Montpitol

Montpitol
Montpitol
Le Lac du Laragou.
Blason de Montpitol
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Pechbonnieu
Intercommunalité Communauté de communes des Coteaux du Girou
Maire
Mandat
Thierry Auriol
2014-2020
Code postal 31380
Code commune 31388
Démographie
Gentilé Montpitolois, Montpitoloises
Population
municipale
387 hab. (2017 en diminution de 5,38 % par rapport à 2012)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 42′ 19″ nord, 1° 39′ 00″ est
Altitude Min. 155 m
Max. 242 m
Superficie 5,96 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Montpitol
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Montpitol
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montpitol
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montpitol
Liens
Site web http://www.mairie-montpitol.fr

Montpitol est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Anciennement appelé Montpitol-la-Gascogne ou Montpitol-la-Soulade. La commune de la Soulade a été rattaché à Montpitol par une ordonnance royale de 1817.

Ses habitants sont appelés les Montpitolois et Montpitoloises.

Géographie

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située à 20 km au nord-est de Toulouse à mi-chemin entre les chef-lieux de canton, Verfeil et Montastruc-La-Conseillère en Pays Tolosan.

Communes limitrophes

Montpitol est limitrophe de sept autres communes, dont une dans le département du Tarn[1].

Carte de la commune de Montpitol et de ses proches communes.

Hameaux et écarts

Les principaux écarts sont, pour l'ancien territoire de La Soulade au nord et à l'est de la commune; En Marignols, La Gardière, La Negro, Castelfret (Castelfort), En Jannat, En Cansalade, En Danis, Saint-Puzet, La Soulade, Sarrail, Noubelly, Stoupignan et Trantoul, et pour l'ancien territoire de Montpitol-la-Gascogne à l'ouest et au sud de la commune; Le Fort, En Gineste, La Serre (Serre de Malconseil), Prats Vidal Bas, Prats Vidal Haut, En Cuns, Mazeillé, La Bourdette, En Maury, Le Moulin, Lissard, Lespiau, Daréou, La Goubertarie, Landillac et Landillac Bas.

Géologie et relief

Le point culminant du village (242 m) situé sur la route des crêtes (D30) en haut du lieu-dit Prats Vidal permet de dominer, au nord le bassin versant vers la vallée du Tarn et au sud le bassin versant vers la vallée de la Garonne et de voir distinctement par temps clair les monts de l'Aveyron, la chaine des Pyrénées et la Montagne noire.

Hydrographie

La commune est bordée au sud par le ruisseau du Laragou, qui grâce à un barrage construit en 1995 alimente le lac du Laragou situé en partie sur son territoire.

Les ruisseaux de Ferrus, Verdensol, Gayssou, Labanal et Crabe negue alimentent le versant sud de la commune pour rejoindre la vallée de la Garonne par le Laragou puis le Girou.

Les ruisseaux d'En Marignol, Las Canal et Prat Vassal alimentent le versant nord-ouest de la commune pour rejoindre la vallée du Tarn à Buzet.

Transports et communications

La commune est principalement desservie au nord par la route départementale 30, dite route des crêtes, ligne de partage des eaux entre le bassin de la Garonne et le bassin du Tarn, sur l'axe Montastruc-la-Conseillère - Lavaur.

Au sud la D20c permet de rejoindre Gragnague en suivant le cours du Laragou et la D22 permet d'accéder à Verfeil et Bonrepos-Riquet.

Toponymie

Avant la Révolution, Montpitol portait le nom de Montpitol-la-Gascogne.

Histoire

Au milieu du XIIe siècle le cartulaire de l'abbaye de Saint-Sernin cite une église nommée Sanctus Projectus dévolue à Saint-Projet sur le territoire de Montpitol[2].

Au Moyen Âge Montpitol faisait partie de la seigneurie de Verfeil qui comptait alors vingt places fortes alentour. Jusqu'à la Croisade des Albigeois (1208-1229) la puissante famille de Portal[3], adeptes du Catharisme, était seigneurs de Montpitol et entretenait le fort dont seul un lieu-dit dominant le village sur la route des crêtes rappelle l'existence.

En 1215 Simon de Montfort se fait attribuer les terres du comte Raymond VI de Toulouse protecteur des cathares et le revenu du fief de Verfeil dont fait partie Montpitol est alors attribué aux évêques de Toulouse.

En 1278, Bérenger de Portal obtient la restitution de ses biens.

L'avancée de la Réforme protestante au début du XVIe siècle permit à Jehan de Portal dit le Jeune de recouvrer en dot les propriétés (terres et forteresse) de Montpitol mais pas la seigneurie et son droit de haute et basse justice qui restèrent à l'archevêque de Toulouse.

Le fort de Montpitol fut probablement édifié au moment de la Guerre de Cent Ans pour défendre les villageois contre la menace anglaise et les mercenaires. Des murailles de terre édifiées et entretenues par les habitants, entouraient les maisons.

En 1570, sous la conduite de l'amiral de Coligny, les troupes des religionnaires, grossies de celles des princes de Condé et de Navarre, s'emparaient des forts qu'ils trouvaient sur leur passage qui n'étaient défendus que par quelques paysans mal armés et sans expérience militaire. En 1574, ils réparaient celui de Montpitol avec les matériaux de l'église qui avait été saccagée récemment par les huguenots[4].

Le , Anne de Levis, Duc de Ventadour, Lieutenant-Général pour le roi Henri IV de la province du Languedoc, dans sa lutte contre les ligueurs sur le chemin de Lavaur à Toulouse, assiégea et brula le fort de Montpitol dont les consuls furent pendus "pour avoir oser soutenir le canon !"[5].

En 1683 les bénéficiaires des revenus du fief de Montpitol étaient les dames Feuillantines, une congrégation de religieuses qui suivait la règle de Saint Bernard, et qui se consacrait surtout à l'éducation des jeunes filles. Elles étaient établies au faubourg Saint-Cyprien de Toulouse.

En 1733, Jacques Duilhé, bourgeois de Toulouse et propriétaire à La Soulade fut anobli par le capitoulat de Toulouse. Il devint alors coseigneur de La Soulade et rajouta à son patronyme le nom de fief de Saint-Projet.

Héraldique

Montpitol

Son blasonnement est : Palé d'azur et d'or de six pièces.

La commune de la Soulade, rattachée en 1817 à celle de Montpitol, portait "d'Argent à un chef-bande de sable".

Politique et administration

Administration municipale

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[6],[7].

Rattachements administratifs et électoraux

Commune faisant partie de la deuxième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes des Coteaux du Girou et du canton de Pechbonnieu (avant le redécoupage départemental de 2014, Montpitol faisait partie de l'ex-canton de Montastruc-la-Conseillère).

Tendances politiques et résultats

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2020 Thierry Auriol    
1983 2001 Jean Casale    
1944 1983 Roger Gasc    

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[9]. En 2017, la commune comptait 387 habitants[Note 1], en diminution de 5,38 % par rapport à 2012 (Haute-Garonne : +6,51 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
182203203286335349364372334
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
353341344320299301292286274
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
254253239221221205228204162
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
169141121176251332369407389
2017 - - - - - - - -
387--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie

Enseignement

Montpitol fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée par un regroupement pédagogique intercommunal avec la commune de Roquesérière école maternelle et pour l'école élémentaire sur la commune[12].

Culture et festivité

Sports

Le village de Montpitol est dynamisé par un club d'aviron nommé Montpitol Aviron Club du Lac du Laragou. Ce petit club d'une soixantaine de licenciés est situé sur les berges du Lac du Laragou. Ce club mélange rameurs-loisir et rameurs-compétition, la formation des jeunes y est exemplaire. Le club est une association créé en 1996 qui fait partie de la Fédération française des sociétés d'aviron. Le club se qualifie chaque année pour les championnats de France et il peut compter à son palmarès deux médailles d'or (saison 2009-2010 et saison 2010-2011), deux médailles d'argent (saison ????-????, saison 2009-2010) et une médaille de bronze, ainsi que plusieurs titres de champion du Sud-Ouest.

Écologie et recyclage

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes des Coteaux du Girou[13],[14].

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Personnalités liées à la commune

Monseigneur François Duilhé de Saint-Projet[15], né le à Toulouse, prêtre, chanoine, professeur de rhétorique, lauréat des Jeux Floraux en 1853, 1854, 1855 et 1856, en a été élu mainteneur en 1857. Docteur en théologie la même année. Auteur du livre Apologie scientifique de la foi chrétienne, il fut l'initiateur de la fondation de l'Institut catholique de Toulouse dont il fut nommé recteur en 1894. Il mourut le à Toulouse. Il était propriétaire et conseiller municipal de Montpitol et ses ancêtres étaient seigneurs de Saint-Projet et co-seigneurs de la Soulade au XVIIIe siècle.

Pour approfondir

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Site officiel

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. In Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France - 1993 (T53) pages 187 à 189 – l'Archidiaconé de Villelongue au XIIe siècle par Pierre Gérard
  3. Portal, Frédéric (Pierre-Paul-Frédéric de), « Les Descendants des [[Albigeois]] et des [[huguenots]], ou Mémoires de la famille de Portal »
  4. In article "Les anciens forts des villages" de P.A. Chauliac in L'Auta : organe de la société les Toulousains de Toulouse et amis du vieux Toulouse 1960/01 (N287) pages 5 à 9.
  5. In Bulletin de la Commission des antiquités de la ville de Castres et du département du Tarn - 1879 (T2,A2) pages 184 à 189
  6. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  7. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/C1031388.html.
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  12. http://www.mairie-montpitol.fr/fr/enfance-et-jeunesse/l-ecole.html
  13. http://www.cc-coteaux-du-girou.fr/index.php/ramassage-et-tri-des-dechets
  14. http://www.mairie-montpitol.fr/fr/infos-pratiques/dechets.html
  15. M. Le Chanoine Valentin, « Éloge de Mgr Dhuilé de Saint-Projet », sur Gallica, Recueil de l'Académie des Jeux Floraux,