi aux grandes villes, où des violences lors des manifestations hebdomadaires provoquent d’importants dégâts matériels et donnent lieu à de nombreuses arrestations. Lors de rassemblements locaux, dix personnes trouvent la mort accidentellement et plusieurs centaines d'autres sont blessées, notamment chez les manifestants, ce qui vaut au gouvernement des critiques internationales quant à sa gestion des manifestations.

Initialement opposé à toute concession au mouvement, le pouvoir exécutif renonce finalement à la hausse de la TICPE, annonce quelques mesures et lance un « grand débat national ». La réponse du Gouvernement est cependant jugée insuffisante par de nombreux Gilets jaunes et la mobilisation se poursuit.

Mouvement des Gilets jaunes (France)

Sommaire

Contexte

Prix des carburants automobiles

De l'analyse de l'évolution des prix à la pompe de l'essence depuis 1960, il ressort que le prix fin 2017 se situe à la moyenne des prix depuis 1960[b],[c]. Cependant, la situation réelle est totalement différente compte tenu notamment du facteur de l'étalement urbain, qui incite les personnes habitant en zones périurbaines à prendre de plus en plus leurs voitures, a fortiori dans un couple où les deux travaillent et ont besoin chacun d'un véhicule[6].

Alors qu’une composante carbone est introduite pour les combustibles fossiles au sein de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) en 2014[d], le « prix à la pompe » des carburants augmente d'environ 23 % pour le gazole et de 15 % pour l'essence entre et [9]. La France se situe ainsi dans la moyenne haute de l’Union européenne, qui est la région du monde taxant le plus les carburants automobiles[10],[11].

En , le gouvernement Philippe annonce son intention d'augmenter la TICPE à hauteur de 11,5 %[12],[13]. D'après la Direction générale de l'Énergie et du Climat, cette hausse — prévue pour entrer en application le et qui s'inscrit dans une lignée de décisions similaires — coûtera aux automobilistes entre 207 et 538 euros à l’horizon 2022 (en fonction des véhicules et des trajets)[12]. En outre, les taxes sur les carburants (TICPE et TVA), qui constituent 60 % du prix des carburants, ne profitent que très partiellement au budget de la transition énergétique et la hausse des taxes annoncée par le gouvernement Philippe doit bénéficier quasi-exclusivement au budget général de l'État[14],[15],[16].

Jusqu'au mouvement des Gilets jaunes, le Gouvernement ignore les avertissements de la Commission nationale du débat public, consécutifs au débat public sur la programmation pluriannuelle de l'énergie, sur l'acceptabilité de la hausse de la taxe carbone, qu’elle juge pénalisante pour « les plus dépendants et les plus captifs aux énergies fossiles » en l'absence de refonte de la fiscalité générale[17].

Niveau de vie et fiscalité

Articles connexes : Précarité et Paupérisation.

Depuis 2009, le niveau de vie médian par ménage est en stagnation : seuls les retraités, les professions intermédiaires et les professions supérieures sont au-dessus du revenu médian (1 700 euros)[18].

Les médias soulignent que le « ras-le-bol fiscal » est plus global que la simple question du prix des carburants[19],[20],[21]. Le poids des prélèvements obligatoires (impôts, taxes et cotisations) a cru de manière quasi continue depuis la crise de 2008 pour passer de 41 % du PIB en 2009 à plus de 45 % en 2017. Cette hausse est principalement ressentie par les classes moyennes[21]. Selon le cabinet EY, le Gouvernement a mis en place huit impôts et taxes supplémentaires entre le début de la présidence d’Emmanuel Macron et fin 2018[19].

La forte médiatisation de l’arrestation du chef d'entreprise Carlos Ghosn pour raisons fiscales au Japon, au tout du début du mouvement, a pu renforcer un sentiment d’iniquité[22],[23].

Sentiment de délaissement de certains territoires

Nombre de demandeurs d'emploi en France entre 2007 et 2017 selon Pôle emploi.

Une enquête publiée en par le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie met en avant un sentiment de délaissement par les pouvoirs publics de certaines franges de la population. Trois personnes sur dix estiment vivre dans un territoire délaissé, un sentiment d’abandon qui est à la fois géographique et social. Les problèmes liés à l'emploi, aux transports et à l'accès aux soins sont centraux. Cette perception est plus forte dans les territoires situés en dehors des grandes aires urbaines[24],[25],[26].

La fronde contre la limitation de vitesse à 80 km/heure, mesure venue d'en haut incomprise dans les campagnes et zones périurbaines, est perçu comme un des avertissements adressés au Gouvernement à la veille du mouvement des Gilets jaunes[27].

Défiance vis-à-vis de la classe politique et des corps intermédiaires

À partir de la fin des années 2000, le taux d'abstention aux élections augmente de façon continue pour atteindre des niveaux records sous la Ve République[28],[29]. L'étude annuelle OpinionWay-CEVIPOF publiée pendant le mouvement des Gilets jaunes fait état d'un niveau de défiance historique des Français vis-à-vis des acteurs politiques, des institutions politiques, des syndicats et des médias[30],[31]. Le président de la République, Emmanuel Macron, élu en 2017, perd rapidement en popularité. Ses déclarations et les mesures économiques qu'il fait prendre le font paraître éloigné de la plupart des Français (notamment ceux qui habitent en zones rurales)[32]. De leur côté, les syndicats professionnels connaissent une érosion continue de leurs adhérents[33],[34]. C'est ainsi que, fin 2018, certains Gilets jaunes ont la volonté de « renverser les élites », qu’elles soient politiques ou syndicales[35],[36],[37]. Certains analystes considèrent que le mouvement se situe dans le prolongement de la « disruption » opérée par Emmanuel Macron dans le champ politique français[38],[39].

Actions et manifestations

Utilisation du gilet jaune

Gilets jaunes à Belfort le .

À l'image du mouvement des Bonnets rouges, qui fut le signe de ralliement des opposants aux portiques écotaxe en 2013, le gilet de haute visibilité — dit « gilet jaune », bien que d'autres couleurs soient autorisées[40] — est utilisé comme symbole. Obligatoire en France dans tous les véhicules (y compris dans les véhicules à deux ou trois roues à moteur ou quadricycles à moteur non carrossés), ce gilet est placé pour les partisans du mouvement au-dessus du tableau de bord ou sur la plage arrière afin d'être visible de l'extérieur du véhicule[41],[42].

Absence de structuration

À la différence des manifestations traditionnelles, coordonnées par des organisations syndicales, le mouvement des Gilets jaunes est lancé et se développe initialement uniquement via le web, au travers de médias sociaux (Facebook, Twitter, YouTube) ou de plateformes dédiées[43]. Les syndicats se disent sensibles au mouvement, mais n'y participent pas[44].

Si le mouvement n'est pas structuré à l'image d'un mouvement politique, syndical ou d'une association, les groupes Facebook et leurs administrateurs constituent des succédanés de structures[e],[46].

Les principales personnalités médiatisées au début du mouvement sont Éric Drouet, qui a lancé sur Facebook l'appel au rassemblement du , Priscillia Ludosky, à l’origine de la pétition en ligne appelant à la baisse des prix du carburant, et Jacline Mouraud, dont la vidéo à l’adresse d’Emmanuel Macron est devenue virale[47],[48],[49]. Début décembre, après avoir appelé à « entrer » à l'Élysée, Éric Drouet fait l'objet d'une enquête pour « provocation à la commission d'un crime ou d'un délit » et « organisation d'une manifestation illicite »[50] ; le mois suivant, il est interpellé pour la troisième fois et placé en garde à vue[51],[52],[53],[54].

Le , un groupe de huit personnes issues de différentes régions où le mouvement est actif s'autoproclament « porte-paroles » afin de servir d'interlocuteur avec le Gouvernement[55]. De nombreux Gilets jaunes s'inquiètent alors du risque de récupération politique et d’un manque de représentativité de ces « porte-paroles »[56]. Le , les huit représentants sont conviés pour une rencontre avec Édouard Philippe, mais seul un d’entre eux s’entretient avec le Premier ministre à Matignon ; la délégation des porte-paroles est alors considérée comme dissoute[57].

Déroulement

Les protestations s'organisent autour de blocages d’axes routiers et de ronds-points, notamment en régions, et de manifestations nationales organisées chaque samedi, appelées « actes », qui trouvent un plus grand écho médiatique que les autres actions.

Le mouvement commence le (premier « acte »), journée durant laquelle plus de 3 000 sites sont occupés en France selon le ministère de l'Intérieur[58],[59],[60]. La mobilisation se poursuit dans les semaines qui suivent, principalement en régions[61]. Pendant les fêtes de Noël et de Jour de l'an, le mouvement fléchit significativement[62],[63],[64]. Aux huitième et neuvième « actes », le nombre de manifestants s’accroît nettement, ce qui constitue une première depuis le début du mouvement[65],[66].

Violences

De Gilets jaunes et casseurs

Façade d'une banque dans le 17e arrondissement de Paris.

À la suite de violences et affrontements avec les forces de l'ordre, un couvre-feu partiel est en vigueur sur l'île de La Réunion du 20 au [67].

Lors de l'« acte II », sur l'avenue des Champs-Élysées, à Paris, des barricades sont montées puis incendiées, des abribus cassés et des vitrines de commerces brisées[68]. Le samedi suivant, des casseurs vandalisent l'arc de triomphe de l'Étoile[69],[70]. La situation se calme durant l’« acte IV », avec en particulier des Gilets jaunes s'opposant à des casseurs[71],[72]. Lors de l’« acte VIII », la destruction avec un engin de chantier de la porte de la cour de l'hôtel de Rothelin-Charolais conduit à l’évacuation du secrétaire d’État et porte-parole du Gouvernement, Benjamin Griveaux[73],[74].

Dès le , de façon à éviter la présence de "casseurs" et en l'absence de service d'ordre organisé par les manifestants, des responsables syndicaux de la CGT et de FO proposent aux Gilets jaunes de mettre à leur disposition leur service d'ordre ; en l'absence de coordination du mouvement, ces appels ne reçoivent guère d'écho[75]. À Paris, un service d'ordre est finalement mis en place par les manifestants le suivant[76].

Selon le politologue Thomas Guénolé, les « casseurs » sont de trois ordres : des manifestants pacifiques devenus violents en réaction aux violences policières, des activistes d'ultragauche et d'ultradroite venus dans un but insurrectionnel, et des pillards venus vandaliser des magasins. Il considère que les Gilets jaunes adoptent des méthodes différentes : certains veulent devenir une société civile contre-pouvoir face à Emmanuel Macron, d'autres veulent créer un mouvement politique autogéré qui serait l'équivalent du Mouvement 5 étoiles italien, certains veulent continuer à privilégier l'action de rue dans un rapport de force, tandis que d'autres veulent des grèves et des actions de blocage relevant de la grève générale[77].

D'agents des forces de l'ordre

Articles connexes : Violence policière et Kettling.

Les violences intervenant envers des manifestants et journalistes sont d’un niveau inédit en France, avec « des blessures hors du commun pour des manifestations »[78]. Plusieurs Gilets jaunes perdent ainsi un œil ou une main[79],[80]. Au , Checknews de Libération dénombre 109 blessés graves parmi les Gilets jaunes et journalistes, dont 78 à la suite de tirs de lanceurs de balle de défense[80]. La blessure à l’œil de Jérôme Rodrigues, un des chefs de file du mouvement, est particulièrement médiatisée[81].

Manifestante invitant à lire le rapport d'Amnesty International (, place de la République, Paris).

De nombreux manifestants sont blessés en raison de l'utilisation d'armes proscrites ailleurs en Europe pour ce type d'intervention et parfois considérées comme des armes de guerre : lanceurs de balle de défense (Flash-Ball) et grenades de désencerclement (notamment des grenades GLI-F4)[82]. Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, considère que les lanceurs de balle de défense présentent une dangerosité « pour l'intégrité » des manifestants[83]. Des médias se font l'écho de tirs tendus à hauteur d'homme[84],[85]. La Gendarmerie mobile justifie l’utilisation de ces armes par la volonté de défendre l'intégrité physique des forces de l'ordre[78].

Dans un rapport publié le , Amnesty International dénonce un « usage excessif de la force » contre des manifestants pacifiques, des fouilles et arrestations abusives (notamment sur des street medics), ainsi que les conditions « inhumain[es] » de l'interpellation le à Mantes-la-Jolie de 148 lycéens, agenouillés et menottés pendant plusieurs heures[86],[87],[88],[89]. L’ONU et le Parlement européen évoquent également un usage excessif de la force[90],[91].

Début , l'Inspection générale de la Police nationale (IGPN) a ouvert un total de 116 enquêtes après des plaintes de manifestants[92]. Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, réfute toute violence policière[93].

Nombre de participants

Chaque samedi, le ministère de l’Intérieur publie des chiffres du nombre de manifestants. Des élus et organisations syndicales dénoncent régulièrement une sous-évaluation volontaire de ces chiffres par le Gouvernement[94]. Thomas Ehrhard, maître de conférences à l'université Panthéon-Assas, souligne la fragilité de ces calculs, qui utilisent une « méthode de projection »[95].

À partir de l'acte VII, un collectif de Gilets jaunes, Le Nombre jaune, recense le nombre de manifestants en recoupant plusieurs sources. Ses chiffres sont selon lui a minima en raison d’un « manque d’informations et de référents locaux »[96]. Le différentiel avec les chiffres du ministère de l’Intérieur est similaire à celui constaté lors des précédentes manifestations en France entre les chiffres donnés par le Gouvernement et ceux des syndicats ou d’autres groupes[96].

Nombre de manifestants chaque samedi
17/11
(acte I)
24/11
(acte II)
1/12
(acte III)
8/12
(acte IV)
15/12
(acte V)
22/12
(acte VI)
29/12
(acte VII)
5/01
(acte VIII)
12/01
(acte IX)
19/01
(acte X)
26/01
(acte XI)
2/02
(acte XII)
9/02
(acte XIII)
16/02
(acte XIV)
Ministère de l'Intérieur 287 710[97] 166 000[98] 136 000[99] 136 000[100] 66 000[101] 38 600[102] 32 000[103] 50 000[104] 84 000[105] 84 000[106] 69 000[107] 58 600[108] 51 400[109] 41 500[110]
Collectif Le Nombre jaune NC 68 110 123 440[111] 159 160[112] 147 370[113] 123 150[114] 115 950[115] 118 220[116] 104 070[117]

Revendications

Le mouvement des Gilets jaunes n'étant ni structuré, ni centralisé, ses revendications traduisent des aspirations très diverses. Des slogans sont souvent inscrits au dos des gilets jaunes, mais aussi sur des pancartes ou tags[118].

Les revendications ne concernent pas uniquement le prix des carburants. Pour Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop, « le mouvement des Gilets jaunes est la cristallisation d'un mécontentement massif des Français sur le pouvoir d'achat, dont le révélateur est le carburant »[119].

Prix des carburants

La protestation s'insurge contre une hausse jugée excessive des prix des carburants à la pompe, notamment en raison de l’augmentation de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), qui comprend depuis 2014 une composante carbone, et de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), qui dépend de la TICPE[120],[121], afin d'amoindrir l'effet de la forte augmentation du prix du pétrole.

Ce mouvement protestataire à l'égard du prix des carburants concerne essentiellement des particuliers, car un certain nombre de professions et d'activités bénéficient d'exonérations partielles ou totales de la TICPE[122].

Démocratie directe et participative

Manifestation à Paris lors de l’« acte IX ».

Des membres du mouvement demandent sur Internet et lors des manifestations la mise en place d’une « démocratie directe »[123],[124].

Dans une tribune publiée le , un collectif nommé « Gilets jaunes libres » propose notamment au Gouvernement l'ouverture d'États généraux de la fiscalité, l'organisation fréquente de référendums sur les grandes orientations sociales et sociétales et l'adoption du scrutin proportionnel pour les élections législatives[125].

Au mois de , l'instauration d'un référendum d'initiative citoyenne (RIC) apparaît comme la principale revendication du mouvement[126]. Un tel système vise à permettre de légiférer sans passer par le Parlement[127],[128]. Des Gilets jaunes citent les outils de démocratie directe en Suisse en exemple[129]. L'historien Sylvain Boulouque indique que la revendication « apparaît timidement aux lendemains de la manifestation du 24 novembre » et devient « quasiment virale à partir du 2 décembre » sur les pages des réseaux sociaux des Gilets jaunes[130].

Autres revendications

Une revendication récurrente des manifestants est la démission du président de la République, Emmanuel Macron, une proposition qui est soutenue par la moitié des Français répondant à un sondage YouGov réalisé début décembre 2018[131],[132],[133].

Des revendications portent également sur des mesures défavorables aux automobilistes (prix des péages, du contrôle technique des véhicules, limitation de la vitesse à 80 km/h sur des routes secondaires, multiplication de radars sophistiqués), et parfois sur les retraites, la baisse de la CSG, l'éducation, la culture ou encore la santé[119],[134],[135],[136],[137],[138].

Au fil des semaines, une partie du mouvement s’étend à la question de l’immigration[139],[140]. Des Gilets jaunes s'opposent notamment au Pacte mondial sur les migrations, signé par l’exécutif français pendant le mouvement[141],[142].

Le , une délégation de huit Gilets jaunes, désignés dans l'urgence et à titre provisoire par des animateurs du mouvement, communique une liste de 45 revendications dans plusieurs domaines (transports, pouvoir d'achat, impôts, retraites et aides sociales, travail, démocratie et institutions, services publics et de proximité, entreprises, santé, logement, immigration)[136]. Ils proposent notamment la mise en place d'une taxe sur le fioul maritime et le kérosène, l'augmentation du SMIC à 1 300 euros et l'abandon de l'impôt retenu à la source[143],[144],[145].

Réponses de l'exécutif

Mesures de maintien de l'ordre

Des manifestants repoussant des bombones de gaz lacrymogènes, le au Mans (Sarthe).

Le mouvement est marqué par une très importante mobilisation des forces de l'ordre les samedis (jusqu’à 89 000 agents, lors de l’acte IV). Des véhicules blindés de la Gendarmerie sont également présents, une mesure exceptionnelle en France métropolitaine[146],[147].

Le Gouvernement annonce une loi pour lutter contre les "casseurs" permettant notamment de sanctionner les organisateurs de manifestations non déclarées et l’instauration d'un fichier pour interdire la présence de manifestants radicaux dans les cortèges[148]. Les mesures envisagées dans ce projet de loi posent des questions d'ordre juridique, notamment vis-à-vis du droit de manifester[149]. Des membres du Conseil de l'Europe et de l'ONU expriment leurs inquiétudes vis-à-vis du projet de loi[150],[151].

Opposition initiale à toute revendication

Dans un premier temps, le , le Gouvernement réaffirme qu'il ne reviendra pas sur la hausse prévue des taxes sur les carburants, et annonce la revalorisation de la prime à la conversion[f] et l'augmentation du nombre de bénéficiaires du chèque énergie[g] et du système d’indemnités kilométriques[h],[152],[153],[154]. Le suivant, l'exécutif affirme qu’il renonce à une partie de ces mesures, puis annonce le même jour son souhait de toutes les maintenir[155],[156].

Emmanuel Macron s'exprime le , lors de la présentation de la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE). Il annonce plusieurs mesures s'inscrivant dans le cadre de la transition énergétique et ne fait pas de concession aux Gilets jaunes en matière de taxes[157]. Ce même jour, alors même que l'exécutif avait précédemment exprimé son refus d'entamer toute négociation, le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, reçoit deux représentants des Gilets jaunes ; à l'issue de la réunion, ces derniers ne se montrent pas convaincus et le ministre indique que les revendications exprimées « vont très au-delà des questions de la transition écologique »[158],[159]. Édouard Philippe convie huit des porte-paroles à Matignon le , mais seul un d’entre eux accepte finalement de s'entretenir avec le Premier ministre[160],[161].

Recul sur les taxes sur les carburants

Le Premier ministre, Édouard Philippe, et le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy.

Le , alors que le mouvement se poursuit et que les représentants des Gilets jaunes refusent de le rencontrer, Édouard Philippe revient sur la position du Gouvernement, décrétant un moratoire de six mois sur la hausse annoncée des taxes sur les carburants[162]. Cette annonce est jugée insuffisante par les Gilets jaunes et l'opposition au Gouvernement[163],[164],[165]. Le lendemain, la présidence de la République annonce que la hausse des taxes ne figurera pas dans le projet de loi de finances pour 2019[166].

Allocution d’Emmanuel Macron du 10 décembre 2018

Lors d'une allocution prononcée le et vue par 23 millions de personnes, Emmanuel Macron annonce l'augmentation du revenu[167] d'un travailleur au SMIC de 100 euros par mois dès 2019 « sans qu'il en coûte un euro de plus pour l'employeur », le retour à la défiscalisation des heures supplémentaires, l'annulation de la hausse de la CSG pour les retraites de moins de 2 000 euros par mois et une défiscalisation de la prime de fin d'année dans les entreprises[i],[171],[172]. Il s'oppose au rétablissement de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), une demande de certains Gilets jaunes[173],[k].

Plusieurs médias relèvent que la hausse du revenu des travailleurs au SMIC reposera en grande partie (80 %) sur la mise en œuvre dès 2019 de sa promesse de hausse de la prime d'activité alors que celle-ci était prévue sur les trois années à venir[175],[176]. L'augmentation de la prime d'activité ne donne pas de droits supplémentaires, ni sur la retraite, ni sur l'assurance-chômage[177]. Par ailleurs, aucune annonce en faveur du pouvoir d'achat des agents de la fonction publique n’est faite[178].

Les annonces d'Emmanuel Macron sont traduites dans la loi du portant mesures d'urgence économiques et sociales. Évaluées à 10,3 milliards d'euros, ces mesures doivent être financées à hauteur de quatre milliards par un plan d’économies, avec notamment une taxe sur les « géants du Web », la diminution de dépenses publiques, une réduction de la baisse de l'impôt sur les sociétés et la limitation de la niche Copé[179]. Pour le reliquat de 6,3 milliards d'euros, il est décidé de laisser filer le déficit budgétaire de 2,8 % à 3,2 %, soit au-delà du seuil des 3 % prévus par les critères de convergence européens[180].

Grand débat national

Articles détaillés : Grand débat national et Lettre aux Français.

Face à la crise, l'exécutif lance un « grand débat national », qui doit se dérouler de la mi- à la mi-. Cette consultation entend faire remonter les souhaits des Français autour de quatre grands thèmes (transition écologique, fiscalité, services publics et débat démocratique), le Gouvernement excluant notamment l’immigration, la peine de mort, l’interruption volontaire de grossesse et le mariage homosexuel de la consultation[181],[182]. En réaction à la plate-forme numérique du grand débat, des Gilets jaunes créent le site internet « Le vrai débat »[183].

Profil des manifestants

Milieu social et motivations

Manifestants le à Belfort.

Sa spontanéité, l'absence d'encadrement partisan, de structure et de revendications claires ont fait que le mouvement a été analysé comme une jacquerie fiscale moderne, c'est-à-dire un mouvement de colère populaire dû à une fiscalité jugée injuste ou mal répartie[184],[185].

Beaucoup de manifestants, qui représentent principalement les classes moyennes, expriment le sentiment de mépris dont ils estiment faire l’objet de la part des élites urbaines[186]. La Süddeutsche Zeitung y voit ainsi « la rébellion d’une classe moyenne qui se sent marginalisée socialement et géographiquement par les personnes les mieux rémunérées des grandes villes »[187].

Pour Vincent Tiberj, professeur à l’IEP de Bordeaux, les Gilets jaunes « incarnent ce que le sociologue Olivier Schwartz appelle les « petits moyens » : ils travaillent, paient des impôts et gagnent trop pour être aidés et pas assez pour bien vivre »[188]. La thématique du chômage est ainsi absente des protestations[189],[190].

Mouvement rural et périurbain

La contestation concerne essentiellement les zones rurales et périurbaines. Plusieurs facteurs sont avancés pour expliquer la surreprésentation dans le mouvement de personnes habitant dans ces territoires : proportion élevée d'ouvriers et employés, forte exposition aux taxes, utilisation contrainte de la voiture en raison de l'absence de transports publics[190]. Le démographe Hervé Le Bras fait apparaître une forte mobilisation dans la « diagonale du vide », qui va de la Meuse aux Landes[191].

En revanche, le mouvement rencontre un faible écho dans des territoires urbains comme la Seine-Saint-Denis[192]. Des personnes habitant certaines banlieues défavorisées restent en effet à l'écart du mouvement, ne se retrouvant pas dans certaines revendications, s'inquiétant de l'implication de groupes d'extrême droite, craignant une répression policière et gardant un souvenir amer des émeutes de 2005[193],[194],[195].

Mobilisation des femmes

La participation des femmes aux protestations est jugée importante : elle est estimée à quelque 45 % du nombre de manifestants, et de nombreuses figures du mouvement sont des femmes[196],[197],[198]. Selon Le Figaro et Les Inrockuptibles, cette forte mobilisation est la marque d'un malaise social profond, les femmes étant particulièrement concernées par les questions liées au niveau de vie[198],[199]. L'absence des féministes dans le mouvement est cependant remarquée[200]. À partir du dimanche , à la suite d'un appel pour une « marche pour les femmes », des femmes se regroupent et manifestent dans plusieurs villes afin de donner une image plus « pacifique » du mouvement[201],[202],[203].

Orientations politiques

Une enquête d'opinion réalisée par Elabe fin fait état d'une « sur-représentation des électeurs de Marine Le Pen chez les Français se définissant comme Gilets jaunes », 42 % de ses électeurs lors de l'élection présidentielle de 2017 se définissant comme tels (contre respectivement 20 % et 5 % chez les électeurs de Jean-Luc Mélenchon et d'Emmanuel Macron)[204]. Les autres études confirment que les sympathisants RN et FI sont plus enclins à soutenir le mouvement que ceux des autres partis[205],[206].

Se référant aux programmes des candidats à la présidentielle de 2017, Les Décodeurs du quotidien Le Monde estiment que les revendications du mouvement — dont ils précisent qu’« [elles] ne sont pas officielles, le mouvement étant caractérisé par son horizontalité »[l] — sont « très proches de la gauche radicale »[m], « compatibles avec l’extrême droite »[n] et « très éloignées des programmes libéraux d’Emmanuel Macron ou de François Fillon »[207]. L’historien Sylvain Boulouque indique que le « nouveau serment du Jeu de paume », prononcé par des figures des Gilets jaunes le 13 décembre 2018, « représente un étonnant syncrétisme entre les programmes du Front national [FN, devenu aujourd'hui le Rassemblement national], de La France insoumise et de l'UPR »[130].

Au fil des semaines, notamment en , les études d’opinion montrent une baisse sensible du soutien des sympathisants du Rassemblement national aux Gilets jaunes, les partisans de La France insoumise étant désormais plus favorables au mouvement que ceux du RN[208],[209].

Rejet des médias

Gilets jaunes devant la maison de la Radio (Paris, ).

Si les manifestants ont des sensibilités politiques très variées, leurs discours comportent pour beaucoup une rhétorique anti-médias, ce qui les conduit à s'informer notamment sur les réseaux sociaux. Selon les journalistes, la défiance du mouvement vis-à-vis des médias atteint des proportions inédites.

Les Gilets jaunes estiment en particulier que la couverture médiatique de leur mouvement ne correspond pas à la réalité de la situation. Ils reprochent notamment aux médias de se montrer favorables au pouvoir en place et de projeter une image déformée du mouvement en mettant en avant les « casseurs »[210]. Arrêt sur images relève que « malgré un nombre de blessés considérablement plus important par les forces de l'ordre, la focale médiatique se fixe davantage sur les violences commises par les manifestants » à l'égard des journalistes[211].

Dans ce contexte, des manifestants agressent des journalistes ou bloquent les centres d'impression de journaux[212],[213]. Plusieurs rédactions prennent des mesures pour assurer la sécurité des journalistes, notamment avec la présence de gardes du corps pendant les reportages[214],[215]. D'après les journalistes qui couvrent habituellement les manifestations, les agressions contre les journalistes ont débuté il y a une dizaine d'années et sont croissantes avec le temps. Selon le directeur de la chaîne de télévision France Info, les violences contre les journalistes sont le fait de minorités, et beaucoup de journalistes de France Info ont été bien accueillis en région[216]. Les Gilets jaunes se montrent souvent bienveillants à l'égard de RT France et de certains journalistes tels que Rémy Buisine, producteur de live pour Brut[217].

Perception du mouvement

Opinion publique

L’historien Stéphane Sirot indique, à la mi-décembre 2018 : « On a rarement mesuré un soutien aussi massif de l’opinion publique à un mouvement social. Souvent en France, il y a une certaine bienveillance, une courte majorité de soutien aux mouvements sociaux de salariés, mais qu’il frise les 75 %, c’est tout à fait singulier. C’est peut-être parce qu’on est face à un soutien qu’on pourrait qualifier d’identification. Alors que lors des mouvements sociaux on observe souvent un soutien de bienveillance, qui relève de ce que l’on appelle la « grève par procuration »[218].

Tableau récapitulatif des sondages sur la position des Français vis-à-vis du mouvement
2018 2019
Question Sondeur Avant
le 17 nov.
17-23 nov. 24-30 nov. 1-7 déc. 8-14 déc. 15-31 déc. 1-11 jan. 12-18 jan. 19-31 janv. 1-14 fév. 15-28 fév.
Trouve le mouvement justifié Odoxa 78 %[219]
74 %[220]
77 %[221] 84 %[222] 77 %[223]
YouGov 83 %[224] 74 %[225] 77 %[226]
Approuve le mouvement BVA 65 %[227] 71 %[227]
Soutien/sympathie à l'égard de la mobilisation Elabe 73 %[228] 70 %[229] 75 %[230] 72 %[231] 73 %[232] 70 %[233] 60 %[234] 67 %[235] 63 %[236] 58 %[236]
Ifop 71 %[237]
69 %[238]
66 %[239] 71 %[240] 72 %[241]
66 %[242]
68 %[243] 57 %[242] 58 %[242] 58 %[242] 55 %[244]
YouGov 67 %[245] 70 %[224] 62 %[225] 64 %[226]
Soutien au mouvement OpinionWay 65 %[246] 64 %[247] 66 %[248] 68 %[249] 66 %[250]
59 %[251]
64 %[252]
61 %[253]
59 %[254]
57 %[255]
56 %[256] 56 %[257]
Harris 72 %[258] 72 %[258]
Souhaite la poursuite du mouvement BVA 59 %[259]
Elabe 69 %[230] 63 %[231] 52 %[232] 54 %[233] 51 %[234] 54 %[235] 43 %[236]
Odoxa 66 %[221] 54 %[260] 55 %[261] 51 %[262]
OpinionWay 45 %[250] 49 %[253]
Ifop 53 %[263] 38 %[263]
Souhaite la poursuite du mouvement
pendant les deux mois du grand débat national
YouGov 48 %[226] 52 %[226]
Se reconnait dans le mode d'action BVA 46 %[259]
Approuve que certains recourent à la violence Harris 15 %[258]

Classe politique

En France, l'automobiliste possède un certain « poids électoral », qui est revendiqué par des mouvements associatifs[264].

Rapidement, le mouvement est soutenu par des dirigeants de partis politiques comme Marine Le Pen (Rassemblement national), Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) et Laurent Wauquiez (Les Républicains)[265],[266],[267]. Libération évoque une tentative de récupération politique du mouvement par des partis politiques, tout en affirmant que l'initiative est partie de « l'Internet vrai » et non de la « fachosphère »[268].

Les Gilets jaunes divisent notamment à gauche[269]. Si certains d'entre eux affichent leur compréhension ou soutien au mouvement, la plupart ne cautionnent pas le blocage des routes[270]. Daniel Cohn-Bendit, ancien meneur de Mai 68, voit derrière la mobilisation une « tentation totalitaire », établissant un parallèle entre le port du gilet jaune et celui de l'étoile jaune pendant la Seconde Guerre mondiale[271].

Le , en soutien au mouvement, le député non-inscrit Jean Lassalle porte un gilet jaune à l'Assemblée nationale, entraînant une suspension de la séance et une retenue sur ses indemnités parlementaires[272],[273]. Jean-Hugues Ratenon, élu FI pour La Réunion, brandit cinq jours plus tard un gilet jaune à la tribune ; sa prise de parole est arrêtée par une suspension de séance[274],[275]. Nicolas Hulot, ancien ministre de la Transition écologique et solidaire sous la présidence Macron, déclare le  : « Les gens savent que le kérosène des avions n'est pas taxé, que le fioul lourd des cargos n'est pas taxé. Pas besoin d'être un Gilet jaune pour s'en indigner »[276].

Pour dénouer la crise, fin novembre, le Rassemblement national et la France insoumise réclament la dissolution de l’Assemblée nationale, tandis que Les Républicains demandent à Emmanuel Macron de soumettre à référendum le plan de transition écologique qu'il a présenté le 27 novembre précédent[277]. La France insoumise, le Parti communiste français et le Parti socialiste déposent contre le Gouvernement une motion de censure, qui est largement rejetée par l’Assemblée nationale le [278],[279].

En marge du mouvement, des députés, en particulier ceux de LREM, sont pris à partie, dans des proportions inédites sous la Ve République selon l'historien Christophe Bellon[280].

Syndicats professionnels

Les principaux syndicats professionnels de salariés refusent pendant longtemps de s'associer directement à la contestation. Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, affirme vouloir éviter toute récupération politique[281]. Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, déclare avant le début du mouvement : « Ces blocages, tout le monde a compris qu’ils sont récupérés politiquement par l’extrême droite. »[282].

Cependant, des initiatives locales de la part de responsables de la CGT, comme dans les Pyrénées-Orientales, sont en contradiction avec les directives confédérales[283]. Le , plusieurs syndicats, dont le FNTR, appellent le Gouvernement soit à entamer un processus de négociation avec les Gilets jaunes, soit à faire respecter la liberté de circulation des opérateurs économiques. Ils ajoutent qu'ils interviendront pour préserver les intérêts des transporteurs et la sécurité de leurs personnels si le Gouvernement n'agit pas[284]. Dans le même temps, FO Transport exprime son souhait d'organiser des actions pour le pouvoir d'achat en solidarité avec les Gilets jaunes[285].

Actes antisémites et racistes

La présence d'un négationniste connu, Hervé Ryssen, dans la manifestation du 2 décembre 2019, place de l'Étoile à Paris, et sa mise en couverture par Paris-Match inquiètent des personnalités juives[286].

Quelques actes à connotation antisémites ont lieu dès les débuts des manifestations du mouvement. Le , des Gilets jaunes entonnent le « chant de la quenelle », inventé par l’humoriste antisémite Dieudonné[287]. L'historien Vincent Duclert publie deux jours plus tard, le , une tribune dans Le Monde où il regrette le manque d'indignation quant aux violences antisémites[288]. Le , à Strasbourg, en marge du cortège des Gilets jaunes, des slogans antisémites sont lancés devant la synagogue de la Paix tandis que des pétards sont lancés contre sa porte[289].

Le , en rentrant à son domicile, le philosophe Alain Finkielkraut est sifflé et victime d’insultes antisémites[290]. Cet événement suscite l’indignation de la classe politique, bien que des membres de l'extrême gauche et des indigénistes le minimisent[290],[291]. Alors qu'un individu proche de la mouvance islamiste est suspecté par les autorités, Alain Finkielkraut évoque « un mélange de gens des banlieues, de l'extrême gauche et peut-être aussi des soraliens », et non « des Gilets jaunes d'origine »[292],[293].

Traitement médiatique

Le sujet est souvent le plus traité par les médias français[o],[294],[295]. De la mi- à la mi-, ce sont près de 645 000 mentions du mouvement que l'institut recense en tenant compte de la plupart des médias français[296],[297].

Le traitement médiatique du mouvement par certains médias est critiqué par l'association Acrimed. Elle relève le parti pris supposé du quotidien Le Parisien, avec ses nombreuses unes et articles jugés anti-Gilets jaunes[298]. La chaîne de télévision BFM TV est, elle, accusée de vouloir construire un « climat anxiogène » fait de « peur ». Beaucoup d'éditorialistes de différents médias (Yves Calvi sur RTL, Bernard-Henri Lévy au Point, Gérard Leclerc sur CNews) sont décrits comme partisans du Gouvernement et de la police, qui « condamn[ent] par avance » les manifestations et attribuent « l'entière responsabilité des violences » aux Gilets jaunes[299],[300]. Frédéric Lemaire, membre d'Acrimed, dénonce une « couverture médiatique quasi-nulle » d'un rapport d'Amnesty International sur la violence excessive de forces de l'ordre, contrairement aux violences commises par les manifestants, qui sont « scrutées, commentées, dénoncées à longueur de journées »[p],[302]. Tony Le Pennec d'Arrêt sur images condamne aussi la disproportion « frappante » de couverture médiatique envers les agressions de journalistes commises par des manifestants et celles commises par les forces de l'ordre[303], alors que, comme le note Acrimed, les violences des manifestants ont « un degré bien moindre et bien moins grave »[304].

Théories autour du mouvement

Fausses informations

Le mouvement des Gilets jaunes s'accompagne de fausses informations (fake news), notamment concernant la présence supposée de « mercenaires » anti-Gilets jaunes sur le territoire, et la rumeur de la disparition de la Constitution française. Des vidéos et des clichés sont parfois détournés dans un but de propagande[305],[306]. Ces fausses informations sont surtout répandues sur des groupes de discussion rassemblant des Gilets jaunes[307],[308].

Des militants, élus et ministres LREM diffusent également des fausses informations, notamment celle qui voudrait que le mouvement des Gilets jaunes trouve son origine aux États-Unis peu après l’élection d'Emmanuel Macron. Cette fausse information a été relayée notamment par les députés Émilie Chalas, Aurore Bergé, Coralie Dubost et Naïma Moutchou, rapporteuse de la loi contre la manipulation de l’information[309],[310],[311],[312].

Soupçons d'ingérence

En Russie, même si le Kremlin déclare ne pas voir d'influence des États-Unis dans le mouvement des Gilets jaunes, plusieurs médias comparent ce mouvement aux Révolutions de couleur et affirment qu'il a été organisé par les États-Unis afin de punir Emmanuel Macron de s'être prononcé en faveur d'une armée européenne[313],[314],[315].

Le Times du publie des extraits de note des services de renseignement français concernant des comptes de réseaux sociaux qui auraient amplifié le mouvement[316]. Selon le journal, des centaines de comptes seraient alimentés par la Russie, qui dément[317],[318]. Le secrétaire d’État Mounir Mahjoubi dénonce ainsi une ingérence de « forces étrangères » sur les réseaux sociaux[319]. Mais selon une déclaration d'un cadre des services de renseignement français rapportée par Le Journal du dimanche le 16 décembre 2018, l'implication de la Russie n'est pas établie, ni par la DGSE ni par la DGSI[320].

Dans un entretien avec l'hebdomadaire Le Point, le président français, Emmanuel Macron, affirme que les Gilets jaunes ont été « conseillés » par une puissance étrangère. Il cite les médias russes RT et Sputnik pour leur influence supposée sur le développement du mouvement[321].

Théories du complot

Le démographe Emmanuel Todd envisage que les actes de vandalisme commis le dans l'arc de triomphe de l'Étoile soient le fait d'« agents provocateurs » au service des autorités[322]. L'essayiste Jean-Claude Michéa affirme pour sa part que les Black bloc et les antifas sont au service de l'« État macronien » et visent à discréditer les Gilets jaunes par leurs violences[315].

Rudy Reichstadt, fondateur de Conspiracy Watch, estime que « si l'on ne peut affirmer catégoriquement que le complotisme est réellement plus présent dans ce mouvement que dans d'autres, on ne connaît pas, en revanche, de figure marquante du complotisme francophone qui n'ait pas revêtu le gilet jaune »[323]. Samuel Laurent, responsable des Décodeurs, insiste sur l'extrême porosité des Gilets jaunes face « à des informations qui les confortent »[324].

Après la fusillade du 11 décembre 2018 à Strasbourg, plusieurs figures des Gilets jaunes déclarent sur Facebook que l'attentat a été organisé par le Gouvernement pour « détourner l'attention »[325]. La rumeur prend rapidement de l'ampleur, plus rapidement que lors des précédents attentats selon la journaliste à France Inter Sonia Devillers[326],[327].

D'autres théories ont trait à l'organisation du mouvement des Gilets jaunes, comme celle de l'éditorialiste Jean-Michel Aphatie, qui « pense depuis le début qu’il y a une organisation souterraine, cachée, [qu’]il y a des tireurs de ficelles »[328],[329].[pertinence contestée]

Conséquences

Bilan humain

Hommage aux Gilets jaunes morts ou blessés (fontaine des éléphants, Chambéry, ).

Onze personnes meurent lors des manifestations, dont dix à la suite d'un choc avec un véhicule. Le , au Pont-de-Beauvoisin (Savoie), une conductrice d'un 4x4, arrêtée à un barrage de manifestants à un rond-point, redémarre son véhicule et renverse une manifestante de 63 ans, qui est tuée[330] ; au vu des images d'une caméra de vidéosurveillance, le parquet déclare qu'il est « impossible de qualifier l’acte d’involontaire »[q],[331]. Entre le et le , sept conducteurs meurent après avoir percuté des véhicules[r],[s],[t],[u],[v],[w]. Le , à Marseille, une femme de 80 ans meurt à l'hôpital « d'un choc opératoire », après avoir reçu au visage une grenade lacrymogène MP7 alors qu'elle fermait les volets de son appartement[340],[341]. Les 13 et , deux Gilets jaunes trouvent la mort après avoir été renversés par un camion[342],[343]. Par ailleurs, plusieurs automobilistes forcent des barrages, renversant des manifestants ou des membres des forces de l'ordre[344],[345],[346].

Le , un bilan établi par le ministère de l'Intérieur fait état de 2 891 blessés, dont 1 843 civils et 1 048 chez les forces de l'ordre[347]. Le sociologue Fabien Jobard indique que le bilan humain « dépasse tout ce que l’on a pu connaître en métropole depuis Mai 68, lorsque le niveau de violence et l’armement des manifestants étaient autrement plus élevés, et le niveau de protection des policiers, au regard de ce qu’il est aujourd’hui, tout simplement ridicule »[348]. La commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Dunja Mijatović, s'inquiète publiquement du grand nombre de blessés[150].

Le journaliste David Dufresne dénombre, au , 1 décès et 346 personnes blessées : 183 blessées à la tête, 19 éborgnées et 4 ayant eu une main arrachée en raison de l'emploi par les forces de l'ordre de LBD, de grenades de désencerclement et de grenades lacrymogènes contenant de l'explosif[349].

Poursuites judiciaires

Selon le Gouvernement, à la mi-février 2019, environ 8 400 manifestants ont été interpellés et 1 800 condamnés[350]. Ces chiffres constituent un record pour un mouvement social en France[351]. Le sociologue Fabien Jobard indique que le nombre d'environ 1 500 gardes à vue en une journée, atteint le 8 décembre, est « un record, bien au-delà de ce que l’on a vu à l’occasion de sommets internationaux tels que, dernièrement, le G20 de Hambourg, pourtant marqué par des destructions et, plus rarement, des pillages »[348].

Impacts économiques

Le , l'INSEE fait l’hypothèse que le mouvement « pourrait ôter 0,1 point à la croissance du PIB au quatrième trimestre 2018, via les secteurs d’activité sans doute principalement touchés : commerce, hébergement, restauration, transports »[352]. La Banque de France revoit, quant à elle, la croissance du dernier trimestre 2018 à 0,2 % au lieu de 0,4 %[353]. À la mi-décembre, le ministère de l’Économie mentionne une baisse de chiffre d'affaires de 40 % pour les « petits commerçants » et de 15 % pour la grande distribution[x]. Le délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution évalue le manque à gagner total à un milliard d'euros[355]. Plusieurs enseignes et syndicats annoncent un fort report des ventes vers l'e-commerce, notamment vers Amazon et Rakuten France, qui a vu ses ventes bondir de 50 % le samedi et de 63 % le samedi suivant[355]. Le mouvement a également des conséquences sur l'industrie et l'agriculture[356]. Début , la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, indique avoir « débloqué » 32 millions d’euros pour payer les salaires des quelque 58 000 personnes ayant connu une période de chômage partiel depuis le début de la crise[357].

Lors des rassemblements à Paris, en particulier entre le et le , plusieurs enseignes, restaurants et automobiles sont la cible de violences. Du mobilier urbain est également dégradé et des barricades sont dressées[358]. Le préjudice est estimé à plusieurs centaines de milliers d'euros[y],[360]. Selon le groupe Vinci Autoroutes, les dégâts s’élèvent à la mi- à « plusieurs dizaines de millions d'euros » sur l'ensemble du réseau français[361]. Entre le début du mouvement et , plus de 60 % des radars automatiques de contrôle routier sont masqués, dégradés ou détruits[362],[363].

Selon l'Union française des industries pétrolières (UFIP), sur le mois de décembre, la crise des Gilets jaunes a conduit à une baisse de 9 % de la consommation de carburant délivré par les stations-service françaises ; pour Francis Duseux, président de l'UFIP, c'est une première en quarante années[364].

En matière culturelle

Des musées, théâtres et autres lieux culturels sont préventivement fermés en raison des manifestations, des concerts ou festivals de musique sont également reportés ou annulés[365]. Pour assurer la pleine disponibilité des forces de l’ordre pour les manifestations des Gilets jaunes, le ministère de l’Intérieur fait reporter plusieurs matchs du championnat de France de football[366].

Aspects politiques

Baisse de popularité de l’exécutif

Emmanuel Macron en .

Lors du mouvement, qui reçoit l’appui d'une large majorité de l’opinion publique, les sondages indiquent une baisse à des niveaux records de la cote de popularité du président de la République, Emmanuel Macron, et du Premier ministre, Édouard Philippe[367],[368],[369],[370]. Le président Macron, qui cristallise les tensions des manifestants, voit son son image se dégrader, aussi bien en raison de sa politique et de sa gestion du conflit que de sa personnalité[371],[372]. Alors qu’il est perçu comme faisant partie d'une élite déconnectée du quotidien de beaucoup de Français, le président français voit sa capacité à réformer la France d’ici à la fin de son quinquennat remise en cause à l'international[373],[374],[375],[376],[377].

Réactions internationales

La crise conduit plusieurs dirigeants étrangers à s'exprimer. Aux États-Unis, le président Donald Trump indique dans un tweet que « les émeutes dans cette France socialiste sont provoquées par des taxes d'extrême gauche sur le carburant », se sert du mouvement pour maintenir la pression commerciale exercée sur l’Union européenne, et critique l'accord de Paris sur le climat[z],[380],[381],[382]. Le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, explique le mouvement des Gilets jaunes en France de la sorte : « Les Français n'ont pas aimé de devoir payer de leur poche les changements dans la politique énergétique de leur pays »[383]. Le chef de l'Autorité judiciaire iranienne, Sadeq Larijani, déclare que « si ces manifestations n'avaient pas eu lieu en Occident, l'ONU et de nombreux autres ministères des Affaires étrangères s'en seraient déjà mêlés »[384]. Le , le Gouvernement italien (M5S-Lega), conduit par Giuseppe Conte, annonce son soutien au mouvement français[385]. Des experts de l'ONU font état de leurs inquiétudes sur des restrictions « disproportionnées » au droit de manifester en France[151].

Projets électoraux

En , la possibilité d'une évolution du mouvement en une organisation politique susceptible de se présenter aux élections européennes de 2019 est envisagée[386]. Un membre déclaré du mouvement, Hayk Shahinyan, annonce ainsi son souhait de conduire une liste « Gilets jaunes » aux européennes[387]. Le chanteur Francis Lalanne dit vouloir se présenter sur une liste de ce scrutin[388]. De son côté, l’ancien ministre Bernard Tapie affirme vouloir aider les Gilets jaunes en leur offrant « un espace d'organisation et d'expression à travers La Provence », journal dont il est propriétaire, « pour leur permettre de proposer une offre politique alternative »[389].

Selon un sondage Ipsos, commandé par le parti de la majorité présidentielle et réalisé début , une liste liée au mouvement des Gilets jaunes arriverait en quatrième position des élections européennes de 2019, avec 12 % des voix[390]. Les sondeurs indiquent qu'une telle liste réduirait avant tout les intentions de vote en faveur du Rassemblement national et de La France insoumise, dont de nombreux sympathisants soutiennent les Gilets jaunes[391],[392]. Le Rassemblement national, la France insoumise, le Parti communiste français et Les Patriotes déclarent souhaiter la présence de Gilets jaunes sur leurs listes aux élections européennes[393],[394],[395],[396].

En janvier et , plusieurs listes de Gilets jaunes sont annoncées vue des élections européennes[397].

Débat sur le référendum d'initiative citoyenne

Une proposition de référendum d'initiative citoyenne relayée en 2018[398],[399].

Le , alors que le référendum d'initiative citoyenne (RIC) émerge comme la principale revendication du mouvement, le Premier ministre, Édouard Philippe, déclare : « Le référendum peut être un bon instrument dans une démocratie, mais pas sur n'importe quel sujet ni dans n'importe quelles conditions. C'est un bon sujet du débat que nous allons organiser partout en France[400]. » Peu après, le groupe La France insoumise à l'Assemblée nationale annonce son souhait de déposer en une proposition de loi visant à instaurer le RIC[401].

Manifestations similaires

Dans le reste du monde

Les contestations contre les taxes sur les carburants et contre la vie chère gagnent d’autres pays, en Europe et dans le reste du monde[402].

En réaction aux Gilets jaunes

Les « Gilets orange » regroupent des militants dont les revendications se rapprochent de celles du mouvement des Gilets jaunes, en particulier au niveau des prix du carburant[403], et les « Gilets rouges » des militants de la CGT solidaires des Gilets jaunes[404]. Le mouvement des « Stylos rouges » rassemble sur les réseaux sociaux plusieurs dizaines de miliers de membres de l'Éducation nationale française[405],[406]. Les « Gyros bleus » (policiers) appellent à un mouvement non déclaré pour dénoncer la fatigue engendrée par leur métier[407]. Les « Gilets verts » cherchent la convergence avec les Gilets jaunes en soulignant l’urgence écologique[408]Source insuffisante .

Fichier:Cortège manifestation des Foulards Rouges à Paris le 27 janvier 2019.webmLire le média
Manifestation de Foulards rouges à Paris le .

Sur les réseaux sociaux, déplorant les violences, plusieurs mouvements critiquent le mode d’action des Gilets jaunes, notamment les « Foulards rouges » et les « Gilets bleus »[409],[410]. Une manifestation organisée par les Foulards rouges le à Paris rassemble 10 500 personnes d’après la préfecture de police, un chiffre surévalué selon les médias nationaux[411],[412],[413].

Dans le passé

La France a connu d'autres manifestations et révoltes spontanées qui sont parfois comparées au mouvement des Gilets jaunes. La Révolution française est régulièrement évoquée[414],[415],[416]. Les révoltes viticoles, comme celle de 1907, sont aussi mentionnées[417]. Le mouvement des Gilets jaunes est également parfois comparé à celui des Bonnets rouges, qui conduit en 2013 à la suppression des portiques écotaxe. Toutefois, selon la géopolitologue Béatrice Giblin, cette comparaison avec les Bonnets rouges est peu pertinente dans la mesure où ce mouvement « avait été pris en main par des vrais leaders, comme le maire de Carhaix, ou les grands patrons de Bretagne »[418].

En s’opposant à l'augmentation des taxes et impôts, le mouvement des Gilets jaunes peut également évoquer les jacqueries de l'Ancien Régime et le poujadisme des années 1950[aa],[419],[420]. Sont également cités les mouvements de protestation massifs étant intervenus à partir du deuxième choc pétrolier contre la hausse des prix à la pompe et plus généralement contre le coût de la vie, et ayant entraîné un blocage du pays ou de certains secteurs d'activité[421],[422].

Dans le monde arabe, un parallèle est parfois établi entre le mouvement des Gilets jaunes et le printemps arabe[423]. Samir Aita, ancien directeur du Monde diplomatique, indique ainsi que les deux révoltes trouvent leur origine dans le fait que les campagnes ont été délaissées au profit des centres urbains[424]. Des éditorialistes sont toutefois plus sceptiques : dans le quotidien L'Orient-Le Jour, Anthony Samrani affirme qu'il n'y a ici « pas de dictateur à faire tomber, pas non plus d'État policier ou de moukhabarate [services secrets] prompts à vous faire disparaître à la moindre critique »[423]. Des parallèles sont également faits avec la révolution ukrainienne de 2014[425].

Activités artistiques autour du mouvement

Détournement de l'œuvre La Liberté guidant le peuple[426],[427].

Films et documentaires

En , le réalisateur et député François Ruffin annonce la réalisation d'un film documentaire sur le mouvement, J'veux du soleil, coréalisé avec Gilles Perret. Sa sortie est prévue pour [428].

Humour

Une vidéo de l'humoriste La Bajon dans le rôle de l'avocate d'Emmanuel Macron portant un gilet jaune, est vue plusieurs millions de fois sur les réseaux sociaux, ce qui fait d’elle une des coqueluches du mouvement[429],[430]. La danseuse Nadia Vadori-Gauthier improvise une chorégraphie en pleine rue lors des manifestations avec pour fond les fumées des différents gaz et feux de voitures[431]. Le , en marge de la manifestation sur les Champs-Élysées, Deborah De Robertis organise un happening lors duquel cinq femmes se présentent seins nus face aux gendarmes, avec un costume évoquant Marianne[432]. Enfin, Les Gentils, Les Méchants, une reprise de Michel Fugain sur un rond point obtient une grande popularité[433],[434],[435].

Graffitis

À Paris, rue d’Aubervilliers (19e arrondissement), début , l’artiste urbain Pascal Boyart peint une fresque inspirée de La Liberté guidant le peuple de Delacroix représentant une Marianne guidant des Gilets jaunes[436]. Le mouvement Black Lines, un groupe d'une trentaine d'artistes, réalise une fresque de 300 mètres de long s'inspirant des divers faits relatifs aux manifestations[437],[438].

Notes et références

Notes

  1. Dix personnes sont décédées dans des accidents de la route liés aux manifestations. Une personne est morte après avoir été blessée dans son appartement, touchée par un éclat de grenade lacrymogène alors qu'elle fermait ses volets[1].
  2. En effet, en euros constants 2017, le prix de l'essence à la pompe, qui était de l'ordre d'1,60 € en 1960, est descendu puis monté jusqu'à près d'1,80 € en 1979-1980, puis redescendu avant de remonter assez régulièrement jusqu'au-dessus d'1,60 € au début des années 2010, avant de redescendre jusque vers 1,40 € en 2017[2],[3],[4].
  3. Concernant l'évolution des prix en salaire horaire courant, il était possible pour une heure de SMIC en 1973 d'acheter trois litres d'essence, contre six litres en 2018[5].
  4. De 7  pour la valeur de la tonne de CO2 en 2014, celle-ci passe à 30,5  en 2017[7],[8].
  5. Le groupe Facebook comptant le plus de membres est celui créé par Éric Drouet et longtemps administré, entre autres, par Priscillia Ludosky[45].
  6. Jusqu'alors d'un montant de 1 000 € pour les ménages imposables et 2 000 € pour les ménages non imposables, elle devrait passer à 4 000 € pour les 20 % de Français les plus modestes et pour les ménages non-imposables qui habitent à une distance supérieure à 30 km de leur lieu de travail.
  7. Le chèque énergie s'est substitué en 2018 aux tarifs sociaux de l'énergie. Il devrait bénéficier à 2,2 millions de personnes supplémentaires.
  8. Le système d’indemnités kilométriques serait élargi aux gros rouleurs, à partir de soixante kilomètres par jour, pour les petites cylindrées (4 CV), qui « consomment peu ou ne polluent pas ». L’État laisserait ces aides à la charge des collectivités et des entreprises.
  9. À la suite de l’appel présidentiel à un « effort national de solidarité », la Fédération bancaire française s'engage à ce que les banques n’augmentent pas leurs tarifs en 2019[168] et plusieurs grandes entreprises annoncent leur intention de verser une prime volontaire de fin d'année[169],[170].
  10. Le comité se penchera également sur le prélèvement forfaitaire unique (PFU) au taux de 30 % sur les revenus du capital, plus connu sous le nom de flat tax
  11. Un comité d'évaluation des réformes sur la fiscalité du capital, dont celle de l'ISF, est toutefois installé le . Ce comité doit remettre un rapport en septembre 2019, avant le dépôt du projet de loi de finances 2020[j],[174].
  12. L'article prend en compte les revendications communiquées par la délégation de huit Gilets jaunes le , ainsi qu'une autre liste de doléances assez similaire, établie la semaine précédente selon la même méthode de consultation en ligne, et « d’autres demandes entendues lors des manifestations et des publications partagées sur les réseaux sociaux ».
  13. « […] les deux tiers sont compatibles avec le programme de Jean-Luc Mélenchon. Elles se rapprochent aussi du candidat socialiste Benoît Hamon, désormais chef de file de Génération.s. Les plus sociales, sur le smic et les retraites par exemple, sont directement inspirées des idées de Philippe Poutou ou Nathalie Arthaud »
  14. « près de la moitié des propositions sont partagées par Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen, en particulier sur la défense des services de proximité (commerces, poste, école) ou la renationalisation des infrastructures (autoroutes, aéroports) »
  15. Exception faite notamment de l'attaque du marché de Noël de Strasbourg et des fêtes de Noël. Voir [1].
  16. Cédric Mathiot de Libération reconnaît que le rapport « a été peu mentionné dans la presse », tout en affirmant que son journal a déjà écrit « largement » sur les violences policières[301]. Pour Lemaire, les différents articles de Libération ne semblent pas être à la « hauteur de l'ampleur nouvelle de la brutalité de la répression policière »[302].
  17. Elle est mise en examen pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner [avec arme par destination] ».
  18. Le , dans la Drôme (sur la N7), un motard remontant une file de voitures bloquées par un barrage percute une camionnette et meurt le lendemain[332].
  19. Le , un artisan conduisant une fourgonnette meurt après avoir percuté un camion sur la RN 113 à Arles[333],[334].
  20. Le , à Chasseneuil-sur-Bonnieure (Charente), une voiture percute un camion à l'arrêt au niveau d'un barrage des Gilets jaunes : la conductrice de la voiture, âgée de 25 ans, meurt sur le coup[335].
  21. Le 14 décembre, une femme est tuée dans un accident de la route près d'un barrage de Gilets jaunes dans l'Aisne[336]. Le 14 décembre également, un homme meurt dans la collision de son véhicule avec un camion, à la frontière franco-belge, bloquée par un barrage de Gilets jaunes[337].
  22. Le 19 décembre, un homme meurt dans la collision de son camion avec un autre camion, à la frontière franco-belge, bloquée par un barrage de Gilets jaunes[338],[339].
  23. Le 21 décembre, un automobiliste meurt après avoir percuté un camion bloqué à un barrage à Perpignan.
  24. du fait de magasins fermés, de ruptures de stocks ou du blocage d'accès routiers vers des zones commerciales[354]
  25. Philippe Bélaval, président du Centre des monuments nationaux, estime que la remise en état de l'arc de triomphe, vandalisé le , ne devrait pas dépasser le million d’euros tout en indiquant que certaines œuvres d’art dégradées ne pourront être restaurées[359].
  26. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, demande alors à Donald Trump de ne pas prendre parti dans la politique intérieure française[378],[379].
  27. Cependant, selon Alexis Spire, sociologue au CNRS, le mouvement se distingue du poujadisme : « Les Gilets jaunes n’appellent pas à attaquer les dépôts de carburant pour faire le plein gratuitement. C’est plutôt le constat que l’argent public est mal utilisé. Que l’argent ne va pas là où il devrait aller : dans le maintien de la petite gare, du centre de Trésor public, du bureau de poste, de la gendarmerie »[188].

Références

  1. « Combien de morts y a-t-il eu pendant le mouvement des gilets jaunes ? », sur Answiki, .
  2. Évolution du prix de l'essence en France (1960-2007).
  3. Voir sur fiches-auto.fr.
  4. Érosion monétaire.
  5. « Carburants : paye-t-on vraiment plus cher qu'il y a 40 ans ? », sur le site de la chaîne de télévision France Info, (consulté le 29 novembre 2018).
  6. « Prix du carburant: l'essence plus chère en 2018 ou en 1980 ? », sur le site du quotidien France-Soir, (consulté le 29 novembre 2018).
  7. Certaines entreprises suivent le mouvement ; La transition écologique pousse les entreprises à des alliances inédites, La tribune, 2013-02-12.
  8. Cabinet Lamy Environnement, « La taxe carbone : une taxe qui va enfin compter! », sur apc-climat.fr, (consulté le 22 novembre 2018).
  9. dépêche AFP, « Prix à la pompe : la part du brut, la part des taxes », sur le site du magazine Le Point, (consulté le 23 novembre 2018).
  10. « Structuration des prix de l'essence et du gazole en France », sur le site de la fondation d’entreprise Alcen pour la connaissance des énergies, (consulté le 27 novembre 2018).
  11. Adrien Sénécat, « Prix du carburant : la France n’est pas championne d’Europe des taxes », Les Décodeurs, sur le site du quotidien Le Monde, (consulté le 1er décembre 2018).
  12. a et b « Carburants : les taxes ne sont presque pas affectées à la transition énergétique », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2018).
  13. Feuerstein, « Budget 2019 : le prix du gazole va quasiment rejoindre celui de l'essence », sur lesechos.fr, (consulté le 11 décembre 2018).
  14. « Structuration des prix de l'essence et du gazole en France », sur le site de la fondation d’entreprise Alcen pour la connaissance des énergies, (consulté le 27 novembre 2018).
  15. « Carburants : les taxes ne sont presque pas affectées à la transition énergétique », Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2018).
  16. Rémi Duchemin, « Hausse des carburants : quelle part revient vraiment à la transition écologique ? », sur le site de la chaîne de radio Europe 1, (consulté le 23 novembre 2018).
  17. Arthur Nazaret, « Taxe carbone : le gouvernement avait été plusieurs fois averti du risque de grogne », sur lejdd.fr, (consulté le 16 décembre 2018).
  18. https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/12/05/niveau-de-vie-les-10-graphiques-de-la-colere_5392911_3224.html.
  19. a et b Gilets jaunes: le ras-le-bol fiscal comme moteur, bfmtv.com, 16 novembre 2018
  20. Dominique Albertini, Les «gilets jaunes» carburent au ras-le-bol fiscal, liberation.fr, 14 novembre 2018.
  21. a et b "Gilets jaunes" : la poudrière du ras-le-bol fiscal, latribune.fr, 3 décembre 2018.
  22. Gilets jaunes, Carlos Ghosn et équité fiscale, IRIS, Éric Vernier, 28 novembre 2018
  23. Feignies. Et dire que Carlos Ghosn est venu se pavaner devant nous, salariés de MCA., La Voix du Nord, Alice Bonvoisin, 21 novembre 2018.
  24. Les Français et leurs territoires : vécus et attentes vis-à-vis des pouvoirs publics, p. 8-16.
  25. Les Français et leurs territoires : vécus et attentes vis-à-vis des pouvoirs publics, p. 22-36.
  26. « Loin des métropoles, le sentiment d’être délaissé par les pouvoirs publics », sur http://www.vie-publique.fr/, (consulté le 23 novembre 2018).
  27. Angélique Négroni, « La fronde anti-80 km/h, mouvement précurseur des «gilets jaunes» », sur Le Figaro, .
  28. « Législatives : abstention record à 51,29% - Les Echos », sur Les Échos, (consulté le 25 novembre 2018).
  29. « Election présidentielle 2017 : votes blancs, nuls et abstention records au second tour », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2018).
  30. Un tsunami de défiance contre les élites et les institutions politiques, Le Figaro
  31. [PDF] https://www.sciencespo.fr/cevipof/sites/sciencespo.fr.cevipof/files/CEVIPOF_confiance_vague10-1.pdf
  32. Manon Aublanc, « «Gilets jaunes»: La presse étrangère raille Emmanuel Macron », 20 minutes,‎ (lire en ligne)
  33. « Syndicats : une lente érosion générale », sur https://www.francetvinfo.fr, (consulté le 23 novembre 2018).
  34. Wladimir Garcin, « Les Français de moins en moins syndiqués », sur http://www.lefigaro.fr/, (consulté le 23 novembre 2018).
  35. Henri Vernet, «Certains Gilets jaunes ont la volonté de renverser les élites», sur http://www.leparisien.fr/, (consulté le 23 novembre 2018).
  36. Chloé Vincent, « Les « gilets jaunes » demandent la dissolution de l'Assemblée nationale », sur https://www.ledauphine.com/, (consulté le 23 novembre 2018).
  37. Jannick Alimi, « Les députés d’En Marche, cibles de Gilets jaunes radicalisés », sur http://www.leparisien.fr/, (consulté le 23 novembre 2018).
  38. « Pascal Perrineau : "Macron et les 'gilets jaunes' appartiennent au nouveau monde" », sur europe1.fr, (consulté le 6 janvier 2019).
  39. « Gilets jaunes : pour la presse, « la raison est impuissante » face à l'émotion », sur lepoint.fr, (consulté le 6 janvier 2019).
  40. « Gilet et triangle de sécurité », sur Le portail des ministères économiques et financiers (consulté le 29 août 2018).
  41. « Article R416-19 du Code de la Route », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 15 novembre 2018).
  42. Le gilet jaune sur le tableau de bord : par conviction ou pour passer plus vite les barrages, La Dépêche.
  43. « Gilets jaunes. Écartés de la grogne, les syndicats tentent une approche », sur Le Telegramme, (consulté le 11 décembre 2018).
  44. Comarmond, « Les syndicats bousculés par le phénomène des « gilets jaunes » », sur lesechos.fr, (consulté le 11 décembre 2018).
  45. (en-US) Elian Peltier et Adam Satariano, « After Yellow Vests Come Off, Activists in France Use Facebook to Protest and Plan », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 2 janvier 2019).
  46. Vincent Glad, « Dans le combat final des gilets jaunes, Jupiter va affronter des modérateurs Facebook », Libération, (consulté le 29 décembre 2018).
  47. Alexis Feertchak, « « Gilets jaunes » : des figures émergent, de prochaines actions déjà envisagées », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2018).
  48. « Gilets jaunes : la pétition de Priscillia Ludosky dépasse le million de signatures », sur leparisien.fr, (consulté le 11 décembre 2018).
  49. Delphine Bancaud, « « Gilets jaunes »: Qui sont les figures de proue du mouvement? », 20 minutes,‎ (lire en ligne).
  50. « Appel à entrer à l'Élysée: Éric Drouet visé par une enquête », sur LExpress.fr, (consulté le 7 décembre 2018).
  51. « Arrestation d'Éric Drouet : "abus de pouvoir", "police politique"… l'opposition s'indigne ».
  52. « Le «gilet jaune» Éric Drouet arrêté à Paris » sur lefigaro.fr
  53. « Les "gilets jaunes" indignés par l'arrestation d'Éric Drouet », sur RTL.fr (consulté le 19 février 2019)
  54. France Info : Éric Drouet, l'une des figures des "gilets jaunes", est toujours en garde à vue.
  55. « Qui a choisi les huit porte-parole des gilets jaunes ? Que veulent-ils ? », sur le site du quotidien Libération (consulté le 27 novembre 2018).
  56. http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2018/11/28/25001-20181128ARTFIG00094-edouard-philippe-pret-a-recevoir-une-delegation-representative-des-gilets-jaunes.php.
  57. « Gilets jaunes : la réunion à Matignon vire au grand n'importe quoi », sur ladepeche.fr (consulté le 11 décembre 2018).
  58. « Gilets jaunes : 2 000 rassemblements et 124 000 manifestants en France », Le Parisien, 17 novembre 2018.
  59. « Gilets jaunes : 287 710 manifestants, un mort et 409 blessés », Libération, 17 novembre 2018.
  60. « Gilets jaunes – Le ministre de l'Intérieur indique que le pics de manifestants s'est élevé à 282 710 manifestants, atteint vers 17 heures », sur France Info (consulté le 20 novembre 2018).
  61. "Gilets jaunes" : le point sur la mobilisation mardi région par région, France TV Info
  62. Gilets jaunes: un acte 7 sur les Champs pour le réveillon ?, L'Express.
  63. Gilets jaunes. Pas de trêve pour Noël, La Manche libre.
  64. Klervi Le Cozic, Alexandre Seba, Isabelle Boidanghein et Marc Leras, « Réveillon du Nouvel An : en régions, les Gilets jaunes sur le pont », sur Le Parisien, (consulté le 4 janvier 2019).
  65. « «Gilets jaunes» : 50 000 manifestants à travers la France, selon Christophe Castaner », sur Le Figaro, (ISSN 0182-5852, consulté le 6 janvier 2019).
  66. « Direct. "Gilets jaunes" : fort regain de mobilisation pour le 9e samedi d'action, au moins 92 000 manifestants en France », sur France TV Info, (consulté le 13 janvier 2019).
  67. https://www.ledauphine.com/france-monde/2018/11/25/la-reunion-couvre-feu-leve-la-situation-reste-tendue, Le Dauphiné.
  68. JDD, « Manifestation des Gilets jaunes sur les Champs-Elysées : 103 interpellations et 24 blessés, dont 5 policiers », sur lejdd.fr (consulté le 11 décembre 2018)
  69. « Gilets jaunes: Les images des dégâts à l'intérieur de l'Arc de Triomphe », sur Huffington Post (France), .
  70. « Paris : l’Arc de Triomphe tagué par des Gilets jaunes », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018).
  71. « "Gilets jaunes" : un acte IV plus calme à Paris », sur Franceinfo, (consulté le 11 décembre 2018).
  72. « En direct - «Gilets jaunes» : 1385 interpellations et 974 gardes à vue en France », sur Le Figaro, (consulté le 11 décembre 2018).
  73. « Récit de l’évacuation de Benjamin Griveaux après l’irruption de manifestants dans son ministère », sur Le Monde, (consulté le 8 janvier 2019).
  74. « Benjamin Griveaux évacué après une intrusion dans son ministère : "Ils ont attaqué la maison France" », sur LCI, (consulté le 5 janvier 2019).
  75. « "Gilets jaunes" : la CGT et FO prêts à mobiliser leur service d'ordre samedi », sur Europe 1,
  76. « "Gilets jaunes" : un service d'ordre pour éviter casse et "violences policières" », sur Europe 1,
  77. « Halte aux mensonges sur les gilets jaunes ! », sur Marianne, (consulté le 5 décembre 2018)
  78. a et b Vidéo. Viser au Flash-Ball un manifestant qui se tient les bras levés, "c'est une faute" affirme un colonel de gendarmerie, France 2, envoyé spécial, 14 décembre 2018.
  79. JDD, « Des Gilets jaunes et des lycéens gravement blessés par des tirs de flash-ball », sur lejdd.fr (consulté le 11 décembre 2018).
  80. a et b « Gilets jaunes : le décompte des blessés graves », sur Libération.fr, (consulté le 8 février 2019)
  81. Nicolas Chapuis, « La blessure à l’œil du « gilet jaune » Jérôme Rodrigues inquiète le gouvernement », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 8 février 2019)
  82. « Violences policières : « On est dans le mensonge d’Etat » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 8 février 2019)
  83. Flashball et LBD "posent un problème dans le maintien de l'ordre", estime le Défenseur des droits Jacques Toubon, Europe 1
  84. "Gilets jaunes" : les réponses aux dix questions que vous vous posez sur le flash-ball et son utilisation par les forces de l'ordre 13/01/2019., FranceInfo
  85. "Samedi prochain, on revient avec des armes", L'Express
  86. « Amnesty dénonce », sur libération.
  87. « Police must end use of excessive force », sur amnesty,
  88. « Amnesty international alerte », sur france info.
  89. « Gilets jaunes : usage excessif de la force par la police », sur Amnesty France, (consulté le 4 janvier 2019).
  90. Le Parlement européen condamne le « recours disproportionné à la force » contre les manifestants, Le Monde.
  91. "Gilets jaunes" : des experts de l'ONU dénoncent des restrictions graves aux droits des manifestants, France TV Info
  92. «Gilets jaunes» : l'IGPN a ouvert 116 enquêtes depuis le début du mouvement, Le Figaro.
  93. "Gilets jaunes" : Castaner "sidéré" par les accusations de violences policières, Europe 1
  94. « Blocage des gilets jaunes : Plusieurs élus dénoncent une manipulation des chiffres de la part du gouvernement », sur www.20minutes.fr (consulté le 18 novembre 2018).
  95. Comment les «gilets jaunes» se sont-ils comptés pendant «l'acte X» ?, Le Figaro
  96. a et b « Nombre de gilets jaunes samedi 19: les chiffres officiels contestés », sur FranceSoir, (consulté le 19 février 2019)
  97. Gilets jaunes : le gouvernement « garde le cap » - Page 4, Le Point
  98. Comment sont comptés les gilets jaunes ?, Le Dauphiné
  99. Mobilisation des "gilets jaunes" : 136 000 manifestants samedi en France, Paris Match
  100. Gilets jaunes : 136 000 manifestants, plus de 2000 interpellations, Euronews
  101. Gilets jaunes : 66000 manifestants en France, le point ville par ville, Le Parisien.
  102. Acte VI des Gilets jaunes : moins de 40 000 manifestants en France, Le Point
  103. « Gilets jaunes » : à Paris, des cortèges émaillés de quelques heurts avec la police, Le Monde
  104. Gilets jaunes: 50 000 manifestants en France samedi, L'Express
  105. Gilets jaunes : 84 000 manifestants en France, Libération
  106. Gilets jaunes. 84 000 manifestants en France, comme la semaine dernière, Le Télégramme
  107. [2], France 24
  108. La-Croix.com, « Acte 12 des « Gilets jaunes », 58 600 manifestants dans toute la France », sur La Croix, (consulté le 19 février 2019)
  109. GILETS JAUNES, EN DIRECT : EDOUARD PHILIPPE PARTICIPERA AU RASSEMBLEMENT CONTRE L'ANTISÉMITISME, Cnews
  110. BFMTV, « Gilets jaunes: 41.500 manifestants en France, dont 5000 à Paris selon l'Intérieur », sur BFMTV (consulté le 16 février 2019)
  111. Référents locaux, stickers et analyse vidéo : la nouvelle méthode de comptage des "gilets jaunes", France TV Info
  112. Des gilets jaunes veulent se recenser eux-mêmes en manif, L'Express
  113. «Gilets jaunes»: 147.365 manifestants hier selon un collectif du mouvement, Le Figaro.
  114. Gilets jaunes : à quoi faut-il s’attendre pour l’acte 12 ?, Le Parisien
  115. Après l'acte XII, les gilets jaunes constatent aussi une baisse de la mobilisation, Huffington Post
  116. Véhicule « Sentinelle » incendié à Paris : le suspect mis en examen et écroué, Le Monde
  117. Paris. Nouveau rassemblement de gilets jaunes ce dimanche, Le Télégramme
  118. « Pancartes, tags, slogans : ce que disent les mots des «gilets jaunes» », sur FIGARO, (consulté le 17 janvier 2019)
  119. a et b Sophie Amsili, « Qui sont les gilets jaunes ? », Les Échos.
  120. Kocila Makdeche, « Qui sont les internautes à l'origine de l'appel aux blocages contre la hausse du prix du carburant ? », sur francetvinfo.fr, 28 octobre 2018, publié le 25 octobre 2018.
  121. « Prix carbone : Nicolas Hulot corrige la trajectoire à la hausse », sur Actu environnement, (consulté le 22 septembre 2017).
  122. « Exonération, réduction et franchise de la taxe intérieure de consommation (TIC) », sur Direction générale des Douanes et Droits indirects, (consulté le 23 mars 2017).
  123. « Démocratie directe, représentativité… Le casse-tête du dialogue entre les «gilets jaunes» et le gouvernement », sur www.20minutes.fr (consulté le 4 décembre 2018).
  124. « Social - Les Gilets jaunes et la démocratie directe », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 4 décembre 2018).
  125. Le JDD, « Exclusif. Des Gilets jaunes lancent un appel : "Nous voulons être les porte-parole d'une colère constructive" », lejdd.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018).
  126. Le JDD, « Gilets jaunes : comment le Référendum d’initiative citoyenne est devenu leur revendication n°1 », sur lejdd.fr (consulté le 19 décembre 2018).
  127. « Pourquoi le "RIC" est devenu la revendication numéro un des gilets jaunes », sur Le Huffington Post, (consulté le 7 décembre 2018).
  128. Béatrice Colin, « Gilets jaunes »: Sur les réseaux sociaux, le référendum d’initiative populaire a la cote… contrairement à Macron », sur 20minutes.fr, (consulté le 8 décembre 2018).
  129. Rédaction, « Gilets jaunes. Pour en finir avec les blocages et les violences, il faut instaurer la démocratie directe en France [Tribune libre] », (consulté le 7 décembre 2018).
  130. a et b Sylvain Boulouque, « TRIBUNE. De Le Pen à Ruffin en passant par Chouard, le RIC ou la confusion des genres », sur nouvelobs.com, (consulté le 23 décembre 2018).
  131. Thomas Romanacce, « La moitié des Français souhaitent la démission d'Emmanuel Macron », sur Capital.fr, (consulté le 28 décembre 2018).
  132. « Des débats, des couacs et beaucoup de "Macron démission" : notre semaine sur les pages Facebook des Gilets jaunes », sur LCI (consulté le 28 décembre 2018)
  133. « «Macron démission», «colère», «peuple» : ce que les slogans des «gilets jaunes» racontent du mouvement », sur Le Figaro, (consulté le 28 décembre 2018).
  134. Pascal Charrier, Mobilisation des gilets jaunes : « C’est un ras-le-bol général », La Croix, .
  135. À Rennes, un petit groupe disparate de "gilets jaunes" toujours "déterminés", L'Express
  136. a et b Gilets jaunes. Environnement, emploi, précarité, impôts : voici leurs 45 revendications, Ouest France
  137. VERBATIM. Voici toutes les revendications des Gilets jaunes, Le JDD
  138. RIC, vaccins, 80 km/h: l'antisèche des sujets sur lesquels vous risquez de débattre à table, BFMTV
  139. « Chez les Gilets jaunes, la question de l’immigration surgit après celle de l’impôt », sur L'Opinion, (consulté le 11 décembre 2018).
  140. « Gilets jaunes: la responsabilité des Gauches », sur médiapart.
  141. Stéphane Bussard, « Le pacte migratoire de l'ONU sème la discorde », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 6 décembre 2018).
  142. « "Chaos total", "remplacement des peuples" : trois questions sur le pacte de Marrakech, qui affole certains "gilets jaunes" », sur Franceinfo, (consulté le 6 décembre 2018).
  143. « Qui sont les huit "porte-parole » des gilets jaunes, et comment ils ont été nommés" par Alexandra Saviana, dans Marianne (magazine) le 26/11/2018 [3].
  144. « Franceinfo - Actualités en temps réel et info en direct », sur Franceinfo (consulté le 11 décembre 2018).
  145. « Zéro SDF, retraites, salaire maximum… Découvrez la liste des revendications des "gilets jaunes" », sur MSN (consulté le 11 décembre 2018).
  146. « Samedi noir: des blindés et 89 000 forces de l'ordre à Paris », sur LExpress.fr, (consulté le 11 décembre 2018).
  147. « FOCUS - "Gilets jaunes": quels sont les blindés déployés à Paris ? », sur FIGARO, (consulté le 11 décembre 2018).
  148. François-Xavier Bourmaud et Marcelo Wesfreid, « Gilets jaunes : Édouard Philippe durcit le ton contre les casseurs », sur Le Figaro, .
  149. « Le projet de loi « anticasseurs » d’Edouard Philippe est-il juridiquement tenable ? », sur lemonde.fr, (consulté le 21 janvier 2019)
  150. a et b « le conseil de l'europe s'inquiète », sur libération,
  151. a et b « Des experts de l'[[Organisation des Nations unies|ONU]] dénoncent la restriction "disproportionnée" du droit de manifester en France », sur Le Huffington Post, (consulté le 15 février 2019)
  152. « Paquet solidarité climatique : quatre mesures concrètes pour les foyers modestes », (consulté le 23 janvier 2018).
  153. « Avec sa « superprime », l’exécutif tente de déminer », sur Le Monde, (consulté le 16 novembre 2018).
  154. « Super-prime de 4 000 euros : les salariés non imposables qui roulent beaucoup seront aussi éligibles », sur BFM TV, (consulté le 16 novembre 2018).
  155. «Gilets jaunes»: le gouvernement renonce à plusieurs mesures, Le Figaro.
  156. Finalement, les mesures annoncées en novembre par Edouard Philippe seront maintenues, Libération
  157. Nucléaire, taxes sur les carburants... Ce qu'il faut retenir des annonces de Macron, Le Figaro.
  158. Macron demande à François de Rugy de recevoir des gilets jaunes, Marianne
  159. Gilets jaunes : pour François De Rugy, "leurs revendications vont très au-delà des questions de la transition écologique", BFMTV
  160. « Un seul Gilet jaune à Matignon : Philippe évoque un débat «intéressant» », sur leparisien.fr, (consulté le 11 décembre 2018).
  161. La rencontre entre Edouard Philippe et les "gilets jaunes" tourne au fiasco, L'Obs
  162. JDD, « Gilets jaunes : Edouard Philippe annonce un moratoire sur la hausse des taxes sur les carburants », sur lejdd.fr (consulté le 11 décembre 2018).
  163. « Les annonces du gouvernement n'apaisent pas la colère des «gilets jaunes» », sur Figaro, (consulté le 11 décembre 2018).
  164. RMC, « La réunion entre les représentants des « gilets jaunes » et Edouard Philippe annulée » (consulté le 11 décembre 2018).
  165. « Le rendez-vous impossible des "gilets jaunes", Matignon "crépusculaire", le moratoire de Philippe », sur L'Obs (consulté le 11 décembre 2018).
  166. BFMTV, « L'Élysée annonce que la taxe carbone est « supprimée » pour 2019 », sur BFMTV (consulté le 11 décembre 2018).
  167. « Les annonces de Macron : smic, prime de fin d’année, heures supplémentaires défiscalisées… », sur Le Monde, .
  168. Les banques s'engagent à ne pas augmenter leurs tarifs en 2019, Reuters, 11 décembre 2018.
  169. Prime de fin d’année : Orange, Altice, Iliad, LVMH… les entreprises qui ont déjà dit oui, Le Parisien, 11 décembre 2018.
  170. Prime défiscalisée: les grandes entreprises qui vont la verser et celles qui y songent, BFM TV, 11 décembre 2018.
  171. « «Gilets jaunes»: L’allocution d’Emmanuel Macron regardée par 23 millions de Français, un record », sur www.20minutes.fr (consulté le 11 décembre 2018).
  172. « Annonces, excuses et débat national : ce qu’il faut retenir du discours d’Emmanuel Macron », sur Europe 1, (consulté le 11 décembre 2018).
  173. « Gilets jaunes : Smic, CSG, ISF… les annonces d'Emmanuel Macron », sur www.ledauphine.com (consulté le 11 décembre 2018).
  174. « Réforme ISF: un rapport d'ici septembre 2019 », sur http://www.lefigaro.fr/, (consulté le 4 janvier 2019).
  175. Smic : ce qui se cache derrière les 100 euros en plus, Le Parisien
  176. « Macron: 100€ de plus pour le Smic? Pourquoi c'est faux », sur FranceSoir, (consulté le 11 décembre 2018).
  177. « La fausse reculade de Macron pour étouffer les gilets jaunes », sur Marianne, (consulté le 13 décembre 2018).
  178. « Fonctionnaires : ni prime exceptionnelle ni augmentation du point d’indice », sur leparisien.fr (consulté le 29 décembre 2018).
  179. Boris Cassel, Delphine Denuit, Sébastien Lernould, « Pouvoir d’achat : ce que vont coûter exactement les mesures de Macron », sur le site du Parisien, (consulté le 4 janvier 2019).
  180. Pierre Zéau, « Le Parlement adopte un projet de budget 2019 bouleversé par les «gilets jaunes» », sur le site du Figaro, (consulté le 4 janvier 2019).
  181. Arthur Berdah, « Un grand débat pour sortir de la crise », Le Figaro, 15-16 décembre 2018, p. 2.
  182. Griveaux: la peine de mort, l'IVG et le mariage pour tous "ne seront pas sur la table" du grand débat, Huffington Post
  183. Damien Leloup et Claire Legros, « Face au grand débat, des « gilets jaunes » lancent leur propre plate-forme », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 13 février 2019)
  184. « Des jacqueries paysannes aux gilets jaunes : l'héritage des révoltes rurales », sur lalsace.fr, .
  185. Chantal Jouanno citée par Pierre Bonte-Joseph, « Pour Chantal Jouanno, le gouvernement doit dire ce qu'il fera des conclusions du grand débat », sur Public Sénat, .
  186. « Gilets jaunes : Le ressentiment est gigantesque, prévient Christophe Guilluy », sur leparisien.fr, .
  187. Robin Kord, « Les Gilets jaunes : la presse étrangère accable Emmanuel Macron », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2018).
  188. a et b Aline Gérard, « Les Gilets jaunes, un mouvement «inédit dans l’histoire française» », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2018).
  189. Pourquoi les «gilets jaunes» ne parlent pas d'emploi, Le Figaro.
  190. a et b Comarmond, « Mouvement des gilets jaunes : pourquoi la France rurale est en première ligne », sur lesechos.fr, (consulté le 19 février 2019)
  191. « Gilets jaunes : la manifestation de samedi autorisée au Champ-de-Mars à Paris », sur lefigaro.fr, .
  192. « José Espinosa en porte-parole des Gilets jaunes à Montreuil », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2018).
  193. Louise Couvelaire, « Les banlieues hésitent à rejoindre le mouvement des « gilets jaunes » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 29 janvier 2019)
  194. BFMTV, « Gilets jaunes: les banlieues, grandes absentes du mouvement? », sur BFMTV (consulté le 29 janvier 2019)
  195. Tiphaine LE LIBOUX, « Face aux "gilets jaunes", les hésitations de la banlieue », sur Orange Actualités, (consulté le 29 janvier 2019)
  196. « Pourquoi autant de femmes en gilets jaunes ? », sur TV5MONDE, (consulté le 27 janvier 2019)
  197. « Femmes Gilets jaunes : un rassemblement pas (encore ?) féministe », sur LCI (consulté le 27 janvier 2019)
  198. a et b « Pourquoi la place des femmes dans le mouvement des gilets jaunes fait-elle tant polémique ? », sur Les Inrocks (consulté le 27 janvier 2019)
  199. « Ces femmes «gilets jaunes» qui ont investi les ronds-points », sur FIGARO, (consulté le 27 janvier 2019)
  200. Causeur.fr et Anne Zelensky, « Gilets jaunes: le combat féministe que les féministes de gauche ignorent », sur Causeur, (consulté le 27 janvier 2019)
  201. « Pacifiques, des femmes gilets jaunes manifestent dans plusieurs villes », sur Libération.fr, (consulté le 27 janvier 2019)
  202. « «Gilets jaunes»: des marches de femmes pour donner une autre image du mouvement », sur FIGARO, (consulté le 27 janvier 2019)
  203. « Des centaines de femmes gilets jaunes mobilisées ce dimanche », sur Le Dauphiné libéré, (consulté le 27 janvier 2019)
  204. [4], elabe.fr
  205. « Ce que révèlent les sondages sur l’identité des «gilets jaunes» », sur Slate.fr, (consulté le 12 décembre 2018).
  206. "Gilets jaunes" : le soutien des Français stable à 68%, Europe 1
  207. Jérémie Baruch, Pierre Breteau, Mathilde Damgé, Anne-Aël Durand et Maxime Vaudano, « Sur un axe de Mélenchon à Le Pen, où se situent les revendications des « gilets jaunes » ? », Le Monde, (consulté le 4 décembre 2018).
  208. Le regard des Français sur les Gilets jaunes, IFOP
  209. « Gilets jaunes » : la lassitude commence à se faire sentir dans l’opinion, ELABE
  210. « Face aux médias, la défiance des «gilets jaunes» », sur FIGARO, (consulté le 5 décembre 2018).
  211. Tony Le Pennec, « Journalistes violentés : deux poids deux mesures sur les plateaux », sur arretsurimages.net, (consulté le 20 janvier 2019).
  212. Chloé Leprince, « La feuille d'impôt, le rond-point et Facebook : huit sociologues décryptent les gilets jaunes », France Culture, (consulté le 8 décembre 2018).
  213. Gilets jaunes: la parution de journaux régionaux entravée, L'Express
  214. «Gilets jaunes» : les rédactions prennent des mesures pour assurer la sécurité des journalistes, Le Figaro
  215. « Marseille : BFM empêché de travailler par des Gilets Jaunes », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le 19 février 2019)
  216. « « Gilets jaunes » : la violence contre des journalistes « prend une ampleur inédite » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 21 janvier 2019)
  217. Alexandre Piquard et Alexandre Berteau, « La chaîne RT surfe sur le mouvement des « gilets jaunes » », sur lemonde.fr (consulté le 6 janvier 2019).
  218. « «Gilets jaunes»: «On a rarement mesuré un tel soutien de l’opinion à un mouvement social », sur 20minutes.fr, (consulté le 15 décembre 2018).
  219. Sondage Odoxa 30-31 octobre.
  220. Sondage Odoxa 15-16 novembre.
  221. a et b « Mobilisation des gilets jaunes à Paris : Le soutien des Français s’amplifie », sur Odoxa (consulté le 11 décembre 2018).
  222. Sondage Odoxa 27-28 novembre.
  223. « «Gilets jaunes» : les Français entre soutien et inquiétude », sur Le Figaro, (consulté le 7 décembre 2018).
  224. a et b https://d25d2506sfb94s.cloudfront.net/cumulus_uploads/document/pcq624lqbb/Résultats%20YouGov%20pour%20LeHuffPost%20(Baromètre)%20201%20As_Sent%20051218.pdf Sondage YouGov des 28-29 novembre 2018.
  225. a et b « Sondage exclusif - Avant l'acte IX, le soutien aux gilets jaunes reste (très) majoritaire », sur Le Huffington Post, (consulté le 11 janvier 2019).
  226. a b c et d « SONDAGE EXCLUSIF - Le soutien aux gilets jaunes ne se dément pas avant l'Acte XIII », sur Le Huffington Post, (consulté le 8 février 2019)
  227. a et b https://staticswww.bva-group.com/wp-content/uploads/2018/12/BVA-pour-La-Tribune-Les-Français-le-pouvoir-dachat-et-le-mouvement-des-gilets-jaunes-Décembre-2018.pdf.
  228. Sondage Elabe 13-14 novembre.
  229. Sondage Elabe 20-21 novembre.
  230. a et b Sondage Elabe 27-28 novembre.
  231. a et b « L'approbation de la mobilisation des Gilets jaunes reste forte (72%, -3) », sur elabe.fr, (consulté le 11 décembre 2018).
  232. a et b https://elabe.fr/allocution-macron-gilets-jaunes/.
  233. a et b « Gilets jaunes : l‘approbation de la mobilisation reste élevée mais en léger recul », sur ELABE, (consulté le 20 décembre 2018).
  234. a et b « Gilets jaunes : l'approbation de la mobilisation baisse de 10 points en 3 semaines mais reste majoritaire », sur elabe.fr, (consulté le 19 février 2019)
  235. a et b « Pouvoir d'achat et impôts/taxes, sujets prioritaires pour le grand débat », sur elabe.fr, (consulté le 19 février 2019)
  236. a b et c BFMTV, « Sondage BFMTV: 56% des Français estiment que la mobilisation des gilets jaunes doit s'arrêter », sur BFMTV (consulté le 16 février 2019)
  237. Sondage Ifop 6-7 novembre.
  238. Sondage Ifop 13-14 novembre.
  239. « Sondage Ifop 20-21 novembre », sur ifop.com (consulté le 19 février 2019)
  240. Sondage Ifop 27-28 novembre, IFOP
  241. « Balises d’opinion » #50 Le regard des Français sur le mouvement des « gilets jaunes », IFOP
  242. a b c et d LE REGARD DES FRANÇAIS SUR LES « GILETS JAUNES »https://www.ifop.com/wp-content/uploads/2019/02/116084-Rapport-Sud-Radio-Gilets-Jaunes-01.02.2019.pdf
  243. « Le regard des Français sur le mouvement des « gilets jaunes » après les annonces d'Emmanuel Macron - Balises d’opinion #51 », sur IFOP (consulté le 17 décembre 2018).
  244. « 55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux », sur Atlantico.fr (consulté le 16 février 2019)
  245. Barthélémy Philippe, « Deux tiers des Français soutiennent les “gilets jaunes”, sondage exclusif YouGov-Capital », sur Capital.fr, (consulté le 11 janvier 2019) : « 14-15 novembre 2018 ».
  246. Sondage OpinionWay 14-15 novembre.
  247. Sondage OpinionWay 21-22 novembre.
  248. Sondage OpinionWay 27 novembre.
  249. https://www.opinion-way.com/fr/component/edocman/opinionway-pour-lci-les-francais-et-le-mouvement-des-gilets-jaunes-decembre-2018/viewdocument.html?Itemid=0.
  250. a et b « Sondage OpinionWay-LCI : une majorité de Français d'accord avec les mesures annoncées par Emmanuel Macron », sur LCI (consulté le 11 décembre 2018).
  251. Le baromètre LCI de l’action politique, Opinion way
  252. « La réaction des Français aux vœux d’Emmanuel Macron », sur www.opinion-way.com, (consulté le 3 janvier 2019) : « 19-20 décembre 2018 ».
  253. a et b « Sondage - 60% des Français pas convaincus par les voeux d’Emmanuel Macron, 50% veulent que les Gilets jaunes s'arrêtent », sur LCI (consulté le 1er janvier 2019).
  254. « OpinionWay pour LCI - Le baromètre LCI de l'action politique - Janvier 2019 - 21/01/2019 », sur opinion-way.com, (consulté le 23 janvier 2019) : « 2-3 janvier 2019 »
  255. « OpinionWay pour LCI - Le baromètre LCI de l'action politique - Janvier 2019 - 21/01/2019 », sur opinion-way.com, (consulté le 23 janvier 2019) : « 9-11 janvier 2019 »
  256. « OpinionWay pour LCI - Le baromètre LCI de l'action politique - Janvier 2019 - 21/01/2019 », sur opinion-way.com, (consulté le 23 janvier 2019) : « Sur Lci samedi 19 janvier 2019 »
  257. « OpinionWay pour LCI - Le Figaro - RTL - Les Français et le grand débat national - Janvier 2019 - 23/01/2019 », sur opinion-way.com, (consulté le 23 janvier 2019) : « 21-22 janvier 2019 »
  258. a b et c « Les "Gilets Jaunes" : quelle perception de la part des Français au lendemain de la manifestation du 1er décembre sur les Champs-Élysées ? », France,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2018).
  259. a et b Sondage BVA 21-22 novembre.
  260. « E. Macron a pleinement réussi sur la forme comme sur le fond même si cela ne suffit pas (encore) à convaincre et rassurer une majorité de Français », sur Odoxa (consulté le 11 décembre 2018).
  261. « Perspectives 2019 : les Français attendent désormais des résultats sur le front du pouvoir d’achat », sur Odoxa (consulté le 3 janvier 2019).
  262. « Sondage : l’image du grand débat national s’améliore, le soutien aux gilets jaunes s’effrite », sur SudOuest.fr (consulté le 17 janvier 2019)
  263. a et b Le JDD, « SONDAGE. Gilets jaunes : la majorité des Français souhaitent l'arrêt du mouvement », sur lejdd.fr (consulté le 16 février 2019)
  264. Page de présentation, 40 millions d'automobilistes, 18 novembre 2018.
  265. France Inter - Gilets Jaunes, y aller ou pas ? - 16 novembre 2018 - par Maxence Lambrecq.
  266. Les Echos - Le Pen et la France des justes en dessous - Fabien Clairefond - 21 novembre 2018.
  267. Tristan Berteloot, « Gilets jaunes : un mouvement aux coutures opaques », sur liberation.fr, 12 novembre 2018.
  268. « Gilets jaunes : arrêtons avec la théorie du complot de l’extrême droite », sur Libération, (consulté le 17 novembre 2018).
  269. « Politique : l'actualité des partis et élections sur Le Parisien », sur leparisien.fr (consulté le 11 décembre 2018).
  270. Louis Bichot, Site du Figaro.fr, « Wauquiez, Le Pen, Mélenchon… Qui sera (ou pas) aux côtés des gilets jaunes samedi ? », 14 novembre 2018.
  271. Geoffroy Clavel, « Gilets jaunes : Cohn-Bendit redoute la "tentation totalitaire" », sur huffingtonpost.fr (consulté le 10 décembre 2018).
  272. RT France, « Gilets Jaunes : Ces hommes et ces femmes sont éminemment respectables selon Jean Lassalle », (consulté le 21 novembre 2018).
  273. « Gilet jaune à l'Assemblée : 1 500 euros de sanction pour Jean Lassalle », sur BFM TV (consulté le 22 novembre 2018).
  274. « L'Insoumis Jean-Hugues Ratenon brandit un gilet jaune à la tribune de l'Assemblée », sur Le Figaro, (consulté le 28 novembre 2018).
  275. « Le député de La France insoumise Jean-Hugues Ratenon brandit un gilet jaune à la tribune de l'Assemblée », sur France Info, (consulté le 28 novembre 2018).
  276. Gaël Vaillant, « Taxer le kérosène des avions ? Le gouvernement s'en remet à un débat », sur Le Journal du dimanche, (consulté le 27 novembre 2018).
  277. « «Gilets jaunes»: Référendum, dissolution de l'Assemblée… Comment l'opposition met la pression sur le gouvernement », sur www.20minutes.fr (consulté le 11 décembre 2018).
  278. "Gilets jaunes": LFI, le PS et le PCF ont déposé leur motion de censure, RTL
  279. La motion de censure contre le gouvernement a été rejetée, L'Express
  280. « La multiplication des violences contre les députés n’a pas d’équivalent sous la Ve République », sur lemonde.fr, (consulté le 26 janvier 2019).
  281. site du Télégramme, « Martinez. La CGT ne défile ni avec l’extrême-droite ni avec les patrons », 16 novembre 2018.
  282. Site de l'opinion.fr, article de Fanny Guinochet, 13 novembre 2018.
  283. « Jean-Claude Zaparty, de la CGT 66 : Nous, on veut bien être récupérés par les gilets jaunes », L'Indépendant, 22 novembre 2018.
  284. « Mouvement des « gilets jaunes » : Les Organisations Professionnelles appellent le Gouvernement à prendre ses responsabilités », sur www.fntr.fr (consulté le 21 novembre 2018).
  285. « Un premier syndicat appelle à rallier les gilets jaunes », sur BFM TV (consulté le 21 novembre 2018).
  286. « M. Habib: « Quand la colère des gilets jaunes est récupérée par les antisémites » », sur The Times of Israël,
  287. « “Gilets jaunes” : des dérapages antisémites ternissent le mouvement », sur Valeurs actuelles (consulté le 17 février 2019)
  288. Vincent Duclert, « Gilets jaunes » : « En matière d’antisémitisme, tout est à craindre et les stratégies d’occultation sont un leurre », sur Le Monde,
  289. « Antisémitisme : le dénoncer partout, l'instrumentaliser, jamais », sur Marianne, .
  290. a et b Le JDD, « Gilets jaunes : Alain Finkielkraut victime d'insultes antisémites en marge du cortège parisien », sur lejdd.fr (consulté le 17 février 2019)
  291. Des voix minimisent l'agression dont a été victime Alain Finkielkraut, Le Figaro
  292. Alain Finkielkraut injurié: une enquête ouverte, un suspect identifié, Le Figaro
  293. Finkielkraut injurié : enquête ouverte, un suspect identifié, Le Parisien
  294. V. J., « Comment ça, les médias ne parlent pas assez des « gilets jaunes » ? », sur 20 minutes, (consulté le 5 janvier 2019).
  295. « Gilets jaunes : les médias en font-ils trop ? », sur France Culture, (consulté le 5 janvier 2019).
  296. « BFMTV, le média qui a le plus parlé des « gilets jaunes » », sur L'Obs, (consulté le 18 janvier 2019).
  297. « Quel média a le plus couvert le mouvement des Gilets jaunes ? », sur RT France, (consulté le 18 janvier 2019).
  298. Pauline Perrenot, « Gilets jaunes : Hé oh, Le Parisien, on se calme ? », sur Acrimed, (consulté le 4 janvier 2019).
  299. Pauline Perrenot, Frédéric Lemaire et Bruno Dastillung, « Manifestation des gilets jaunes : les éditocrates sont-ils « raisonnables » ? », sur Acrimed, (consulté le 4 janvier 2019).
  300. Frédéric Lemaire et Lucile Dumont, « Gilets jaunes : BFM-TV et CNews préparent le « siège » de Paris », sur Acrimed, (consulté le 4 janvier 2019).
  301. Cédric Mathiot, « Gilets jaunes : pourquoi les médias n'ont-ils pas relayé le rapport d'Amnesty condamnant les violences policières ? », sur Check News, (consulté le 4 janvier 2019).
  302. a et b Frédéric Lemaire, « Gilets jaunes : voile médiatique sur les violences policières », sur Acrimed, (consulté le 4 janvier 2019).
  303. Tony Le Pennec, « Journalistes violentés : deux poids deux mesures sur les plateaux », sur Arrêt sur images, (consulté le 18 février 2019).
  304. Benjamin Lagues et Jérémie Fabre, « Actualité des médias : gilets jaunes, remous en interne à BFM-TV, manœuvres au sein du groupe Le Monde... », sur Acrimed, (consulté le 18 février 2019).
  305. Paméla Rougerie avec Aurélie Sipos, Gilets jaunes : les «mercenaires de Macron» et autres intox qui pullulent sur Facebook, Le Parisien, 5 décembre 2018.
  306. Samuel Laurent, « Gilets jaunes » : « Constitution disparue » et complotisme débridé sur les réseaux sociaux, Le Monde, les Décodeurs, 3 décembre 2018.
  307. « Gilets jaunes : les «fake news» qui circulent », sur www.cnews.fr (consulté le 11 décembre 2018).
  308. RMC, « Toutes ces « fake news » qui agitent les réseaux sociaux des « gilets jaunes » », sur RMC (consulté le 11 décembre 2018).
  309. « Gilets jaunes : quand des députés LREM cèdent à la théorie du complot », sur Libération.fr, (consulté le 11 décembre 2018).
  310. Gilets jaunes. Quand des élus LREM partagent aussi des fake news, Ouest France
  311. « Un gilet jaune a-t-il fait un salut nazi sur les Champs-Elysées ? », sur Libération.fr, (consulté le 11 décembre 2018).
  312. Benjamin Griveaux s'est encore trompé, Huffington Post
  313. En Russie, les médias voient la main de Trump derrière les "gilets jaunes", L'Obs avec AFP, 4 décembre 2018.
  314. Isabelle Mandraud, Les « gilets jaunes » vus de Moscou : une « révolution de couleur » fomentée par les États-Unis, Le Monde, 3 décembre 2018.
  315. a et b Haoues Seniguer, Gilets jaunes et violence : à chacun sa causalité diabolique !, Conspiracy Watch, 7 décembre 2018.
  316. (en) Rhys Blakely, « Russian accounts fuel French outrage online », The Times,‎ (ISSN 0140-0460, lire en ligne, consulté le 11 décembre 2018).
  317. « « Gilets jaunes » : soupçons de manipulation sur les réseaux sociaux », sur Le Monde, (consulté le 11 décembre 2018).
  318. « «Gilets jaunes»: La Russie dément toute ingérence en France visant à amplifier la contestation », sur www.20minutes.fr (consulté le 11 décembre 2018).
  319. Gilets jaunes : un ministre dénonce une ingérence de «forces étrangères» sur les réseaux sociaux, Le Parisien
  320. Le JDD, « Gilets jaunes : "À ce jour, on n’a pas établi l'implication de la Russie dans ce mouvement" », sur lejdd.fr, (consulté le 18 décembre 2018).
  321. Emmanuel Berretta, « Macron : « Éric Drouet est un produit médiatique » », sur Le Point, (consulté le 3 février 2019)
  322. Emmanuel Todd insinue que l’Arc de Triomphe a été vandalisé par des « agents provocateurs », Conspiracy Watch, 3 décembre 2018.
  323. Mahler, « Les Gilets jaunes sont-ils complotistes ? », sur Le Point, (consulté le 11 décembre 2018).
  324. « Samuel Laurent : gilets jaunes et complotisme », sur France Inter (consulté le 12 décembre 2018).
  325. « La revue de presse du mardi 11 décembre 2018 du 11 décembre 2018 », sur France Inter (consulté le 12 décembre 2018).
  326. « L’instant M par Sonia Devillers », sur France Inter (consulté le 12 décembre 2018).
  327. « Strasbourg : des groupes Facebook de "gilets jaunes" submergés par des théories complotistes », sur L'Obs (consulté le 12 décembre 2018)
  328. « Arrêt sur images », sur www.arretsurimages.net (consulté le 28 décembre 2018)
  329. « France 5 présente l’addition aux Gilets jaunes », sur Télérama.fr (consulté le 28 décembre 2018).
  330. « La conductrice qui a renversé la gilet jaune en Savoie mise en examen », Le HuffPost,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2018).
  331. « Mort d'une gilet jaune en Savoie: la conductrice a volontairement redémarré », France-Soir,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2018).
  332. « Drôme : un motard percuté par un camion près d'un barrage des Gilets jaunes succombe à ses blessures », sur LCI, .
  333. Gilets jaunes : un mort à la suite de l'embouteillage sur la RN113 à hauteur de Raphèle-lès-Arles , La Provence, 2 décembre 2018.
  334. Arles: un mort sur un barrage de gilets jaunes, L'Express, 2 décembre 2018.
  335. « Charente: un accident sur un barrage tenu par des gilets jaunes fait un mort », sur bfmtv.fr, .
  336. « Une femme tuée dans un accident en marge d'une manifestation des gilets jaunes dans l'Aisne », sur France Bleu, (consulté le 15 décembre 2018).
  337. « Gilets jaunes : deux accidents mortels en marge de barrages, 8 morts depuis le début du mouvement », sur LCI (consulté le 15 décembre 2018).
  338. « L'action des gilets jaunes est à l'origine de l'accident mortel survenu ce mercredi sur l'autoroute à Lamain », sur www.notele.be (consulté le 25 janvier 2019)
  339. « Accident sur l'A8 à Tournai: circulation rétablie, une instruction contre X a été ouverte pour entrave à la circulation », sur RTBF Info, (consulté le 25 janvier 2019)
  340. "Gilets jaunes" : ce que l'on sait de la mort d'une octogénaire blessée par une grenade lacrymogène à Marseille, France Info, 4/12/2018.
  341. « Quel type d'arme a entraîné la mort de Zineb Redouane, début décembre à Marseille? », sur Libération.fr, (consulté le 4 février 2019)
  342. « Gilets jaunes » : un sixième mort depuis le début de la mobilisation, Le Monde
  343. Lot-et-Garonne : mort d'un Gilet jaune renversé par un camion, Le Point
  344. « «Gilet jaune» en Dordogne: Un manifestant traîné sur le capot d’une voiture sur près de 400 mètres », 20 minutes,‎ (lire en ligne).
  345. « Elle a percuté un gilet jaune : « J'étais aussi déterminée que lui » », Le Courrier de l'Ouest,‎ (lire en ligne).
  346. « « Trop d'accidents » : début de doute chez les gilets jaunes? », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2018).
  347. Gilets jaunes et lycéens: 2 891 blessés depuis le début du mouvement, BFMTV
  348. a et b « Face aux “gilets jaunes”, l’action répressive est d’une ampleur considérable », sur lemonde.fr, (consulté le 23 décembre 2018).
  349. « Allô place Beauvau ? C'est pour un bilan (provisoire) », sur Mediapart, (consulté le 9 février 2018)
  350. «Gilets jaunes»: 8400 interpellations depuis l'acte I (Castaner), Le Figaro
  351. "Gilets jaunes" : 216 personnes incarcérées, un record pour un mouvement social, RTL
  352. « Note de conjoncture », , p. 54.
  353. Guillaume Jacquot, « Gilets jaunes : Quel impact sur l’économie française ? », sur Public-Sénat, .
  354. Marie-Pierre Gröndahl, « "Gilets jaunes" : l'économie flanche », sur Paris Match, .
  355. a et b « Un indice révèle l'impact des gilets jaunes sur l'activité économique », sur Le Huffington Post, (consulté le 8 janvier 2019).
  356. « L'économie, dommage collatéral des gilets jaunes », sur L'Express, .
  357. « Gilets jaunes : 58 000 salariés au chômage partiel selon la ministre du Travail », sur La voix du Nord, .
  358. « Diaporama - Diaporama - D'importants dégâts sur les Champs-Élysées », sur RTL.fr (consulté le 30 novembre 2018).
  359. Claire Bommelaer, « Arc de Triomphe : les dégâts se chiffrent à «plusieurs centaines de milliers d'euros» », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2018).
  360. « Dégâts sur les Champs-Elysées: « Ce sont les Parisiens qui vont payer la facture » », sur BFM TV (consulté le 30 novembre 2018).
  361. «Gilets jaunes»: Vinci autoroutes déplore «plusieurs dizaines de millions d'euros» de dégâts, Le Figaro
  362. Gilets jaunes : « près de 60 % » des radars routiers dégradés, Le Point
  363. Angélique Négroni, « Près de la moitié des radars hors service depuis le mouvement des «gilets jaunes» », sur Le Figaro, .
  364. Net recul de la consommation de carburants en France, Les Échos
  365. « Gilets jaunes : voici la liste des musées fermés et des événements annulés ce samedi à Paris », Telerama.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 janvier 2019).
  366. « Le championnat de Ligue 1, victime collatérale de la mobilisation des « gilets jaunes » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 décembre 2018).
  367. Clémence Bauduin, « Emmanuel Macron encore moins populaire que François Hollande, selon notre sondage », sur RTL, .
  368. Sophie Leroy, « Baisse de popularité brutale et inédite d'Emmanuel Macron… », L'Écho,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2018).
  369. « La cote de popularité d'Emmanuel Macron baisse de quatre points », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2018).
  370. Charles Sapin, « Sondage : de plus en plus de Français soutiennent le mouvement des «gilets jaunes» », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2018).
  371. BFMTV, « Gilets jaunes: quelles revendications pour la suite du mouvement? », sur BFMTV (consulté le 11 décembre 2018).
  372. « entretien avec emmanuel todd sur atlantico », sur atlantico
  373. Vu d’Allemagne. La déconnexion de l’équipe Macron à l’origine des “gilets jaunes”, Courrier International
  374. LA PRESSE INTERNATIONALE JUGE MACRON : L’ALLEMAGNE TRÈS ACIDE, Capital
  375. Les « gilets jaunes » ternissent l’image de Macron sur la scène internationale, Le Monde
  376. Emmanuel Macron affaibli par les «gilets jaunes»?, RFI
  377. À l'étranger, l'image de Macron et de la France est endommagée, Le Figaro
  378. « « Gilets jaunes » : Paris demande à Trump de ne pas se mêler de politique intérieure française », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 9 décembre 2018).
  379. « La France demande à Trump de ne pas se mêler de politique intérieure française », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  380. Trump tweete sur les Gilets jaunes pour maintenir la pression sur Macron et l’Europe, Ouest France
  381. Gilets jaunes: Trump tacle Macron sur le climat, tdg.ch, 5 décembre 2018.
  382. Gilets Jaunes : Trump attaque de nouveau l’accord de Paris sur le climat, leparisien.fr, 8 décembre 2018.
  383. « quand poutine disserte sur la crise des gj », sur le figaro,
  384. « L'Iran appelle ses ressortissants à être prudents. », sur le figaro, .
  385. Le gouvernement italien affirme son soutien aux "gilets jaunes" français, RTBF
  386. Site du journal Ouest France, article "Une liste Gilets jaunes aux élections européennes ? Oui, selon Hayk Shahinyan", 11 décembre 2018.
  387. Site huffington post article "Le gilet jaune Hayk Shahinyan annonce une liste aux européennes", publié le 10 décembre 2018.
  388. Site FranceTv Info, article "Francis Lalanne rejoint les gilets jaunes pour présenter une liste aux élections européennes, publié le 18 décembre 2018.
  389. Site du magazine Marianne, article "Bernard Tapie, Alexandre Jardin : ces parrains des gilets jaunes pour les élections européennes", publié le 12 décembre 2019.
  390. Site du Journal du dimanche, article "Sondage Une liste Gilets jaunes aux européennes affaiblirait Le Pen et Mélenchon", publié le 9 décembre 2018.
  391. Les «gilets jaunes» peuvent-ils bousculer les élections européennes?, Slate
  392. Élections européennes : une liste "gilets jaunes" pourrait renforcer la majorité, France TV Info
  393. Cyrielle Cabot, « Européennes 2019 : des gilets jaunes sur les listes des partis politiques ? », sur BFM TV, (consulté le 4 janvier 2019).
  394. « Européennes : Ian Brossat (PCF) veut des « gilets jaunes » sur sa liste », sur Le Figaro, (consulté le 4 janvier 2019).
  395. « Européennes : Florian Philippot veut conduire une « liste hybride mi-Patriotes mi-« gilets jaunes » » », sur 20 minutes, (consulté le 4 janvier 2019).
  396. « Élections européennes : « Des « gilets jaunes », il y en a sur la liste de La France insoumise », assure sa tête de liste », sur France Info, (consulté le 4 janvier 2019).
  397. Pour les européennes, une troisième liste gilets jaunes proposée, Huffingtonpost
  398. « Référendum d'initiative citoyenne : quels modèles étrangers inspirent les "gilets jaunes" ? », sur France Culture, (consulté le 19 février 2019)
  399. Zoé Lauwereys, « Qu’est-ce que le RIC, ce référendum que réclament les Gilets jaunes ? », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  400. Édouard Philippe : « Nous aurons un débat sur le référendum d'initiative citoyenne », Les Échos, 16 décembre 2018.
  401. « « Gilets jaunes » : La France insoumise va déposer une proposition de loi sur sur le référendum d'initiative citoyenne », sur 20 minutes, (consulté le 19 décembre 2018).
  402. « L'internationale des gilets jaunes », sur france culture, .
  403. « Quand "gilets bleus" et "foulards rouges" se partagent l'opposition aux "gilets jaunes" », sur France Inter.fr (consulté le 28 décembre 2018)
  404. Hakima Bounemoura, « Gilets jaunes, verts, orange, bleus, foulard rouge... Comment s'y retrouver ? », sur 20 minutes, (consulté le 28 janvier 2019).
  405. Les profs dégainent leurs «Stylos rouges», Libération
  406. M. B., « La révolte des Stylos rouges », Télérama, no 3602,‎ , p. 23.
  407. « Pourquoi les "gyros bleus", ces policiers en colère prêts à manifester jeudi, préfèrent rester anonymes », sur Franceinfo, (consulté le 17 janvier 2019)
  408. « Demain, les gilets verts | MarcelGreen.com », sur www.marcelgreen.com (consulté le 5 février 2019)
  409. «Gilets jaunes»: Face au risque de violence, les «foulards rouges» «tranquillement enfermés à la maison», sur 20Minutes.fr (consulté le 28 décembre 2018).
  410. « Les «foulards rouges» préparent leur mobilisation du 27 janvier à Paris », sur FIGARO, (consulté le 19 février 2019)
  411. « Au lendemain de l’acte XI des « gilets jaunes », quelque 10 000 « foulards rouges » ont défilé à Paris », Le monde,‎ (lire en ligne, consulté le 30 janvier 2019)
  412. « Foulards rouges : pour la «police» et le «dialogue» », sur Libération.fr, (consulté le 30 janvier 2019)
  413. Luc Peillon, « Les foulards rouges étaient-ils vraiment 10 500 ? Pourquoi les médias n'ont pas compté, comme annoncé ? », sur Libération, (consulté le 28 janvier 2019).
  414. "Gilets jaunes" : peut-on faire le parallèle avec 1789 ?, France TV Info
  415. «Gilets jaunes» : assiste-on à une «révolte» ou à une «révolution» ?, Le Figaro
  416. "Gilets jaunes" : les références à la Révolution se multiplient, France TV Info
  417. "Ce qui se passe n'est pas surprenant" : comment les "gilets jaunes" s'inscrivent dans l’histoire des révoltes populaires, France TV Info
  418. « Qui sont les gilets jaunes ? », sur franceculture.fr, .
  419. Le poujadisme est de retour, mais c'était quoi au fait ?, Télérama
  420. Bernard Gorce, « Les gilets jaunes, expression d’une colère populaire », sur la-croix.com, .
  421. Jean-Pierre Corlay, « Le conflit des pêches françaises en 1980 : essai de socio-géographie halieutique », Norois, no 121,‎ , p. 155-169 (lire en ligne, consulté le 21 novembre 2018).
  422. « Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix », sur prixdubaril.com (consulté le 25 novembre 2018).
  423. a et b « Gilets jaunes: quand le monde arabe ironise sur le mvt social en france », sur jeuneafrique.
  424. « Gilets jaunes et Printemps arabe », sur sputnik france.
  425. Le mouvement des «gilets jaunes» peut-il se comparer aux révolutions en Ukraine ?, Le Figaro
  426. Guyenne, « "Tout péter" ou "se calmer" ? Sur Facebook, les "gilets jaunes" partagés sur la mobilisation de samedi », sur France Inter, (consulté le 11 décembre 2018).
  427. [En couverture Ras-le-bol fiscal !], Valeurs Actuelles
  428. « François Ruffin prépare J'veux du soleil, un film sur les « gilets jaunes » », sur Culturebox, (consulté le 10 janvier 2019).
  429. « « Gilets jaunes » : le rire opportuniste et très tendancieux de La Bajon », sur Le Figaro, (consulté le 6 janvier 2019).
  430. « La Bajon, nouvelle «Coluche» des Gilets jaunes ? », sur leparisien.fr, 2018-12-31cet18:47:54+01:00 (consulté le 6 janvier 2019).
  431. Madame Figaro, « En pleine manifestation des gilets jaunes, une danseuse improvise une chorégraphie », sur Madame Figaro, (consulté le 6 janvier 2019).
  432. « Des Marianne aux seins nus ».
  433. « «Les Gentils, les Méchants» : Marguerite, «dépassée par le buzz» de sa chanson sur les Gilets jaunes », sur Le Parisien, (consulté le 10 janvier 2019).
  434. « "Gilets jaunes" : une artiste fait le buzz avec son clip tourné sur un rond-point », sur Europe 1, (consulté le 10 janvier 2019).
  435. « "Les Gentils, les Méchants": la chanson qui cartonne chez les Gilets jaunes (vidéo) », sur France soir, (consulté le 10 janvier 2019).
  436. « fresque aux gilets jaunes », sur le parisien.
  437. « Une fresque sur le mouvement «gilets jaunes» avec Christophe Dettinger », sur www.20minutes.fr (consulté le 8 février 2019)
  438. Florian Loisy, « Paris : une fresque pour les Gilets jaunes et Christophe Dettinger », Le Parisien,‎ (lire en ligne)

Voir aussi

Bibliographie

  • François-Bernard Huyghe (collab. Xavier Desmaison et Damien Liccia), Dans la tête des Gilets jaunes, Paris, VA éd., 2019.
  • Jean-Michel Vernochet, Les Gilets Jaunes... l'insurrection civique : les racines de la colère, Paris, Apopsix, 2019.

Articles connexes