Morphine

Morphine
Image illustrative de l’article Morphine
Image illustrative de l’article Morphine
Structure 2D de la morphine et animation 3D
Identification
DCI Morphine
Nom UICPA 17-méthyl-7,8-didéshydro-4,5α-époxymorphinan-3,6α-diol
No CAS 57-27-2
64-31-3 Sulfate de morphine
No ECHA 100.000.291
No EC 200-320-2
No RTECS QC8760000 (pentahydrate de sulfate)
Code ATC N02AA01
DrugBank DB00295
PubChem 5288826
ChEBI 17303
SMILES
InChI
Apparence Poudre blanche • Solution limpide
Propriétés chimiques
Formule brute C17H19NO3  [Isomères]
Masse molaire[1] 285,3377 ± 0,016 g/mol
C 71,56 %, H 6,71 %, N 4,91 %, O 16,82 %,
pKa 7,9
Propriétés physiques
fusion 195 à 200 °C
ébullition 254 °C
Solubilité 0,15 g·L-1 dans l'eau à 20 °C[2]
Masse volumique 1,31 g·cm-3
Précautions
SGH[3]
SGH07 : Toxique, irritant, sensibilisant, narcotique
Attention
H302,
Données pharmacocinétiques
Biodisponibilité Orale : ~30 %
Sous-cutanée : ~50 %
Liaison protéique 30–40 %
Métabolisme Hépatique (90 %)
Demi-vie d’élim. 2 à 3 heures
Excrétion

Urinaire (90 %)
Biliaire (10 %)

Considérations thérapeutiques
Classe thérapeutique Analgésique opioïdeStupéfiant
Voie d’administration Orale, sous-cut., IV, IM,
péridurale, intrathécale
Grossesse Utilisable, dans
certaines conditions
Conduite automobile Dangereuse
Précautions Dépresseur respiratoire
Antidote Naloxone
Caractère psychotrope
Catégorie Dépresseur opioïde
Mode de consommation

Ingestion, insufflation (sniff), inhalation (fumée), injection

Risque de dépendance Très élevé (physique et psychique) en cas d'usage non thérapeutique

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La morphine (du grec Μορφεύς, Morphée, dieu grec du sommeil et des rêves) est le principal alcaloïde de l'opium, le latex du pavot somnifère (Papaver somniferum). C'est une molécule complexe utilisée en médecine comme antalgique (médicament utilisé pour lutter contre la douleur) et comme drogue pour son action euphorisante.

L'opium est utilisé en médecine depuis le IIIe millénaire av. J.-C. dans diverses cultures[4] et fut l'un des piliers de la pharmacopée traditionnelle mais la morphine n'est néanmoins découverte et isolée qu'en 1804 ; sa nature chimique et son usage pharmaceutique furent établis dans les années suivantes par l'Allemand Friedrich Wilhelm Sertürner, révolutionnant totalement la médecine moderne[5].

Elle est l'anti-douleur de référence, l'un des plus efficaces et l'un des plus utilisés dans le monde, celui auquel est comparée l'efficacité des autres médicaments à visée anti-douloureuse. Présente sous forme orale à libération prolongée ou immédiate ou en solution pour injection sous cutanée ou intraveineuse, elle occupe toujours une place de choix dans l'arsenal thérapeutique contre les douleurs intenses ou rebelles, notamment d'origine cancéreuse[6],[7],[8].

Sa pharmacologie est l'une des mieux connues et explorées, et une grande partie de la grande variété de ses effets est bien documentée. Elle agit en activant les récepteurs opiacés (récepteur µ). Elle induit une analgésie profonde et une dépression respiratoire pouvant mener à la mort par asphyxie. Un état d'euphorie parfois intense est provoqué par la morphine, ce qui en favorise[9] l'usage abusif.

Son usage prolongé provoque l'apparition d'une accoutumance ; ainsi qu'une dépendance associée à un syndrome de sevrage dont la sévérité dépend de la durée de l'usage et des doses absorbées[10].

La morphine est ainsi classée comme un stupéfiant dans la plupart des pays du monde.

De la morphine ont été dérivés de nombreux composés comme l'héroïne, d'autres ont été synthétisés à partir d'autres alcaloïdes de l'opium comme la thébaïne, comme l'oxycodone, l'hydromorphone. De même, d'autres molécules structurellement différentes comme le fentanyl, la méthadone ou la buprénorphine possèdent des activités analgésiques comparables, se lient aux mêmes récepteurs et sont ainsi regroupés dans la famille des morphiniques. Tandis que les substances issues de l'opium sont appelés les opiacés, les substances qui partagent des effets voisins à la morphine et qui se fixent aux mêmes cibles au sein du cerveau sont appelées les opioïdes.

Provenance

Un champ de pavot à opium, en Turquie.

La morphine est principalement présente dans le latex du Pavot somnifère (Papaver somniferum), mais aussi dans celui d'autres espèces du genre Papaver comme Papaver dubium (Pavot douteux) et Papaver argemone[11].

L'opium brut, selon les variétés et la provenance, contient entre 4 et 21 % de morphine[12]. L'opium officinal, de qualité pharmaceutique standardisée, doit titrer 10 % de morphine.

L'opium exsudant de la capsule du pavot.

La morphine et les autres alcaloïdes de l'opium sont synthétisés dans la plante de pavot au niveau des cellules lactifères dans les bulbes[13] à partir de la tyrosine, un acide aminé courant dans la nature, qui est transformé en réticuline puis en salutaridine[14].

La production du latex est maximale quelques jours après la chute des pétales et sa récolte s'effectue à ce moment là. Le latex est ensuite mis à sécher, utilisé tel-quel ou purifié pour le fumer ou en extraire la morphine, la codéine ou la thébaïne.

L'extraction peut se faire par différentes méthodes, dont la plupart utilisent l'action de la chaux ou du chlorure de calcium, avant d'être précipitée par l'action du chlorure d'ammonium ou de l'acide chlorhydrique pour faire précipiter la morphine sous forme de sel chlorhydrique (chlorhydrate de morphine)[15]. La morphine peut également être retrouvée à partir de la thébaïne, au cours de procédés industriels.

Ces méthodes sont pratiquées industriellement ou par des laboratoires clandestins en vue de préparer l'héroïne par acétylation de la morphine.

La France et l'Australie sont les principaux producteurs légaux de morphine[16],[17].

Histoire

Article connexe : Histoire du pavot somnifère.

Connu comme l'une des premières drogues de l'histoire, différentes sources historique témoignent de l'utilisation du pavot par les Sumériens, Égyptiens, Grecs, Romains et de nombreux peuples de l'Antiquité, principalement pour ses vertus sédatives et antalgiques. Pline l'Ancien le mentionne dans son Histoire Naturelle, et en décrit l'usage et les effets et le célèbre Galien l'utilise déjà au IIe siècle [18]. Occupant une place de choix dans la pharmacopée européenne durant le Moyen Âge et la renaissance, cultivé dans le jardin des monastères[19][20] comme plante officinale, il est sélectionné : le pavot originel hypothétique papaver setigerum est devenu le cultivar que nous connaissons aujourd'hui, papaver somniferum. En effet, il n'existe aucun spécimen de pavot connu à l'état sauvage[21].

Dès 1688, Daniel Ludwig, médecin du duc de Saxe-Gotha, signale dans sa « dissertation de pharmacie » la morphine sous le terme de « magistère d'opium »[22],[23],[24]. Il extrait la morphine par extraction acide-base puis précipitation. La morphine ne sera cependant vraiment découverte qu'à partir de 1804. La morphine et ses sels (Codex de 1866) deviendra l'analgésique par excellence des syndromes douloureux, aigus ou chroniques[25],[26].

L'allemand Friedrich Sertüner, l'un des découvreurs de la morphine.

Découverte

La morphine fut découverte simultanément en 1804 par Armand Seguin et Bernard Courtois, ainsi que par Jean-François Derosne (« sel de Derosne »)[27], mais c’est à Friedrich Wilhelm Sertürner, jeune pharmacien d'Eimbeck près de Hanovre, que revient le mérite

Friedrich Sertüner publie en 1805 une étude préliminaire dans Journal der Pharmacie de Johann Trommsdorff puis en 1806 l'article final dans lequel il précise n'avoir pris connaissance des découvertes de Derosne qu'après avoir abouti à ses propres conclusions. En 1811, il publie plusieurs articles dans le Journal der Pharmacie de Johann Trommsdorff où il affirme clairement la qualité d'alcali du principium somniferum. En 1815, il identifie plusieurs composants.

Opium non raffiné après récolte et séchage

C'est finalement un article paru en 1817 dans Annalen der Physik de GIlbert qui fait connaître ses travaux sur la substance que Sertürner nomme désormais « Morphium » en référence à Morphée, et sur l'autre composant qu'il isole de l'opium : l'« acide méconique »[28].

Gay-Lussac fait traduire et publier immédiatement cet article dans les prestigieuses Annales de Chimie. C'est lui qui introduit le terme « Morphine ». Dans la préface qu'il adjoignit à cette traduction, Gay-Lussac amorça notamment un système de standardisation de la nomenclature de chimie organique qui eut pour première illustration l'apparition du terme de « morphine ». Gay-Lussac demanda à Robiquet de vérifier les résultats de Sertrüner : le « sel de Derosne » s'avéra être une substance différente de la morphine. Robiquet nomma la substance purifiée issue des sels de Derosne « narcotine » (alors même que ces sels étaient dépourvus de propriété narcotique)[29].

La querelle de la priorité de la découverte de la morphine est tranchée en 1831 quand Sertürner reçoit le prix Montyon de l'Institut de France[30].

Préparée par la combinaison avec des acides, la morphine formait différents sels : l'acétate de morphine, le sulfate et le chlorhydrate de morphine.

La découverte de la morphine et d'autres alcaloïdes est un point crucial dans le développement de la chimie organique dans l'histoire[31].

Développement

En 1818, Magendie fait savoir qu'il a réussi à soulager les souffrances d'une femme. Il utilise alors de la morphine à la place de l’opium en pratique clinique- prescription orale comme sédatif et antalgique. C'est en 1819, que figure pour la première fois sur un formulaire de prescription des hôpitaux de Paris, une préparation buvable d'acétate de morphine[32] mais seulement en 1822 que la parution de son Formulaire fait connaître la morphine au monde médical. Il en caractérise l'usage sous forme de sulfate et d'acétate[33]. L'entrée de la morphine se fait alors dans la thérapeutique grâce aux préparations de sels de morphine à base d'acétate de morphine que Magendie appelait « gouttes calmantes ».

En 1828, Bally, fort d'une étude portant sur plus de 700 malades, précise les effets de la morphine ; il publie ses Observations sur les effets thérapeutiques de la morphine ou narcéine ; en 1823, Bally étudiait les effets de l'acétate de morphine à l'exclusion de tous les autres sels[34].

En 1831, William Grégory, à Édimbourg, fait connaître un procédé pour obtenir du chlorhydrate de morphine à un coût comparable à celui du Laudanum et très pur. Ce produit est commercialisé dès 1833[35].

La codéine, ou 3-méthyl-morphine

En 1832, examinant le procédé de Gregory, Robiquet met au jour une autre substance active de l'opium, la codéine[36].

La galénique se limitait alors souvent aux formulations per-os, principalement des solutions ou de sirops

L'usage de la voie endermique, qui consistait à déposer de la poudre sur une portion de peau mise à nu par un vésicatoire, le marteau de Mayor ou par les cantharides, était alors marginal et fut étudié pour le traitement des rhumatismes ; en 1837, Lafargue, utilisant une lancette, pratiquera une inoculation sous-cutanée qualifiée de « vaccination morphinique »[37].

La morphine va rencontrer l’invention de la seringue hypodermique à aiguille creuse du médecin orthopédiste lyonnais Charles Pravaz en 1850 destiné au départ à l'injection de fer coagulant dans le traitement des anévrismes. C'est le médecin écossais Alexander Wood qui pratiqua toutefois le premier l'injection sous-cutanée de morphine; puis, dans une série d'observations qu'il publia en 1855, il remarqua l'efficacité des injections pratiquées, notamment celles qui contenaient le chlorhydrate de morphine, contre les névralgies.

Les formes galéniques pour injection intraveineuse de morphine chez l'homme n'auront cours qu'au vingtième siècle, notamment en association avec la scopolamine.

Ampoule de morphine avec aiguille hypodermique pour injection immédiate, période de la guerre de 1939-1945.

L'apparition de la forme injectable, particulièrement sur les champs de bataille (guerre de Sécession aux États-Unis, guerre de Crimée, guerre austro-prussienne, guerre franco-prussienne de 1870 en Europeetc.) révolutionne complètement le traitement des blessures, et de la chirurgie, notamment dans le cas des amputations qu'elle rend mieux tolérables par le patient..

C'est dans ce contexte d'utilisation en médecine militaire apparaît ce que l'on appelle alors la « maladie du soldat » puis « morphinisme » et enfin « morphinomanie ».

C'est pendant la guerre de sécession que la morphine est utilisée pour la première fois sur des blessés de guerre.

Pendant la guerre de 1870, la morphine est distribuée sans retenue aux blessés ; elle est également distribuée aux combattants valides à qui elle donne le courage de monter au front[38],[39]. Les premières descriptions de morphinomanie apparaissent dès 1871[5] d'autant qu'elle est alors en vente libre dans de nombreuses préparations pharmaceutiques artisanales pour soigner les maux les plus divers. L'opium était toutefois bien plus largement répandu.

En 1877, le Dr Levinstein et le pharmacologue Louis Lewin introduisent la notion de manie issue de la psychiatrie, alors naissante, et décrivent pour la première fois ce que l'on appellera « toxicomanie » stigmatisant pour le grand public la morphine dans cette image péjorative. Son prix moins accessible que l'alcool en fait un produit en vogue dans l'aristocratie jusqu'au début du XXe siècle et nombre de personnages connus sont réputés pour leur morphinomanie : Baudelaire, John Pemberton, Béla Lugosi, Hermann Göring, Otto von Bismarck, Alphonse Daudet, Jules Verne à la suite d'une balle dans le pied[40], Édith Piafetc. En cette fin de XIXe siècle, la morphine est un des médicaments les plus populaires de tous les temps et l'un des plus efficaces.

La morphinomanie est alors très répandue dans les couches aisées, et les méthodes de désintoxication ou de sevrage sont multiples, ainsi sont les abus. En effet, les protocoles de sevrage vont alors de la suppression brusque de la morphine au sevrage dégressif, au frais du patient, comme le dénonce à l'époque Laurent Tailhade dans son pamphlet La Noire Idole[41]. Les jugements moraux sont alors monnaie courante, et à leurs côtés les préjugés raciaux ou politiques[42],[43].

L'écrivain Mikhaïl Boulgakov

La morphine, bien que crainte pour l'accoutumance qu'elle produit, est également donnée aux soldats pendant la première guerre mondiale, sur le front comme à l'arrière[44]. dont certains deviennent dépendants, comme Hermann Göring, soigné à l'origine pour une blessure à la jambe. Ainsi, en 1927, le médecin soviétique Mikhaïl Boulgakov s'inspire de son expérience personnelle pendant la première guerre mondiale lors de son retrait du front en 1917 et publie la nouvelle fleuve « Morphine » dans laquelle le médecin Poliakov sombre dans la morphine. Boulgakov défend alors le mérite pour un médecin de tester sur lui-même certains médicaments. Le réalisme clinique est inédit, et d'un dénouement tragique[45]. Écrit dans un contexte de toxicomanies croissantes, cette nouvelle est un monument de la littérature romanesque en relation avec les drogues, au même titre qu'« Opium » de Jean Cocteau.

Une bouteille de laudanum, teinture d'opium en vogue à la fin du XIXe siècle jusqu'au début du XXe.
La 3,6-Diacétyl-morphine, l'héroïne.

En 1874, Alder Wright découvre la diacétylmorphine, nommée Héroïne en référence aux espoirs qu'elle suscite alors en tant que remplaçant éventuel de la morphine, source d'addictions. Outre son usage comme antalgique (analgésique), antitussif notamment en sirops[46] (dont elle a conservé l'indication à travers sa prodrogue la codéine), elle était utilisée aux États-Unis d'Amérique pour soigner toute une gamme d'affections mentales (alcoolisme, dépression, psychose maniaco-dépressive, hystérie, les mères en donnaient à leurs enfants pour les endormir, etc.) jusqu'aux mesures prises par l'Opium Act en 1906 (qui prohibent la production, le commerce, la détention et l'usage des drogues d'opium et ses dérivés aux États-Unis).

La pharmacologie de la morphine commence à être catégorisée, et la dépendance qu'elle induit lui est attribuée, malgré des débats[47].

Dans des articles parus en 1923[48] puis en 1925[49], les chimistes britanniques J. Masson Gulland et Robert Robinson rendent compte de sa structure moléculaire complexe. Cette formulation chimique ne sera définitivement acceptée qu'en 1950[50].

Au début des années 1950, on redécouvre les bienfaits de la morphine grâce au cocktail de Brompton , mais en le réservant pour apaiser les souffrances à la fin de la vie. Ce cocktail était composé d'un mélange de morphine, de cocaïne (ou d'amphétamine) et d'un sédatif comme l'alcool ou la chlorpromazine. La morphine est notamment utilisée durant l'expédition française à l'Annapurna par le médecin de l'expédition, le Dr Oudot en association avec la scopolamine, pour soulager les douleurs des membres gelés et induire le sommeil en haute altitude[51].

En France, Henri Laborit élabore un cocktail injectable associant opiacés et neuroleptiques qui fut utilisé pendant la guerre d'Indochine pour faciliter le transfert des blessés vers l'arrière où on pouvait les opérer. Ce mélange fut précurseur de la neuroleptanalgésie.

En 1973, des chercheurs suédois et américains mettent en évidence, in vitro, l'existence de récepteurs spécifiques aux opioïdes au niveau du système nerveux central.

En 1975, en Écosse, Hughes et Kosterlitz partent de l'hypothèse que la morphine « végétale » doit prendre la place sur les récepteurs de molécules endogènes. Ils découvriront ainsi les endomorphines, « morphines » naturellement produites par le corps humain, qu'ils nommeront « enképhalines ». Cette découverte ouvrira la voie à une multitude d'autres qui permettront dans les années 1980 de mieux comprendre le fonctionnement de la douleur et de l'action de la morphine.

Un comprimé d'oxycodone, un dérivé de la morphine

Les années 1980 virent de nombreux progrès dans l'adaptation des doses aux besoins des patients et dans la mise au point de nouvelles voies d'administration.

Un comprimé de 10 mg de morphine utilisé aux États-Unis d'Amérique

Définie comme une priorité, la lutte contre la douleur passe alors par la redécouverte des opiacés et leur usage croissant. Ainsi, de nouvelles formes galéniques de la morphine, notamment à libération prolongée comme le Skénan, le Moscontin ou le Kapanol, et à libération immédiate comme l'Actiskénan. L'arrivée sur le marché d'autres antalgiques comme l'oxycodone signe également ce renouveau. Le développement des centres de lutte contre la douleur en France et au Canada s'est fait au début des années 2000. Le mésusage de ces spécialités est également apparu, de même que leur utilisation comme substitut d'autres opiacés comme l'Héroïne.

Pharmacologie

La morphine est un composé dont la pharmacologie est une des mieux connues et explorées. Les nombreux effets de la morphine conditionnent ses nombreuses applications thérapeutiques.

Pharmacodynamie

La morphine, comme d'autres opioïdes, agit comme agoniste des récepteurs opioïdes μ (mu), κ(kappa) et δ(delta).

Ce sont des enzymes transmembranaires, enchâssées dans la membrane du neurone, qui appartiennent à une classe très répandue de récepteurs particuliers : les récepteurs couplés aux protéines G.

Quand la morphine se fixe sur le récepteur, celui ci transmets l'information à une protéine G à activité GTPase (elle hydrolyse le GTP) qui va engendrer la production de seconds messagers qui iront activer différentes mécanismes. C'est une réaction en cascade

Les récepteurs couplés aux protéines G

La morphine stimule ainsi plusieurs récepteurs normalement activés par des molécules endogènes, les endorphines produites par l'hypophyse[52] dans des circonstances particulières comme l'orgasme, l'effort physique[53], le stress[54] ou même l'acupuncture[55].

Ces récepteurs sont situés dans tout le système nerveux central et sont impliqués particulièrement dans le phénomène de perception de la douleur et son contrôle. L'activation de ces récepteurs produit une cascade d'effets et la production de seconds messagers qui exercent une multitude d'activité, à la foi sur le côté pré-synaptique et le côté post-synaptique de la synapse, ce qui contribue à la variabilité d'effets, à la fois inhibiteurs et stimulants[56].

Elle provoque de nombreux effets cliniques et psychiques liée principalement à l'activation des récepteurs μ. La dépression du système nerveux central complexe est responsable de l'effet antalgique (contre la douleur) principalement dans la substance grise périaqueducale. De plus :

  • Elle agirait sur le système nerveux central au niveau de la perception de la douleur.
  • Elle agirait également sur la moelle épinière sur la transmission de la douleur et son rétrocontrôle descendant.
  • Mais aussi plus ou moins indirectement au niveau du tronc cérébral, région responsable du contrôle de la respiration. La morphine inhibe également la libération de noradrénaline et de substance P, ce qui pourrait contribuer à son effet antalgique.
Le récepteur opioïde mu et son ligand, la morphine (en violet) qui vient se fixer sur un site dédié.
Le myosis (contraction de la pupille) est typiquement induit par les opiacés

Effets neurologiques centraux

Article détaillé : Récepteur opiacé.

Son action dépressive centrale[57] est dose-dépendante[58].

De par sa stimulation des récepteurs opiacés μ, κ et δ, présents surtout dans la moelle (dans la corne dorsale) et dans le cerveau au niveau du plancher du IVe ventricule et de la substance grise périaqueducale, elle induit des symptômes comme la dépression respiratoire et le myosis (contraction importante de la pupille, typique des opiacés).

Elle agit également sur le jugement, le contrôle des émotions et des actions, la coordination mais aussi, par son actions sur le tronc cérébral, sur le rythme cardiaque (tendance à la bradycardie) et sur la tension artérielle (tendance à l'orthostatisme)[59]. Sa modification des taux de glutamate et de substance P est directement reliée à son action sur la douleur[59].d

La morphine est à la fois un dépresseur et un stimulant : elle est responsable d'une sédation importante, comme d'une stimulation suivant les doses utilisées. En effet, la prise de morphine stimulerait certaines capacités intellectuelles lors de tests psychométriques[60].

Elle exerce une stimulation de l'area postrema, responsable du contrôle des vomissements, ce qui provoque de la nausée et augmente la libération de dopamine dans le noyau accumbens[61]. Ces deux zones sont riches en neurones dopaminergiques et jouent également un rôle dans les sensations de plaisir. Elle augmente la pression intra-crânienne.

D'un point de vue clinique, elle provoque : trémulations, troubles du sommeil, hyperactivité, hyperexcitabilité, hypertonie et convulsions spécialement chez le sujet jeune ou naïf à la morphine[62].

Lors d'un usage prolongé, la morphine accroît la sensibilité à la douleur, et ce phénomène est de plus en plus étudié. Véritable défi pour les médecins de la douleur, ce phénomène nommé hyperalgésie aggrave la tolérance et pose un problème conséquent de traitement au long cours de la douleur. Il semble être partiellement évitable par la rotation des opioïdes, et peut être traité par l'adjonction d'anti-inflammatoires comme les coxibs[63],[64],[65],[66].

Effets digestifs

L'action des opioïdes et de la morphine sur le tube digestif est bien connue et est essentiellement spasmodique, ce qui conduit à une constipation. Elle s'explique notamment par l'action de la morphine sur le système nerveux entérique (les plexus myentériques et sous muqueux)[56]. La morphine provoque notamment des spasmes du sphincter d'Oddi[67], ce qui conduit à des douleurs abdominales (crampes). L'observation de la constipation produite par les opioïdes a conduit à l'élaboration de traitements des diarrhées comme le lopéramide.

Effets hormonaux

La morphine exerce des effets neuro-endocriniens sur l'hypophyse et l'hypothalamus, dont elle déséquilibre le complexe, provoquant d'importants effets neuro-endocriniens comme la baisse considérable du taux de testostérone chez l'homme (hypogonadisme), pouvant provoquer des troubles de l'érection[68],[69],[70].

Ces déséquilibres, désignés par le terme d'hypogonadisme ou d'endocrinopathies sont désormais bien documentés et semblent être dépendants des doses utilisées. Les endocrinopathies consécutives au traitement par la morphine semblent être très fréquentes[71],[72],[73].

Il semblerait que les opioïdes exercent de nombreux autres effets hormonaux et neuro-hormonaux, comme la baisse du taux extracellulaire de glutamate[74] ou la modulation de la communication des fibroblastes du rein[75].

Elle provoque un retard à l'éjaculation à court terme, et est utilisé comme aphrodisiaque, mais favorise la survenue de troubles de l'érection et de troubles de l'éjaculation à long terme. Le sevrage est notamment caractérisé par l'apparition d'une éjaculation précoce[76].

La morphine possède également un potentiel effet immunosuppresseur et diminue la résistance aux infections en inhibant la réponse des macrophages[77] et serait également impliquée dans une perte d'efficacité des traitements anticancéreux (adduits de cis-platine)[78]. Elle semble stimuler faiblement la croissance des tumeurs[79] contrairement à d'autres opioïdes[80]. Ces données d'oncologie sont peu documentées.

L'interaction avec d'autres produits comme l'alcool, les antihistaminiques ou les tranquillisants majorent le risque de dépression respiratoire et de surdose[81].

La prise de morphine est également un facteur de libération d'histamine, ce qui peut mener à un prurit[57] (envie de se gratter).

La libération d'histamine causée par la morphine a induit une inflammation des veines de ce patient.

Pharmacocinétique

La morphine subit un effet de premier passage hépatique important, c'est-à-dire qu'elle est beaucoup dégradée quand elle entre dans le foie après avoir été absorbée par les capillaires sanguins du système porte (dans l'intestin et l'estomac) et possède donc une biodisponibilité limitée (de l'ordre de 30%) lorsqu'elle est prise par voie orale.

En bleu, toutes les veines du système porte affluentes de la veine porte qui entre dans le foie, charriant le sang chargée de nutriments, et de morphine, absorbée dans le tube digestif

Elle est également produit par le métabolisme de la codéine par le CYP2D6, laquelle n'exerce ses effets que par cette transformation. Le pic plasmatique est atteint en 45 minutes lors d'une prise par voie orale[82].

La pharmacocinétique de la morphine influence beaucoup ses effets car certains de ses métabolites sont actifs[83].

Ainsi, la morphine est pour la plus grande partie transformée dans les reins, le foie et la rate[84] par glucuronoconjugaison, et transformée en métabolites dont certains sont actifs par une enzyme de phase II , l'UDP-glucuronyl-transférase.[85]

Le plus important est la morphine-3-glucuronide (M3G) et la morphine-6-glucuronide (M6G). Des métabolites mineurs sont également formés (normorphine, codéine et morphine-3-sulfate). le M6G possède une activité opioïde intrinsèque. la M3G possède quant à elle un profil pharmacologique complexe et semblerait contrer l'action analgésique de la morphine[86]. Elle serait impliquée dans la tolérance à la morphine par son activation du récepteur TLR4[87].

L'accumulation de M6G, notamment en cas d'insuffisance rénale, est associée avec une augmentation de certains effets secondaires comme la dépression respiratoire ou les nausées[88].

La morphine est également déméthylée[89].

La morphine passe la barrière placentaire et atteint le fœtus en cas de grossesse[90].

Effets indésirables

La morphine possède de nombreux effets secondaires qui vont de pair avec sa grande efficacité (liste non exhaustive) :

Des troubles digestifs :

  • nausées et vomissements surtout au début de l'administration ;
  • prurit (rare) ;
  • constipation ;
  • douleur abdominale, spasmes digestifs.

Des troubles neurologiques ou d'origine neurologique (centrale)

Des troubles hormonaux :

  • Retard d'éjaculation ;
  • Troubles de l'érection (à long terme) ;
  • Déséquilibre de l'axe hypothalamo-hypophysaire ;

En cas d'administration de longue durée, certains symptômes comme les nausées cessent, tandis que d'autres comme la constipation, perdurent et doivent être traités.

En effet les effets secondaires de la morphine sont souvent traités :

  • La nausée est souvent traitée par des antiémétiques comme la dompéridone ou la métopimazine ;
  • La constipation est prévenue par l'usage de laxatifs osmotiques comme le macrogol.

Surdosage (overdose) et toxicité

Dose létale de morphine chez différentes espèces
Espèces Voie d'administration DL50 en mg/kg
Rat orale 170
intraveineuse 46
Souris orale 670
intraveineuse 200
Chien intraveineuse 316

Le surdosage de morphine, à l'instar des autres opioïdes, est une urgence médicale et un événement grave dont les symptômes sont l'apparition d'un état de somnolence, d'hypothermie et d'hypotension, et rapidement une dépression respiratoire. Un myosis accompagne ces symptômes et si un état d'hypoxie s'installe, l'apparition d'une mydriase est un signe de grande gravité. Le traitement d'urgence est la naloxone, antidote spécifique.

En l'absence de traitement, et en fonction de la sévérité des symptômes, de la dose absorbée et de nombreux paramètres, la plupart des cas évoluent vers la dépression cardio-respiratoire généralisée, puis rapidement vers le décès par hypoxie cérébrale. Si le traitement est entrepris trop tard, des lésions irréversible peuvent survenir.

Le traitement débute en priorité par une ventilation assistée pour pallier la dépression respiratoire puis éventuellement l'absorption de charbon actif pour éliminer le médicament non absorbé, notamment lorsqu’une formulation à libération modifiée a été avalée. Le lavage gastrique n'est plus recommandé[92],[93],[94],[95].

Le traitement médicamenteux passe ensuite par l'utilisation d'un antagoniste des récepteurs des opiacés, en général de la naloxone, antidote spécifique de la dépression respiratoire par les opiacés. Le traitement débute à 0,2 mg de naloxone par voie intraveineuse suivie par des administrations supplémentaires de 0,1 mg toutes les deux minutes.

Lors d'un surdosage massif, on administre de la naloxone à la dose de 0,40,8 mg par voie intraveineuse. Les effets de la naloxone sont d'une durée relativement brève, une perfusion de naloxone peut être installée jusqu'à ce qu'une respiration spontanée revienne. La morphine peut persister dans le sang jusqu'à 24 heures après l'administration, et le traitement du surdosage de morphine est adapté en conséquence.

La naloxone, principal antagoniste des récepteurs de la morphine, est administrée avec précaution chez les personnes ayant une dépendance physique à la morphine, une inversion brutale ou complète des effets des opiacés pouvant précipiter un syndrome de sevrage aigu.

Des préparations pour administration intra-nasale sont désormais distribuées par les acteurs de la réduction des risques comme les CSAPA et CAARUD, de l'accompagnement et de l'addictologie, notamment au Canada et en France, sous les noms de Narcan ou Nascue.

La dose nécessaire pour atteindre une toxicité par surdosage dépend de la présence d'un état douloureux ou non et de son intensité. Ainsi, des cas de patients traités pour des douleurs chroniques, avec du sulfate de morphine par voie orale, sont connus pour avoir pris plus de 3 000 mg par jour sans ressentir d'effets toxiques. Néanmoins, les données disponibles suggèrent que la dose létale puisse être atteinte dès 60 mg de sulfate de morphine par voie orale pour une personne normale, sans état douloureux et ne recevant pas déjà de la morphine.

Un kit naloxone en cas de surdose à la morphine.

Accoutumance et addiction

La morphine est une substance fortement addictive. mais l'accoutumance à la morphine et son addiction sont des phénomènes qui dépendent de nombreux facteurs : l'âge, le sexe, le métabolisme, les doses employées, la durée de traitement et la susceptibilité individuelle, notamment à des facteurs d'origine génétique.

Historiquement, l'addiction à la morphine fut un fléau entre les XIXe et XXe siècle, dans le corps médical comme dans les milieux artistiques et littéraires, et fut alors intensément représentée dans l'art notamment pictural, signifiant par là son importance cruciale dans la culture de l'époque[96].

Accoutumance

Deux femmes dépendantes de la morphinePaul-Albert Besnard, 1887

Comme la plupart des opioïdes, et par des mécanismes complexes et encore mal connus, les individus qui consomment de la morphine développent une accoutumance (besoin d'augmenter les doses pour obtenir des effets similaires) aux effets de la morphine comme la nausée, l'analgésie ou l'euphorie. Cette accoutumance est favorisée par et implique, selon un mécanisme circulaire, l'augmentation des doses.

Les récepteurs à la morphine se modifient, dans leur structure lors de son administration fréquente, ils sont moins efficaces pour recevoir la morphine et pour transmettre le signal[97]. Ainsi, lors de l'arrêt de la morphine, les endorphines naturelles ne suffisent plus pour activer les récepteurs comme elles le devraient. Cette accoutumance provoque des effets comportementaux comme la recherche de plus de substance pour assouvir ses besoins, ce qui est observé chez le rat[98].

L'assuétude et la résistance aux effets anti-douleur de la morphine s'observent couramment lors de son utilisation en médecine ainsi que sur des modèles animaux comme celui du rat de laboratoire par exemple lors d'expérience d'auto-administration.

L'auto-administration de morphine par des rats a permis de mieux caractériser la dépendance qu'elle induit.Ici, le rat appuie sur un levier qui lui délivre un dose parentérale de morphine

La résistance à d'autres effets, comme les nausées ou la somnolence, arrivent plus rapidement et son moins bien catégorisés.

Définie comme une habituation[99] de l'organisme à la morphine, la tolérance se développe au niveau du cerveau mais surtout dans la moelle épinière et impliquerait de nombreux éléments, comme la Glie (tissu de soutien, d'alimentation et de défense des neurones dans le système nerveux central), potentiellement à travers le récepteur purinergique P2X7 de type R[100], un type de récepteur notamment impliqué dans l'inflammation, la douleur chronique la mort cellulaire et certaines maladies neurodégénératives mais aussi à travers les récepteurs opiacés μ (mu) et δ (delta) qui interagissent également entre eux lors de l'exposition chronique à la morphine, et semblent jouer un rôle important dans l'apparition de la tolérance[101]. Des récepteurs à l'inflammation comme le récepteur des glucocorticoïdes semblerait être également impliqué[102] mais aussi le récepteur TLR4 qui est impliqué dans l'immunité et l'inflammation[103].

Le mécanisme global de la tolérance à la morphine implique différentes cascades d'activation, lesquelles produisent un état global d'hyperactivité du système nerveux central, similaire à celui rencontré dans l'hyperalgésie, causé par la modification du fonctionnement de certains récepteurs aux acides aminés excitateurs[104] comme le glutamate. Ainsi, l'effet d'autres substance qui agissent sur la transmission glutaminergique (qui utilise le glutamate) pourrait en être impactée : l'effet analgésique de la kétamine (antagoniste des récepteurs NMDA du glutamate) est ainsi diminué par l'accoutumance à la morphine[105], et réciproquement, l'administration de kétamine diminuerait la tolérance à la morphine[106].

La résistance à la morphine n'impliquerait pas la glycoprotéine-P[107] mais est régulée par les PPAR (Récepteur activé par les proliférateurs de peroxysomes)[108] au contraire de nombreux médicaments : c'est un mécanisme à part, complexe et multifactoriel.

D'éventuelles différences génétiques (polymorphisme) entre les récepteurs ne semblent pas être la cause de différences de sensibilité à l'accoutumance de la morphine (chez la souris)[109]. En revanche la sensibilité à la morphine varie selon les espèces de rat[110] ou de souris[111],[112] et selon les groupes ethniques chez l'homme.

Ces différences pourraient être liées à des différences dans les séquences génétiques qui codent les récepteurs aux opioïdes, ainsi que pour l'enzyme principale qui métabolise la morphine, l'UDP-Glucuronosyltransferase-2B7[113] (sujette à un polymorphisme génétique[114]).

La tolérance à la morphine serait également dépendante du sexe, avec une plus grande sensibilité chez les hommes que chez les femmes[115].

Cette accoutumance est un des critères de l'addiction qu'occasionne également la morphine. Cette addiction est en premier lieu une dépendance physique, caractérisée par l'apparition à l'arrêt de la consommation d'un syndrome de sevrage.

Syndrome de sevrage

Le syndrome de sevrage à la morphine, comme celui des autres morphiniques, est dépendant de la dose, de la durée et de nombreux facteurs[116]. Il dépend principalement du récepteur opiacé μ, particulièrement μ2[117]. Il est bien documenté car de connaissance ancienne. Il dure de 3 à 15 jours et provoque un état de souffrance physique et psychologique extrême, malgré sa moins grande dangerosité que le sevrage à l'alcool, aux benzodiazépines ou aux barbituriques, lesquels peuvent entraîner un coma, des convulsions et la mort[118]. Il peut être précipité par l'administration de naloxone, de buprénorphine ou de naltrexone et des antagonistes opioïdes en général[119].

Impliquant essentiellement le locus cœruleus, riche en systèmes catécholaminergiques, et la substance grise périaqueducale[120], riche en récepteurs opiacés, le syndrome de sevrage passe par un état d’hyper-activation du système nerveux central, notamment à travers la libération massive de catécholamines comme la noradrénaline, l'adrénaline ou la dopamine[121], qui génèrent de l'angoisse, de l'hypertension, et contribuent à l'insomnie en activant le système nerveux sympathique[122]. Il exerce également une activité sur le système immunitaire[123] et implique l'expression de protéines G spécifiques[124].

Le système des catécholamines reste profondément modifié à la suite du sevrage à la morphine et le rôle d'autres médiateurs comme les cytokines pro-inflammatoires et la sérotonine restent discutés. Il pourrait être impliqué dans le syndrome prolongé de sevrage.

Le tableau clinique comprend[125] :

La sévérité du syndrome de sevrage peut être atténuée par l'emploi de certaines substances comme les benzodiazépines (employées principalement pour réduire l'état de tension musculaire, l'insomnie et l'angoisse), la clonidine[126],[127],[128],[129] (antihypertenseur utilisé notamment dans des protocoles de sevrage sous le nom de Catapressan), mais aussi le cannabis[130], les béta-bloquants ou des hallucinogènes comme l'ibogaïne[131]. Certaines études pointent du doigts d'autres effecteurs éventuels, comme la nitroarginine[132], le baclofène (avec différence entre les genres)[133], le vérapamil[134], les sels de lithium[135], et même la curcumine, qui aurait également un effet antinocicepteur[136].

Le syndrome de sevrage peut être également soulagé par l'emploi d'antagonistes du glutamate[137].

Vue d'artiste contemporaine du sevrage des opiacés

En cas de dépendance, après l'arrêt de la consommation de morphine, la tolérance aux effets s'effondre rapidement, jusqu'à atteindre progressivement les niveaux d'avant l'addiction. Le risque d'overdose est alors maximal et la mortalité élevée : c'est une « zone » temporelle très dangereuse où l'usager est très vulnérable. Ainsi, sous la pression de nombreux facteurs comme le syndrome prolongé de sevrage ou sous la pression de l'entourage, le consommateur est susceptible d'absorber à nouveau des doses anciennement habituelles, devenues très élevées. En cas d'une addiction passée à la morphine, l'accoutumance et la dépendance ne semblent pas arriver plus vite que chez un sujet sans antécédents[138].

Il arrive que le syndrome de sevrage dure plusieurs semaines ou plusieurs mois sous une forme atténuée, essentiellement psychique : le syndrome prolongé de sevrage ou PAWS, qui implique des mécanismes encore mal connus.

Mésusage et usage détourné

Comme tout opiacé, la morphine provoque une dépendance physique et est susceptible de provoquer une dépendance psychologique dans certains contextes précis hors du contexte médical. Elle est habituellement prévenue par la mise en adéquation des doses avec le besoin, notamment à travers une évaluation régulière du symptôme douloureux, la prise à heure fixe, et par la rotation des opioïdes[139],[140]. En effet, lorsque l'on change de molécule en lui substituant un composé de profil similaire, au sein de la même classe thérapeutique (ici, les opiacés) et en respectant les équivalences, il s'agit d'une rotation. Par exemple, on peut substituer l'oxycodone à la morphine, puis l'hydromorphone à l'oxycodone, etc.

Son usage est fréquent parmi les populations de toxicomanes précaires, majoritairement dans des contextes de polyconsommation et de polytoxicomanie[141]. Elle est alors souvent obtenue illégalement et/ou broyée pour être injectée. Dans ce contexte de détournement récurrent, les associations promouvant la réduction des risques et l'accompagnement des toxicomanes en France ainsi que des addictologues demandent l'obtention d'une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) de la morphine comme traitement de substitution, et l'autorisation de nouvelles galéniques particulièrement injectables dans un contexte de risque sanitaire important.

Historiquement, le sulfate de morphine a été utilisé dans un cadre de pénurie d'autres traitements de substitution, notamment avant la mise sur le marché de la buprénorphine, de manière particulière en France, à destination des individus dépendants aux opiacés, avec des résultats contrastés[62].

En effet, l'efficacité de la morphine comme traitement de substitution aux pharmacodépendances opioïdes est difficile à catégoriser, de surcroît en l'absence de données de qualité et de méthodologie fiable et non biaisée[142],[143].

Le risque de dépendance a été nettement surestimé, et a contribué à la mise au ban de la morphine au cours des années 1950 et l'abandon progressif de son emploi, avant qu'il ne soit remis à la norme à la fin du XXe siècle

Il semblerait que la pharmacodépendance du sujet âgé ait été sous-estimé[144].

Thérapeutique

La morphine, du fait de ses effets pharmacologiques, est un antalgique puissant, mais aussi une substance fortement euphorisante. Ses indications concernent majoritairement les situations de douleur, modérées à sévères, après une évaluation de celle-ci par le soignant, et après avoir pesé le bénéfice et le risque d'un traitement par la morphine.

Des situations de traitement particulières existent : liées à l'âge (en bas âge ou chez les personnes âgées), ou liées à une altération de la fonction d'élimination (en cas de maladie hépatique ou rénale).

Indications

La mise en route d'un traitement par morphine dépend de l'indication. Elle est indiquée dans de nombreux états douloureux intenses, notamment la douleur cancéreuse. Elle est efficace dans un grand nombre de symptômes douloureux comme la douleur abdominale, ou elle semble peu masquer de diagnostic[145], la douleur de colique néphrétique, ou l'infarctus du myocarde où elle exerce en sus une action vasodilatatrice qui soulage le cœur. Elle est étudiée comme traitement dans d'autres affections

Elle n'est en revanche pas indiquée dans la douleur neuropathique (ou elle possède une efficacité douteuse[146]), ou on lui préfère les antiépileptiques comme la prégabaline ou les benzodiazépines.

Elle est étudiée dans le traitement de l'œdème pulmonaire[147].

La morphine et les opiacés sont utilisés dans le cadre du traitement des dyspnées d'étiologies variées, d'origine cancéreuses ou non cancéreuses, notamment en soins palliatifs ou dans le cadre des soins en fin de vie[148],[149].

Elle peut exceptionnellement servir de traitement de substitution après l'échec de la buprénorphine (Subutex) et de la méthadone dans le traitement de l'héroïnomanie, même si cet usage ne correspond pas, en France, à son autorisation de mise sur le marché (AMM). Cet usage existe également en Autriche, en Suisse, en Bulgarie et en Slovénie[150].

Contre-indications[57],[151]

Des antécédents de toxicomanie ne contre-indiquent pas le traitement par la morphine si celui-ci est nécessaire.

Situation particulières

Le traitement d'un enfant par la morphine est une situation particulière, due à un métabolisme encore immature. De plus, le traitement est peu étudié chez l'enfant. Il semble toutefois qu'une prise par voie rectale est efficace, notamment en gels[152].

Bien que le flux sanguin, l'activité enzymatique soit impactée par l'âge, le métabolisme par glucurono-conjuguaison l'est moins.

En revanche, au cours du vieillissement, la fonction rénale suit une diminution progressive. Le flux sanguin rénal, la filtration glomérulaire, la sécrétion tubulaire, et la réabsorption tubulaire diminuent, ce qui impose une adaptation de la posologie (les doses peuvent par exemple être diminuées). Ce déclin peut être majoré par les maladies cardiovasculaires, le diabète et l'hypertension artérielle. La clairance de la créatinine ou le débit de filtration glomérulaire est un bon indicateur de cette fonction rénale, contrairement à la créatininémie, soumise à une importante variabilité.

La maladie rénale chronique (MRC), caractérisées par de multiples dysfonctions, représente par exemple, une contre-indication relative au traitement à la morphine, car elle est éliminée sous forme de M6G - un métabolite actif - par le rein. Ce métabolite peut donc s'accumuler en cas de MRC et provoquer des surdosage

Titration

  • Dans le cas du traitement d'une douleur aiguë (fracture ouverte lors d'une évacuation vers les centres de soins, réduction de luxation très douloureuse comme la hanche ou l'épaule), on réalise une titration de la dose de morphine. On commence par diluer l'ampoule de 10 mg dans une seringue de 10 ml de sérum physiologique puis on réalise une première injection dont la dose est précisément 0,1 mg·kg-1 (soit 7 mg pour une personne de 70 kg) puis on renouvelle l'injection à demi dose (soit 0,05 mg·kg-1) toutes les cinq minutes jusqu'à obtenir un effet analgésique suffisant. Le niveau de la douleur s'évalue au départ et par la suite grâce à des échelles visuelles ou numériques. Toute injection morphinique par voie intraveineuse doit être réalisée sous surveillance stricte du patient comprenant son état de conscience, sa fréquence ventilatoire et si possible sous monitorage de la tension, de la fréquence cardiaque et de la saturation artériolaire en oxygène étant donné le risque de dépression respiratoire.
  • Dans le cas de douleurs chroniques, la mise en route du traitement par morphine vient en remplacement d'un autre traitement antalgique. On estime que la dose de départ correspond à environ 1 mg/kg/jour, c’est-à-dire que pour un adulte de 60 kg, la dose initiale débutera à 60 mg par jour sous forme orale, 30 mg par jour en injection sous-cutanée, etc. Le titrage s'effectue progressivement en fonction de la réponse antalgique ressentie par le patient. Les doses sont augmentées régulièrement par palier de 60 mg quotidiens. Après 3 jours à une dose (par exemple 60 mg/j p.o.), si la réponse antalgique est insuffisante, la dose est augmentée de 60 mg pour les 3 jours suivant et ainsi de suite jusqu'à la satisfaction du patient. Il est à noter qu'il n'y a pas de dose plafond (limite) pour l'administration de la morphine, ce sont les effets indésirables qui en limitent l'usage. Un patient très endolori peut commencer à une dose de 20 mg aux quatre heures pour finir avec une dose de 800 mg aux quatre heures. À cause du phénomène de tolérance (le corps s'habitue au médicament et celui-ci est moins efficace), la dose doit être augmentée régulièrement et cela même si la douleur n'a pas augmenté

Chimie

La morphine est un alcaloïde de poids moléculaire 285 Daltons.

De formule brute C17H19NO3, c'est une molécule complexe et structurée dans l'espace, en effet, elle possède 5 carbones asymétriques en position 4, 4a, 7, 7a et 12. Elle possède donc théoriquement 32 stéréoisomères différents.

En pratique seul l'isomère (-) est actif, tandis que l'isomère (+) est dénué de toute activité, principalement parce-que son carbone 4 est S.

La proximité de structure avec les endorphines comme la met-enképhaline est flagrante, et repose essentiellement sur le groupe hyroxy en 3 et l'oxygène qui substitue les carbones 4 et 5.

Corrélation de structure entre la morphine et une endorphine, naturellement présente dans le cerveau

Elle se présente sous la forme d'un mélange d'isomère, poudre blanche cristalline et alcaloïde, qui fond à 255 °C, faiblement soluble dans l'eau froide (149 mg.L⁻¹) mais plus soluble dans l'eau bouillante et facilement soluble dans les alcools comme l'éthanol ou le méthanol[153].

Biosynthèse

La morphine est bio synthétisée dans la capsule du pavot, à partir de la Tyrosine, un acide aminé[154].

La biosynthèse de la morphine dans le pavot somnifère à partir de l'acide aminé L-Tyrosine et de la (R)-Réticuline

Extraction et Synthèse

Industriellement la morphine peut être obtenue de deux façons :

  • à partir de pavot Œillette : on utilise la capsule égrenée et l'extrémité de la tige du pavot Œillette (Papaver somniferum nigrum) récolté « vert » pendant l'été. En France, la plante est cultivée essentiellement en Champagne-Ardenne. Les parties de la plante sont séchées, puis la morphine est extraite en milieu hydro-alcoolique avec d'autres opiacés. Elle sera séparée par une précipitation sélective avant d'être purifiée ;
  • à partir de l'opium : l'opium est issu de pavots (Papaver somniferum), cultivés en Inde, par évaporation du latex qui s'écoule d'incisions faites sur la capsule. La morphine (et d'autres alcaloïdes) est obtenue par extraction aqueuse acide depuis l'opium qui en contient à peu près 10 %. Elle est ensuite obtenue seule par une précipitation sélective.

La synthèse totale de la morphine a été proposée par Robert Robinson en 1925, récipiendaire du Prix Nobel de chimie 1947, et réalisée pour la première fois par Marshall D. Gates Jr  en 1952, en 31 étapes, avec un rendement très faible (0,06 %). C'est un exemple de réaction de Diels-Alder.

D'autres synthèses ont depuis été réalisées par de nombreuses équipes comme celles de Evans[155] ou Fuchs[156]

Sels

La morphine est souvent utilisée sous forme de sel afin de faciliter son utilisation et son absorption par l'organisme dans les formes non injectables.

Il existe deux sels, sulfate et chlorhydrate de morphine, qui une fois dans le corps seront sous forme de morphine base.

Le sulfate de morphine est obtenu par réaction de la morphine en solution hydro-alcoolique (eau + éthanol) avec de l'acide sulfurique dilué. Une réaction similaire dans l'acide chlorhydrique est utilisée pour l'obtention du chlorhydrate de morphine.

Le sulfate a la particularité d'être un pentahydrate incluant deux molécules de morphine.

DCI Sulfate de morphine Chlorhydrate de morphine
Nom IUPAC sulfate de di(7,8-didéshydro-4,5α-époxy-17-méthylmorphinane-3,6α-diol) pentahydraté chlorhydrate de 7,8-didéshydro-4,5α-époxy-17-méthylmorphinane-3,6α-diol trihydraté
Formule brute C34H40N2O10S, 5H2O C17H20ClNO3, 3H2O
Numéro CAS 6211-15-0 52-26-6
Masse molaire 759 g·mol-1 375,8 g·mol-1
Aspect poudre cristalline blanche poudre cristalline blanche ou aiguilles incolores, ou masses cubiques
Solubilité soluble dans l’eau, très peu soluble dans l’éthanol, pratiquement insoluble dans le toluène soluble dans l’eau, très peu soluble dans l’éthanol, pratiquement insoluble dans le toluène

Source : Pharmacopée européenne 5.5, EDQM, 12/2005 ; The Merck index, 13e éd.

Impuretés

De par la complexité de la composition de l'opium et de la ressemblance des produits qui le composent, on retrouve systématiquement certains autres alcaloïdes dans la morphine que l'on considère comme des impuretés. Leur teneur dans la morphine est limitée à 1 % (0,2 % pour chaque impureté et 0,4 % pour la pseudomorphine)[157] :

  • codéine (impureté A de la pharmacopée européenne) ;
  • pseudomorphine (impureté B de la pharmacopée européenne) ;
  • oripavine (impureté C de la pharmacopée européenne) ;
  • 10R-hydroxymorphine (impureté D de la pharmacopée européenne) ;
  • morphinone (impureté E de la pharmacopée européenne) ;
  • thébaïne ;
  • N-oxyde de morphine  ;
  • apomorphine.

Législation

La morphine est inscrite au Tableau I de la convention unique sur les stupéfiants de 1961 et son usage est réglementé dans de nombreux pays[réf. nécessaire].

En Belgique, au Canada et en France, la morphine et ses sels sont des stupéfiants. De ce fait, la morphine est soumise à une réglementation particulière pour la prescription (ordonnance particulière limitée dans le temps — vingt-huit jours en France), la délivrance (le pharmacien doit la noter sur un cahier spécial), l'usage (uniquement pour le malade) et la détention (considéré comme une drogue)[réf. nécessaire].

Comme tout narcotique, la morphine est une substance dopante et, dans certains pays, il est interdit aux sportifs participant aux compétitions d'en utiliser[réf. nécessaire].

Sociologie

Perception

La perception de la morphine, souvent négative, peut mener à des défauts de soin, en générant par exemple une certaine peur. Les patients peuvent considérer qu'il s'agit d'un « dernier recours » ou qu'il serait réservé à la fin de vie[158].

Cette vision a subi depuis la fin des années 1990 une profonde mutation, issue des plans publics de lutte contre la douleur. La consommation de morphine a par exemple triplé entre 1999 et 2001 à l'Assistance Publique-Hôpitaux de paris (APHP)[159].

Des difficultés dans la prise en charge de la douleur persistent, du fait notamment des mentalités et des comportements. Une enquête réalisée par l’AP/HP de Paris montre que 50% à 55% des malades présents un jour donné ont souffert d’une douleur intense au cours des dernières 24 h et seulement 1/3 de ces patients a connu un réel soulagement[159].

L'évaluation de la douleur étant parfois subjective et souvent mal réalisée, les prescriptions sont souvent insuffisantes.

Stéréotypes

La morphine et son usage en thérapeutique nourrit de nombreux stéréotypes, même parmi le personnel soignant[160], ce qui conduisit à une moins bonne prise en charge de la douleur.

En effet, il n'existe pas de preuves scientifiques pour dire que la morphine adéquatement utilisée administrée en fin de vie accélère la mort[161] et le risque de dépendance reste marginal lors d'une utilisation thérapeutique.

Formes pharmaceutiques

La morphine existe sous différentes formes galéniques selon l'indication et le patient :

  • voie orale
    • comprimé ou gélule,
    • comprimé ou gélule à libération prolongée (LP) : utilisés dans le traitement des douleurs chroniques. Il existe des versions en gélule à deux prises par jour (BID) et plus récemment des versions à une prise par jour (OAD, de l'anglais : Once a day)[162]. Dans les deux cas, le comprimé ou la gélule ou son contenu a subi un traitement afin d'obtenir une libération étalée dans le temps,
    • sirop,
    • solution buvable, notamment en gouttes
  • autres voies
    • suppositoire (non disponible seule en France, disponible en Suisse et au Canada), notamment au sein de préparations contenant de l'opium, du paracétamol ou de la caféine.

La dose requise dépend de la voie d'administration, la morphine par voie orale subissant un premier passage hépatique, seulement 30 % de la dose ingérée est utilisé par le corps. Il existe donc des tableaux d'équivalence (pour l'adulte) :

Voie orale Sous-cutanée Intraveineuse Péridurale Intrathécale
1 mg·kg-1·j-1 0,5 mg·kg-1·j-1 0,3 mg·kg-1·j-1 0,1 à 0,05 mg·kg-1·j-1 0,02 à 0,005 mg·kg-1·j-1

Termes apparentés

  • Morphinomanie : terme composé de morphine et de manie, du grec mania pour « folie, passion ». Il désigne une consommation régulière et non contrôlée de morphine, amenant un état de dépendance.
  • Morphinomane : désigne la personne atteinte de morphinomanie.

Divers

La morphine fait partie de la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé (liste mise à jour en avril 2013)[163].

Notes et références

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) David R. Lide, Handbook of chemistry and physics, , 89e éd., chap. 8 (« Aqueous Solubility and Henry’s Law Constants of Organic Compounds »), p. 106.
  3. a et b Fiche Sigma-Aldrich du composé Morphine sulfate salt pentahydrate, consultée le 13 mai 2014..
  4. Pierre-Arnaud Chouvy, « Le pavot à opium et l'homme. Origines géographiques et premières diffusions d'un cultivar.// The opium poppy and mankind. Geographic origins and early diffusion of a cultivar », Annales de Géographie, vol. 110, no 618,‎ , p. 182–194 (DOI 10.3406/geo.2001.1768, lire en ligne).
  5. a et b Christian Warolin, « La pharmacopée opiacée en France des origines au XIXe siècle », Revue d'histoire de la pharmacie, vol. 97, no 365,‎ , p. 81–90 (DOI 10.3406/pharm.2010.22139, lire en ligne).
  6. Aurélie Lecacheux, Morphine et morphiniques dans la gestion de la douleur péri-opératoire chez les carnivores domestiques, (lire en ligne).
  7. Jacques Pélissier Médecin et E. Viel, Douleur et médecine physique et de réadaptation, Elsevier Masson, (ISBN 9782294000744, lire en ligne).
  8. Claude Ecoffey et Daniel Annequin, La douleur chez l'enfant, Lavoisier, (ISBN 9782257204714, lire en ligne).
  9. Le potentiel d'abus de la morphine est un phénomène complexe, impliquant de très nombreux facteurs
  10. H. N. Bhargava, V. M. Villar, N. H. Rahmani et A. K. Larsen, « Studies on the possible role of pharmacokinetics in the development of tolerance to morphine in the rat », General Pharmacology, vol. 23, no 6,‎ , p. 1199–1204 (ISSN 0306-3623, PMID 1487129, lire en ligne).
  11. Anne Espinasse, Christine Abelard, M. Tribodet. La production de thébaïne, codéine et morphine à partir du genre Papaver. Agronomie, EDP Sciences, 1981, 1 (3), p. 243-248., hal-00884250, lire en ligne.
  12. (en) Paul M. Dewick, Essentials of Organic Chemistry: For Students of Pharmacy, Medicinal Chemistry and Biological Chemistry, John Wiley & Sons, (ISBN 978-1-118-68196-1, lire en ligne), p. 162.
  13. Akpevwe Onoyovwe, Jillian M. Hagel, Xue Chen et Morgan F. Khan, « Morphine biosynthesis in opium poppy involves two cell types: sieve elements and laticifers », The Plant Cell, vol. 25, no 10,‎ , p. 4110–4122 (ISSN 1532-298X, PMID 24104569, PMCID PMC3877807, DOI 10.1105/tpc.113.115113, lire en ligne).
  14. G. W. Kirby, « Biosynthesis of the morphine alkaloids », Science (New York, N.Y.), vol. 155, no 3759,‎ , p. 170–173 (ISSN 0036-8075, PMID 5332945, lire en ligne).
  15. ANDRÉ BARBIER, « UNODC - Bulletin on Narcotics - 1950 Issue 3 - 003 », sur www.unodc.org (consulté le 26 décembre 2017).
  16. Gérard Badou, « Pavot : le triangle d'or français », sur www.lexpress.fr, .
  17. Franck Daninos, « L'opium légal produit en France », sur www.larecherche.fr, .
  18. Trépardoux, Francis, « Le pavot et l'opium, un panorama historique : Alexandre Boussageon : « Pavot d'ombre, pavot de lumière », in Terre Sauvage, no 116, 1997 », Revue d'Histoire de la Pharmacie, vol. 85, no 316,‎ (lire en ligne)
  19. Le Capitulaire de Villis établit par Charlemagne au 9e siècle recommandait l'usage de certaines plantes médicinales
  20. Christian Warolin, « La pharmacopée opiacée en France des origines au XIXe siècle », Revue d'histoire de la pharmacie, vol. 97, no 365,‎ , p. 81–90 (DOI 10.3406/pharm.2010.22139, lire en ligne)
  21. Pierre-Arnaud Chouvy, « Le pavot à opium et l'homme. Origines géographiques et premières diffusions d'un cultivar.// The opium poppy and mankind. Geographic origins and early diffusion of a cultivar », Annales de Géographie, vol. 110, no 618,‎ , p. 182–194 (DOI 10.3406/geo.2001.1768, lire en ligne)
  22. Gabriel Andral, Dictionnaire de médecine et de chirurgie pratique, Gabon, Méquignon-Marvis, (lire en ligne)
  23. Jean-Louis Brachet, De l'emploi de l'opium dans les phlegmasies des membranes muqueuses séreuses et fibreuses, Gabon, (lire en ligne)
  24. Journal universel des sciences médicales, (lire en ligne)
  25. L’opium, la morphine et la douleur, Dr Évelyne Pichard, Institut Gustave-Roussy.
  26. « Morphine - Société Chimique de France », sur www.societechimiquedefrance.fr (consulté le 26 décembre 2017).
  27. Jean Flahaut, « Les Derosne, pharmaciens parisiens, de 1779 à 1855 », Revue d'histoire de la pharmacie, vol. 93e année, no 346,‎ , p. 221-234 (lire en ligne).
  28. Bachoffner, Pierre, « Sertürner et la morphine », Revue d'Histoire de la Pharmacie, vol. 71, no 258,‎ (lire en ligne)
  29. (en) Walter Sneader, Drug discovery : a history, Hoboken, N.J, Wiley, , 468 p. (ISBN 978-0-471-89979-2 et 978-0-471-89980-8, OCLC 57682419), p. 90-91.
  30. Bachoffner Pierre, « Sertürner et la morphine », Revue d'histoire de la pharmacie 1re année, no 258,‎ , p. 199-200 (lire en ligne).
  31. Josette Fournier, « Découverte des alcaloïdes. Des marqueurs pour l'histoire de la chimie organique », Revue d'histoire de la pharmacie, vol. 89, no 331,‎ , p. 315–332 (DOI 10.3406/pharm.2001.5245, lire en ligne)
  32. Patrice Queneau, « Stupéfiante morphine ! Deuxième partie : morphine et endorphines », Médecine, vol. 4, no 7,‎ , p. 332-3 (DOI 10.1684/med.2008.0317, lire en ligne).
  33. François Chast, « La morphine « par voie externe » prescrite à Heinrich Heine par David Gruby », Revue d'histoire de la pharmacie, vol. 86, no 320,‎ , p. 391–396 (DOI 10.3406/pharm.1998.4699, lire en ligne)
  34. Dorveaux Paul, « Le sirop pectoral de Charlard chanté par Casimir Delavigne », Bulletin de la Société d'histoire de la pharmacie, 9e année, no 29, 1921, p. 281-285, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pharm_0995-838x_1921_num_9_29_1383.
  35. (en) http://www.chem.ed.ac.uk/about/professors/gregory.html.
  36. Christian Warolin, « Pierre-Jean Robiquet (Rennes, 14 janvier 1780-Paris, 29 avril 1840) », Revue d'histoire de la pharmacie 87e année, no 321,‎ , p. 97-110 (DOI 10.3406/pharm.1999.4935, lire en ligne).
  37. Patrick Maugeais, « Sainte Morphine, fléau de l'humanité », Histoire, économie et société, 1988, 7e année, no 4. Toxicomanies : alcool, tabac, drogue, p. 587-608, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hes_0752-5702_1988_num_7_4_2396.
  38. Jacques Beaulieu, « De Morphée aux champs de bataille », Médecine, vol. 12, no 3,‎ (ISSN 1777-2044, DOI 10.1684/med.2016.18, lire en ligne)
  39. Patrick Maugeais, « Sainte Morphine, fléau de l'humanité », Histoire, économie et société, vol. 7, no 4,‎ , p. 587–608 (DOI 10.3406/hes.1988.2396, lire en ligne)
  40. Crestois, Paul, « Jules Verne et la morphine », Revue d'Histoire de la Pharmacie, vol. 68, no 245,‎ (lire en ligne)
  41. Laurent (1854-1919) Auteur du texte Tailhade, La, A. Messein, (lire en ligne)
  42. Georges Auteur du texte Pichon, Le morphinisme : impulsions délictueuses, troubles physiques et mentaux des morphinomanes, leur capacité et leur situation juridique : cause, déontologie et prophylaxie du vice morphinique / par le Dr G. Pichon,..., O. Doin, (lire en ligne)
  43. Georges Auteur du texte Pichon, Folies passionnelles : études philosophiques et sociales / par le docteur Georges Pichon,..., E. Dentu, (lire en ligne)
  44. Troussaint, Ange (1855-19..). Auteur du texte, « la Direction du service de santé en campagne, directeurs et chefs de service dans les principales situations de guerre depuis la mobilisation jusque après la bataille / Médecin principal de 1re classe Troussaint,... », sur Gallica, (consulté le 20 août 2018)
  45. Théodoridès, Jean, « Morphine de Mikhaïl Boulgakov [Question LXXXVIII, Pharmacie et littérature] », Revue d'Histoire de la Pharmacie, vol. 86, no 318,‎ (lire en ligne)
  46. Paul Dorveaux, « Le sirop pectoral de Charlard chanté par Casimir Delavigne », Bulletin de la Société d'histoire de la pharmacie, vol. 9, no 29,‎ , p. 281–285 (DOI 10.3406/pharm.1921.1383, lire en ligne)
  47. Guinard, L, « Le Sommeil de la morphine », Publications de la Société Linnéenne de Lyon, vol. 17, no 1,‎ (lire en ligne)
  48. Gulland, Robinson, J. Chem. Soc., Londres, 1923;23:980.
  49. Gulland, Robinson, Mem. Proc. Manchester Lit. Phil. Soc. 1925;69:79.
  50. http://www.poppies.org/news/99501963210146.shtml.
  51. Raynal, Cécile, « Détournement d'indication de la Novocaïne sur l'Annapurna [Nouvelle question, XLI Pharmacie et alpinisme] », Revue d'Histoire de la Pharmacie, vol. 91, no 338,‎ (lire en ligne)
  52. J. F. Dalayeun, J. M. Norès et S. Bergal, « Physiology of beta-endorphins. A close-up view and a review of the literature », Biomedicine & Pharmacotherapy = Biomedecine & Pharmacotherapie, vol. 47, no 8,‎ , p. 311–320 (ISSN 0753-3322, PMID 7520295, lire en ligne).
  53. C H Hawkes, « Endorphins: the basis of pleasure? », Journal of Neurology, Neurosurgery, and Psychiatry, vol. 55, no 4,‎ , p. 247–250 (ISSN 0022-3050, PMID 1316428, lire en ligne).
  54. V. J. Harber et J. R. Sutton, « Endorphins and exercise », Sports Medicine (Auckland, N.Z.), vol. 1, no 2,‎ , p. 154–171 (ISSN 0112-1642, PMID 6091217, lire en ligne).
  55. Ji-Sheng Han, « Acupuncture and endorphins », Neuroscience Letters, vol. 361, nos 1-3,‎ , p. 258–261 (ISSN 0304-3940, PMID 15135942, DOI 10.1016/j.neulet.2003.12.019, lire en ligne).
  56. a et b (en) Loris A Chahl, « Experimental and Clinical Pharmacology: Opioids - mechanisms of action », Australian Prescriber, vol. 19, no 3,‎ , p. 63–65 (DOI 10.18773/austprescr.1996.063, lire en ligne).
  57. a b et c « FMPMC-PS - Pharmacologie - Niveau DCEM1 », sur www.chups.jussieu.fr (consulté le 6 janvier 2018).
  58. Samantha R. Uhrig, Mark G. Papich, Butch KuKanich et Khursheed R. Mama, « Pharmacokinetics and pharmacodynamics of morphine in llamas », American Journal of Veterinary Research, vol. 68, no 1,‎ , p. 25–34 (ISSN 0002-9645, PMID 17199415, DOI 10.2460/ajvr.68.1.25, lire en ligne)
  59. a et b (en) Gregory D. Busse, D. J. Triggle, State University of New York at Buffalo Staff et Pharmaceutical Sciences Staff, Morphine, Infobase Publishing, (ISBN 9781438102115, lire en ligne)
  60. (en) Wayne O. Evans et Richard P. Smith, « Some effects of morphine and amphetamine on intellectual functions and mood », Psychopharmacologia, vol. 6, no 1,‎ , p. 49–56 (ISSN 0033-3158 et 1432-2072, DOI 10.1007/BF00710914, lire en ligne)
  61. P. Leone, D. Pocock et R. A. Wise, « Morphine-dopamine interaction: ventral tegmental morphine increases nucleus accumbens dopamine release », Pharmacology, Biochemistry, and Behavior, vol. 39, no 2,‎ , p. 469–472 (ISSN 0091-3057, PMID 1946587, lire en ligne)
  62. a et b Rémi Mengarduque. La substitution de l’héroïne par la morphine. Sciences pharmaceutiques. 2015. HAL Id: dumas-01217359 https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01217359 lire en ligne
  63. a et b Perry G. Fine, « Opioid insights:opioid-induced hyperalgesia and opioid rotation », Journal of Pain & Palliative Care Pharmacotherapy, vol. 18, no 3,‎ , p. 75–79 (ISSN 1536-0288, PMID 15364634, lire en ligne)
  64. a et b D. Andrew Tompkins et Claudia M. Campbell, « Opioid-induced hyperalgesia: clinically relevant or extraneous research phenomenon? », Current Pain and Headache Reports, vol. 15, no 2,‎ , p. 129–136 (ISSN 1534-3081, PMID 21225380, PMCID PMC3165032, DOI 10.1007/s11916-010-0171-1, lire en ligne)
  65. a et b George R. Wilson et Gary M. Reisfield, « Morphine hyperalgesia: a case report », The American Journal of Hospice & Palliative Care, vol. 20, no 6,‎ , p. 459–461 (ISSN 1049-9091, PMID 14649563, DOI 10.1177/104990910302000608, lire en ligne)
  66. a et b Sukanya Mitra, « Opioid-induced hyperalgesia: pathophysiology and clinical implications », Journal of Opioid Management, vol. 4, no 3,‎ , p. 123–130 (ISSN 1551-7489, PMID 18717507, lire en ligne)
  67. J. F. Helm, R. P. Venu, J. E. Geenen et W. J. Hogan, « Effects of morphine on the human sphincter of Oddi », Gut, vol. 29, no 10,‎ , p. 1402–1407 (ISSN 0017-5749, PMID 3197985, PMCID PMC1434014, lire en ligne).
  68. Stephen Colameco et Joshua S. Coren, « Opioid-Induced Endocrinopathy », The Journal of the American Osteopathic Association, vol. 109, no 1,‎ , p. 20–25 (ISSN 0098-6151, DOI 10.7556/jaoa.2009.109.1.20, lire en ligne)
  69. (en) Jason A. Morell et McKenzie C. Ferguson, « Ask the Expert: Should You Test For and Treat Opioid-induced Hypogonadism? », Practical Pain Management,‎ novembre/décembre 2013 (lire en ligne)
  70. Raghava G Reddy, Theingi Aung, Niki Karavitaki et John A H Wass, « Opioid induced hypogonadism », The BMJ, vol. 341,‎ (ISSN 0959-8138, PMID 20807731, PMCID PMC2974597, DOI 10.1136/bmj.c4462, lire en ligne)
  71. Michael J. Brennan, « The effect of opioid therapy on endocrine function », The American Journal of Medicine, vol. 126, no 3 Suppl 1,‎ , S12–18 (ISSN 1555-7162, PMID 23414717, DOI 10.1016/j.amjmed.2012.12.001, lire en ligne)
  72. Stephen Colameco et Joshua S. Coren, « Opioid-induced endocrinopathy », The Journal of the American Osteopathic Association, vol. 109, no 1,‎ , p. 20–25 (ISSN 1945-1997, PMID 19193821, lire en ligne)
  73. Howard S. Smith et Jennifer A. Elliott, « Opioid-induced androgen deficiency (OPIAD) », Pain Physician, vol. 15, no 3 Suppl,‎ , ES145–156 (ISSN 2150-1149, PMID 22786453, lire en ligne)
  74. Yue Hao, Jing Yu Yang, Ming Guo et Chun Fu Wu, « Morphine decreases extracellular levels of glutamate in the anterior cingulate cortex: an in vivo microdialysis study in freely moving rats », Brain Research, vol. 1040, nos 1-2,‎ , p. 191–196 (ISSN 0006-8993, PMID 15804441, DOI 10.1016/j.brainres.2005.01.072, lire en ligne).
  75. P. C. Singhal, P. Sharma, V. Sanwal et A. Prasad, « Morphine modulates proliferation of kidney fibroblasts », Kidney International, vol. 53, no 2,‎ , p. 350–357 (ISSN 0085-2538, PMID 9461094, DOI 10.1046/j.1523-1755.1998.00758.x, lire en ligne).
  76. Raghava G Reddy, Theingi Aung, Niki Karavitaki et John A H Wass, « Opioid induced hypogonadism », The BMJ, vol. 341,‎ (ISSN 0959-8138, PMID 20807731, PMCID PMC2974597, DOI 10.1136/bmj.c4462, lire en ligne).
  77. E. Tubaro, G. Borelli, C. Croce et G. Cavallo, « Effect of morphine on resistance to infection », The Journal of Infectious Diseases, vol. 148, no 4,‎ , p. 656–666 (ISSN 0022-1899, PMID 6355311, lire en ligne).
  78. (en) Long-Hui Cao, Hui-Ting Li, Wen-Qian Lin et Hong-Ying Tan, « Morphine, a potential antagonist of cisplatin cytotoxicity, inhibits cisplatin-induced apoptosis and suppression of tumor growth in nasopharyngeal carcinoma xenografts », Scientific Reports, vol. 6, no 1,‎ (ISSN 2045-2322, DOI 10.1038/srep18706, lire en ligne).
  79. (en) Kalpna Gupta, Smita Kshirsagar, Liming Chang et Robert Schwartz, « Morphine Stimulates Angiogenesis by Activating Proangiogenic and Survival-promoting Signaling and Promotes Breast Tumor Growth », Cancer Research, vol. 62, no 15,‎ , p. 4491–4498 (ISSN 0008-5472 et 1538-7445, PMID 12154060, lire en ligne).
  80. Banafsheh Afsharimani, Peter Cabot et Marie-Odile Parat, « Morphine and tumor growth and metastasis », Cancer Metastasis Reviews, vol. 30, no 2,‎ , p. 225–238 (ISSN 1573-7233, PMID 21267766, DOI 10.1007/s10555-011-9285-0, lire en ligne).
  81. pmhdev, « Morphine, Rapid Release (By mouth) », mmdn/DNX0366,‎ (lire en ligne).
  82. P. J. Hoskin, G. W. Hanks, G. W. Aherne et D. Chapman, « The bioavailability and pharmacokinetics of morphine after intravenous, oral and buccal administration in healthy volunteers », British Journal of Clinical Pharmacology, vol. 27, no 4,‎ , p. 499–505 (ISSN 0306-5251, PMID 2719903, PMCID PMC1379730, lire en ligne).
  83. (en) Michael W. Jann, Scott R. Penzak et Lawrence J. Cohen, Applied Clinical Pharmacokinetics and Pharmacodynamics of Psychopharmacological Agents, Springer, (ISBN 9783319278834, lire en ligne)
  84. L. L. Christrup, « Morphine metabolites », Acta Anaesthesiologica Scandinavica, vol. 41, no 1 Pt 2,‎ , p. 116–122 (ISSN 0001-5172, PMID 9061094, lire en ligne).
  85. Gavin J. Kilpatrick et Terry W. Smith, « Morphine-6-glucuronide: actions and mechanisms », Medicinal Research Reviews, vol. 25, no 5,‎ , p. 521–544 (ISSN 0198-6325, PMID 15952175, DOI 10.1002/med.20035, lire en ligne)
  86. (en) Marianne Ekblom, Marie Gårdmark et Margareta Hammarlund-Udenaes, « Pharmacokinetics and pharmacodynamics of morphine-3-glucuronide in rats and its influence on the antinociceptive effect of morphine », Biopharmaceutics & Drug Disposition, vol. 14, no 1,‎ , p. 1–11 (ISSN 1099-081X, DOI 10.1002/bdd.2510140102, lire en ligne)
  87. Samira Khabbazi, Nan Xie, Wenjun Pu et Yannick Goumon, « The TLR4-Active Morphine Metabolite Morphine-3-Glucuronide Does Not Elicit Macrophage Classical Activation In Vitro », Frontiers in Pharmacology, vol. 7,‎ (ISSN 1663-9812, PMID 27909407, PMCID PMC5112272, DOI 10.3389/fphar.2016.00441, lire en ligne)
  88. (en) Piotr K. Janicki, « Pharmacology of morphine metabolites », Current Pain and Headache Reports, vol. 1, no 4,‎ , p. 264–270 (ISSN 1531-3433 et 1534-3081, DOI 10.1007/BF02938295, lire en ligne).
  89. (en) A. E. Takemori et G. J. Mannering, « Metabolic N- and O-Demethylation of Morphine- and Morphinan-Type Analgesics », Journal of Pharmacology and Experimental Therapeutics, vol. 123, no 3,‎ , p. 171–179 (ISSN 0022-3565 et 1521-0103, PMID 13564392, lire en ligne).
  90. (en) Eva Gerdin, Anders Rane et Bo Lindberg, « Transplacental transfer of morphine in man », Journal of Perinatal Medicine, vol. 18, no 4,‎ , p. 305–312 (ISSN 0300-5577, DOI 10.1515/jpme.1990.18.4.305, lire en ligne).
  91. Paul Glare, Declan Walsh et Denice Sheehan, « The adverse effects of morphine: a prospective survey of common symptoms during repeated dosing for chronic cancer pain », The American Journal of Hospice & Palliative Care, vol. 23, no 3,‎ , p. 229–235 (ISSN 1049-9091, PMID 17060284, DOI 10.1177/1049909106289068, lire en ligne).
  92. Epuration digestive lors des intoxications aiguës Référentiels - Recommandations et Consensus - Toxicologie - 1996, lire en ligne.
  93. Le Lavage Gastrique, S. Achour, GH. Jalal, N. Rhalem, R. Soulaymani, Centre Anti Poison et de pharmacovigilance du Maroc, lire en ligne.
  94. Bond GR. The role of activated charcoal and gastric emptying in gastrointestinal decontamination : a state-of-the-art review. Ann Emerg Med 2002 ; 39 : 273-86.
  95. Olivier Brissaud, Laurent Chevret, Isabelle Claudet. Intoxications graves par médicaments et/ou substances illicites admises en réanimation : spécificités pédiatriques. Médecine thérapeutique / Pédiatrie. 2008;11(6):331-339. doi:10.1684/mtp.2008.0185, lire en ligne.
  96. Patrick Maugeais, « Sainte Morphine, fléau de l'humanité », Histoire, économie et société, vol. 7, no 4 « Toxicomanies : alcool, tabac, drogue. »,‎ , p. 587-608 (lire en ligne)
  97. Li He, Jamie Fong, Mark von Zastrow et Jennifer L. Whistler, « Regulation of opioid receptor trafficking and morphine tolerance by receptor oligomerization », Cell, vol. 108, no 2,‎ , p. 271–282 (ISSN 0092-8674, PMID 11832216, lire en ligne)
  98. C. A. Sannerud et A. M. Young, « Modification of morphine tolerance by behavioral variables », The Journal of Pharmacology and Experimental Therapeutics, vol. 237, no 1,‎ , p. 75–81 (ISSN 0022-3565, PMID 3958974, lire en ligne)
  99. T. B. Baker et S. T. Tiffany, « Morphine tolerance as habituation », Psychological Review, vol. 92, no 1,‎ , p. 78–108 (ISSN 0033-295X, PMID 3983304, lire en ligne)
  100. (en) Dong Zhou, Meng-Ling Chen, Yu-Qiu Zhang et Zhi-Qi Zhao, « Involvement of Spinal Microglial P2X7 Receptor in Generation of Tolerance to Morphine Analgesia in Rats », Journal of Neuroscience, vol. 30, no 23,‎ , p. 8042–8047 (ISSN 0270-6474 et 1529-2401, PMID 20534852, DOI 10.1523/JNEUROSCI.5377-09.2010, lire en ligne)
  101. Pal Riba, Yong Ben, Andrew P. Smith et Susanna Furst, « Morphine tolerance in spinal cord is due to interaction between mu- and delta-receptors », The Journal of Pharmacology and Experimental Therapeutics, vol. 300, no 1,‎ , p. 265–272 (ISSN 0022-3565, PMID 11752125, lire en ligne)
  102. Grewo Lim, Shuxing Wang, Qing Zeng et Backil Sung, « Spinal glucocorticoid receptors contribute to the development of morphine tolerance in rats », Anesthesiology, vol. 102, no 4,‎ , p. 832–837 (ISSN 0003-3022, PMID 15791114, lire en ligne)
  103. M. R. Hutchinson, A. L. Northcutt, T. Hiranita et X. Wang, « Opioid activation of toll-like receptor 4 contributes to drug reinforcement », The Journal of Neuroscience: The Official Journal of the Society for Neuroscience, vol. 32, no 33,‎ , p. 11187–11200 (ISSN 1529-2401, PMID 22895704, PMCID PMC3454463, DOI 10.1523/JNEUROSCI.0684-12.2012, lire en ligne)
  104. J. Mao, D. D. Price et D. J. Mayer, « Mechanisms of hyperalgesia and morphine tolerance: a current view of their possible interactions », Pain, vol. 62, no 3,‎ , p. 259–274 (ISSN 0304-3959, PMID 8657426, lire en ligne)
  105. A. D. Finck, E. Samaniego et S. H. Ngai, « Morphine tolerance decreases the analgesic effects of ketamine in mice », Anesthesiology, vol. 68, no 3,‎ , p. 397–400 (ISSN 0003-3022, PMID 3344994, lire en ligne)
  106. N. Shimoyama, M. Shimoyama, C. E. Inturrisi et K. J. Elliott, « Ketamine attenuates and reverses morphine tolerance in rodents », Anesthesiology, vol. 85, no 6,‎ , p. 1357–1366 (ISSN 0003-3022, PMID 8968183, lire en ligne)
  107. Carsten Skarke, Marwan Jarrar, Katharina Erb et Helmut Schmidt, « Respiratory and miotic effects of morphine in healthy volunteers when P-glycoprotein is blocked by quinidine », Clinical Pharmacology and Therapeutics, vol. 74, no 4,‎ , p. 303–311 (ISSN 0009-9236, PMID 14534517, DOI 10.1016/S0009-9236(03)00220-0, lire en ligne).
  108. Giordano de Guglielmo, Marsida Kallupi, Giulia Scuppa et Serena Stopponi, « Analgesic tolerance to morphine is regulated by PPARγ », British Journal of Pharmacology, vol. 171, no 23,‎ , p. 5407–5416 (ISSN 1476-5381, PMID 25048682, PMCID PMC4294048, DOI 10.1111/bph.12851, lire en ligne)
  109. T. M. Gant, P. Riba et N. M. Lee, « Morphine tolerance in mice is independent of polymorphisms in opioid receptor sequences », Brain Research Bulletin, vol. 55, no 1,‎ , p. 59–63 (ISSN 0361-9230, PMID 11427338, lire en ligne)
  110. « Genetic differences in morphine sensitivity, tolerance and withdrawal in rats », Brain Research, vol. 806, no 2,‎ , p. 232–237 (ISSN 0006-8993, DOI 10.1016/S0006-8993(98)00768-9, lire en ligne)
  111. C. L. Cunningham, D. R. Niehus, D. H. Malott et L. K. Prather, « Genetic differences in the rewarding and activating effects of morphine and ethanol », Psychopharmacology, vol. 107, nos 2-3,‎ , p. 385–393 (ISSN 0033-3158, PMID 1352057, lire en ligne)
  112. O. Hoffmann, A. Plesan et Z. Wiesenfeld-Hallin, « Genetic differences in morphine sensitivity, tolerance and withdrawal in rats », Brain Research, vol. 806, no 2,‎ , p. 232–237 (ISSN 0006-8993, PMID 9739144, lire en ligne)
  113. P. Klepstad, O. Dale, F. Skorpen et P. C. Borchgrevink, « Genetic variability and clinical efficacy of morphine », Acta Anaesthesiologica Scandinavica, vol. 49, no 7,‎ , p. 902–908 (ISSN 0001-5172, PMID 16045647, DOI 10.1111/j.1399-6576.2005.00772.x, lire en ligne)
  114. C. R. Bhasker, W. McKinnon, A. Stone et A. C. Lo, « Genetic polymorphism of UDP-glucuronosyltransferase 2B7 (UGT2B7) at amino acid 268: ethnic diversity of alleles and potential clinical significance », Pharmacogenetics, vol. 10, no 8,‎ , p. 679–685 (ISSN 0960-314X, PMID 11186130, lire en ligne)
  115. R. M. Craft, J. A. Stratmann, R. E. Bartok et T. I. Walpole, « Sex differences in development of morphine tolerance and dependence in the rat », Psychopharmacology, vol. 143, no 1,‎ , p. 1–7 (ISSN 0033-3158, PMID 10227072, lire en ligne)
  116. (en) J. BlÄsig, A. Herz, K. Reinhold et S. ZieglgÄnsberger, « Development of physical dependence on morphine in respect to time and dosage and quantification of the precipitated withdrawal syndrome in rats », Psychopharmacologia, vol. 33, no 1,‎ , p. 19–38 (ISSN 0033-3158 et 1432-2072, DOI 10.1007/BF00428791, lire en ligne)
  117. (en) Hans W. D. Matthes, Rafael Maldonado, Frédéric Simonin et Olga Valverde, « Loss of morphine-induced analgesia, reward effect and withdrawal symptoms in mice lacking the µ-opioid-receptor gene », Nature, vol. 383, no 6603,‎ , p. 819–823 (ISSN 1476-4687, DOI 10.1038/383819a0, lire en ligne)
  118. Mohamed Ben Amar et Louis Léonard, Les psychotropes: pharmacologie et toxicomanie, PUM, (ISBN 9782760618435, lire en ligne)
  119. J. W. van der Laan, C. J. van 't Land, J. G. Loeber et G. de Groot, « Validation of spontaneous morphine withdrawal symptoms in rats », Archives Internationales De Pharmacodynamie Et De Therapie, vol. 311,‎ , p. 32–45 (ISSN 0003-9780, PMID 1789712, lire en ligne)
  120. (en) R. Maldonado, L. Stinus, L. H. Gold et G. F. Koob, « Role of different brain structures in the expression of the physical morphine withdrawal syndrome. », Journal of Pharmacology and Experimental Therapeutics, vol. 261, no 2,‎ , p. 669–677 (ISSN 0022-3565 et 1521-0103, PMID 1578378, lire en ligne)
  121. Silvina L. Diaz, Alma K. Kemmling, Modesto C. Rubio et Graciela N. Balerio, « Morphine withdrawal syndrome: involvement of the dopaminergic system in prepubertal male and female mice », Pharmacology, Biochemistry, and Behavior, vol. 82, no 4,‎ , p. 601–607 (ISSN 0091-3057, PMID 16325246, DOI 10.1016/j.pbb.2005.10.012, lire en ligne)
  122. (en) Rafael Maldonado, Luis Stinus et George F. Koob, Neurobiological Mechanisms of Opiate Withdrawal, Springer Science & Business Media, (ISBN 9783662222188, lire en ligne)
  123. (en) Jennifer Kelschenbach, The Effects of Morphine Withdrawal on Immune Functioning, University of Minnesota, (lire en ligne)
  124. T. Rubino, M. Parenti, G. Patrini et P. Massi, « Morphine withdrawal syndrome and G protein expression: a study of the time course in the rat central nervous system », The European Journal of Neuroscience, vol. 7, no 11,‎ , p. 2334–2340 (ISSN 0953-816X, PMID 8563982, lire en ligne)
  125. M. Farrell, « Opiate withdrawal », Addiction (Abingdon, England), vol. 89, no 11,‎ , p. 1471–1475 (ISSN 0965-2140, PMID 7841858, lire en ligne)
  126. J. E. Kelsey, J. S. Aranow et R. T. Matthews, « Context-specific morphine withdrawal in rats: duration and effects of clonidine », Behavioral Neuroscience, vol. 104, no 5,‎ , p. 704–710 (ISSN 0735-7044, PMID 2244979, lire en ligne)
  127. Su-qing Chen, Hai-feng Zhai, Yan-ying Cui et Jie Shi, « Clonidine attenuates morphine withdrawal and subsequent drug sensitization in rhesus monkeys », Acta Pharmacologica Sinica, vol. 28, no 4,‎ , p. 473–483 (ISSN 1671-4083, PMID 17376286, DOI 10.1111/j.1745-7254.2007.00526.x, lire en ligne)
  128. H. D. Kleber, M. S. Gold et C. E. Riordan, « The use of clonidine in detoxification from opiates », Bulletin on Narcotics, vol. 32, no 2,‎ , p. 1–10 (ISSN 0007-523X, PMID 6907020, lire en ligne)
  129. A. M. Washton et R. B. Resnick, « Clonidine in opiate withdrawal: review and appraisal of clinical findings », Pharmacotherapy, vol. 1, no 2,‎ , p. 140–146 (ISSN 0277-0008, PMID 6765486, lire en ligne)
  130. (en) Olga Valverde, Florence Noble, Françoise Beslot et Valérie Daugé, « Δ9‐tetrahydrocannabinol releases and facilitates the effects of endogenous enkephalins: reduction in morphine withdrawal syndrome without change in rewarding effect », European Journal of Neuroscience, vol. 13, no 9,‎ , p. 1816–1824 (ISSN 1460-9568, DOI 10.1046/j.0953-816x.2001.01558.x, lire en ligne)
  131. (en) ED Dzoljic, CD Kaplan et MR Dzoljic, « Effect of ibogaine on naloxone-precipitated withdrawal syndrome in chronic morphine-dependent rats. », Archives internationales de pharmacodynamie et de therapie, vol. 294,‎ (ISSN 0003-9780, lire en ligne)
  132. « Inhibition of the morphine withdrawal syndrome by a nitric oxide synthase inhibitor, NG-nitro-L-arginine methyl ester », Life Sciences, vol. 52, no 22,‎ , PL245–PL249 (ISSN 0024-3205, DOI 10.1016/0024-3205(93)90472-F, lire en ligne)
  133. Silvina L. Diaz, Virginia G. Barros, Marta C. Antonelli et Modesto C. Rubio, « Morphine withdrawal syndrome and its prevention with baclofen: Autoradiographic study of mu-opioid receptors in prepubertal male and female mice », Synapse (New York, N.Y.), vol. 60, no 2,‎ , p. 132–140 (ISSN 0887-4476, PMID 16715492, DOI 10.1002/syn.20279, lire en ligne)
  134. (en) F. Bongianni, V. Carla', F. Moroni et D.e. Pellegrini-Giampietro, « Calcium channel inhibitors suppress the morphine-withdrawal syndrome in rats », British Journal of Pharmacology, vol. 88, no 3,‎ , p. 561–567 (ISSN 1476-5381, DOI 10.1111/j.1476-5381.1986.tb10236.x, lire en ligne)
  135. A. R. Dehpour, H. Farsam et M. Azizabadi-Farahani, « Inhibition of the morphine withdrawal syndrome and the development of physical dependence by lithium in mice », Neuropharmacology, vol. 34, no 1,‎ , p. 115–121 (ISSN 0028-3908, PMID 7623960, lire en ligne)
  136. Majid Motaghinejad, Mohammad Yasan Bangash, Pantea Hosseini et Seyed Morteza Karimian, « Attenuation of Morphine Withdrawal Syndrome by Various Dosages of Curcumin in Comparison with Clonidine in Mouse: Possible Mechanism », Iranian Journal of Medical Sciences, vol. 40, no 2,‎ , p. 125–132 (ISSN 0253-0716, PMID 25821292, PMCID PMC4359932, lire en ligne)
  137. M. E. Fundytus, J. Ritchie et T. J. Coderre, « Attenuation of morphine withdrawal symptoms by subtype-selective metabotropic glutamate receptor antagonists », British Journal of Pharmacology, vol. 120, no 6,‎ , p. 1015–1020 (ISSN 0007-1188, PMID 9134211, PMCID PMC1564564, DOI 10.1038/sj.bjp.0701000, lire en ligne)
  138. (en) EDDIE WEI et HORACE LOH, « Biological Sciences: Morphine Physical Dependence unaltered by Previous Dependence on Morphine », Nature, vol. 238, no 5364,‎ , p. 396–397 (ISSN 1476-4687, DOI 10.1038/238396a0, lire en ligne)
  139. Netgen, « Rotation des opioïdes : de la théorie à la pratique - Revue Médicale Suisse », sur Revue Médicale Suisse (consulté le 12 janvier 2018)
  140. « Soins palliatifs et douleurs rebelles : rotation des morphiniques, alternatives - Pediadol », sur www.pediadol.org (consulté le 12 janvier 2018)
  141. L’usage de sulfate de morphine par les usagers de drogues en France Tendances récentes 2012-2013, TREND, Observatoire Français des Drogues et Toxicomanies., lire en ligne.
  142. Marianne Storogenko, « Le sulfate de morphine, substitution hors cadre », sur www.pistes.fr (consulté le 12 janvier 2018)
  143. Les traitements de substitution aux opiacés en France : données récentes , Anne-Claire Brisacier Cédric Collin TREND, OFDT lire en ligne
  144. Amélie Daveluy et Françoise Haramburu, « Pharmacodépendance chez le sujet âgé », Gérontologie et société, vol. 26 / n° 105, no 2,‎ , p. 45–58 (ISSN 0151-0193, DOI 10.3917/gs.105.0045, lire en ligne)
  145. E. John Gallagher, David Esses, Conroy Lee et Michael Lahn, « Randomized clinical trial of morphine in acute abdominal pain », Annals of Emergency Medicine, vol. 48, no 2,‎ , p. 150–160, 160.e1–4 (ISSN 1097-6760, PMID 16953529, lire en ligne).
  146. Tess E. Cooper, Junqiao Chen, Philip J. Wiffen et Sheena Derry, « Morphine for chronic neuropathic pain in adults », The Cochrane Database of Systematic Reviews, vol. 5,‎ 05 22, 2017, CD011669 (ISSN 1469-493X, PMID 28530786, DOI 10.1002/14651858.CD011669.pub2, lire en ligne).
  147. (en) C. Ellingsrud et S. Agewall, « Morphine in the treatment of acute pulmonary oedema — Why? », International Journal of Cardiology, vol. 202,‎ , p. 870–873 (ISSN 0167-5273 et 1874-1754, DOI 10.1016/j.ijcard.2015.10.014, lire en ligne).
  148. (en) Dirk Schrijvers et Frank van Fraeyenhove, « Emergencies in Palliative Care », The Cancer Journal, vol. 16, no 5,‎ , p. 514–520 (ISSN 1528-9117, DOI 10.1097/PPO.0b013e3181f28a8d, lire en ligne)
  149. Fatima Naqvi, Frank Cervo et Suzanne Fields, « Evidence-based review of interventions to improve palliation of pain, dyspnea, depression », Geriatrics, vol. 64, no 8,‎ , p. 8–10, 12–14 (ISSN 0016-867X, PMID 20722311, lire en ligne)
  150. « Wayback Machine », (consulté le 4 juin 2018)
  151. « Fiches modèles OMS d'information à l'usage des prescripteurs: Médicaments utilisés en anesthésie: Analgésiques opioïdes et antagonistes: Morphine », sur apps.who.int (consulté le 12 janvier 2018)
  152. Stefan Lundeberg, Pirkko Hatava, Michael Lagerkranser et Gunnar L. Olsson, « Perception of pain following rectal administration of morphine in children: a comparison of a gel and a solution », Paediatric Anaesthesia, vol. 16, no 2,‎ , p. 164–169 (ISSN 1155-5645, PMID 16430413, DOI 10.1111/j.1460-9592.2005.01760.x, lire en ligne)
  153. (en) Pubchem, « morphine », sur pubchem.ncbi.nlm.nih.gov (consulté le 12 janvier 2018)
  154. G. W. Kirby, « Biosynthesis of the morphine alkaloids », Science (New York, N.Y.), vol. 155, no 3759,‎ , p. 170–173 (ISSN 0036-8075, PMID 5332945, lire en ligne)
  155. « Studies directed towards the total synthesis of morphine alkaloids », Tetrahedron Letters, vol. 23, no 3,‎ , p. 285–288 (ISSN 0040-4039, DOI 10.1016/S0040-4039(00)86810-0, lire en ligne)
  156. J. E. Toth, P. R. Hamann et P. L. Fuchs, « Studies culminating in the total synthesis of (dl)-morphine », The Journal of Organic Chemistry, vol. 53, no 20,‎ , p. 4694–4708 (ISSN 0022-3263, DOI 10.1021/jo00255a008, lire en ligne)
  157. Pharmacopée européenne 5.5, EDQM, décembre 2005.
  158. (en) « The Perception Of Morphine And Its Impact On Patient Behavior », sur Science 2.0, (consulté le 9 avril 2018)
  159. a et b Peyrard Colette, « Douleur et morphine : Evolution des idées et des pratiques », InfoKara, 2006/1 (Vol. 21), p. 10-11. DOI : 10.3917/inka.061.0010. URL : https://www.cairn.info/revue-infokara1-2006-1-page-10.htm
  160. (en) Joseph M. Merrill, Anne Dale et Jack I. Thornby, « Thanatophobia and opiophobia of hospice nurses compared with that of other caregivers », American Journal of Hospice and Palliative Medicine, vol. 17, no 1,‎ , p. 15–23 (ISSN 1049-9091, DOI 10.1177/104990910001700107, lire en ligne).
  161. S. A. Schug, D. Zech, S. Grond et H. Jung, « A long-term survey of morphine in cancer pain patients », Journal of Pain and Symptom Management, vol. 7, no 5,‎ , p. 259–266 (ISSN 0885-3924, PMID 1624812, lire en ligne).
  162. ;specid=60254117&typedoc=R&ref=R0084958.htm Résumé des caractéristiques du produit, Zomorph L.P. 200 mg, gélule à libération prolongée, Afssaps, 9 novembre 2005.
  163. WHO Model List of Essential Medicines, 18th list, avril 2013.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes