Molinot

Molinot
Molinot
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Beaune
Canton Arnay-le-Duc
Intercommunalité Beaune Côte et Sud
Maire
Mandat
Christian Poulleau
2014-2020
Code postal 21340
Code commune 21420
Démographie
Gentilé Molinotois
Population
municipale
152 hab. (2016 en augmentation de 0,66 % par rapport à 2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 00′ 54″ nord, 4° 35′ 21″ est
Altitude Min. 339 m
Max. 495 m
Superficie 12,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Molinot

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Molinot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Molinot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Molinot

Molinot est une commune française située dans le canton d'Arnay-le-Duc du département de la Côte-d'Or, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie

Communes limitrophes

Toponymie

De la langue d'oïl molinet, « petit moulin »[1].

Histoire

Le village est situé sur le grand chemin de Beaune à Autun à la croisée de celui d'Arnay-le-Duc à Nolay. Un hôtelier y prospère (Toussaint de La Grange en 1544). Au XVIe siècle, Molinot est la propriété de la famille d'Aumont par ailleurs détentrice des seigneuries de Nolay et de Couches. Les actes notariés montrent que la majorité de l'habitat est couvert de toits de chaume, et que les maisons installées sur rue, ont leur jardin sur l'arrière. Un notaire (de la Chère puis Navetier) y réside aux XVIIe et XVIIIe siècle, avec un chirurgien (Grillot, Navetier).

Les religieuses de Saint-Andoche d'Autun avaient un patrimoine foncier sur le finage.

L'église paroissiale dispose de deux chapelles. L'une d'entre elles sert à inhumer la famille de La Grange.

Politique et administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Christian Poulleau    
mars 2001 mars 2008 Michel Revenu    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2016, la commune comptait 152 habitants[Note 1], en augmentation de 0,66 % par rapport à 2011 (Côte-d'Or : +1,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
441519509511613588644672723
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
726700682605620558547574507
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
472470476421437433390300280
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
256242245186153157152151150
2013 2016 - - - - - - -
148152-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

Tour colombère de Molinot

         

Un château a été édifié en 1346. Il reste en 2018 un grand bâtiment privé et une tour-colombier, récemment restaurée, partiellement visitable, gratuitement, au bord d'un étang.

Personnalités liées à la commune

  • Jehan Ladvisié. Domicilié à Molinot, le duc de Bourgogne le nomme en 1407 châtelain de Saint-Romain. Avec sa femme Jeannette, il fonde la chapelle Saint-Antoine en l'église paroissiale de Molinot en 1411. Cette chapelle sera ensuite sous le patronage de Pierre de Pierre-Villers héritier de feu Claude de Pierre-Villers, de Molinot, François de La Grange en 1559 (père du suivant), et Claude Monderoy (de Molinot). En 1647, le parlement de Dijon condamne Claude de La Cheze et Guy Grillot, tous deux gendres de Jehan de La Grange lieutenant général du bailliage d'Autun, à faire administrer la chapellenie, non par leurs fils respectifs, mais par un prêtre ordonné logeant au village, ce qui met fin au système d'une chapellenie finançant les études des enfants de ses patrons.
  • Jehan de La Grange. Fils de François et d'Anne de Digoine. Docteur en droit. Procureur du Roi au siège secondaire du bailliage d'Autun sis à Montcenis (Saône-et-Loire) en 1587, il y possède une maison dans l'enceinte du château mais continue d'être domicilié à Molinot. Il se rend à deux reprises à Molinot (1590 et 1591) pour donner à son frère, homme d'armes de la compagnie de Monsieur de Tavannes, des informations sur les mouvements de troupes de la Ligue qui tiennent la cité d'Autun. A deux reprises, il est incarcéré par les Ligueurs et lourdement rançonné. Quand Autun est prise par l'armée d'Henri de Navarre, les vainqueurs contraignent le lieutenant général du bailliage de la ville à vendre sa charge à Jean de La Grange en 1594. Celui-ci, déjà mal en point financièrement, ne parviendra jamais à rétablir sa fortune et devra à son tour céder sa charge sous la pression de ses créanciers dijonnais en 1605. Il devient alors avocat et décède à Molinot en 1607 auprès de son frère Maximilien. Sa première épouse était la veuve de Claude Fabry, natif d'Argonne, diplômé de médecine de l'Université de Dole, installé à Dijon, astrologue plagiaire de Nostradamus. Sa seconde épouse, Jeanne Popin, ne parvient pas à enrayer la faillite qui touchera ses filles (Catherine et Jeanne) et ses gendres[6].
  • Gilles Navetier. Né à Molinot en 1666, décédé en 1729. Issu d'une lignée de marchands de Beaune. Petit-fils de Jeanne de La Grange. Devient chirurgien et va s'établir par mariage en 1692 à Arthonnay dans le Tonnerrois. Actif, il est admoniateur du château de Meaulne où l'administration "rugueuse" de ses agents ne passe pas inaperçue. Pour autant, il n'enraye pas la déchéance du château où il fait sa résidence en qualité de fermier de la seigneurie.

Voir aussi

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1352
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. Etienne Meunier et Léon Berthelle. La famille de La Grange, de Molinot. Nos Ancêtres et Nous, n° 158, 2018, pp. 34.63.


Liens externes

  • Molinot sur le site de l'Institut géographique national