Momčilo Krajišnik

Momčilo Krajišnik
Momčilo Krajišnik
Momcilo Krajisnik crop.jpeg
Momčilo Krajišnik en 1996.
Fonction
Présidents de l'assemblée nationale de la république serbe de Bosnie (en)
-
-
Dragan Kalinić ()
Biographie
Naissance
Décès
(à 75 ans)
University Clinical Centre of the Republic of Srpska ()
Nom dans la langue maternelle
Момчило Крајишник
Nationalité
Yougoslave (-)
Domicile
Formation
Activité
Autres informations
Religion
Parti politique
Membre de
Condamné pour
Condamnation
Emprisonnement (en) ()

Momčilo Krajišnik (né le à Sarajevo (État indépendant de Croatie) et mort le à Banja Luka (République serbe de Bosnie, Bosnie-Herzégovine)[1]) est un dirigeant politique serbe de Bosnie-Herzégovine qui, avec Radovan Karadžić, a cofondé le Parti démocratique serbe, parti nationaliste serbe de Bosnie (SDS).

Entre 1990 et 1992, il a été président de l'Assemblée populaire de la République serbe de Bosnie. Entre juin et , il a également été membre de la présidence élargie de la République serbe de Bosnie.

Biographie

Après la guerre de Bosnie, Momčilo Krajišnik a été élu membre serbe de la présidence tripartite de Bosnie-Herzégovine en et a occupé ce poste d' à .

En 2006, Momčilo Krajišnik a été reconnu coupable de crimes contre l'humanité pendant la guerre de Bosnie (1992-1995) par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) et a été condamné à 20 ans de prison[2]. Il a par la suite obtenu une libération anticipée le et il est retourné en République Serbe.

Momčilo Krajišnik a notamment été reconnu coupable des crimes suivants :

  • Persécutions pour des raisons politiques, raciales et religieuses ; expulsion ; actes inhumains (transfert forcé), crimes contre l’humanité.
  • Il a été reconnu coupable d’expulsions à Zvornik, Banja Luka et Prnjavor, et de transfert forcé à Bijeljina (Massacre de Bijeljina), Bratunac, Zvornik, Bosanska Krupa, Sanski Most, Trnovo et Sokolac. Ces crimes comprenaient le déplacement forcé de plusieurs milliers de civils musulmans et croates, dont des femmes, des enfants et des personnes âgées, durant la période comprise entre avril et .
  • Dans le jugement contre Radovan Karadžić[3], le TPIY a conclu que Krajišnik entre et il existait un projet commun visant à chasser à jamais, par la commission de crimes, les Musulmans de Bosnie et les Croates de Bosnie du territoire revendiqué par les Serbes de Bosnie. Les accusés, Radovan Karadžić, Momčilo Krajišnik, Nikola Koljević, Biljana Plavšić, Ratko Mladić, Mićo Stanišić, Momčilo Mandić, Željko Ražnatović (Arkan) et Vojislav Šešelj, constituaient une pluralité de personnes qui agissaient dans le cadre de ce projet commun et partagaient l’intention de commettre ces crimes.  

Le TPIY est également convaincu que ce projet impliquait le meurtre, la terrorisation et les attaques illégales contre des civils.

Notes et références

Liens externes