Mort de Michael Jackson

Le , le chanteur américain Michael Jackson meurt d’une intoxication aiguë au propofol après avoir subi un arrêt cardiaque dans son manoir de Holmby Hills à Los Angeles en Californie. Son médecin personnel, Conrad Murray, dit avoir retrouvé Michael Jackson dans sa chambre, ne respirant plus mais avec un faible pouls, et lui avoir pratiqué une RCP sur son lit, en vain. Après un appel au 911 à 12h20 (heure locale), Michael Jackson fut pris en charge par des ambulanciers dans sa demeure, et fut déclaré mort un peu plus tard au Ronald Reagan UCLA Medical Center.

Le 28 août 2009, le médecin légiste du comté de Los Angeles qualifie le décès de Michael Jackson comme un homicide[1]. Avant sa mort, d’après certaines informations, Michael Jackson se serait fait administrer du propofol en même temps que deux anxiolytiques benzodiazépines : lorazépam et midazolam[2],[3]. Les officiels responsables du maintien de l’ordre enquêtèrent sur le médecin personnel de Michael Jackson. Le 8 février 2010, Conrad Murray plaida non coupable aux charges d’homicide involontaire, et fut libéré après avoir déposé une caution de 75 000 $USD[4]. Son procès débuta le 8 septembre 2011[5]. La mort de Michael Jackson déclencha de grandes manifestations de chagrin à travers le monde, créant une montée sans précédent du trafic Internet, participant à une augmentation drastique de la vente de ses anciens disques ainsi que de ceux des Jackson 5[6]. Michael Jackson avait l’intention d’entreprendre une série de cinquante concerts intitulée This Is It à l’O2 Arena de Londres du 13 juillet 2009 au 6 mars 2010[7].

Son service funéraire public s’est tenu le 7 juillet 2009 au Staples Center de Los Angeles, où il avait répété pour ses concerts de Londres la veille de son décès. Ses funérailles furent diffusées en mondovision, attirant une audience globale pouvant se chiffrer jusqu’à un milliard de personnes[8]. Au mois de mars 2010, Sony Music Entertainment signe un contrat de 250 millions de dollars américains avec les gérants de la succession de Michael Jackson afin de conserver les droits de distribution sur ses albums jusqu’en 2017, et de lancer sept albums posthumes. Son décès se classe au numéro 1 de la liste des 100 moments les plus choquants de la musique de VH1.

Circonstances

Appel aux urgences d'un agent de sécurité de Michael Jackson.

Michael Jackson arriva pour sa répétition au Staples Center autour de 18h30 le mercredi 24 juin, selon un magicien qui était sur place à ce moment. Le chanteur se plaint de symptômes de laryngite et ne répète pas jusqu’à 21h00. « Il avait l’air bien et avait une bonne énergie »[9], ajouta le magicien. Il répéta les chansons Thriller et Earth Song, celle-ci étant dernière chanson qu'il ait interprété lors de la répétition qui se termina après minuit[9]. Le matin suivant, Jackson ne sort pas de sa chambre[10]. Selon l’avocat de Conrad Murray, le médecin personnel de Jackson, Murray entra dans la chambre et trouva Jackson au lit, ne respirant plus. Le pouls de Jackson était faible, et son corps était encore chaud[11]. Murray essaya de réanimer Jackson pendant 5 à 10 minutes. Il déclara qu’il n’y avait pas de téléphone dans la chambre et qu’il ne put utiliser son téléphone portable pour composer le 911 parce qu’il ne connaissait pas l’adresse exacte de la maison. Murray spécifia qu’il avait également téléphoné à la sécurité, mais qu’il n’avait reçu aucune réponse. Murray fini par courir à l’étage, cria pour de l’aide, et ordonna qu'on fasse venir quelqu'un de la sécurité dans la chambre[12]. Murray déclara que seulement 30 minutes s'étaient écoulées, avant que la sécurité n'appelle le 911[12].

Le corps de Michael Jackson arriva au Ronald Reagan UCLA Medical Center à 13h14, heure local.

Le docteur aurait administré une technique de RCP non-standard sur un lit, et non sur une surface dure telle un plancher[13],[14]. L’avocat du docteur énonça que Murray avait placé une main sous Jackson et utilisé l’autre main pour la compression de la poitrine, alors que la procédure standard est d’utiliser les deux mains pour la compression[10],[15]. Un porte-parole du Los Angeles Fire Department (LAFD) dit que l’appel fut passé à 12h21 heure du Pacifique (19h21, temps universel coordonné). Les auxiliaires médicaux se rendent au manoir de Jackson à 12h26 et remarquent qu’il ne respire pas[16],[17].

Les auxiliaires médicaux ont réalisé la RCP pendant 42 minutes sur place[18]. L’avocat de Murray déclara que Jackson avait un pouls qui battait encore au moment où il fut transporté hors de la maison et placé dans l’ambulance[10]. Un agent du LAFD donna une version différente, déclarant que les auxiliaires avait trouvé Jackson en « arrêt cardiaque complet », et qu’ils n’observèrent aucun changement de la condition de Jackson en route vers l’hôpital[19]. Le LAFD transporta Jackson au Ronald Reagan UCLA Medical Center[16]. L’ambulance arriva à l’hôpital à approximativement 13h14. Une équipe de personnel médical essaya de réanimer Jackson durant plus d’une heure. Leur manœuvre fut sans succès et Michael Jackson fut officiellement déclaré mort à 14h26, heure locale[20],[21],[22].

Enquête

Autopsies

Le bâtiment de coroner du comté de Los Angeles

Le corps de Michael Jackson fut transporté par hélicoptère au bureau du coroner de Los Angeles à Lincoln Heights en Californie où, le 26 juin, une autopsie de trois heures fut réalisée, pour le compte du coroner du comté de Los Angeles par l’examinateur médical en chef, Lakshmanan Sathyavagiswaran[23]. La famille Jackson organisa une seconde autopsie[24]. Le 28 août, le coroner du comté de Los Angeles fit une annonce officielle, classifiant le décès de Michael Jackson comme un homicide. Le coroner du comté déclara que Jackson est décédé d’une combinaison de drogues dans son corps, la principale étant l’anesthétique propofol et l’anxiolitique lorazepam. Les drogues moins importantes trouvées dans le corps de Jackson étaient le midazolam, diazépam, lidocaïne et éphédrine. Le coroner garde le rapport de toxicologie complet privé, tel que demandé par la police et le procureur de district[1]. Le 1er octobre, la chaîne BBC rapporta que le rapport d’autopsie révélait que Jackson était « en assez bonne santé » pour son âge (cf : section 4 infra - Santé)[25],[26],[25],[27].

Police

Bien qu’ils n’aient pas immédiatement annoncé qu’ils suspectaient un crime, par la journée suivant le décès de Jackson, le Los Angeles Police Department (LAPD) commençait à enquêter sur ce cas peu commun et à forte visibilité[28]. Au 28 août, le LAPD avait annoncé que le cas pourrait être référé à des procureurs qui pourraient déposer des charges criminelles[1]. Parce que le LAPD n’avait pas sécurisé la demeure de Jackson, et alloué son accès à la famille Jackson, avant de retourner pour enlever certains items, le département souleva des inquiétudes de quelques observateurs comme quoi la chain of custody (documentation chronologique relatant tout en termes de preuve et de sa disposition) avait été brisée[29],[30]. La police assura qu’elle avait suivi le protocole[30]. Le 1er juillet, la Drug Enforcement Administration (DEA) se joint au LAPD dans l’enquête. Ayant l’autorité d’enquêter des questions normalement protégées par le secret médical, la DEA pouvait légalement suivre l’ensemble complet de ce qui semblait être une chaîne complexe de médicaments/drogues sur ordonnance fournie à Jackson[29]. Le procureur général de la Californie, Jerry Brown, annonça que son bureau venait en aide au LAPD et à la DEA dans la création d’une base de données à l’échelle de l’État de tous les docteurs médicaux et prescriptions remplies[31].

Le LAPD cita des enregistrements médicaux de docteurs qui avaient traité Jackson. Le 9 juillet, William J. Bratton, le chef de police de Los Angeles, indiqua que des enquêteurs mettaient l’emphase sur la possibilité d’homicide ou de surdose accidentelle, mais devait attendre pour les rapports toxicologiques complets du coroner[32]. Le journal The Los Angeles Times cita une source supérieure du maintien de l’ordre disant que les autorités n’allaient peut-être pas poursuivre de charges même si le coroner déclare le cas comme homicide, en raison de l’abus de drogues de Jackson très bien documenté qui rendrait toute procédure difficile. Néanmoins, la source dit que les procureurs ne s’étaient pas entendus sur des charges plus sérieuses « pouvant aller jusqu’à l’homicide involontaire » s’il était déterminé que le décès de Jackson avait effectivement été causé par le propofol[33].

Allégations d’usage de drogue

Le site web de TMZ, qui a annoncé la nouvelle du décès de Jackson, révèle que Michael Jackson aurait utilisé bon nombre d’alias afin de se procurer plus discrètement ses drogues sur ordonnance, incluant Omar Arnold et Jack London, ainsi que les noms d’un de ses gardes du corps et d’un gestionnaire de bureau. Un docteur appelait prétendument la pharmacie pour dire que Jackson s’en venait pour chercher la péthidine, et la pharmacie remplissait la prescription en laissant la section du nom du patient vide[34]. Il est dit que Jackson utilisait le propofol, ainsi que de l’alprazolam (un agent contre l’anxiété) et de la sertraline (un antidépresseur)[35]. D’autres drogues citées en connexion avec lui incluent l’oméprazole, l’hydrocodone, la paroxétine, le carisoprodol et l’hydromorphone[36]. Après sa mort, la police trouva plusieurs drogues à l’intérieur de sa demeure, incluant du propofol. Certaines de ces drogues avaient des étiquettes faites aux noms des pseudonymes de Jackson, alors que d’autres n’avaient pas d’étiquette du tout[37],[38]. Un document de la police datant de 2004 réalisé dans le cadre de l'affaire « People vs Jackson » dans les accusations d’abus d’enfants alléguait que Jackson prenait jusqu’à 40 pilules d’alprazolam par nuit[32].

Deepak Chopra, un interniste, endocrinologue et conférencier à propos des interventions pensée-corps (mind-body intervention) qui était un ami de Jackson pendant 20 ans, exprima ses inquiétudes comme quoi, bien qu’il avait présumément accès à un large éventail de drogues, il apparaît que Jackson n’avait pas reçu de naloxone, une drogue utilisée pour neutraliser les effets d’une surdose de narcotique[39]. Chopra critiqua également ce qu’il perçut comme « motivant » par quelques docteurs d’Hollywood : « Ce culte des médecins encourageant l’utilisation de stupéfiants, avec leurs relations d'interdépendance avec des célébrités toxicomanes, se doit d’être stoppé. Espérons que le décès inutile de Michael constitue un appel à agir. » (« This cult of drug-pushing doctors, with their co-dependent relationships with addicted celebrities, must be stopped. Let’s hope that Michael’s unnecessary death is the call for action. ») "[39]

Eugene Aksenoff, un médecin installé à Tokyo qui avait traité Michael Jackson ou ses enfants à quelques occasions, exprima ses inquiétudes à propos de l’utilisation et de l’intérêt pour des drogues variées de Jackson. Aksenoff déclara au journal The Japan Times que Jackson avait demandé des stimulants afin d’être en mesure de passer à travers quelques performances exigeantes. Aksenoff déclara qu’il avait refusé de lui en prescrire. Il se souvient que le chanteur souffrait de fatigue chronique, fièvre, insomnie et d’autres symptômes et prenait un nombre élevé de drogues. Il soupçonnait qu’un des facteurs majeurs causant ces symptômes à Jackson était l’utilisation excessive de stéroïdes ou d’autres médications pour blanchir la peau[40]. People magazine fit rapport que la famille Jackson avait essayé d'arranger une intervention au début de l’année 2007, alors que Michael Jackson vivait à Las Vegas dans le Nevada ; une information plus tard confirmée par sa sœur, Janet[41]. Janet Jackson et quelques-uns de ses frères se seraient déplacés jusqu’à sa demeure, mais furent refusés par des gardes de sécurité qui avaient reçu l’ordre de ne pas les laisser rentrer. Il y avait aussi des rumeurs voulant qu’il ait refusé des appels de sa mère. Une source de la chaîne CNN révèle que « si vous essayiez de traiter avec lui, il t’ignorerait. Tu n’entendrais simplement plus parler de lui pour longtemps. » (« If you tried to deal with him, he would shut you out. You just wouldn’t hear from him for long periods. ») La famille dénia le fait qu’il avait tenté d’intervenir[42].

Propofol

Un flacon de Propofol

De toutes les drogues retrouvées dans la demeure de Michael Jackson, celle qui inquiéta le plus les enquêteurs fut le propofol (diprivan) un anesthésique puissant administré par intraveineuse dans les hôpitaux pour provoquer l’anesthésie générale en préparation à une opération[43]. Surnommé « le lait de l’amnésie » en raison de son apparence laiteuse opaque, la drogue fut associée avec l’arrêt cardiaque[43], mais pourrait être de plus en plus utilisée sans besoin réel, sous prescription (off-label use) pour anxiolytique et d’autres buts non corroborés médicalement[38]. Plusieurs bouteilles de propofol – certaines pleines, d’autres vides – furent retrouvées dans la demeure de Jackson[38].

Le 30 juin, Cherilyn Lee, une infirmière qui avait travaillé en tant que nutritionniste pour Jackson, déclara qu’il lui avait demandé en mai de lui administrer du propofol pour l’aider à dormir, mais qu’elle avait refusé. Il lui dit qu’on lui avait déjà administré cette drogue pour de l’insomnie persistante, et qu’un docteur lui avait dit que c’était sans danger. Lee dit qu’elle reçut un appel téléphonique d’une assistante de Jackson le 21 juin pour lui dire que Jackson était malade, bien qu’elle ne travaillait plus pour lui. Elle rapporta avoir entendu Jackson se plaindre qu’un côté de son corps était chaud, et que l’autre côté était froid. Elle avisa l’assistante d’envoyer Jackson à un hôpital[44].

Arnold Klein déclara à CNN que Jackson avait un anesthésiste avec lui pour lui administrer du propofol afin de l’aider à dormir alors qu’il était en tournée en Allemagne. CNN énonça que l’anesthésiste l’endormait la nuit et le « faisait revenir » le matin durant sa tournée mondiale History de 1996 à 1997[42].

Le 24 août, un affidavit de mandat de perquisition  donné par un détective de Los Angeles fut rendu public[45]. Le document indiquait que les autorités considéraient potentiellement une charge d’homicide. D’après l’affidavit, Jackson « était très familier avec le ‘propofol’ et y faisait référence comme étant son ‘lait’. » (« (Jackson) was very familiar with "propofol" and referred to it as his ‘milk’ »)[46]

Professionnels médicaux

Le journal Los Angeles Times écrit que la DEA se concentrait sur au moins cinq docteurs ayant prescrit des drogues à Jackson, pour essayer de déterminer s’ils avaient une relation « face à face » avec lui, et s’ils avaient établis des diagnostics légalement requis[38]. Fox News Channel publia une liste de neuf docteurs sous prétexte qu’ils étaient sous enquête[47]. Le journal britannique Sunday Times écrit que la police voulaient questionner 30 docteurs, infirmières et pharmaciens, dont Arnold Klein. Klein déclara qu’il avait donné, occasionnellement, de la péthidine pour le mettre sous sédatif, mais ne lui avait administré rien de plus fort, et qu’il avait remis ses documents à l’enquêteur médical[48].

Médecin personnel

Le cardiologue Conrad Murray[49] a rejoint Michael Jackson à temps complet à partir de mai 2009, dans le cadre d’un contrat avec AEG Live, le promoteur de sa série de concerts à Londres. Murray rencontra Jackson pour la première fois quelques années auparavant, à Las Vegas, afin de soigner un des enfants du chanteur. AEG Live déclara que le chanteur avait insisté pour que la compagnie engage Murray pour l’accompagner en Angleterre[50]. Murray déclara, à travers son avocat, qu’il n’avait ni prescrit, ni administré de péthidine ou de l’oxycodone à Jackson, sans toutefois mentionner ce qu’il lui avait prescrit ou administré, si quelque chose[43]. La police de Los Angeles mentionna que le docteur a parlé aux officiers de police immédiatement après la mort de Jackson, ainsi que durant une entrevue extensive deux jours plus tard. La police souligna d'abord ne pas suspecter le docteur de crime[13]. Le 26 juin, la police remorque un véhicule utilisé par Murray, citant qu’elle pouvait contenir de la médication ou d’autres preuves. La police remettra le véhicule à son propriétaire cinq jours plus tard[29].

Le politicien et ministre Jesse Jackson, un ami de la famille de Michael Jackson, a déclaré que la famille était inquiète à propos du rôle de Murray. « Ils ont de bonne raison de l’être [...] il a quitté la scène. » (« They have good reason to be [...] he left the scene. »)[51] Durant les semaines qui suivirent, les doutes de la police sur le docteur augmentèrent, et le 22 juillet, des détectives fouillent le bureau médical de Murray et son espace de rangement à Houston au Texas, saisissant des objets comme un ordinateur, deux disques durs, une liste de contacts et un avis de suspension de l’hôpital[52]. Le 27, une source anonyme rapporte que Murray a administré du propofol à Michael Jackson dans les 24 heures précédant son décès[53]. Les avocats de Murray ont refusé de commenter sur ce qu’ils appellent des « rumeurs, sous-entendus ou sources anonymes. » (« rumors, innuendo or unnames sources. »)[54] Le jour suivant, l’émission Nightline diffusée sur la chaîne télévisée ABC News rapporte que des enquêteurs ont fouillé le domicile et le bureau de Murray à Las Vegas, et que Murray était devenu le point central de l’enquête[55]. Le 11 août, une pharmacie de Las Vegas est fouillée par des enquêteurs, cherchant des preuves en relation avec Murray, selon une source policière anonyme citée par le journal The New York Times[56]. L’avocat de Murray invita à la patience avant que les résultats toxicologiques arrivent, notant que « les choses ont tendance à bouger lorsque tous les faits sont révélés. » (« things tend to shake out when all the facts are made known. »[55],[57]) Le 8 février 2010, Murray est accusé d’homicide involontaire par les procureurs à Los Angeles. Murray plaide non coupable et est libéré après avoir payé la caution de 75 000 $ USD[58]. Peu de temps après, le conseil médical de Los Angeles émet l’ordre empêchant Murray d’administrer des sédatifs puissants[59]. Le 11 janvier 2011, le juge de l’audition préliminaire de Murray détermine que ce dernier devrait tenir devant le tribunal pour homicide involontaire dans le cas Jackson. Le juge suspend également le permis de Murray pour pratiquer la médecine en Californie[60]. Le procès est supposé débuter le 24 mars 2011, mais un délai d’ouverture le reporte au 9 mai 2011. Finalement, le procès est reculé une fois de plus, cette fois au 8 septembre, sans plus de délais, tel que rapporté par la chaîne CNN[61].

Procès de Conrad Murray

La sélection du jury pour le procès de Conrad Murray débute le 8 septembre 2011, à Los Angeles[5].

Le procès commence le 27 septembre 2011 et on estime alors qu’il durera de quatre à six semaines[62]. Le procès est diffusé en direct, comme c'est fréquent aux États-Unis, sur les chaînes de télévision. Le 7 novembre 2011, au terme de 24 jours de procès, le docteur Conrad Murray a été reconnu coupable d'homicide involontaire. Les preuves sont accablantes et les témoignages à charge sont nombreux. Les jurés – sept hommes et cinq femmes – ont délibéré durant neuf heures avant de rendre leur décision unanime. La thèse du suicide, alléguée par la défense, est vite disqualifiée et sera reprochée au médecin par le juge, Michael Pastor, à la lecture du verdict.

Sur ordre du juge Pastor, Conrad Murray est incarcéré au sortir de la salle, sans possibilité de libération sous caution, considéré comme dangereux pour le public, et doit rester en prison jusqu'au rendu de sa sentence, prévue le 29 novembre. Il pourrait se voir condamner jusqu'à quatre ans d'emprisonnement.

Le 21 novembre 2011, les avocats du docteur Conrad Murray ont demandé que la fiole contenant le puissant anesthésique à l'origine du décès de Michael Jackson fasse l'objet d'un test indépendant.

Santé

Stacy Brown, biographe, dit de Jackson qu’il était devenu « très frêle, complètement, complètement en dessous de son poids normal » (« very frail, totally, totally underweight ») et que sa famille s’inquiétait pour lui. Un autre biographe, J. Randy Taraborrelli, qui était devenu ami avec Jackson durant les années 1970, dit que Jackson avait souffert de dépendance aux analgésiques pour laquelle il avait eu plusieurs rechutes durant des décennies[63].

Arnold Klein, le dermatologue de Jackson, confirma que Jackson ne faisait pas bon usage de ses prescriptions médicales et qu’il avait diagnostiqué Jackson comme étant atteint du vitiligo et du lupus. Pourtant, Klein dit, que lorsqu’il a vu Jackson à son bureau trois jours avant sa mort ; « Il était en très bonne condition physique. Il dansait pour mes patients. Il était vraiment conscient mentalement lorsque nous l’avons vu et il était vraiment de bonne humeur » (« He was in very good physical condition. He was dancing for my patients. He was very mentally aware when we saw him and he was in a very good mood. »)[48].

Malgré une consommation excessive de médicaments pour soulager ses douleurs et améliorer son sommeil, l'état de santé de Michael Jackson était globalement bon. En effet, l'autopsie réalisée montra qu'il mesurait 1,75 m pour un poids de 61,7 kg et qu'il présentait des pathologies relativement banales pour un quinquagénaire, hormis des lésions pulmonaires significatives. De plus, Michael Jackson n'était pas dépendant à des drogues ou autres produits illicites lors de ces dernières années[64].

Affaires légales

La mère du chanteur, Katherine Jackson, reçut la garde temporaire des trois enfants de Michael le 29 juin 2009[65].

Réaction de la famille

La famille Jackson a publié la déclaration collective suivante après le décès :

« Notre bien-aimé fils, frère et père de trois enfants adoré est parti si subitement, d’une façon si tragique et beaucoup trop tôt. Cela nous laisse, sa famille, sans mot et dévastés au point où la communication avec le monde extérieur semble presque impossible par moments. » (en anglais : Our beloved son, brother and father of three children has gone so unexpectedly, in such a tragic way and much too soon. It leaves us, his family, speechless and devastated to a point, where communication with the outside world seems almost impossible at times[66].)

La Toya indiqua que la famille allait poursuivre quiconque ils croyaient responsable de la mort de leur frère, en plus de pousser pour des charges criminelles[67]. En 2009, elle déclara que Jackson avait peut être été administré d’une dose ultimement fatale de drogues par un « entourage douteux » de conseillers[67] et, en 2010, dit qu’elle croyait que son frère « avait été tué pour son catalogue de musique » (« was murdered for his music catalogue. »)[68] Peu après la mort du chanteur, la famille se pose des questions quant au rôle du Anschutz Entertainment Group (AEG Live), le promoteur de la série de concerts « This Is It », durant les dernières semaines de sa vie[51]. Joseph a depuis fait une plainte avec le conseil médical de Californie, alléguant que AEG Live pratiquait de la médecine illégale en demandant à Murray d’enlever Jackson de certaines médications. La plainte évoque également que AEG Live a manqué à fournir l’équipement de réanimation et l’infirmière qu’avait demandé Murray. Michael Roth, porte-parole pour AEG, refusa de commenter la plainte[69].

Après que Murray eut plaidé non coupable au chef d’homicide involontaire, plusieurs membres de la famille Jackson énoncèrent qu’il méritait un chef d’accusation plus sévère[70]. Le 25 juin 2010, Joseph déposa une poursuite pour mort injustifiée (wrongful death) contre Murray. La poursuite allègue que Murray a menti de façon répétée pour cacher son utilisation du propofol, n’a pas gardé suffisamment de dossiers médicaux et était négligeant dans son utilisation de médications sur Jackson. L’avocat civil de Murray, Charles Peckham, nia que Murray a donné quelque chose de dangereux pour la survie à Jackson[71].

Le 15 septembre 2010, Panish Shea & Boyle LLP intend également une poursuite pour mort inutile (wrongful death) contre AEG Inc au nom des trois enfants de Michael Jackson et de sa mère. La poursuite vise également les filiales du groupe ainsi que ses dirigeants, dont Randy Phillips, Kenny Ortega, Paul Gongaware et Thimothy Leiweke[72]. La poursuite allègue que AEG a fait passer son désir de profits pour la tournée This Is It avant la santé et la sécurité de Michael Jackson, causant ainsi sa mort. Roth refusa de commenter la poursuite, citant que AEG ne l’avait pas vue[73].

Fortune et succession

Le testament de Jackson fut déposé par l’avocat John Branca au palais de justice du comté de Los Angeles le 1er juillet 2009. Signé en date du 7 juillet 2002, il nomme Branca et son comptable John McClain comme exécuteurs testamentaires ; ils furent confirmés de la sorte par un juge de Los Angeles le 6 juillet 2009[74]. Tous les biens sont donnés au domaine de la famille Jackson (préexistante) – amendé le 22 mars 2002[75], les détails duquel n’ont pas été rendus public. L’Associated Press rapporte qu’en 2007, Jackson avait un net (après impôts) de 236,6 millions de dollars USD ; 567,6 millions de dollars en actifs, dont le ranch de Neverland et sa part de 50 % du catalogue Sony/ATV Music Publishing; et des dettes de 331 millions de dollars américains[76]. La garde de ses trois enfants est donnée à sa mère, Katherine, ou, si elle n’est pas en mesure de le faire ou ne l’accepte pas, à la chanteuse Diana Ross[77]. Le testament cite que l’ex-femme de Jackson, Debbie Rowe, fut exclue intentionnellement[78]. Le testament de Jackson alloue 20 % de ses fortunes ainsi que 20 % de l’argent fait après sa mort à des œuvres de charité non spécifiées[79].

Les rapports médiatiques suggèrent que la division des biens de Jackson pourrait durer plusieurs années[80]. La valeur de Sony/ATV Music Publishing est estimée, par Ryan Schinman, chef de Platinum Rye, à 1,5 milliard de dollars USD. L’estimation de Schinman évalue la part de Jackson de Sony/ATV à 750 millions de dollars USD, montant duquel Jackson aurait gagné un revenu annuel de 80 millions de dollars USD. Sony Corporation n’a pas encore commenté à savoir si la compagnie avait l’intention de racheter la part de Jackson de Sony/ATV des biens de Jackson. Les créanciers de Jackson pourraient forcer une vente forcée (forced sale), qui agirait en faveur de Sony puisque cette action aurait pour effet de diminuer le prix de vente, mais seulement si la propriété fiduciaire (trust) établie par Jackson pour sa participation dans Sony/ATV peut être révoquée. Une telle vente ferait baisser la valeur de la fortune de Jackson, et cette dernière pourrait ne pas être assez élevée pour couvrir toutes les dettes appartenant à la succession[81].

Réaction du public

Couverture médiatique et sur Internet

Graphique représentant la hausse spectaculaire du trafic des internautes sur le moteur de recherche Google pour la requête « Michael Jackson » le 25 juin 2009, date de la mort de Jackson. La première flèche correspond au moment où sa mort a été prononcée (à 14:26), et la seconde au moment où la nouvelle a été rendue publique par TMZ.com (à 14:44).
Foule rassemblée devant le Ronald Reagan UCLA Medical Center, le 25 juin 2009.

La première dépêche annonçant que Jackson avait été victime d’un arrêt cardiaque, puis qu’il était mort, vint de TMZ.com, un site web basé à Los Angeles couvrant les nouvelles des célébrités. Les docteurs au Ronald Reagan UCLA Medical Center annoncèrent la mort de Jackson à 14h26 et 18 minutes plus tard, soit à 14h44, TMZ publia : « Michael Jackson est décédé aujourd’hui à l’âge de 50 ans » (« Michael Jackson passed away today at the age of 50 »)[17]. Le site web du Los Angeles Times confirma la nouvelle à 14h51 PDT (17h51 EDT)[82] La nouvelle se propagea rapidement en ligne, causant de multiples problèmes pour les sites web en raison de la surcharge d’utilisation. TMZ et le "Los Angeles Times" ont tous deux souffert d’arrêts temporaires[82]. Google crut tout d'abord que la saisie de millions de gens cherchant pour « Michael Jackson » signifiait que le moteur de recherche était sous attaque. Twitter rapporta un arrêt, tout comme Wikipédia à 15h15[83].

La Fondation Wikimédia rapporta près d’un million de visites pour la page sur Jackson en l'espace d’une heure, probablement le plus de visiteurs durant une période d’une heure pour n’importe quel article dans l’histoire de Wikipédia[84]. Le système de messagerie instantanée AOL fut arrêté pour 40 minutes. AOL le nomma un « moment majeur dans l’histoire d’Internet » (« seminal moment in Internet history »), ajoutant qu’ils n’avaient « jamais vu quelque chose de pareil en terme d’envergure et d’intensité. » (« never seen anything like it in terms of scope and depth. »)[85]

Environ 15 % des publications Twitter – ou 5 000 tweets par minute – sont rapportés avoir mentionné Jackson après l’annonce de la nouvelle[86],[87], comparé au 5 % retenu pour la mention des élections iraniennes de 2009 ou la pandémie grippale de 2009 qui avaient tous deux fait les manchettes au début de l’année[87]. En tout, le trafic web se tenait à 11 % jusqu’à au moins 20 % de plus que la normale[86],[88]. Les chaînes de télévision MTV et Black Entertainment Television (BET) diffusèrent un marathon de tous les vidéoclips de Michael Jackson[89]. Des émissions spéciales consacrées à Jackson furent diffusées sur de multiples chaînes télévisées à travers le monde. Le feuilleton britannique EastEnders ajouta une scène de dernière minute, dans laquelle un personnage discute de la nouvelle avec un autre à l’épisode du 26 juin[90]. Alors que les journaux britanniques publient le lendemain de la nouvelle des photos de Jackson durant sa jeunesse ou à son apogée, le journal The Sun fut le seul à montrer une photo peu valorisante du chanteur datant de 2009, gardant le surnom moqueur de « Wacko Jacko ». Le jour suivant, The Sun s'aligna sur les autres journaux[91]. Durant cette même période, les trois chaînes de nouvelles du soir des États-Unis – ABC’s World News, CBS Evening News et NBC Nightly News – lui consacrèrent 34 % de leur temps de diffusion[92]. Des magazines comme le Time publièrent des éditions commémoratives[93]. Une scène où figurait la sœur de Jackson, La Toya, fut enlevée du film Brüno, par respect envers la famille Jackson[94].

Selon une analyse publiée par le Global Language Monitor, la mort de Michael Jackson fut un des plus grands évènements médiatiques de ce début de siècle, comparable en termes d'intensité à l'élection en 2008 de Barack Obama à la présidence des États-Unis[95]. Paul JJ Payack, président et analyste de mot en chef pour Global Language Monitor dit que « la mort de Michael Jackson a résulté en un événement médiatique planétaire de premier ordre », et ajouta que « le fait qu’il s’est retrouvé au sommet des médias du XXIe siècle est un témoignage de l’impact mondial de cet homme et de sa musique. » (« the death of Michael Jackson has resulted in a global media event of the first order » - « the fact that he has broken into the top media of the 21st century is a testament to the global impact of the man and his music. »). Le décès du chanteur suscita une ample réaction de la part de commentateurs et de journalistes d’à travers le monde[96],[97],[98],[99]

Des statistiques publiées par le Pew Research Center suggèrent que deux Américains sur trois ont trouvé que la couverture médiatique du décès de Michael Jackson était excessive, tandis que 3 % croit qu’elle n’était pas suffisante[100]. Au Royaume-Uni, la BBC reçut plus de 700 plaintes de téléspectateurs qui jugeaient que la couverture de cette information était excessive[101]. Le 29 juin, le commentateur conservateur américain Rush Limbaugh dit que la couverture médiatique était une « honte horrible » (« a horrible disgrace ») et prêta support aux ministres activistes Jesse Jackson et Al Sharpton, qui se battaient pour contenir les spéculations de la presse à propos de la cause du décès[102]. D’autres conservateurs, incluant le commentateur Bill O’Reilly [103] et le député Peter T. King[104], désapprouvèrent également l’attention médiatique reçue par le décès de Jackson. Pendant ce temps, Hugo Chávez, le président du Venezuela, décrit la mort du chanteur pop comme une « nouvelle lamentable », (« lamentable news ») [105] mais critiqua CNN d’avoir donné à cette nouvelle plus de couverture médiatique que le coup d’État de 2009 au Honduras[97],[105].

En août 2009, on rapporte que la famille de Michael Jackson aurait payé la compagnie de média social de marketing uSocial.net afin d’augmenter le nombre de « suiveurs » (followers) sur le profile Twitter de Jackson[106]. Selon le New York Daily News, uSocial fut engagé pour livrer 25 000 "suiveurs" au compte[107]. On ne spécifia pas si le service fut rendu avant ou après sa mort.

Deuil

L'étoile de Michael Jackson au Hollywood Walk of Fame.

La mort de Michael Jackson et la réaction mondiale qu'elle provoqua furent comparées à celles d'Elvis Presley ou de John Lennon. Des admirateurs se rassemblèrent à l’extérieur du Ranch de Neverland, de sa demeure à Holmby Hills, de la demeure familiale des Jackson à Hayvenhurst, de l'Apollo Theater à New York, et à Hittsville dans les États-Unis, le vieux quartier général Motown à Détroit où la carrière de Jackson a débuté, maintenant un musée Motown. Une foule se rassembla également devant le centre médical UCLA autour duquel les rues furent bloquées à la circulation[108].

Une petite foule, incluant le maire de la ville, se rassembla devant la demeure où vivait Jackson durant son enfance à Gary, dans l’Indiana, où le drapeau fut baissé à la moitié en son honneur[109]. Des admirateurs se rassemblèrent également au Hollywood Walk of Fame[110] (l’étoile du chanteur ayant temporairement été recouverte d’équipement utilisé pour la première du film Brüno.)[111]

Des admirateurs autour du monde – comme Odessa, en Ukraine [112] et à Bruxelles, en Belgique [113]—ont tenu leurs propres rassemblements commémoratifs. Le président des États-Unis, Barack Obama, envoya une lettre de condoléances à la famille Jackson[13], et la Chambre des représentants des États-Unis a tenu une minute de silence[114]. Obama déclara plus tard que Jackson « allait entrer dans l’histoire en tant qu’un de nos plus grands artistes. » (« will go down in history as one of our greatest entertainers. ») [115] L’ancien président de l’Afrique du Sud, Nelson Mandela, envoya un message à travers sa fondation, mentionnant que la perte de Jackson se ferait ressentir à travers le monde.

Au Japon, où Jackson était très populaire, le porte-parole et d’autres ministres du gouvernement exprimèrent leurs condoléances. Le ministre des Affaires internes et des communications, Tsutomu Sato, dit aux reporters : « je me sens triste puisque je l’ai suivi depuis qu’il était un membre de Jackson Five » (I feel sad as I had watched him since he was a member of Jackson Five). Le ministre de la Défense, Yasukazu Hamada, a estimé que Jackson avait comme « créé une génération avec sa musique »[116]. « Il était une superstar. Il s’agit d’une perte extrêmement tragique. Mais c’est fantastique qu'il pût donner autant de rêves et d’espoir aux gens dans le monde », dit le ministre de la Santé Yoichi Masuzoe (He was a superstar. It is an extremely tragic loss. But it is fantastic he was able to give so many dreams and so much hope to the people of the world,' said Health Minister Yoichi Masuzoe)[117].

Le premier ministre du Royaume-Uni, Gordon Brown, livra un court discours sur la mort de Jackson : « Cela est une nouvelle très triste pour les millions d’admirateurs de Michael Jackson au Royaume-Uni et autour du monde » (This is very sad news for the millions of Michael Jackson fans in Britain and around the world). David Cameron, chef de l’opposition conservatrice, déclare : « Je sais que les admirateurs britanniques de Michael Jackson et autour du monde seront tristes aujourd’hui. En dépit des controverses, il était un artiste légendaire » (I know Michael Jackson's fans in Britain and around the world will be sad today. Despite the controversies, he was a legendary entertainer)[118].

Des admirateurs russes se rassemblèrent devant l’ambassade des États-Unis à Moscou pour pleurer le défunt chanteur. Une personne dit ainsi au journal russe Novosti : « Ceci est tellement difficile ! Je suis blessé, très blessé !… Pour nous, il s’agit d’une grosse perte. Pour nous, il était devenu un symbole du monde spirituel. C’est difficile de transmettre à quel point il s’agit d’une grosse perte » (This is so difficult! I'm hurt, very hurt! … For us, this is a very great loss. To us, he became a symbol of the spiritual world. It's hard to convey how great a loss this is)[119]. Le ministre de la Culture français, Frédéric Mitterrand, déclara : « Nous avons tous un Michael Jackson à l’intérieur »[120]. Elizabeth Taylor, une amie de longue date, dit qu’elle ne pouvait s’imaginer sa vie sans lui[121]. Liza Minnelli déclara à la CBS : « Lorsque l’autopsie viendra, les critiques partiront, alors merci Dieu nous le célébrons maintenant » (When the autopsy comes, all hell's going to break loose, so thank God we're celebrating him now)[122]. La Toya Jackson, la sœur du chanteur, affirma que la fille de Michael lui avait dit que son papa était surmené ces derniers temps. La Toya, citant Paris : « Elle disait : Non, tu ne comprends pas. Ils continuaient de le surmener, et papa ne voulait pas cela, mais ils le surmenait constamment. Je me sens si mal ». (She said : No, you don't understand. They kept working him and Daddy didn't want that, but they worked him constantly. I felt so bad)[123].

Hommages

Le 30 juin, le groupe de musique U2, lors de son premier concert de sa tournée 360° à Barcelone, dédia sa chanson Angel of Harlem à Jackson. Bono chanta des parties des chansons Man In The Mirror et Don't Stop 'Til You Get Enough à la fin de la chanson.

Le 10 juillet, 6 000 admirateurs assistent à un hommage musical à Gary (Indiana), la ville natale de Michael Jackson. Des artistes locaux mirent en scène un pot-pourri des chansons de Jackson, et le maire Rudy Clay révéla un monument de sept pieds de haut en son honneur. Jesse Jackson s’adressa à la foule en disant : « C’est ici que Michael a commencé à danser, où il a appris à chanter, où il a appris à se sacrifier. » (This is where Michael learned to dance, where he learned to sing, where he learned to sacrifice)[124]. Le rappeur The Game fut parmi les premiers artistes à lancer une chanson hommage. Son single Better On The Other Side fut lancée cinq jours après le décès de Jackson. Produite par DJ Khalil, cette chanson comprend les voix de P. Diddy, Chris Brown, Polow da Don, Mario Winans, Usher et du groupe Boys II Men[125]. Une grande variété d’artistes enregistrèrent des hommages musicaux, comme 50 Cent[126], LL Cool J, Robbie Williams, Akon et le guitariste Buckethead (dont la chanson The Homing Beacon fut inspirée par le film 3D de Jackson, Captain Eo)[127].

Le 26 juin, plusieurs artistes, dont Pharrell Williams et Lily Allen, rendirent hommage à Jackson au Glastonbury Festival[128]. Les performances incluaient Allen portant un gant blanc (comme Jackson sur Billie Jean), alors que The Streets fit une reprise de Billie Jean[128]. Les hommages à Jackson au festival de musique se poursuivirent durant la fin de semaine du 26 au 28 juin[129]. Le 5 juillet 2009, Madonna rendit hommage à Jackson durant la seconde partie de sa tournée Sticky & Sweet[130]. Alors qu’elle faisait un pot-pourri des chansons de Jackson, un imitateur reprenait les mouvements de danse de l'artiste alors que des photos du défunt chanteur défilaient sur un écran derrière eux[130],[131]. Après la performance, Madonna dit à la foule : « applaudissons pour un des meilleurs artistes que le monde a jamais connu » (Let's give it up for one of the greatest artists the world has ever known)[131]. Le groupe de musique de métal alternatif CKY interpréta Beat It pendant sa tournée Carver City[132].

La sœur de Jackson, La Toya, lança sa chanson Home le 28 juillet, conçue comme un titre de charité en l’honneur de son frère. Tous les profits étant reversés à des associations caritatives[133]. La cérémonie des BET Awards de 2009 fut diffusée trois jours après la mort de Jackson, le 28 juin 2009. Elle comprit un hommage au chanteur. L’animateur Jamie Foxx a dit : « Nous voulons célébrer cet homme noir. Il fait partie de nous et nous le partageons avec tout le reste du monde » (We want to celebrate this black man. He belongs to us and we shared him with everybody else). La cérémonie incluait des reprises de plusieurs chansons de Jackson, aussi bien de sa période solo qu'avec les The Jackson 5[134]. Joe Jackson et Al Sharpton faisait partie des spectateurs, et Janet Jackson parla brièvement au nom de la famille. Cette édition fut la plus regardée de l’histoire des BET Awards[135]. Quelques jours après la mort de Jackson, il y eut des rumeurs disant que AEG Live, le promoteur de la tournée This Is It, était en train de préparer un concert en l’honneur de Michael pour le mois de septembre 2009[136],[137]. Toutefois, ce concert ne vit jamais le jour.

Le lendemain de la mort de Jackson, le maire de Rio de Janeiro annonça que la ville allait ériger une statue en hommage au chanteur dans la favela de Dona Marta. Jackson avait en effet visité la communauté en 1996, et y avait filmé le vidéoclip de la chanson They Don't Care About Us. Le maire a également dit que Jackson avait aidé à faire de la communauté « un modèle pour le développement social »[138]. Qui plus est, des hommages eurent lieu un peu partout à travers le monde, comme à Tokyo[138], Bucarest[139] ou encore Bakou[140].

La vidéo pour la chanson Do the Bartman, une chanson pour l’émission Les Simpson coécrite par Jackson, fut diffusée lors de la rediffusion de l’épisode le 28 juin. La vidéo comprenait un titre rendant hommage à Jackson[141]. Cette épisode de 1991 des Simpson dans lequel apparaissait Jackson sous le nom de John Jay Smith, alias « Stark Raving Dad », fut aussi diffusé sur Fox le 5 juillet 2009[142]. L’épisode a également été diffusé sur la chaîne néerlandaise de Comedy Central, le lendemain de la mort de Jackson[143]. Le film The Wiz (dans lequel Michael tient la vedette aux côtés de Diana Ross et Richard Pryor) fut brièvement re-lancé une semaine avant la sortie du film Michael Jackson's This Is It dans certains cinémas. Madonna entama la cérémonie des MTV Video Music Awards 2009 avec un discours sur Michael Jackson. Janet Jackson fit une apparence au VMAs afin de rendre un hommage musical à son frère défunt[144]. Michael fut honoré avec un prix posthume pour le succès de l’œuvre de sa vie lors de la 52e cérémonie des Grammy Awards le 31 janvier 2010[145]. Un hommage fut aussi rendu à Jackson lors de la 82e cérémonie annuelle des Academy Awards[146].

À la télévision, dans de nombreux pays, des documentaires ou émissions (par exemple À la recherche du nouveau Michael Jackson en France) ont été spécialement créés dans les mois et années suivant le décès de l'artiste. Certaines émissions de variétés ont par ailleurs inclus dans leur programme des hommages à Michael.

En musique, de nombreuses reprises des chansons de Michael Jackson ont vu le jour depuis sa mort, par des chanteurs comme Chris Brown, Tal, ou plus récemment avec le groupe Kids United. En 2012, le groupe de musique électronique Cash Cash  sort le single Michael Jackson (The Beat Goes On) en hommage à l'artiste.

Ventes de disques

Les ventes de disques de Michael Jackson augmentèrent considérablement dans les jours et les mois suivant son décès, se multipliant par 80 au 29 juin, selon HMV[147]. Bill Carr, du site Amazon, indiqua une rupture du stock d'albums de Michael Jackson et des The Jackson 5 lors des premiers jours après l'annonce de la nouvelle. Cette demande de disques surpassa celle enregistrée lors des disparitions d'Elvis Presley et de John Lennon en leur temps[148]. Au Japon, six des albums de Michael se classèrent parmi le top 200 des ventes d'album du SoundScan Japan[138], et en Pologne, Thriller 25 se hissa au premier rang des ventes d’album et fut remplacé par la compilation King of Pop la semaine suivante[149].

En Australie, 15 de ses albums occupèrent le top 100 des ARIA Charts au 5 juillet, quatre d’entre eux dans le top dix, avec trois occupant les trois premières places. Il avait 34 singles dans le top 100 des singles, incluant quatre dans le top dix. Les ventes d’album furent de 62 015 et 107 821 pour les singles[150]. Durant la deuxième semaine, les ventes d’album se chiffraient à 88 650 copies. Le 12 juillet, quatre albums étaient toujours dans le top 10 avec trois occupants les trois premières positions. En Nouvelle-Zélande, Thriller 25 se hissa à la première place des charts[151]. En Allemagne, la compilation King of Pop occupa la première position du classement des ventes d’album[152], et du 28 juin au 4 juillet, neuf de ses albums occupèrent le top 20 du CAPIF en Argentine[153].

Au niveau du top 100 albums du Billboard européen, Jackson marqua l’histoire avec huit de ses albums dans le top dix[154]. En date du 3 août, la compilation King of Pop a passé quatre semaines au sommet des charts[155]. L’album "The Collection" de Jackson passa aussi deux semaines au sommet de cette même charte[156].

Au Royaume-Uni, le dimanche suivant sa mort, ses albums occupaient 14 des 20 positions dans le classement des ventes sur Amazon.co.uk, avec l’album Off the Wall en première position. La compilation Number Ones grimpa au sommet du classement des ventes d'albums au Royaume-Uni, et ses albums studio occupaient les numéros 1 à 8 sur la liste des meilleurs albums du magasin de disque en ligne de iTunes. Treize de ses chansons se classèrent les dans le top 40 : Man in the Mirror (2e), Thriller (23e), Billie Jean (25e), Smooth Criminal (28e), Beat It (30e) et Earth Song (38e)[157],[158],[159]. La compilation The Essential Michael Jackson atteignit ensuite également la première place des ventes d'albums, donnant à Jackson un deuxième album numéro un en autant de semaines[160],[161]. Le 3 août, Jackson avait vendu 2 millions d’albums et passa sept semaines consécutives au sommet du palmarès des ventes d'albums[162].

Aux États-Unis, Jackson battit également des records de vente dans le Top Pop Catalog Albums du Billboard magazine[163] : Number Ones fut l’album le plus vendu la semaine suivant son décès et se hissa au sommet du classement avec 108 000 exemplaires écoulés, soit une augmentation de 2 340 %. The Essential Michael Jackson (2e place) et Thriller (3e) se vendirent également à plus de 100 000 unités. Viennent ensuite d'autres albums : Off the Wall, Ultimate Collection (Jackson 5), Bad, Dangerous, HIStory et Ultimate Collection. Regroupés, ses albums solo se vendirent à 422 000 copies dans la semaine suivant sa mort et 1,1 million de copies dans la semaine suivant son service funéraire[163]. Il battit également un record dans le palmarès des meilleurs albums digitaux, avec six des 10 premières positions, incluant les quatre premières places. Dans le palmarès Hot Digital Songs, il établit un record avec 25 chansons classées dans une liste de 75. Aux États-Unis, Jackson devint le premier artiste à atteindre les 2,6 millions de téléchargements dans une semaine[164],[165]. Au 5 août, Jackson avait vendu près de 3,8 millions d’albums et 7,6 millions de chansons aux États-Unis. Number Ones était l’album le mieux vendu lors des sept semaines qui ont suivi sa mort[166],[167]. À la fin de l’année 2009, Jackson était devenu l’artiste ayant le plus vendu de l’année, avec 8,2 millions d’albums aux États-Unis[168]. Il devint également le premier artiste dans l’histoire à avoir quatre des cinq albums les plus vendus dans une année complète aux États-Unis[169],[170]. Jackson fut également le troisième meilleur artiste au niveau des ventes digitales en 2009 aux États-Unis, avec approximativement 12,35 millions d’unités[171].

Dans l'année ayant suivi sa mort, Jackson a vendu environ neuf millions d’albums aux États-Unis, et 35 millions à travers le monde[172]. Toutes catégories comprises, ses actifs ont ainsi généré des revenus pouvant s'estimer à hauteur d'un milliard de dollars[173].

Services

Célébration commémorative

Staples Center, le lieu du service public de Michael Jackson
Mariah Carey interprétant I'll Be There à la cérémonie commémorative.

Un service funéraire familial privé se tient le 7 juillet 2009 au Forest Lawn Memorial Park à Los Angeles, suivi d’un service public au Staples Center en Californie, où Jackson avait répété le 23 juin 2009, deux jours avant son décès. Le service en sa mémoire fut organisé par le promoteur de concert de Jackson, AEG Live[174], qui donna 17 500 billets gratuits à des admirateurs autour du monde à travers une loterie en ligne qui attira plus de 1,2 million de participants en 24 heures[175], et plus d’un demi-miliard de visites de la page web[176]. Le service fut diffusé en simultané à travers le monde (mondovision), et fut regardé par plus d’un milliard de téléspectateurs environ[8].

Le cercueil en bronze de Jackson (qui aurait coûté vingt-cinq mille dollars) fut placé en avant de la scène. Plusieurs invités célèbres assistèrent à la cérémonie[177]. Ses frères portèrent chacun un seul gant blanc brillant, alors que Stevie Wonder, Mariah Carey, Lionel Richie, Jermaine Jackson, ou encore Usher ont chanté des chansons de l'artiste. Plusieurs discours prononcés par la famille, ainsi que par des amis de la famille et de l'artiste se succédèrent sur la scène. La fille de Michael Jackson, Paris, âgée de 11 ans lors de la cérémonie, prononça un court discours émouvant dans lequel elle exprima tout l'amour qu'elle éprouvait pour son père qui était « le meilleur papa que vous pouvez imaginer » (daddy has been the best father you could ever imagine)[178]. Quant à Marlon Jackson, il dit : « Peut-être maintenant, Michael, ils te laisseront tranquille » (Maybe now, Michael, they will leave you alone)[179].

Enterrement

À l'origine, l’enterrement de Jackson avait été prévu le 29 août 2009 (qui aurait été la date de son 51e anniversaire de naissance)[180]. Son service funéraire et son enterrement eurent ainsi lieu en privé, au Forest Lawn Cemetery de Glendale, le 3 septembre 2009, dix semaines jour pour jour après sa mort[181]. Les membres de la famille Jackson, sa première femme Lisa Marie Presley, ainsi que de vieux amis comme Macaulay Culkin, Quincy Jones, Eddie Murphy et Elizabeth Taylor, entre autres[182], étaient présents. Le service débuta avec les trois enfants de Jackson plaçant une couronne en or sur son cercueil[182].

Les funérailles de Jackson coûtèrent environ un million de dollars[183],[184], dont 590 000 dollars pour l'installation d'une crypte au sein d'un mausolée[183],[184],[183]. Howard Weitzman, un des avocats des exécuteurs testamentaires, eut ces mots à propos du coût élevé des funérailles de l'artiste : « C’était Michael Jackson. Il était plus grand que la vie lorsqu’il était vivant » (It was Michael Jackson. He was bigger than life when he was alive)[183],[184]. Le corps de Jackson repose ainsi dans la section Holly Terrace. Le mausolée est une installation sécurisée et privée, qui n’est pas accessible au grand public ou aux médias, sauf pour des raisons extrêmement restreintes. Les admirateurs peuvent déposer des fleurs, qui seront placées au plus près de la sépulture par les agents de l'entretien et de la sécurité[181].

La famille avait un moment envisagé d’enterrer Jackson au ranch de Neverland. Toutefois, quelques membres de la famille s'opposèrent au choix de ce site, déclarant que le ranch avait été entaché par les accusations d’abus sexuel[181]. En outre, les propriétaires du ranch auraient dû demander au préalable l'obtention d'un permis, afin de pouvoir établir un cimetière sur le site, ce qui aurait beaucoup compliqué la chose. En juillet 2010, la sécurité fut augmentée au mausolée en raison des admirateurs qui laissaient des messages à l’encre permanente sur le monument[185].

Notes et références

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Death of Michael Jackson » (voir la liste des auteurs).
  1. a, b et c (en) « Jackson death a homicide, criminal charge possible », Reuters,
  2. Doheny, Kathleen. Propofol Linked to Michael Jackson's Death, WebMD, 24 août 2009.
  3. (en) Alan Duke, « Coroner's investigator testifies about propofol in Jackson's room », CNN, (consulté le 21 janvier 2011)
  4. Michael Jackson's doctor denies manslaughter charge, BBC News, 9 février 2010.
  5. a et b (en) « Jury Selection Begins in Conrad Murray Trial », myfoxla.com, sept 8th, 2011
  6. Sales of Michael Jackson's Music Skyrocket, KTLA News, 26 juin 2009.
  7. Kreps, Daniel. Michael Jackson’s “This Is It!” Tour Balloons to 50-Show Run Stretching Into 2010, Rolling Stone, 12 mars 2009.
  8. a et b Bucci, Paul et Wood, Graeme. Michael Jackson RIP: One billion people estimated watching for gold-plated casket at memorial service. The Vancouver Sun, 7 juillet 2009.
  9. a et b Lee, Chris, and Ryan, Harriet. Michael Jackson's last rehearsal: just beaming with gladness, The Los Angeles Times, 27 juin 2009.
  10. a, b et c Lang, Anne, and Jones, Oliver. Attorney Defends Michael Jackson's Doctor, People, 29 juin 2009.
  11. McCartney, Anthony (Associated Press), « Lawyer for Doctor: Jackson Had Pulse When Found », Connecticut Post,‎
  12. a et b Chernoff, Ed., The Situation Room, CNN, 29 juin 2009. Transcript
  13. a, b et c Gumbel, Andrew. Michael Jackson doctor hires lawyer as family hires pathologist, The Guardian, 28 juin 2009.
  14. Michael Jackson: transcript of 911 call, The Telegraph, 26 juin 2009.
  15. Childs, Dan; Schlief, Michelle. Could Better CPR Have Saved Michael Jackson?, ABC News, 30 juin 2009.
  16. a et b Blankstein, Andrew, and Willon, Phil. Michael Jackson dead at 50, The Los Angeles Times, 25 juin 2009.
  17. a et b Rayner, Gordon and Singh, Anita. Michael Jackson: the final days and how TMZ.com scooped the world, The Telegraph, 26 juin 2009.
  18. Ruda, Steve. Paramedic on Jackson 911 call, BBC News, 25 juin 2009.
  19. Eckstein, Marc. Michael Jackson EMS Response Details Emerge, JEMS (Journal of Emergency Medical Services), 26 juin 2009.
  20. McGevna, Allison. Tape of 911 Call Released as Michael Jackson Autopsy Under Way, Fox News, 26 juin 2009.
  21. Harvey, Michael. Fans mourn artist for whom it didn’t matter if you were black or white, The Times, 26 juin 2009.
  22. Tourtellotte, Bob. King of Pop Michael Jackson is dead: official, Reuters, 25 juin 2009.
  23. Adams, James. A tortured star's last days, The Globe and Mail, 27 juin 2009. Accès payant
  24. Jackson: 2nd autopsy 'underway', Sydney Morning Herald, 28 juin 2009; Blankstein, Andrew et al. Michael Jackson's doctor interviewed by LAPD, Los Angeles Times, June 27, 2009.
  25. a et b (en) « Jackson autopsy details revealed », BBC, (consulté le 20 octobre 2009)
  26. (en) Hollie McKay, « Michael Jackson Balding, Incredibly Thin and Had Tattooed Facial Features », Fox News, (consulté le 26 mai 2010)
  27. (en) « Michael Jackson autopsy reveals tattooed eyes, lips and scalp », The Daily Telegraph, Londres, Telegraph Media Group Limited,‎ (lire en ligne)
  28. Esposito, Richard. "Police say Michael Jackson 'heavily addicted' to Oxycontin". ABC News, 26 juin 2009.
  29. a, b et c Griffin, Drew. Anderson Cooper 360°, CNN, July 1, 2009. Transcript
  30. a et b Deutsch, Linda et Thomas Watkins. "LAPD under scrutiny in Jackson death". AOL News: 3 juillet 2009.
  31. Finn, Natalie. "Jackson Doc On the Move Again as Investigation Continues With State Attorney, DEA's Help", E!Online, 2 juillet 2009.
  32. a et b Bone, James. Jackson death may have been 'homicide', says police chief, The Times, 10 juillet 2009.
  33. Leonard, Jack, and Ryan, Harriet. Murder charges in Michael Jackson case are unlikely, source says, Los Angeles Times, 29 juillet 2009.
  34. Jackson Drug Aliases, TMZ, 20 juillet 2009.
  35. James, Susan Donaldson. Friend Says Michael Jackson Battled Demerol Addiction, ABC News, 26 juin 2009.
  36. Crawford, Carly "Michael Jackson injected just before death", Herald Sun, 28 juin 2009. Retrieved March 32, 2010.
  37. (en) Richard Esposito, Vic Walter et Dan Childs, « Officials Find Diprivan in Michael Jackson's Home », ABC News, (consulté le 17 juillet 2011)
  38. a, b, c et d Glover, Scott et al. Michael Jackson investigation focuses on doctors, Los Angeles Times, 4 juillet 2009.
  39. a et b (en) Gerald Posner, « Deepak Chopra: How Michael Jackson Could Have Been Saved », The Daily Beast,‎ , p. 4
  40. Matsutani, Minoru. Tokyo doctor refused Jackson stimulants: Late 'King of Pop' asked for drugs in 2007, The Japan Times, 16 juillet 2009.
  41. https://www.youtube.com/watch?v=dKf6vQvkGyY&feature=related
  42. a et b Duke, Alan and Ahmed, Saeed. More associates link Jackson to prescription drugs, CNN, 8 juillet 2009.
  43. a, b et c (en) Associated Press, « Powerful sedative found in Michael Jackson's home », MSNBC, (consulté le 8 mars 2010)
  44. (en) Lynn Elber, « AP Exclusive: Michael Jackson, bedeviled by insomnia, begged for drug, says nurse-nutritionist », Associated Press,‎
  45. (en) « The States of Texas Search Warrant », The New York Times Company (consulté le 8 mars 2010) [PDF]
  46. (en) « Lethal Levels" Of Drug Killed Jackson », The Smoking Gun (consulté le 8 mars 2010)
  47. At Least Nine Doctors Who Treated Michael Jackson Under Investigation, Fox News Channel, 15 juillet 2009.
  48. a et b Klein, Arnold. Larry King Live, CNN, 8 juillet 2009. Transcript
  49. Netter, Sarah and Khan, Huma. Lawyer: Jackson's Doctor Had Difficulty Summoning Help, ABC News, 29 juin 2009.
  50. (en) Associated Press, « Dream job turns to tragedy for Jackson doctor », MSNBC, (consulté le 8 mars 2010)
  51. a et b Harris, Paul. Michael Jackson's family 'ask for second autopsy', The Observer, 28 juin 2009.
  52. Items taken from Michael Jackson's doctor's buildings listed, CNN, July 23, 2009.
  53. (en) Ted Rowlands, « Source: Jackson's doctor gave drug authorities believe killed him », CNN.com, vol. 167, no 1,‎ , p. 56–8. accessdate= 27 juillet 2009
  54. CNN. Police search Jackson doctor's home, office. CNN.: July 28, 2009.
  55. a et b Feds Raid Michael Jackson's Doctor Conrad Murray's Home and Office, Nightline, July 28, 2009
  56. Friess, Steve New Raid in Inquiry on Jackson, The New York Times, 11 août 2009
  57. (en) « Is your doctor a criminal? », CNN, (consulté le 1er mai 2010)
  58. (en) Lorena Blas, « Michael Jackson doctor pleads not guilty to manslaughter », USA Today, Gannett Co. Inc,‎ (lire en ligne)
  59. (en) Molly Hennessy-Fiske, Shelby Grad, « Michael Jackson's doctor banned from administering heavy sedatives », The Los Angeles Times, Tribune Company,‎ (lire en ligne)
  60. (en) Alex Dobuzinskis, « Judge orders Michael Jackson doctor to stand trial », Reuters, (consulté le 21 janvier 2011)
  61. (en) Jill Serjeant, « Michael Jackson doctor trial delayed to September », Reuters,‎ (lire en ligne)
  62. (en) « Attorneys Screen Jurors for Bias in Conrad Murray Trial », KTLA,‎ (lire en ligne)
  63. (en) Jennifer Steinhauer, « Medication a Focus of Jackson Inquiry », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  64. (en) « Rock Hill doctor helped saved Michael Jackson's life after 1995 rehearsal collapse », The Herald Online,‎
  65. (en) Jennifer Steinhauer, « Jackson’s Children Go to His Mother », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  66. (en) « Jackson Family Issues Personal Statement to Fans », People,‎ (lire en ligne)
  67. a et b (en) Caroline Graham, « La Toya Jackson: Michael was murdered... I felt it from the start », Mail on Sunday,‎ (lire en ligne)
  68. (en) Katie Hodge, « Michael Jackson murdered for hit catalogue, claims LaToya », The Independent, Londres,‎ (lire en ligne)
  69. (en) Stan Wilson, « Father of Michael Jackson accuses AEG of singer's death », CNN,
  70. (en) Ken Lee, « Michael Jackson's Family Reacts with Outrage to Charge », People, Time Warner Inc, (consulté le 9 mars 2010)
  71. (en) Anthony McCartney et Ken Ritter, « Joe Jackson sues Murray for wrongful death », Associated Press/MSNBC,
  72. (en) « Panish Shea & Boyle LLP files lawsuit against AEG for wrongful death of Michael Jackson »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), (consulté le 11 juillet 2014)
  73. (en) « Michael Jackson's Mother Sues Promoter AEG Live », CBS News,‎ (lire en ligne)
  74. Bone, James. Jackson's mother removed as administrator of his estate, The Times, 6 juillet 2009.
  75. Garber, Julie. "Michael Jackson's Will vs. the Michael Jackson Family Trust", about.com, 6 juillet 2009.
  76. MacAskill, Ewen. Jackson's body to be put on public display at Neverland, The Guardian, July 1, 2009.
  77. "Michael Jackson's Will Cuts Out Ex-Wife Deborah Rowe", Associated Press, July 1, 2009; Nasaw, Daniel. "Jackson's ex-wife cut out of will", The Guardian, July 1, 2009.
  78. Gardner, David. "Will Diana Ross care for Michael Jackson's three children?", Daily Mail, 2 juillet 2009; Anderson Cooper 360, CNN, July 1, 2009.
  79. (en) TMZ Staff, « Michael Jackson – Who Gets What », Time Warner Inc, (consulté le 8 mars 2010)
  80. Brown, David and Lewis, Leo. « Michael Jackson: finances will take years to unwind »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 9 avril 2013), The Times, 27 juin 2009.
  81. Greenburg, Zack O'Malley. Michael Jackson's Estate Sale, Forbes, 26 juin 2009.
  82. a et b Rawlinson, Linnie et Nick Hunt. Jackson Dies, almost takes Internet With Him, CNN, 27 juin 2009.
  83. Shiels, Maggie. Web slows after Jackson's death, BBC News, 26 juin 2009.
  84. Phoebe. The King of Pop vs. Wikipedia, The Wikipedia Signpost, 29 juin 2009; see
  85. Wood, Daniel B. Outpouring over Michael Jackson unlike anything since Princess Di, Christian Science Monitor, 27 juin 2009.
  86. a et b Skok, David, Internet stretched to limit as fans flock for Michael Jackson news, The Vancouver Sun, 26 juin 2009.
  87. a et b Wortham, Jenna. Michael Jackson Tops the Charts on Twitter, The New York Times, 25 juin 2009.
  88. Krazit, Tim and McCullagh, Declan. Debate: Can the Internet handle big breaking news?, cnet.com, 26 juin 2009.
  89. Stelter, Brian. MTV's Jackson Marathon The New York Times, 26 juin 2009.
  90. (en) « Jacko news spreads to Eastenders », MSN,‎
  91. The Sun, 8 juillet 2009, p. 10–11.
  92. (en) Jeff Poor, « Jacko Telethon: Primetime Broadcast Network Coverage Devotes One Third of All News to Pop Star's Death », NewsBusters, Media Research Center,
  93. Time Magazine to Publish Special Jackson Issue, People, 27 juin 2009.
  94. Hill, Catey. Scene with Michael Jackson, LaToya Jackson cut from Sacha Baron Cohen's "Bruno", New York Daily News, 26 juin 2009.
  95. (en) « Michael Jackson Now One of Top Stories of 21st century », The Global Language Monitor (consulté le 9 mars 2010)
  96. (en) João Pereira Coutinho, « Neverland Was Never Forever », (consulté le 9 mars 2010)
  97. a et b El Universal, Mexico "Hugo Chavez Scolds CNN for Coverage of Michael Jackson's Death"
  98. (en) Patrik Etschmayer, « Michael Jackson: Symbol of a Near-Dead Music Industry », WorldMeetsUs.com, (consulté le 9 mars 2010)
  99. (en) Yann Moix, « Michael Jackson: A Man Who Lived His Life in Reverse », WorldMeetsUs.com, (consulté le 9 mars 2010)
  100. "Most Americans believe Jackson coverage excessive" Pew Research Center 2 juillet 2009. Retrieved April 7, 2010.
  101. Khan, Urmee. BBC gets over 700 complaints about 'wall-to-wall' coverage, The Daily Telegraph, July 1, 2009.
  102. El Rushbo Supports Justice Brothers in Case of Media v. Michael Jackson, Rushlimbaugh.com, 29 juin 2009.
  103. (en) « O'Reilly provokes outrage with Jackson rant », Yahoo News,‎
  104. Congressman Peter King: Michael Jackson is a “Pedophile” “Child Molester” Video, NYPolitics, accessed August 19, 2009
  105. a et b Associated Press (26 juin 2009). "Fans around the world mourn Michael Jackson". MSNBC. Consulté le 6 avril 2010.
  106. (en) « Jacko Twitter Followers 'Bought For Cash' », Sky News, (consulté le 9 mars 2010)
  107. Marketing firm uSocial claims it helped Michael Jackson's family buy over 25,000 Twitter followers
  108. Coleman, Mark. Michael Jackson is dead: fans mourn outside hospital, The Daily Telegraph, 26 juin 2009.
  109. Keagle, Lauri Harvey. Fans paying respects to King of Pop at boyhood home, The Times of Northwest Indiana, 26 juin 2009.
  110. Michael Jackson's death: Fans gather at wrong Hollywood star, The Los Angeles Times, 26 juin 2009.
  111. Behrens, Zach. Crowds Gather Around Michael Jackson's Star After Bruno Premiere, Hollywood LAist, 26 juin 2009.
  112. Events by themes: In Odessa honoured memory of Michael Jackson, UNIAN (29 juin 2009)
  113. (nl) Hulde aan Michael Jackson in Brussel, Gazet van Antwerpen (7 juillet 2009)
  114. Gavin, Patrick. Congress pauses for Michael Jackson, The Politico, 26 juin 2009.
  115. (en) Mark Murray, « Obama On Michael Jackson's Death », MSNBC, (consulté le 9 mars 2010)
  116. Big In Japan: Tokyo Mourns Jackson's Death, Time, 26 juin 2009
  117. (en) Associated Press, « Michael Jackson Had Loyal, Generous Fans in Japan », ABC News / The Walt Disney Company, (consulté le 9 mars 2010)
  118. (en) « Brown 'saddened' by Jackson death », BBC News, (consulté le 8 mars 2010)
  119. (en) Yekaterina Blinova, « Russian Fans of Michael Jackson Still Devastated », WorldMeetsUs.com, (consulté le 9 mars 2010)
  120. (en) Alexis Griffiths, « Jackson: The Tragic 'Genetically Modified' Icon of Globalization », WorldMeetsUs.com, (consulté le 9 mars 2010)
  121. Elizabeth Taylor: "I Loved Michael With All My Soul", US Magazine, 26 juin 2009.
  122. Gumbel, Andrew. Police focus on doctor who was with Michael Jackson as he died, The Guardian, 27 juin 2009.
  123. (en) « Michael Jackson's daughter reveals death fears », The Daily Telegraph, UK, News Limited, (consulté le 8 mars 2010)
  124. Michael Jackson: thousands pay tribute at birthplace memorial, The Telegraph, consulté le 11 juillet 2009
  125. Gamble, Ronnie. The Game Gets Assist From Chris Brown, Diddy For Michael Jackson Tribute, BallerStatus, 26 juin 2009. Consulté le 1er juillet 2009.
  126. Reid, Shaheem. 50 Cent Pays Tribute To Michael Jackson, MTV, 26 juin 2009
  127. The Landing Beacon, Buckethead. Retrieved July 6, 2009.
  128. a et b (en) « Glastonbury tributes for Jackson », BBC News, (consulté le 13 mars 2010)
  129. (en) « Glastonbury's Emily Eavis announces Michael Jackson tribute plans », NNE, (consulté le 13 mars 2010)
  130. a et b (en) Jason Rodriquez, « Madonna Salutes Michael Jackson At London's O2 Arena », MTV, (consulté le 1er mars 2010)
  131. a et b (en) Mardeen Saad (Associated Press), « Madonna pays tribute to Michael Jackson in concert », Google News,‎
  132. (en) "carveycitytour2009", « CKY performs 'Beat It' during 'Carver City' Tour », CKY, (consulté le 18 août 2010)
  133. (en) Associated Press, « LaToya Song Re-Released as Michael Jackson Tribute », ABC News / The Walt Disney Company, (consulté le 8 mars 2010)
  134. BET Awards to pay tribute to Jackson, CNN. Retrieved July 2, 2009.
  135. "Ratings: Jackson Tribute Leads BET Awards to All-Time High, Disney Queens Rule, and More", seattlepi.com. Retrieved July 2, 2009.
  136. Singh, Amar. Justin Timberlake 'cautious' about Michael Jackson tribute show, This Is London, 30 juin 2009.
  137. (en) « Jackson's tour to become tribute concert », MSNBC, (consulté le 3 juillet 2009)
  138. a, b et c Cobo, Leila. Michael Jackson Remains A Global Phenomenon, Billboard, July 2, 2009.
  139. Nu te vom uita niciodata!, MTV Romania. Retrieved July 5, 2009.
  140. Michael Jackson commemorated in Baku APA, 29 juin 2009
  141. Snierson, Dan, « Michael Jackson: 'The Simpsons' to re-air 'Do the Bartman' video in tribute on Sunday », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne)
  142. Snierson, Dan. Michael Jackson: 'The Simpsons' to re-air the pop star's 1991 episode, Entertainment Weekly, 2 juillet 2009.
  143. Screenshot of a cached version of Comedy Central's TV Guide for June 26, 2009 (en néerlandais)
  144. Janet Jackson To Pay Tribute To Michael At The VMAs. Retrieved on Sep 8, 2009.
  145. (en) Anita Singh, « Michael Jackson's children pay tribute to their father at Grammys », The Daily Telegraph, Londres,‎ (lire en ligne)
  146. (en) « Farrah Fawcett, Bea Arthur Absent From Oscar ‘In Memoriam’ Montage », Access Hollywood, NBC Universal, (consulté le 8 mars 2010)
  147. (en) « Michael Jackson tops album chart », BBC News, (consulté le 11 avril 2011)
  148. Metz, Rachel. 28 juin 2009; Wood, Daniel B. Outpouring over Michael Jackson unlike anything since Princess Di, Christian Science Monitor, 27 juin 2009; (en) Catherine Boyle, « Michael Jackson’s post-death music sales outstrip Elvis and John Lennon », The Times, Londres,‎ (lire en ligne)
  149. (en) « Sprzedaż w okresie 29.06.2009–05.07.2009 », OLiS (consulté le 9 mars 2010)
  150. Cashmere, Paul. Michael Jackson Dominates Australian Chart, Undercover, 5 juillet 2009.
  151. (en) « Michael Jackson – Thriller 25 (album) », Charts.org.nz, Hung Medien (consulté le 8 mars 2010)
  152. (en) « Michael Jackson – King of Pop », media control (consulté le 7 juillet 2009)
  153. CAPIF – Representando a la Industria Argentina de la Música
  154. Sexton, Paul. Michael Jackson Scores Eight Of Top 10 Euro Albums, Billboard, 16 juillet 2009.
  155. (en) Paul Sexton, « Michael Jackson Continues U.K. Chart Run », Billborad, Nielsen Business Media, Inc, (consulté le 8 mars 2010)
  156. Singles chart for 04/07/2009, Chart Stats, 29 juin 2009.
  157. (en) « Chart Stats – Michael Jackson – Man In The Mirror », chartstats.com (consulté le 2 août 2009)
  158. Singles chart for 06/07/2009, Yahoo UK music charts, 6 juillet 2009.
  159. (en) « Jackson maintains chart dominance », BBC News, (consulté le 5 juillet 2009)
  160. (en) « Michael Jackson increases chart dominance », NME, UK, (consulté le 12 juillet 2009)
  161. (en) « Second chart-topper for Stryder », BBC News, (consulté le 8 mars 2010)
  162. a et b (en) Keith Caulfield, « Fans Snap Up 1.1 Million Michael Jackson Albums In One Week », Billboard, Nielsen Business Media, Inc, (consulté le 8 mars 2010)
  163. Caulfield, Keith. "Michael Jackson Breaks Billboard Charts Records", Billboard, 30 juin 2009.
  164. Sisario, Ben. In Death as in Life, Michael Jackson Sets Music Sales Records, The New York Times, 2 juillet 2009.
  165. (en) Simon Vozick-Levinson, « Sugarland, outsold by Michael Jackson, tops the albums chart », Entertainment Weekly, Time Warner Inc, (consulté le 8 mars 2010)
  166. (en) Bill Werde, « Michael Jackson, Dave Grohl's Supergroup, Kristina Debarge », Billboard, Nielsen Business Media, Inc, (consulté le 8 mars 2010)
  167. Swift Beats Boyle, Plus Michael Jackson, Beatles Rule 2009 Charts. Rolling Stone Magazine, 7 janvier 2010.
  168. (en) Than SMITH, « Sony Places Big Bet on a Fallen 'King' », The Wall Street Journal, Dow Jones & Company, Inc,‎ (lire en ligne)
  169. Caulfield, Keith. Taylor Swift Edges Susan Boyle For 2009's Top-Selling Album. Billboard, 6 janvier 2010.
  170. (en) « 2009 U.S. Music Purchases up 2.1% over 2008; Music Sales Exceed 1.5 Billion for Second Consecutive Year », Business Wire, Berkshire Hathaway Company, (consulté le 8 mars 2010)
  171. (en) « Jackson sells 35 million albums since death », sur Today.msnbc.msn.com, (consulté le 21 janvier 2011)
  172. (en) Keith Caulfield, « How Michael Jackson Made $1 Billion Since His Death », Billboard, Nielsen Business Media, Inc, (consulté le 21 juin 2010)
  173. (en) Tim Parks, « AEG to release Jackson memorial tickets », Digital Spy,
  174. (en) Nick Allen, « Thirteen applications per second for Michaeldate=July 6, 2009 », The Daily Telegraph, Londres,‎ (lire en ligne)
  175. (en) « Website for Jackson tickets gets 500 million hits in first hour », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  176. (en) Sarah Netter, Emily Friedman, « Michael Jackson to be Buried in Famed Hollywood Cemetery », The Walt Disney Company, (consulté le 26 février 2010)
  177. Liveblogging Michael Jackson's funeral and memorial service, The Guardian, 7 juillet 2009.
  178. Fans and family remember Jackson, BBC News, 7 juillet 2009.
  179. (en) Daniel Kreps, « Michael Jackson Burial Scheduled For August at Forest Lawn », Rolling Stone, Wenner Media LLC, (consulté le 26 février 2010)
  180. a, b et c Alexander, Bryan. Picking Jackson's Burial Place: Security Was Key, Time, 3 septembre 2009
  181. a et b (en) Gil Kaufman, « Michael Jackson's Kids Lay Golden Crown On His Casket At Funeral », Viacom, (consulté le 26 février 2010)
  182. a, b, c et d (en) Harriet Ryan. Victoria Kim, « Michael Jackson's funeral cost more than $1 million, court documents show », The Los Angeles Times, Tribune Company,‎ (lire en ligne)
  183. a, b et c (en) Daniel Kreps, « Michael Jackson Funeral Cost $1 Million; Objections Against Estate Executors Dropped », RollingStone.com, Wenner Media LLC, (consulté le 26 février 2010)
  184. (en) « Jackson Fans Graffiti Tomb », National Ledger, (consulté le 15 juillet 2010)