Moineau (militaire)

Le moineau est un type de casemate apparu dans l'architecture militaire au XVe siècle, implantée dans le fossé d'un château fort et destinée à le battre avec des armes légères.

Le mot renvoie probablement à l'isolement des soldats qui l'occupaient (à l'instar de l'isolement des moines dont l'habit est de la couleur des plumes du moineau…)[1].

Description

Casemates adossées à l'escarpe, établies au pied des courtines ou sous les arches des ponts dormants, les moineaux étaient destinés à permettre aux défenseurs de battre le fond des fossés par des tirs rasants. Les embrasures de tir qui y étaient aménagées pouvaient être des canonnières ou des arbalétrières.

À partir du XVIe siècle, l'amélioration de l'armement et les progrès de l'architecture militaire mènent à la fortification bastionnée. Le moineau disparaît alors au profit de la caponnière pour la fortification bastionnée, un chemin protégé battant les fossés. Puis, son principe réapparaît au milieu du XIXe siècle : c'est la caponnière de la fortification polygonale, une casemate modernisé pour tenir compte des progrès de l'artillerie.

Exemples de moineau

Les exemples de moineaux médiévaux subsistant en France sont rares[2] :

Notes et références

  1. a et b Dépliant et documentation in situ du château de Bonaguil, août 2018.
  2. « Le glossaire », sur Fortification et Mémoire (consulté le 19 août 2018)

Articles connexes

Liens externes