Monthey

Monthey
Monthey
De haut en bas et de gauche à droite : l'église de Monthey, la maison du Crochetan, le théâtre du Crochetan et vue de la ville depuis l'ouest.
Blason de Monthey
Blason
Drapeau de Monthey
Logo
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton du Valais Valais
District Monthey
Localité(s) Monthey, Choëx, Les Giettes, Les Cerniers
Communes limitrophes Collombey-Muraz, Vionnaz, Vérossaz, Massongex, Ollon, Bex, Troistorrents, Val-d’Illiez, Châtel et Abondance.
Président(e) Stéphane Coppey (depuis 2012)
NPA 1870
N° OFS 6153
Démographie
Gentilé Montheysan
Population
permanente
17 785 hab. (31 décembre 2018)
Densité 621 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 15′ 00″ nord, 6° 56′ 49″ est
Altitude 405 m
Superficie 28,63 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Monthey
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton du Valais
Voir sur la carte administrative du Canton du Valais
City locator 14.svg
Monthey
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Monthey
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Monthey
Liens
Site web www.monthey.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Monthey est une commune suisse du canton du Valais, chef-lieu du district homonyme et, avec 17 785 habitants en 2018, la plus grande localité de celui-ci. Par sa population, Monthey est la troisième ville du canton, après Sion et Martigny

Monthey est surtout connue pour son carnaval (Carnaval de Monthey), l'un des plus grands de Suisse.

Géographie

Localisation

Monthey se situe dans le canton du Valais, dans le Chablais, sur la rive gauche du Rhône. La ville de Monthey est la capitale du district de Monthey. Elle est le centre urbain du Chablais valaisan et se trouve sur un cône alluvial de la Vièze à l'entrée du val d'Illiez et du Pas de Morgins[sittou 1]. La commune comprend la ville de Monthey, les villages de Choëx et d'Outrevièze ainsi que des enclaves dans la commune de Collombey-Muraz. Elle possède également une enclave entre les communes de Troistorrents et Val-d'Illiez et la frontière française. Cette zone de 5 km2 représente le vallon de They, un ancien alpage de la bourgeoisie de Monthey[sitcom 1].

La ville de Monthey se situe entre 395 et 423 mètres d'altitude sur le versant ouest de la vallée du Rhône, au sud du lac Léman. La commune se situe à une altitude moyenne de 573 mètres et présente une différence d'altitude de 970 mètres[3].

Selon l'Office fédéral de la statistique Monthey s'étend sur 28,63 km2[2]. Sa superficie comprend 45.2% de surfaces boisées, 27.5% de surfaces agricoles utiles, 19.1% de surfaces d'habitats et d'infrastructures et 8.2% de surfaces improductives[sitcom 2].

Climat

La ville de Monthey, tout comme le reste du Chablais suisse, se situe dans une région au climat préalpin du nord des Alpes[4]. Comparé au Valais central, cette région connaît de longues journées de pluie dues aux montagnes qui entourent le Chablais. Elles bloquent les masses d'air qui se dirigent vers la vallée du Rhône et les forcent à escalader les reliefs, ce qui crée des précipitations[4]. On compte 1012 millimètres de précipitations par année à Monthey, alors que Sion totalise en moyenne 608 millimètres par an[5].

La température moyenne annuelle est de 11 °C. Le mois de janvier a la température moyenne la plus basse avec °C et le mois de juillet est le plus chaud avec une moyenne de 20 °C[3]. Il est rare que les températures descendent plus bas que −8 °C ou qu'elles dépassent 31 °C[3].

Le foehn, un vent sec typique des alpes suisses et autrichiens, est présent dans la région de Monthey. Il souffle généralement dans la direction du Rhône de mars à mai[6].

Le climat de Monthey est comparable à celui d'Aigle, à 9 kilomètres au nord. Selon Météo Suisse, Aigle dispose de 1770 heures d'ensoleillement, et il y neige en moyenne 8,5 jours par année[7].

Relevé météorologique de Monthey
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −2 −1 2 5 9 12 14 13 10 6 2 −1 6
Température moyenne (°C) 2 3 7 10 14 18 20 19 13 11 6 3 11
Température maximale moyenne (°C) 5 6 11 15 19 23 25 24 20 15 9 6 15
Nombre de jours avec précipitations 6 5 6 5 7 7 7 7 5 6 6 7 74
Source : [3]


Géologie

Mobilité

La gare AOMC de Monthey, ici en 2009.

Réseau routier

Monthey est connectée au réseau autoroutier de Suisse avec l'autoroute A9 et deux sorties qui desservent la ville : la sortie n°18 (Saint-Triphon, Pas de Morgins, Monthey-Nord) et la sortie n°19 (Bex, Lavey, Monthey-Sud). Plusieurs routes cantonales partent de Monthey : la A201, qui s'arrête à Morgins, la VS109, qui passe par Choëx, les Giettes et finit aux Cerniers, et la VS112, qui se termine à Vouvry[8]. La route principale 21, qui relie Saint-Gingolph au tunnel du tunnel du Grand-Saint-Bernard, traverse le centre-ville de Monthey.

Réseau de bus

La commune de Monthey est desservie par un réseau de bus urbain. Il est assuré par les transports publics du Chablais et permet de rejoindre Monthey depuis les communes et villages voisins[sitcom 3].

Réseau ferroviaire

La gare CFF de Monthey se situe sur la ligne ferroviaire St-Gingolph–Bouveret–Monthey–St-Maurice, aussi appelée ligne du Tonkin. Il y passe des trains de la compagnie RegionAlps[9].

Monthey dispose d'une seconde gare, plus proche du centre-ville, qui sert aux transports publics du Chablais pour la ligne Aigle-Ollon-Monthey-Champéry.

Un projet de relier Monthey à la ligne du Simplon est en discussion depuis 2013[10].

Randonnée et vélo

Monthey se situe aux pieds du côteau de Choëx, qui est accessible à pied depuis le centre-ville. Il est possible de marcher jusqu'à Troistorrents en passant par les gorges de la Vièze[sittou 2]. Les rives du Rhône sont aménagées de pistes cyclables jusqu'au bord du lac Léman[11].

Toponymie

Sommet de la colline et fondations du Châteaux-Vieux.

Monthey connaît plusieurs noms durant son histoire. Le premier connu, au XIIe siècle, est Montheil. Suivent Montez en 1215, Monteyz en 1233, Monteys en 1239, Montelz en 1267, Montetz en 1290 et Montey en 1409[12]. Son nom latin est Monteolum ou Montheolum[12].

L'origine de ce nom vient du mont sur lequel le Château-Vieux se situe. L'origine du suffixe -hey est contesté[13]. Certains étymologistes lui donnent la signification de « localité environnée de monts », d'autres « endroit montagneux, en pente »[13].

Histoire

Photo aérienne historique de Werner Friedli de 1949

Malgré des traces d'habitats celtes, c'est au XIIe siècle que Monthey devient un bourg important. D'abord châtellenie savoyarde, elle reprend ce rôle important une fois la région conquise par le Valais au XVIe siècle[réf. nécessaire].

À la suite des franchises accordées en 1352 par le comte Amédée VI, la bourgeoisie fait son apparition. Pour s'enrichir, les bourgeois s'orientent vers l'artisanat. Ainsi au milieu du XIVe siècle, six moulins, des foulons, des martinets, des tanneries, des teintureries, des soieries, qui utilisaient l'énergie créée par des moteurs hydrauliques à partir des eaux de la Vièze, contribuent à l'enrichissement de Monthey.

1821 fut une date décisive pour le développement du petit bourg qu'était resté Monthey depuis le Moyen Âge. C'est en effet en cette année que se sont ouvertes les portes de la première industrie montheysanne : la verrerie, qui a donné son nom à un quartier de la ville. De petites industries ont poussé laissant présager un grand développement industriel pour l'avenir, dont les symboles seraient la Ciba ou encore Giovanola. Il y avait à l'époque des moulins, des scieries, deux tanneries, une brasserie, une manufacture de tabacs, des fabriques de chocolat, de sucre, d'armes, de pendules, de verres de montre, cinq à six carrières de granit et des ateliers de mécanique[réf. nécessaire]. Au fil des années, ces industries se sont faites vieilles et n'ont pu s'adapter, ce qui explique la disparition de la plupart d'entre elles.

Aujourd'hui, elle est la principale cité industrielle du Valais et la région comprend plusieurs usines pharmaceutiques et chimiques. Parmi les entreprises les plus connues possédant un site à Monthey, on peut citer BASF, Huntsman et Ciba-Geigy, dont les sites de Bâle et de Monthey ont été conservés, sous le nom de Cimo dans la seconde ville, malgré la fusion entre Ciba et Sandoz de 1996 qui a donné naissance à Novartis, puis Syngenta (à la suite de la fusion entre les divisions agrochimiques de Novartis (Suisse) et AstraZeneca (Suède)), qui a été rachetée par ChemChina en . Enfin le géant allemand de la chimie BASF possède deux entités juridiques sur le site de Monthey : BASF Schweiz AG, qui produit essentiellement des azurants optiques, et BASF Colors & Effects Switzerland SA qui produit plusieurs gamme de pigments à haute valeur ajoutée. En 2009, BASF rachète Novartis.

Population et société

Démographie

Selon l'Office fédéral de la statistique (OFS), Monthey compte 17 785 habitants à la fin de l'année 2018[1], ce qui en fait la troisième ville valaisanne en terme d'habitants. La commune est censée dépasser la barre des 19 000 habitants avant 2025[14]. Sa densité de population atteint 621 hab./km2.

En 2018, la proportion d'étrangers s'élève à 32,7%, dont 7,5% viennent de pays hors de l'Union Européenne[15]. 9% de la population ne parle pas une langue nationale suisse comme langage principal.

Un peu plus d'un cinquième de la population est âgée entre 0 et 19 ans. 61,5% ont entre 20 et 64 ans, tandis que 18,2% ont plus de 65 ans[15]. Le taux brut de mariages est de 4,5% et celui des divorces de 2,7%. Le taux de naissances est de 10,6% tandis que le taux de décès est de 8,3%[15]. En 2015, la population est composée à 50,8% de femmes[16]. Entre 2010 et 2018, la population a augmenté de 8,4%, dont 6,4% par l’immigration[15].

En 2018, toujours selon l'OFS, 65,1% de la population est née en Suisse. 7 677 habitants n'ont jamais été mariés, 7 282 le sont, 1 846 sont divorcés et 976 sont veufs[17].

Sur 9 025 bâtiments habités, on trouve 1 526 maisons individuelles, 6 142 bâtiments à plusieurs logements, 1 248 bâtiments avec usage annexe et 109 bâtiments partiellement utilisés pour de l'habitation[18]. 1 677 de ces bâtiments ont été construits entre 2006 et 2018, et 606 logements datent d'avant 1919[18].

Au milieu du XIVe siècle, le bourg de Monthey ne comptait que 500 à 600 habitants. C'est véritablement durant la période industrielle, qui commence dans la première moitié du XIXe siècle, que les chiffres de la population grandissent. Ainsi de 2 700 habitants à la fin du XIXe siècle, la ville abrite 14 000 citoyens à la fin du siècle suivant. Comme preuve de cette mini-explosion démographique on peut citer la taille restreinte de la partie historique de la ville, de son centre-ville.

[1],[sitcom 2]

Éducation

La commune de Monthey possède des écoles pour tous les niveaux de la scolarité obligatoire. L'éducation primaire est répartie sur 4 sites différents pour la ville de Monthey : le collège de l'Europe, les Genêts, Mabillons et le Vieux Collège[sitcom 4]. L'école de Choëx propose les cinq premières années pour les habitants du village et des Giettes. Depuis 1995, un enseignement bilingue optionnel propose au moins 30% des cours en allemand depuis le niveau 2H jusqu'au 8H[19]. Les cours de cycle d'orientation se déroulent sur le site du Reposieux pour l'ensemble de la commune de Monthey[20].

L'École de Commerce et de Culture Générale de Monthey, ou ECCG, est une école de niveau secondaire II pour les habitants du district de Monthey. Depuis 2017, elle propose trois filières différentes : commerce, culture générale et soins et santé communautaire[21]. Chaque filière propose un cursus à deux diplômes composés d'un certificat fédéral de capacité et d'une maturité professionnelle[21].

Monthey possède une école de musique. Son but est de former de jeunes musiciens locaux pour qu'ils intègrent les sociétés de musiques locales[22]. L'enseignement est donné en privé et l'apprentissage du langage musical est donné par le Conservatoire Cantonal de Sion[22].

L'école suisse de Vitrail et Création, fondée en 1984, est la seule école de vitrail et verre plat de Suisse[23]. Elle dispense des cours techniques et artistiques pour l'obtention du diplôme de verrier-créateur. Il est aussi possible d'y suivre des cours amateurs ou de perfectionnement[23].

Le site chimique de Monthey héberge l'école professionnelle intercantonale de la chimie qui forme les apprentis laborantins, technologues et polyméchaniciens des cantons romands[24].

Carnaval

Personnes déguisées en triboulet sur un char lors du Carnaval de Monthey.

Le Carnaval de Monthey a lieu chaque année, dès le jeudi avant Mardi gras, depuis 1872. Il fait partie des carnavals les plus connus en Suisse romande[25]. Il se déroule principalement sur la place centrale de Monthey. Le symbole du carnaval est le triboulet, nommé après Triboulet, le fou de François 1er[26].

Le dimanche, un cortège de chars et guggenmusik traverse le centre-ville. Celui-ci attire plus de 40'000 spectateurs par année[27].

Sport

Infrastructures

Monthey dispose de deux piscines, une couverte et une découverte, un centre de tennis au cœur de la ville, un manège proche du Rhône ainsi qu'un parcours de santé en forêt de 1,8 kilomètres de long[sittou 3]. La ville est également équipée d'un stade de football de 1800 places assises, portant le nom de Philippe Pottier, et d'une salle de grimpe, ouverte en 2019[28].

Le centre sportif du Verney, situé au nord-est du centre-ville, abrite une patinoire, deux courts de tennis en intérieur, une piste d'athlétisme, un skatepark, un terrain en pelouse et un terrain en gazon synthétique[sittou 3]. Un projet d'aménagement initié en 2017 prévoit de réunir toutes les installations sportives de la ville dans la zone du Verney[29].

Clubs

Monthey offre un choix varié de clubs sportifs :

Festival olympique de la jeunesse

En 2005, la ville a accueilli le Festival olympique de la jeunesse européenne.

Personnalités

Héraldique

Blason de Monthey Blason D'or au chêne de sinople futé au naturel mouvant d'un mont à trois coupeaux du second[30].
Détails
Les armoiries de la commune sont approuvées par le canton du Valais[31].

Culture et patrimoine

Monuments

Statue du Gros-Bellet devant le château de Monthey.

Théâtre et cinéma

Trois théâtres se trouvent à Monthey : le théâtre du Crochetan, avec 650 places assises[32], le p'tit Théâtre de la Vièze, ainsi que le théâtre du Raccot dans l'espace culturel de Malévoz[33],[sittou 4].

La ville possède un cinéma, le Plaza[sittou 5].

Fondé en 1997, le Pont Rouge, un ancien abattoir, fait office de salle de concert[sittou 5]. Tous les mois, la ville organise également des concerts gratuits au château de Monthey[sittou 6].

Le Kremlin, ouvert en 2015, est une salle de spectacles qui occupe la place du cinéma Monthéolo, fermé en 2011[34]. On y retrouve des concerts, des soirées à thème et des séances de cinéma[34]. Le festival du film vert y diffuse des films tous les ans[34].

Espaces d'exposition

Le château de Monthey abrite le musée du Vieux-Monthey, musée dédié à l'histoire de la ville et de ses habitants ouvert en 2002[sitcom 5]. Le théâtre du Crochetan dispose d'un espace alloué à l'exposition d’œuvres d'art. Trois autres espaces d'exposition se trouvent à Monthey : la Grange à Vanay, dédié aux artistes locaux, la Fabrique h2, pour les œuvres contemporaines, et la Galerie du Laurier qui se situe sur le site culturel de Malévoz[sittou 7].

Musique

Plusieurs organes indépendants de musique sont basés à Monthey, dont deux fanfares, l'Harmonie de Monthey et la Lyre, ainsi qu'un groupe de guggenmusik nommé Kamikaze[35].

Pimponicaille est l'hymne du carnaval de Monthey. C'est une musique « répétitive et facile à jouer dans le froid » selon les habitants de la ville[35]. Ses origines sont inconnues.

Monthey dans la littérature

Dans une nouvelle publiée en 1854, Maître Zacharius ou l'horloger qui avait perdu son âme, Jules Verne mentionne la commune de Monthey ainsi que son château dans l'itinéraire que suivent les héros de l'histoire[36].

Monthey est aussi la ville de naissance de l'écrivain Jean-Jacques Gay.

Jumelages

La Platz der Stadt Monthey à Tübingen, ici dans les années 1890.

Monthey est jumelée avec Diekirch (Luxembourg) et Ivrée (Italie) depuis 1954[37]. La ville est également liée à Tübingen, en Allemagne, avec laquelle des échanges scolaires sont régulièrement organisés depuis 1959[sitcom 6]. L'ancienne place du marché de Monthey porte le nom de Tübingen, et la ville allemande a baptisé une de ses places Platz der Stadt Monthey[38].

En 2007, dans un effort de lier l'Europe de l'est à l'ouest, Monthey signe un jumelage avec la ville hongroise de Göd[sitcom 7]. L'union est célébrée dans la ville suisse le à l'occasion du premier marché de l'année, puis en Hongrie le à l'occasion de la Szent István ünnepe[sitcom 8]. C'est dans ce cadre qu'un chemin au bord du Danube est baptisé promenade de Monthey[sitcom 8].

Monthey a signé un pacte d'amitié avec la ville chinoise de Dujiangyan en 2017. Les deux villes sont régulièrement en contact sur divers sujets tels que la culture et le tourisme[39].

Économie

Emploi

En 2017, sur les 11 212 travailleurs actifs de la commune, 0,43% travaillent dans le secteur primaire, 28,7% dans le secteur secondaire et 70,8% dans le secteur tertiaire[40]. 81,2% des actifs travaillent à temps plein[40]. Le secteur secondaire perd du terrain sur le tertiaire, qui ne représentait que 63,6% en 2011, tandis que le secteur primaire est stable[41].

En février 2020, le taux de chômage de la région Monthey/Saint-Maurice[note 1] est de 3,2%, égal au taux du Valais[42].

Entreprises et commerces

Vue aérienne du site chimique de Monthey en 1967, alors connu sous le nom de Ciba-Geigy.

Monthey abrite un important site chimique depuis la fin du XIXe siècle. La Société des Usines de Produits chimiques de Monthey voit le jour dans les locaux d'une ancienne sucrerie. La ville de Monthey est choisie car elle est équipée d'une usine électrique et elle se situe proche de mines de sel et d'un cours d'eau[43]. Aujourd'hui le site est occupé par trois producteurs chimiques : BASF, Syngenta et Huntsman. Au total, 3000 personnes y sont employées[44]. L'entreprise Cimo, avec plus de 400 employés, s'occupe de la maintenance et de la sécurité du site depuis 1997.

L'entreprise Giovanola Frères est fondée à Monthey, en 1888[45]. Aujourd'hui disparue, elle a réalise divers travaux métallurgique comme des remontées mécaniques et des montagnes russes en Suisse et à l'étranger. Elle construit entre autres le Mésoscaphe Auguste Piccard, un sous-marin, pour l'exposition nationale suisse de 1964[46]. Après la faillite en 2004, le site de l'entreprise est racheté par la commune de Monthey, qui fonde l'entreprise Gessimo pour s'en occuper. Plus de 350 personnes y travaillent, et le site a un total de 950 utilisateurs réguliers[46].

En 2017, sur 1 254 entreprises actives, seul 1,12% travaillent dans le secteur primaire pour 13,4% dans le secteur secondaire et 85,4% dans le secteur tertiaire[40].

Photos

Articles connexes

Notes et références

Notes

  1. Les statistiques du marché du travail du canton du Valais sont donnés selon les offices régional de placement, il n'est donc pas possible de savoir les statistiques pour la commune de Monthey seule.

Site de la commune

  1. Bourgeoisie (consulté le 29 mars 2020)
  2. a et b Monthey en chiffres (consulté le 24 mars 2020)
  3. Mobichablais (consulté le 1er avril 2020)
  4. Écoles - scolarité obligatoire (consulté le 30 mars 2020)
  5. Le musée du Vieux-Monthey (consulté le 30 mars 2020)
  6. Échanges Linguistiques (consulté le 24 mars 2020)
  7. Göd (consulté le 24 mars 2020)
  8. a et b Le jumelage 2007 avec God (consulté le 24 mars 2020)

Site de l'office du tourisme

  1. Pratique (consulté le 24 mars 2020)
  2. Gorges de la Vièze (consulté le 1er avril 2020)
  3. a et b Infrastructures sportives (consulté le 25 mars 2020)
  4. Monthey, ville de culture (consulté le 25 mars 2020)
  5. a et b Musique et cinéma (consulté le 25 mars 2020)
  6. Concerts au château (consulté le 24 mars 2020)
  7. Espaces d'exposition (consulté le 30 mars 2020)

Autres sources

  1. a b et c « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance, en 2018 », sur Office fédéral de la Statistique.
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. a b c et d Météo habituelle à Monthey, Suisse, www.weatherspark.com, consulté le 28 mars 2020
  4. a et b Chablais et Préalpes, entonnoirs de la Suisse ?, Météo Suisse, Christophe Salamin, le 23 novembre 2017, consulté le 28 mars 2020
  5. Étude du climat en Valais, www.vs.ch, Karine Pythoud, février 2007, consulté le 28 mars 2020
  6. Le Foehn, Météo Suisse, le 11 janvier 2018, consulté le 28 mars 2020
  7. Normes climatologiques Aigle, Météo Suisse, consulté le 28 mars 2020
  8. Liste des routes cantonales du Valais (VS), route Fandom, consulté le 1er avril 2020
  9. RegionAlps, Site de RegionAlps, consulté le 1er avril 2020
  10. Relier Monthey à Lausanne par le rail, Le Nouvelliste, Bertrand Girard, le 28 janvier 2020, consulté le 1er avril 2020
  11. Balade à vélo de Monthey au Léman, www.loisirs.ch, consulté le 1er avril 2020
  12. a et b Glossaire des noms des lieux de Suisse romande, consulté le 29 mars 2020
  13. a et b L'origine du nom "Monthey", www.ortsnamen.ch, consulté le 29 mars 2020
  14. La population montheysanne va exploser, Le Nouvelliste, Fabrice Zwahlen, le 11 septembre 2017, consulté le 30 mars 2020
  15. a b c et d Portait régional 2020 : Monthey, Office Fédéral de la statistique, consulté le 30 mars 2020
  16. Recensement de la population depuis 1850, Office Fédéral de la statistique, consulté le 30 mars 2020
  17. Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et la classe d'âge, Office Fédéral de la statistique, consulté le 30 mars 2020
  18. a et b Logements, Office Fédéral de la Statistique, consulté le 30 mars 2020
  19. Filière Bilingue, Site des écoles primaires de Monthey, consulté le 30 mars 2020
  20. Organisation de l'école, Collège Reposieux, consulté le 30 mars 2020
  21. a et b ECCG Monthey, École de Commerce et de Culture Générale, consulté le 30 mars 2020
  22. a et b Notre école, École communale de musique de Monthey, consulté le 30 mars 2020
  23. a et b L'école, École de Vitrail & Création, consulté le 30 mars 2020
  24. Création de l’Ecole professionnelle intercantonale de la chimie à Monthey, État du Valais, le 12 janvier 2017, consulté le 30 mars 2020
  25. Les meilleurs carnavals et brandons de Suisse romande, Temps Libre, le 3 mars 2020, consulté le 24 mars 2020
  26. Monthey : Le triboulet a pris ses quartiers sur la place centrale, Le Nouvelliste, le 25 février 2019, consulté le 24 mars 2020
  27. Valais : Les cortèges sous le soleil et sous une pluie de confettis, Le Nouvelliste, le 23 février 2020, consulté le 24 mars 2020
  28. Le Sport qui grimpe, La Tribune de Genève, le 6 septembre 2019, consulté le 26 mars 2020
  29. La zone sportive du Verney dans les starting blocks à Monthey, Le Nouvelliste, le 4 avril 2017, consulté le 26 mars 2020
  30. « Les armoiries du Valais et ses treize districts » (consulté le 24 mars 2020)
  31. Loi sur les communes, vs.ch, consulté le 27 mars 2020
  32. Fiche technique, www.crochetan.ch, consulté le 25 mars 2020
  33. Malévoz, quartier de culture, Le Nouvelliste, mai 2014, consulté le 25 mars 2020
  34. a b et c Le Kremlin annexe l'ancien cinéma Monthéolo, 24 heures, le 22 février 2015, consulté le 25 mars 2020
  35. a et b Dans l’ADN des gens d’ici, Le Nouvelliste, le 9 février 2016, consulté le 30 mars 2020
  36. Chapitre V : "L'heure de la mort", Jules Verne, 1854, consulté le 30 mars 2020
  37. Vers un jumelage chinois pour Monthey ?, Le Nouvelliste, le 15 mai 2017, consulté le 24 mars 2020
  38. (de) Uhlandplatz, www.tuepedia.de, consulté le 24 mars 2020
  39. Monthey signe un pacte d'amitié avec la ville chinoise de Dujiangyan, Rhône FM, le 18 décembre 2017, consulté le 24 mars 2020
  40. a b et c Etablissements et emplois, Office fédéral de la statistique, consulté le 1er avril 2020
  41. Emplois selon Année, Office fédéral de la statistique, consulté le 1er avril 2020
  42. Bulletin statistique - La situation sur le marché du travail en Valais, État du Valais, février 2020, consulté le 1er avril 2020
  43. Histoire du site à Monthey, Syngenta, consulté le 1er avril 2020
  44. Cimo, le site chimique de Monthey (VS): un exemple d’écosystème industriel, Sofies, consulté le 1er avril 2020
  45. Monthey (commune), Dictionnaire Historique de la Suisse, consulté le 1er avril 2020
  46. a et b L'histoire de Giovanola, www.gessimo.ch, consulté le 1er avril 2020

Liens externes