Mistral (vent)

Rose des vents sur la Méditerranée[1]

Le mistral (en provençal mistrau, en languedocien mistral ou magistral[2], en catalan mestral, en corse maestrale) est un vent catabatique et un vent de couloir, de secteur nord-ouest à nord, très froid en hiver et souvent violent, qui concerne le nord du bassin de la Méditerranée occidentale. Il peut souffler à plus de 100 km/h en plaine, notamment dans la basse vallée du Rhône.

Généralement sec et accompagné d'un temps très ensoleillé, son caractère dominant lui confère un rôle important dans l'originalité du climat provençal.

Étymologie et historique

Le mistral dans les arts populaires

Le substantif masculin[3],[4],[5],[6] « mistral », prononcé [mistʀal] en français standard[4],[5], est un emprunt[3],[4] à l'ancien provençal maestral[3],[4],[6], issu du bas latin magistralis, lui-même dérivé du latin classique magister (« maître »)[4].

Les auteurs antiques avaient nommé Circius un vent violent de Narbonnaise.

Selon l'auteur latin Sénèque, repris par plusieurs auteurs, l'empereur Auguste aurait érigé un temple à ce vent particulier[7].

Dans la tradition provençale, le mistral est l'un des « trois fléaux de la Provence », les deux autres fléaux étant la Durance et le Parlement de Provence[8]. Le proverbe historique est le suivant[9] :

« Lou Parlamen, lou Mistrau e la Durènço soun li tres flèu de la Prouvènço (Le parlement, le mistral et la Durance sont les trois fléaux de la Provence). »

Définition et extension du mistral

Le mistral commun correspond à une incursion d'air polaire maritime provenant de l'océan Atlantique. Il naît en aval du Mont Pilat (au sud de Condrieu), en aval du Massif du Devès et en aval de la Grande Chartreuse. À l'ouest du Rhône, il a une direction nord-nord-est, il balaie les Cévennes, les Grands Causses, le Bas Languedoc et peut s'étirer jusqu'aux îles Baléares. Dans la vallée du Rhône, il est de secteur nord. À l'est du Rhône, il est de secteur nord-ouest ; il balaie le Dévoluy, les Baronnies, le Comtat Venaissin, le Comté de Provence et s'étiole vers le sud-est entre le Comté de Nice et le cap Corse[10]. Ainsi, ce vent souffle généralement du nord-ouest au nord, mais dans certaines vallées préalpines et sur la Côte d'Azur, le relief le canalise à l'ouest. Quelquefois, il souffle du nord-nord-est sur l'est du Languedoc et jusqu'au cap Béar. Il n'est pas rare qu'un épisode de mistral ne concerne qu'une partie du domaine pré-cité. Il existe aussi un Mistral de Lyon qui concerne la vallée de l'Azergues, la ville de Lyon et la région de Bourgoin-Jallieu[11].

Une définition informelle du mistral concernant toutes ces régions se définit par trois caractères : sa direction Nord-Ouest, sa vitesse d'au moins 5 m/s, et sa persistance d'au moins six heures consécutives, pour le distinguer d'une brise locale ou d'un grain[12]. Le mistral est défini de manière plus rigoureuse par Météo France comme un vent produisant des rafales de plus de 32 nœuds et de secteur plutôt nord (voir infra pour les détails). Le record de vitesse du mistral est de... 320 km/h au Mont Ventoux le 19 novembre 1967[13]. Le mistral est un vent de surface dont l'épaisseur ne dépasse guère 3 000 m[13].

On notera que tous les nuages sombres ne sont pas toujours dégagés par le mistral. En Provence et en Camargue on parle alors du « mistral noir », qui serait plus fréquent en Corse[14].

Ce vent sec qui semble glacial, propulse les masses d'air frais descendues du Massif central et du nord de la France dans la vallée du Rhône. Il est dévastateur pour les cultures et attise les incendies[15].

Circonstances des épisodes de mistral

Origine du mistral

Le mistral naît de la différence de pression entre une dorsale anticyclonique sur le proche Atlantique ou l'Europe du Nord et un minimum dépressionnaire sur la Méditerranée (golfe de Gênes).

Le flux de nord-est à nord-ouest engendré par cette configuration est canalisé et accéléré dans la vallée du Rhône (vent de couloir) jusqu'à une altitude d'environ 3 000 m (contournement de la chaîne alpine).

L'extension du phénomène dépend des circonstances dans lesquelles s'installe un régime de mistral.

Le mistral peut souffler toute l'année. Cependant, le mistral tend à souffler plus fréquemment durant l'hiver et le début du printemps météorologique avec un léger minimum en été[16].

Différentes configurations de mistral

Mistral soufflant en tempête au large de Marseille
Mistral de 27 nœuds avec des rafales à 43 nœuds frappant la plage du Prado à Marseille le 7 mars 2009 à 17:45[17]

Cette situation est à l'origine des épisodes de mistral et de tramontane les plus fréquents. Un front froid associé à une dépression sur l'Europe du Nord se déplace vers l'est. Le flux s'oriente au nord-ouest après le passage du front, apportant de l'air océanique frais. Il est associé à un ciel de traîne[18] sur le versant atlantique du Massif central : il provoque des averses sur les hauts plateaux du Massif central.

Par effet de foehn, l'air s'assèche brutalement dans les basses vallées de l'Ardèche et du Gard. Ceci dissipe tous les nuages très rapidement. Comme la visibilité est en général excellente après le passage d'un front froid (même en présence de giboulées), l'air devient absolument limpide dans la basse vallée du Rhône avec un ciel de couleur bleu lavande[9]. On dit abusivement que le mistral « chasse les nuages ». En fait l'air en aval est subsident : il affaisse la traîne[19].

En hiver, l'air est souvent très froid sur le plateau ardéchois à cause de la présence de neige. Cet air froid s'écoule vers le sud-est ce qui fait de ce mistral un vent catabatique[20]. L'accélération du vent est provoquée par un effet Venturi lié à la formation d'une dépression dans le golfe de Gênes, sous le vent des Alpes. L'épisode de mistral concerne alors toute la vallée du Rhône, la Provence jusque dans l'arrière-pays et la Côte d'Azur, où il vient de l'ouest.

Dans le Languedoc, c'est la tramontane qui souffle fort. Mistral et tramontane, ici associés, soufflent sur le golfe du Lion et le nord-ouest de la Méditerranée occidentale, et peut être ressenti à l'est des Baléares, en Sardaigne et quelquefois jusqu'à la côte africaine.

Mistral fort le 13 novembre 2008 à midi (vent au sud de la France).

Lorsque le flux est orienté au nord-nord-ouest, voire nord, avec un anticyclone très étendu en latitude sur l'Atlantique et un flux perturbé sur la France, l'air est plus froid, aussi bien en altitude qu'au sol. Le mistral engendré par cette circulation méridienne est plus violent et le temps moins clément, avec des chutes de neige à basse altitude : c'est le « mistral noir ». Le mistral est alors moins ressenti à l'est de la Provence où souvent se produit un retour d'est. Ce type de temps est souvent causé par une advection d'air arctique comme discuté infra.

Lorsque le flux est plutôt d'ouest (régime zonal), la masse d'air n'est pas forcément froide et le mistral n'est ressenti que sur la plaine du delta du Rhône et sur la côte d'Azur. Il ne fait beau que près des côtes méditerranéennes et il peut pleuvoir dans l'arrière-pays. La Côte d'Azur a un ciel dégagé et un temps plus chaud grâce à un effet de foehn[19]. Yohia[21] refuse d'appeler un tel vent du mistral car sa définition correspond uniquement à l'advection d'air arctique comme discuté infra.

De loin les plus courants, ces épisodes de mistral sont assez brefs : généralement pas plus d'un à trois jours.

Advection d'air arctique

Capitelle à trois corps permettant d'abriter le troupeau lorsque soufflait le mistral

Ce phénomène se produit lorsqu'une masse d'air très froide advecte au nord et à l'ouest des Alpes. Dans la masse d'air arctique, la tropopause est fortement abaissée[22]. Il se produit alors un blocage d'air froid en amont de la chaîne de montagnes et il se produit une dépression dynamique sur le golfe de Gênes. D'après le théorème de conservation du tourbillon potentiel, au-dessus de la mer tiède dans le golfe de Gênes, la dépression se creuse profondément car le tourbillon ζ devient fortement positif. En conséquence, l'air froid stratosphérique est advecté à basse altitude ce qui provoque des vents glacials de secteur nord dans la vallée du Rhône. L'advection d'air très froid dans la vallée du Rhône qui provoque des chutes de neige à basse altitude et non un ciel dégagé comme l'on pourrait s'attendre est appelée « Mistral noir[19] ». Ce phénomène est lié à un phénomène similaire à un front froid de retour (qui est en fait un front chaud de retour). Il correspond à un retour vers l'ouest d'une zone barocline (ou front). Comme de l'air plus chaud est présent en altitude avec des vents en altitude de secteur sud-est, alors les précipitations neigeuses se produisent[23]. Ce phénomène se produisit le jour de l'Épiphanie 1709 lors du gel en une nuit du bas Rhône avec un vent épouvantable et l'arrivée de faibles chutes de neige[24]. Ce fut l'arrivée brutale du Grand hiver de 1709. Un phénomène similaire se produisit le jour de la Chandeleur 1956 qui marqua le début de la vague de froid de février 1956.

Mistral d'été

Ce type de mistral, contrairement aux précédents, n'est pas engendré par une configuration synoptique particulière. Il se produit au printemps et en début d'été et concerne la vallée du Rhône et la côte provençale. Il est souvent appelé « mistralet[25] ». Il est engendré par la formation d'une dépression thermique sur l'arrière-pays provençal (Var, Alpes-de-Haute-Provence) surchauffé en journée alors que la mer est encore relativement fraîche. L'appel d'air créé engendre un flux de nord sur l'ouest de la Provence et ce mistral est souvent annulé près du littoral par des brises maritimes[19]. Il ne souffle que la journée, car sa formation est liée à l'évolution diurne. Ce type de mistral est redouté en Provence car il renforce l'effet de la sécheresse estivale, attise et propage les incendies de forêt[15].

Mistral et retour d'est

Ciel pendant l'épisode cévenol du

Le mistral n'est pas toujours synonyme de ciel clair. En particulier, lorsqu'une dépression méditerranéenne s'approche de la côte par le sud-est, le vent peut tourner et le temps se dégrader rapidement, on parle alors du mistral noir. La position de la dépression engendre un flux de secteur nord-ouest à nord-est, canalisé en vent de nord dans la vallée du Rhône. Si cette dépression repart vers le sud-est, le mistral reprend le dessus ; mais si la dépression continue de s'approcher des terres, le mauvais temps peut s'installer pour plusieurs jours sur tout le bassin méditerranéen, voire se transformer en épisode cévenol, avec son cortège d'intempéries.

Présence de mistral à Nice ?

Il est souvent dit que les massifs des Maures et de l'Estérel arrêtent le mistral bien que mistral souffle avec violence le long des côtes de ces massifs. On remarquera ces 2 massifs, qui sont de faible altitude, sont situés au sud-ouest de Nice alors le mistral devrait être un vent de nord-ouest à Nice. Ernest Bénévent fut le premier à reconnaître que cette explication ne tenait pas[26]. Il en déduisit donc que l'absence en général de mistral à Nice était due à un « effet barométrique ».

L'auteur cita un cas d'école les 1, 2 et 3 avril 1912 où il soufflait un mistral violent à Marseille (entre 35 et 50 nœuds !) alors qu'à Nice le vent originellement du sud-est bifurqua vers l'est puis le nord-est à mesure que la dépression du golfe de Gênes se déplaçait vers l'est et finalement s'éloigna vers les Balkans[27].

L'auteur affirme que le vent de nord-ouest est rare à Nice et en général ne se produit que si la dépression se déplace dans l'embouchure du et que de par la loi de Buys-Ballot, alors le vent s'orientera au nord-ouest[27].

Définition numérique du mistral

Il est souvent dit de manière informelle que le mistral est un vent « froid » soufflant du nord. La définition couramment admise d'un jour de mistral à Orange est un vent de secteur 320° à 030° avec une rafale supérieure à 32 nœuds[16]. À Marseille la direction doit être comprise entre 290° et 360°[21]. Cette définition est remise en cause par Yohia[28] car il arrive assez souvent que ledit mistral soit assez doux voire chaud ce qui contredit le fait que le mistral soit un vent « froid ». En effet au sud du Lubéron ou du Mont Ventoux, il se produit un phénomène d'effet de fœhn qui réchauffe l'air. Dans la région niçoise comme mentionné supra, le vent d'ouest (ponant[29] ou mistral?) qui est chaud, est aussi lié à un phénomène de fœhn.

Yohia prétend que l'on ne peut parler de Mistral que dans des cas très précis qui sont l'existence d'une dépression du golfe de Gênes (qu'il appelle « Cyclone de Lee[28] » [sic]) et une advection d'air arctique dans la région lyonnaise et au nord, avec abaissement de la tropopause. D'après le théorème de conservation du tourbillon potentiel, alors le mistral « froid » se produit car l'air stratosphérique est advecté à basse altitude.Cependant, la définition de Yohia est loin d'être satisfaisante car les mistralets qui soufflent en début d'été sont les pires propagateurs d'incendies de forêt et engendrent un ciel d'un bleu très pur[9]. On dit toujours que le mistral est le pire ennemi des forêts. Ceci correspond à la définition usuelle du mistral : vent de nord-ouest et ciel très pur.

Idées reçues concernant le mistral

Le mistral souffle en rafales selon une direction Nord-Nord-Ouest environ 130 jours par an, avec une vitesse variant de 30 à 120 km/h. Selon les régions, il porte différents noms : biso, cantaleso, cers (cf. supra), galerno, vent-terrau[8]. La définition de Météo France est plus restrictive et ne comptabilise que 81 jours de Mistral à Toulon[30]. En outre, la définition du Mistral se fait sur la vitesse des rafales et en outre, le vent eut pu atteindre 320 km/h au Mont Ventoux[13].

Une définition informelle du mistral concernant toutes ces régions, est un vent sec de secteur ouest à nord et soufflant par rafales « dégage le ciel » et rend l'air limpide[8]. Ceci est en général vrai mais cette définition est trop réductrice car le mistral peut engendrer du très mauvais temps avec des chutes de neige à basse altitude suivies d'un blocage d'air froid comme cela se produisit au début du Grand hiver de 1709 ou de la vague de froid de février 1956.

Le mistral souffle 3, 6, ou 9 jours d'affilée. Cela est un mythe sans base scientifique[16],[13].

Le mistral amène de l'air froid des Alpes[8]. C'est le contraire : un front froid est bloqué par les Alpes et une masse d'air froid bute sur les Alpes. Le mistral est en fait de l'air frais aspiré à partir de l'océan Atlantique par la dépression dynamique du golfe de Gênes[22].

Effets du mistral

Ensoleillement et sécheresse

Le pic Saint-Loup dégagé par temps de mistral
Ciel dégagé par jour de mistral dans le vignoble de Vaucluse

Le mistral est un vent sec, et son apparition dégage presque toujours le ciel et assèche l'air. Sa fréquence explique en partie l'ensoleillement exceptionnel (2 700 à 2 900 heures par an) et la limpidité de l'air en Provence. Pour les Provençaux, le mistral est un élément important dans l'identité régionale. Lorsque des perturbations traversent la France, la Provence est généralement très peu touchée et le mistral dégage très vite l'atmosphère : en moins de deux heures, ou en quelques kilomètres dans les Cévennes, on peut passer d'un ciel complètement couvert à un ciel complètement dégagé. La dispersion des poussières et des brumes rend l'air très limpide, de sorte que par temps de mistral on peut voir des montagnes distantes de 150 km ou plus.

Salubrité

Le mistral a été accusé de nombreux maux par des auteurs littéraires comme Stendhal ou Colette, c'est le vent qui vient gâcher « tous les plaisirs que l'on peut rencontrer en Provence  ». Du point de vue sanitaire, le mistral présente à la fois des bienfaits et des méfaits.

Le mistral a la réputation d'être un vent salubre, car l'air sec qu'il véhicule assèche les eaux stagnantes et la boue, d'où son surnom de « mange-fange ». Ce fait était déjà attesté par l'auteur Sénèque au Ier siècle de notre ère[31]. Le mistral aurait contribué à l'élimination du paludisme et autres fièvres[32]. Aujourd'hui, il dissipe vers le large la pollution de l'air au-dessus des villes et des grands centres industriels.

Même si l'air descendant se réchauffe par compression, ce phénomène n'est jamais suffisant pour compenser la froidure d'origine. Si le mistral rafraîchit en été, il aggrave le froid en hiver. Son pouvoir réfrigérant en hiver est particulièrement agressif, il accentue sensiblement la sensation de froid, de l'ordre de 5°C à 10°C en moins par rapport à la température réelle de l'air (immobile). Selon la parole populaire, le mistral «  déshabille  », car par les zones exposées, il pénètre jusqu'au corps, donnant l'illusion que toute protection vestimentaire est inutile[12].

Ce pouvoir réfrigérant est la quantité de chaleur prélevée au corps humain, pendant une unité de temps, par la combinaison de la température et de la vitesse du vent. Elle s'exprime en watts par mètre carré de surface corporelle.

Du point de vue neuro-psychique, le mistral peut être vu comme garantissant un bon moral (nettoyage du ciel et ensoleillement), c'est un « tueur de mélancolie  » (Nietzsche) ou au contraire comme « tourmenteur  » (Colette) ou « agaçant » (Stendhal). Des provençaux se plaignent de migraines, d'insomnie, de nervosité par temps de mistral. Ce serait des personnes « anémosensibles  », soit par excitation mécanique (force et turbulence du vent), soit par variations du champ électrique[14].

Au niveau pathologique, les uns considèrent que le mistral n'a pas d'effets réels, hormis des troubles mineurs oto-rhino-laryngologiques (déshydratation des muqueuses). D'autres estiment que le mistral pourrait jouer un rôle dans le déclenchement d'hémorragies digestives, de décompensation de bronchite chronique, ou de cardiopathies ischémiques (variations de l'évaporation pulmonaire) lorsque le mistral est de longue durée (un des records est celui d'avril 1965 à Marseille, où le mistral a soufflé 23 jours d'affilée)[32].

Incendies de forêt

Premier incendie de l'été en région PACA

La sécheresse estivale génère un stress hydrique important sur la végétation en région méditerranéenne. Les plantes aromatiques réagissent aux fortes chaleurs en émettant une grande quantité d'aromates volatils. Le mistral accroît ce stress hydrique et rend la forêt très inflammable. En plus de faciliter l'oxygénation du feu (effet similaire à la stimulation d'un feu de cheminée en « soufflant sur les braises ») le vent peut propager le moindre départ de feu à grande vitesse (plusieurs kilomètres par heure) et « sauter » par-dessus des éléments de relief, ce qui complique la tâche des pompiers dans la circonscription d'un incendie de forêt. De plus, la fumée est poussée par le vent, ce qui interdit presque toute intervention par le côté opposé à la direction du vent.

Croissance des végétaux

Vallée du Rhône : haies de cyprès contre le mistral
Chêne liège couché par la force du mistral

Dans la vallée du Rhône et sur la plaine de la Crau, la régularité et la violence du mistral font que les arbres poussent penchés vers le sud. Et là où la forêt a disparu, les arbres repoussent difficilement à cause du vent fort que plus aucun arbre n'arrête. Les agriculteurs de la vallée du Rhône sont ainsi obligés de planter des haies de cyprès et de peupliers, pour éviter que leurs cultures se dessèchent. Un rapide survol de la région de Cavaillon sur une image satellite montre une disposition est-ouest frappante de ces haies. Mais le mistral peut sauver des récoltes du gel de printemps qui peut sévir jusqu'à fin avril, à l'occasion d'un coup de froid.

Refroidissement de la température de la mer

Phénomène très marqué l'été sur la côte touchée par le mistral, celui-ci repoussant au large les eaux chaudes de surface remplacées par les eaux froides plus profondes (phénomène de remontée d'eau). La température de l'eau peut alors passer 25 à 16 °C en un jour de mistral l'été[réf. nécessaire].

Influence sur l'architecture

Traces d'érosion, dues au mistral, laissées par un buisson ayant poussé contre sur le mur du temple du hameau des Gros à Gordes
Vieux mas provençal sur le plateau de Canjuers : la toiture est penchée du côté opposé à la direction du vent, le mur nord est aveugle, les seules ouvertures (fenêtres, portes) se trouvent sur la façade sud

Prévision du mistral

Notes et références

  1. Cette rose des vents était utilisée par les marins sur la Méditerranée pour se repérer. La direction, le nom et les effets de chacun de ces vents peuvent varier suivant les régions (en particulier, les directions du Mistral et de la Tramontane sont permutées dans la région du Languedoc).
  2. Josiana Ubaud, Diccionari ortografic, morfologic e gramatical de l'occitan segon los parlars lengadocians, Trabucaire, 2011
  3. a, b et c Entrée « Mistral » dans le Dictionnaire de l'Académie française, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales [consulté le 22 juillet 2017].
  4. a, b, c, d et e Définitions lexicographiques et étymologiques de « mistral » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales [consulté le 22 juillet 2017].
  5. a et b Entrée « mistral », dans Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, t. 3 : I – P, Paris, Hachette, , 1 vol., 1396 p., gr. in-4o (notice BnF no FRBNF30824717, lire en ligne [fac-similé]), p. 578, col. 1 (lire en ligne [fac-similé]) [consulté le 22 juillet 2017].
  6. a et b Entrée « mistral, mistrals » des Dictionnaires de français [en ligne], sur le site des éditions Larousse (consulté le 22 juillet 2017].
  7. Sénèque, Questions Naturelles, XVII, 5. Trad P. Otramare, Les Belles Lettres, Paris, 1961. Aulu-Gelle, Nuits Attiques, II, 22, 20. Trad R. Marache, Les Belles Lettres, Paris, 1969. Pline, Histoires Naturelles, II, 46. J. Beaujeu, Les Belles Lettres, Paris, 1950.
  8. a, b, c et d « Le mistral, vent provençal » (consulté le 21 juillet 2017)
  9. a, b et c Le mistral, p. 30
  10. Petite Encyclopédie, p. 253-255
  11. Petite Encyclopédie, p. 257-258
  12. a et b Médecine, p. 180
  13. a, b, c et d Petite Encyclopédie, p. 254
  14. a et b Médecine, p. 182
  15. a et b Le mistral, p. 37
  16. a, b et c Le mistral, p. 36
  17. (en) Weather Underground, « Hourly Weather History & Observations (for LFML) » (consulté le 7 juillet 2017)
  18. « Traîne », Glossaire, Météo-France, (consulté le 27 septembre 2014)
  19. a, b, c et d Le mistral, p. 34
  20. Luc Chazel Luc et Muriel Chazel, Camargue: Un écosystème entre terre et eau, Éditions Quae, , 192 p. (ISBN 9782759219841), p. 20
  21. a et b Mistral froid, p. 26
  22. a et b (en) A. Tafferner, « Lee cyclogenesis resulting from the combined outbreak of cold air and potential vorticity against the Alps », Meteorology and Atmospheric Physics, Springer-Verlag, vol. 43,‎ (ISSN 0177-7971, DOI 10.1007/BF01028107)
  23. Guy Blanchet, « Les chutes de neige de novembre 1999 dans la moyenne vallée du Rhône et l'ouest de la Provence », La Météorologie, Société météorologique de France,‎ (DOI 10.4267/2042/36234, lire en ligne)
  24. Geoges Pichard et Emeline Roucaute, Glaces du Rhône, de la Durance, des étangs de la Méditerranée, 341 p. (lire en ligne), p. 78
  25. Petite Encyclopédie, p. 258
  26. Mistral à Nice, p. 483
  27. a et b Mistral à Nice, p. 484
  28. a et b Mistral froid, p. 24
  29. Petite Encyclopédie, p. 296
  30. Mistral froid, p. 25
  31. SENEQUE, Questions Naturelles, XVII, 5. Trad P. Otramare, Les Belles Lettres, Paris, 1961.
  32. a et b Médecine, p. 184
  33. Vigilance Météo

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • [Médecine] Jean-Pierre Besancenot, « Vents et santé en façade méditerranéenne de l'Europe », Annales de Géographie, no 546,‎ 1989 (DOI 10.3406/geo.1989.20900, lire en ligne)
  • [Le mistral] Valérie Jacq, Philippe Albert et Robert Delorme, « Le mistral Quelques aspects des connaissances actuelles », La Météorologie, Société météorologique de France, vol. 50,‎ (DOI 10.4267/2042/34821, lire en ligne)
  • [Mistral froid] Christophe Yohia, « Genèse du Mistral par interaction barocline et advection du tourbillon potentiel », Climatologie, vol. 43,‎ (DOI 10.4267/climatologie.1182, lire en ligne)
  • [Mistral à Nice] Ernest Bénévent, « Le mistral sur la côte de Nice », Revue de géographie alpine, vol. 11, no 2,‎ (DOI 10.3406/rga.1923.5517, lire en ligne)
  • [Petite Encyclopédie] Honorin Victoire, Petite Encyclopédie des Vents de France, Jean-Claude Lattès, , 422 p. (ISBN 978-2709621939)
  • Jean-Christophe Vincendon, Météo du Sud, Loubatières, (ISBN 2-86266-444-8)